Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

Bonjour à tous!

Voilà je me permets d'ouvrir un sujet sur la spé PNTAC pour laquelle je candidate, car c'est une spé pour laquelle on trouve difficilement des infos.

Je tiens à préciser que je souhaite faire DENAé sur ATL2.

Voici donc une liste de questions qui me trottent dans la tête:

- Par rapport au site http://denae.free.fr/ qui est bien ficelé, y'a t-il eu de gros changement dans le cursus hormis le transfert de l'EPV de Nîmes à Lann-Bihoué? Phase sol/vol moment du choix de la spé?

- Les tests d'admissions maths/physiques sont de quel niveau par rapport à ceux des sélections EOPAN/EOPN?

- Solde? (J'imagine environ 1900€ avec la solde à l'air?)

- Quelles sont les perspectives d'évolutions en interne (filière TACCO? Hawkeye?)? Comment accède t-on à ces spé?

- Quel est le rythme des OPEX pour un équipage ATL2?

Voilà si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ces différentes questions, ce serait top! Ayant une culture beaucoup plus Armée de l'Air à l'origine, je suis en pleine recherche pour me construire une culture Marine, donc si vous avez des propositions de site Internet je suis preneur.

Merci à tous de l'attention que vous porterez à mes questions.

A bientôt!

Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...

Salut,

je suis ELBOR depuis quelques années maintenant sur ATL2, je vais essayer de te répondre au mieux.

Pour moi, tu choisis DENAE dès le début de formation, et tu n'en changes pas. Par contre, ton classement te permet de choisir ton affectation (24F sur falcon, 21 ou 23F sur ATL).

Il n'y a pas eu de gros changements depuis la remontée de l'EPV de nîmes à lorient. Sauf que maintenant, cela s'appelle le Céfaé, et la phase vol s'effectue sur Jetstream.

Pour la solde, tu commences en école avec une solde de environ 1800 euros nets, puis cela montera avec les grades et l'ancienneté jusque 3000 euros environ. Je tiens à ajouter que cela ne doit pas être un seul motif pour s'engager parce que sinon tu vas vite déchanter.... 

Le rythme des OPEX varie d'une année à l'autre selon la situation politique ( de 2 à 7 mois dans l'année)

Pour les perspectives d'évolution, tu peux poser la spécialité TACAE en interne mais je ne saurai te dirai toutes les possibilités. En externe également via l'école navale (via prépa)

Pour le niveau maths / physique des dénae, une terminale complète suffit, il ne faut pas forcément être un cador.

A bientôt!

 

 

Link to post
Share on other sites
  • Similar Content

    • By Thermidor
      Bonjour,
      Étant en cours de constitution d'un dossier pour une intégration à l'École de Maistrance, je voulais savoir jusqu'où un Officier Sous-Contrat recruté en interne peut espérer aller en terme de grade et peut-il accéder à des commandements de bâtiments importants (Frégates de premier rang ou Frégates de Surveillance voire SNA) ?
      Merci d'avance de vos réponses ! 🙂
    • By HernanF
      Après le départ du dernier Super Étendard modernisé la Marine nationale s'est transformée en "tout Rafale", et récemment les trois escadrilles de Rafale Marine ont déjà le standard F3. Dans l'attente du porte-avions Charles-De-Gaulle, plusieurs équipages partiront en avril vers les États-Unis pour des pratiques de catapultage et apontage en Norfolk, Virginia, sur le porte-avions USS George Bush.
       
       
    • By Volgaya
      Bonjour a tous 
      Est ce que quelqu'un à passé ou sait comment se passe les tests ALAT svp ??
      Merci d'avance !!  
    • By sandyplongée
      Bonjour à toutes et à tous, 
      J'aimerais en savoir plus sur l'aptitude féminine pour être plongeur de bord, voire plongeur hélico par la suite.
      Merci
    • By scolopendre
      Bonjour à tous.
      je me promène au travers des sujets qui concernent le CSO et après réflexion et lecture de questions parfois redondantes je décide aujourd'hui de vous donner quelques conseils. Sans pour autant dévoiler le secret qui couvre les modalités de sélection.
      vous venez au CSO pour être embauché au sein de l'Armée de Terre (notamment). Le bon sens va vous aider tout au long de votre parcours.
      - plus de questions concernant "combien dois je faire en sport pour un EVAT pour ....... cavalerie, infanterie, .....
      ce que nous attendons de vous ai que vous donniez le meilleur de vous-même. Il n'y a pas de "minimum" !
      -le comportement est très important également. Vous voulez intégrer une institution qui a des valeurs importantes généralement pour vous donc astreignez vous à les respecter d'ors et déjà.
      -bien évidemment les tests ont leurs parts d'importance dans votre dossier, mais croyez moi, l'entretien est la clef de votre recrutement.
      -venez avec un projet cohérent. Quand un candidat me dit "je rêve d'être soldat depuis tout le temps" et qu'en lui posant juste une petite question sur l'armée il ne peut répondre ... il perd de sa crédibilité !
      - cela fait xxxxxx années que vous voulez être militaire et vous n'avez jamais vu comment se faisaient les tractions sur Internet ????
      -pour être prêt en sport il faut s'entrainer. Donc si vous dites que votre projet date de très longtemps et que vous faites 5 au Luc Léger ... vous n'êtes pas crédible.
      cordialement à tous
      au plaisir de vous recevoir.


