Jump to content
×
×
  • Create New...

Organisation de la Marine pendant une opération


Recommended Posts

Bonjour,

J'ai beaucoup de mal à cerner comment les décisions sont prises pendant une opération.

Je voulais savoir si vous pouvez me dire comment est une organisation pour une opération maritime ? Si vous avez des magazines ou site internet qui en parle, n'hésitez pas.

Pour rentrer un peu plus dans le détails, est-ce qu'il y a un commandant qui va gérer l'intégralité des décisions avec plusieurs navires, drones, avions lancés par un porte-avion, sous-marins, etc ?

Ou bien les commandants des différents engins se coordonnent et prennent leur décision ensemble dans un but commun ?

Comment se gère ce genre d'opération? est-ce qu'il y a des images satellites en direct? par des radars?

 

Merci !

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour,

Tout dépend de l'opération, il y en a de toutes sortes :

- opération de contre piraterie

- opération de lutte contre les trafics de stupéfiant

- opération de lutte contre les trafics d'armes

- opération de contrôle des pêches

- opération de lutte antipollution

- opération de déminage

- opération de renseignement

- opération de sabotage ou de largage de commandos...

- opération de lutte contre des sous marins

- opération de service publique (porter secours à... des pêcheurs, des plaisanciers, des migrants...)

- opération de combat

...

Donc suivant la taille de l'opération, le commandement peut être à bord de l'unique bâtiment en action ou lors d'une mission impliquant plusieurs bâtiments (français voir étranger) le commandement ce trouve sur un des bâtiments.

Lors de missions de combat, il y a un commandement embarqué mais aussi un commandement "parisien" qui implique donc des officiers généraux, le ministre des Armées, le Président qui est le chef des Armées.

Il y a 4 heures, Dreadfleet a dit :

Comment se gère ce genre d'opération? est-ce qu'il y a des images satellites en direct? par des radars?

Là aussi tout dépend de la mission, mais effectivement ces moyens peuvent être employés lors de certaines opérations. 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Merci pour cette réponse très détaillée qui montre que tout ça est très réfléchis. 

C'est vrai que je n'ai pas précisé le type d'opération, je pensais plutôt à type combat.  Une flotte rencontre une autre flotte ennemie.

D'après ce que je comprends, le commandant de l'opération embarqué est celui qui va détailler les ordres. 

Il va pouvoir donner les décisions telles que lancer une torpille, faire décoller les avions, déplacer les bâtiments à telle position?

J'ai l'impression que chaque point me fait réfléchir à d'autres questions encore ! 

Comment le commandant sait que le bâtiment ennemi est à portée du navire ? Ce sera le capitaine du navire qui guidera le commandant en lui disant qu'il est à portée ?

Il y a tellement de choses ! 

 

Merci encore une fois 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 18 heures, Dreadfleet a dit :

je pensais plutôt à type combat.  Une flotte rencontre une autre flotte ennemie.

Une bonne vieille bataille navale, encore vrai durant la seconde guerre mondiale, depuis peu de flottes s'affronte directement.

Il y a 18 heures, Dreadfleet a dit :

D'après ce que je comprends, le commandant de l'opération embarqué est celui qui va détailler les ordres.

Oui, lors de ce type de bataille, il y a un bâtiment amiral, qui comprend à son bord et indépendamment un état major qui va décider des stratégie employée, c'est cet état major ou l'amiral à sa tête qui prend la décision des actions et des positions des divers bâtiments.

Il y a 18 heures, Dreadfleet a dit :

Comment le commandant sait que le bâtiment ennemi est à portée du navire ?

Ce sont les rapports des détecteurs, radar, sonar, retour d'observation (et aujourd'hui on pourrai rajouter vu satellites, observation via des drones...) qui détermine telle ou telle fenêtre de tir.

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Oui, heureusement qu'il n'y a pas eu de nouvelle bataille navale, mais tout peut encore arriver (j'ai eu un doute avec l'histoire récente de la Turquie / Grèce). Et c'est vrai que cela m'intéresse même si on peut dire que c'est devenu rare car justement je cherche à comprendre toutes ces transformations

Ce sont les détecteurs qui transmettent ces rapports ? Donc le commandant reçoit les coordonnées, peut-être même un message automatique du détecteur ? c'est vrai que de nos jours ça paraît fort pratique plutôt que de demander constamment des rapports orales.

Finalement les jeux de simulation comme Harpoon se rapproche alors réellement d'une opération du genre. Je ne sais pas pourquoi, j'avais une vision plus déformée de la réalité.

Merci beaucoup Bouchon-Gras !

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
il y a 1 minute, Dreadfleet a dit :

heureusement qu'il n'y a pas eu de nouvelle bataille navale

Les stratégies de batailles et de guerres ont surtout évoluer, nul besoin d'étaler une énorme flotte pour "calmer" l'ennemi, un missile bien placé, un bombardement ciblé...

il y a 3 minutes, Dreadfleet a dit :

Ce sont les détecteurs qui transmettent ces rapports ? Donc le commandant reçoit les coordonnées, peut-être même un message automatique du détecteur ? c'est vrai que de nos jours ça paraît fort pratique plutôt que de demander constamment des rapports orales.

