Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

  • Administrateur
En cette année où nous commémorons le bicentenaire de la mort de l'Empereur, mettons à l'honneur un de ses brave soldat, Louis Victor Baillot, fusilier au 105eme régiment d'infanterie impérial.
 
2d892cb9fffa92015929b730f2c7b015.jpg
 
En 1897, un photographe prend un cliché, dans le village de Carisey. On y voit un homme, ses mains sur une canne, des cabots de bois aux pieds, deux médailles portées avec fierté sur le manteau. Il s'agit de Louis-Victor Baillot, le plus ancien combattant de Waterloo encore en vie. Cet ancien fusilier a rencontré l'Empereur Napoléon juste avant la bataille et y a été blessé. Il a alors 103 ans 
 
médaille-St-helène.jpg
 
Baillot nait dans le village de Percé, en Bourgogne, le 7 avril 1793. En juillet 1812, alors âgé de 19 ans, il est appelé sous les drapeaux lors de la seconde levée en masse : l'Empereur Napoléon rassemble la future Grande Armée pour partir à la conquête de l'Est et de la Russie. Baillot est envoyé au dépôt de Neuf-Brisach, en Alsace. Puis après une rapide formation, il est déployé au sein de la 3e compagnie du 3e bataillon du 105e régiment d'infanterie comme fusilier à partir du 25 novembre 1812.
 
Baillot ne combat pas en Russie mais reste sur l'arrière de la Grande Armée : à peine équipé, son bataillon quitte Neuf-Brisach pour Mayence et cantonne pendant deux mois à Erfurt avant de rejoindre au printemps, sur la Vistule, en Pologne. C'est là que Baillot est témoin de la retraite française lorsque, sur la Vistule, son unité se porte au secours des restes de l'armée napoléonienne en déroute.
 
Baillot connait alors son baptême du feu à Wittenberg, le 17 avril 1813, et assiste aux opérations militaires qui eurent lieu dans le Mecklemboug par la suite. Il se bat également lors du siège de Hambourg, qui dure entre les dernières semaines de 1813 et l'été 1814. Alors que Napoléon abdique en avril 1814, ce n'est que le 13 août 1814 que Baillot est renvoyé à son foyer après avoir été licencié par les Bourbons, désormais au pouvoir.
 
Mais le repos ne dure que quelques mois : il est rappelé en qualité de fusilier au sein du 105e dès avril 1815 lorsque Napoléon rentre de son exil de l'île l’Elbe. Son unité marche en direction de la Belgique sous les ordres de l’armée du Nord. Et le 14 juin, Baillot voit en personne l'Empereur, qui passe en revue ses troupes quelques jours avant la terrible bataille de Waterloo.
 
Venant de Marchiennes, puis de Gosselies, le 105e se porte le 16 juin, aux Quatre Bras où la position vient d’être enlevée par le maréchal Ney. Le 17 juin 1815, après un terrible orage, la plaine se transforme en un immense bourbier. Louis Victor Baillot s’enfonce dans la boue jusqu’aux genoux. A la tombée de la nuit, il parvint difficilement sur le plateau du Mont St Jean. Obligé de camper sur les seigles mouillés, dans l’impossibilité d’allumer un feu sur le terrain détrempé, il doit se contenter des maigres provisions dont il dispose et passe la nuit dans des conditions difficiles.
 
Et le 18 juin, le soleil remplace la pluie : c'est la bataille de Waterloo. À 11h30, l’Empereur lance l'attaque. Le 105e, placé en seconde ligne, avance avec succès sous le feu ennemi, surclassant les troupes britanniques. Mais le 105e est pris en étau et doit finalement reculer, étant confrontés aux redoutables cavaliers Scots Greys écossais lancés par Wellington. C'est lors de cette attaque que Louis Victor reçoit un violent coup de sabre sur la tête. Mais grâce à sa gamelle, qu'il a mis sous sa coiffure car n'ayant pas d'autres endroits où la garder, il échappe miraculeusement à la mort !
 
