Bienvenue sur le Forum Militaire

Inscrivez-vous pour avoir accès à l'ensemble des fonctionnalités du forum. Une fois enregistré et connecté, vous serez en mesure de contribuer en publiant vos propres questions ou en répondant à un sujet existant. Vous serez en mesure de personnaliser votre profil, recevoir des points de réputation, et bien plus encore !

Bouchon-Gras 49

Ministre de la Défense.

27 messages dans ce sujet

Florence Parly a été nommée ministre des Armées

 
 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/parly-20170621.jpg

parly-20170621.jpg

 

L’annonce du nouveau gouvernement conduit par Édouard Philippe a réservé une surprise de taille. Alors que le nom du député européen (LR) Arnaud Danjean était cité pour remplacer Sylvie Goulard au ministère des Armées et que la rumeur parlait même de Jean-Pierre Raffarin, l’ancien Premier ministre du président Chirac qui dirige actuellement les travaux de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le choix s’est finalement porté sur Florence Parly.

Diplômée de l’École nationale d’admnistration (ENA), Mme Parly est une novice, comme celle à laquelle elle va succéder, des affaires militaires et des enjeux de la Défense. Âgée de 54 ans, elle a passé la première partie de sa carrière à la Direction du budget en tant que responsable de la synthèse des comptes sociaux avant d’intégrer les cabinets ministériels de Michel Durafour et de Paul Quilès.

Ayant rejoint le Parti socialiste en 1995, Mme Parly intégre le cabinet de Lionel Jospin, après la victoire de la Gauche plurielle aux élections législatives d’avril 1997, en qualité de conseillère pour les affaires budgétaires. Puis, en janvier 2000, elle est nommé secrétaire d’État au budget et devient ainsi la benjamine du gouvernement.

En 2002, Florence Parly est battue aux élections législatives par Jean-Pierre Soisson. Vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne entre 2004 et 2006 et présidente du directoire de l’Agence régionale de développement d’Île-de-France, elle est également chargée de l’économie et de l’emploi au PS.

Par la suite, Mme Parly quitte la politique pour devenir directrice de la stratégie des investissements à la direction financière d’Air France. Cependant, en 2007, elle rejoint l’appel Gauche avenir, lancé par Paul Quilès et Marie-Noëlle Lienemann. En 2013, l’ancienne secrétaire d’État devient membre des conseils d’administration d’Air France et d’Ingénico.

Puis, en novembre 2014, Florence Parly est nommée directrice générale déléguée de la SNCF pour assurer son « pilotage stratégique » et sa « cohérence économique », avant de devenir « directrice générale de SNCF Voyageurs » deux ans plus tard.

Désormais ministre des Armées, Mme Parly sera fermement attendue lors de la préparation du prochain budget, alors que les sénateurs Jean-Pierre Raffarin et Daniel Reiner viennent de donner une méthode pour porter ce dernier à 2% du PIB d’ici 2022. Un effort que la France ne peut pas s’exonérer de faire alors que la situation internationale est explosive, jugent-ils.

Par ailleurs, Mme Parly sera secondée par Geneviève Darrieussecq, nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre des armées, en charge des Anciens combattants. Maire de Mont-de-Marsan (qui accueille une importante base de l’armée de l’Air), cette médecin de formation, est issue du MoDem.


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/06/21/florence-parly-ete-nommee-ministre-des-armees/#21HqVbzKrht8DsE8.99

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis un peu circonspect avec des nominations féminines à la défense ou aux armées. Non pas pour des motifs anti-sexe car la parité est une bonne chose mais ne doit pas dissimuler que cette dernière à des limites. Ces deux femmes (ministre et secrétaire d’État) ont des parcours sans faute et très honorables et des plus respectables. Là n'est pas le sujet !

1° - En effet, le coté novice dans la fonction de Ministre des armées est un tantinet gênant à une époque d'attentats et d'engagements outre mer de nos forces.de projection. Si cela doit être des arbitrages de budgets pour nos forces armées - comme les précédents ministres en général - évidemment, c'est le Président et le Premier Ministre qui arbitreront. Deux exemplaires néanmoins à méditer.

2° - Dans le cas de la Ministre de la Défense (MAM) précédente, il faut reconnaitre - malgré ses qualités - que ce fut un échec sur le plan des ventes d'armes. Parce que femme en allant en Arabie Saoudite proposant des commandes (Rafale entre autre), elle n'avait - dès le départ - aucune chance du fait de sa condition féminine. Il fallut attendre Mr Le Drian pour que cela se réalise. La notion religieuse n'est pas prise en considération par les politiques alors qu'elle est fondamental pour les pays du Golfe. Nous, les anciens d'Algérie - et d'autres - avons compris ce problème.

3° - Il y eu un précédent dans ce domaine décisionnaire, il s'agit du député (un homme, mais je ne dirais pas de nom) de Président de la commission de la défense de l'Assemblée Nationale qui n'avait pas fait de service militaire. Il imposa des choix (le  char Leclerc par exemple) ou la quantité était le choix fondamental au détriment des équipements (tel des trains de chenilles qui doivent être changées au bout de quelques centaine de kilomètres, etc.). A cause de ce genre de stupidités, la majeure partie du parc des Leclerc n'était pas opérationnel. Il eut fallu servir dans une unité de blindés pour le savoir ou être à l'écoute des "gens du métier".

4° -  En ce qui concerne la dernière ministre des armées (une femme entière et très compétente au sein des institutions Européennes dit-on) , je fus étonné lors d'une présentation (à la télévision) ou elle insistait sur obéissance des militaires au pouvoir civil. C'est le genre de chose que j'apprécie modérément. Nous ne sommes plus au push d’Alger de certains militaires engagés dans des convictions contraire à celle du Chef de l’État.

Il nous faudra suivre les événements à venir dans ce domaine et dans d'autres du reste car il y a des points du programme du Président ou je suis septique =

> Tel le service militaire d'un mois (qui était en fait un service civique plus que militaire et semble relégué d’après les dernières informations),

> Ainsi que la "nationalisation" des caisses de retraites et des caisses du chômage (ou tous auront accès quelque que soit sa condition), S'il y a bien un problème, c'est bien là. L'ASSEDIC  (et la Sécurité Sociale) étant de droit privé et géré par les partenaires sociaux, c'est dire 50% de salariés et 50% de représentants patronaux furent mis en faillite par l'intervention de l’État, c'est à dire les Ministres intervenant dans la gestion ! J'ai quelques inquiétudes donc sur ce sujet ainsi que la radiation au bout de deux refus d'accepter un poste proposé. J'ai eu pendant ma période de chômage deux propositions qui se sont avérés être des propositions de sociétés en faillite (vu au Minitel). Je n'ai pas donner suite bien sur. Mais maintenant ?

Janmary

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites