Bienvenue sur le Forum Militaire

Inscrivez-vous pour avoir accès à l'ensemble des fonctionnalités du forum. Une fois enregistré et connecté, vous serez en mesure de contribuer en publiant vos propres questions ou en répondant à un sujet existant. Vous serez en mesure de personnaliser votre profil, recevoir des points de réputation, et bien plus encore !

ken

Soutien à notre Général

Je viens de voir ça a la télé, je suis choquée! C'est quoi cette obsession de tout vouloir faire tourner à moyens réduits? BFMTV, le journaliste qui dit "Il faut quelqu'un qui transforme l'armée pour qu'elle fonctionne avec moins de moyens"... ben voyons. Un jour on va dire aux militaires d'aller se battre avec des épées en bois et des pistolets à eau ><" 

Question, si jamais la situation ne se résous pas, il va se passer quoi? C'est le président qui nomme un nouveau général? 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Chef de l’État est le Chef des Armées.

Il peut révoquer et nommer un nouveau chef d’État-major des Armées ou d'autr personnel militaire.

Comme déjà indiqué, le général a été auditionné à huit clos à la demande et par la commission de la défense Nationale de la Chambre des députés.

D’où ce recadrage du général  qui n'aurait jamais dû se faire de façon publique et devant ses subordonnés puisque l'audition s'est faite à huit clos.

Le Président à récidivé avec la fonction territoriale d'une part (rien à dire puisque il y a en effet un nombre trop important de fonctionnaires territoriaux qui sont assujettis aux Maires) avec une diminution de la moitié des élus en partant de la région jusqu'aux municipalités.

Or, il faut savoir que seul le Maire et ses adjoints sont rémunérés. Les autres membres élus (Conseillers Municipaux) sont des citoyens bénévoles sans revenus, ni salaire, ni indemnités (je fus Conseiller Municipal moi même dans la Sarthe). C'est donc absurde à ce niveau.

Il faut savoir que les municipalités, départements et régions sont endettés de l'ordre de 5% et l’État de 80% ! Cherchez l'erreur !

Notre Président, jeune, issue des hautes écoles, "Science Po" (Science Politique) et de "l'ENA" (École Nationale d'Administration) gère le pays comme sont formés tous ces hauts fonctionnaires, à savoir imbus de leurs personnes et qui ne peuvent pas se tromper (j'ai rencontré dans ma carrière professionnelle nombre d’Énarque), avec pour résultat =

> D'une part, les décisions viennent  de Haut en bas, et non le contraire (aucune remontée n'est acceptée ce qui est le cas du général faisant débat actuellement)

> D'autre part, le Président à mis aux commandes les hauts fonctionnaires de l’État,à savoir Bercy (Finances). C'est une gestion purement comptable que nous avons désormais.

> Important. Les décisions budgétaires sont fondamentales car nous arrivons à un seuil gravissime d’emprunts (pour des dépenses de fonctionnements et non d'investissements), de déficits budgétaires aggravés dans tous les domaines (voir les nombreux posts sur notre forum à ce sujet). Notre épargne est gagée sur les emprunts effectués sur les marchés internationaux comme est gagée votre véhicule lors d'un achat par crédit de la part du préteur.

Juste une conclusion en rappelant que ce nouveau Président connait fort peu de choses au domaine militaire (n'a pas effectué ne fut ce que son service militaire), pas plus qu'il ne connait la fonction publique territoriale (puisque n'a pas été Conseiller Municipal par exemple). Source = Le Ministère de l’Économie.

Au vue de ses déclarations (qui furent des erreurs) sur le colonialisme et l'Algérie, ses promesses sur le budget de l'armée qu'il ne tient pas (et bien d'autre secteurs), son poste antérieur de Ministre de l’Économie, mais, malgré tout,  après un parcours sans faute avec beaucoup de communications, il semble que les deux premières fautes de son quinquennat vient d'être faite.

C'est mon sentiment et j'aimerais qu'il n'y est pas débat sur ce thème du fait que notre forum est apolitique.... comme la Grande Muette.

Merci. Cordialement.

Janmary

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Le 18/07/2017 à 10:13, ken a dit :

Je fais appel à votre solidarité par respect pour notre Général

Bien que je soutienne le général, notre CEMA, je rappel que les militaires ( d' active et de réserve ) sont soumis au devoir de réserve et signer une pétition de ce style revient à faire de la politique. Après je laisse chacun à ses responsabilités.

