Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

  • Administrateur

Immortalisé par Alain Souchon, la Marine Nationale possède l' un des bagad les plus connu, le bagad de Lann-Bihoué, basé sur la BAN ( Base Aéronautique Navale ) de Lann-Bihoué dans le Morbihan.

index.png

Présentation

mp-jean-marc-vandenberghe_article_pleine

Chaque année, le calendrier des prestations de la célèbre formation est approuvé par le cabinet du chef d'état-major de la Marine.
Le bagad peut évoluer lors d'aubades, de défilés ou de concerts. Il participe à des manifestations très diversifiées: parades, carnavals, fêtes nautiques et folkloriques, réceptions officielles ou privées. Les instruments joués par les trente sonneurs sont la cornemuse écossaise, la bombarde (typiquement bretonne), et enfin l'ensemble batterie-percussion.
Les sonneurs de bombarde et de cornemuse ainsi que les batteurs sont de jeunes garçons et filles militaires, recrutés pour un à quatre ans et choisis autant pour leur compétence musicale que pour la qualité de leur présentation et de leur comportement.

Le Bagad de Lann-Bihoué est composé :

  • «Penn-Bagad»
  • Un adjudant

Mais aussi,

  • 12 bombardes
  • 9 cornemuses
  • 8 batteurs
  • 1 porte-bannière

Contact :
Base d'aéronautique navale de Lann-Bihoué
Bagad de Lann-Bihoué
02.97.12.90.14 / bagadlbh@club-internet.fr
Officier chargé du bagad : 02.97.12.90.26 / occ.lbh@wanadoo.fr

photo_1342082362.jpg

Instruments

La cornemuse

sonneur-de-cornemuse_article_vignette.jp

La cornemuse compte de nombreuses variétés, toutes nées du même principe : une réserve d'air d'où s'échappent des tuyaux produisant les sons.

Toutes les cornemuses ont en commun une poche de cuir (sac ou outre) remplie d'air par le souffle du musicien ou par un soufflet ; un chalumeau (en breton levriad) percé de trous et équipé d'une anche double de roseau sur lequel le sonneur interprète la mélodie ; et un ou plusieurs bourdons donnant une note unique produite par une anche de roseau à lamelle vibrante.

La bombarde

bombarde2_article_demi_colonne.jpg

La bombarde est un instrument composé d'un tuyau percé, évasé et équipé d'une anche double en roseau (en latin: calamus). Cette anche, pincée par les lèvres du sonneur, donne un son mordant, riche en harmoniques.

En Bretagne, deux bombardes différentes s'imposent : la petite bombarde en ut, répandue en Cornouaille où la vigueur des danses exige une grande virtuosité des sonneurs, et la bombarde en la, plus commune en Vannetais où le rythme des danses est plus sage. On rencontre également cette association cornemuse-bombarde dans les pays méditerranéens: en Italie du Sud et en Sicile sous la forme zampogna-piffaro, ou encore en Afrique du Nord avec la raïta qui est associée à une variété primitive de cornemuse.

Dans les bagadoù d'aujourd'hui, où les cornemuses et les batteries ont été empruntées aux Ecossais, la bombarde donne la note spécifiquement bretonne. Alliance avec le pibroch oblige, elle est accordée en si-bémol.

L'ensemble batterie et percussions

groscaisse_article_vignette.jpg

L'ensemble batterie et percussions du Bagad de Lann-Bihoué se compose de différents éléments :
- Les caisses-claires utilisées sont identiques à celles employées dans les pipe-bands. Elles se composent d'un fût avec une peau de frappe sur le dessus et une deuxième peau de résonance dans le fond. Deux timbres (fils d'acier tendus sur la peau) donnent à ces caisses un son particulier et plus métallique que la caisse-claire de jazz.
- Les ténors sont des tambours dépourvus de timbres qui produisent un son doux et moelleux. Ils ont pour but avec la basse (ou grosse caisse) d'amplifier et enrichir le volume sonore des caisses-claires et servent également de support rythmique pour l'ensemble. Ces trois principaux éléments sont complétés par d'autres percussions telles que les toms, les congas, les cymbales ce qui permet d'étoffer le pupitre. Les batteries et percussions ont une grande importance au sein du Bagad car elles définissent le rythme des différents airs.