  • Posts

    • serai-ce le bout du tunnel ? http://www.opex360.com/2021/04/18/la-crise-de-lhabillement-au-sein-des-armees-est-en-train-de-se-resorber-selon-le-sca/
    • Bonjour, Peut être pourriez vous nous dire où vous en êtes en ce moment.
    • Il avait 99 ans. Charles Coolidge était jusqu'à son décès le plus ancien récipiendaire de la Medal Of Honor, la plus haute distinction militaire des États-Unis. Il avait remporté cette médaille pour sa bravoure extraordinaire au combat, en France, en octobre 1944, en pleine Seconde Guerre mondiale. Il est décédé dans son sommeil    Coolidge est né le 4 août 1921 dans la ville de Signal Mountain, dans le Tennessee. Il est diplômé de la Chattanooga High School en 1939. En juin 1942, après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, Coolidge est appelé sous les drapeaux. Après plusieurs semaines d'entrainement en Géorgie, en Alabama et en Caroline du Nord, il rejoint l'infanterie : il est déployé au sein de la Company M, 3rd Battalion du 141st Infantry Regiment. Cette unité dépend de la célèbre 36th Infantry Division "Arrowhead".   Au printemps 1943, Coolidge est déployé au combat en Afrique du nord, durant la campagne de Tunisie. Puis par la suite, la 36th Infantry Division est envoyée en Italie. Coolidge combat sur la rivière Rapido en janvier 1944 et lors de la bataille de Monte Cassino, alors que les Alliés cherchaient à s'emparer de Rome. Il reçoit une Bronze Star. En mai, Coolidge est déployé lors de la bataille d'Anzio avec le reste de la division. Il remporte une Silver Star pour sa bravoure au combat. Mais quelques semaines plus tard, la 36th Infantry Division est retirée du front : le D-DAY en Normandie a eu lieu et les Alliés désirent accentuer leurs opérations en France.   En août 1944, la division est redéployée dans le sud de la France et commence à marcher vers la ligne Siegfried, principale ligne défensive allemande, qui comporte des milliers de bunkers et de casemates. Et en octobre 1944, Coolidge est engagé lors d'une féroce bataille qui va durer quatre jours, près du village français de Belmont-sur-Battant, dans les montagnes très boisées des Vosges.   Le 24 octobre 1944, le Technical Sergeant Coolidge, à la tête d'une section de mitrailleuses lourdes de la Company M et appuyé par un peloton de la Company K, doit prendre possession d'une position sur le haut d'une colline à l'est de Belmont-sur-Buttant, à la frontière allemande. Une fois sur place, Coolidge se rend compte que face à lui, d'importantes forces ennemies sont positionnées !   Dépassé en nombre et en armes, Coolidge essaie de bluffer les Allemands, leur donnant même l'ordre de se rendre ! Mais les soldats allemands ne se laissent pas faire et attaquent : Coolidge, qui n'a aucun officier avec lui, doit prendre le commandement de ce groupe hétéroclite, constitué en majorité de remplaçants qui vont au combat pour la première fois. Mais Coolidge, imperturbable, va se rendre de trou d'homme en trou d'homme, calmant et encourageant ses soldats, jusqu'à ce que cette attaque allemande soit repoussée.   Pendant trois jours sur cette côte, appelée côte 623, Coolidge et ses hommes vont repousser de nombreux fantassins ennemis. Mais le 27 octobre, la situation change : les Allemands envoient des centaines de soldats attaquer les positions américaines, soutenus par deux Panzers. Coolidge, n'écoutant que son courage, va saisir un bazooka et s'avance à moins de 25 mètres des chars. Mais le plan échoue : le bazooka est hors-service ! Qu'à cela ne tienne : Coolidge lance plusieurs grenades à main contre l'infanterie, tuant plusieurs soldats et forçant les Allemands à reculer. Un Panzer va même tirer cinq obus directement sur Coolidge !   