Messages recommandés

La Base Aéronautique Navale de Landivisiau accueil l' exercice NATO, Tiger Meet 2017.

nato-tiger-meet-2017-11f-nas-landivisiau-ban-ntm-2017.jpg

Du 5 au 16 juin, la base aéronautique navale de Landivisiau accueillera l’exercice "NATO Tiger Meet", un événement ayant pour emblème le tigre et destiné aux escadrons de l'OTAN. Il est organisé pour la deuxième fois en dix ans par la onzième flottille de chasse embarquée de la Marine nationale (11F).

La BAN fêtera au même moment son 50e anniversaire.

Douze nations seront représentées lors de cet exercice tactique de haut niveau. Son objectif est de faire s’entraîner ensemble des pilotes de nationalités différentes lors d’exercices complexes, indispensables à toute coopération et interopérabilité entre nations en opérations sur le terrain.

Durant 15 jours de missions, plus de 800 exercices et 1 200 heures de vol, 800 pilotes et techniciens des flottilles présentes vont mettre en oeuvre des situations tactiques d’une très grande complexité.

Voici le "plateau" (évolutif):

France: 11F (FN)BAN Landivisiau / Rafale M (6x)
Suisse: Staffel 11 (ChAF)Meiringen / F/A-18C/D Hornet (5x)
Espagne: Ala 15 (SpAF)BA Zaragoza / EF-18+ Hormet (3x)
Autriche: 1 JTS (AAF)Flh. Vogler / Saab 105Öe (3x)
Italie: 12° Gruppo (ItAF)Gioia del Colle / EF2000 Typhoon (4x)
France: ECE 01/30 (FAF) BA 118 Mont-de-Marsan / Rafale C/B (4x)
France: EC 3/30 BA 118 Mont-de-Marsan / Rafale C/B (4x)
Belgique: 31 smd (BAF)Kleine Brogel / F-16A/B MLU Fighting Falcon (5x)
Espagne: 142 Esc (SpAF)Albacete / EF2000 Typhoon (6x)
République tchèque: 211 TL (CzAF)Cáslav AFB / JAS-39C/D Gripen (4x)
Pays Bas: 313 sqn (RNlAF)Vlb. Volkel / F-16A/B MLU Fighting Falcon (4x)
Italie: 21° Gruppo (ItAF) Grazzanise / AB-212ICO (2x)
Royaume-Uni: 230 Sqn (RAF)RAF Benson / Puma HC Mk2 (1x)
Royaume-Uni: 814 NAS (RN)NAS Culdrose / Merlin HM. MK2 (2x)
OTAN: 1 AEW&CS (NATO)MOB Geilenkirchen / E-3A Sentry (1x)

Allemagne: GFD (CIVIL) Hohn / Learjet (1x)

France: 4F (FN) BAN Lann-Bihoué / E-2CHawkeye (1x)
France: 5 RHC (ALAT)Pau / EC665 Tigre HAP (2x)
France: 3 RHC (ALAT)BA d'Étain-Rouvres / SA 342 M Gazelle (3x)
Royaume-Uni: 849 NAS (RN)NAS Culdrose / Sea King ASaC Mk7 (2x)

Plus d'infos sur le site "Nato Tigers".

 

( Source : Ligne de Défense )

 

Cet exercice a pour caractéristique de présenter des avions ayant revêtu une peinture tigre.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'un des Rafale de l'escadron de chasse 3/30 Lorraine avec le schéma de peinture pour le NATO Tiger Meet 2017 à Landivisiau.

EKgQbCo.jpg

GHsUN83.jpg

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Comment peint-on un avion ? Ce ne doit pas être définitif mais une couverture doit s'enlever avec la vitesse non ?

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme tous les appareils qui sont peints en usine ou dans les escadres.

La peinture ne part pas avec la vitesse  même en arrivant à la vitesse du son engendrant un début de chaleur sur la cellule, mais la température extérieure est à - 50° C.

