Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...

Recommended Posts

Admin

La Médaille militaire est la plus haute distinction militaire française destinée aux sous-officiers et aux soldats. Elle peut être concédée en récompense de services exceptionnels aux officiers généraux.

index.jpg

 

Souvent appelée « la Légion d’honneur du sous-officier », la Médaille militaire est la troisième décoration française dans l’ordre de préséance, après l’ordre de la Légion d’honneur et l’ordre de la Libération.

 

 

Ses critères d’attribution

  • Etre engagé sous les drapeaux depuis au moins huit ans
  • Avoir été cité à l’ordre de l’armée
  • Avoir été blessé au combat ou en service commandé
  • S’être signalé par un acte de courage et de dévouement

 

De plus, toute candidature doit s’appuyer sur des mérites établis.
La Médaille militaire peut être attribuée aux étrangers.

 

Elle récompense à la fois les hommes du rang, sous-officiers, officiers mariniers et aspirants et, à titre exceptionnel, les généraux ayant commandé en chef devant l'ennemi.

La médaille militaire a été, depuis sa création, la récompense des campagnes du Second Empire à nos jours elle a réuni sous sa devise : « Valeur et Discipline », les soldats les plus anonymes aux héros les plus populaires tels Georges Guynemer

images.jpg

ou Jean Moulin. Elle compte parmi ses récipiendaires des chefs militaires français tels que (les maréchaux Joffre, Foch, Pétain, Gallieni, Lyautey, Leclerc, de Lattre, Juin, etc.) et alliés (les généraux Pershing, Montgomery...) ; à titre très exceptionnel quelques civils comme le président Roosevelt (à titre posthume) et Sir Winston Churchill.

Officiers généraux

Elle peut aussi être concédée à titre exceptionnel aux maréchaux de France et aux généraux, grands-croix de la Légion d'honneur, qui ont exercé en temps de guerre un commandement en chef devant l'ennemi tel les généraux Nivelle, Debeney, Dufieux, ou Monclar, les maréchaux Joffre ;

lpdp_27099-1.jpg

Foch ;

AVT_Ferdinand-Foch_4519.jpeg

Lyautey ou Pétain ;

petain.png

qui quand il était le chef de l'État français ne portera que cette seule décoration. L'amiral Henri Rieunier, grand-croix de la Légion d'honneur, ministre de la Marine et député fut décoré pour services éminents rendus à la Défense nationale.

À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, seuls les généraux de Lattre de Tassigny, Juin, Leclerc, Monsabert, Giraud et Béthouart la reçoivent tandis que le général de Gaulle la refuse.

Le général de Gaulle , Président du Conseil confère au général Raoul Salan ;

genera10.jpg

la médaille militaire le 12 juillet 1958 ; le lendemain le 13 juillet, cette exceptionnelle décoration pour un officier général lui est remise par un grand mutilé d'Indochine, membre de l' ACUF.

Le général Jean Simon, héros de la France libre, Compagnon de la Libération, grand-croix de la Légion d'honneur, est le dernier officier général à avoir reçu la médaille en tant que tel, et ce, par décret du

 

Historique

Par un coup d'État, dans la nuit du 1er au , Louis-Napoléon, président de la Deuxième République, ouvre la voie à une restauration de l'Empire : l'Assemblée nationale et le Conseil d'État sont dissous, le suffrage universel est rétabli et un plébiscite est annoncé. Les 21 et 22 décembre, le pays apporte son soutien au prince-président. Le , il promulgue une nouvelle constitution, lui donnant l'ensemble des pouvoirs pour une durée de dix ans.

