Aller au contenu

Messages recommandés

La musique officielle de la Marine Nationale est la Musique des Equipages de la Flotte basé à Toulon ( avant il y en avait deux, une à Brest et l' autre à Toulon, suite aux restructurations elles ont été fondus ).

marc-sury.jpg

Chef de musique de classe exceptionnelle Marc Surry.

 

Composée de 76 musiciens professionnels, la Musique des Equipages de la Flotte est l’une des plus prestigieuses formations musicales des armées françaises.   

Elle  contribue  au rayonnement culturel de la Marine Nationale au travers de nombreux concerts tout en assurant sa mission dévolue au cérémonial militaire.  

Depuis septembre 2006, le  Chef de Musique de Classe Exceptionnelle  Marc Sury dirige cette formation. Il est assisté du Chef de Musique de Première Classe  Alexandre Kosmicki et du Premier-Maître Virginie Chalet,  Tambour-Major.

10005831_560403037422947_3758286482954491697_o.jpg

Premier maitre Virginie Chalet, tambour major.

Missions et activités

Cette formation musicale a pour mission:

  • d’apporter son concours dans le cadre des cérémonies militaires et commémoratives ; 
  • de contribuer au rayonnement et à l’image de la marine au travers de prestations musicales et culturelles tant dans le cadre militaire que civil ; 
  • de tisser des liens et entretenir des échanges avec les milieux culturels, musicaux et pédagogiques civils. 

L’activité de rayonnement comprend :

- Des concerts 

  • à l’Opéra de Toulon 
  • au Musée National de la Marine 
  • pour des municipalités 
  • pour des associations 
  • dans des festivals (de musique militaire, de musique classique, de jazz, d’ensemble de cuivres ...) 
  • à vocation pédagogique 
  • pour les séniors 
  • au bénéfice d’œuvres sociales 
  • dans des hôpitaux 
  • dans des maisons de retraites 

- Des aubades 

- Des parades   (lors des festivals de musiques militaires notamment)

- L’interprétation des Hymnes nationaux lors des rencontres sportives de niveau international

- L’enregistrement de CD mettant à l’honneur le patrimoine musical existant ou la création d’œuvres nouvelles

Dans le cadre du cérémonial militaire, l’activité comprend :

  • Les cérémonies des couleurs
  • Les cérémonies de présentation au Drapeau
  • Les honneurs  rendus aux Autorités
  • L’accueil de bâtiments lors de leur retour de mission
  • Les défilés
  • Les aubades
  • Les cérémonies patriotiques
  • Les parades

Cursus de carrière

01-94-175-01-03.jpg

Musicien des Équipages de la Flotte

(76  musiciens  dont actuellement  20 %  de personnel féminin)

Les musiciens ont tous vocation à servir en tant qu’officier marinier (sous-officier) et officier marinier supérieur (sous-officier supérieur)

Le lauréat du concours de recrutement *  s’engage pour un contrat initial de 4 ans, qui  est  conduit à 10 ans après  l’obtention du Brevet d’Aptitude Technique spécialité musique. Il a alors accès à deux types de carrières :

Sous contrat :
possibilité de cumuler des contrats  jusqu’à 27 ans de services (60%  de l’effectif)

Carrière longue :
conditionnée  à l’obtention du Brevet Supérieur « musique » et l’accès au COM (40% de l’effectif)

Officier chef de musique :

Le recrutement  se fait sur concours au grade  de lieutenant sous statut interarmées. L’accès à la direction d’une formation musicale des armées est ensuite  conditionné à l’admission et à l’obtention du cycle de formation à la direction et au commandement d’une formation musicale de la défense.

* Les offres de recrutement sont consultables  sur les  sites internet de la  Marine Nationale et  de la MEF  ainsi que sur la page Facebook  de la Musique ; leur diffusion est également assurée par voies  postale et  électronique auprès des conservatoires, cefedem et sites spécialisés.                                                                                     

  Pour pouvoir postuler à une offre de recrutement , le musicien doit remplir les conditions suivantes : avoir entre 17 et 25 ans , être diplômé de conservatoires régionaux ou nationaux , satisfaire aux tests d’aptitude générale de la Marine Nationale  et être de nationalité française .