Mais le fusilier est gravement blessé, d’une large plaie. Assommé et couvert de sang, il est laissé pour mort sur le champ de bataille ! Il ne sera finalement retrouvé que le lendemain par les Britanniques, qui le font prisonnier : il est transporté sur un bateau-prison au large de Plymouth en tant que prisonnier de guerre. Il faut attendre la fin de l'année suivante, en 1816, avant que Baillot ne soit rapatrié en France et libéré à son arrivée à Boulogne-sur-Mer. Il rejoint alors Auxerre à pied, où il est réformé de l'armée car malade de la tuberculose.
 
produit_image4_13348_1367935924.jpg
 
Il retrouve sa famille, qui le pensait mort, et à du mal à se faire à sa nouvelle vie, ses parents étant effrayés par son histoire et son état de santé. De la fin des années 1810 à cette photographie de 1897, on ne sait finalement que peu de chose : Baillot épousera Appoline Charles, avec qui il a eu une fille. Il va alors s'établir dans le village de Carisey, dans l'Yonne. Chaque année, il est présent aux commémorations militaires et il porte chaque jour ses deux médailles : la médaille de Sainte-Hélène, reçu en 1857 durant le Seconde Empire, puis la Légion d'honneur, décernée tardivement, en 1896.
 
télécharger (1).jpg
 
Chaque jour ou presque, les habitants de Carisey voient passer cet homme. Peu connaissent sa véritable histoire, même s'il se confie volontiers sur son expérience à Waterloo : sa cicatrice, conséquence de sa blessure à la tête, est particulièrement visible ! Baillot est un témoin, celui des guerres napoléoniennes. Et en 1897, lorsque ce photographe prend la photo, Baillot est le dernier homme sur terre à avoir côtoyé l'Empereur Napoléon dans sa grandeur, son faste et son talent.
 
182624750_5554138957992492_5206637020920987475_n.jpg
 
Baillot décède à l’âge de 104 ans, le 3 février 1898. Une foule importe va assister à son enterrement. Sur sa tombe, une pierre recouvre la terre, avec une légende extraordinaire : « Le dernier de Waterloo - Victor Baillot - Médaillé de Sainte-Hélène - Chevalier de la Légion d'Honneur - Mort à 105 ans ». Avec lui meurt le dernier témoin de la grande épopée impériale.
(Source : 1789-1815.com, Histoire et Devoir de Mémoire & newstatesman - Passionmilitaria)
 