2DECOFRdistMM3.jpg

( Le Prince Louis Napoléon, qui deviendra l' empeureur Napoléon III )

Huit jours après, par décret daté du 22 janvier, il institue la Médaille Militaire : elle est destinée aux non-officiers qui sont désormais privés de Légion d'Honneur (hors cas très exceptionnels) ; par cette mesure, Louis-Napoléon veut satisfaire les officiers, dont nombre n'acceptaient pas de devoir partager cette distinction avec la troupe, et obtenir leur soutien à son coup d'État. C'est sa propre effigie avec son prénom « Louis-Napoléon » qu'il utilise sur l'avers de la médaille qu'il a créée et décrite dans un décret du 29 février, lequel en fixe également les attributions. Elle est de plus surmontée de l'aigle impériale, tenant deux éclairs de foudre dans ses serres.

medaille-militaire-creation-le-22-janvier-1852-deuxieme-type-second-empire_1.JPG

Cette décoration venait en substitution de l'Ordre de la Couronne de fer d'Italie, institué par son oncle Napoléon Ier. La médaille militaire reprend, conformément à la tradition française, les couleurs du ruban et la dominante argent de la décoration qu'elle remplace.

 

17038R.jpg

En créant la médaille militaire, le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte entendait récompenser les mérites des meilleurs soldats et sous-officiers.
Le 22 mars 1852, face au carrousel du Louvre, il s'adresse ainsi aux 48 premiers récipiendaires qui s'étaient distingués au cours des campagnes d'Algérie :

« […] Soldats, combien de fois ai-je regretté de voir des soldats et des sous-officiers rentrer dans leurs foyers sans récompense, quoique par la durée de leurs services, par des blessures, par des actions dignes d’éloges, ils eussent mérité un témoignage de satisfaction de la patrie ! […] C'est pour le leur accorder que j'ai institué cette médaille […]. Elle assurera 100 francs de rente viagère ; c'est peu, certainement ; mais ce qui est beaucoup, c'est le ruban que vous porterez sur la poitrine et qui dira à vos camarades, à vos familles, à vos concitoyens que celui qui la porte est un brave. »

 

Elle fut modifiée par deux fois,

- le 08 novembre 1870 par le Gouvernement provisoire de la IIIème République, c'est le deuxième Modèle

DSCN6487.JPG

- puis le 27 février 1951 sous la IVème République, c'est à cette date que le modèle actuel (troisième Modèle) apparaît.

medium_22467_156519.jpg

( la " fleur " remplace la date de 1870 )

Caractéristiques et administration

La médaille est une couronne de laurier d'argent qui entoure un médaillon d'or où figure l'effigie de la République, entourée d'un cercle d'émail bleu où sont inscrits les mots : République française. Au revers, la médaille porte au centre du médaillon d'or, entouré d'un cercle bleu, la devise : Valeur et Discipline. Les feuilles et boutons de laurier sont liés de deux rubans entrecroisés en haut et en bas.

Son port et sa disposition réglementaire, la placent immédiatement après la Croix de la Libération (en troisième position par rapport à la Légion d'honneur). Il reste loisible de la porter avant tout autre ordre ou distinctions. L'insigne est suspendu à un ruban jaune bordé de vert des deux côtés.

Elle est administrée par la chancellerie de la Légion d'honneur. Elle ne peut être concédée que pour des services militaires exceptionnels et un minimum de huit ans de campagne. L'attribution de la médaille militaire comportait à sa création, une rente annuelle insaisissable de cent francs-or, qui assurait au récipiendaire le pain et le tabac à vie. Cette rente est en 2006 d'un montant annuel de 4,57 euros.

 

 

L’acte est symbolique : les soldats les plus anonymes et les plus grands chefs de guerre sont réunis sur un pied d’égalité sous une même devise « Valeur et Discipline ». Depuis, l’histoire de la Médaille militaire se confond avec celle des grands conflits du XXème siècle :

87-photo-054.jpg

Cadre souvenir d' un ancien combattant de 14-18.