Histoire  

L’origine des musiques des équipages de la flotte remonte à l'Ancien régime. Avant la Révolution, les vaisseaux amiraux possédaient une musique qui participait, avec les fifres et les tambours aux cérémonies des couleurs et aux réceptions des personnalités. Ces musiques utilisaient des musiciens commissionnés pour la durée de leur embarquement, alors que les fifres et les tambours faisaient partie de l'équipage des bâtiments.

À terre, les régiments d'infanterie et d'artillerie de marine possédaient également une formation musicale destinée à rehausser l'éclat des cérémonies officielles. Antérieurement à la prise en charge de l'entretien des musiques militaires par l'état, ce sont les officiers des régiments qui finançaient leur maintien sur leurs deniers.

En 1827, la Marine réorganise ses formations musicales et, le 13 juillet, naissent deux musiques à Brest et Toulon, composées de 27 exécutants renforcés par les musiciens embarqués. Ces deux formations s’emploieront dès lors à perpétuer le patrimoine musical de cette période et ses traditions.

En 1851, un décret consacra la primauté des deux musiques des dépôts de Brest et de Toulon qui, à partir de 1900, devinrent les seules musiques à terre de la Marine. Leur rôle était double: d'une part, participer aux cérémonies militaires et donner des concerts, d'autre part, former les musiciens nécessaires aux vaisseaux amiraux.

En 2013, les deux  Musiques des Equipages de la Flotte fusionnent en une seule grande formation basée à Toulon.

Le big band de la Musique des Equipages de la Flotte, ainsi que les neuf autres sous-ensembles constitués  (tel le quintette à vent ou l’ensemble de cuivres) offrent  une grande polyvalence d’emploi à cette formation.

Les ensembles

Au sein de cette formation existent plusieurs ensembles, véritables orchestres capables de donner des concerts complets :

L'orchestre d'harmonie

L’orchestre d’harmonie

Ce grand orchestre à vent, tête de proue de la Musique des Equipages de la Flotte, est un élément essentiel et prestigieux du rayonnement de la Marine Nationale.

Sa notoriété s’exporte au-delà des frontières ; seul, ou  aux côtés de solistes internationaux  comme Maurice André, Guy Touvron ou Jacques Mauger, il participe activement à la  création musicale et enregistre régulièrement des œuvres recouvrant tous les styles.

En partenariat avec la communauté d’agglomération Toulon-Provence -Méditerranée, cette formation a le privilège rare de posséder sa propre saison musicale à l'Opéra de Toulon.

Les instruments d’ordonnance

Les instruments d’ordonnance

L'utilisation des instruments d'ordonnance est traditionnellement liée à la céleustique. Cet art, qui consiste à transmettre des ordres par signaux sonores offre aux clairons, trompettes de cavalerie et tambours une place prépondérante dans les cérémonies militaires puisque  l'exécution des sonneries réglementaires leur est dévolue.

Placés sous la direction du tambour-major, leur participation est par ailleurs essentielle lors des défilés, aubades et parades.

Associés à l'orchestre d'harmonie, ils mettent en exergue la richesse du répertoire militaire et sont parfois mis à l'honneur comme instruments solistes au travers de compositions originales. 

 

Les Sous-Ensembles

Le big band

Le big band

Premier big band créé au sein des armées au début des années 70, cette formation s'inspire des grands orchestres américains de jazz de la période de "swing".

Son répertoire varié allie des compositions classiques et des créations plus modernes ; ainsi les standards de Count Basie, Duke Ellington ou Thad Jones côtoient les pièces de Bob BrookMeyer et Bob Florence.

Cet ensemble, composé de 18 musiciens restitue une image dynamique de la Marine nationale.

 

L’ensemble de cuivres

L’ensemble de cuivres big band

Composé de cinq trompettes, deux cors, deux trombones, un euphonium, un tuba et deux percussions, l’ensemble de cuivres de la Musique des Equipages de la Flotte vous convie à la découverte d’un voyage acoustique dans lequel la richesse sonore des cuivres s’allie en toute harmonie au timbre des percussions.

