Jump to content
×
×
  • Create New...

Le Souffle Du canon - Documentaire


Recommended Posts

  • Membre réputé

Bonjour,

Documentaire qui évoque le SPT = Stress Post-Traumatique réalisé par Nicolas Mingasson ( qui a fait des photos/livre sur l'Afghanistan ). Le film se déroule au Mercantour dans le Centre de Ressource des blessés de l'Armée de Terre qui y accueille les combattants hommes/femmes.

Samedi 28 Mars 2020 à 21h sur LCP-Public Sénat

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • 7 months later...
  • Membre réputé

Bonjour,

Clip qui montre ce que vivent certains/certaines militaires au quotidien

source ...

 

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Les soldats reviennent rarement "intactes" de ce qu'ils ont vécu ou vu, voir les deux.

Longtemps ce mal resta inconnu ou non reconnu, aujourd'hui on sait.

Pour le soldat, c'est difficile, ça l'est également pour la famille.

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé

Bonjour,

Il y a 21 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Les soldats reviennent rarement "intactes" de ce qu'ils ont vécu ou vu, voir les deux.

Longtemps ce mal resta inconnu ou non reconnu, aujourd'hui on sait.

Pour le soldat, c'est difficile, ça l'est également pour la famille.

Oui et le clip à le mérite d'être clair !

Link to post
Share on other sites
  • Staff
Le 16/11/2020 à 21:10, Bouchon-Gras 49 a dit :

Les soldats reviennent rarement "intactes" de ce qu'ils ont vécu ou vu, voir les deux.

Longtemps ce mal resta inconnu ou non reconnu, aujourd'hui on sait.

Pour le soldat, c'est difficile, ça l'est également pour la famille.

C'est incontestable.

En ce qui concerne la famille et les illusions qu'elle peut avoir, les jeunes gens du contingent engagés en Algérie de 1954 à 1962 avec un service militaire de 28 mois et même de 32 mois pour ceux qui furent rappelés en 1954, furent d'une incompréhension totale entre ces deux entités.

Je comprend que les anciens combattants et vétérans n'en parlèrent pratiquement pas et s’exprimèrent bien des années plus tard et encore !

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur
Il y a 2 heures, Janmary a dit :

Je comprend que les anciens combattants et vétérans n'en parlèrent pratiquement pas et s’exprimèrent bien des années plus tard et encore !

Les gens qui ont ou qui vivent ce type de "choc" n'en parle pas ou seulement avec leurs frères d'arme" des gens qui ont vécu la même chose qu'eux.

C'est pourquoi, les anciens de 14-18 se taisaient, ceux de 39-45, d'Indochine, d'Algérie, se retrouvaient entre eux, car "les autres ne peuvent pas comprendre".

C'est la même chose pour les gens qui vivent un attentat ou tout autre choc.

Link to post
Share on other sites

Les anglophones y sont peut-être plus sensibles ?

Ou c'est peut-être moi qui ai plus de connaissances outre-Manche et outre-Atlantique...

Mais déjà, en 14-18, est apparu le concept de shell shock, vaguement traduit par "obusite" par les psychiatres français. D'ailleurs je trouve la réécriture "souffle du canon" plus noble. C'était le tout début de la neuro et l'assimilation avec l'électricité faisait qu'on soignait les malades à coup de chocs électriques... Mais on envoyait tout de même les soldats dans la nature, aux bains etc.

Beaucoup de war poets ont écrit sur ce shellshock, directement à l'hôpital ou après la guerre. Beaucoup de femmes écrivains (Rebecca West, Virginia Woolf) se sont interrogées sur ce trauma dans leurs romans.

Néanmoins on soupçonnait volontiers les soldats de "faire semblant" pour ne pas retourner au front ou pour demander une pension et cela a beaucoup freiné les recherches au Royaume-Uni à l'époque.

Après, il y a eu les vétérans du Vietnam aux Etats-Unis, c'est d'ailleurs à partir de là que le concept de PTSD s'est vraiment développé.

J'ai un peu honte de moins connaître l'aspect français. Ce que j'ai lu de poètes ou d'écrivains combattants m'a semblé moins (ou différemment) tourné vers le trauma, excepté Voyage jusqu'au bout de la nuit de Céline et peut-être La Mort de près de Genevoix...

Mais vous me détromperez sûrement.

Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé

Bonjour,

Je ne sais pas si cela existe en France mais il existe ailleurs des " chiens soutiens psychologiques " qui aident les vétérans, comme lors de cauchemars le chien le réveille.... !

Link to post
Share on other sites

Oui, cela commence à exister en France.

D'une part plus de chiens d'assistance sont maintenant remis pour soutien psychologique (aux enfants, notamment, mais pas que).

Pour le PTSD spécifiquement, je crois que c'est davantage de la médiation animale, pour l'instant, que de la remise de chien (contrairement au Canada).

Link to post
Share on other sites
  • Membre réputé
Le 25/11/2020 à 21:25, Alouette a dit :

que de la remise de chien (contrairement au Canada).

Oui, cela se fait plus en Angleterre, USA et ailleurs ....

Souhaitons que cela se réalise enfin en France ! Mieux vaut tard que jamais 😉!

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
  • Administrateur

Pour avoir discuter de ce problème avec un ami médecin militaire, qui pratique des expertises sur des militaires ou d'anciens militaires, c'est dramatique, même lui je l'ai senti choqué.

Beaucoup ne sont pas suivi, car il faut en faire la demande et remplir de nombreux dossiers et donc seul un petit nombre sont expertisé.

Par respect envers mon ami et par correction envers nos camarades, je ne raconterai pas par en quoi ces traumatismes ce traduisent, néanmoins sachez que nous avons des "rambos" (au sens pur du film, des gens qui vivent d'en un autre monde et qui sont lâchés par leurs pairs et l'état) dans la nature. Comme dans le reportage (le souffle du canon) un bruit, la moindre altercation peut déclencher une réaction au quelle nous ne nous attendons pas.

C'est dramatique !

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

C'est dommage que l'on ne puisse pas mettre des choses en place pour aider et soutenir ces écorchés de la vie, ils ont fait leurs devoirs et nous ne sommes pas capable de les accompagner.

Ca pourrait être une mission de la réserve citoyenne, par exemple.

Link to post
Share on other sites

Je suis tellement d'accord...

Cependant L'aide est parfois difficile à accepter et souvent plus difficile à donner. Lorsqu'on n'est pas passé par là, l'empathie simple ne suffit pas, je pense. Le faux pas peut-être plus blessant que pas d'aide... ? 

Link to post
Share on other sites