 

  • 1ère Guerre mondiale : 950.000 médaillés, la plupart à titre posthume
  • 2nde Guerre mondiale : 300.000 médaillés
  • Guerre d’Indochine : 12 000 médaillés
  • Guerre d’Algérie : 38000 médaillés

 

La fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire

Fourragère-aux-couleurs-de-la-médaille-militaire.jpg

Il s'agit d'un cordon tressé aux couleurs (jaune et verte) de la médaille militaire. Le port de cette fourragère n'est pas le privilège des régiments et unités décorées de la médaille militaire. Il est réservé aux régiments et unités formant corps qui ont été cités quatre ou cinq fois à l'ordre de l'armée. Le port de deux fourragères de la Légion d'honneur et de la médaille militaire est réservée aux régiments et unité qui ont été cités douze à quatorze fois à l'ordre de l'armée, ce qui n'est jamais arrivé au cours du même conflit ; cette fourragère n'a jamais été décernée.

Les unités dont le drapeau a été décoré de la médaille militaire sont beaucoup plus rares que les unités portant la fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire. La médaille militaire est la décoration collective la plus rare et partant la plus prestigieuse de l'armée française. Les Commando marine, l'unité la plus décorée de France, porte cette rare fourragère.

 

 

 

( Source : Cirpa Terre et Wikipédia )

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour

existe t il un article sur le port de la medaille avec arme?

Quand nous sommes médaille militaire somme nous en FAMAS ou en PA pour les cérémonie ?

merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les deux sont possibles, ce n'est pas la médaille qui fait la tenue mais l'inverse. Selon la tenue que vous portez (T21, T22 etc.) vous porterez soit la barrette soit les pendantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Bonjour gfis. J'ai masqué votre message dans l'attente de votre passage dans la rubrique "présentation " comme demandé dans la charte du forum. merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Bouchon-Gras 49
      Médaille bien connue des réservistes militaires :

      La médaille des services militaires volontaires
      C'est par le décret du 13 mars 1975 modifié par le décret 2004-3 du 2 janvier 2004 qu'a été créée la médaille des services militaires volontaires, destinée à récompenser les services accomplis dans les « réserves ». La structure est à trois degrés : bronze, argent, or.
      Ruban :
      Pour le bronze : bleu marine, traversé d'une raie rouge. Pour l'argent : ruban identique mais liseré blanc de chaque côté. Pour l'or : identique à l'argent mais avec une rosette en plus. Médaille : Ronde de 32 mm avec d'un côté l'effigie de la République coiffée d'un bonnet phrygien avec l'inscription « République française », et de l'autre côté, l'insigne des forces armées entouré des mots « Services Militaires Volontaires ».

      Modalités d'attribution
      À titre normal
      Pour le bronze : 3 années sous ESR (engagement à servir dans la réserve) ou d'agrément en réserve citoyenne ; Pour l'argent : 10 années sous ESR ou agrément ; Pour l'or : 15 années sous ESR ou agrément. À titre exceptionnel
      Selon l'article 4 du décret, elle peut être décernée à titre exceptionnel une seule fois, à quelconque de l'un des trois échelons, aux personnels qui se sont distingués par la qualité particulière des services rendus.
       
      Maintenant un peu d' histoire, car cette décoration datant de 1975, est la reprise et la modification d' une croix puis d' un ordre existant avant :
       
      La croix des services militaires volontaires
      Après la première Guerre mondiale, qui avait été une guerre de masse, les réservistes ont tenu une place importante dans le système de défense de la France. Pour récompenser leur volontariat lors des périodes d'instructions des réserves, un décret du 13 mai 1934 créa la Croix des Services Militaires Volontaires (bronze, argent, or). Les armées de mer et de l'air se distinguant par une ancre (sur le ruban) ou des ailes déployées en bélière. Le graveur de la croix fut Maurice Delannoy (1885-1972).

      Croix des services militaires volontaires, version de armée de l' air.
       

      Croix des services militaires volontaires " bronze ", version de l' armée de mer.
       

      Diplôme ( la croix n' est pas celle de l' armée de l' air ).

       
      L'ordre du Mérite militaire
        Sur une initiative de l'union nationale des officiers de réserve, un projet fut déposé pour la création d'un ordre du Mérite militaire. La loi du 22 mars 1957 créa cette distinction qui comportait trois grades, chevalier, officier et commandeur. Cet ordre fut supprimé par décret le 3 décembre 1963 (création de l'ordre national du Mérite qui supprima seize ordres nationaux et d'Outre-Mer).

      L’ordre du Mérite militaire, créé par la loi n°57-353 du 22 mars 1957 en France, était destiné à récompenser, en temps de paix, les activités volontaires des cadres réservistes, dans l’instruction des Réserves et la préparation de la défense nationale. Il pouvait également être décerné aux cadres d'active participant à l'instruction des réserves en dehors de leur emploi habituel.
      Cet ordre remplaça la croix des Services Militaires Volontaires (dont il reprit le dessin) créée en 1934. Après le placement en extinction de l’ordre à partir de 1964, remplacé par l’ordre national du Mérite, une nouvelle médaille des Services Militaires Volontaires vit le jour en 1975.
      L'ordre comportait trois classes : chevalier, officier et commandeur. La croix de chevalier était en argent, celle d'officier était en vermeil. La croix de commandeur était en or avec les branches émaillées de bleu et une bélière de feuilles de laurier.
      Cet ordre ministériel fait l'objet d'un arrêt d'attribution ou de promotion depuis le 1er janvier 1964, mais les titulaires actuels survivants des grades et dignités de cet ordre continuent à jouir des prérogatives y étant attachées et ce d'après l'article 38 du décret n°63-1196 portant création d'un Ordre National du Mérite. En foi de quoi, même si cet ordre ministériel est effectivement placé en extinction depuis 1964, il n’est pas éteint tant qu'il reste au moins un survivant dans cet ordre. De surcroît, aucun décret instituant cet ordre ministériel n'a été abrogé par aucun autre texte de loi en vigueur. Les membres survivants de cet ordre ministériel ont toujours le droit de porter leur décoration, ceci est garanti par le décret n° 63-1196 (art. 38).

      Insigne de commandeur de l' ordre du mérite militaire.
       
      ( Source : Wikipédia )
    • By Bouchon-Gras 49
      Aujourd'hui je vous propose d'aborder une décoration civile mais qui peut être attribué à des militaires à titre militaire ou civil ( engagement avec des responsabilités, dans un club ou depuis 2013 dans une association ).

      La médaille de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif instaurée par le décret no 69-942 du 14 octobre 1969 — sous le nom de médaille de la jeunesse et des sports — en remplacement de l'ordre du Mérite sportif et de la médaille d’honneur de la jeunesse et des sports (1956-1969), est destinée à récompenser les personnes qui se sont distinguées d'une manière particulièrement honorable au service de l'éducation physique, des sports, des mouvements de jeunesse, des activités socio-éducatives, des centres de vacances et de loisirs, des œuvres de plein air, des associations et de toutes les activités s'y rattachant.
      Un peu d' histoire :
      L'ORDRE DU MÉRITE SPORTIF :
      L’ordre du Mérite sportif est créé par décret, le 6 juillet 1956, le même jour que la Médaille d’honneur de la Jeunesse et des Sports. Ces deux distinctions se substituent, à compter de cette date, à la Médaille de l’éducation physique et des sports créée en 1946 en remplacement de la Médaille d’honneur de l’éducation physique et des Sports de 1929.

      Lors de la constitution de l’ordre, les titulaires de la Médaille de l’éducation physique et des sports sont reclassés de la manière suivante :
      les titulaires de l’échelon bronze deviennent titulaires de la médaille d’honneur de la jeunesse et des sports ; les titulaires de l’échelon argent deviennent chevaliers du mérite sportif ; les titulaires de l’échelon or deviennent officiers du mérite sportif. Cet ordre est administré par le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports puis par le secrétaire d’État aux sports assisté par un conseil de l’ordre. Le décret du 3 décembre 1963, portant création de l'ordre national du Mérite, supprime l’Ordre du mérite sportif.

      La médaille de la jeunesse et des sports est décernée aux personnes justifiant des conditions d'ancienneté suivantes : 8 ans de service pour obtenir la médaille de bronze, 12 ans de service pour la médaille d'argent et 20 ans de service pour la médaille d'or.

      Le décret n° 2013-1191 du 18 décembre 2013 remplace les termes et de la vie associative par et de l'engagement associatif dans le titre de la médaille et modifie les conditions d'ancienneté pour l'attribution des différents échelons :

      Médaille de bronze : 6 ans de service  ; Médaille d'argent : 10 ans de service  ; Médaille d'or : 15 ans de service. Par décret du 18 décembre 2013, le bénéfice de la Médaille de la Jeunesse et des Sports, qui existait depuis 1969, est élargi à la valorisation de tout engagement bénévole en faveur de l’intérêt général.
      Intitulée dorénavant Médaille de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement Associatif, elle ouvre la possibilité de récompenser le travail remarquable et trop souvent sous-estimé de ces nombreux bénévoles engagés dans les associations partenaires de nos politiques publiques.

      A la différence de l'ancienne " médaille de la jeunesse et des sports ", la médaille de la jeunesse, des sports et de l'engagement associatif comporte au revers un cartouche permettant éventuellement de graver le nom du récipiendaire.
       
      Ressentie par les bénéficiaires comme étant une réelle reconnaissance de leur mérite et un encouragement à poursuivre leur engagement, cette distinction honorifique est un geste fort de l’Etat en faveur d’une mobilisation exemplaire pour le mieux vivre ensemble.
      Une attention particulière est portée à la valorisation de l’engagement des femmes, avec comme objectif de tendre vers la parité dans les deux promotions annuelles de médaillés.

      La médaille de la jeunesse et des sports est attribuée chaque année à l'occasion des promotions du 1er janvier et du 14 juillet. Les dossiers de demandes de médailles de bronze sont traités par les comités régionaux ou départementaux de la Fédération française des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l'Engagement Associatif (FFMJSEA), les médailles étant attribuées par la préfecture de la région ou du département. Pour les médailles d'argent et d'or ces mêmes comités instruisent les dossiers concomitamment avec la direction régionale ou la direction départementale correspondante qui les transmet au ministère de la Jeunesse et des Sports pour attribution des médailles.

      Insigne de boutonnière pour vestons civil et Dixmudes pour uniformes.
       
      ( Source : Wikipédia / ddsc.Paris.gouv.fr )
      https://www.legifrance.gouv.fr/affichSarde.do;jsessionid=DD8E668DA112653CA4FCAEDEF4445E7C.tplgfr32s_1?reprise=true&page=1&idSarde=SARDOBJT000007104649&ordre=null&nature=null&g=ls
       
    • By Bouchon-Gras 49
      Décoration très couru chez nos camarades volants, la médaille de l' aéronautique.