Son répertoire éclectique permet de satisfaire la curiosité et les goûts de tous les publics : de la musique baroque au jazz, en passant par les fanfares traditionnelles ou la musique de film, l’ensemble de cuivres traverse allègrement les époques et les styles…

 

L’ensemble à vent

L’ensemble à vent

Regroupant cors et bois, cet ensemble, très prisé au XVIIIème siècle, se distingue par sa capacité à offrir une palette aux multiples sonorités et par son aptitude à marier les contrastes avec une grande délicatesse. Ampleur sonore et nuances subtiles se côtoient à merveille au travers d’un répertoire abordant tous styles.

 

Le sextuor de clarinettes

Le sextuor de clarinettes

Formation de musique de chambre, le sextuor de clarinettes est un ensemble rare. En effet, de la petite clarinette à la clarinette contrebasse, les six musiciens composant cette formation s’attachent à explorer le vaste potentiel offert par la grande famille des clarinettes.

L’emploi d’une telle variété d’instruments permet une tessiture très importante et autorise une grande liberté de jeu.

Son répertoire s’étend du classique au jazz, en passant par les musiques folkloriques qui rendent la clarinette si expressive.

 

Le quintette de cuivres

Le quintette de cuivres

Le quintette de cuivres de la musique des équipages de la flotte perpétue la longue tradition qui consiste à utiliser deux trompettes, un cor, un trombone et un tuba pour représenter et exploiter au mieux à la fois tessiture, richesse harmonique et possibilités techniques offertes par ces instruments de la famille des cuivres.

Son répertoire, extrêmement riche, permet de proposer un programme très éclectique allant de la renaissance à nos jours.

 

L’ensemble de percussions

L’ensemble de percussions

Du xylophone à la caisse claire, des timbales  au tambourin, l’ensemble de percussions vous invite à la rencontre de la plus vaste des familles d’instruments.

Outre un répertoire original, la créativité des musiciens est sans limite pour  transformer  tout objet courant en nouvel instrument.

Le concert devient dès lors une expérience unique, un spectacle offrant à l’auditeur une véritable chorégraphie sonore.

 

Le Quintette à vent

Le Quintette à vent

Le quintette à vent est un ensemble de musique de chambre composé d'une flûte, d'un hautbois, d'une clarinette, d'un cor et d'un basson. 

Il faut attendre l'essor et l'âge d'or de la clarinette, à la fin 18ème siècle, pour voir apparaître le quintette à vent sous sa forme actuelle ; son répertoire original est donc relativement récent. Toutefois, grâce aux arrangements, ce dernier s'enrichit et s'étend de la période baroque à nos jours. 

Le quintette à vent permet, grâce aux différents timbres et tessitures des instruments, une grande richesse sonore.

 

L’ensemble jazz

L’ensemble jazz

Du trio au quintette, cette formation à géométrie variable improvise sur les thèmes qui vont de la période New-Orléans aux compositions contemporaines.

Son emploi est particulièrement adapté à l’animation musicale des réceptions officielles civiles et militaires mais ces musiciens peuvent également se produire en concert.

 

Le quatuor de saxophones

Le quatuor de saxophones

Si le jazz apporte ses lettres de noblesse au saxophone  à partir des années 20, la formation  en  quatuor, à l’image du  quatuor  à cordes, est  en revanche de composition plus classique. C’est dans cette dualité que  s’inscrit cet ensemble, apte à vous entraîner, au gré de son inspiration, à travers les siècles et les styles musicaux.

 

Les trompettes baroques

Les trompettes baroques

L'ensemble baroque est composé de quatre trompettes baroques et de deux timbales.

La spécificité de cette trompette réside en l’absence de tout mécanisme.

Par soucis d’authenticité, l’ensemble reste fidèle à l’interprétation de pièces originales créées pour ce type d’instrument, c’est à dire principalement des marches et des fanfares relativement courtes et très prisées aux XVIe et XVIIe siècles (période qui constitue l’âge d’or de la trompette baroque). 

L’ensemble intervient principalement dans le cadre d'accueil de personnalités, pour ponctuer certains événements ou encore dans le cadre d'animations culturelles.

Liens utiles :

Notre site internet : http://meftoulon.com/

Notre page facebook :   https://www.facebook.com/musiquedesequipagesdelaflottetoulon?ref=bookmarks

 Comment solliciter la Musique?