Mais l'armée allemande retourne au combat et force Coolidge à reculer : faisant preuve d'un grand sang-froid, ce dernier va organiser sa retraite, ordonnée, étant le dernier à quitter sa position. Pour ses actions héroïques, après avoir résisté avec ses hommes durant près de 96 heures face à une force ennemie supérieure en nombre et en équipements, Coolidge va recevoir la Medal of Honor, la plus haute distinction militaire de l'armée américaine. C'est le Lieutenant General Wade H. Haislip qui va lui présenter lors d'une cérémonie près de l'aérodrome de Dornstadt, en Allemagne, le 18 juin 1945.   Renvoyé aux États-Unis, Coolidge est honoré comme le héros qu'il est : une partie de la route Highway 27 prend son nom, tout comme une balise routière sur Signal Mountain. En 2013, il figure même sur un timbre postal à son effigie, avec 11 autres récipiendaires de la Medal of Honor. Coolidge va être enterré le 16 avril prochain, au Chattanooga National Military Cemetery.   Il est a noter que Charles a un fils, Charles H. Coolidge Jr., lui-même ancien des forces armées américaines comme Lieutenant general de l'US Air Force. Source : stripes.com & military.com           Et nous avons appris aujourd'hui la disparition d'Hubert Faure, une immense peine pour l'ensemble des marins, pour l'arme les fusiliers marins et notamment les commandos marine.   C'est avec une immense tristesse que nous apprenons la disparition à 106 ans d'Hubert Faure, l'un des deux derniers membres du Commando Kieffer encore en vie. Vétéran de la Bataille de France et de la bataille de Montcornet en 1940, il est fait prisonnier par les Allemands. Il rejoint en 1943 les Forces Françaises Libres et les commandos français de Philippe Kieffer. Il débarque avec le Commando le 6 juin 1944 devant la commune de Colleville-sur-Orne. Survivant à la guerre, il décède paisiblement et laisse Léon Gautier comme dernier survivant du Commando    Hubert Faure est né le 28 mai 1914 à Neuvic-en-Dordogne. Il étudie au lycée jésuite de Sarlat tandis que son père, huissier et ancien poilu, meurt en 1933 des suites des blessures aux gaz subies lors de la bataille de Verdun. L’année suivante, il s’engage comme sous-officier au 22e régiment de Dragons à Pontoise, avant de servir comme instructeur à Paris. Il étudie les ouvrages dédiés à la Cavalerie rédigés par Charles de Gaulle avec d’autant plus de curiosité qu’il sert dans un régiment de chars de combat lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate en 1939. Hubert Faure est alors engagé avec son unité en réserve, derrière la ligne Maginot, avant de participer à la bataille de Montcornet (Aisne) le 17 mai 1940, qui voit l’engagement de la 4e division cuirassée commandée par le colonel de Gaulle.   Fait prisonnier en juin 1940, il parvient cependant à s’échapper et à rejoindre les forces françaises lorsque l’Armistice est signé. Lorsque les Alliés déclenchent l’opération Torch en Afrique du Nord le 8 novembre 1942, Hubert Faure décide de rejoindre les Forces Françaises Libres en Angleterre : c’est le début d’un long périple qui, à l’instar de son futur camarade Maurice Chauvet, le mène vers l’Espagne pour y être fait prisonnier. Arrêté par les franquistes, ceux-ci l'internent dans un camp près de Bilbao. Malgré tout, il parvient à s'échapper en mai 1943 avec un camarade rapidement repris. Seul, il traverse l'Espagne et rallie le Portugal où il est à nouveau arrêté et emprisonné. Pris en charge par un représentant de la France Libre, il est rapidement relâché puis parvient à s’envoler vers l’Angleterre.     En juin 1943, un an avant le débarquement, il se porte volontaire pour rejoindre les commandos français encadrés par le lieutenant de vaisseau Philippe Kieffer. Fort d’une excellente condition physique, d’un moral d’acier et de son expérience militaire, il est immédiatement remarqué par l’encadrement du stage commando à Achnacarry en Écosse. Avec le grade de Warrant Officer et son béret vert sur la tête, il devient Maître-principal de la Marine nationale (équivalent d’adjudant-chef dans l’armée de Terre française) et commande une section au sein de la Troop 1.   