Autres instruments

saxophone_article_vignette.jpg

Dans le cadre de concerts, d'autres instruments apportent leur richesse et leur timbre pour élargir le panel musical du bagad et exploiter les répertoires irlandais, écossais et galiciens. Pour cela les musiciens du Bagad, à travers le Groupe Irlandais, le Groupe Fest-Noz, le Pipe Band et les
Percussionnistes, disposent de : basse, batterie complète, saxophone, clarinette, violon, uilleann-pipe (cornemuse écossaise), low whistle, bodhran, flûte traversière, flûte irlandaise, biniou coz.

uhleean-pipe_article_demi_colonne.jpg

Historique

festival_article_demi_colonne.jpg

Le Bagad de Lann-Bihoué voit le jour par hasard à la fin du mois d'août 1952 au poste des officiers mariniers de la base aéronautique navale de Lann-Bihoué. Le maître-principal Roumegou découvre une bombarde dans la poche d'un visiteur. Bien qu'il n'en ait plus joué depuis 28 ans, il sort quelques notes. Le maître-principal ne le sait pas encore, mais le bagad vient de naître. Une dizaine de sonneurs de cornemuses et de bombardes le rejoignent. Ce sont principalement des matelots qui évoluent dans des formations civiles. La première sortie officielle a lieu à Scaër en 1953. Au cours des années, le groupe s'agrandit pour prendre la forme des pipe-bands de nos cousins écossais. Sa notoriété grandit, et sa création est officialisée par décret ministériel le 11 septembre 1956. A compter de cette date, le bagad, composé de 35 sonneurs, sillonne le monde (New-York, Norvège, Suède, Danemark, Berlin, etc.) où il participe à des prestations très diversifiées. En 1962, la Marine élargit son recrutement aux appelés du contingent.

À la fin des années 1960, le Bagad est menacé de disparition à plusieurs reprises. Sa dissolution est ordonnée en 1969 par le ministre d'état chargé de la défense nationale. La popularité de la formation de la Marine est telle que les élus et la presse obtiennent que cette décision soit abandonnée. En 1985, Alain Souchon chante «le Bagad de Lann-Bihoué». Le titre est un succès au hit-parade et assure une notoriété pour le groupe de Lorient.

festival2_article_pleine_colonne.jpg

Au fil des années, les sonneurs de la Marine nationale réalisent aubades, défilés et concerts. Le Bagad parcourt la France, l'Europe et le monde entier, du Canada à l'Ethiopie, de Copenhague à Tahiti, diffusant la richesse du patrimoine culturel celtique et la rigueur de la Marine nationale.

En 2001, il connaît un nouveau tournant avec la professionnalisation des armées. Les sonneurs sont désormais des musiciens professionnels, engagés pour un an avec la possibilité de renouveler trois fois. Chaque année, de nouveaux sonneurs (ou «sonneuses») intègrent le bagad avec leurs bagages musicaux et enrichissent le répertoire d'influences nouvelles.

Aujourd'hui, le Bagad de Lann-Bihoué poursuit sa mission à double vocation : montrer la Marine nationale, par la présentation et la discipline des musiciens, en France comme à l'étranger, et témoigner de la richesse du patrimoine culturel celtique, en interprétant un répertoire de qualité.

lsv-le-bagad-de-lann-bihoue.jpg

 

 

( Source : Marine Nationale )

Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...
  • Administrateur

30.05.2018

Le bagad de Lann-Bihoué recrute

bagad.jpg

Le bagad de Lann-Bihoué poursuit son recrutement pour la saison 2018-2019.

Les besoins sont les suivants:
5 bombardes,
6 cornemuses,
2 caisses claires,
1 percussion.

Le bagad de Lann-Bihoué est un bagad de la Marine nationale française et le seul bagad militaire français et professionnel encore existant. Implantée sur la base d'aéronautique navale de Lann-Bihoué, la formation est un ambassadeur de la musique bretonne et l'un des moyens privilégiés des relations publiques de la Marine, non seulement à travers toute la France, mais aussi à l'étranger.

Contacter le Cirfa-Lorient au 02 97 12 43 65.

 

( Source : Ligne de Défense )

Link to post
Share on other sites
  • 2 years later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Dysnomie
      Bonjour à tous,
       
      Je souhaite m'engager dans la marine nationale (au plus tôt) afin de devenir fusilier marin, dans un premier temps.
      J'aimerai en savoir plus sur les modalités d'engagement/d'acceptation en prenant en compte le COVID et également quel type de cursus je vais devoir suivre.
      Y'a-t-il des documents/dossiers à faire suivre ? Si oui, combien de temps cela peut prendre avant de recevoir une réponse ? Si il y a des entretiens à passer, comment se déroulent-t-ils, en règle générale ? Dois-je suivre un cursus particulier au sein d'une école spécifique avant d'atteindre la formation que je désire ?
      J'ai beaucoup d'autres questions, mais celles-ci sont, à mes yeux, les plus pertinentes.
       
