Jump to content
×
×
  • Create New...

ATTENTATs SUR NOTRE TERRITOIRE( 07/01/2015 à 11h30 attentat meurtrier contre "Charlie Hebdo" )


Recommended Posts

  • Administrateur
il y a 27 minutes, RVW a dit :

en plus on passe notre temps a dénigrer notre pays, son histoire et son drapeau...

Entièrement d'accord avec vous.

il y a 36 minutes, RVW a dit :

notre société propose la consommation, les Iphone et compagnie mais rien de réellement transcendant

Notre société ne tire plus l'individu, le groupe, la collectivité vers le haut, nous somme dans une société individualiste, où chacun commence par regarder son profit et son éventuel intérêt.

Seul l'Armée conserve encore cette valeur.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Replies 258
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Sans vouloir débattre spécialement sur ce sujet, il y a depuis prés de 40 années des inepties concernant l'immigration de musulmans  dans nptre pays. Aux Ulis (années 70 et 80), dan,s l’Essonne (91) l

En un mot nous payons le laissez aller de nos politiques depuis 40 ans. En gros depuis qu'à été autorisé le regroupement familial sans aucun contrôle. Le choix des politiques de tous bords, a été

Ici , issu du site "InFocus" de The Atlantic journal, la galerie photo du rassemblmement en hommage à ceux qui sont morts dans les attentats d ela semaine dernière. Photos de Madrid, Buenos aires, St

Posted Images

  • Staff
Il y a 19 heures, RVW a dit :

A l'époque des croisades l'Algerie n'existait pas puisque c'est une création française datant de 1830. De toute façon les croisades ont eu lieu à des milliers de kms de là!

De plus nous n'avons pas attendu 1949 et la création d'Israël pour avoir des juifs en France bien qu'il est vrai que le conflit israelo-palestinien s'est depuis exporté sur notre territoire. 

Nous le savons très bien. Je cite les propos des personnes que j'ai rencontré tant en Algérie, qu'en France ou à travers mes nombreux déplacements professionnels à l'international. La guerre d'Algérie fut un détonateur dont on ne se rend pas toujours compte dans la pensée des radicaux au sein du Maghreb.

 

Il y a 20 heures, RVW a dit :

Le but n'est pas de lancer un débat religieux encore une fois. Néanmoins si beaucoup de jeunes rentrent là dedans c'est parce qu'ayant détruit le christianisme la France n'a pas beaucoup mieux à proposer... notre société propose la consommation, les Iphone et compagnie mais rien de réellement transcendant sachant qu'en plus on passe notre temps a dénigrer notre pays, son histoire et son drapeau...

Le problème est d'abord religieux. Je vous engage de lire le livre Saint de l'Islam en langue Française. Vous serez exactement de quoi cela nous concerne au premier chef.

1° - Création de Califat (politique actuelle de la Turquie et de son Président)

2° - Imposer une colonisation dans les pays non Musulman pour y imposer leur religion.

Ceci est la pensée majeure au Maghreb et des pays du Golf. En Indonésie, la religion est beaucoup moins rigoriste de par ce que j'ai vu et entendu dans ce pays.

Une expérience personnelle = Ayant habité les Ulis, ville nouvelle, mes enfants ont été en nourrice dans une famille composée du père musulman (chauffeur routier) et d'une Française avec un fils. Nous faisions des fêtes chaque année entre les propriétaires et locataires. Pas de souci. Une ombre au tableau cependant. Leur fils. Le père au travail de longues heures et la mère reléguée après le fils (Loi de l'Islam). D’où les 400 coups et ennuis régulier avec la Justice. Les parents sont partis en retraite dans le Sud-américaine et nous nous sommes écrits par la suite.

Petite anecdote = Suivant nouvelle  Loi, le fils à eu choix de faire son service militaire en France ou dans l'Armée Algérienne. Il choisi l'Armée Algérienne en fustigeant (le mot est faible) notre Armée (nous avions le sourire un peu crispé). Au moment du l'appel sous les drapeaux....changement de ton de notre garnement ! En Algérie, c'était la guerre avec les attentats et les combats (le FIS). Plus question d'aller faire son Service la bas ! Et ce sont le gendarmes qui sont venus le chercher, menotte aux mains, pour l'envoyer faire son devoir et choix.