  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Bouchon-Gras 49
      Il y a 200 ans aujourd'hui mourrait Napoléon Bonaparte, l'une des plus grandes figures historiques françaises et l'un des plus grands militaires de l'Histoire. Né le 15 août 1769 à Ajaccio, général, Premier Consul et finalement Empereur des Français en 1804 sous le nom de Napoléon Ier, il va marquer le monde de son empreinte, tant par sa carrière militaire (Austerlitz, Iéna ou Wagram) que par son apport à la société française (éducation, Concordat, Chambres de commerce, Code civil et Pénal, le franc ou Code Napoléon). Il décédera le 5 mai 1821, sur l'île de Sainte-Hélène      Nous commémorons, en cette date du 5 mai, la disparition de Napoléon. Mais revenons sur les dernières années de sa vie, jusqu'à son décès. Après la terrible défaite de Waterloo, l'Empereur abdique le 22 juin 1815. Mais alors qu'il pense partir pour les États-Unis, il en est empêché par un blocus anglais. Il se livre aux Anglais le 15 juillet 1815, qui l'amène au large de Plymouth à bord du HMS Bellerophon. Mais alors qu'il pense pouvoir trouver un accord avec les Britanniques, Napoléon est conduit sur l'île de Sainte-Hélène, où il arrive le 15 octobre 1815 après plus de 2 mois de traversée.     Napoléon est accompagné de fidèles : le Grand Maréchal du Palais, Henri Gratien Bertrand, le général Gourgaud, Las Cases et le Général Montholon, Louis-Étienne Saint-Denis, dit le Mamelouk Ali, et son valet de chambre Marchand. Il est installé à Longwood House, une résidence surveillée plus proche d'une ferme que d'un palais, le 10 décembre 1815, sous la garde du gouverneur provisoire, l'amiral Cockburn. Les deux hommes se détestent, le Britannique refusant de reconnaître le titre d'empereur, ou même de général, à Napoléon, l'appelant Bonaparte.     Le quotidien de Napoléon est très encadre : il n'a pas le droit de porter une arme, ses déplacements sont surveillés, son courrier est censuré et les visites interdites. Les journées passent à un rythme très lent : l'ancien empereur en profite pour dicter ses mémoires à ses compagnons. Dès la fin de l'année 1816, Las Cases, en charge de l'écriture des mémoires quitte l'île de Sainte-Hélène. Il publiera, en 1823, le Mémorial de Sainte-Hélène. En 1818, le général Gourgaud, ancien aide de camp de l'Empereur, quitte l'île, fâché avec Napoléon. Les départs s'enchainent alors, même si d'autres visiteurs sont autorisés d'accoster sur Saint-Hélène, surtout des connaissances corses de la famille Bonaparte.     À partir de cette époque, la vie sur l'île devient pesante : Napoléon ne travaille que peu, se plongeant dans des lecteurs interminables. Il ne sort même plus sur l'île et reste entre les murs de Longwood. De plus, l'empereur est malade, sur le côté droit du torse. Le gouverneur ne fait pas confiance à Napoléon et refuse des soins supplémentaires, estimant qu'il n'est pas réellement malade. Pourtant, en 1821, la situation de Napoléon s'aggrave très vite : se sachant condamné, il prépare son départ. Il va dicter son testament depuis son lit, les médecins l'obligeant à rester alité depuis mi-mars.     À partir du 11 avril 1821, le général Charles-Tristan de Montholon est en charge de la prise de note du testament. Mais après quelques jours, alors que le testament est achevé mais que l'ancien empereur continue à se confier sur sa vie, il est victime de terribles douleurs, qui atteignent leur point culminant le 27 avril. Napoléon est atteint d'un ulcère de l'estomac qui s'est aggravé avec le temps : il ne mange plus et vomit presque chaque jour. Il devient très faible.   Napoléon est incapable de se lever de son lit le 1er mai 1821. Il sent ses forces l'abandonner et demande à ce qu'un portrait de son fils, Napoléon II, âgé de 10 ans, soit placé à portée de son regard. Le 3 mai, les symptômes sont gravissimes. Le lendemain, ses médecins lui administrent une forte dose de calomel : alors que le médecin français François Antommarchi s'y oppose, les médecins anglais estiment que Napoléon est constipé et lui administrent ce laxatif, qui s'avère être toxique car dérivé du mercure. C'en est trop pour l'ancien empereur. Durant la nuit du 4 au 5 mai, Napoléon est à peine conscient, oscillant entre période de semi-sommeil et éclairs de lucidité.     Ses derniers mots sont pour ses véritables amours : la France et son ancienne femme. Il prononce ainsi les mots « armée », « tête de l'armée », ou encore « Joséphine ». Dans la matinée du samedi 5 mai 1821, ses compagnons s'assoient tous autour de son lit. Et après d'ultimes douleurs, Napoléon Bonaparte meurt : il est 17h49 et l'ancien empereur, âgé de cinquante et un ans, huit mois et vingt jours, n'est plus.   Le lendemain, le 6 mai, le gouverneur de l'île sir Hudson Lowe vient en personne avec son état-major et le commissaire français, le marquis de Montchenu, constater officiellement le décès du « général Bonaparte ». En sortant de Longwood, il déclare à son entourage : « Hé bien, Messieurs, c'était le plus grand ennemi de l'Angleterre et le mien aussi ; mais je lui pardonne tout. À la mort d'un si grand homme, on ne doit éprouver qu'une profonde douleur et de profonds regrets. »   Napoléon est inhumé le 9 mai dans la vallée du Géranium, comme stipulé dans ses dernières volontés dans le cas où son corps ne devait pas être ramené en Europe. Sa tombe ne comportera aucune inscription à la demande des autorités britanniques. Son acte de décès rédigé dans le registre de la paroisse Saint James de Jamestown, capitale de l'île de Sainte-Hélène, indique à la même date « Napoleon Buonaparte, late emperor of France ».     En 1840, sur l'ordre du roi Louis-Philippe Ier et avec l'autorisation des Anglais, le corps est rapatrié en France par le prince de Joinville, fils du roi. Il repose aux Invalides. La dépouille de son fils Napoléon II le rejoint en 1940 aux Invalides sur l'ordre d'Hitler. Longwood sera cédée à la France en 1858, sous Napoléon III par la Reine Victoria et fait partie des domaines français de Sainte-Hélène (Source : history.com, britannica.com & Wikipedia - Passionmilitaria)