 

il y a 6 minutes, Janmary a dit :

Le Chef de l’État est le Chef des Armées.

Il peut révoquer et nommer un nouveau chef d’État-major des Armées.

Dans ce cas, c' est le général qui a remis sa démission, acceptée par le chef des Armées ( Président de la République ).

Personnellement, je n' en voyais pas d' autre issue, le Chef des Armées a fait l' erreur de " recadrer " son CEMA en publique et devant les caméras.

Mais je  voyais mal le Président faire machine arrière ( ce que l' on reprochait au Président précédent ).

De son coté le CEMA a subit une humiliation publique, ressentie par toute l' Armée, il ne pouvait donc guère faire autre chose que de donner sa démission.

Je vous mets ici, ce que le général de Villiers avait posté sur son compte facebook :

Mon cher camarade,
« Confiance, confiance encore, confiance toujours ! ». C’est par ces mots que le général Delestraint conclut ses adieux à ses compagnons d’armes, au mois de juillet 1940, à Caylus. Alors même que la défaite est actée, son discours est une exhortation ferme à rejeter toute « mentalité de chien battu ou d’esclave ».
Quelques mois plus tard, conformant ses actes à ses paroles, il prend la tête de l’Armée secrète. Arrêté, torturé puis déporté, il meurt au camp de Dachau, le 19 avril 1945, moins de trois semaines avant la victoire, dont il a été l’un des artisans les plus actifs.
Ce qui m’a toujours frappé dans cette recommandation du général Delestraint, c’est d’abord ce qu’il ne dit pas. Il ne dit ni « en qui », ni « en quoi » avoir confiance. A ses yeux, le plus important est, avant tout, cet état d’esprit singulier – cet « optimisme de volonté » - qui choisit de voir la plus infime parcelle de lumière au cœur des ténèbres les plus noires.
La confiance, c’est le refus de la résignation. C’est le contraire du fatalisme, l’antithèse du défaitisme. Et, en même temps, il y a dans la confiance une forme d’abandon. Agir sans s’abandonner, c’est faire preuve d’orgueil. S’abandonner sans agir, c’est se laisser aller.
Choisissons, donc, d’agir comme si tout dépendait de nous, mais sachons reconnaître que tel n’est pas le cas. Autrement dit, si toute notre foi, tout notre engagement et notre détermination sont nécessaires, ils sont à jamais insuffisants pour envisager la victoire. La vraie confiance réconcilie confiance en soi et confiance en l’autre.
La confiance en soi, d’abord. Vertu essentielle qui se construit dès l’enfance. Vertu qui naît des obstacles surmontés. C’est le cas dans les stages d’aguerrissement, que certains d’entre vous ont vécus. Ils vous révèlent vos capacités réelles qui dépassent, de beaucoup, ce que vous auriez pu imaginer. La confiance en soi est un moteur. Elle libère les énergies et encourage à l’action. Les fausses excuses tombent. Tout ce dont je suis capable devient possible !
La confiance dans l’autre, ensuite. Celle par laquelle je reconnais que je ne peux pas tout ; que le salut passe autant par mon camarade, mon chef, mon subordonné que par moi-même. Par cette confiance, je m’assume dépendant. Cette reconnaissance est le ciment de nos armées. La confiance mutuelle fait notre unité, en même temps que notre assurance. C’est elle qui fait dire au capitaine de Borelli, considérant ses légionnaires : « Par où pourrions-nous bien ne pas pouvoir passer ? ».
La confiance dans le subordonné est, particulièrement, féconde. On a pris l’habitude de lui donner un nom savant : la subsidiarité ; mais ça ne change rien. Comme chef d’état-major des armées, je mesure chaque jour davantage à quel point je suis dépendant de l’action de chacune et de chacun d’entre vous. Seul, je ne peux rien. Ensemble, rien n’est impossible !
Je terminerai par une recommandation. Parce que la confiance expose, il faut de la lucidité. Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d’être aveuglément suivi. La confiance est une vertu vivante. Elle a besoin de gages. Elle doit être nourrie jour après jour, pour faire naître l’obéissance active, là où l’adhésion l’emporte sur la contrainte.
Une fois n'est pas coutume, je réserve le sujet de ma prochaine lettre.
Fraternellement,
Général d’armée Pierre de Villiers
3 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien a rajouter si ce n'est qu'une citation pleine de vérité et de bon sens dans =

