Jump to content
×
×
  • Create New...

Monuments (stèles, sépultures...) commémoratifs parfois oubliés


Recommended Posts

  • Administrateur

Vu dans les Hautes Alpes au petit hameau de Le Bez, commune de la Salle les Alpes, cette plaque sur les murs de l’église de la commune et qui fait écho à la stèle présente dans le cimetière.

 

5641D304-7B90-4D9E-A029-CCA42DD04C3B.jpeg

43B6637C-9BBC-4BC1-830F-7F4E00370B58.jpeg

F98D3F43-EEAB-4858-BB77-BED6F0D5705B.jpeg

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
  • Replies 80
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Je vous propose de parler dans ce post des plaques, stèles et autres monuments honorant la mémoire des anciens. N'hésitez pas à compléter par des photos, si comme moi, au hasard de vos balades, v

En balade à la pointe de Grave sur la commune du Verdon sur Mer, je suis tombé sur quelques monuments commémoratifs. Pas forcément oubliés des autorités ou des associations d'anciens combattants car l

De passage à Nantes pour une formation, cherchant une boulangerie qui ferai des café à emporter, je suis "tombé" sur ce monument : Le mémorial du champ de tir du Bêle à Nantes   Le

Posted Images

  • Administrateur

Bonjour. 

Au lieu dit Richemont, sur la commune de Saucats en Gironde, à environ 40kms de Bordeaux, se trouvait une ferme abandonnée. 

En 1944, quelques jeunes formant le maquis de Saucats y furent encerclés puis exterminés par les Allemands accompagnés de miliciens. En souvenir du sacrifice de ces jeunes, un mémorial fût construit. Chaque 14 juillet, une cérémonie s'y déroule rappelant la mémoire de ceux qui ont combattu pour que nous soyons libres aujourd'hui.

Ce lieu de souvenir, perdu au milieu des champs, n'est pas oublié. 3 véhicules s'y sont arrêtés lors de mon passage et alors que j'y suis resté une vingtaine de minutes.

Voici le lien Wikipédia que je vous invite à consulterMémorial aux martyrs de la résistance du sud ouest, dit mémorial de la ferme de Richemont.

En voici quelques extraits: Source Wikipédia  

L’événement tragique : En juin 1944, un groupe de FFI (Forces françaises de l'intérieur), formé de jeunes gens entre 17 et 23 ans, se replie dans une ferme abandonnée au lieu-dit de Richemont, près de Saucats en Gironde. Ils sont attaqués le 14 juillet par les membres de la Gestapo Allemande et la Milice française. La ferme est détruite et presque tous les maquisards sont tués.

Il s'agit d'un obélisque de 35 m de hauteur, dont chaque face est décorée d'une sculpture, d'une hauteur de près de huit mètres chacune, symbolisant : la Foi, le Courage, le Sacrifice et la Victoire.

L'obélisque du mémorial a été érigé pour être vu de loin. On l'a appelé le Signal parce qu'il annonce et rappelle la détermination des hommes à perpétuer un idéal auquel ils veulent toujours croire. La première sculpture, lorsqu'on se rapproche du monument orne la face Nord. Elle représente la Victoire. Chacune des sculptures, disposées sur les trois autres faces de l'obélisque, symbolise : l'une la Foi inébranlable dans l'esprit des héros, une autre le Courage qui ne se démentait pas malgré la pression des évènements, la dernière étant le Sacrifice suprême.

Le monument est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 22 avril 2005.

Et vois les photos. Malheureusement une lice et des barrières entourent actuellement le monument. Lice à ne pas franchir en raison de chutes de pierres et de morceaux du monument.

On accède à ce mémorial depuis la départementale par deux kilomètres de route se terminant en cul de sac. Au rond point permettant de quitter la départementale, le mémorial est indiqué de façon à ne pas le manquer.

La photo panoramique permet de voir à quel point ce mémorial est isolé au milieu des champs. Ce n'était bien sûr pas le cas en 1944 puisque la ferme se trouvait au coeur de la forêt des Landes de Gascogne.

