Jump to content
×
×
  • Create New...

Défilé militaire du 14 Juillet 2021.


Recommended Posts

  • Membre réputé

Bonjour,

Afin de commémorer l'anniversaire du " 2 Mars 1941 - Serment de Koufra ", le Régiment de Marche du Tchad devrait ouvrir le défilé du 14 Juillet 2021.

source ... https://lemamouth.blogspot.com/2021/03/le-rmt-ouvrira-le-defile-du-14-juillet.html

 

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...
  • Administrateur

Bonjour Heïdi, peut être pourrais tu rajouter dans le titre de ton sujet 2021 (14 juillet 2021...) ça permet de cibler immédiatement l'année concerné, merci.

Link to post
Share on other sites
  • Bouchon-Gras 49 changed the title to Défilé militaire du 14 Juillet 2021.
  • Administrateur

Quelques informations diffusé sur "Le Monde"

Après une version restreinte l’an passé en raison de la pandémie de Covid-19, la cérémonie 2021 aura bien lieu avec quelque 5 000 participants, et 25 000 personnes en tribunes. Le grand public devrait être autorisé sur les Champs-Elysées.

Cela peut être considéré comme un signe tangible de sortie de crise : après une cérémonie restreinte l’an dernier, Covid-19 oblige, le traditionnel défilé militaire de la fête nationale du 14 Juillet aura bien lieu cette année à la faveur d’une décrue de l’épidémie, ont annoncé, vendredi 4 juin, ses organisateurs.

« Nous sommes dans un contexte plutôt favorable de sortie de crise sanitaire. Sous réserve qu’elle se poursuive, cette dynamique doit nous permettre un retour au classique, avec un beau 14 Juillet sur les Champs-Elysées », a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) le gouverneur militaire de Paris (GMP), le général Christophe Abad.

En 2020, le format du défilé avait été remplacé par une cérémonie restreinte sur la place de la Concorde, avec un hommage particulier aux militaires et soignants mobilisés pendant la crise sanitaire. L’absence de défilé en France le 14 juillet était une première depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

« Gagner l’avenir »

Cette année, les tribunes devraient accueillir environ 25 000 personnes. Les tribunes assises seront occupées sans jauge, dans le respect des gestes barrières. Les tribunes debout seront occupées à raison d’une personne tous les 4 m2. Le grand public devrait être autorisé sur les Champs-Elysées. Le défilé mobilisera quelque 5 000 participants, dont 4 300 militaires à pied, 71 avions, 25 hélicoptères, 221 véhicules et 200 chevaux de la garde républicaine.

« Gagner l’avenir » sera le thème de cette édition 2021. Une double référence à « la capacité collective de la nation à dépasser les difficultés liées à la crise sanitaire » et, « pour les armées, au fait d’être tournées vers des engagements plus durs, dits de haute intensité, en s’appuyant sur des matériels de haute technologie », détaille le GMP.

Le blindé Griffon, véhicule de transport de troupes de nouvelle génération destiné à remplacer le véhicule de l’avant blindé, défilera pour la première fois, comme le camion-citerne blindé Carapace, déployé au Sahel. Dans les airs, le nouvel avion léger de reconnaissance et de surveillance, utilisé pour collecter du renseignement, participera pour la première fois au traditionnel défilé aérien ouvert par la Patrouille de France.

Le groupement Takuba à l’honneur

Parmi les troupes à l’honneur, figurera le groupement de forces spéciales européennes Takuba, initié par la France pour accompagner les forces maliennes au combat et auquel contribuent huit nations – Belgique, Estonie, Italie, Pays-Bas, République tchèque, Portugal, Suède et France. Ses opérations de coopération étaient toutefois suspendues temporairement depuis jeudi, comme l’ensemble des opérations conjointes franco-maliennes, en réaction à un second coup d’Etat en neuf mois au Mali.

Le régiment de marche du Tchad (RMT) ouvrira le défilé de l’armée de terre à l’occasion des 80 ans du « serment de Koufra » prononcé en mars 1941 par le colonel Leclerc aux troupes dont le RMT est l’héritier : « Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs flotteront sur la cathédrale de Strasbourg. »

Côté marine, honneur aux sous-mariniers, avec la présence de l’équipage du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Emeraude, de retour d’une mission longue de huit mois dans la très stratégique région Indo-Pacifique, dont un passage en mer de Chine méridionale. L’équipage du premier SNA de nouvelle génération Suffren, qui partira en mission à l’automne, sera également convié.

Un défilé de deux heures et une chorale

L’armée de l’air fera défiler son nouveau commandement de l’espace, ainsi que des aviateurs engagés en début d’année dans la mission « Skyros », au cours de laquelle quatre Rafale, deux A400M et un ravitailleurs A330 Phénix ont enchaîné les escales en Inde, aux Emirats arabes unis, en Egypte et en Grèce.

A l’occasion de ses 60 ans, le service militaire adapté, dispositif d’insertion socioprofessionnelle au profit des jeunes ultra-marins, sera représenté, ainsi que le service de santé des armées, très mobilisé depuis le début de la crise sanitaire.

Le défilé, d’une durée d’environ deux heures, s’achèvera en musique avec une chorale de 120 « jeunes engagés » : lycéens militaires, membres du service civique, des services militaires volontaire et adapté, pompiers bénévoles. A l’issue du défilé, plusieurs animations seront proposées aux Franciliens sur l’esplanade des Invalides et dans plusieurs autres arrondissements de la capitale.

(source Le Monde avec AFP)

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Mission Heifara Wakea. Des Rafale de l'armée de l'Air et de l'Espace au-dessus de l'aéroport de Tahiti. Source: EMA
    • Le deuxième patrouilleur océanique pour la Marine argentine, l'ARA Piedrabuena, est arrivé à la base navale Mar del Plata, son port d'attache. L'OPV est bienvenu par son jumeau, l'ARA Bouchard.  
    • @chef télec, merci de passer par la case "présentation". Sujet verrouillé en attendant.
    • Bonjour a tous. Peut-on mettre plusieurs agrafes en même temps sur la mpmt ou faut faire un choix? Cordialement
    • Il y a soixante-dix-sept ans, son engagement a contribué à libérer la Provence de l’occupation nazie. Gérard Roy, résistant tourangeau, a alors 20 ans. Il vient d’être décoré. Gérard Roy a reçu la Légion d’honneur fin mars, dans un salon de L’Orangerie de Tours. © (Photo NR, Hugues Le Guellec)   À 97 ans, Gérard Roy n’a pas perdu sa flamme. Celle qui l’a fait entrer dans la Résistance au printemps 1943. Animé par le dessein de « rejoindre le Général », le Tourangeau, 18 ans à son départ pour le Sud-Ouest, comptera parmi les héros de la Libération. Août 1944 : venant du Maroc, il débarque sur une plage de Provence au sein de la mission « Dragoon » pour créer un nouveau front, deux mois après l’arrivée des Alliés en Normandie. Elle défait le sud de la France du joug nazi. Six décennies se sont écoulées qui valent de retrouver Gérard Roy dans un salon de la résidence de l’Orangerie, à Tours. L’ancien résistant y a élu domicile il y a une vingtaine d’années. C’est là que, au nom du président de la République, il vient d’être fait chevalier de la Légion d’honneur. « Ça représente beaucoup de choses », souffle-t-il pudiquement. Derrière la médaille, un parcours et « un engagement ». Une part de lui jusqu’à aujourd’hui rarement partagée : « Nous étions très peu à ce moment-là. Moi j’avais 18 ans. J’ai décidé de partir, rejoindre l’Espagne d’abord, puis l’espoir de gagner l’Afrique du Nord. Ma fuite depuis Tours a été facilitée par le Colonel Marnet, beau-père de ma sœur Germaine, qui m’avait donné les coordonnées de passeurs censés m’aider à franchir la frontière jusqu’en Aragon. « Je suis parti sans me poser de questions : je voulais m’engager »« Je ne savais pas qui j’allais trouver là-bas, je suis parti seul sans me poser beaucoup plus de questions : je voulais m’engager, il y avait la menace du STO et d’un envoi en Allemagne aussi… On ressentait à la fois la peur et le courage, la fébrilité qu’il fallait tempérer par la discrétion et le secret. « Je devais rejoindre le Maroc où ma sœur Françoise habitait, avec son mari aviateur dans la Royale Air Force… Ne pas attirer l’attention, éviter les bavardages et surtout, la dénonciation. « À la descente du train, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), je me suis retrouvé au milieu d’une colonne de volontaires, comme moi, sûrement trop bruyante et trop nombreuse pour passer inaperçue. Les Allemands surveillaient les gares. Mais je suis parvenu à rejoindre mon guide, dans un bistrot où le rendez-vous était convenu. Puis direction l’Espagne par le col des Moines. » En arrivant à Canfranc, au pied des Pyrénées côté espagnol, Gérard Roy est arrêté par la police et jeté en prison. Transféré à Saragosse, il échappe à la détention grâce à son âge. Son frère Édouard, lui, n’a pas la même chance. Parti avant lui sur le même chemin, il se trouve derrière les barreaux. « Échouant à le sortir de là, je pars pour le Maroc et Casablanca, pour m’engager. » Jusqu’à débarquer en Provence en août 1944, poursuit pour lui son frère Claude, qui raconte avoir échappé de peu aux rafales allemandes tandis que l’ambulance de La Croix-Rouge à bord de laquelle il traversait la forêt de Loches était mitraillée. Gérard Roy retrouvera la Touraine après la Libération et y suivra des études de médecine, fondera une famille, au milieu de quatre enfants. Légion d’honneur épinglée à la poitrine, Gérard Roy sourit, silencieux. La fierté d’une « reconnaissance » pour l’un de ces visages qui ont incarné la Résistance. (source:  https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/tours-le-resistant-gerard-roy-97-ans-decore-de-la-legion-d-honneur?fbclid=IwAR0T5Zn7wiZ_XiYqR5Gx1-0tKESNdPwY_Srq5q1QuaB6Wr_XOC60r0CvRUs  )