Il y a des personnes qui imposent le respect par leurs qualités et leurs compétences. ......Il y en a d'autre pour qui le respect n'est du que par leur fonction.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Son dernier commentaire :

Mon cher camarade,
J’avais encore pas mal de choses à vous dire ; et puis, – je dois bien l’avouer – j’avais pris goût à ce rendez-vous hebdomadaire, qui me permettait d’aborder certains sujets importants, de vous faire part de mes réflexions et de recueillir vos réactions.
Mais voilà, l’heure du départ est arrivée, plus rapidement que prévu. Cela ne vous étonnera pas, vous dont l’imprévu est le pain quotidien. Depuis le premier jour, nous avons appris à avoir, avec nous, un sac prêt pour partir « au coup de sifflet bref ». Choisir d’être militaire, c’est accepter de ne plus s’appartenir, tout-à-fait.
Pour autant, la disponibilité à servir « en tous temps et en tous lieux », d’une ville à l’autre, d’un continent à l’autre, ne fait pas de nous des déracinés. Nous appartenons à une patrie que nous aimons ; nous sommes les héritiers d’une histoire qui nous a façonnés ; nous sommes porteurs de convictions qui nous font avancer. Sortir de sa zone de confort, c’est s’exposer, mais c’est aussi se révéler ; à soi-même, pour commencer. « Je vaux ce que je veux ! ».
Au moment de partir, je vous redis à quel point la vie militaire mérite d’être vécue. Aimez-la avec passion. Donnez-lui beaucoup, car on ne peut s’engager à moitié. Et si parfois il lui arrive d’être ingrate, considérez un instant tout ce qu’elle vous a donné.
A titre personnel, je reste indéfectiblement attaché à mon pays et à ses armées. Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France.
Fraternellement et fidèlement,
Général d’armée Pierre de Villiers
 
2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous verrons dans quelques temps de quel "chef" nous pouvons être le plus fier, difficile aujourd'hui de savoir s'il y en aura au moins deux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je préférais quand la Grande était muette

 

Depuis quelques jours, les mots sifflent comme des balles : crise majeure, malaise, gâchis, faute grave...Rappel des faits : la plus haute autorité du pays qui tient sa légitimité du suffrage universel décide une suppression budgétaire de 850 millions. Un fonctionnaire manifeste publiquement son désaccord. Manquement au droit de réserve et au devoir de loyauté, conséquence le fonctionnaire démissionne. Qu'y a-t-il de plus normal considérant le poste dudit fonctionnaire et le retentissement médiatique de l'affaire ! Le militaire en question a fait preuve de divers manquements qui dans le quotidien de la fonction publique engendrent inévitablement des sanctions disciplinaires. Je passerai ici sous silence le langage fleuri utilisé par l'intéressé pour manifester son opposition à ce plan budgétaire, propos qui n'ont fait qu'aggraver sa situation. Rompez !

 

Et pourtant le landerneau politique et militaire s'offusque.

 

Le premier se saisit de l'affaire pour tenter de mettre en difficulté son adversaire politique ; rien de plus normal, c'est le jeu politicien. En s'exprimant le général De Villiers a lui-même acté sa fin. Je rappellerai ici l'adage socialiste qui ne peut que s'appliquer à un militaire de haut rang : « un Ministre ça ferme sa chetron ou ça démissionne ». Par la passé, des généraux (Lagarde, Delaunay, Lacoste, Salvan, Cuche) ont appliqué strictement avant l'heure ce principe chevènementiste. Rompez !

 

Le second fait montre d'un corporatisme des plus normal toutefois avec des arguments fallacieux. Ainsi le général Bentégeat, ancien CEMA de J. Chirac déclarait : « on ne peut pas remettre en cause publiquement un chef militaire comme cela devant ses subordonnés ». Effectivement, il a tout à fait raison. L'article 15 de la constitution dispose que « le Président de la République est le chef des armées » et qu'à ce titre le général De Villiers a publiquement remis en cause son chef devant la France. Quelle aurait été la position d'un cacique de l'armée sur la manifestation outrancière d'un désaccord exprimé publiquement par tel capitaine ou tel colonel quant à la politique arrêtée ? Une sanction, un recadrage. Rompez !