 

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.23.13.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.21.54.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.24.28.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.27.17.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.27.05.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.26.57.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.26.29.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.26.22.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.25.26.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.25.34.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.25.06.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.26.14.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.26.06.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.25.50.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.25.42.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.22.32.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.22.23.png

Capture d’écran 2021-03-30 à 17.22.03.png

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Par un des plus grand hasard, je suis tombé sur ce monument (un peu particulier) à la sortie du parking des plages du Mourillon à Toulon.

20210328_160141 - Copie.jpg

20210328_160151 - Copie.jpg

Il faut écarter les broussailles et les détritus pour découvrir certaines plaques qui sont autour.

20210328_160201.jpg

20210328_160222.jpg

20210328_160211.jpg

Le problème de ce monument hors sa forme particulière et le fait d'avoir peint à la peinture dorée les flammes et certaines plaques ce qui n'a absolument rien à voir avec un bronze ou une dorure à la feuille d'or.

 

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
  • Administrateur

De passage à Nantes pour une formation, cherchant une boulangerie qui ferai des café à emporter, je suis "tombé" sur ce monument :

Le mémorial du champ de tir du Bêle à Nantes

unnamed (1).jpg

 

Le Bêle, un champ de tir devenu lieu de mémoire
Camp d’entrainement militaire depuis 1879, le champ de tir du Bêle devient pendant la Seconde Guerre mondiale le principal lieu d’exécution des résistants à Nantes. Le 30 août 1941, on y fusille Marin Poitiers, premier résistant nantais à tomber sous les balles de l’Occupant. En octobre 1941, 16 des 50 otages y trouvent la mort. Suite au « procès des 42 », mes 37 condamnés à mort y sont exécutés les 29 janvier, 13 février et 7 mai 194.
Cette même année, le « procès des 16 » s’achève par 15 condamnations à mort : 11 résistants sont fusillés au Bêle, le 25 août 1943. En tout, ce sont plus de 80 personnes qui seront fusillées au champ de tir du Bêle pendant la guerre.

unnamed (2).jpg

 

Le 20 octobre 1941, le lieutenant-colonnel Hotz
commandant de la place de Nantes
était exécuté par la résistance.

En représailles et sur ordre du régime Nazi,
16 otages emprisonnés à Nantes
furent fusillés en ce site du Bêle, le 22 octobre,
ainsi que 27 autres à Châteaubriant
et 5 autres résistants nantais au Mont-Valérien.

Le thème des Otages a depuis lors profondément
marqué m’ouvre de Jules PARESSANT,
sculpteur, peintre et mosaïste nantais.
L’artiste a réalisé cette œuvre en commémoration
du cinquantenaire de l’exécution des Otages.

 

unnamed.jpg

Martyrs fusillés en ces lieux de 1941 à 1944.
Adam H., Allano M., Aubert C., Bale L., Barbeau C., Birien P., Blot J., Blouin A., Blanco B., Blasco M., Boissard M., Bosquet M. , Bouvier J., Bregeon A., Brisson Y., Carrel R., Chrarriol E.,Chauvin A., Chauvin E., Chevy R., Cléro V., Coiffe L., Colas J., Creuze F., Dabat M., David J., Bronstein S.

De Feliquier H., Douineau R., Dréant, Duguy M., Fougeard R., Fourny A., Fraix J., Cabaret A., Garbatz M., Gautier H., Gautrer A., Gil J., Glou J.P., Gomez A., Grassineau R., Grelleau P., Grolleau J.P., Juilloux J., Guinolseau A., Hervé R., Héry J., Héry J., Ignasiac L., Jamet G., Jost L., Jouaud M., Lacazette M., Lagathu M.

Lebris E., Leeièvre H., Legendre M. Legrand R., Lelan C., Lemée E., Le Moal A., Lepaih L., Le Parc E., Lerrend, Losq J., Michel M., Millot C., Mougenot F., Pérocheau A., Platiau J., Poirier M., Prietteau, Rouault A., Royer F., Sanchez, Sérot J., Temple J., Thomazeau F., Tompousky G., Turpin C., Viaud M.