Aujourd'hui, en France, il y a toujours des immigrés ou nés dans notre pays qui se comportent correctement tout en travaillant et en pratiquant leurs foies. Mais une partie importante des jeunes musulmans utilisant le prétexte religieux pour des délits et des outrages permanents. Ils connaissent peu de choses de leurs religieux. Et il y longtemps que l'on ne parle plus des banlieues et de leurs reconquêtes.

Nous pouvons épiloguer longtemps et parler de choses qui fâchent vraiment comme les arnaques de prés de 50 milliards d'Euros (voir la Cour des Comptes). La France set un pays généreux ou l'on peut vivre sans travailler (dixit, propos d'un entretien en Tunisie lors d'un de mes déplacements). Le problème c'est que nous avons 21.000 inscrits au fichier S et que nous ne maitrisons pas le problème avec ce fichier, les banlieues avec, de plus,  un séparatisme multiple anti-France (je vous rejoint) et anti-Républicain.

Il t a une seule chose qui fait peur, c'est le "bannissement" (III° République) du territoire, c'est à dire l'expulsion.

 

Link to post
Share on other sites

Janmary, 

Je pense que nous sommes globalement d'accord. J'indiquais seulement que ce forum et cette discussion en particulier n'etaient peut peut-être pas le lieu idéal pour détailler plus sur les religions bien que je partage votre analyse que j'avais peut être mal comprise lors de votre premier message.

Très bonne semaine à vous.

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Staff

RVW

En effet, les débats à caractère religieux sont limite sur notre forum comme d'autre du reste.

Merci d'avoir échangé et bonne continuation à vous sur le forum.

Janmary

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

En cette difficile période de remise en confinement du peuple français, la France a été à trois reprises la cible d'attaques terroriste.

Attentat à Nice. Ce que l’on sait de l’attaque dans une église qui a fait trois morts

Une attaque au couteau a été commise vers 9 h ce jeudi 29 octobre aux abords d’une église de Nice. Trois personnes ont été tuées et l’auteur a été interpellé. Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête.

MjAyMDEwMDZkMWJhNmE4NWNkOGU1MGQ2YmVjYmQzYTM1NWI0NjU.jpg
L’attaque s’est produite dans la basilique Notre-Dame, en plein cœur de Nice. | ÉRIC GAILLARD / REUTERS
Ouest-FranceErwan ALIX, avec AFP et Reuters.Modifié le  Publié le 

Deux personnes, un homme et une femme, ont été tuées dans l’église et une troisième, sérieusement blessée, est décédée dans un bar proche où elle s’était réfugiée, selon des sources policières citées par l’AFP.

L’attaque s’est produite vers 9 h, et l’assaillant a été blessé et interpellé par les forces de l’ordre vers 9 h 10.

attaque_1603961671.jpg

 

Un peu plus tard à 11h30 en Avignon ;

Un homme, qui menaçait des passants avec une arme, abattu à Avignon

L'homme aurait menacé des passants puis une patrouille de la police nationale avec une arme de poing, dans le quartier de Montfavet.

Un homme a été abattu ce jeudi matin à 11h15 à Avignon par la police nationale, selon des sources policières au Figaro. Selon nos informations, cet homme portait une arme de poing, qu'il aurait brandie pour menacer d'abord des passants, puis une patrouille de la police nationale dans le quartier de Montfavet. La police aurait d'abord riposté à l'aide d'un flashball, mais l'agresseur n'est pas tombé et a continué à avancer de manière menaçante sur les fonctionnaires. Ces derniers auraient donc fait usage de leur arme de service pour le neutraliser.

L'agresseur aurait selon nos sources des «antécédents psychiatriques». Un centre hospitalier comportant un service psychiatrique est situé non loin du lieu de l'attaque. Pour l'heure, le Parquet National Antiterroriste ne s'est pas saisi de l'affaire.

L'attaque est survenue deux heures après celle de la basilique Notre-Dame de Nice, où trois personnes ont été tuées par un autre assaillant, lors d'une attaque au couteau.