 

Des réactions, encore des réactions. Que penser des écrits du général Desportes, ancien directeur de l'école de guerre, qui utilisent les mots « d'autoritarisme juvénile » pour qualifier la réaction du Président de la République ? Quoi ! Certains auraient quelques difficultés à reconnaître l'autorité du chef des armées et particulièrement en raison de son âge. Attention, il n'y a qu'un pas pour que certains regrettent d'avoir une femme comme Ministre. Décidément, l'armée est une bien vieille institution.

 

Néanmoins, je comprends la position des uns et des autres quant aux difficultés que pourraient créer cette baisse de budget, c'est la raison pour laquelle je me propose d'énumérer quelques pistes qui peuvent être source de marges financières pour le Ministère des Armées.

 

Tout d'abord, mettre fin à la pratique qui consiste à utiliser un Alphajet pour son usage personnel. Utiliser le train est beaucoup moins onéreux. Cette solution permettrait de faire entrer dans les caisses de l'opérateur ferroviaire des recettes supplémentaires même si ces dernières ne seraient pas conséquentes du fait des réductions avantageuses dont bénéficient les militaires auprès de la Sncf.

 

Sortir du placard les hiérarques qui, pour une raison ou une autre (la passion pour l'Alphajet en est une, n'est-ce pas général Reboul ?) ne sont pas en mesure de donner la plénitude de leurs compétences au service du Ministère, permettrait de disposer d'hommes et de femmes supplémentaires dont l'armée a cruellement besoin. L'objectif de disposer de forces supplémentaires pourrait être également atteint en ne confiant pas à des militaires affectés dans des casernes, des écoles, au sein du Ministère des tâches administratives. Quelles raisons justifient qu'un capitaine ait en charge un pôle budgétaire, qu'un sergent s'occupe du paiement des soldes alors que des personnels administratifs, moins rémunérés soit dit en passant, pourraient tout à fait s'en acquitter totalement. Un redéploiement de ces militaires administratifs pourrait s'avérer salvateur pour notre armée.

 

Et que dire des émoluments que perçoivent les militaires et qui ne sont pas soumis à l'impôt sur le revenu tels l'indemnité de sujétions pour service à l'étranger, son supplément ou encore l'indemnité pour charges militaires. Au titre de cette dernière, un général non logés gratuitement touche 5294,14€ par an tandis qu'un non officier non logé perçoit 1877,50€. Que de recettes fiscales qui échappent à l'Etat.

 

Ces quelques pistes ne permettraient pas d'économiser 850 millions d'euros mais constitueraient un bon début. A celles-ci pourraient s'ajouter la fin de la gratuité des repas (hors opérations extérieures) dont bénéficient de nombreux militaires, repas dont le coût de revient est particulièrement élevé (rapport cour des comptes 2015) comparativement à celui issu d'une externalisation auprès de prestataires privés.

 

J'entends déjà maugréer d'ici les militaires qui considèrent le bien fondé de ces différents dispositifs et avantages arguant qu'eux défendent la France. Mais le Ministère de l'éducation nationale, de la culture et bien d'autres ne défendent-ils pas la France en luttant contre l'obscurantisme et le repli sur soi, en éveillant les esprits, en armant les consciences, en donnant à chacun les moyens d'être libre, sans pour autant bénéficier de tels avantages. Si le statut militaire n'était pas si généreux, à juste titre sans doute, et si chaque militaire occupait un emploi de militaire alors peut-être serait-il possible de dégager des budgets qui seraient consacrés à la formation, aux recrutements, aux investissements.

 

Messieurs et Mesdames du Ministère des armées votre fonction est noble et vous pouvez en être fiers. Vous êtes les défenseurs des valeurs véhiculées par la France et l'Europe. Ne vous perdez pas dans des polémiques qui ne vous grandiraient pas.

 

 

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, icone a dit :

Rappel des faits : la plus haute autorité du pays qui tient sa légitimité du suffrage universel décide une suppression budgétaire de 850 millions. Un fonctionnaire manifeste publiquement son désaccord. l'affaire !Manquement au droit de réserve et au devoir de loyauté, conséquence le fonctionnaire démissionne. Qu'y a-t-il de plus normal considérant le poste dudit fonctionnaire et le retentissement médiatique de Le militaire en question a fait preuve de divers manquements qui dans le quotidien de la fonction publique engendrent inévitablement des sanctions disciplinaires. Je passerai ici sous silence le langage fleuri utilisé par l'intéressé pour manifester son opposition à ce plan budgétaire, propos qui n'ont fait qu'aggraver sa situation. Rompez !

Non, Icone.