      Merci d'avance.
    • By Bouchon-Gras 49
      60 ans après s’être abîmé en mer, un avion de l’Aéronautique navale, l’Aquilon 203 n°83 de la Flottille 11F a été retrouvé.     Le 20 novembre 2020, le « Pourquoi Pas ? » navire de la Flotte océanographique française opérée par l’Ifremer et de la Marine nationale, a retrouvé l’épave d’un avion Aquilon reposant à plus de 2400 mètres de fond.     L’accident était survenu le 13/06/1960 alors que le pilote terminait sa qualification à l’appontage sur le porte-avions  HMS Ark Royal. Lors du dernier catapultage avant le retour vers la base de Hyères, l’Aquilon n°83 tombe à l’eau. Son pilote le Maître Jean Legouhy, 27 ans, disparaît avec lui.     L’Aquilon est le 1er avion à réaction opérationnel dans la Marine. Construit à partir de 1952, il sera décliné en différentes versions et utilisé en unités de 1955 à 1966. Le dernier vol officiel de l’Aquilon dans l’Aéronautique navale a eu lieu le 30 juin 1966.   ( Source : Marine Nationale)    
    • By Pierre Cllt
      Bonjour, 
      J'ai 25 ans et je suis en BAC + 4  et je souhaite m'engager pour 4 ans  dans la marine nationale après l'obtention de mon bac +5.  Je souhaite intégrer les fusilier marin seulement il n'y a pas pour l'instant de poste d'officier sous contrat dans cette branche. Pouvez-vous me dire si je pourrais être simplement matelot même avec mon diplôme qui est au-dessus du niveau scolaire requis pour les matelots fusiliers marins ?  
      Merci d'avance pour vos réponses.  
    • By Théo17
      Bonjour à tous, 
       
      Je cherche en vain depuis quelques temps les références de ce morceau militaire qui accompagne chaque 14 juillet le défilé aérien, 
      Est-ce que quelqu'un en connaîtrait le titre s'il vous plait ?
      Merci d'avance de votre aide !
       
      A bientôt !
    • By HernanF
      De 1940 dans la Méditerranée à 1982 dans l'océan Atlantique.
       
      De Mers el-Kébir aux Malouines. «Messieurs les Anglais, tirez les premiers !»
      L’ignominie de Mers el-Kébir doit être comprise à la fois comme l’un des derniers épisodes de la grande rivalité impériale et maritime anglo-française...
      ...Dernier avatar de la guerre éternelle de ces anciens géants devenus nains : le 4 mai 1982, deux pilotes argentins, sur Super-Étendard, coulaient le HMS Sheffield, tirant leur Exocet AM39, de fabrication française : 22 marins furent tués, 26 au moins blessés. Combats pour des poussières d’empire… Des techniciens français se trouvaient à Buenos Aires au moment des faits. On sait qu’ils n’y faisaient pas du tourisme.
      https://www.bvoltaire.fr/de-mers-el-kebir-aux-malouines-messieurs-les-anglais-tirez-les-premiers/