( Source : Le Figaro )

 

Et au consulat de France en Arabie Saoudite ;

 

Un vigile du consulat de France en Arabie saoudite blessé dans une attaque au couteau

L’agresseur a été arrêté. Les jours de la victime, transférée à l’hôpital, ne sont pas en danger. Pour l’heure, le motif de l’agression reste inconnu.

 

Un Saoudien a été arrêté après avoir blessé avec un couteau un vigile du consulat français à Djedda, ville de l’ouest de l’Arabie saoudite, ont fait savoir les médias officiels saoudiens et l’ambassade de France, jeudi 29 octobre.

« L’assaillant a été appréhendé par les forces de l’ordre saoudiennes immédiatement après l’attaque. Le vigile a été transféré à l’hôpital et ses jours ne sont pas en danger. (…) Nous appelons nos compatriotes en Arabie saoudite à faire preuve d’une vigilance maximale », a écrit l’ambassade française dans un communiqué.

Un motif pour l’heure inconnu

La police de la province de La Mecque, où se situe Djedda, a déclaré que l’auteur de l’attaque était Saoudien, mais n’a pas précisé la nationalité du vigile, qui a été légèrement blessé. L’ambassade de France à Riyad a fermement condamné cette attaque. Ni l’ambassade ni les autorités saoudiennes n’ont précisé le motif de l’agression.

arabiesaoudite-com.jpg

Cette attaque intervient dans un contexte de colère au Moyen-Orient contre le président français, Emmanuel Macron, qui a promis que la France ne renoncerait pas aux caricatures du prophète Mahomet, provoquant des appels au boycottage de produits français dans des pays arabes. Jeudi, les musulmans du monde entier commémorent la naissance du Prophète.

( Source Le Monde )

 

  • Le plan Vigipirate a été porté à son niveau le plus élevé, c'est-à-dire le niveau "urgence attentat" sur l'ensemble du territoire national.
  • La protection des bâtiments publics, des services publics et des lieux de culte sera renforcée et la mobilisation des forces de sécurité sera accrue.
  • L'opération "Sentinelle", sur décision du président de la République, va passer de 3 000 à 7 000 militaires.
  • Un conseil de défense a été convoqué par le chef de l'Etat vendredi.
Link to post
Share on other sites
  • Staff

Méprisable, et impossible d'éviter.

L'auteur avait moins d'un mois de séjour en France, impossible pour les forces de l'ordre individualiser à ces sujets.

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 5 heures, berogeitabi a dit :

Et la responsabilité d’Erdogan dans tout ça, suite à ses propos ? 

Erdogan-furieux-9999x9999-c.jpg

Erdogan a levé les musulmans du Moyen Orient et de Malaisie contre la France et ses alliés.

 Recep Tayyip Erdogan avait dénoncé comme une provocation les déclarations du président français sur le "séparatisme islamiste" et la nécessité de "structurer l'islam" en France. Un projet de loi sur la lutte contre "les séparatismes" en France, qui vise l'islam radical, doit être présenté début décembre

«Qui est-tu pour parler de structurer l'Islam?», a-t-il martelé. «C'est de l'insolence et c'est dépasser les bornes».

 Le projet de loi, qui vise l'islam radical, sera présenté le 9 décembre et visera à renforcer la laïcité et à consolider les principes républicains en France. Le projet comporte plusieurs points susceptibles de provoquer des tensions avec la Turquie, comme le contrôle renforcé des financements des mosquées ou l'interdiction de la formation des imams à l'étranger.

( Source : Le Figaro )

L’Elysée note de son côté « l’absence de message de condoléances » d’Erdogan après l’assassinat de Samuel Paty.

( Source : Le Monde )

 

L’ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad a publié jeudi un long texte sur Twitter et sur son blog, expliquant que les Musulmans ont «le droit de punir les Français». «Les Musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français», a-t-il écrit. Twitter a supprimé le message.

C’est un texte qui provoque l’effroi, quelques heures seulement après une nouvelle attaque terroriste en France. L’ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad, a pris la plume ce jeudi matin pour s’exprimer sur la liberté ou non, de caricaturer le prophète Mahomet. Comme d’autres chefs d’Etats avant lui, dont le président turc Erdogan, il s’oppose vivement à ces dessins et aux propos d’Emmanuel Macron à ce sujet. «Macron montre qu’il n’est pas civilisé. Il blâme l’Islam et les Musulmans pour le meurtre d’un professeur insultant», écrit-il sur son blog et sur Twitter en référence à Samuel Paty, décapité pour avoir montré ces caricatures lors d’un cours sur la liberté d’expression au collège.

Mahathir_Mohamad.jpg

 

D’après Mahathir Mohamad, toutes les religions doivent accepter le respect des uns et des autres. «Cela ne va pas avec l’enseignement de l’Islam, mais si vous manquez de respect à une religion, alors des gens en colère vont tuer. Les Français, au cours de leur histoire, ont tué des millions de gens. Beaucoup étaient des Musulmans», dit-il. L’homme de 95 ans, qui a été Premier ministre à deux reprises de 1981 à 2003 et de 2018 à 2020, va encore plus loin et lance : «Les Musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé». Il continue en expliquant cependant «que la majorité des Musulmans ne suivent pas la loi de l’"œil pour œil"». «Les Français ne devraient pas le faire non plus. Les Français devraient apprendre à respecter les sentiments des autres. Puisque vous blâmez tous les Musulmans et la religion Musulmane pour ce qu’une seule personne en colère à fait, les Musulmans ont le droit de punir les Français. Le boycott ne peut pas compenser toutes les fautes commises par la France toutes ces années». «Tuer n’est pas un acte que j’approuve en tant que Musulman. Mais, alors que je crois en la liberté d’expression, je ne pense pas qu’elle signifie insulter les autres».

Le tweet, cité 15 000 fois en une heure

Dans le même texte, appelé «respectons les autres», il se lance également dans une comparaison entre la façon de s’habiller des occidentales et des orientales, expliquant qu’en Europe, au cours des années «de plus en plus de parties du corps ont été exposées». «Aujourd’hui, une petite ficelle couvre la partie la plus intime, et c’est tout. En réalité, beaucoup d’occidentales sont totalement nues sur certaines plages. L’Occident accepte ça comme la norme. Mais l’Occident ne devrait pas l’imposer par la force aux autres. Faire ça, c’est les priver de leur liberté». Il ajoute qu’aujourd’hui, «on veut éliminer tout ce qui est différent entre les femmes et les hommes. Mais physiquement, nous sommes différents. Cela limite notre capacité à être égal».

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/pour-l-e2-80-99ex-premier-ministre-malaisien-les-musulmans-ont-le-droit-de-tuer-des-millions-de-fran-c3-a7ais/ar-BB1avDZE

 

 

https://www.lci.fr/police/en-direct-assassinat-samuel-paty-loi-separatisme-caricatures-la-france-ciblee-par-l-islamisme-2167502.html

 

Jean-Yves-Drian-ministre-affaires-etrangeres_0_1398_931.jpg

Le Ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a enjoint ce vendredi 30 octobre les ressortissants français vivant à l’étranger à la prudence, au lendemain de l’attentat de Nice, estimant que la menace contre les intérêts français était « partout ».

 « Le message d’urgence attentat[plus haut niveau du plan de sécurité Vigipirate, a été envoyé [jeudi] soir à l’ensemble de nos ressortissants à l’étranger, quels que soient les lieux, puisque la menace est partout », a déclaré Jean-Yves Le Drian à l’issue d’un conseil de défense.

« De la haine virtuelle à la violence réelle »

« On passe vite de la haine virtuelle à la violence réelle, et nous avons décidé de prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité de nos intérêts, de nos ressortissants », a poursuivi le ministre des Affaires étrangères.

Il a précisé que des instructions avaient été données aux ambassadeurs « pour qu’ils renforcent les dispositifs de sécurité » autour des présences françaises dans le monde (ambassades, consulats mais aussi Alliances françaises ou établissements scolaires).

Sécurité renforcée près des écoles

Quelques semaines après l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, le chef de la diplomatie française a évoqué une vigilance toute particulière autour des écoles.

Rentrée du 2 novembre : comment les profs vont aborder l’assassinat de Samuel Paty

« Nous avons aussi pris la décision de n’autoriser les ouvertures d’établissements scolaires qu’à partir du moment où la vigilance aura été accrue et une attention aura été portée à l’égard à la fois des parents, des enseignants et des élèves », a-t-il expliqué.

Jean-Yves Le Drian a relevé que ces mesures étaient prises « en relation avec les autorités locales qui, d’une manière générale, nous apportent leur concours ».

Des manifestations antifrançaises et des appels au boycott des produits français se sont multipliés depuis le week-end dernier dans le monde musulman pour dénoncer le soutien apporté par le président de la République Emmanuel Macron à la liberté de caricaturer.

( Source : L'Obs )

Emmanuel Macron a annoncé la mobilisation dans le cadre de l'opération Sentinelle de 4 000 militaires de façon à porter à 7 000 le nombre de soldats déployés sur le territoire métropolitain.

Avec un effectif de 7 000 hommes, on en revient au "dispositif de base, qui a pour ambition d'être flexible, imprévisible et dissuasif", comme l'expliquait en décembre 2018 le ministère des Armées...

... si l'on veut effectivement 7000 militaires sur le terrain, il va falloir racler les fonds de casernes ou appeler les réservistes.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

L'EMA a détaillé, vendredi après la conclusion du Conseil de défense, les mesures prises par le ministère des Armées dans le cadre du plan Vigipirate.

"Le déploiement de forces supplémentaires a commencé hier en particulier dans la ville de Nice", avait indiqué, peu avant, Florence Parly, ajoutant que le déploiement se poursuivrait dans les prochains jours avec une attention particulière portée aux écoles et lieux de culte.

Les effectifs de l'opération Sentinelle vont donc passer de 3 000 à 7 000 hommes, comme annoncé par Emmanuel Macron jeudi. L'EMA a précisé qu'aux 3 200 militaires (dont 10% de réservistes) du dispositif opérationnel permanent (donc déployés actuellement) vont s'ajouter 4 000 militaires de l'échelon de renforcement programmé. La réserve stratégique compte toujours 3 000 soldats.

L'échelon de renforcement programmé va fournir une centaine de sections venant d'unités déjà en alerte ou en préparation opérationnelle selon l'EMA. "Pas de participation de la marine et une petite contribution de l'armée de l'Air et de l'Espace", a précisé l'EMA.

Ces 7 000 hommes seront déployés pour moitié en région parisienne et pour moitié dans les 6 zones de défense et de sécurité. Le dispositif sera totalement déployé en milieu de la semaine prochaine.

Par ailleurs, quelque 7 000 membres des forces de l'ordre, dont pour moitié des gendarmes réservistes (organisés en détachement au niveau des départements), seront mis dès lundi à disposition des préfets pour assurer la sécurité. 3 500 policiers, CRS et gendarmes mobiles complèteront ce dispositif...

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

Link to post
Share on other sites
  • 5 months later...
  • Administrateur

La France, a subit un attentat à l'arme blanche dans un de ses commissariat de police, faisant une victime, une fonctionnaire de police.

Attaque terroriste à Rambouillet : Le scénario de l’attentat se dessine, trois proches de l’assaillant en garde à vue

TERRORISME Une agent administrative du commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines, a été tuée à l'arme blanche alors qu'elle se trouvait dans le hall. L'assaillant était inconnu des services de renseignement

Caroline Politi

 

Publié le 23/04/21 à 19h27 — Mis à jour le 24/04/21 à 17h08

 

1200x768_fonctionnaire-police-assassinee-hall-commissariat-rambouillet.jpg

Une fonctionnaire de police a été assassinée dans le hall du commissariat de Rambouillet — Bertrand GUAY / AFP

La victime, Stéphanie M., fonctionnaire de police, avait 49 ans et était mère de deux enfants.

L'assaillant, Jamel G., un Tunisien de 36 ans, a été abattu par un tir de riposte d'un policier. Des témoins l'auraient entendu crier «Allahou Akabar», selon une source proche de l'enquête.

Le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, a déclaré que ce dernier avait procédé à un repérage des lieux, sans en préciser la teneur. Le Pnat s'est saisi de l'enquête.