Je vous suggère de lire nos écrits d'une part, et d'autre part de relire la Constitution qui gère nos Institutions..

1° - Le Président de la République est le Chef des Armées.

2° - Le (ou la) Ministre) des Armées élabore le budget en collaboration avec le Chef d’État Major des Armées.(CEMA)

3° - Le budget est défini par le Président et la Commission Parlementaire des Forces Armées avec l'Audition de divers intervenants décidés par cette commission - y compris le CEMA - à huit-clos. Les derniers en date étant  les généraux de la Gendarmerie.propre au dernier budget de la Gendarmerie et  des problèmes liés portant sur la sécurité publique

4° - Par la suite, le budget des Armées ainsi élaboré est le fait de la décision des Parlementaire (chambre des députés d'abord et du Sénat ensuite avec aller-retour ou navettes parlementaire pour cause de modifications si nécessaire).

Ces commissions ouvrent leurs archives quelques années plus tard. Et les propos des auditionnés ou l'animation générale n'est pas toujours un repos paisible. Vous pouvez les lire sur des sites Parlementaire quand elles sont affichées. De toute évidence, vous n'avez assisté à des réunions de cadres supérieurs  au moment des investissements mettant en cause des services ou des divisions de l'entreprise.

 

Il y a 2 heures, icone a dit :

L'article 15 de la constitution dispose que « le Président de la République est le chef des armées » et qu'à ce titre le général De Villiers a publiquement remis en cause son chef devant la France.

Faux. Les propos ont été tenus à huit clos et cela signifie conditionnalité que ce soit en Justice, en commission Parlementaire.ou en Conseil de Ministres. Des poursuites qui sont prévues en ces cas devraient être engagées.

C'est aux généraux auditionné de faire part de leurs soucis et problèmes et de répondre en toute état de cause aux parlementaires. Point barre. Le général de la Gendarmerie Bertrand Soubelet (homme posé et poli) et le général de Villiers ont subis le même sort. Et toujours par un Chef de l’État. Doivent-ils mentir ? Se taire ? Cela leurs est interdit.

 

Il y a 2 heures, icone a dit :

Ces quelques pistes ne permettraient pas d'économiser 850 millions d'euros

1° - Les 850 millions d'Euros existent dans les caisses de l’État qui préfèrent recapitaliser AREVA à hauteur de 1,5 milliards d'Euros. C'est un choix. Sur le fond de ce problème, je suis d'accord et cela se fera qu'avec la Loi rectificative budgétaire en septembre / octobre.

2° - Les problèmes sont la lente diminution des effectifs des Armées et de l’obsolescence des matériels en majorité. Ex = 2 hélicoptères de disponible en attente de pièces détachées dans la région Sub-saharienne. grande  comme presque l'Europe. Il a fallu le terrorisme en France et les attentats pour stopper la diminutions des effectifs

3° - Les parlementaires, sachant que les OPEX sont de l'ordre de 1 milliards d'Euros ont votés 450 millions pour rester dans le cadre des budgets prévus. Passons.

4° - Habituellement, le matériel commandé est décalé d'un an ou plus parfois pour clôturer les budgets sans dépassements. Seulement voila, cette fois, c'est chaque Ministère à qui est imposé ses propres restrictions.

5° - En gros, vous l'armée qui faite des OPEX en dépassement budgétaire, vous payerez la note ! Du jamais vu, car les dépenses de fonctionnement et de commandes vont être réduites alors que les demandes d'interventions outre mer et des effectifs de Sentinelle sont arrivés au "taquet" sans compter que le Président Américain entend que nous passions dans le cadre de l'OTAN de 1,72 à 2% du PNB (Produit National Brut)

6° - Le Président s'est bien rendu compte de l'erreur mais un Chef ne doit jamais être mis en cause. Dans mon entreprise américaine, c'était toujours l'erreur d'une secrétaire (de direction pourtant), jamais la notre, ingénieur ou adjoint de département, question de crédibilité.  Aujourd'hui, il tente d'étouffer la fausse manipulation. Se démettre sur ses subordonnée est un choix que je n'ai jamais pratiqué

En conclusion, j'ignore si vous avait porter les armes au combat. Personnellement j'ai été en Algérie, en zone opérationnelle, à 19 ans. Et pas dans une petite unité de bouclage. Mon opinion sur l'Armée est une chose. Mais quand un risque est porté sur le pays dans un cadre de terrorisme que j'ai bien connu au point d'écrire longuement sur ce forum, je ne puis accepter des contre vérités qui courts dans les médias et sur les forums.Il faut bien connaitre les événements au mieux avant de parler avec quelque assurance.

