Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonjour,

Sur la photo jointe, il y a mon grand-oncle, sans doute le premier en bas en partant de la droite, sa fiche matricule dit qu'il a fait son service au 26 ème Régiment d' Artillerie cette époque au Mans, soit 85 km de chez lui, il a fait la guerre au 26ème, et 13 ème d' Artillerie .

Ce que je ne comprends pas, sur les cols et sur certaines caquettes il y a le numéro 19, s'il s' agi du 19 d' Artillerie à cette époque il est à Draguignant, peu plausible .

Ce numéro est il la marque d' une section, d' une compagnie ? ou autres 

Si quelqu' un a une info je suis preneur

Cordialement

victor1401.jpg

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Sur le panneau je lis:

" honneur à la classe 1906"

je suppose qu'ils sont en formation , aujourd'hui on dit en école d'application, d'artillerie à Draguignan.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Bonjour,

Photo prise lors du service militaire (photo de classe, comme nous en avons fait il y a encore peu...)

On y voit des artilleur en tenue de campagne,

culotte bleu foncé à bande rouge (définissant les armes "savantes" ; artillerie, génie), il ne sont pas chaussés de bottes mais de brodequins et de housseaux pour cavaliers, sur lesquels sont montés des éperons (les pièces l'artillerie et les caissons d'obus étaient mut par moyens hippomobiles). Ils porte les vestes courtes caractéristique de cette arme et appelée familièrement "ras le cul".

unnamed.jpg

L'homme au fond à droite, porte lui la tunique (que l'on devine) avec les épaulettes à franges.

L'artilleur en tablier est en tenue de palefrenier.

Remarquez les sabres d'artilleur disposés en faisceaux.

Il y a 3 heures, jcrenjc a dit :

Ce que je ne comprends pas, sur les cols et sur certaines caquettes il y a le numéro 19, s'il s' agi du 19 d' Artillerie à cette époque il est à Draguignant, peu plausible .

Les chiffres régimentaires se trouvent sur les pattes de col (ou collet) et sur le képi, il indique le régiment d'appartenance du militaire.

19ème régiment d'artillerie de campagne (19e RAC) à Nimes.

http://tableaudhonneur.free.fr/19eRAC.pdf

Pourquoi ce ne serait pas plausible ?

Nos anciens se déplaçaient, notamment à l'aide du train.

Il faut également faire attention au registre matricule, car tous n'est pas inscrit, tout dépendait du fourrier qui remplissait les dossiers.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 16 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

(définissant les armes "savantes" ; artillerie, génie)

A chaque fois que je lis cela, je me réjouis d'avoir servi des années durant dans une arme "savante", moi qui n'ai pas dépassé le brevet des collèges à l'école. :32_(18)::merciii:

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Oui Bero, armes savantes,, je ne t'apprends rien mais pour réaliser un bon tir, il faut faire des calculs d'angles, de courbes...programmer le temps d'explosion de la fusée... Quand au Génie, un pont, une route, une ligne de chemin de fer... est le fruit de long calculs. 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 20 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Oui Bero, armes savantes,, je ne t'apprends rien mais pour réaliser un bon tir, il faut faire des calculs d'angles, de courbes...programmer le temps d'explosion de la fusée...

et tenir compte de la vitesse et de la force du vent selon les altitudes en suivant les bulletins météo réalisés par les spécialistes du régiment, et tenir compte du poids de l'obus, décider la charge propulsive qu'il faut utiliser en fonction de la distance à parcourir etc etc..  Eh oui j'ai été chef d'équipe, que l'on appelait EPT (équipe de préparations des tirs) avec que cela ne s'appelle PCB (Poste de commandement de batterie) et cela a sans doute encore changer aujourd'hui.

C'était un travail plutôt sympa que j'ai bien aimé , même si ma préférence dans l'artillerie allait vers le travail de topographie. 

Link to post
Share on other sites

Re,

merci pour la réponse, il me semblait étonnant quant 1900 on puisse faire l'armée à 900km de chez soit, mais il y a des preuves .

Puisqu'il y des spécialistes j'ai d'autres questions :

sur sa fiche on lit :

Citation à l'ordre du Régiment (13éme Artillerie) du 1.12.1918 .

Conducteur modèle, calme ........les 28 29 30 septembre conduisant sa voiture téléphonique pour l'établissement des liaisons ........

Ces dates de septembre sont' elles de septembre 1918, cela permettrait de situer le lieu

une voiture téléphonique c'est quoi ?

Encore, il a fait toute la guerre au 13éme, je suppose et je l'espère, qu'il n'a pas toujours été au front, il pouvait passer à l'arrière, pouvait' il avoir des permissions ?

Merci pour vos retours

Cordialement

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

A l'époque le mobile n'existait pas!

Le moyen de communication et donc le moyen de passer les ordres de tir était le téléphone dit de campagne.

En gros c'est un point à point et 2 fils électriques qui relient ces 2 points. La voiture téléphonique était "l'antenne relais" du poilu. Je ne sais pas si la télégraphie sans fil  (ou radio de nos jours) était déjà en service en 14/18.

Même si l'artillerie n'est pas la première ligne de front comme l'infanterie, je pense que les artilleurs bénéficiaient aussi de permissions.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
il y a 35 minutes, jcrenjc a dit :

Citation à l'ordre du Régiment (13éme Artillerie) du 1.12.1918 .

Conducteur modèle, calme ........les 28 29 30 septembre conduisant sa voiture téléphonique pour l'établissement des liaisons ........

Ces dates de septembre sont' elles de septembre 1918, cela permettrait de situer le lieu

Il a été cité le 1er décembre 1918, pour ses actions du 28, 29 et 30 septembre 1918.

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, berogeitabi a dit :

et tenir compte de la vitesse et de la force du vent selon les altitudes en suivant les bulletins météo réalisés par les spécialistes du régiment, et tenir compte du poids de l'obus, décider la charge propulsive qu'il faut utiliser en fonction de la distance à parcourir etc etc..  Eh oui j'ai été chef d'équipe, que l'on appelait EPT (équipe de préparations des tirs) avec que cela ne s'appelle PCB (Poste de commandement de batterie) et cela a sans doute encore changer aujourd'hui.

C'était un travail plutôt sympa que j'ai bien aimé , même si ma préférence dans l'artillerie allait vers le travail de topographie. 

que de bon souvenir.....ancien observateur dans une EOP....beaucoup de topo...classe