  • Posts

    • Bonjour, Merci de te présentée dans le sujet dédié à celle-ci, en attendant je verrouille ce sujet.
    • Bonjour, merci d'effectuer une brève présentation dans le sujet dédié, en attendant je verrouille ce sujet.
    • Objet : Candidature au Prytanée National Militaire.                                                                                                                        Monsieur le colonel, ( si tu es certain que c'est un colonel et dans ce cas ne pas oublier de reciter le grade dans la phrase de politesse finale, sinon Madame, Monsieur est passe partout.)                               J'ai l'honneur de vous faire parvenir ma candidature en Classe Préparatoire scientifique MPSI au Prytanée National Militaire. Élève de terminale au lycée jules verne à Nantes et ayant pour objectif de passer les concours de l'école militaire de saint Cyr ou encore l’école Navale.  pour devenir ingénieur militaire ou encore l’école Navale. (peut être développer le coté militaire autre que le fait de devenir ingénieur...) J' aimerai intégrer votre établissement car je souhaite étudier les mathématiques et la physique dans un cadre militaire. (pas top comme tournure et ça n'apporte rien) J’ai toujours aimé les mathématiques et la physique-chimie c’est pourquoi j’ai suivi l’option math experte en plus des deux enseignements de spécialités en première et terminale. J’aime également beaucoup la philosophie car la manière de penser est la même que celle des mathématiques. Mes 8  huit années de scoutisme dans l’association  chez les scouts de Doran m’ont beaucoup appris, notamment le sens des responsabilités, des priorités et le travail d’équipe et la cohésion, notamment par le fait que j’ai été second pendant 4 quatre ans et chef de patrouille pendant un an. Sportif(ve), Je pratique également l'escalade et l'athlétisme ce qui m’a permis de me forger une volonté de fer.
    • Bonjour,     Objet : Candidature lycée naval de Brest.                                                              Madame, Monsieur,                                    J’ai l’honneur de me porter candidat afin d’intégrer le Lycée Naval de Brest au sein de sa classe préparatoire aux grandes écoles filière PCSI.       Veuillez agréer, Madame, Monsieur,  mes respectueuses salutations .   Je me suis permis de rajouter l'objet, qui permet au dépouilleur, puis au lecteur de savoir immédiatement ce en quoi ça concerne et j'ai repris la fin, pour le reste Alouette a fait du bon travail.
    • Bonjour,   Je me permets de reprendre point par point pour la forme :     « Madame, Monsieur,   J’ai l’honneur de me porter candidat afin d’intégrer le Lycée Naval de Brest au sein de sa classe préparatoire aux grandes écoles filière PCSI.   >Animé par une volonté forte de servir mon pays, et de mettre à profit mes compétences et savoirs à disposition de ce dernier, ma détermination dans votre filière est sans faille. => Je pense que tu peux utiliser un adjectif possessif (sa disposition) plutôt que (ce dernier). La phrase est à reformuler également en entier car le sujet principal doit être le même que celui du participe passé (animé) sans quoi il y erreur de syntaxe. Enfin, « ma détermination dans votre filière » ne veut pas dire grand-chose : il doit manquer un verbe.   >Dans ce sens, je souhaite à terme intégrer l’École Navale dans sa filière « Opérations » afin d’évoluer dans la Marine de demain. => C’est « en » et non « dans » ce sens. Ceci dit, l’expression signifie « pour cette raison ». Or, je ne comprends pas la cohérence de ton propos.   >Conduit par mes recherches d’orientation, la Marine Nationale s’est imposée à l’issue d’une mûre réflexion. => Erreur de syntaxe comme dans la première phrase. A réécrire pour que le sujet de la principale et celui du participe passé soit le même. Je dirais aussi « s’est imposée à moi ».   >Les valeurs, les principes, l’histoire portés par cette force armée représentent une entité concrète auquel je m’identifie. => Je mettrais « histoire » avant « principes » pour que le participe passé, « portés », nécessairement accordé au masculin pluriel, ne soit pas à côté d’un mot féminin singulier. C’est une tradition syntaxique courante. Il faut remplacer « auquel » par « à laquelle » puisque tu parles d’ « identité ».     Cultivant le goût des sciences et des lettres depuis plusieurs années via ma scolarité et les différents concours réalisés tel que le Concours départemental de la résistance et les Olympiades de Mathématiques, votre CPGE serait un moyen de poursuivre mon parcours et de répondre à ses ambitions. => même erreur de syntaxe qu’en phrase 1. Comment peut-on cultiver le goût des lettres et des science via la scolarité ? Ce n’est pas clair pour moi.   Créant un premier contact avec le milieu des classes préparatoires via des témoignages et discussions avec des élèves et enseignants, je connais ses difficultés, les concessions qu’elle impose ; mais j’y vois aussi un environnement de travail privilégié et sain, et plus particulièrement solidaire et motivant au Lycée Naval plus particulièrement grâce à son internat imposé. => Oh-là-là ! A restructurer totalement en plusieurs phrases simples. Même erreur qu’en phrase 1 ; mauvaise utilisation de « via » à nouveau ; ses difficultés à quoi ? Que remplace « elle » ? Répétition de « plus particulièrement »...     >Veuillez croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma parfaite considération. » => c’est « EN l’assurance » et je trouve que la salutation tombe comme un cheveu sur la soupe : on dirait que ta lettre n’est pas terminée. Mais c’est un point de vue personnel. « Parfaite considération » n’est pas l’expression appropriée.   Concernant le fond, et là encore ce n’est qu’un point de vue personnel et non un jugement, je le trouve un peu banal. Je dirais aussi, pour caricaturer et être méchante, que tu n’envisages la prépa que pour le concours de l’EN. C’est un beau projet et tu as raison de le mettre en avant, mais je pense qu’il faudrait que tu montres que tu t’es bien renseigné sur la prépa et que tu soulignes davantage ses qualités, ce qu’elle va t’apporter (pas juste une porte vers l’EN même si c’est un peu le cas !) et comment tu comptes t’y investir. En espérant que ces remarques sont utiles et pas trop vexantes. Bonne continuation.