Cordialement.

Janmary

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, icone a dit :

Le militaire en question a fait preuve de divers manquements qui dans le quotidien de la fonction publique engendrent inévitablement des sanctions disciplinaires. Je passerai ici sous silence le langage fleuri utilisé par l'intéressé pour manifester son opposition à ce plan budgétaire, propos qui n'ont fait qu'aggraver sa situation.

Le seul soucis ( que d' ailleurs de prime je n' avais pas vu ), c' est que l' ancien CEMA ( le général de Villiers ) qui est un serviteur de l' État ( mais pas un fonctionnaire ) avait été entendu par une commission  de la défense Nationale de la Chambre des députés, à leurs demande et qui été à huit clos.

Il y a donc effectivement faute, celle de révéler le contenue d' une telle commission qui rappelons le, ce tenait à huit clos, donc non publique !

Il y a donc rupture de la confidentialité, ce qui est grave à ce niveau.

Quand au langage fleuri il a le mérite d' avoir dit clairement ce qu' il pensait.

Il y a 3 heures, icone a dit :

Néanmoins, je comprends la position des uns et des autres quant aux difficultés que pourraient créer cette baisse de budget, c'est la raison pour laquelle je me propose d'énumérer quelques pistes qui peuvent être source de marges financières pour le Ministère des Armées.

La France a engagée ses Armées dans plusieurs théâtres d' opérations extérieurs afin de lutter contre Daesh, Aqmi... suite aux attentats et menaces sur notre territoire l' Armée a été déployée en opération intérieur... d' où la nécessité d' un budget adapté.

Il y a 3 heures, icone a dit :

Tout d'abord, mettre fin à la pratique qui consiste à utiliser un Alphajet pour son usage personnel. Utiliser le train est beaucoup moins onéreux. Cette solution permettrait de faire entrer dans les caisses de l'opérateur ferroviaire des recettes supplémentaires même si ces dernières ne seraient pas conséquentes du fait des réductions avantageuses dont bénéficient les militaires auprès de la Sncf.

L' utilisation d' un Alpha-jet à titre personnel par le général Reboul est bien sur inadmissible et ces utilisations répétés pour des usages personnels seront certainement sanctionnés ( si ce n' est déjà fait ) dans tout les cas militaire ou pas ces abus seront juger par un tribunal civil ( il n' y a plus de tribunaux militaires ).

Bon nombre de militaires voyagent par le rail et ceux depuis des décennies.

Il y aura toujours des déplacements par voix aérienne pour des raisons de service ( raisons qui peuvent nous dépasser ).

Il y a 3 heures, icone a dit :

L'objectif de disposer de forces supplémentaires pourrait être également atteint en ne confiant pas à des militaires affectés dans des casernes, des écoles, au sein du Ministère des tâches administratives. Quelles raisons justifient qu'un capitaine ait en charge un pôle budgétaire, qu'un sergent s'occupe du paiement des soldes alors que des personnels administratifs, moins rémunérés soit dit en passant, pourraient tout à fait s'en acquitter totalement.

C' est déjà le cas depuis une bonne dizaine d' année, par l' emplois de fonctionnaires de la Défense ou d' agents civils de la défense.

Bien sur il reste des militaires qui eux ne se mettent jamais en gréve, sont mobiles à souhait et effectuent du service comme tous leurs camarades et n' échappent pas à Sentinelle.

Il y a 3 heures, icone a dit :

Ces quelques pistes ne permettraient pas d'économiser 850 millions d'euros mais constitueraient un bon début. A celles-ci pourraient s'ajouter la fin de la gratuité des repas (hors opérations extérieures) dont bénéficient de nombreux militaires, repas dont le coût de revient est particulièrement élevé (rapport cour des comptes 2015) comparativement à celui issu d'une externalisation auprès de prestataires privés.

Les repas ne sont plus gratuit au sens propre du terme, un repas type est mis en place et défalqué pour chaque militaire ( effectivement il ne sort pas son porte monnaie, sauf si il veut prendre plus que le repas type. Donc fini le temps où certain militaires bien portant prenaient deux ou trois pains, une ou deux entrée suivant leurs gout, le plat principal, un ou deux désert ( le deuxième pour le quatre heure ) le fromage et le verre de vin ( qui lui est totalement payant et pratiquement proscrit ).

