Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

  • Administrateur

L'actualité récente à mis à l'honneur une jeune réserviste, professeur de mathématique et réserviste chez les pompiers de Paris, cela mérite d'être souligné.

 

PARIS : ELLE SAUVE UN HOMME D'UN ARRÊT CARDIAQUE, CETTE FEMME POMPIER RÉSERVISTE À L'HONNEUR

bspp_608fa2855347e.jpg

La femme de Peter a tenu à remercier Marion, sans qui son mari aurait peut-être pu mourir.[© N.Michaud / BSPP]

 

Sans son intervention, Peter aurait peut-être pu mourir d'un arrêt cardiaque en plein Paris. Marion – pompier réserviste à la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)– a pu le sauver grâce à des gestes précis de premiers secours. Ce dimanche, elle a pu rencontrer la famille de cet homme de 53 ans.

Les faits se sont déroulés mercredi dernier au Parc Monceau (17e), là où Peter a l'habitude de courir. Sans nouvelle de lui alors qu'il aurait dû rentrer avant le couvre-feu, sa femme Lori est finalement contactée par un médecin urgentiste, qui se trouve dans l'ambulance avec Peter, victime d'un arrêt cardiaque.

UN MASSAGE CARDIAQUE SALVATEUR

A l'hôpital Georges Pompidou (15e) où il est transféré, Lori apprend ensuite que son mari est hors de danger et a survécu grâce à un massage cardiaque prodigué quelques secondes seulement après sa chute. Des gestes précis de premiers secours qui lui ont sans aucun doute sauvé la vie.

Emue, et particulièrement désireuse de remercier la personne qui a effectué le massage, Lori et sa famille préparent des affiches, qu'ils viennent coller au Parc Monceau (17e) dans la semaine. Sur celles-ci, on peut lire : «vous avez sauvé la vie de mon mari [...] Grâce à quelqu'un qui lui a fait un massage cardiaque, il a survécu et aura peu de séquelles».

Publié sur les réseaux sociaux, son message a ensuite été largement relayé. A tel point que plusieurs témoins de la scène prennent le temps de lui écrire, comme Alizée F., chargée de communication à l'ARS Ile-de-France. «Madame, je suis la personne qui a vu votre mari et nous lui avons apporté les premiers secours avec mon conjoint en attendant que cette femme réserviste apporte son aide. Je suis tellement émue de savoir que votre mari va bien, nous n’avons jamais cessé de penser à lui», lui a-t-elle écrit.

 

E0aBwPAWUAEsr_W.jpg

 

L'HÉROÏNE EST POMPIER RÉSERVISTE

Dans un autre message, Lori explique ensuite que d'autres témoins de la scène lui auraient assuré qu'il s'agissait d'une «femme pompier réserviste» qui se trouvait au Parc Monceau (17e) «par hasard». «Aidez-moi à la trouver. Toute notre famille souhaite vivement la remercier», écrit ensuite Lori sur Twitter, qui a trouvé sur le réseau social le moyen de toucher un maximum de monde.

E0aBxlpX0AoJ-s0.jpg

C'est finalement la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris qui a pu retrouver Marion, professeur de mathématiques et réserviste à la BSPP. Une rencontre a même été organisée ce dimanche 2 mai. «Grâce à sa réactivité et sa ténacité, l'homme a survécu. Son épouse tenait à la remercier», peut-on lire sur la publication Twitter de la BSPP

(Source : CNews.fr / Pompier de Paris)

Link to post
Share on other sites
  • Similar Content

    • By Simon MR69
      Bonjour, actuellement étudiant en santé j'ai voulu intégrer la réserve de la gendarmerie nationale, sa fait 2 ans que j'attend ça et lors des test on ma annoncé que il fallait que j'attende encore 1  et demi au minimun voir 3 ans au maximum avant de débuter ma premiere formation ( PMG ). Du coup cela m'enerve et je suis plus tenter pour intégrer la résérve de l'armée de terre car je trouve ça plus interessant que la gendarmerie, plus d'action, moins de routine, des décors et une image plus valorisante et moins d'attente.  J'aimerai donc savoir quel sont les conditions du choix du régiment et quel est la durée entre le moment ou on s'inscrit sur le site de la garde nationale et le moment ou on débute la formation. Voila merci de votre réponse
    • By thomas1411
      Bonjour 
      j’ai une léger soucis concernant ma FMIR alors voilà j’ai eu la date ou ma FMIR aller se dérouler c’est les 2 dernières semaines d’août mais avec le confinement qui a eu lieu mon référent m’a dit que sa serais peut être reculer mais qu’il allait nous communiquer l’info le 15 mai, depuis plus de nouvelle j’ai essayer de le contacter est sa n’à rien donner alors je me tourne vers vous pour vous demandez si vous avez des infos est si vous pensez que sa sera reculer ou non 
       
      merci d’avance 
    • By thomas1411
      Bonjour à tous,
      J’aurais quelques questions qui me trotte dans la tête.
      1) Un réserviste de l’armée de terre à t’il        le droit au port d’arme après leurs service se que je veut dire c’est est ce qu’un réserviste peut porter une arme de poing quand il n’est plus en fonction (après sa journée de travail) comme un gendarme après son service par exemple. Si oui dans quelles conditions.
       
      2) Est ce qu’un réserviste peut porter son uniforme pour aller par exemple le montrer à une personne de son entourage (amis, famille). Si oui dans quelles conditions.
       
      Merci à tous d’avance pour vos réponse passer une bonne soirée.😉 
    • By thomas1411
      Bonjour à tous 
      je me permet d’ouvrir un sujet car j’ai des questions. 
      Alors voilà cela fait 1 mois que je candidat dans la réserve opérationnelle de l’armée de terre, j’ai effectué quelques étapes, j’ai validé mon aptitude médicale par mon médecin traitant et je suis bloqué à une étape, « mon entretien en unité » cela fait 1 mois voir même un peu plus que je n’ai pas reçu l’appelle pour cette étape, j’ai contacté mon référent par mail et je n’ai pas eu de réponse ce que je ne trouve pas trop normal, si quelqu’un peut m’aider parce que sa m’inquiète.
      Merci d’avance 
    • By MRCoine
      Bonjour,
      J'ai 21 ans et je suis Actuellement prof de guitare, je veux rentrer en Gendarmerie. Je suis réserviste depuis peu et j'ai tenté le concours SOG en externe en octobre 2019. J'ai malheureusement échoué au sport (au niveau de la simulation de combat). On m'a donc conseillé de faire GAV pour mieux me préparer, notamment au parcours. J'ai donc passé les tests GAV récemment.
      J'ai néanmoins une question. Si j'incorpore l'école GAV, cela risque d'être en Juin ou Mai (minimum). Mais au niveau du prochain concours, est ce que je pourrais le passer en interne quand même ? Car je serais GAV au moment du concours, mais inscription en tant que réserviste.
      Autre question, est-il intéressant que je le passe en interne ou en externe du coup ? Est-ce que il ne vaut mieux pas que j'attende celui de 2021 et que je le passe en interne en tant que GAV.
      J'espère avoir été clair 😁
      Merci pour vos réponses 


  • Posts

    • Bonjour, Je vous remercie pour vos recherches. Dommage qu'on n'ait pas la couleur de l'étoile ! Cordialement
    • Bonsoir, Je vous remercie pour votre aide. Pour information, la photo a été prise à Paris, 60 avenue de Clichy. Cordialement  
    • Bonjour à tous, Je suis dans la marine nationale dans le domaine de la guerre électronique depuis peu et je voulais me renseigner sur les commandos marines avec notamment le commando Kiffer qui est spécialisé notamment dans la guerre électronique. (Mais pas que bien sur). Comment peut on faire parti de ce commando en fonction de ma spé étant donné qu'il recrute aussi dans le personnel de la marine nationale ? Faut il passer le STAC ou un stage différent ? Merci de vos reponses, Bonne soirée.
    • Madame Denise Trioulet-Schemite, s'est éteinte à 95 ans à Reims. Héroïne de la Résistance, Denise Schemite, née Trioulet, s’est éteinte à 95 ans à Reims. Titulaire de nombreuses décorations, la Vitryate appartenait à une famille qui avait fait de l’opposition à l’ennemi son credo. Elle a été très active dans la Résistance. Elle était, comme sa sœur Françoise, imprégnée par son passé de Résistante. Fortment marquée par les événements de cette période, Denise Trioulet-Schemite s’en est allée, en toute discrétion. Comme elle passait avec d’infinies précautions les messages entre les groupes résistants durant la Seconde Guerre mondiale. « C’était difficile de dire ce qu’il s’est passé au camp de Compiègne car personne ne nous croyait » , regrettait-elle en mai 2015 lors d’une exposition en l’honneur des Résistants de La Chaussée-sur-Marne à laquelle elle avait été invitée. Ce souci de transmission de la mémoire l’animait puissamment. Il l’a guidée jusqu’au bout d’une existence que Denise Trioulet-Schemite étirait paisiblement à la Villa Beausoleil, la maison de retraite de Loisy-sur-Marne. C’est là-bas que le 7 mars 2015, la Vitryate de naissance avait reçu les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. C’est le président de la République qui les lui avait accordés par décret de mars 2014 en commémoration du 70 e anniversaire du débarquement et de la Libération. La cérémonie avait réuni tous ses proches. Elle fut l’occasion de se replonger dans l’histoire d’une famille de la rue du loup, à Vitry-le-François. Arrêtée avec sa sœur jumelle, Françoise, et sa maman, Juliette, en 1943, Denise fut conduite à la prison de Châlons par la Gestapo. Malgré les interrogatoires serrés, les menaces et les brimades, elles n’ont jamais cédé un renseignement sur l’activité de Georges Trioulet, véritable cible des Allemandes en tant que bras droit du chef de son réseau de Résistance. La prison de Laon puis le camp de Compiègne n’ont rien changé à leur détermination. Libérées en 1944, Denise Trioulet-Schemite avait mérité ses nombreuses décorations. Dès le 4 juillet 1948, le général Giraud lui remettait la médaille de la Résistance, ainsi qu’à sa sœur. Denise Trioulet-Schemite était également titulaire de la Croix des combattants volontaires 39-45. Avec elle, c’est la dernière grande figure locale de la Résistance qui s’est éteinte. À sa famille et ses amis, la rédaction de L’Union présente ses sincères condoléances. Denise Trioulet-Schemite s’est éteinte en avril 2021 à 95 ans, à Reims. Elle résidait à la Villa Beausoleil, à Loisy-sur-Marne. Née le 3 mars 1926, elle était la fille du lieutenant-colonel Georges Trioulet, ancien combattant et Résistant. Il a aussi siégé de 1947 à 1965 au conseil municipal de Vitry-le-François. Elle-même Résistante, Denise Triulet-Schemite s’était illustrée pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait été élevée au rang de chevalier de la Légion d’honneur par décret du président de la République François Hollande en 2014. (Source : La Légion d'honneur dans la Marne) C'est avec une très grande tristesse que nous vous annonçons le décès de notre vétéran et ami Ken Mayhew. Ken nous a quitté hier soir en présence des siens dans la plus stricte intimité. Un grand personnage du Suffolk s'en est allé, un homme avec une grande prestance et si gentil . Une des dernières mémoires vivantes de ses effroyables combats du 6 Juin 1944. (source : Les Amis du Suffolk régiment)
    • Un de ces nombreux militaires "mort pour la France" tombé directement dans l'oubli, héros d'une guerre lointaine que notre pays a voulu vite oublié, l'adjudant Guy PRIGENT fut l'un de ceux là. Guy Prigent (1925-1954). Alias « le mousse ». Guy Prigent, un Français d’Indochine, fils d’un officier de l’artillerie coloniale, un vrai bourlingueur, a rejoint les Français libres début 1943, même pas majeur, à New-York York. D’abord marin, il deviendra vite un parachutiste du SAS (le 4e bataillon d'Infanterie de l'Air du commandant Bourgoin). Parachuté en Bretagne le 7 juin 1944, il fera toute la campagne de la libération de cette région contre les Allemands. Puis, il combattra en Belgique et aux Pays- Bas où il reçoit la croix de guerre hollandaise . 1946 voit le sergent Prigent débarquer en Indochine c’est son premier séjour, il est blessé en décembre 1946. En  février 1947 regagne la métropole. Muté à la brigade des parachutistes coloniaux, il obtient son brevet de chef de section. Démobilisé il rengage en en 1952, il est sergent-Chef affecté au 6° B.P.C et rejoint l’Indochine pour son deuxième séjour. En juillet 1953 il est nommé adjudant à titre exceptionnel. Le 20 novembre 1953 il saute sur Diên Biên Phu pour l’opération Castor.  En décembre 1953, alors membre du 6eme BPC (bataillon Bigeard), il recevra sa neuvième citation pour faits de guerre. Puis le 16 mars 1954 à nouveau D.B.P. où le combat fait rage. Guy Prigent tombera lors d’une contre attaque , le 10 avril 1954, à Dien Bien Phu, sur la terre d’Indochine, qui l’avait vu naître.   Pour l’ensemble de sa carrière de combattant il a obtenu :  - La Légion d’Honneur au grade de Chevalier  - La Médaille Militaire - les croix de Guerre 39/45 et T.O.E – Il totalisait 11 citations dont  3 Palmes - 2 Blessure de guerre  - La Croix de le Vaillance vietnamienne avec Palme  - La Croix de Guerre néerlandaise - La Croix du Mérite Thaï  - La Croix du Mérite Combattant (Sources : Soldats de France et Rudolph de Patureaux écrivain)