Jump to content
Sign in to follow this  
Bouchon-Gras 49

Portrait du réserviste qui a neutralisé le tueur au couteau à la gare st Charles de Marseille.

Recommended Posts

On en parle peu mais le militaire de l' opération Sentinelle qui a neutralisé le terroriste qui à poignardé une jeune femme et égorger une autre jeune femme est un réserviste du 1er Régiment Étranger de Génie :

operation_sentinelle.jpg

Qui est  le jeune militaire qui a abattu l'assaillant de la gare Saint-Charles après qu'il a attaqué au couteau deux jeunes femmes dimanche en début d'après-midi à Marseille ? 

Par Annie Vergnenegre

Le jeune militaire qui a abattu l'assaillant de la gare Saint-Charles dimanche après-midi est un réserviste de 24 ans

Le jeune homme est cadre dans le civil. Il est caporal au 1er Régiment Etranger de Génie de Laudun dans le Gard. Il fait partie des 350 militaires de l'opération Sentinelle déployés à Marseille, il était affecté à la surveillance de la gare Saint-Charles.
 
Il était en patrouille de cinq militaires sur le parvis de la gare quand l'agresseur, qui venait d'assèner plusieurs coups de couteau aux deux jeunes filles, s'est dirigé vers eux en courant.

Les militaires ont fait les sommations d'usage mais l'individu ne s'est pas arrêté. Le jeune réserviste a alors épaulé son Famas et tiré à deux reprises avec son fusil d'assaut pour l'abattre.

La réserve opérationnelle de l'armée compte 28 000 réservistes en France, mobilisés pour sécuriser les sites sensibles comme les gares. 
 
http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/qui-est-reserviste-qui-abattu-tueur-au-couteau-gare-saint-charles-marseille-1338539.html
 
( Source : France 3, Provence - Alpes Cotes d' Azur / Bouches du Rhône / Marseille )
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By carlie94
      Voilà ma lettre de motivation. Vos critiques et avis sont les bienvenus.
      Objet: technicien hospitalier supérieur de réserve                     
      Madame, Monsieur,
      Je suis actuellement étudiante en DFGSM2 et passionnée par le domaine militaire. Je suis honorée de vous présenter ma candidature dans la réserve du Service de Santé des Armées car je suis depuis longtemps attirée par le milieu militaire.
       Le Service de Santé met la médecine au service de ceux qui défendent la France et des populations démunies. Cet engagement ne se limite pas aux opérations extérieures et se continue sur le territoire avec le soutien médical des forces, les hôpitaux militaires et la recherche. 
       Un engagement à servir dans la réserve serait pour moi un moyen de m’associer à cette mission. De plus, j’envisage un engagement d’active, la réserve m’aidera à confirmer ce choix et à découvrir d’autres pratiques du soin. Je suis aussi attirée par les valeurs de discipline, d’engagement et de cohésion qui caractérisent le monde militaire. Je suis convaincue que ces valeurs qui représentent un savoir-être inestimable, mais aussi l’enseignement “technique” comme le secourisme et le travail en équipe, me seront bénéfiques pour mes études et mon exercice futur quel qu’il soit.
       J’aspire pour ma part à donner le meilleur de moi-même dans les tâches qui me seront confiées, tout comme je l’ai fait pour réussir médecine. Mes deux premières années de médecine ne m’ont pas laissé le temps de faire du sport mais l’idée de faire une préparation militaire m’a motivée et un entraînement quotidien me permet de retrouver une condition physique Ma pratique débutante de l’aïkido m’ont permis d’acquérir la patience, un dynamisme à la fois physique et intellectuel et une meilleure gestion du stress qui m’aident au quotidien. 
      Je me tiens à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Je vous prie Madame, Monsieur d’agréer l’expression de mes respectueuses salutations.
    • By Ezeq
      Bonjour à tous, 
      j’ai été retenu à l’entretien pour être réserviste au 24eme RI, je passe ma visite médicale le lundi 6 mai et j’ai ma FMIR en juillet.
      J’avais quelques questions : 
      - le paquetage va mettre fourni après la visite médicale ou juste avant la FMIR ?
      - concernant la FMIR, le 24 RI me dit qu’il faut être très bon physiquement « il faut être très sportif », qu’est-ce qui sera demandé  ? 
      - j’ai compris que la FMIR est une formation mais est-elle évaluée ? Mise à part le tire il y a t-il d’autres épreuves « éliminatoires » ? 
      - suite à la signature de mon contrat de réservistes quelles seront les missions qui me seront confiées ? 
       