 

unnamed (3).jpg

 

Y ont été également injustement fusillées Manuela Alvarez et Victorine Faucher le 6 mai 1918. Elles sont tombées mortes le matin à 6 heures précises sous le feu de 2 piquets . L’un du 51° régiment d’artillerie et l »autre du 90° RA. Jugées pour espionnage par le conseil de guerre de Nantes.
Elles ont fortement impressionnées toutes les personnes présentes lors de leur exécution par leur courage. C’est le médecin Pichat qui a constaté leur décès.

  • Like 1
  • Sad 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
  • Administrateur

En randonnée à la journée en Normandie, j’ai croisé plusieurs monuments du souvenir.

 Le plus ancien a été érigé à Ivry la bataille en souvenir du lieu où se trouvait ce bon roi .... Henri IV lirs de cette bataille. 
Bon, quelques connards ont cru bon de prendre l’allée herbeuse qui y mène pour une déchèterie ! Dommage.

 

68558181-6F69-4980-A085-51061509DB24.jpeg

A6D23C2A-0A11-4AAA-A8F9-415574510F42.jpeg


 

On continue avec un monument croisé à Bueil, coincé entre deux maisons, en souvenir de ceux qui sont tombés en 14/18.

D9143F18-BBE2-43BD-B5BE-3DCA9BE5070B.jpeg

51DD2588-2DC8-44F8-9CFA-D95BC009B770.jpeg

Puis à Neuilly (petit village normand) une plaque sur le mur de la mairie. 

47500F3E-F832-4C76-9DCF-C3571FF85B4B.jpeg

7F0BC82A-6FCB-4B0A-A175-59CD42140641.jpeg

2736116A-1079-44B4-ADD8-4D0927DE5AA3.jpeg

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Puis à La Couture Boussey, une stèle tres propre et entretenue à la mémoire de deux combattants des FFI tués par les allemands en août 44.

C654D974-326B-4897-A106-0063D352FF32.jpeg

F8FDC74C-22A1-4F20-BF5A-0E8A90E82F6D.jpeg

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Bouchon-Gras 49
      J'ouvre ce sujet qui est réservé aux dégradations de monuments voués au devoir de mémoire.
      (Tous dérapages, grossièretés, haines et vindications seront immédiatement retirés )
       
      C'est avec colère que les habitants de la Grande Conque, au Cap d’Agde, ont découvert en début de semaine d'importantes dégradations sur la stèle de la Médaille Militaire. Instituée par Louis-Napoléon Bonaparte en 1852 et alors que la France commémore le bicentenaire de la disparition de l'Empereur Napoléon 1er, ce vandalisme est intolérable : la Médaille Militaire est la plus haute décoration militaire de l'armée française !      La stèle de la Médaille Militaire, située à la Grande Conque, n'a pas fière allure : le médaillon, central, a été arraché du poteau et volé. Si la valeur pécuniaire ne semble pas importante, elle pourrait l'être pour un collectionneur ou un revendeur de métaux. L'inscription « Valeur et discipline » n'a pas été touchée, comme le reste du monument. Mais quelle tristesse.   La Médaille Militaire se situe protocolairement et de préséance entre la légion d'honneur et l'ordre national du mérite. Cette médaille est la plus haute distinction militaire française destinée aux sous-officiers et aux soldats (elle peut être concédée en récompense de services exceptionnels aux officiers généraux). Elle a été instituée en 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte quelques semaines après son coup d’État honore les militaires et ne comporte aucun grade ou échelon : tous les médaillés militaires sont au même rang. Les soldats les plus anonymes et les plus grands chefs de guerre sont réunis sur un pied d’égalité sous une même devise « Valeur et Discipline ».   Souvent appelée « la Légion d’honneur du sous-officier », la Médaille militaire est la troisième décoration française dans l’ordre de préséance, après l’ordre de la Légion d’honneur et l’ordre de la Libération. Il convient de remplir certaines obligations pour se la voir décerner : être engagé sous les drapeaux depuis au moins huit ans, avoir été cité à l’ordre de l’armée, avoir été blessé au combat ou en service commandé et s’être signalé par un acte de courage et de dévouement   Chaque année, ce sont près de 3000 militaires qui vont recevoir cette médaille : plus d’un million de soldats et sous-officiers ont été décorés en un siècle et demi d’existence, tandis que près de 159.000 de ces militaires sont toujours vivants. À noter que plus de 10000 femmes ont reçu la Médaille militaire depuis 1859, ainsi que 10 emblèmes de régiments   Durant la 1ère Guerre mondiale, 950.000 soldats vont être médaillés, la plupart à titre posthume. Le nombre n'est que de 300 000 médaillés entre 1939 et 1945, et 12000 en Indochine. Enfin, en Algérie, 38000 soldats vont être récipiendaires de cette médaille. Source : Le Magazine du Cap d'Agde & legiondhonneur.fr
    • By Bouchon-Gras 49
      Aujourd'hui samedi 8 mai 2021, nous commémorons la Victoire, la capitulation de l'Allemagne nazi le 8 mai 1945.
       