Pour solliciter la Musique des Equipages de la Flotte, merci de prendre contact avec le «bureau prestations»  de la Musique des Équipages de la Flotte.

Téléphone : 04 22 42 01 28  ou par mail à mus.tln@wanadoo.fr

En fonction de vos souhaits, des possibilités et disponibilités de la Musique, vous formulerez par écrit et pour décision votre demande de concours de la Musique simultanément  auprès  de :

Monsieur le Vice-Amiral d'Escadre Yves Joly
Commandant la zone, la région et l'arrondissement maritime de la Méditerranée, Préfet maritime de la Méditerranée
BP 921
83800 TOULON CEDEX 9

Et de :

BCRM Toulon
Musique des Équipages de la Flotte
Chef de Musique de Classe Exceptionnelle Marc Sury
BP 67
83800 TOULON CEDEX 9

 

( Source : Marine Nationale / Auteur : MJR Sandrine Potier et SM Jérémie Eloire - Direction : Sirpa Marine )

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour débuter cette nouvelle saison de concerts au Musée de la Marine, La Musique des Equipage de la Flotte vous interprétera la Gran Partita de Mozart
le Mardi 10 Octobre 2017 à 15h.
Un concert à ne pas manquer!
Entrée : 4€50 sans réservation
Renseignements au 04 22 42 02 01

22096240_1156694854460426_5240418295821137501_o.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Bouchon-Gras 49
      Que l'on soit mélomane, amoureux de musiques militaire, passionnés de défilés militaires ou simple curieux, nous avons tous vu ce militaire qui accompagne les musiques militaires en lançant ( très adroitement ) cette sorte de grosse canne...
      Ça dénomination exacte est le tambour major,

      Le tambour-major Laforest, en tenue de la Batterie napoléonienne – à U N E S C O - United Nations.  ( Source : Garde Républicaine )

      En France, tambour-major est une fonction et non un grade. C'est en général un adjudant ou un adjudant-chef qui porte les attributs de son grade et de son arme. Pour marquer sa fonction, il porte une canne qui lui sert au commandement de la batterie.
       

       
      Musique de la Flotte :

      premier maître Virginie Charlet, tambour-major.

      A noter que Virginie Charlet est la deuxième femme tambour-major professionnelle à l'heure actuelle. ( Source : forum, napoléon1er.net )
       
      Musique de la Légion étrangère :

      l'adjudant-chef Jérôme Dumont, le très sérieux tambour-major qui défile en tête de la musique

       
      L'Armée de terre :
      Audrey, tambour-major de l’armée de terre
      La Marlienne Audrey Deny est la première femme tambour-major de l’armée de terre. A la tête de la batterie de la Musique de l’arme blindée cavalerie, stationnée à Montigny-lès-Metz, elle fait le tour du monde. Portrait.

      Sur le mur de son bureau, au quartier Raffenel-Delarue à Montigny-lès-Metz, elle a punaisé la Marseillaise illustrée par l’imagerie d’Epinal. Il y a aussi un croquis de Pierre et le Loup , le conte musical de Sergueï Prokofiev. « Dans l’histoire, le basson, c’est le grand-père », sourit l’adjudant Audrey Deny. Gamine, elle a démarré par le saxo à l’école de musique de Marly. Avant de craquer pour le basson dont la tessiture « a presque une voix humaine ».
      Du basson à la canne
      De l’armée, elle ne connaissait que les grillages déployés autour de la base aérienne 128. Audrey voulait être prof de musique. Elle est devenue la première femme tambour-major de l’armée de terre. La seconde de France après le premier-maître Virginie Chalet qui intervient à la Musique des équipages de la flotte basée à Toulon.
      Elle le doit au basson. Il n’y en a qu’un par orchestre d’harmonie. Une place s’est libérée à la Musique de l’arme blindée cavalerie, l’ancienne Musique de la région Terre-Nord-Est, stationnée à Montigny-lès-Metz.
      Sur le mur de son bureau, au quartier Raffenel-Delarue à Montigny-lès-Metz, elle a punaisé la Marseillaise illustrée par l’imagerie d’Epinal. Il y a aussi un croquis de Pierre et le Loup , le conte musical de Sergueï Prokofiev. « Dans l’histoire, le basson, c’est le grand-père », sourit l’adjudant Audrey Deny. Gamine, elle a démarré par le saxo à l’école de musique de Marly. Avant de craquer pour le basson dont la tessiture « a presque une voix humaine ».
      Du basson à la canne
      De l’armée, elle ne connaissait que les grillages déployés autour de la base aérienne 128. Audrey voulait être prof de musique. Elle est devenue la première femme tambour-major de l’armée de terre. La seconde de France après le premier-maître Virginie Chalet qui intervient à la Musique des équipages de la flotte basée à Toulon.
      Elle le doit au basson. Il n’y en a qu’un par orchestre d’harmonie. Une place s’est libérée à la Musique de l’arme blindée cavalerie, l’ancienne Musique de la région Terre-Nord-Est, stationnée à Montigny-lès-Metz.
      C’est ainsi qu’à 21 ans, la musicienne a appris à tirer au Famas à l’école des sous-officiers à Saint-Maixent. Au conservatoire militaire de Versailles, elle a assimilé les sonneries. Mais à la Musique, elle n’a pas défilé avec son basson : « L’instrument craint l’humidité. Par tradition, on met le bassoniste à la grosse caisse. » C’est ce qu’elle a fait. Jusqu’au jour où le tambour-major de la formation est parti. A 37 ans, Audrey, jeune maman et compagne d’un agriculteur bio, est repartie à l’école.
      Au Commandement des musiques de l’armée de terre à Versailles, elle a appris, cette fois-ci, à manier la canne.
      Du champ de bataille aux majorettes
      « Le tambour-major, un titre créé en 1651, était à côté du chef sur la colline, au-dessus du champ de bataille. Avec sa canne, il faisait des signaux au tambour-maître, en bas, qui faisait exécuter les ordres avec son tambour », résume-t-elle.
      La canne est grande et lourde. Elle est ornementée « d’un pommeau, d’une poignée, d’un jonc avec sa cordelette blanche et d’une flèche ». « Mon rôle, à la tête de la batterie, est de faire exécuter toutes les sonneries réglementaires, de battre la mesure et de donner la direction quand on se déplace. Je suis garante du protocole. » Et puis, il y a le folklore hérité de l’époque napoléonienne avec « le lancer de canne ! J’apprends encore », précise Audrey. « Certains tambours étaient champions de twirling-bâton. Les majorettes se sont inspirées du tambour-major, d’où leur nom ! »
      A la tête de la Musique de l’arme blindée cavalerie, Audrey continue à se former et à voir du pays. A l’Arsenal de Metz lors d’un concert avec le saxophoniste Fabrice Moretti, sur la place Rouge de Moscou pour un festival de musique militaire ou en Inde lors du défilé national, son métier la rend « fière ». Sur le mur, à côté de la Marseillaise , elle a placé une photo d’elle défilant à New Dehli.
      C’est ainsi qu’à 21 ans, la musicienne a appris à tirer au Famas à l’école des sous-officiers à Saint-Maixent. Au conservatoire militaire de Versailles, elle a assimilé les sonneries. Mais à la Musique, elle n’a pas défilé avec son basson : « L’instrument craint l’humidité. Par tradition, on met le bassoniste à la grosse caisse. » C’est ce qu’elle a fait. Jusqu’au jour où le tambour-major de la formation est parti. A 37 ans, Audrey, jeune maman et compagne d’un agriculteur bio, est repartie à l’école.
      Au Commandement des musiques de l’armée de terre à Versailles, elle a appris, cette fois-ci, à manier la canne.
      Du champ de bataille aux majorettes
      « Le tambour-major, un titre créé en 1651, était à côté du chef sur la colline, au-dessus du champ de bataille. Avec sa canne, il faisait des signaux au tambour-maître, en bas, qui faisait exécuter les ordres avec son tambour », résume-t-elle.
      La canne est grande et lourde. Elle est ornementée « d’un pommeau, d’une poignée, d’un jonc avec sa cordelette blanche et d’une flèche ». « Mon rôle, à la tête de la batterie, est de faire exécuter toutes les sonneries réglementaires, de battre la mesure et de donner la direction quand on se déplace. Je suis garante du protocole. » Et puis, il y a le folklore hérité de l’époque napoléonienne avec « le lancer de canne ! J’apprends encore », précise Audrey. « Certains tambours étaient champions de twirling-bâton. Les majorettes se sont inspirées du tambour-major, d’où leur nom ! »
      A la tête de la Musique de l’arme blindée cavalerie, Audrey continue à se former et à voir du pays. A l’Arsenal de Metz lors d’un concert avec le saxophoniste Fabrice Moretti, sur la place Rouge de Moscou pour un festival de musique militaire ou en Inde lors du défilé national, son métier la rend « fière ». Sur le mur, à côté de la Marseillaise , elle a placé une photo d’elle défilant à New Dehli.
      https://www.dailymotion.com/video/x6e0h2i
      ( Source : Le Républicain Lorrain )

       
      Musique de l'air :
      Le tambour-major et chef de formation :
      Au départ de Maurice Bonnard, en 1953, Robert Goute, rompu à l'exercice du commandement, lui succède comme tambour-major. L'intéressé démontre aussitôt une réelle aisance au maniement de la canne, «instrument» sine qua non associé à la fonction de tambour-major. Lors des défilés, à la tête de la Musique de l'air, Robert Goute, de par la parfaite maîtrise des mouvements de commandements et de la technique du lancer de canne, associées à sa prestance naturelle, donne à son art une dimension à part entière, tout à fait dans la lignée de G. Defrance, suscitant ainsi l'admiration d'un grand nombre.
       

       
      ( Source : jlcouturier.com/robert-goute-1919-2014  )
       
      De la Gendarmerie.

      http://canticum-militare.blogspot.com/2017/01/portrait-de-jacky-laforest-tambour.html

       
       
       

       


    • Par Cne Caesar
      Bonjour,
      Je me posais une question : pourquoi les navires militaires de surface  - de la Marine Nationale mais aussi de nombreuses autres marines - ont-ils systématiquement la coque peinte en rouge en-dessous de la ligne de flottaison ?
      Je ne vois pas l'intérêt tactique (un sous-marin repère le navire de plus loin), d'autant plus que cette habitude me semble être assez ancienne et que les submersibles sont peints d'une couleur uniforme.
    • Par Bouchon-Gras 49
      RMC Découverte diffuse jeudi 31 aout 2017, un documentaire intitulé " La mer sous haute surveillance "
       
    • Par Lucas.o
      Bonjours à tous, 
      Je souhairerais savoir qu'elle était la taille minimum requise pour intégrer les commandos marine ? 
      Car je suis assez petit Pour un homme, je Fais 1m63 
      merci de vos réponses, bonne journée 
    • Par Bouchon-Gras 49
      La Gendarmerie mobile a sa musique :

      Présente à toutes les grandes cérémonies et manifestations militaires de la capitale au profit des plus hautes autorités et tout naturellement celles organisées dans les diverses légions de Gendarmerie, la Musique occupe une place importante dans les animations culturelles notamment par les concerts auxquels elle est régulièrement invitée à participer.
      Le service des relations publiques de l'administration centrale sollicite également son concours. Composée exclusivement de sous-officiers de Gendarmerie recrutés sur audition, la Musique de la Gendarmerie Mobile ne comprend que des musiciens professionnels lauréats de conservatoires nationaux.
      Prises d'armes, défilés, concerts, festivals, telles sont les activités de la Musique de la Gendarmerie Mobile dont la renommée est grande non seulement en France, mais aussi à l'étranger où elle est régulièrement invitée à se rendre.
      Cette formation de prestige peut se produire aussi en différentiels ensembles:
      Batterie-fanfare
      Tambours
      Ensemble d'anches
      Quatuor de saxophones
      Quintette de trombones.

      ( Source : International Military Music Society )

       
      Le facebook de la musique de la Gendarmerie mobile : https://fr-fr.facebook.com/musiquegm/

      Pour infos :
      Recrutement à la Musique de la Gendarmerie Mobile
      19 octobre 2016 Patricia GUENAND 0 Commentaire Batterie-Fanfare, Concours, Gendarmerie Mobile, Recrutement La Batterie-Fanfare de la Gendarmerie Mobile recrute un clairon jouant la trompette Mi bémol.  
×