Aller au contenu

Messages recommandés

Un moment de libre, de passage dans une région, passionné... les musées de l' Armée et de ces différentes armes sont ouvert tout l' été.

04.07.2017

C'est l'été et les musées de l'armée de terre sont ouverts

musées.jpg

De A comme "artillerie" à T comme "transmissions", les 13 musées de l'armée de terre sont ouverts tout l'été.

Ils proposent des découvertes de leur patrimoine permanent et de leurs expositions temporaires. Des événements comme le Triomphe de Saint-Cyr ou le Carrousel de Saumur sont aussi au programme des mois de juillet d'août.

Pour juillet:

juillet.jpg

Pour août:

aout.jpg

Pour plus d’informations : defense.gouv.fr/terre/histoire-et-patrimoine

 

( Source : article, Ligne de Défense ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, HernanF a dit :

Et pourquoi pas le Musée de l'Armée aux Invalides à Paris ?

Tout à fait !

Un sensationnel musée : http://www.musee-armee.fr/accueil.html dont une journée ne suffit pas pour tout découvrir.

L' on peut rajouter aussi ( il se situ dans l' enceinte des Invalides ) le musée de l' ordre de la Libération : http://www.ordredelaliberation.fr/fr/musee

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

3316973128_2_3_aWHt02LT.jpg

Par Laurent LAGNEAU

L 'armée de Terre compte actuellement plusieurs musées relatifs à l'histoire de ses différentes armes qui la composent ( Cavalerie et Blindés à Saumur , Artillerie à Draguignan , Troupes de Marines à Fréjus , Légion Etrangère à Aubagne , Train à Tours , Transmissions à Cesson-Sévigné , Troupes Aéroportées à Pau , Troupes de Montagnes à Grenoble , Matériel à Bourges et Génie à Angers . Et l'on peut ajouter le musée des Sous-Officiers à Saint-Maixent et celui du Souvenir à Saint-Cyr Coëtquidan .



Cependant , et alors qu'elle a participée à toutes les batailles menées par la France , quelles que soient les époques , et payer un lourd tribut lors de la Première guerre mondiale , dont l' on commémore le centenaire , l ' Infanterie n'a actuellement pas de musée . Enfin , elle n'en a plus .

En effet , quand l' Ecole d' Infanterie a été transférée de Montpelliers à Draguignan , en 2009 , le musée qui lui était associé depuis sa création , quarante ans plus tôt , au quartier LEPIC , a du fermer ses portes , alors qu'il accueillait plus de 15 000 visiteurs chaque année .

Pendant un temps , il fut question d'installer ce musée à Neuf-Brisach, en Alsace . Seulement les collectivités locales concernées ne donnèrent pas suite à ce projet , faute de financements . Il fallait en effet au minimum 10 millions d'euros pour aménager la caserne Suzonni , inscrites sur la liste des monuments historiques en 1989 .

En 2016 , il fut annoncé que le musée de l' Infanterie rejoindrait finalement Draguignan ( ce qui était logique ) afin de de constituer avec celui de l' Artillerie , un " pôle muséal " devant être inauguré en 2019-2020 voire 2021 .

Un an plus tard , l'association des amis du musée de l' Infanterie a été créée , à l'initiative du général Dominique BARLET et de Me Claude GIANNESINI , également président de l'union nationale des officiers de réserve . Et cela avec un rôle d'appui dans l'action du musée mais aussi de communication .

Seulement , dans le numéro 39 de la revue " Fantassins " édité par l' Ecole d'Infanterie , le général BARLET a sonné le tocsin . Après avoir souligné que la création d'un pôle muséal sur le site des Ecoles militaires de Draguignan est une opération " lourde et couteuse " , il a déploré le manque de crédits pour le mener à bien .

"La conjoncture actuelle n'est pas favorable . Les militaires extrêmement serrés répondent aux priorités opérationnelles . Quant aux organes territoriaux , principaux pourvoyeurs de fond pour le milieu associatif , ils subissent de plein fouet les économies drastiques imposées par le gouvernement . Il en est de même pour le mécénat , en perte de vitesse , et l'appel aux dons " , a écrit le général BARLET .

L ' analyse des difficultés rencontrées pour financé un tel projet met en lumière une forme de paupérisation des sources réglementaires et traditionnelles de financement . C'est ce cadre contraint qui pourrait mettre en péril l'avenir de notre musée " a t il encore prévenu , avant d'évoquer l'éventuelle disparition du musée de l ' Infanterie .

En ces temps où le soldat cherche reconnaissance et légitimité ; en ces temps où la Nation est à la peine pour retrouver ses valeurs ; en ces temps où il est essentiel de comprendre le passé pour préparer le futur , accepterait on sans mot dire de voir sombrer le musée de l' Infanterie et engloutir les valeurs qu'il renferme ? " a demande le général BARLET .

Et de conclure : " Trop de retards se sont accumulés à propos de notre musée dont l'avenir passe par votre générosité et votre soutien . Il est temps d'avoir une vision cohérente sur l'avenir des musées de Draguignan et particulièrement sur celui de l' Infanterie . Ne commettons pad l'irréparable " .

Pour le moment , seule une salle d'honneur de l'Infanterie inaugurée en 2013 , existe . Mais elle ne peut être considérée comme un musée .

 

( Source : airmerterre )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Alexandre Boissiere
      Bonjour, souhaitant m'engager dans l'armée de terre j'aimerais avoir des informations, ou même vos propres expériences comme conducteur spécialiste du transport. Je suis en train de monter mon dossier que je devrais rendre au CIRFA de Rennes donc toutes vos réponses pourront m' aider à fin d'être sur de mon choix d'orientation. 
      Cordialement. 
    • Par saganthegoat
      Bonjour à tous, 
      J'ai 17 ans et souhaiterais intégrer la réserve opérationnelle de l'armée de terre. 
      Ayant un emploi du temps chargé (passionné de musique et de cyclisme, étudiant en prépa l'année prochaine) j'aimerais avoir des renseignements sur la vie de réserviste (nombre moyen de jours de missions, types de missions à 17 ans,...) 
      Même si ce n'est bien sûr pas la raison de ma volonté de m'engager, participer à l'opération Sentinelle est une motivation et j'ai lu quelque part qu'on ne peut y participer à 17 ans, vous confirmez ? 
      Je compte me rendre au CIRFA de La Défense dans la semaine, faut-il prendre rendez-vous ou peut on directement aller poses ses questions ? 
      Enfin, pour la formation initiale, si elle tombe en période scolaire, l'armée peut elle délivrer un justificatif d'absence à mon établissement scolaire ? 
      Merci d'avoir pris le temps de lire ! 
    • Par petit_nuag3
      Bonjour, j'ai besoin de conseils pour mon orientation.
      L'année derniere j'ai voulu m'engager en sous off infanterie, on me l'a refusé car trop anxieux en situation de stress d'apres les tests de personnalité. J'ai contourné cette interdiction en allant à l'EMHM, mais j'ai vite compris que j'étais pas à ma place (la montagne je m'en cogne un peu, et puis je voulais faire infanterie pour être para à la base..). Bref, je dénonce et cède ma place à quelqu'un de plus intéressé que moi, rien de plus normal..
      6 mois plus tard, je signe dans l'armée de l'air en sous off fusilier para. Et la c'est la débandade absolue. J'ai pas l'impression d'être à l'armée. En 10 semaines on a toujours pas appris à nettoyer nos FAMAS, notre seule semaine de terrain on l'a faite dans des tentes déjà montées et chauffées, on a tiré à balles réelles qu'une seule fois et à 50m maximum.. et les collègues fusiliers qui font des paliers 10 au VAMEVAL ou moins de 30 abdos aux évals pompes-abdos... c'est un vrai scandale.

      Sans parler de l'absence d'esprit de corps, d'esprit combattant (forcément, c'est une armée de techniciens, pas de soldats..) et de traditions, qui sont pour moi très importants.
      Bref voila je suis deg. Et en plus j'ai compris que j'avais quasi aucune chance d'aller en CPA à l'issue de ma formation, et être vigile ça me dit pas trop. Oui être sous off m'intéresse, mais pas à n'importe quel prix.  
      Du coup maintenant je considère plusieurs options, et je compte sur votre aide pour m'aider à choisir :
      1 => Rester la ou je suis malgré tout et prendre le risque de finir en escadron de protection à diriger des patrouilles, ce qui ne m'intéresse pas DU TOUT.
      2 => Demander à passer en militaire technicien de l'air, et signer pour aller direct en CPA (contrat "ab initio")
      3 =>Dénoncer mon contrat dans l'armée de l'air, repartir dans l'AdT et prendre un régiment d'infanterie en militaire du rang (152e RI, super garnison et proche de la ou j'ai fait mes études et à 2h30 de Parisou j'habite, ou bien un régiment para parce qu'ils sont mieux payés et bien réputés).
      4 =>Dénoncer mon contrat dans l'armée de l'air et tenter la légion. Quitter l'EMHM m'a laissé une tache noire sur mon dossier AdT. La légion c'est un peu l'école de la 2nde chance. Et puis au moins je suis sur de pas tomber avec des peintres et de ramasser.
      5 =>Dénoncer mon contrat dans l'armée de l'air et m'engager au 2e RH. Régiment spécialisé dans le rens : infiltration, observation... ça appartient à la cavalerie mais dans leur emploi les gars du 2e RH sont plutot des fantassins qui vont chercher le rens au final. 
      Pour ce qui est de ma personne j'ai un profil correct on va dire.
      J'ai 22 ans, bientot 23. J'ai une licence d'anglais, au DEA j'ai fait 30 tractions et 12 au Luc Léger. Au VAMEVAL je suis palier 18, et j'ai 15,9 de moyenne dans l'armée de l'air pour l'instant. Et j'ai fait 2 ans de réserve au cours desquels j'ai fait 2 sentinelles.
      Je compte sur vos avis, merci d'avance.
    • Par Nexlys
      Bonjour à vous,
       
      Voilà j'avais une question ou plusieurs à poser. En gros mon projet actuel est de m'engager dans l'Armée de Terre.
      Mon projet final est de rentrer dans les CPA 10. Donc grosse différence, mais comme je suis Y4, les CPA 10 c'est pas pour tout de suite.
      Je m'étais renseigner auprès d'un médecin militaire des spécialités disponibles dans l'Armée de Terre avec Y4, malheureusement, j'ai oublier et je ne trouve plus le fameux tableau.
      J'aurais aimer savoir, si il était possible en étant dans l'Armée de Terre après quelques années, par exemple 5ans de contrat, tenter les concours CPA 10, et en cas d'échec, retentez ma chance dans l'Armée de Terre? Quels sont les risques?
       
      Merci à vous.
×