Aller au contenu
HernanF

Chasseur européen, l'après Rafale et Typhoon vers 2040

Messages recommandés

Comme dans les années 80 du XXe siècle, la France et l'Allemagne essaient de lancer le développement d'un avion de combat européen, je me demande que feront les autres utilisateurs de l'Eurofighter Typhoon comme l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni. Mais oui, l'ombre du F-35 américain de Lockheed Martin survole à ces pays.

 

La France et l'Allemagne vont développer en commun un avion de combat

L'annonce a été faite à l'issue d'un Conseil des ministres franco-allemand, en présence d'Angela Merkel, à Paris.

Uae0KRp.jpg?1

Le prochain avion de combat de l'armée française sera franco-allemand. Paris et Berlin sont convenus "de développer un système de combat aérien européen", sous leur direction, pour remplacer à "long terme" leurs "flottes actuelles d'avions de combat", a annoncé l'Elysée jeudi 13 juillet, à l'issue d'un Conseil des ministres franco-allemand. Une feuille de route conjointe doit être mise au point d'ici à mi-2018.
Lors d'une conférence de presse commune avec Angela Merkel, Emmanuel Macron a détaillé pourquoi la France et l'Allemagne souhaitaient mettre leurs forces en commun pour concevoir des avions de combat: "Ce sont des projets très lourds, lourds pour nos deux armées et nos deux gouvernements et qui ensuite doivent être exportés. Aujourd'hui, on se retrouve avec des projets lourds, trop de standards et de qualification au niveau européen et parfois une concurrence intra-européenne pour les porter à l'international"...

http://analisis-global.blogspot.com.ar/2017/07/la-historia-se-repite-francia-y.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ajoute un graphique très intéressant sur la généalogie du Rafale qui décrit les actions des pays européens pendant la première tentative de développer un chasseur en commun, un échec partagé.

J6SGJyA.jpg?1

 

Le schèma appartient à ce livre :super:

h7re1wH.jpg?1

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Un renforcement des relations franco-allemande en vue, on dirait. Pas mal comme idée, vu ce que ça coûte. Et la réalisation sera confiée... Aux Pays-Bas. Une telle réalisation n'est en effet productivité, et pour éviter l'échec du Rafale, par des sociétés communes aux deux pays. Or, déjà dans le but de concevoir un remplaçant commun au Leclerc et à son camarade allemand, le projet avait été confié à Nexter en France, et KMW en Allemagne. Sauf que, géné par les lois différentes sur l'exportation, les deux entreprises ne purent se mettre d'accord... Et créerent Honosthor, une société néerlandaise, composée de ces deux entreprises. Je n'ai pas tout compris au niveau du transfert de capital et des actions, mais en gros, ça arrangé aussi bien les ingénieurs que les investisseurs, point important pour lancer la construction d'un si gros projet. Même si c'est traditionnellement Dassault qui s'en occupé en France, pour l'Europe, et surtout le couple franco-allemand, je ne vois qu'Honosthor (Nexter+KMW) pour s'en occuper. Une réussite est obligatoire pour éviter d'acheter à Lockheed Martin (parceque si Honosthor ne fonctionne pas pour ce projet, c'est là qu'on se servira) et encore augmenter l'influence américaine sur les Armées Européennes.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, HernanF a dit :

J'ajoute un graphique très intéressant sur la généalogie du Rafale qui décrit les actions des pays européens pendant la première tentative de développer un chasseur en commun, un échec partagé.

 

Il y a 9 heures, Archerlite a dit :

Un renforcement des relations franco-allemande en vue, on dirait. Pas mal comme idée, vu ce que ça coûte.

 

Les deux tentatives précédentes de créer un avion de combat Européen (France - Allemagne - Italie et Grande-Bretagne) fut la réalisation de deux appareils successif par les partenaires indiqués ( le "Tornado" à géométrie variable puis le "Typhon", tous biréacteur suite aux déboires du "Starfigher" dans la Luftwaffe) sauf la France qui développait son propre appareil (le Rafale) qui avait également pour mission d'être opérationnel  sur Porte-avions.

Les coopérations en matière aéronautique avec notre partenaire allemand fut le Transall, l'Alfa-Jet et bien sur la famille Airbus avec plusieurs partenaires Européens d’où le transport Atlas est issue.Tous ces programmes connurent le succès et "l'Atlas" devrait connaitre pareille notoriété..

C'est la meilleure  solution pour la maitrise de coûts et bien sur un travail en coopération d'une part, et d'autre part, permet de mettre en œuvre des appareils aux mêmes standards en particulier lors d'engagement opérationnel (Guerre du Golf)

On imagine mal les États-Unis ou chaque États pourrait concevoir ses propres productions. On peut toujours créer un appareil commun avec des versions adaptés aux conditions opérationnels particulière (France et son Porte-avions par exemple).

Ce seront des développements long mais nécessaire. A suivre avec intérêt !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 16 juillet 2017 à 08:06, Janmary a dit :

 

 

Les deux tentatives précédentes de créer un avion de combat Européen (France - Allemagne - Italie et Grande-Bretagne) fut la réalisation de deux appareils successif par les partenaires indiqués ( le "Tornado" à géométrie variable puis le "Typhon", tous biréacteur suite aux déboires du "Starfigher" dans la Luftwaffe) sauf la France qui développait son propre appareil (le Rafale) qui avait également pour mission d'être opérationnel  sur Porte-avions.

Les coopérations en matière aéronautique avec notre partenaire allemand fut le Transall, l'Alfa-Jet et bien sur la famille Airbus avec plusieurs partenaires Européens d’où le transport Atlas est issue.Tous ces programmes connurent le succès et "l'Atlas" devrait connaitre pareille notoriété..

C'est la meilleure  solution pour la maitrise de coûts et bien sur un travail en coopération d'une part, et d'autre part, permet de mettre en œuvre des appareils aux mêmes standards en particulier lors d'engagement opérationnel (Guerre du Golf)

On imagine mal les États-Unis ou chaque États pourrait concevoir ses propres productions. On peut toujours créer un appareil commun avec des versions adaptés aux conditions opérationnels particulière (France et son Porte-avions par exemple).

Ce seront des développements long mais nécessaire. A suivre avec intérêt !

Depuis les programmes en coopération précédents, le Royaume Uni a voté pour le "brexit".

L'Europe veut elle se donner les moyens d'assurer et d'assumer par elle même toutes les implications de sa propre défense ?

Je suppose que nous sommes sur le point de tenter de bâtir une réponse d'apparence crédible à cette question.

Pour l'instant, nous n'en sommes qu'à ce stade. Mais tout de même, il apparait qu'une coopération volontariste Franco-Allemande, si elle tient dans la durée, peut représenter un niveau de force suffisant pour provoquer un effet "boule de neige" Européen.

 

L'affaire semble engagée au niveau de l'espace,

en bonne voie au niveau des armements terrestres,

 

reste a confirmer au niveau des marines,

au niveau des avions de combat,

au niveau de "l'infoguerre"

 

et surtout, surtout au niveau des perceptions de politiques étrangères.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, capmat a dit :

Depuis les programmes en coopération précédents, le Royaume Uni a voté pour le "brexit".

 

Heureux de vous revoir Capmat.

Les Britanniques semble avoir compris un certain nombre de choses avec le Brexit.

1° - L’Écosse et l’Irlande du Nord y était opposé et recherche une autonomie voir l'indépendance. J'ignore pour le pays de Galle.

2° - Les Français en Grande-Bretagne les Britanniques en France pourront rester dans ces pays. Rien n'est encore réglé sur les droits de vote pour les municipale après 10 ans (je crois) dans les pays concernés.

3° - Point important pour notre sujet, les coopérations des forces armées entre France et Grande-Bretagne en particulier entre la RAF et l'Armée de l'Air seraient poursuivis ne fut ce que dans le cadre USA, Grand-Bretagne et France aux États-Unis (pour les opérations communes.de projections).

4° - Pour la fabrication des ailes des Airbus dévolus a la Grande-Bretagne, cette dernière aurait abandonné du fait de la Livre vis à vis de l'Euro. En effet, les coopérations précédentes bilatérales tel Concorde, Transall et Alpha-Jet pouvaient se faire avec les monnaies des intervenants (Livre, Franc,et Mark) à cause du serpent monétaire (les monnaies étant liés entre elles par un pourcentage à ne pas dépasser)

Avec le groupe AIrbus Européen et l'Euro, monnaie Européenne et de change Internationale désormais comme le dollar, cela est devenu complexe pour assumer des couts de commande avec des livraisons sur plusieurs mois et années en projection avec une monnaie tel la livre, indépendante de l'Euro, c'est à dire avec des variations de taux sur les marchés faute d'être intégré à l'Euro, monnaie commune.

C'est tout le problème me semble t-il. Le fait d'une relance Franco-Allemande est importante dans tous les cas de figure que vous citez.

Pour l'instant, nous n'en sommes qu'à ce stade. Mais tout de même, il apparait qu'une coopération volontariste Franco-Allemande, si elle tient dans la durée, peut représenter un niveau de force suffisant pour provoquer un effet "boule de neige" Européen (votre citation)..

 

.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En parlant de l'Europe de la Défense, un bon article sur le prochain chasseur européen ou franco-allemand.