  • Posts

    • Bonjour, Je vous remercie pour vos recherches. Dommage qu'on n'ait pas la couleur de l'étoile ! Cordialement
    • Bonsoir, Je vous remercie pour votre aide. Pour information, la photo a été prise à Paris, 60 avenue de Clichy. Cordialement  
    • Bonjour à tous, Je suis dans la marine nationale dans le domaine de la guerre électronique depuis peu et je voulais me renseigner sur les commandos marines avec notamment le commando Kiffer qui est spécialisé notamment dans la guerre électronique. (Mais pas que bien sur). Comment peut on faire parti de ce commando en fonction de ma spé étant donné qu'il recrute aussi dans le personnel de la marine nationale ? Faut il passer le STAC ou un stage différent ? Merci de vos reponses, Bonne soirée.
    • Madame Denise Trioulet-Schemite, s'est éteinte à 95 ans à Reims. Héroïne de la Résistance, Denise Schemite, née Trioulet, s’est éteinte à 95 ans à Reims. Titulaire de nombreuses décorations, la Vitryate appartenait à une famille qui avait fait de l’opposition à l’ennemi son credo. Elle a été très active dans la Résistance. Elle était, comme sa sœur Françoise, imprégnée par son passé de Résistante. Fortment marquée par les événements de cette période, Denise Trioulet-Schemite s’en est allée, en toute discrétion. Comme elle passait avec d’infinies précautions les messages entre les groupes résistants durant la Seconde Guerre mondiale. « C’était difficile de dire ce qu’il s’est passé au camp de Compiègne car personne ne nous croyait » , regrettait-elle en mai 2015 lors d’une exposition en l’honneur des Résistants de La Chaussée-sur-Marne à laquelle elle avait été invitée. Ce souci de transmission de la mémoire l’animait puissamment. Il l’a guidée jusqu’au bout d’une existence que Denise Trioulet-Schemite étirait paisiblement à la Villa Beausoleil, la maison de retraite de Loisy-sur-Marne. C’est là-bas que le 7 mars 2015, la Vitryate de naissance avait reçu les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. C’est le président de la République qui les lui avait accordés par décret de mars 2014 en commémoration du 70 e anniversaire du débarquement et de la Libération. La cérémonie avait réuni tous ses proches. Elle fut l’occasion de se replonger dans l’histoire d’une famille de la rue du loup, à Vitry-le-François. Arrêtée avec sa sœur jumelle, Françoise, et sa maman, Juliette, en 1943, Denise fut conduite à la prison de Châlons par la Gestapo. Malgré les interrogatoires serrés, les menaces et les brimades, elles n’ont jamais cédé un renseignement sur l’activité de Georges Trioulet, véritable cible des Allemandes en tant que bras droit du chef de son réseau de Résistance. La prison de Laon puis le camp de Compiègne n’ont rien changé à leur détermination. Libérées en 1944, Denise Trioulet-Schemite avait mérité ses nombreuses décorations. Dès le 4 juillet 1948, le général Giraud lui remettait la médaille de la Résistance, ainsi qu’à sa sœur. Denise Trioulet-Schemite était également titulaire de la Croix des combattants volontaires 39-45. Avec elle, c’est la dernière grande figure locale de la Résistance qui s’est éteinte. À sa famille et ses amis, la rédaction de L’Union présente ses sincères condoléances. Denise Trioulet-Schemite s’est éteinte en avril 2021 à 95 ans, à Reims. Elle résidait à la Villa Beausoleil, à Loisy-sur-Marne. Née le 3 mars 1926, elle était la fille du lieutenant-colonel Georges Trioulet, ancien combattant et Résistant. Il a aussi siégé de 1947 à 1965 au conseil municipal de Vitry-le-François. Elle-même Résistante, Denise Triulet-Schemite s’était illustrée pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait été élevée au rang de chevalier de la Légion d’honneur par décret du président de la République François Hollande en 2014. (Source : La Légion d'honneur dans la Marne) C'est avec une très grande tristesse que nous vous annonçons le décès de notre vétéran et ami Ken Mayhew. Ken nous a quitté hier soir en présence des siens dans la plus stricte intimité. Un grand personnage du Suffolk s'en est allé, un homme avec une grande prestance et si gentil . Une des dernières mémoires vivantes de ses effroyables combats du 6 Juin 1944. (source : Les Amis du Suffolk régiment)
    • Un de ces nombreux militaires "mort pour la France" tombé directement dans l'oubli, héros d'une guerre lointaine que notre pays a voulu vite oublié, l'adjudant Guy PRIGENT fut l'un de ceux là. Guy Prigent (1925-1954). Alias « le mousse ». Guy Prigent, un Français d’Indochine, fils d’un officier de l’artillerie coloniale, un vrai bourlingueur, a rejoint les Français libres début 1943, même pas majeur, à New-York York. D’abord marin, il deviendra vite un parachutiste du SAS (le 4e bataillon d'Infanterie de l'Air du commandant Bourgoin). Parachuté en Bretagne le 7 juin 1944, il fera toute la campagne de la libération de cette région contre les Allemands. Puis, il combattra en Belgique et aux Pays- Bas où il reçoit la croix de guerre hollandaise . 1946 voit le sergent Prigent débarquer en Indochine c’est son premier séjour, il est blessé en décembre 1946. En  février 1947 regagne la métropole. Muté à la brigade des parachutistes coloniaux, il obtient son brevet de chef de section. Démobilisé il rengage en en 1952, il est sergent-Chef affecté au 6° B.P.C et rejoint l’Indochine pour son deuxième séjour. En juillet 1953 il est nommé adjudant à titre exceptionnel. Le 20 novembre 1953 il saute sur Diên Biên Phu pour l’opération Castor.  En décembre 1953, alors membre du 6eme BPC (bataillon Bigeard), il recevra sa neuvième citation pour faits de guerre. Puis le 16 mars 1954 à nouveau D.B.P. où le combat fait rage. Guy Prigent tombera lors d’une contre attaque , le 10 avril 1954, à Dien Bien Phu, sur la terre d’Indochine, qui l’avait vu naître.   Pour l’ensemble de sa carrière de combattant il a obtenu :  - La Légion d’Honneur au grade de Chevalier  - La Médaille Militaire - les croix de Guerre 39/45 et T.O.E – Il totalisait 11 citations dont  3 Palmes - 2 Blessure de guerre  - La Croix de le Vaillance vietnamienne avec Palme  - La Croix de Guerre néerlandaise - La Croix du Mérite Thaï  - La Croix du Mérite Combattant (Sources : Soldats de France et Rudolph de Patureaux écrivain)