Sinon, les immatriculations partiraient (Concorde, avions de chasse). Un souci commence à Mach 3 (3 fois la vitesse du son) du fait de l'élévation de température mais c'est encore insuffisant pour faire "fondre" la peinture. Le souci - qui n'en est plus un - est plutôt pour la conception des cellules en général en "acier inox" et construit "en nid d'abeille".

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une superbe photo d'un Rafale C et un Tigre HAD pendant le Tiger Meet 2017.

ovVIOyF.jpg

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Bouchon-Gras 49
      Décès d' un grand pilote ( peu connu du grand publique ) qui restera un exemple pour notre jeunesse.
       
      11.08.2017
      Décès de Louis Lemaire, l’un des derniers pilotes français du D-Day
      Le colonel Louis LEMAIRE, alias "Lohic", ancien pilote du Groupe de chasse II/2 Berry (Squadron 345 de la Royal Air Force) pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé le 8 août 2017 à Aix-en-Provence.
      Ses obsèques se dérouleront ce vendredi 11 août, en l’église de Saint-Marc-Jeaumegarde (Bouches-du-Rhône).
      Sa biographie.
      Né le 5 août 1918, Louis LEMAIRE est le fils de Jacques LEMAIRE, avocat à la Cour d’appel de Paris, et de Marthe SURCOUF, une arrière-petite-nièce du célèbre corsaire Robert SURCOUF.
      En 1938, Louis LEMAIRE intègre l’Ecole de l’Air pour devenir pilote de chasse. Après l’Appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle, le sous-lieutenant LEMAIRE tente de passer en Angleterre à l’aide d’un bimoteur mais, faute de carburant, il doit renoncer. Il se résigne alors à rester dans l’armée d’Armistice et se retrouve en Syrie en juin 1941 où il combat les Anglais.
      Il est en poste en Afrique du Nord lorsque les Alliés y débarquent en novembre 1942. Reprenant la lutte contre l’Axe aux côtés des Alliés, le lieutenant LEMAIRE effectue dans les mois qui suivent 42 missions de Coastal Command au profit de la RAF.
      Début 1944, le lieutenant LEMAIRE se retrouve affecté au sein du Squadron 345 de la RAF (ou Groupe de chasse II/2 Berry), nouvellement créé. Le Squadron 345, doté de 22 Spitfire, est déclaré opérationnel le 28 avril 1944 et effectue sa première mission de guerre le 2 mai 1944, à partir de sa base de Shoreham dans le Sussex. A l’aube du 6 juin 1944, le lieutenant LEMAIRE, qui appartient au A Flight du Squadron 345, participe à la mission de couverture aérienne de la plage de Utah Beach où débarque la 4e DI US. Ce jour-là, le Squadron 345 perd un pilote, le lieutenant JOUBERT des OUCHES, fait Compagnon de la Libération à titre posthume. Dans les jours qui suivent, le lieutenant LEMAIRE enchaîne les missions de protection de bombardiers, de convois au-dessus de la Manche, de patrouilles sur la presqu’île du Cotentin, de mitraillages de troupes au sol.
      Entre le 2 mai et le 19 juin 1944, le lieutenant LEMAIRE accomplit ainsi 25 missions de guerre, la plupart au-dessus du territoire ennemi. Le 25 décembre 1944, le capitaine Lemaire est nommé commandant du A Flight du Squadron 345 (ou 5e escadrille du GC II/2 Berry).
      Le 8 février 1945, lors d’une mission de mitraillage au sol, son Spitfire est touché par la Flak : son poste- radio est détruit et sa commande de direction endommagée. Il parvient à rentrer à sa base. Le 20 février 1945, au cours de l’attaque d’un train, son Spitfire est touché de plein fouet par un obus de 20 mm tiré par la Flak mais il parvient de nouveau à ramener son avion. Le 10 avril 1945, mitraillant une colonne de véhicules allemands en Hollande, il reçoit un coup direct tiré par la Flak : une partie de son aile gauche est arrachée jusqu’à la moitié de la cocarde. Cette fois, impossible de rentrer à la base. Il se pose en catastrophe dans un champ. Son avion est complètement détruit mais le capitaine LEMAIRE est retrouvé seulement contusionné et évanoui.
      A la date du 8 mai 1945, le capitaine LEMAIRE totalise 152 missions dont 98 missions offensives contre des objectifs au sol, toutes effectuées durant son affectation au Squadron 345. Au total, le Squadron 345 sort de la guerre avec quatorze pilotes morts (dont 13 tués au combat), 27 avions perdus, 22 avions endommagés par la Flak.
      Le capitaine LEMAIRE est fait chevalier de la Légion d’honneur le 21 juin 1945 et sa Croix de guerre 39- 45 est chargée de cinq citations dont quatre palmes et une étoile d’argent. Le 11 mars 1946, il est décoré de la Distinguished Flying Cross (DFC).
      Après 1945, le capitaine LEMAIRE poursuit sa carrière au sein du Groupe de chasse Alsace qu’il commande en second en Indochine, et où il est décoré de la Croix de guerre des TOE (deux palmes) et où il est fait officier de la Légion d’honneur le 31 décembre 1947. Le lieutenant-colonel LEMAIRE participe ensuite à la guerre d’Algérie, où il reçoit la Croix de la Valeur militaire (avec étoile d’argent) et où il est fait commandeur de la Légion d’honneur le 10 octobre 1956.
      Le colonel LEMAIRE quitte finalement l’armée de l’Air dans les années 70 et prend sa retraite à Aix-en-Provence.
       
      ( Source : Ligne de Défense )
    • Par Bouchon-Gras 49
      Autre grande musique, celle de l' Armée de l' air.

      Créée en 1936, la Musique de l’air compte dans ses rangs 144 personnes, du musicien au secrétaire en passant par le régisseur. En multipliant les lieux de concert, elle joue un rôle d'ambassadeur de l'armée de l'air en France et à l'étranger.
      Présentation
      La Musique de l'air est une unité de prestige implantée sur la base aérienne 107 de Villacoublay. C'est en 1936 que le général Denain, alors ministre de l'air, entérine sa création. Rattachée à la direction des ressources humaines de l’armée de l’air, elle participe à toutes les cérémonies militaires officielles, qui jalonnent la vie de l'armée de l'air et de ses unités. Ainsi, elle est présente lors de l'accueil de hautes autorités étrangères, chefs d'états ou chefs d'état-major en visite officielle en France.
      Son haut niveau de technicité, la polyvalence de ses musiciens et sa disponibilité lui permettent, outre les représentations officielles, d'assurer son rôle d'ambassadrice en France et dans le monde. Elle contribue au prestige de l'armée de l'air lors de prestations extérieures à caractère purement civil, telles que les concerts de gala, tant en France qu'à l'étranger. La musique de l’air reste pourtant toujours au service des associations et tout particulièrement des associations caritatives.
      Placée sous la direction du lieutenant-colonel Claude Kesmaecker depuis 2005, elle continue à donner à l'armée de l'air une image de marque et de qualité qui dépasse, au fil des ans, le cadre de nos frontières.
      Dans le cadre du plan égalité des chances du ministère de la Défense, elle est impliquée dans le programme « Orchestres à l’école » en offrant ses instruments de musique réformés à des associations. Elle entretient également un partenariat régulier avec le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en proposant aux élèves des classes de saxophones et saxhorns d’intégrer l’orchestre d’harmonie et l’orchestre de cuivres lors de plusieurs concerts.
      Fréquemment invitée dans des salles de concert et des festivals de renom, la Musique de l’air collabore également à des émissions télévisées s’affirmant ainsi comme authentique lien entre l’Armée de l’air et la Nation.

      La Musique de l’air : différents types d’orchestre
      Le grand orchestre d'harmonie : regroupant toutes les familles d'instruments à vent, son répertoire comprend de la musique classique, de la musique légère et du jazz symphonique. Son niveau, sa fonction et sa position géographique confèrent à l'orchestre d'harmonie de la Musique de l'air une force persuasive qui contribue à l'évolution et à l'essor des orchestres à vent français.
      L’orchestre de cuivres (« brass band ») : fort d'une trentaine de musiciens professionnels, il fut créé en 2002. La brillance des cornets, bugles et cors, ainsi que le timbre chaleureux des saxhorns, trombones et tubas, lui procurent une palette sonore riche et étendue. Le haut niveau de ses exécutants permet d'aborder tous les répertoires et styles de musiques (œuvres classiques, musiques légères, compositions originales, etc.).
      L’orchestre de jazz (« big band ») : créé en 2005, le grand orchestre de jazz de l'armée de l'air vient s'ajouter aux deux formations que sont l'harmonie, et le brass band. Grâce à un répertoire entièrement original et très éclectique, les musiciens s’adressent à tous les publics, des néophytes aux plus avisés. En quelques années, le big band est devenu un orchestre de référence dans le monde du jazz, en France comme à l’étranger.
      Trois autres formations se produisent de manière ponctuelle pour des prestations essentiellement militaires : le quintette à vent, le quintette de cuivres et le quatuor de saxophones.

      La Musique des forces aériennes de Bordeaux
      La Musique de la troisième région aérienne a été créée en 1934 à Tours. Reconstituée à Bordeaux après la Seconde Guerre mondiale, elle est implantée sur la base aérienne 106 de Mérignac depuis 1977. Elle prend l’appellation de « Musique des forces aériennes de Bordeaux » le 1er janvier 2008. Composée de 65 musiciens, elle participe, au même titre que la Musique de l’air, au rayonnement de l’armée de l’air, en prenant part à des cérémonies militaires et autres manifestations culturelles. Elle participe notamment, et avec succès, à des festivals nationaux ou internationaux de musique militaire. C’est le commandant Patrice Auneau qui dirige la formation depuis 2005. À travers toutes ces actions, la Musique des forces aériennes de Bordeaux, à travers son orchestre d’harmonie, contribue largement au lien armée-nation et s’affirme comme un authentique ambassadeur culturel de l’armée de l’air.
      Des musiciens de haut niveau
      Devant l'exigence musicale que nécessite l'appartenance à une telle formation, l'armée de l'air a su faire un choix en matière de sélection et s'efforce de promouvoir un recrutement d'excellent niveau.
      Ceci avec le souci constant de permettre à la musique de remplir pleinement son rôle d'ambassadrice de l'armée de l'air et de se maintenir au rang des meilleurs orchestres militaires français.

      Le niveau des postulants étant élevé, il est fréquent de côtoyer, au cours des différentes phases de sélection des concours, de nombreux titulaires d'un premier prix du conservatoire national supérieur de musique de Paris. Autant de jeunes musiciens dont la motivation essentielle est certainement le désir d'appartenir à une formation dont le niveau technique, le sérieux et l'intérêt du répertoire sont reconnus par le monde musical au grand complet.

       
      ( Source : Armée de l' air )
    • Par Bouchon-Gras 49
      Sur l' ancienne Base de l' Aéronautique Navale ( BAN ) de Nîmes Garons ( où j' ai eu la chance et le plaisir de servir ) les 26 et 27 septembre 2015 aura lieu la " Feria de l' air "  :


      ( source : AERO ORGANISATION FERIA )
    • Par Pendemonium
      ça arrivera peut être un jour chez nous ?
       
       
      ça fait environ 665 000 euros pour l'histoire
       

       
      http://cimt.teleinterrives.com/nouvelle-Regional_Guerre_ultime_l_ennemi_a_ete_surprenant-9909
      Avec un peu d'espoir, la réserve en France prendra peut être un jour une place juste et utile.
    • Par Pendemonium
      Y a pas à dire, ils ont de l'imagination
       
        l'article : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/29/un-exercice-militaire-suisse-simule-l-attaque-d-une-france-surendettee_3486756_3214.html#xtor=RSS-3208
       
      Un message pour le non vente du rafale ?