Les détecteurs sont des marins de cette spécialité, qui sont dans des PC, devant leurs écrans.

il y a 5 minutes, Dreadfleet a dit :

j'ai eu un doute avec l'histoire récente de la Turquie / Grèce

Un doute, c'est à dire ?

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Oui, je suis d'accord sur les stratégies de batailles, on voit déjà d'énormes différences entre la 1ère Guerre Mondiale, la 2nde et la Guerre du Vietnam qui ne se sont pas passés du tout de la même manière. D'ailleurs, comme tu le cites, on parle plutôt j'ai l'impression d'Opération que de Bataille.

Grâce à ta nouvelle réponse, j'ai pu me renseigner un peu plus sur les détecteurs: j'adore !! ça a l'air très intéressant comme métier, je suis allé sur le site de la marine qui avait une présentation d'un détecteur à bord d'un sous-marin. C'est exactement ce que je voulais savoir, j'ignorais qu'il s'agissait d'humains. Si je comprends bien, c'est les yeux et les oreilles du commandant ?

Citation

Le détecteur observe, analyse et évalue les menaces environnantes. Grâce aux moyens de détection électromagnétique (radars, systèmes d'interrogation IFF, balise aéronautique), de visualisation de l'information tactique (systèmes de combat) et aux systèmes de guerre électronique (scanners, brouilleurs, lance-leurres anti-missiles)

Il existe un document ou un site qui en parle de manière vulgarisé pour les civils de toutes cette technologies de détections ?

On voit d'ailleurs le second-maître parler dans un jargon pour décrire ce qu'il voit, il existe un lexique militaire propre à la marine? - je sais que c'est le cas pour les bâtiments à voiles mais comme là tout a l'air électrique, j'ai l'impression de devoir tout ré-apprendre, mais ce n'est pas pour me déplaire !

On voit en plus dans la vidéo un commandant (?) prendre des notes sur une feuille de calque, je trouve ça très intéressant !

Le site en question : https://www.etremarin.fr/metiers-et-formations/tous-les-metiers/detecteur-anti-sous-marins

 

Quand une réponse entraîne 10 questions...

Merci encore une fois !

 

Pour le doute, c'est que vu la tension qui montait fin de l'année dernière, je m'étais dit qu'on aura peut-être une opération militaire en méditerranée si la Turquie continuait à défier la Grèce et l'UE.

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 12 heures, Dreadfleet a dit :

Il existe un document ou un site qui en parle de manière vulgarisé pour les civils de toutes cette technologies de détections ?

Je ne pense pas.

2013MTLN123_010_015.jpg

20160727173507_2016MBST070_077_017.jpg

a-bord-de-la-fremm-aquitaine-pendant-l-entrainement-independant-deployer-c-marine-nationale.jpg

Il y a 12 heures, Dreadfleet a dit :

il existe un lexique militaire propre à la marine?

Oui, tu trouveras quelques termes et traditions ici :

http://www.forum-militaire.fr/topic/231-les-traditions-de-la-marine-nationale/

Il y a 12 heures, Dreadfleet a dit :

On voit en plus dans la vidéo un commandant (?) prendre des notes sur une feuille de calque, je trouve ça très intéressant !

Souvent il y a des murs transparent sur lequel l'officier de quart, le commandant écrit

images.jpg

Ces locaux sont classifiés, seul le personnel autorisé peut y rentrer.

Il y a 13 heures, Dreadfleet a dit :

Pour le doute, c'est que vu la tension qui montait fin de l'année dernière, je m'étais dit qu'on aura peut-être une opération militaire en méditerranée si la Turquie continuait à défier la Grèce et l'UE.

Alors, la Grèce et la Turquie sont des ennemis héréditaires, même si ces deux pays font partis de l'OTAN et font donc des exercices en commun, cependant, on évite de faire accoster les navires sur le même quai.

Quand aux accrochages Turquie/France, il faut bien comprendre (c'est un général qui me l'a expliqué) le président Turc est controversé dans son pays, en fin de présidence, or un conflit (un pays qui "agresserait" la Turquie) lui permettrait d'obtenir un soutient national (même de ses opposants) l'union nationale.

Donc l'erreur serait de répondre à ces agressions et donc de faire son jeu.

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Merci encore une fois pour tes explications ! Si c'est une zone classifiée, je vais alors arrêter ma curiosité et faire preuve d'imagination ;)

Ça se comprend largement que ce genre d'infos ne soit pas publique.

Les photos des salles sont magnifiques. On se croirait dans un vaisseau spatial de SF ! 

Très plaisant à lire le topic que tu m'as donné sur le jargon. Incroyable tout ce qui change !!

Merci pour ces précisions sur la Turquie! 

C'est un domaine très complexe l'armée, on ne sait pas vraiment par où commencer tellement qu'il y a de choses à connaître. 

Merci d'avoir répondu à toutes mes interrogations. 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 21 heures, Dreadfleet a dit :

Merci d'avoir répondu à toutes mes interrogations. 

Avec plaisir.

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Mission Heifara Wakea. Des Rafale de l'armée de l'Air et de l'Espace au-dessus de l'aéroport de Tahiti. Source: EMA
    • Le deuxième patrouilleur océanique pour la Marine argentine, l'ARA Piedrabuena, est arrivé à la base navale Mar del Plata, son port d'attache. L'OPV est bienvenu par son jumeau, l'ARA Bouchard.  
    • @chef télec, merci de passer par la case "présentation". Sujet verrouillé en attendant.
    • Bonjour a tous. Peut-on mettre plusieurs agrafes en même temps sur la mpmt ou faut faire un choix? Cordialement
    • Il y a soixante-dix-sept ans, son engagement a contribué à libérer la Provence de l’occupation nazie. Gérard Roy, résistant tourangeau, a alors 20 ans. Il vient d’être décoré. Gérard Roy a reçu la Légion d’honneur fin mars, dans un salon de L’Orangerie de Tours. © (Photo NR, Hugues Le Guellec)   À 97 ans, Gérard Roy n’a pas perdu sa flamme. Celle qui l’a fait entrer dans la Résistance au printemps 1943. Animé par le dessein de « rejoindre le Général », le Tourangeau, 18 ans à son départ pour le Sud-Ouest, comptera parmi les héros de la Libération. Août 1944 : venant du Maroc, il débarque sur une plage de Provence au sein de la mission « Dragoon » pour créer un nouveau front, deux mois après l’arrivée des Alliés en Normandie. Elle défait le sud de la France du joug nazi. Six décennies se sont écoulées qui valent de retrouver Gérard Roy dans un salon de la résidence de l’Orangerie, à Tours. L’ancien résistant y a élu domicile il y a une vingtaine d’années. C’est là que, au nom du président de la République, il vient d’être fait chevalier de la Légion d’honneur. « Ça représente beaucoup de choses », souffle-t-il pudiquement. Derrière la médaille, un parcours et « un engagement ». Une part de lui jusqu’à aujourd’hui rarement partagée : « Nous étions très peu à ce moment-là. Moi j’avais 18 ans. J’ai décidé de partir, rejoindre l’Espagne d’abord, puis l’espoir de gagner l’Afrique du Nord. Ma fuite depuis Tours a été facilitée par le Colonel Marnet, beau-père de ma sœur Germaine, qui m’avait donné les coordonnées de passeurs censés m’aider à franchir la frontière jusqu’en Aragon. « Je suis parti sans me poser de questions : je voulais m’engager »« Je ne savais pas qui j’allais trouver là-bas, je suis parti seul sans me poser beaucoup plus de questions : je voulais m’engager, il y avait la menace du STO et d’un envoi en Allemagne aussi… On ressentait à la fois la peur et le courage, la fébrilité qu’il fallait tempérer par la discrétion et le secret. « Je devais rejoindre le Maroc où ma sœur Françoise habitait, avec son mari aviateur dans la Royale Air Force… Ne pas attirer l’attention, éviter les bavardages et surtout, la dénonciation. « À la descente du train, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), je me suis retrouvé au milieu d’une colonne de volontaires, comme moi, sûrement trop bruyante et trop nombreuse pour passer inaperçue. Les Allemands surveillaient les gares. Mais je suis parvenu à rejoindre mon guide, dans un bistrot où le rendez-vous était convenu. Puis direction l’Espagne par le col des Moines. » En arrivant à Canfranc, au pied des Pyrénées côté espagnol, Gérard Roy est arrêté par la police et jeté en prison. Transféré à Saragosse, il échappe à la détention grâce à son âge. Son frère Édouard, lui, n’a pas la même chance. Parti avant lui sur le même chemin, il se trouve derrière les barreaux. « Échouant à le sortir de là, je pars pour le Maroc et Casablanca, pour m’engager. » Jusqu’à débarquer en Provence en août 1944, poursuit pour lui son frère Claude, qui raconte avoir échappé de peu aux rafales allemandes tandis que l’ambulance de La Croix-Rouge à bord de laquelle il traversait la forêt de Loches était mitraillée. Gérard Roy retrouvera la Touraine après la Libération et y suivra des études de médecine, fondera une famille, au milieu de quatre enfants. Légion d’honneur épinglée à la poitrine, Gérard Roy sourit, silencieux. La fierté d’une « reconnaissance » pour l’un de ces visages qui ont incarné la Résistance. (source:  https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/tours-le-resistant-gerard-roy-97-ans-decore-de-la-legion-d-honneur?fbclid=IwAR0T5Zn7wiZ_XiYqR5Gx1-0tKESNdPwY_Srq5q1QuaB6Wr_XOC60r0CvRUs  )