"...deux experts membres des deux principaux think tanks publics allemands actifs sur ces questions (SWP et DGAP), n’hésitent pas à qualifier l’annonce de la construction d’un avion commun de «révolution»..."

"...l’engagement franco-allemand ne pouvait pas s’exercer dans un domaine plus politique et stratégique que l’aéronautique, qui est par excellence une industrie clé en termes de chiffre d’affaires et d’innovation..."

http://www.ttu.fr/davion-de-combat-americain-berlin/

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les grandes entreprises de l'industrie aéronautique, Airbus et Dassault, sont prudentes à l'heure de parler du futur avion de combat européen.

 

...Chez Dassault Aviation comme chez Airbus, on salue cette déclaration symbolique, tout en évoquant une longue route parsemée d'écueils à éviter pour lancer un tel programme à l'horizon 2030-2040. Airbus ne souhaite pas répéter les erreurs du programme européen de l'avion de transport militaire A400M, sur lequel il cumule désormais 7 milliards de provisions. Dassault, de son côté, aimerait bien que l'Allemagne donne quelques gages, alors que les Pays-Bas, l'Italie, le Royaume-Uni, le Danemark et la Norvège sont passés sous pavillon américain en achetant les F-35 de Lockheed Martin. «L'Europe ne pratique pas le Buy European Act, mais le Buy American Act», ironise le président de Dassault, Eric Trappier. Alors que l'Allemagne s'intéresse au F-35 pour remplacer ses chasseurs Tornado, Dassault serait ravi de fournir des données sur le Rafale...

http://analisis-global.blogspot.com.ar/2017/08/las-grandes-empresas-de-la-industria.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dassault Aviation souhaite être le leader de ce projet franco-allemand avec Airbus.

 

aVOFKuK.jpg?1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le concept l'Europe de la Défense resurgit avec l'accord entre Dassault Aviation et Airbus Defence pour développer et produire le SCAF/FCAS, le Système de Combat Aérien Futur.

 

Le premier jalon est posé, ce jeudi 26 avril, par Florence Parly, ministre des Armées, et son homologue allemande, dans le cadre - hautement symbolique - du salon aéronautique (ILA) de Berlin dont la France est l'invitée d'honneur. Les deux chefs d'état-major des armées signent un document détaillant les besoins communs en matière de Système de combat aérien du futur (SCAF). Il s'agit d'un préalable à la définition des spécifications des composantes du SCAF, un système high-tech connecté et complexe qui intégrera des drones évoluant en essaim, des avions de combat, un centre de commandement et d'observation aéroporté, des missiles de croisière, des satellites de télécoms sécurisés et des relais au sol...

...Après la phase de discussions avec les industriels, l'objectif est de signer un premier contrat d'études d'ici à fin 2018-début 2019 puis de leur confier le développement d'un démonstrateur à horizon 2025. Enfin, une fois les technologies «dérisquées», les États visent la signature d'un «contrat de développement et de production, avec un objectif de livraison en 2040». Le budget global du SCAF n'a pas été précisé...

L'avion, commun aux deux armées, n'aura pas dix versions mais des spécificités. Ainsi, la version française sera capable d'apponter sur le porte-avions Charles-de-Gaulle. L'avion devra aussi être capable d'emporter la dissuasion française et celle, américaine, de l'Otan...

http://analisis-global.blogspot.com.ar/2018/04/el-concepto-europa-de-la-defensa.html

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BAE Systems a présenté pendant la première journée du Farnborough Air Show le Tempest, le "successeur" du Typhoon. J'attends que l'Allemagne reste dans le programme SCAF/FCAS 😲

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par HernanF
      Après l'annexion de la Crimée, l'ingérence dans plusieurs pays par le biais des cyberattaques, et récemment l'empoisonnement d'un ancien agent russe de la GRU à Salisbury, la Russie doit expliquer son comportement vers l'Europe notamment.
      Le dernier acte de la Russie s'appelle "Novichok", sera-t-elle une opération russe ou, peut-être, une opération sous fausse bannière ?
       
      Ex-espion empoisonné: May pointe la responsabilité «très probable» de la Russie
      Theresa May n’y est pas allée par quatre chemins, confirmant ce que beaucoup soupçonnaient depuis 8 jours: c’est-à-dire qu’il est «hautement probable» que Moscou soit impliquée dans cette attaque perpétrée à Salisbury.
      La Première ministre a expliqué devant les députés britanniques que l’ancien espion russe Sergueï Skripal et sa fille Youlia avaient été empoisonnés par un «agent innervant de grade militaire» appelé Novichok, une substance neuro-toxique que la Russie a fabriquée dans le passé et aurait encore la capacité de fabriquer.
      Ce qui signifie que soit l’Etat russe est directement responsable de leur empoisonnement, soit qu’il a permis à d’autres de se procurer l’agent neurotoxique utilisé à Salisbury, rapporte notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix.
      Quoi qu’il en soit, a poursuivi Theresa May, le Royaume-Uni ne tolèrera pas que des actes qu’elle a qualifiés d’«odieux et irresponsables» soient commis sur son sol. En conséquence, le gouvernement a demandé à l’ambassadeur russe à Londres de fournir d’ici mardi un rapport complet sur le programme Novichok...
      Actualisation:
      Moscou rejette l'ultimatum de Londres. Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, affirme que Moscou n'est pas responsable de l'empoisonnement d'un ex-agent russe en Angleterre. Il se dit néanmoins prêt à coopérer à condition d'accéder à la substance toxique et réclame une "enquête conjointe".
      http://analisis-global.blogspot.com.ar/2018/03/el-ex-agente-de-inteligencia-ruso.html
    • Par DonovaneHO
      Bonjour à toutes et à tous je me permet de poster ici car je ne trouve pas de catégorie approprier à ce que je vais vous demander.
      Voilà maintenant 6 jours que je suis à la recherche de ce Bomber (Exactement le même, si vous avez des infos dessus je prend, patch à scartch ou cousue ? !) : 


      et  
      ---------------------------
      Et donc pas moyen de le trouver donc je me suis lancer dans une autre situation quel est ce patch ? , d'ou vient-il ? et ou le trouver ? (Celui en forme d'étoile, pas le drapeau américain): 

       
      Merci de m'avoir lu jusqu’au bout en espérant que pourriez m'aider
      - Donovane
    • Par berogeitabi
      Bonjour.
      Je vous propose ce lien vers un article du journal en ligne "lexpress.fr" 
      Plainte palestinienne contre une entreprise d'armement.
      De tous temps, de nombreux pays ont développé des entreprises d'armement et ont développé la vente d'armes vers des pays en situation de conflit. Ces ventes se pratiquent aussi à destination d'autres pays pas nécessairement en conflit mais souhaitant acquérir "sur étagères" des armements déjà aboutis, fiables, ne nécessitant qu'une signature au bas d'un chèque.
      Bref, l'industrie de l'armement représente un pan économique important du commerce mondial, tant par les flux d'argent générés que par l'impact sur l'emploi des pays possédant une technologie suffisamment pointue en ce domaine. 
      Pour l'exemple français, on pense bien sûr à Dassault mais il y a également de très nombreux sous traitants qui interviennent dans la conception et la fabrication. 
      Le revers de la médaille de cette économie, c'est bien entendu que par définition, une arme est faite pour tuer.  Par voie de conséquence, quand la mort frappe, elle ne choisit pas forcément qui est frappé. Un militaire combattant ou un civil innocent?  Un pays ami ou un pays ennemi. Rappelons nous les missiles exocet embarqués à bord de super étendard (armement français) de l'armée argentine et utilisés pour toucher et couler le HMS Sheffield brittanique, dont nous sommes jusqu'à preuve du contraire des alliés.  Même si nous sommes aussi amis avec l'Argentine. Ceci est très ambigü et pose une question morale. Mais cette industrie peut elle être éthique, déontologique? 
      Toutes l'ambiguité de l'industrie de l'armement réside  donc dans cette situation. La nécessité économique n'a que faire de savoir si nous vendons nos armes à un ami susceptible de devenir un jour un ennemi, ou si cet ami ira tuer des civils innocents.
      Dans l'affaire de la plainte (homicides involontaires et complicité de crimes de guerre) déposée par cette famille palestinienne, on se demande bien quelles sont ces chances d'aboutir (bien minces à mon avis) et surtout si elle aboutit, quelles pourraient être les conséquences sur l'industrie de l'armement.
      De nombreuses questions vont se poser. Dans ce cas précis la société française concernée qui fabrique le composant incriminé pourra toujours se retrancher derrière le fait que son matériel n'est pas uniquement à usage militaire et qu'elle ne demande sans doute pas à ses clients quel usage ils comptent faire de leurs achats.
      Mais plus généralement, il me semble que cette plainte ouvre la boite de pandore, dans la mesure où une arme est utilisé pour tuer, que c'est sa définition même, et que remettre en cause la fabrication et la vente d'armement, revient à remettre en question toute cette industrie. Son intérêt, son utilité, sa nécessité, et je n'imagine pas un seul pays  revenir sur ces fondements qui remettrait aussi en cause la capacité à se défendre et à défendre son territoire national.
      Allez, à vos avis, opinions, et envie de débattre sur ce sujet....
    • Par HernanF
      Le Rafale biplace à La Réunion. Le départ aujourd´hui vers la France.
       

       
×