Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonjour,

Dans le cirfa près de chez moi, le capitaine qui s'occupe du recrutement pour l'armée de l'air m'a précisé que quand on est d'abord sous-officier puis ensuite officier, il y a un plafond de verre dans la progression. Je ne doute pas de la véracité de ses propos, j'aimerais juste que l'on m'explique ce que cela signifie concrètement.

Merci,

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Le haut de la hiérarchie sera presque toujours occupé par les directs de Salon et pilotes.

Un officier passé par l'EMA, semi-direct donc "perd" déjà environ 3ans par rapport à un direct; or l'avancement se fait aussi mais pas que, sur le critère de l'âge, je pense que c'est ce plafond de verre dont il parle.

Mais il y a , certes très peu, de généraux issus du corps des sous-officiers.

Link to post
Share on other sites

Merci pour votre réponse. Quand on regarde les grilles indiciaires, il y a une durée assignée à chaque grade, si on est un bon élément, ce temps peut être raccourci ? Est-ce comme dans la fonction publique ? 

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Pour les échelons indiciaires la durée entre chacun d'eux est incompressible.

De même que pour le passage des grades, il faut un certain temps dans un grade avant de pouvoir accéder à celui qui est immédiatement supérieur, en plus des notations bien sur.

Link to post
Share on other sites

Cela signifie donc que pour un jeune comme moi de 23 ans qui vise la voie semi-directe (je vais également tenter sur titre mais j'ai peu d'espoir), il peut espérer atteindre au maximum le grade de commandant compte tenu de son âge et du temps de passage des grades, ai-je raison ? 


J'ai une autre question. Quand on a un contrat dans l'armée de l'air, (dans mon cas ça serait 6 ans en tant que technicien exploitant du renseignement) est-ce comme les contractuels dans la fonction publique ? Dans la FP quand on est contractuel on peut passer le concours de son administration en interne.

Enfin, le recruteur du CIRFA m'indique souvent que malgré le fait que mon profil soit "surdimensionné" (Sciences Po double diplôme) pour un contrat de sous-officier, au terme du contrat je pourrais selon lui avoir des postes dans d'autres ministères ? Qu'est-ce qu'il entend par là ? 

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Un semi-direct ne sera pas forcément plafonné au grade de commandant, s'il a les bonnes notations, les examens qu'il faut, il peut terminer colonel voire général mais il faut dire que ce ne sera pas pour le plus grand nombre.

Je parle d'un cas que je connais mais de l'AdT, j'ai un camarade de promo sous-officier qui a terminé général, mais sur un promo de 300, c'est le seul à ma connaissance (concours EMIA semblable à EMA).

Tu parles du concours sur titre, si cela ne se fait pas, pourquoi ne pas passer par la filière "OSC" puis tenter le concours EMA?

Après le premier contrat, la passerelle vers d'autres administrations est possible par le biais de concours, sur dossier mais pour les sous-officiers et militaires du rang (mais il y a peu de places) avec plus d'ancienneté.

Link to post
Share on other sites

Je comprends, la progression n'est pas complètement déterminée dès le début.

Le problème avec les OSC est que cela dépend de l'offre et de la demande. Actuellement, il n'y a pas d'OSC spécialisé en en renseignement dans l'armée de l'air. Je ne vois pas l'intérêt d'être OSC dans un domaine qui m'est complétement étranger.

Les concours passerelles dont vous parlez, on peut les passer en interne (en tant que fonctionnaire, contractuel) ou on doit les passer en externe comme tout le monde ?

J'aimerais savoir, selon votre expérience la spécialité renseignement est très demandée par les candidats dans l'armée de l'air ?

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Pour les concours de la fonction publique, tu es considéré comme candidat externe.

Je ne connais pas la politique de recrutement de l'armée de l'air mais je sais qu'il y quelques mois, une montée en puissance d'équipages de drone a été faite, avec le recrutement de futurs pilotes venant même du civil alors qu'auparavant c'était plutôt une réorientation de pilotes de chasse dont le vecteur était admis à la retraite (Mirage F1, 2000N).

L'équipage d'un drone est de 4, 1 pilote, 1 opérateur capteurs, 1 coordinateur tactique, tous officiers, et 1 interprétateur images, sous-officier. Comme un drone tourne souvent près de 24 heures, il faut au moins 2 voire 3 équipages pour cette durée.

Il y a aussi des cellules Rens dans presque tous les escadrons de l'AA.

Link to post
Share on other sites

Je vois c'est plus clair à mes yeux. Dites-moi dans quelles mesures les langues "rares" peuvent-elles être utiles à l'AA ? Je parle le Russe et l'Ukrainien. Mon recruteur CIRFA a été un peu rapide sur ce point. 

Link to post
Share on other sites
  • Spécialiste
Le 04/05/2021 à 11:42, Fred689 a dit :

Pour les concours de la fonction publique, tu es considéré comme candidat externe.

Ce n'est pas tout à fait exact. Un militaire sous contrat peut passer la plupart des concours internes de la fonction publique. Selon le concours visé il y a des conditions et des dossiers à faire, mais c'est tout à fait possible.

Link to post
Share on other sites

Merci pour cette précision. C'est encore plus intéressant alors ! J'ai une question qui n'a pas grand chose à voir, la retraite est à 52 ans ou 59 ans ? Si je suis sous-officier et je passe après 3 ans de service le concours en interne pour officier. 

Link to post
Share on other sites