Quelques mois après l’assassinat de Samuel Paty, décapité devant le lycée dans lequel il enseignait, le département des Yvelines est à nouveau le terrain d’une attaque terroriste : ce vendredi en début d’après-midi, Stéphanie M., une fonctionnaire de police de 49 ans, a été tuée à l’arme blanche dans le sas du commissariat de Rambouillet où elle travaillait depuis 28 ans. Son agresseur, un Tunisien de 36 ans arrivé en France en 2009, est décédé quelques minutes plus tard, abattu par des policiers témoins du drame. Dans la soirée, trois proches de l'assaillant ont été placés en garde-à-vue après une perquisition à son domicile. 20 Minutes fait le point.

Que s’est-il passé ?

Si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements, le scénario de ce macabre après-midi semble peu à peu se dessiner. Vers 14h20, la victime, agent administratif de 49 ans, s’engouffre dans le sas sécurisé du bâtiment après être allée remettre son disque de stationnement. L’assaillant, qui l’aurait repéré depuis le parking, entre à son tour. Dans une courte allocution, le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, a précisé que ce dernier avait procédé à un repérage des lieux, sans en préciser la teneur.

A peine la porte extérieure refermée, et avant que celle donnant sur le hall du commissariat ne s’ouvre, l’homme brandit un couteau et poignarde sa victime au niveau du cou. Plusieurs témoins affirment l’avoir entendu crier « Allahou Akbar » en commettant son crime, précise une source proche de l’enquête. L’un des fonctionnaires qui assiste derrière la porte vitrée au drame, ouvre immédiatement le feu sur l’assaillant. Touché à deux reprises, selon une source policière, il décédera peu après. Sa victime, mère de deux enfants, n’a pas non plus survécu, malgré l’intervention des pompiers.

Trois personnes en garde à vue

Trois personnes ont été placées en garde à vue dans la soirée, a-t-on appris de source judiciaire. Ces trois personnes appartiennent à l'entourage de l'assaillant. Deux perquisitions étaient en cours vendredi après-midi à son domicile, à Rambouillet, ainsi qu'à celui d'une personne l'ayant accueilli à son arrivée en France en 2009, selon une source proche de l'enquête, confirmant une information du Point.

Qui est l’assaillant ?

La découverte de ses papiers d’identité dans ses effets personnels a permis d’identifier rapidement l’assaillant :  Jamel G,  un Tunisien de 36 ans, au casier judiciaire vierge et inconnu des services de renseignements. Originaire de la région de Sousse, dans l'est de la Tunisie, il était arrivé en France en 2009 et avait bénéficié en 2019 d'une autorisation exceptionnelle de séjour salarié, puis d'une carte de séjour en décembre 2020, valable jusqu'en décembre 2021, selon le Parquet national antiterroriste. «Je suis sidéré, je ne comprends pas. Au lycée c'était quelqu'un de normal. Il fumait des clopes, il buvait des bières. Je n'avais plus de nouvelles depuis deux ou trois ans. Il ne communiquait plus et s'était isolé», confie un ancien ami de Jamel G. à 20 Minutes.

Quelles sont ses motivations ?

A ce stade des investigations, impossible de savoir qu’elles étaient précisément ses motivations. Si en début d’après-midi une incertitude planait sur le caractère terroriste de cette attaque, le parquet national antiterroriste s’est finalement saisi de l’affaire après avoir procédé à une évaluation des premiers éléments. Une décision justifiée par les « modalités de l’attaque » – un meurtre à l’arme blanche contre une fonctionnaire de police, un scénario caractéristique des attaques terroristes – mais également par les « propos tenus par l’auteur » et les « éléments de repérage », a indiqué Jean-François Ricard.

NOTRE DOSSIER SUR L'ATTAQUE DE RAMBOUILLET

Une enquête a été ouverte des chefs d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et d’association de malfaiteurs terroriste. Les investigations ont été confiées à la direction centrale de la police judiciaire et à la DGSI sous la coordination de la sous-direction antiterroriste.

https://www.20minutes.fr/societe/3027915-20210423-fonctionnaire-police-tuee-rambouillet-scenario-attaque-dessine-peu-peu

 

  • Sad 1
Link to post
Share on other sites