      Merci d’avance pour vos réponses  
       
    • By Bouchon-Gras 49
      Voici les catégorie actuellement demandé en réserve ( du moins pour la Marine Nationale ) en 2019 :

    • By Bouchon-Gras 49
      Voici une nouvelle mission pour nos camarades réservistes de la Gendarmerie.
      14.02.2019
      Plus de 1 000 gendarmes déployés pour sécuriser les bus d'Ile-de-France (actualisé)

      Des patrouilles de gendarmes réservistes seront déployées, à partir du mois d'avril, dans les bus des quatre départements de la grande couronne parisienne, selon le syndicat des transports Ile-de-France Mobilités. Selon l'AFP, la mesure a été votée à l'unanimité lors du conseil d'administration d'Ile-de-France mobilités, présidée par Valérie Pécresse (LR), la présidente de la Région. 
      Les premières patrouilles seront menées, à partir d'avril, dans le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne, puis dans l'ensemble des départements de grande couronne (Yvelines et Essonne en plus), comme me l'a confirmé le patron des gendarmes d'IdF (dont 2 000 réservistes), le général Georges Strub, qui rappelle qu'une convention identique associé déjà la SNCF et la gendarmerie nationale.
      Dans chaque département, 1 000 gendarmes seront déployés à bord et à proximité des transports en commun, sur un financement de la Région de plus de 500 000 €. Ce financement servira à financer les ESR des réservistes de la gendarmerie d'IdF dont, actuellement, la disponibilité est plus importante que le niveau d'engagement "et qui pourront donc s'inscrire dans ce dispositif". 
      Chaque patrouille (250 par département) sera normalement constituée de trois réservistes de la Garde nationale et un gendarme d'active. Ils pourront procéder à des fouilles de bagages et des contrôles d'identités.
      Une expérimentation a été menée entre octobre et fin décembre dans le Val-d'Oise, avec trois patrouilles par semaine, avec pour conséquences un "effet immédiat constaté dans la lutte contre la fraude" et l'absence d'incidents recensés lors des patrouilles. Mais hors des créneaux de présence des gendarmes, une dizaine d'incidents a été recensée (jets de projectile, vols, rixe...), précise IDF Mobilités qui ajoute que "du 22 octobre au 31 décembre, 30 patrouilles de gendarmes ont été effectuées. Sur cette période, et en présence des militaires, aucun incident n’a été recensé. Sur cette même période, mais hors des créneaux de présence des gendarmes, une dizaine d’incidents a été recensée (jets de projectile, vols, rixe…)".
      Ces patrouilles s'ajoutent à plusieurs mesures déjà votées par la région Ile-de-France: déploiement de la vidéo-surveillance dans les transports, recrutements d'agents de sécurité et de médiation, etc. Valérie Pécresse a par ailleurs confirmé sa volonté d'expérimenter la reconnaissance faciale "pour la sécurité anti-terroriste", avec des caméras installées dès maintenant à l'entrée de gares. 
       
      ( Source : Ligne de Défense )
    • By Bouchon-Gras 49
      02.12.2018
      Le 41e RT a déployé ses réservistes lors de l'exercice Maréchal Lannes

      Les réservistes de l'ECER (escadron de circulation et d'escorte de réserve) du 41e régiment de transmissions ont participé à la manœuvre "Maréchal Lannes" de la 2e brigade blindée, en cette fin de mois de novembre, en région nord-est, sur le camp de Mourmelon en Champagne (photos 41E RT).
      Aux côtés de la dizaine de militaires d'actives, près de 30 réservistes ont été engagés dans cet exercice qui a rassemblé 1 400 militaires qui ont été déployés pour un entraînement au combat de haute intensité, avec près de 200 véhicules dont des chars Leclerc, des VBCI, des canons AUF1.

      Parmi les réservistes, le lieutenant de réserve Ludivine a exercé les fonctions de DL (détachement liaison) et a apporté son expertise en tant que spécialiste circulation au PC (poste de commandement) de la 2e brigade blindée.
      Le lieutenant de réserve Maxime a assuré quant à lui les fonctions de chef de peloton de circulation.
      Son peloton a dû "reconnaître" les itinéraires de nuit, assurer l’escorte des rames de véhicules blindés, déterminer des itinéraires "viables" en termes de tonnage et de gabarit et, en outre, déterminer avec les éléments de l’Arme du Génie, la zone d’emplacement d’installation d’un SPRAT (Système de Pose Rapide de Travures), permettant de déployer un pont modulaire d'assaut pour le franchissement d’un cours d’eau par des chars Leclerc.
       
      ( Source : Ligne de Défense )
  • Sujets

  • Messages

    • Bonjour Ludo, soit le bienvenu parmi nous. Je te souhaite bonne chance pour tes projets. Au plaisir.
    • Bonjour à toutes et à tous! Je me présente, je m'appelle Ludo , j'ai 22 ans , je suis actuellement étudiant en L3 Sciences de la vie et de la Terre .  J'ai pour projet de passer le concours SOG, dès la fin de mon diplôme.  Au plaisir de discuter!
    • As durant la Grande Guerre, général est collaborateur durant la seconde, Armand PINSARD. ( Pour info :Il est ici nullement le fait de faire l’apologie d'acte de collaboration, mais le récit de la vie d'un AS de la 1er guerre, de plus je rappel que cet homme a été jugé et puni pour ces faits ) Armand Pinsard, né le 29 mai 1887 à Nercillac (Charente) et décédé le 10 mai 1953 à Ceyzériat (Ain) Né dans une famille d'agriculteurs, Armand Pinsard s'engage dans l'armée en 1906 et sert au 2e régiment de Spahis au Maroc jusqu'en 1908 où il est affecté au 1er régiment de chasseurs à cheval en France. Il se porte alors volontaire pour servir dans l'aviation militaire, et, obtenant son brevet de pilote le 15 février 1913, est l'un des rares pilotes militaires d'avant-guerre. Il sert dans l'Escadrille MS23 (en) en août 1914. Envoyé au front dès le début des hostilités, avec l'escadrille SPA 23, créée à Saint-Cyr-l'École, où il croise Roland Garros, il est fait prisonnier le 8 février 1915, après que son appareil ait effectué un atterrissage forcé derrière les lignes allemandes. Il entreprend plusieurs tentatives d'évasion ; après plusieurs échecs et une année de captivité, il réussit à s'évader en compagnie d'un camarade en creusant un tunnel sous le mur de leur prison. Après avoir rejoint les lignes alliées, il est promu lieutenant et reprend l'entraînement pour prendre en mains les nouveaux avions de chasse mis en service pendant sa captivité. Il est alors versé dans l'Escadrille N 26 où il pilote le tout premier chasseur SPAD S.VII envoyé au front, puis la N78 dont il prend le commandement, et finit la guerre à son ancienne escadrille, la SPA 23. , remportant un total de 27 victoires aériennes confirmées entre le 1er novembre 1916 et le 22 août 1918, dont 9 sur des ballons d'observation ennemis. Il a été l'un des premiers pilotes à combattre avec le SPAD S.VII, son appareil étant peint en noir. En 1916, il est décoré de la Légion d'honneur, puis est élevé au titre d'officier en 1917. Il est 8e dans la "liste des as" pour le nombre d'avions abattus confirmés. Resté dans l'armée en tant que militaire d'active, il va progressivement monter en grade et accéder à diverses postes à responsabilité dans l'aviation de chasse durant l'entre-deux-guerres. En 1929, il est impliqué dans une affaire de corruption en ayant accepté une rétribution d'une société aéronautique en échange de son appui pour une commande - l'affaire sera étouffée par le ministre de l'air Laurent-Eynac. En 1932, il crée et commande la 7e escadre de chasse, sur le terrain de Dijon. En novembre 1936, il commande la 11e Brigade de Chasse, affectée à la base aérienne 122 Chartres-Champhol. En 1940, avec le grade de général il commande le groupe de chasse 21, à Gouvieux-Chantilly.     Armand Pinsard sert toujours dans l'Armée de l'Air française pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que commandant du Groupe de Chasse 21. Il a à sa dispostion un Morane Saulnier 406 qu'il a fait peindre en noir, marqué de la cigogne de l'ex-SPA 26, qu'il baptise "Le Pirate". Il sera blessé, au sol, le 6 juin 1940 lors du bombardement de l'aérodrome des Aigles, à Gouvieux-Chantilly (Oise), où il sera très grièvement blessé. Hospitalisé à Paris et soigné par le docteur Thierry de Martel, il évacue la capitale dans une ambulance juste avant l'arrivée des troupes allemandes. Réfugié en Zone Libre où il passe sa convalescence au Canet, il y rumine contre les causes de la défaite en écrivant une lettre au maréchal Pétain dans laquelle il plaide pour une dictature militaire implacable pour redresser le pays : "Le français ne demande qu'à être dirigé, il suffit donc de lui donner les chefs qui en sont aptes". Guéri de ses blessures, Pinsard va s'installer à Vichy et va y militer pour l'acquittement d'Emile Dewoitine, incarcéré par le régime de Vichy. Il est en fait rétribué par le gouvernement japonais qui souhaite embaucher l'industriel français. Le général Jean Bergeret fait alors expulser le général Pinsard de Vichy. Ce dernier s'installe alors à Paris au début de l'année 1942 où il va se rapprocher des cercles collaborationnistes et soutenir le gouvernement de Pierre Laval lors de réunions politiques. Au mois d'août 1943, il accepte la responsabilité d'inspecteur général des œuvres sociales de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme LVF. Il est arrêté par la police à la libération le 1er septembre 1944 et interné à la prison de Fresnes, d'où il sera jugé pour faits de collaboration et condamné le 6 novembre 1944 aux travaux forcés à perpétuité et confiscation des biens par la Cour de justice de la Seine. Il va cependant bénéficier des mesures de clémence et voir sa peine commuée en 1946 à 10 ans de prison, puis libéré en 1947 et rétabli dans ses droits à pension de général en 1948. Son fils Jacques, qu'il a fait inscrire à la Milice en 1944, est condamné à l'indignité nationale et part pour l'Argentine où il va décéder d'un accident de la route en 1947. Armand Pinsard décède le 10 mai 1953, âgé de 65 ans à Ceyzériat (Ain), lors d'un dîner d'anciens pilotes, les "Vieilles Tiges". Le corps du général Pinsard a été inhumé une première fois à Bourg-en-Bresse puis transféré ultérieurement au cimetière d'Arcachon (carré 15).   ( Source : Wikipédia   https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Pinsard  )  
  • Popular Contributors

×
×
  • Create New...

Important Information