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • Bonjour, Je vous remercie pour vos recherches. Dommage qu'on n'ait pas la couleur de l'étoile ! Cordialement
    • Bonsoir, Je vous remercie pour votre aide. Pour information, la photo a été prise à Paris, 60 avenue de Clichy. Cordialement  
    • Bonjour à tous, Je suis dans la marine nationale dans le domaine de la guerre électronique depuis peu et je voulais me renseigner sur les commandos marines avec notamment le commando Kiffer qui est spécialisé notamment dans la guerre électronique. (Mais pas que bien sur). Comment peut on faire parti de ce commando en fonction de ma spé étant donné qu'il recrute aussi dans le personnel de la marine nationale ? Faut il passer le STAC ou un stage différent ? Merci de vos reponses, Bonne soirée.
    • Madame Denise Trioulet-Schemite, s'est éteinte à 95 ans à Reims. Héroïne de la Résistance, Denise Schemite, née Trioulet, s’est éteinte à 95 ans à Reims. Titulaire de nombreuses décorations, la Vitryate appartenait à une famille qui avait fait de l’opposition à l’ennemi son credo. Elle a été très active dans la Résistance. Elle était, comme sa sœur Françoise, imprégnée par son passé de Résistante. Fortment marquée par les événements de cette période, Denise Trioulet-Schemite s’en est allée, en toute discrétion. Comme elle passait avec d’infinies précautions les messages entre les groupes résistants durant la Seconde Guerre mondiale. « C’était difficile de dire ce qu’il s’est passé au camp de Compiègne car personne ne nous croyait » , regrettait-elle en mai 2015 lors d’une exposition en l’honneur des Résistants de La Chaussée-sur-Marne à laquelle elle avait été invitée. Ce souci de transmission de la mémoire l’animait puissamment. Il l’a guidée jusqu’au bout d’une existence que Denise Trioulet-Schemite étirait paisiblement à la Villa Beausoleil, la maison de retraite de Loisy-sur-Marne. C’est là-bas que le 7 mars 2015, la Vitryate de naissance avait reçu les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. C’est le président de la République qui les lui avait accordés par décret de mars 2014 en commémoration du 70 e anniversaire du débarquement et de la Libération. La cérémonie avait réuni tous ses proches. Elle fut l’occasion de se replonger dans l’histoire d’une famille de la rue du loup, à Vitry-le-François. Arrêtée avec sa sœur jumelle, Françoise, et sa maman, Juliette, en 1943, Denise fut conduite à la prison de Châlons par la Gestapo. Malgré les interrogatoires serrés, les menaces et les brimades, elles n’ont jamais cédé un renseignement sur l’activité de Georges Trioulet, véritable cible des Allemandes en tant que bras droit du chef de son réseau de Résistance. La prison de Laon puis le camp de Compiègne n’ont rien changé à leur détermination. Libérées en 1944, Denise Trioulet-Schemite avait mérité ses nombreuses décorations. Dès le 4 juillet 1948, le général Giraud lui remettait la médaille de la Résistance, ainsi qu’à sa sœur. Denise Trioulet-Schemite était également titulaire de la Croix des combattants volontaires 39-45. Avec elle, c’est la dernière grande figure locale de la Résistance qui s’est éteinte. À sa famille et ses amis, la rédaction de L’Union présente ses sincères condoléances. Denise Trioulet-Schemite s’est éteinte en avril 2021 à 95 ans, à Reims. Elle résidait à la Villa Beausoleil, à Loisy-sur-Marne. Née le 3 mars 1926, elle était la fille du lieutenant-colonel Georges Trioulet, ancien combattant et Résistant. Il a aussi siégé de 1947 à 1965 au conseil municipal de Vitry-le-François. Elle-même Résistante, Denise Triulet-Schemite s’était illustrée pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait été élevée au rang de chevalier de la Légion d’honneur par décret du président de la République François Hollande en 2014. (Source : La Légion d'honneur dans la Marne) C'est avec une très grande tristesse que nous vous annonçons le décès de notre vétéran et ami Ken Mayhew. Ken nous a quitté hier soir en présence des siens dans la plus stricte intimité. Un grand personnage du Suffolk s'en est allé, un homme avec une grande prestance et si gentil . Une des dernières mémoires vivantes de ses effroyables combats du 6 Juin 1944. (source : Les Amis du Suffolk régiment)
    • Un de ces nombreux militaires "mort pour la France" tombé directement dans l'oubli, héros d'une guerre lointaine que notre pays a voulu vite oublié, l'adjudant Guy PRIGENT fut l'un de ceux là. Guy Prigent (1925-1954). Alias « le mousse ». Guy Prigent, un Français d’Indochine, fils d’un officier de l’artillerie coloniale, un vrai bourlingueur, a rejoint les Français libres début 1943, même pas majeur, à New-York York. D’abord marin, il deviendra vite un parachutiste du SAS (le 4e bataillon d'Infanterie de l'Air du commandant Bourgoin). Parachuté en Bretagne le 7 juin 1944, il fera toute la campagne de la libération de cette région contre les Allemands. Puis, il combattra en Belgique et aux Pays- Bas où il reçoit la croix de guerre hollandaise . 1946 voit le sergent Prigent débarquer en Indochine c’est son premier séjour, il est blessé en décembre 1946. En  février 1947 regagne la métropole. Muté à la brigade des parachutistes coloniaux, il obtient son brevet de chef de section. Démobilisé il rengage en en 1952, il est sergent-Chef affecté au 6° B.P.C et rejoint l’Indochine pour son deuxième séjour. En juillet 1953 il est nommé adjudant à titre exceptionnel. Le 20 novembre 1953 il saute sur Diên Biên Phu pour l’opération Castor.  En décembre 1953, alors membre du 6eme BPC (bataillon Bigeard), il recevra sa neuvième citation pour faits de guerre. Puis le 16 mars 1954 à nouveau D.B.P. où le combat fait rage. Guy Prigent tombera lors d’une contre attaque , le 10 avril 1954, à Dien Bien Phu, sur la terre d’Indochine, qui l’avait vu naître.   Pour l’ensemble de sa carrière de combattant il a obtenu :  - La Légion d’Honneur au grade de Chevalier  - La Médaille Militaire - les croix de Guerre 39/45 et T.O.E – Il totalisait 11 citations dont  3 Palmes - 2 Blessure de guerre  - La Croix de le Vaillance vietnamienne avec Palme  - La Croix de Guerre néerlandaise - La Croix du Mérite Thaï  - La Croix du Mérite Combattant (Sources : Soldats de France et Rudolph de Patureaux écrivain)