Jump to content
×
×
  • Create New...

La Gendarmerie ce lance dans une stratégie d'image.


Recommended Posts

  • Administrateur

Information intéressante qui en dit long sur l'évolution de nos armées et notamment sur la Gendarmerie,

03.01.2019

La Gendarmerie veut doper sa visibilité et défendre ses marques

142499eeefb494929a79b1698faf0296.jpg

De la visibilité!

La Gendarmerie nationale a décidé d’initier le développement d’une stratégie visant à défendre ses marques et son image, à accroître son rayonnement tant au niveau national qu’international et à développer ses recettes via la commercialisation de produits dérivés.

Un avis de marché a été mis en ligne le 3 janvier, détaillant les quatre objectifs qui seront confiés à un agent de licences:

Accroître la visibilité de la Gendarmerie nationale et faire des Produits dérivés un vecteur de son image
La Gendarmerie nationale souhaite développer la proximité et le contact avec la population par la commercialisation de Produits dérivés. Les Produits permettront à la Gendarmerie nationale de se distinguer des autres corps de métier assurant le maintien de la paix (notamment la Police nationale), de mettre en avant ses spécificités et d’affirmer sa place entre modernité et tradition. C’est également l’occasion de favoriser la connaissance par le public du lien entre la Gendarmerie nationale et ses composantes (Garde républicaine et GIGN notamment) et de développer le potentiel de rayonnement de ces marques. 
L’accroissement de la visibilité de la marque passe également par un élargissement des cibles. La Gendarmerie nationale souhaite notamment toucher les jeunes de façon cohérente avec les enjeux de recrutement et de développement de la marque-employeur. 

Protéger le patrimoine immatériel de la Gendarmerie nationale
La Gendarmerie nationale entend protéger et valoriser les marques emblématiques que sont le GIGN, la Garde républicaine et la Gendarmerie nationale elle-même. Actuellement, des tiers utilisent sans autorisation l’image de ces marques, en contradiction avec l’exigence de qualité et les valeurs de la Gendarmerie nationale. Un travail d’enquête et de poursuites a été initié afin de faire cesser ces troubles, mais cette action doit être renforcée par une logique plus offensive d’exploitation des marques de la Gendarmerie nationale. 

Donner de la cohérence aux Produits développés
Aujourd’hui, les actions de développement des différentes marques sont effectuées de manière diffuse, sans stratégie d’ensemble. Il est important de centraliser et de professionnaliser ces démarches afin de mieux les contrôler, d’assurer la cohérence entre les différentes marques de la Gendarmerie nationale et de sécuriser d’un point de vue juridique les process. 

Développer des licences pour générer des recettes
La contractualisation des accords de licence y compris de co-branding et la vente directe des Produits dérivés via le site Internet ont également pour but d’accroître les recettes propres de la Gendarmerie nationale. Ces recettes sont destinées à devenir une nouvelle source de financement annexe de la Gendarmerie nationale et sont donc un aspect à prendre en compte par le Titulaire.

Au développement des trois marques: Gendarmerie, GIGN ("l’objectif est d’entretenir le mythe du GIGN tout en créant davantage de proximité", dit l'appel d'offres) et Garde républicaine, pourra s'ajouter le développement d'autres marques comme le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne, le Musée de la Gendarmerie nationale, le Groupement blindé de la Gendarmerie nationale, l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale…

 

( Source : Ligne de Défense ).

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Bonjour Je ne pense pas que ce tableau représente un élève de Saint-Cyr entre 1870 et 1878. Voici à quoi ressemblaient les élèves à cette époque : Le trèfle sur la manche indique qu'il s'agit d'un sous-lieutenant comme, par exemple, sur cette photo d'un sous-lieutenant du 97e RI : Comme les couleurs du tableau ne correspondent à l'infanterie de ligne, il pourrait s'agir d'un sous-lieutenant de l'infanterie de marine dans les années 1880 (l'infanterie de marine s'appellera l'infanterie coloniale en 1901). La photo suivante à été prise à Saïgon, d'où la présence du casque, mais les officiers de l'infanterie coloniale portaient le képi en métropole : Bonne journée Sergio          
    • La France vient de décoré l'un de ses derniers vétérans, des insignes de commandeur de la Légion d'honneur.   Le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Robert Jean, 100 ans, a reçu les insignes de commandeur de la Légion d'honneur, à Hérouville Saint-Clair, près de Caen. À l’occasion de la cérémonie commémorative de la victoire du 8 mai 1945 à Hérouville Saint-Clair, près de Caen (Calvados), le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Robert Jean, âgé de 100 ans, déjà décoré de la croix de chevalier de la légion d’honneur depuis plusieurs années, s’est vu remettre les insignes de Commandeur de la légion d’honneur par le colonel Peltier. Entouré par sa famille, Robert Jean fêtera ses 101 ans en juillet prochain. C’est également le vétéran de l’amicale des anciens combattants. Vétéran de la Seconde Guerre mondiale, ancien chef d’escadron (commandant) dans l’artillerie. Était également présente à la cérémonie Colette Marin-Catherine. Cette Caennaise de 93 ans est l’héroïne du documentaire qui porte son nom et qui a reçu l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire le 26 avril dernier aux Etats-Unis. https://actu.fr/normandie/herouville-saint-clair_14327/veteran-de-100-ans-robert-jean-a-ete-distingue-commandeur-de-la-legion-d-honneur-pres-de-caen_41795618.html?fbclid=IwAR1VMmAzA-yPH71E383uXkra_cse4G4Vd2ZBhWhusEwLYuCR2kxlpTfkKrs    
    • ??? Tant que tu n'es pas Y4 c'est bon, après la vue joue sur la spécialité, il est évident que tu ne seras pas pris comme tireur de précision.