      Ce fut la liesse dans le monde.
      Mais revenons un instant ,
      Le 7 mai 1945, les Alliés signent, à Reims, la capitulation allemande. Mais Staline contraint Dwight D. Eisenhower, Supreme Commander of the Allied Expeditionary Force, à une seconde signature, selon lui nécessaire : les Alliés acceptent les demandes soviétiques et un second document est alors signé à Karlshorst, à Berlin, dans la nuit du 7 au 8 mai 1945. À 23h01, heure de Berlin, mais à 1h01, à l'heure de Moscou, la guerre est finalement terminée !      À 22h, le 8 mai, une délégation allemande, menée par le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel, chef du Oberkommando der Wehrmacht, l'armée allemande, rencontre à Karlshorst, siège de l'administration militaire soviétique dans la banlieue Berlin, la délégation alliée. Keitel est accompagné du Generaladmiral Hans-Georg von Friedeburg, chef de la marine allemande et présent la veille à Reims, ainsi que du Generaloberst Hans-Jürgen Stumpff, qui représente l'armée de l'air allemande. C'est une condition de cette seconde signature : les trois armes allemandes (Heer, Luftwaffe et Kriegsmarine) doivent signer au nom de l'armée, ce qui n'avait pas été fait la veille à Reims.     Face à eux, la délégation alliée est menée par le Maréchal soviétique Gueorgui Joukov, qui représente l'Armée Rouge. Il est accompagné du Marshal of the Royal Air Force Arthur William Tedder, pour le Supreme Commander of the Allied Expeditionary Force, du General Carl Spaatz, pour l'armée américaine, et du général français Jean de Lattre de Tassigny, ce dernier et Spaatz étant présents comme témoins.     À 23h00, heure de Berlin, les documents sont prêts. Mais les Alliés et les Soviétiques ne s'entendent pas sur les officiers qui doivent signer : De Gaulle exige que de Lattre de Tassigny signe, tandis que les Américains ne peuvent accepter une signature britannique pour le haut commandement allié sans que les États-Unis signent également le document. Mais les Soviétiques refusent plus de 2 signatures autres que celle de Gueorgui Joukov.     Après d'interminables négociations, il est confirmé que Joukov signera pour l'Armée Rouge, Tedder pour les Alliés et que les deux autres seront des témoins. Wilhelm Keitel signe l'acte de capitulation sans condition à 1h ... le 9 mai ! Mais pour plus de cohérence, l'heure officielle est avancée au 8 mai, à 23h01, début de la phase de signature ! Il s'agit pour les Alliés d'être plus cohérents avec la signature de la capitulation de Reims, signée le 7 et entrée en vigueur le 8 mai !     Cette fois, c'est bon : le 8 mai 1945, la guerre est terminée ! C'est le Victory in Europe Day ! Sauf en Union Soviétique, où la journée de la victoire est le 9 mai ! Car en signant à la date du 8 mai à 23h01, le décalage horaire entre Moscou et Berlin fait qu'il est officiellement 1h01, le 9 mai, lorsque la paix est signée ! Les trois dates peuvent donc être commémorées : le 7 mai, le 8 mai et le 9 mai ! (Source : History & Wikipedia - Passionmilitaria)    
    • By Bouchon-Gras 49
      Que ce soit dans le monde politique, associative, sportive...nous avons tous respecté la ... minute de silence.
      Mais que représente cette minute ?
       