Pendant la préparation du débarquement, les Français découvrent les cartes muettes et les maquettes des plages à prendre d’assaut. Avec ses hommes, Hubert Faure reconnaît rapidement la Normandie : « Nous, nous l’avons su immédiatement. Sur la table à manger, il y avait tout un tas de photos aériennes des plages normandes et des cartes. Mais il nous était interdit d’en parler à qui que ce soit ». Il se souvient des paroles du commandant Kieffer avant d’embarquer pour traverser la Manche : « Le commandant nous a dit qu’il y aurait beaucoup de pertes. Ceux qui ne voulaient pas y aller pouvaient partir, il ne leur en voudrait pas. Mais personne ne s’est dégonflé. À cet âge-là, nous n’avons pas peur de mourir. C’était une fierté pour nous de participer à la libération de notre pays ».     Le 6 juin 1944, il débarque avec ses hommes devant la commune de Colleville-sur-Orne (aujourd’hui Colleville-Montgomery) sous des tirs nourris, étant même soufflé par l’explosion d’obus allemands qui lui décollent la plèvre et lui font cracher du sang. Il reçoit même la communion de l’abbé René de Naurois, l’aumônier catholique du commando, juste après le débarquement. Moins de deux heures après le début de l’assaut, il devient le seul cadre de la Troop 1 encore valide, les autres ayant été blessés au feu : à compter de 8h15, la Troop 1 se dirige vers le complexe défensif du Casino, un redoutable ensemble de bunkers et de positions d’artillerie que les François doivent prendre d’assaut.   Mais Faure et ses hommes sont compartimentés dans leur progression par les obstacles installés par les Allemands. Malgré les quatre tirs de PIAT, la défense allemande tient bon. Pendant que Kieffer part dérouter un blindé britannique pour appuyer les commandos français, c’est Hubert Faure qui commande les forces en présence et dirige les tirs de destruction. Une fois le Casino neutralisé, il se dirige successivement vers Bénouville, le pont Pegasus et enfin Amfreville, où les commandos tiennent bon face à des multiples incursions allemandes pendant de longues semaines.   Le 7 juillet 1944, il est touché par un éclat d’obus, sa blessure s’infecte et il est rapatrié vers l’Angleterre, comme bon nombre de ses frères d’armes. Hubert Faure est toutefois réengagé à compter du 15 août en Normandie, il est alors Enseigne de vaisseau.   À la veille du débarquement de Flessingue, il est sérieusement blessé à la colonne vertébrale lors d'un accident avec sa Jeep, celle-ci ayant percuté un char. Il effectue une rapide convalescence à Rouen puis chez lui en Dordogne, et retrouve son unité au front, dans les Pays-Bas, à l’occasion de l’assaut de l’île de Schouwen. Mais son état ne s’améliore pas et il doit mettre un terme à sa carrière militaire à la fin de la guerre en Europe.   Hubert Faure quitte l'armée après la capitulation, et ne fait donc pas partie des officiers qui forment les commandos post-1er BFMC comme le souhaitait l'Amiral d'Argenlieu. Après la guerre, il reprend ses études, et devient ingénieur des travaux publics, en Afrique notamment. Le capitaine de corvette Philippe Kieffer fut son témoin de mariage en 1945.     Le 14 juillet 2008, Hubert Faure est élevé au grade de Commandeur de la Légion d’Honneur, et la cravate lui est remise par l’amiral Philippe de Gaulle : « Je voulais que l’insigne me soit remis par quelqu’un de la France libre. L’amiral, c’est une merveille de gentillesse. Il est mon voisin, et mon ami en même temps depuis trente années. », confiait alors l’heureux récipiendaire. Il a depuis été élevé à la dignité de Grand officier de la Légion d’honneur puis de Grand croix.     Hubert Faure meurt le 17 avril 2021 à l'âge de 106 ans à Paris Source : dday-overlord.com & Wikipedia
    • Oui, ça risque d'etre des effets qui disparaitront, comme le manteau qu'i fallait avoir et que l'on ne mettait jamais sauf le jour que ça piquait un pacha et là, c'était la course à l'emprunt... A terre effectivement quelques femmes portent la jupe, surtout l'été.
    • Bonjour merci pour vos réponses je vous tiendrais informé de l'évolution de mon parcours , cela pourra certainement éclairer certains.