      Le ministère de l'Air reprend le projet non abouti en 1939, d'un ordre du mérite aérien français pour récompenser le personnel militaire et civil, navigant et non navigant. C'est ainsi que, peu de temps avant la fin du second conflit mondial, le décret du 14 février 1945 permit la création de la médaille de l’Aéronautique, dont l’attribution est contrôlée par un conseil.
      Ce conseil était alors, présidé par un membre du cabinet du secrétaire d'État aux Forces armées (air), et comprenait :
      le chef d'état-major général des forces armées (air) ; le directeur du corps du contrôle de l'administration de l'aéronautique ; le directeur technique et industriel au secrétariat d'État aux forces armées (air) ; un membre nommé par arrêté du ministre des Travaux publics, des transports et du tourisme pour représenter ce département ; un représentant des compagnies de navigation aérienne nommé pour deux ans par arrêté du ministre des Travaux publics, des transports et du tourisme ; une personnalité comptant des services exceptionnels en matière d'aéronautique et nommée pour deux ans par arrêté du secrétaire d'État aux forces armées (air). En cas d'empêchement, un membre ès qualités est remplacé par l'intérimaire ; tout autre membre, par une personnalité désignée par l'arrêté nommant le titulaire.
      Le conseil a, en outre, compétence pour proposer le retrait de la décoration et des prérogatives y attachées, à l'encontre d'un membre de l'ordre ayant failli gravement à l'honneur.
      En 1949, le décret cité précédemment a été abrogé par le décret du 16 mai 1949. Il a été modifié par le décret 2015-582 du 28 mai 2015 pour permettre l'attribution exceptionnelle aux "personnes morales, organismes publics ou privés non commerciaux, services, formations ou unités des administrations publiques ou des armées".

      Pour toute proposition faite au titre de la valeur professionnelle des personnels civils et militaires, des conditions d’âge et d’ancienneté de services, respectivement 35 ans et 15 ans, sont exigées des candidats pour faire l’objet d’une proposition à titre normal.
      Pour toute proposition faite au titre des mérites acquis dans le développement des activités aéronautiques, les conditions d’âge et d’ancienneté pour les propositions à titre normal sont fixées respectivement à 40 et 20 années.
      La médaille de l’Aéronautique récompense toute personne physique qui contribue, au moment de son attribution, à l'essor ou au prestige de l'aviation civile ou militaire, du domaine spatial civil ou militaire, de la sécurité des transports aériens, des sports aériens, des aérodromes et des entreprises de l'aéronautique ou du domaine spatial. Elle récompense aussi exceptionnellement la contribution décisive qu'on apporté des personnes morales, organismes publics ou privés non commerciaux, services, formations ou unités des administrations publiques ou des armées au développement de l'aéronautique et de l'espace civil ou militaire pendant une période significative dans les domaines industriels, de la recherche, des essais, de la formation des personnels, des transports aériens et de leur sécurité.
      La médaille de l’Aéronautique peut être décernée à titre posthume et à titre étranger.

      Son attribution est toujours proposé par un conseil de la médaille institué auprès du ministre de la Défense est composé:
      du délégué général de l'armement; du chef-d'état-major de l'armée de l'air; un membre nommé par arrêté du ministre chargé des transports; un représentant des compagnies de navigation aérienne; une personnalité comptant des services exceptionnels en matière d'aéronautique. Le contingent annuel est de 275 médailles pour les personnes physiques et de 2 médailles pour les personnes morales, remises deux fois par an, le 1er janvier et le 14 juillet.
      Des attributions particulières de médailles peuvent toutefois être faites à une date quelconque, soit à l’occasion de cérémonie concernant l’aéronautique, soit en dehors de toute manifestation.
      Toute personne décorée de la médaille de l’Aéronautique, reçoit un diplôme signé du ministre et une carte spéciale lui permettant de bénéficier de la gratuité pour l’accès aux expositions et manifestations organisées aux frais de l’État et touchant au domaine aéronautique civil et militaire.
      Au 1er janvier 2003, 18 000 médailles ont été décernées, dont certaines à des personnalités étrangères.

      La médaille se présente sous forme d'une plaquette rectangulaire en bronze doré de 33 mm de hauteur et 27 mm de largeur.
      Sur l’avers : l’effigie de la République coiffée du bonnet phrygien sur fond d’émail rouge surmonte la devise « HONNEUR ET PATRIE » gravée en relief.
      Sur le revers : l’inscription « MÉDAILLE DE L’AÉRONAUTIQUE 1945 » en relief.

      La bélière est formée d’une charnière en métal doré de 4 mm de hauteur faite de deux ailes horizontales séparées par une étoile de 38 mm de largeur. Ces ailes sont portées sur le ruban lorsque la médaille est portée en barrette.
      Le ruban est de couleur bleu roi.
       
      ( Source : Wikipédia )
       

      Le général de division aérienne Michel Fritsch, commandant en second les forces aériennes stratégiques, a remis le 15 avril la médaille de l’aéronautique à l’IRBA pour sa contribution à la sécurité des vols et à la protection du personnel navigant.
      En médecine aéronautique et spatiale, l’IRBA est l’héritier des laboratoires d'études médicales de l'aéronautique (1921) et de médecine aérospatiale (1957), des centres d'études de biologie aéronautique (1945) et de recherche en médecine aéronautique (1955), et enfin de l'institut de médecine aérospatiale du service de santé des armées (1993).
      Afin de protéger le personnel navigant contre les effets de l'altitude, leurs travaux ont débouché sur la mise au point d'inhalateurs d'oxygène toujours mieux adaptés aux besoins opérationnels, puis à la combinaison pressurisée pour les pilotes de chasse, permettant de dépasser les 30 000 mètres d'altitude.
      Les effets sur l'homme de l'hypoxie, des accélérations, des vibrations, des contraintes bioclimatiques et de leurs effets combinés, restent étudiés à l'IRBA
       
      Les missions de longue durée et le déploiement des forces françaises sur de multiples théâtres d'opérations font de la fatigue un sujet d'actualité en recherche. L'étude de situations opérationnelles comportant en particulier une privation de sommeil, un décalage horaire, une perturbation du rythme veille-sommeil a abouti à la mise au point de stratégies de gestion pharmacologique de la vigilance appliquées en OPEX.
      Aujourd'hui encore, pour valider les conditions d'emploi de l'avion de transport A400M, les chercheurs de l’IRBA accompagnent les équipages de l'armée de l'Air sur des missions qui bouclent le tour du monde.
      Créateur et propagateur de savoirs, le centre d'enseignement de l’IRBA a formé des centaines de médecins et des milliers de navigants de toutes les armées françaises, de l'aéronautique d'État et de nombreuses forces étrangères.
      Les contributions de l'IRBA au développement et à la diffusion des connaissances dans le domaine aéronautique sont reconnues tant sur le plan national qu'international.

      ( Source : Service de santé des armées )
  • Recent Status Updates

    • Ballerine111  »  berogeitabi

      Bonjour, je découvre" ce forum.
      Maman d'un jeune homme de 19 ans qui vient d'intégrer le CFIM de Hyères le 3 Février 2020, pour ensuite poursuivre une formation spécialisée dans au 54éme régiment d'Hyères, je me pose de nombreuses questions.
      Je vis très difficilement la séparation, la distance, mais je ne lui montre pas.
      Au cours de ses 3 premiers mois de formation initiale militaire, quelles sont les "étapes" importantes?  Remise du béret : conditions pour l'obtenir, quand?
      Remise de la fouragére : quand? Les proches sont ils invités?
      J'ai énormément de questions qui me "travaillent" et m'empêchent de dormir correctement, je pense que c'est légitime en tant que maman, ayant élevé seule son enfant qui quitte le nid.
      Merci d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre si vous le pouvez. 
      Bien à vous
       
      · 3 replies
    • Bouchon-Gras 49

      Avis à tous : vous vous présenter sur le forum puis poser vos questions dans les sujets idoines, les questions dans le flux ne sont d'aucune utilité, merci.
      · 0 replies
    • futur mousse j'éspére  »  Bouchon-Gras 49

      Bonsoir Bouchon-Gras désoler de vous déranger et désoler si je ne madresse pas sur la bonne partie du forum (je suis nouveau) mais jai besoin d'aide ma mére ma inscrit pour mon entretien de motivation afin de devenir mousse pour ce mardi 18 février et j'avais une question est ce que je dois présenter un sujet oral (ex : oral du brevet ) ou est ce que l'on va me poser des quéstion aux quelles je devrais y répondre s'il vous plait éclairer moi . Merci d'avence
      · 4 replies
    • Fatmaistrance  »  Bouchon-Gras 49

      Bonsoir 
      je souhaitais avoir vos conseils 
      mon fils à intégré maistrance en novembre il a été à eu une dénonciation de contrat pour comportement non adapté à la vie militaire la décision date du 30 janvier 2020 et il regrette et voudrai réintégrer maistrance il existe un recours dans les 2 mois pensez vous que cc est possible en faisant un courrier motivant sa demande et connaissais vous des cas qui ont réussi merci 
      · 0 replies
    • Leguios  »  Bouchon-Gras 49

      Bonjour , connait tu le nouveau test cso qui a débuté début 2020 stp
      · 1 reply
  • Posts

    • Verrouillé en attendant présentation.
    • Bonjour tout le monde J'ai exactement le même problème que volcinox. Cela fait 1 mois que je suis à l'étape "mon entretien en unité" est ayant peur de ne jamais être appelé j'ai décider d'envoyer un mail à mon référent au 94ième régiment d'infanterie à Sissonne au CENZUB et je n'ai toujours pas eu de réponse non plus de sa part ce qui m'étonne pas mal, j'ai lu que vous aviez dit qu'il fallait retenté une candidature mais si j'abandonne ma première candidature il est marqué que je serai exclu du processus est-ce que cela m’exclus définitivement de la possibilité de renvoyé une demande de candidature ou seulement du processus en cours ? Merci de votre aide d'avance 
    • Je me suis adressé donc au Service Historique des Armées qui m'ont répondu de façon très basique qu'ils ne conservaient pas les JO. Quelqu'un aurait-il une autre piste où m'adresser vers un service plus motivé à satisfaire à ma demande ? Je reprécise qu'il s'agit d'une MODN à titre exceptionnel pour civil ayant rendu des services particulièrement honorables à la défense de la France ou à ses armées. Merci de vos pistes    
    • Bonjour, je ne savais pas trop où poster dans cette question donc je la pose ici. Sur mon dossier de candidature,  là ou il faut mettre ses souhaits, et bien je ne sais pas comment formuler ça, on me dit de mettre régiment, specialité (spécialité c'est bien: tireurs minimi etc ?)  etc..  J'aimerais intégrer les chasseurs alpins, donc comment je dois écrire ca? Exemple : Souhait 1 : combattant de l'infanterie,tireur minimi 27eme bca  Comme ceci ? Ou je suis à coter de la plaque?  Et j'aurais voulu savoir comme choisir entre les 3 bca ? Se valent-il tous ?  Merci a vous   
    • Bonjour, je prépare actuellement mon dossier de candidature pour l'armée de terre, et donc ma lettre de motivations. J'aurais voulu un petit avis sur celle-ci svp:    Âgé  de 19 ans , actuellement sans emploi et ne trouvant pas ma place dans le civil, je recherche une première  expérience à l'engagement sous les drapeaux.   L'engagement dans  l'Armée de Terre représente pour moi un aboutissement et un épanouissement personnel qui me permettra d'acquérir une place honorable dans la société actuelle. Ma quête de  dépassement de soi, d'esprit de camaraderie, d'action et les valeurs militaires m'ont naturellement orienté vers les forces armées. Sachant que je suis extrêmement motivé et prêt à développer mon potentiel, j'ai tout pour avoir mes chances.  Je me tiens à votre entière disposition pour tous renseignements complémentaires et un entretien pour vous prouver mes motivations. Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes respectueuses salutations.   Elle est courte , mais je ferais un entretien de motivation donc est que ça vaut vraiment la peine de faire une longue lettre de motivation ? puisque je me répéterai surement lors de cette entretien . Merci d'avance
×
×
  • Create New...