Jump to content

Nouba du 1er Régiment de Tirailleurs.


Recommended Posts

  • Administrateur

Détenteur des traditions des régiments de tirailleurs et des Armées d' Afrique, le 1er Régiment de Tirailleurs perpétue ses traditions à travers de sa Nouba.

100207_f1rt13.jpg

Quelques armées du monde possèdent encore des troupes disposant d’un uniforme de tradition, généralement copié ou dérivé de ceux en usage au XIXe siècle : période faste pour les tenues colorées et chamarrées. Les horse guards britanniques ou nos gardes républicains en sont les exemples les plus connus. D’autres corps se sont piqués également au jeu, en réservant le plus souvent ces uniformes reconstitués à leur musique militaire.

Le 1er mai 1994, à l’occasion du 50e anniversaire de la Libération, le premier régiment des tirailleurs a été reformé à partir du 170e régiment d’infanterie, qui portait encore le drapeau du 7e régiment de tirailleurs algériens. Seul ce régiment est autorisé à porter la demi-lune en or sur fond bleu ciel clair, couronné de trois chevrons de l’armée d’Afrique.

Les plus anciens témoignages d’une musique (non réglementaire) au sein de ces régiments africains remontent au centenaire de l’Algérie, en 1860, et le peintre Edouard Detaille représente en 1884 la nouba du 2e tirailleur. La formation possède un chapeau chinois depuis la fin de la Première guerre mondiale.

photo80.jpg

Vers 1930, certains régiments ont leur mascotte, un mouflon ou un bélier le plus souvent. Celui du Ier régiment reformé à Epinal en 1994 s’appelle Messaoud, ce qui veut dire en arabe « fortune ».

Une caractéristique de La Nouba est sa tenue orientale, qui rappelle l’uniforme des anciens tirailleurs algériens créé vers 1840. L’origine de ces troupes remonte aux corps arabes et turcs constitués par les français après la conquête d’Alger (1830), avec des volontaires, des contingents fournis par différents chefs locaux,  ou avec des les troupes organisées des divers beys vaincus par les Français.

La_Nouba_du_1er_Régiment_de_Tirailleurs_d'Épinal_en_tenue_de_Tradition_05.jpg

Cet uniforme se compose d’un pantalon bouffant appelé « saroual », de couleur bleu ciel ou blanc selon la saison, serré à la taille par une large ceinture de laine rouge. Celle-ci avait pour fonction de tenir au chaud l’abdomen des soldats et sous-officiers pour leur éviter des maux intestinaux. Les officiers en étaient exemptés, car ceux-là pouvaient se faire soigner avec des médicaments. La veste, courte et bleue, à parements jaunes dessinant de belles volutes, est portée sur un gilet sans manches : le « sédria ». Sur la tête, les tirailleurs arborent le « chèche », c’est-à-dire une bande de tissu blanc enroulée, ou la « chéchia » en feutre cramoisie avec un pompon à franges bleu ciel.

Epinal-26.jpg

1er-im1.jpg

Pour en savoir plus : http://www.immsfrance.fr/musiques/nouba1rt.htm

38-REP1995-SITER-133-0002.jpg

Et la mascotte.

( Source : Armae )

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • Administrateur

18358841_1312189882149909_26575022348900635_o.jpg

la Nouba du 1er régiment de tirailleurs d'Épinal en tenue traditionnelle lors de la prise d'armes au Palais du gouverneur militaire de Strasbourg, le 31 janvier 2013. ©Ministère de la Défense

 

L’expression « faire la nouba » est apparue à la fin du XIXe siècle et vient de l’arabe classique !
« Oh toi, tu as fait la nouba ! ». Cette phrase, il n’est pas rare de l’entendre au lendemain d’une soirée retentissante !  Apparue à la fin du XIXe siècle, l’expression synonyme de « faire la fête » vient de l’arabe classique « nowba », qui signifie « tour ». Au Maghreb, ce terme permettait de désigner la musique jouée à tour de rôle par des musiciens devant la maison d’un dignitaire.
Les troupes coloniales alors présentes en Algérie  ont ensuite transformé le mot en « nouba » pour décrire la musique interprétée par les tirailleurs nord-africains, des airs populaires produits à partir d'instruments traditionnels.
De là à associer la musique à des moments festifs, il n’y avait qu’un pas. La formule est d’abord restée cantonnée à l’argot militaire avant d’être diffusée plus largement dans la société civile par les poilus lors de la Première Guerre mondiale.

Il est à noter que le 1er régiment de tirailleurs d’Épinal dispose aujourd’hui d’une fanfare appelée la Nouba. Ses membres portent tous une tenue traditionnelle (chéchia, sarouel, guêtres, ceinture à la turque, veste « bleu tirailleur », gilet).

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons le décès du Premier Maître fusilier Pierre-Yves LE PEUCH, combattant de la Guerre 39/45, en Indochine et en Algérie; prisonnier de guerre des japonnais en 1945, titulaire d'une citation de la Médaille Militaire et de la Légion d'Honneur, le PM LE PEUCH fut l'un dès tous premiers instructeurs de la Préparation Militaire Marine de Grenoble à l'ouverture du centre en 1971. (Source : PMM Grenoble)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Vétéran du jour J et ambassadeur du Memorial Trust Britannique, Frank Baugh, titulaire de la Légion d'Honneur est décédé à l'âge de 98 ans, lundi 20 juin. Engagé auprès de l'Association des Vétérans de Normandie, il avait participé à la campagne de dons pour l'édification du Memorial. Frank Baugh, photographié lors de sa visite au Memorial, avait déclaré "qu'il était honoré de pouvoir aider "d'une certaine manière" à se souvenir des hommes et des femmes qui ne sont jamais rentrés chez eux". - Memorial trust Il avait assisté à son ouverture officielle, le 6 juin 2021 au National Memorial Arboretum, puis avait pu le visiter en octobre avec un petit groupe d'anciens combattants. Julie Verne, directrice du développement du Memorial Trust, le décrit comme "un homme chaleureux, calme et digne avec un beau sens de l'humour". En mémoire de Frank, le site du Memorial diffuse un film où il raconte son D-Day. Il y explique notamment, qu'ayant débarqué sur Sword Beach parmi les premiers de son unité, ils ont "été touchés par un obus assez lourd qui est arrivé à bâbord". Sept à huit d'entre eux furent grièvement blessés. (Source : La Manche Libre)

    Semmerade

    Posted

    Bonjour, je recherche d’où vient l’insigne sur le col de cette photo avec le numéro 3 ? Je ne retrouve pas cette forme de feuille avec la barre ailleurs. Normalement il y a une grenade ou une étoile  merci ! Photo

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons avec tristesse le décès soudain en service d’un Gendarme mobile de l’escadron 32/3 de Luçon en Guyane. Cet adjudant-chef de 50 ans, a succombé à une embolie pulmonaire le 19 juin alors qu’il était détaché en Guyane avec son unité. Mickaël Desbois était marié et père de trois enfants. (Source : la voix du gendarme)   L'équipe et les membres du forum-militaire.fr s'associent pour exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches et à ses frères d'armes.

    HernanF

    Posted

    L’escadron Normandie-Niemen fête ses 80 ans avec un Rafale C aux couleurs uniques pour marquer l’occasion.
×
×
  • Create New...