      Ce rituel de la minute de silence est né au Royaume-Uni. En effet, c’est au départ un journaliste australien et ancien combattant de l'armée britannique, Edward George Poney, qui proposa une période de 5 minutes afin de rendre hommage aux morts d’une autre façon que lors des commémorations habituelles. L’idée fût adoptée mais raccourcie à 2 minutes par Georges V, la première étant destinée aux morts et la deuxième aux survivants. En ce qui concerne la France, ce moment a été réduit à une minute. La première a été réalisée le 11 novembre 1922 à Paris devant l’Arc de Triomphe, l'hommage aux morts était jusqu'à cette date marqué par le son des cloches et du canon. Elle a également l’avantage de casser les barrières de la langue et de montrer que même les mots ne sont parfois pas à la hauteur d’un être décédé ou disparu.   ( Source : Défense Ouest )
    • By Bouchon-Gras 49
      Le salut militaire, geste énigmatique et emblématique des militaires mais qui en connait son origine.

      Un geste élevé au rang de symbole majeur.
      Ce fut d'abord le signe de << paix >> échangé, de loin, par deux guerriers qui se rencontraient. En élevant leur main droite largement ouverte ils montraient l'un à l'autre l'absence d'armes dans leur main,pour signifier à l'autre qu'il n'était pas en danger pour montrer l'absence d'adversité et d'animosité; par ce signe de non-agression et de confiance mutuelle, ils voulaient se témoigner leur FRATERNITÉ
      La chevalerie du Moyen-âge fit évoluer la signification du geste en le transformant en geste de COURTOISIE. Au moment d'un combat singulier, les deux adversaires portaient la main droite à la hauteur du heaume pour en soulever la visière et montrer leur visage. Le regard << yeux dans les yeux >> a toujours eu son importance, ceux qui pratiquent un sport de combat le vivent intensément lors des rencontres sportives.
      Le salut militaire conserve ce caractère de fraternité et de courtoisie jusqu'au 17° siècle quand il devient un signe de FIDÉLITÉ, celle de deux défenseurs d'un même drapeau, d'une même Seigneurie.
      Désormais, lorsque deux militaires se rencontraient, ils levaient la main droite vers le ciel en écartant trois doigts, faisant ainsi allusion aux trois personnes de la Sainte-Trinité.
      Plus tard, la main s'arrêta à la hauteur de la coiffe ( casque, casquette, chapeau, béret, bonnet ). Ce geste ne comportait aucune nuance de subordination, il rappelait simplement l'idéal commun : la fidélité à la foi jurée.
      Seule, l'Armée polonaise conserve encore le salut avec les trois doigts. Pour les Armées des autres pays du monde occidental, le salut militaire est devenu un geste que le règlement exige. Au premier degré c'est un geste d'échange de respects, au second degré ce geste souligne: la Fraternité, la Courtoisie et la Fidélité.
      Quel autre plus beau geste peut-on avoir lorsque l'on se tient devant un Grand-Ancien, un ancien combattant héros de guerre, Mémoire vivante ou devant une tombe d'un soldat mort pour notre liberté que de le gratifier d'un salut militaire, tellement la symbolique de ce salut militaire est grande.
      ( Source : les commandos Ponchardier )
      Le salut militaire de l'armée Polonaise ,


      Les différents saluts militaires dans le monde,


       





       



       
    • By berogeitabi
      Bonjour. Dans deux jours maintenant nous commémorerons le 75 ème anniversaire du jour J, le jour du débarquement allié en Normandie.
      J'ouvre ce post pour que l'on puisse en offrant des liens nécessaires (SANS OMETTRE DE CITER LA SOURCE, merci), faire part des articles intéressants sur cet évènement d'ampleur mondiale.
      Pour ma part j'ai retrouvé cet article du journal US, The Atlantic, (source theatlantic.com) édité en juin 2014, pour les 70 ans donc , où les commentaires sont réduits, certes, mais où en cliquant sur les photos proposées, vous puissiez avoir l'avant/après des lieux emblématiques du débarquement. 
      Ouvrez le lien, cliquez sur chaque photo et observez comme cela peut être étrange et hors du temps, alors que tout est bien réel.
      Scenes from d-day then and now