Et l' on peut aller plus loin, le militaire logé sur base paye un loyer ( fini les rats de base qui vivaient aux frais de l' Armée.

Il y a 4 heures, icone a dit :

J'entends déjà maugréer d'ici les militaires qui considèrent le bien fondé de ces différents dispositifs et avantages arguant qu'eux défendent la France. Mais le Ministère de l'éducation nationale, de la culture et bien d'autres ne défendent-ils pas la France en luttant contre l'obscurantisme et le repli sur soi, en éveillant les esprits, en armant les consciences, en donnant à chacun les moyens d'être libre, sans pour autant bénéficier de tels avantages. Si le statut militaire n'était pas si généreux, à juste titre sans doute, et si chaque militaire occupait un emploi de militaire alors peut-être serait-il possible de dégager des budgets qui seraient consacrés à la formation, aux recrutements, aux investissements.

Nul histoire de Maugréer, car dans le fond je suis d' accord mais regarder de plus prés le fonctionnement de l' Éducation Nationale ( qui paye le déplacements de ses professeurs remplacent le samedi même si ils ne bossent pas ce jour là.

Et que dire des logements et véhicules de fonction dans la fonction publique hospitalière...

Mais je ne vais pas abaisser la conversation par de telles comparaisons qui de une, ne sont pas une fierté pour nos administrations et qui de deux ne font pas avancer le problème.

Mais oui, il y a certainement des possibilités de faire des économies.

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je n'étais pas là ces deux dernières semaines, mais ne trouvez-vous pas que cela va trop loin ? Des propos qui n'auraient pas dû être tenus, ni révélés, ont fuités (par qui ?), et la réponse d'un "jeune" Président qui cherche à se faire respecter à tout prix, à donner une image (autant de lui même que de la France) de force est exagérée. Chacun a ses responsabilités, leurs actes ont eu des conséquences, point. Les débats sont bons à tenir sur tous les sujets, mais ne pensez-vous pas que celui-ci ne fassent que monter la "haine" envers, à la fois les militaires et les politiques (et on en a vraiment pas besoin en ce moment). Voilà, je ne peux guère plus me prononcer, sinon d'inciter tout le monde à modérer ses pensées (je ne citerai pas de nom). 

P.-S. : Janmary, vous dites que les dépenses à effectuer sont cruciales, et vous trouvez qu'il faut réduire les possibilités des fonctionnaires de Bercy ? Pouvez-vous m'expliquer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Archerlite a dit :

P.-S. : Janmary, vous dites que les dépenses à effectuer sont cruciales, et vous trouvez qu'il faut réduire les possibilités des fonctionnaires de Bercy ? Pouvez-vous m'expliquer ?

Oui Archérlite.

1° - Bercy et les fonctionnaires du Trésor Public sont issus des grandes écoles et sont formés en clan en fonction de leurs écoles et sont tout puissant dans la République.(avec l'Administration des Douanes). Ils peuvent être mutés à ce titre dans tous les postes à haute responsabilités des services de l’État. Le Service du Trésor Public est du reste le meilleur du monde en matière de recouvrement de l’impôt, D’où les prêts qui nous sont consentis par des prêteurs y compris institutionnels.

2° - Il est urgent et nous sommes désormais coincés de nous retrouver avec un déficit public de moins de 3% du PNB (Produit National Brut). C'est un problème désormais de fond et qui peut nous causer des refus d'emprunts d'une part, et qui met en cause la relance économique de l'Europe. C'est nous les coupables dans le couple Franco-Allemand. Nous empruntons pour les dépenses de fonctionnements et non d’investissements. D’où le coup de "rabot fiscal" pour être dans cette configuration.des moins de 3% pour tenir nos promesses Européennes qui pourraient être gravissime dans le cas contraire. Nous payons trente années de laxisme !

3° - Dans cette configuration, Bercy et ses fonctionnaires ont une puissance inimaginable dans le cadre fiscal et économique et actuellement ont une approche uniquement comptable exercés par des "clans" issus de grandes écoles.des événements. C'est cela qu'il nous faudrait limiter sans nuire au fonctionnement de cette institution des plus efficaces. Ce ne sont pas les ministres qui exercent leurs pouvoirs, mais Bercy en fin de compte.

A plus.

Janmary

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela se passe de commentaires.

Précis et concis.

:super:Bouchon-Gras.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites