Aller au contenu
Bouchon-Gras 49

Le Charles de Gaulle en IPER durant dis huit mois.

Messages recommandés

Comme vous avez pu tous le suivre via la presse ou sur le terrain à Toulon, son port d' attache notre unique porte avions est rentré au bassin pour une IPER de dix huit mois.

PHOTOS. 10 superbes images pour revivre l'entrée du Charles-de-Gaulle dans le bassin Vauban à Toulon

cdgcollage.jpg
Photo P. Bl., D. Leriche, Marine Nationale

Dix ans après, le Charles-de-Gaulle a retrouvé ce mercredi matin le bassin Vauban pour son deuxième arrêt technique majeur, une grande opération de rénovation qui s'étalera sur 18 mois.

Le Charles-de-Gaulle va vivre ces 18 prochains mois une rénovation en profondeur de l'ensemble de ses installations, mais aussi un saut technologique majeur, afin de maintenir ses performances opérationnelles pour les prochaines années.

>> REVOIR AUSSI. VIDEO. Le porte-avions Charles-de-Gaulle a rejoint le bassin Vauban à Toulon pour son arrêt technique majeur

Retour en images sur une manœuvre de plusieurs heures, qui a permis ce mercredi matin l'entrée du porte-avions dans le bassin Vauban.


Tous les détails de l'opération à lire ce jeudi 9 février dans Var-matin

Au petit matin, vers 8h, le Charles-de-Gaulle en approche du bassin, tracté et poussé par les remorqueurs
Au petit matin, vers 8h, le Charles-de-Gaulle en approche du bassin, tracté et poussé par les remorqueurs
Photo Patrick Blanchard
Image aérienne de l'entrée au grand bassin Vauban de la base navale de Toulon du porte-avions.
Image aérienne de l'entrée au grand bassin Vauban de la base navale de Toulon du porte-avions.
Photo Marine Nationale
Le porte-avions Charles-de-Gaulle rejoint le bassin Vauban de l'arsenal militaire du port de Toulon pour une grande révision.
Le porte-avions Charles-de-Gaulle rejoint le bassin Vauban de l'arsenal militaire du port de Toulon pour une grande révision.
Photo D. Leriche
Image aérienne de l'entrée au grand bassin Vauban de la base navale de Toulon du porte-avions.
Image aérienne de l'entrée au grand bassin Vauban de la base navale de Toulon du porte-avions.
Photo Marine Nationale
Image aérienne de l'entrée au grand bassin Vauban du porte-avions.Après 15 années d’activité opérationnelle, le porte-avions Charles de Gaulle entre au bassin Vauban de la base navale de Toulon pour vivre un grand chantier de modernisation. Ce chantier de refonte à mi-vie permettra de redonner du potentiel opérationnel au porte-avions pour les vingt prochaines années.
Image aérienne de l'entrée au grand bassin Vauban du porte-avions.Après 15 années d’activité opérationnelle, le porte-avions Charles de Gaulle entre au bassin Vauban de la base navale de Toulon pour vivre un grand chantier de modernisation. Ce chantier de refonte à mi-vie permettra de redonner du potentiel opérationnel au porte-avions pour les vingt prochaines années.
Photo Marine Nationale
Le porte-avions entre au bassin Vauban
Le porte-avions entre au bassin Vauban
Photo Marine Nationale
Mise en place des bateaux portes aux extrémités du bassin Vauban.
Mise en place des bateaux portes aux extrémités du bassin Vauban.
Photo Marine Nationale
Mise en place des manches à eaux sur le quai du bassin Vauban
Mise en place des manches à eaux sur le quai du bassin Vauban
Photo Marine Nationale
Le porte-avions entre au bassin remorqué par le service des moyens portuaires (SMP) et guidé par les lamaneurs de la base navale de Toulon.
Le porte-avions entre au bassin remorqué par le service des moyens portuaires (SMP) et guidé par les lamaneurs de la base navale de Toulon.
Photo Marine Nationale
cdg3.jpg
Photo P. Bl.

 

( Source : Var Matin )

 

Immobilisé à Toulon pour de lourds travaux d'entretien, le Charles-de-Gaulle est inopérant pour un an et demi. Le débat sur la construction d'un second porte-avions est relancé.

À chaque élection présidentielle le sujet revient sur la scène politique : faut-il que la France construise un second porte-avions ? Cette année le sujet prend d'autant plus d'ampleur que le Charles-de-Gaulle est entré dans la rade de Toulon pour y subir dix-huit mois de travaux d'entretien et de rénovation. Un chantier titanesque, hors du commun qui revient au groupe de construction navale DCNS et la marine nationale.

Mais voilà, pendant ce temps la marine nationale perd son fleuron alors que la France a intensifié ses frappes contre l'État islamique en Irak et en Syrie. Dès sa construction en 1986, la question d'une doublure du Charles-de-Gaulle s'était posée. Comme en leur temps le Foch et le Clémenceau assuraient la permanence à la mer de la capacité de projection de puissance de la France.

Face à cette évidence tactique et stratégique, en 2006 est signé un accord de coopération avec la Grande-Bretagne. Il prévoyait la construction commune de trois porte-avions dont un pour la France. Projet finalement abandonné. Avant son départ de l'Élysée en 2007, Jacques Chirac plaidait pour en construire un 100 % français. Las, ses successeurs ni Nicolas Sarkozy ni François Hollande n'ont donné suite.

Difficile il est vrai en ces temps de disette budgétaire, de relancer cette idée et dégager les crédits nécessaires. Il en coûterait entre trois et quatre milliards. Seule Marine Le Pen souscrit à cette option alors que François Fillon préfère, lui, lancer les études pour le successeur du Charles-de-Gaulle. Benoît Hamon durant le débat des primaires n'a pas su chiffrer le coût d'un tel investissement alors que Manuel Valls avançait le chiffre exact : quatre milliards. Quel qu'il soit le prochain locataire de l'Élysée ne pourra pas se défausser de la question. La Chine en construit en série afin d'asseoir son autorité en mer de Chine mais aussi dans toute l'Océanie, la Russie y réfléchit car le porte-avions est un outil de souveraineté fort et surtout un véritable levier pour l'expansionnisme. Les USA en détiennent onze à eux-seuls.


Tenir jusqu'en 2041

Cette cure de jouvence du Charles-de-Gaulle va coûter 1,3 milliard d'euros au budget de la défense. Car au-delà des travaux du changement des deux cœurs nucléaires et de l'entretien classique s'ajoute une profonde modernisation à mi-vie du Charles-de-Gaulle notamment une rénovation complète du système de combat (radars de veille aérienne, communications…). Des modifications permettront aussi de passer au tout Rafale avec le retrait du service du Super Étendard. Objectif : faire durer le bâtiment jusqu'en 2041.


Vincent Groizeleau : «Il faut en construire deux dès maintenant»

Avec l'immobilisation du Charles-de-Gaulle, la France peut-elle toujours mener la guerre ?

Oui, l'armée française pourra continuer à frapper l'État islamique depuis les bases aériennes projetées installées aux Émirats Arabes Unis à Abu Dhabi et en Jordanie. L'armée de l'air maintient au moins douze Rafale sur l'opération Chammal qui frappent les positions des djihadistes en Irak et en Syrie. C'est bien sûr moins que les 24 Rafale du Charles-de-Gaulle qui développe une puissance de feu énorme pour accentuer les effets militaires en l'occurrence lors du lancement de l'attaque de Mossoul par les forces irakiennes.

Quel est l'intérêt pour un pays deposséder un porte-avions

Son premier intérêt est d'être mobilisable au pied levé pour partir et intervenir très vite. L'armée de l'air c'est très bien mais lorsqu'elle intervient depuis la France cela mobilise des moyens lourds comme le ravitaillement en vol ou la négociation du survol de pays. La France l'a fait pour frapper la Libye mais ce genre d'opérations n'est pas tenable dans le temps. Le gros avantage du porte-avions est de pouvoir circuler librement dans les eaux. Le Charles-de-Gaulle peut faire mille kilomètres par jour, où il veut sans demander aucune autorisation à

aucun pays.

Faut-il un second porte-avions ?

Bien sûr ! C'est tout simplement une incongruité totale de n'en avoir qu'un seul. Nous sommes les seuls en Europe à disposer de cet atout unique. Le Royaume-Uni est en train de lancer la construction de deux porte-avions mais moins efficaces que le nôtre alors que la Russie y réfléchit. La Chine vient de mettre en service son premier navire du genre alors que deux autres sont en cours de construction et un quatrième à propulsion nucléaire suivra. On le voit, tous les pays qui veulent se doter de cette arme en construisent au moins deux. Même l'Inde se dote actuellement d'un exemplaire et veut en construire un à deux de plus d'ici dix ans.

Combien coûterait un tel chantier ?

Il faut compter entre trois et quatre milliards. Ce n'est pas si énorme quand on le compare aux grands programmes comme la nouvelle génération de sous-marins estimée à dix milliards d'euros ou les cinq nouvelles frégates pour quatre milliards. Chaque année la défense nationale dépense en équipement l'équivalent de cinq porte-avions. Mais une telle dépense est politiquement très sensible vis-à-vis de l'opinion.

Faut-il décider vite ?

Oui, si le nouveau président décide en 2017, le nouveau porte-avions sera opérationnel en 2023. Mais pour assurer la succession du Charles-de-Gaulle il faut lancer la construction de deux porte-avions simultanément à propulsion classique afin d'éviter le prochain coûteux arrêt du Charles-de-Gaulle en 2028.

 

( Source : Ladepeche )

 

A l' heure où les flottes des grandes nations ce réarmes et notamment en portes avions ( Grande Bretagne, Chines, Inde, Russie... ), je vous laisse vous faire une idée de nos capacités avec notre seul porte avions.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, hatonjan a dit :

ATM :P IPER c'est pour les vieux ;)

:ancetre: Tu me traite de vieux !!! :32_(19):

J' avoue que je m' y perds un peu ( AMF, DP, BSC, IPER, Arsenal... ) c' est la même chose mais les noms et acronymes changes !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Photoreportage de L'Express. Le porte-avions Charles-de-Gaulle est en cale sèche dans la base navale de Toulon pour le deuxième ATM.

2eDWyXD.jpg

Tts2G1x.jpg

http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/societe/en-images-le-charles-de-gaulle-au-sec-se-refait-une-beaute_1887111.html

 

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques photos ( impressionnantes ) du Charles en travaux.

18076813_1393349370688257_2068762392999744166_o.jpg

L' étrave au bassin.

18192546_1394188447271016_7846533061106973424_o.jpg

Au bassin, à sec, la quille posée sur les tins.

18156045_1393349360688258_7857364006867654821_o.jpg

Le pont déborde un peu...

18121212_1393349410688253_1973370908011066679_o.jpg

Sur le pont on s' affaire...

18156516_1393349604021567_8411395217187972947_o.jpg

18155908_1393349450688249_3302420082411887336_o.jpg18156257_1393349514021576_1113554081030117726_o.jpg18121298_1393349584021569_2253330736655876508_o.jpg18193409_1393349437354917_4920585474288256079_o.jpg

Non, il n' y a pas réception...

18193025_1393349474021580_2208424138903053252_o.jpg

18121542_1393349507354910_7077431697469548903_o.jpg

Mais l' entretien des catapultes.

 

( Source : Marine Nationale )

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le programme de modernisation de mi-vie du porte-avions Charles-de-Gaulle avance dans le port militaire de Toulon, mais le navire ne sera opérationnel jusqu'à janvier 2019, 24 mois depuis le commencement de l'ATM.

 

Toulon. Le Charles de Gaulle fait peau neuve

Près de 2.500 personnes s'activent, depuis près d'un an, à Toulon (Var), autour du Charles de Gaulle, navire amiral de la Marine nationale qui, après 15 années de missions, 1,2 million de kilomètres avalés et plus de 41.000 catapultages effectués, s'offre un lifting mérité. Du pont d'envol aux capacités de combat, en passant par la cybersécurité : la mise à niveau du porte-avions est totale. Les dessous d'un chantier titanesque.

http://www.letelegramme.fr/france/toulon-le-charles-fait-peau-neuve-07-01-2018-11803851.php

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un autre article, très bon et détaillé, sur les coulisses de l'ATM2 du porte-avions CDG.

De petits détails,  le renouvellement de l'hangar arrière pour le ·"tout Rafale", les "Pedro" et le NH-90 pour la lutte anti-sous-marine.

 

"Charles de Gaulle": retour vers le futur

http://www.laprovence.com/article/mer/4814675/charles-de-gaulle-retour-vers-le-futur.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le soucis est l'indisponibilité du CdG durant cette période.

Il fut question avant le lancement de ce porte-aéronefs de construire deux P.A à propulsion conventionnelle nécessitant une double escadre de protection néanmoins. Solution abandonnée.

Puis d'un P.A (l'actuel CdG) a propulsion nucléaire. Malheureusement de nouvelles normes de radiations furent imposées et l'ensemble pris du temps et un peu de poids. De même après l'abandon de l'avion "AWACS" de conception National (trop onéreux) au profit du "Hawkeye" américain, le pont d'envol fut un peu allongé compte tenu de la masse et vitesse de catapultage de cet appareil.

Les coûts n'ont pas permis de posséder une escadre entièrement propulsée par centrales nucléaire.  Mais nous avons un P.A  à propulsion nucléaire avec il est vrai une faible diminution de vitesse par rapport à l'origine dû aux surpoids cités ci-dessus qui est un fleuron de technologie et qui nous place second sur le plan International.

  • Thanks 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Il y a 9 heures, Janmary a dit :

De même après l'abandon de l'avion "AWACS" de conception National (trop onéreux) 

Pourquoi de conception nationale ? Nos quatre E-3F Sentry ont été conçus par Boeing. Et ils ne pouvaient pas convenir au CDG de toute façon : beaucoup trop gros pour tenir sur un PA.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A l'origine des deux porte-avions de la Marine Nationale à construire pour le remplacement des deux "Clemenceau" et "Foch" ainsi que l' Arromanche ( ex-Britannique de la classe Colossus), il fut prévu deux PA à propulsion nucléaire de la classe des 60.000 tonnes.

Tout devait être Français à bord, i.e l'aéronautique, (Rafale marine, AWACS, etc.),  missiles, RADAR, SONAR, centrales nucléaires, etc. La seule cale disponible pour ces tonnages était celle de Saint-Nazaire, civil, ou fut construit le paquebot "Normandie"

Petit à petit, le tonnage fut réduit pour arriver à 45.000 tonnes (le déplacement des 3 P.A américain de 1945 pouvant embarquer des bimoteurs i.e le Franckin Roosevelt, le Midway et le Coral Sea). Les catapultes furent acheter aux USA (trop couteux pour une étude et une fabrication nationale), deux centrales nucléaires furent montés au lieu de 4 puis 3 suivant les diminutions de tonnage et l' AWACS fut abandonné pour une fabrication américaine de cet appareil.

Plusieurs esquisses de cet AWACS de conception Nationale  furent présentées dans des revues aéronautiques (Aviation Magazine qui malheureusement n'existe plus).

Il est  vrai qu'il manque à  ce porte avion un sister-ship mais les couts à l'époque étaient jugés déjà des plus onéreux. De même le Rafale qui fut longtemps en instance d'abandon au profit d'une coopération Européenne. Dans la mesure ou aucun pays  n'avait  le besoin d'un appareil embarqué, notre pays alla de l'avant ce qui lui permis de réaliser un appareil National et exportable.

Janmary

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'est plus question de lui faire un sister ship mais plus d'envisager l'avenir et la succession ou plus simplement le remplacement. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Il n'est plus question de lui faire un sister ship mais plus d'envisager l'avenir et la succession ou plus simplement le remplacement. 

Oui, effectivement.

Mais à l'époque de sa construction, je pense qu'une rationalisation des budgets de l’État et des Armées auraient pu voir la naissance de deux P.A. Reste les escadres d'accompagnements et le remplacement par la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Le 09/04/2018 à 08:48, Janmary a dit :

deux P.A à propulsion conventionnelle nécessitant une double escadre de protection néanmoins. Solution abandonnée.

C'est réellement envisageable ? Un bâtiment aussi lourd et grand qu'un porte-avions propulsé au kérosène ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Il y a 19 heures, Janmary a dit :

Plusieurs esquisses de cet AWACS de conception Nationale  furent présentées dans des revues aéronautiques (Aviation Magazine qui malheureusement n'existe plus).

Ah, j'avais mal compris vos propos. Je pensais que vous parliez nécessairement de l'E-3F de Boeing, voire de l'E-2C de Grumann lorsque vous évoquiez l'AWACS. D'où ma question d'hier.

Il y a 19 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Il n'est plus question de lui faire un sister ship mais plus d'envisager l'avenir et la succession ou plus simplement le remplacement. 

A-t-on déjà commencé à réfléchir au remplacement du CDG ? Le retrait du Rafale étant prévu pour environ 2050, je pense qu'on a encore un peu de temps avant le départ du CDG, mais si des projets existent déjà, ça m'intéresse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 33 minutes, Archerlite a dit :

C'est réellement envisageable ? Un bâtiment aussi lourd et grand qu'un porte-avions propulsé au kérosène ?

Pas au kérosène, au fioul lourd, au mazout !

Comment fonctionnaient le Foch et le Clemenceau,

A l'aide de chaufferies alimentés au mazout, qui produisaient de la vapeur, vapeur qui servait d'énergie pour la propulsion, les catapultes...

Comment fonctionne le Charles,

Une chaufferie, alimenté par du nucléaire, qui produit de la vapeur, vapeur...idem ci-dessus.

Rien de nouveau, du temps du Titanic, la chaufferie n'utilisait pas de mazout ou du nucléaire mais du charbon mais le schéma est rigoureusement identique.

schppe_chaudiere.gif

Comme indiqué sur ce schéma, c'est le combustible qui évolue.

2015mtln161_010_058.jpg

La grande différence est que le Foch ou le Clemenceau devaient être régulièrement ravitailler ( hors ce moment est sensible pour le navire ), avec le nucléaire, le Charles peut naviguer dix ans sans ravitaillement ( hormis pour les aéronef, les munitions et bien sur l'alimentation de l’équipage ).

il y a 2 minutes, Cne Caesar a dit :

A-t-on déjà commencé à réfléchir au remplacement du CDG ?

Je suppose que oui mais ça reste secret.

Il y a 8 heures, Janmary a dit :

Reste les escadres d'accompagnements

le-gan-dans-son-ensemble.jpg

Le GAN d'en son ensemble !

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Il y a 2 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

grande différence est que le Foch ou le Clemenceau devaient être régulièrement ravitailler ( hors ce moment est sensible pour le navire ), avec le nucléaire, le Charles peut naviguer dix ans sans ravitaillement ( hormis pour les aéronef, les munitions et bien sur l'alimentation de l’équipage ).

Est-ce que le Charles est armé (lourdement), ou est-ce que les Rafales constituent, en plus de l'escadre, sa principale force défensive ?

Il y a 2 heures, Bouchon-Gras 49 a dit :

Le GAN d'en son ensemble !

Image téléchargée direct !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 29 minutes, Archerlite a dit :

Est-ce que le Charles est armé (lourdement), ou est-ce que les Rafales constituent, en plus de l'escadre, sa principale force défensive ?

Le CDG dispose d'un armement considérable, mais ce n'est son rôle principal. Voici un copier-coller (Wikipédia, je ne me suis pas trop fatigué :)) à propos de son armement :

4 × Sylver A43 (8 x Aster 15)
32 missiles en tout (2 groupes)

2 x Sadral (6 missiles Mistral)
8 × canons 20 mm F2
4 mitrailleuses de 12,7 mm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, Archerlite a dit :

C'est réellement envisageable ? Un bâtiment aussi lourd et grand qu'un porte-avions propulsé au kérosène ?

Oui, bien sur Archerlite.

L'alimentation ce fait au mazout et non au kérosène qui est utilisé pour les turbines avions ou automotrices (réacteurs, turbo-propulseurs, etc.)

Le CdG n'est pas un porte -avions lourd dans les catégories de ces navires (lourds en tant que navire mais moyen en tant que P.A) . Les P.A lourds sont les séries de 100.000 tonnes de déplacement de l'US Navy. A l'origine , les premiers de  ces classes étaient à propulsions conventionnels au mazout.

> La classe "Forrestal" (Année 50) de 56.000 tonnes de déplacement ( le CVA 59 "Forrestal", le CVA 60 "Saratoga", le CVA 61 "Ranger" et le CVA 62 "Independance") conventionnel.

> Les CVA 68 "Kitty Hawk" et  CVA 64 "Constellation" de 78000 tonnes de déplacement en lourd toujours conventionnels, lancé en fin d'année 50

> Les CVA 66 " America"   et CVA 67 "John Kennedy" de 60.000 tonnes de déplacements lancés dans les années 60;

> Enfin les parte-avions suivant sont à propulsion nucléaire tel  le le CVA 65 "Entreprise" lancé fin des années 50. Suivi par les CVA 68 "Chester Nimitz" et CVA 69 "Dwight D.Eisenhower", Etc.Etc.

Le CdG est de la catégorie des 45.000 tonnes. Du même tonnage que les 3 P.A Américain de la classe Midway (Le "Midway", le "Coral Sea" et le "Franckin Roosevelt").

Pour info, les deux précédents P.A de la Marine Nationale, les "Clemenceau" et "Foch" jaugeaient 23.000 tonnes au lancement puis sont arrivés à des déplacements de 35.000 tonnes au fur et à mesure des carénages et travaux.

Il faut savoir que la propulsion mazout a propulsé nombre de cuirassés de déplacement de 45.000 tonnes et de 70.000 de déplacement de port en lourds de 70.000 tonnes sans compter le "Yamato" Japonais (et son sister-ship qui déplaçaient 80.000 tonnes). Il fut coulé lors des deniers mois de la guerre en 1945 lors de l'invasion d'Okinawa. (Le Yamato est le nom donné avant celui de Japon dans l'Histoire du Japon comme la Gaulle pour devenir France, grosso modo).

Nous ne parlerons  pas du paquebot Normandie de 75.000 tonnes qui emportait 6500 tonnes de mazout et autant d'eau douce pour une longueur de 313,75 m, 36,40 m de large et 56 m de haut avec un équipage de1320 hommes  et 1972 passagers.Voyage inaugural en 1935. Il battit le record de vitesse (le Ruban Bleu) et il était propulsé par une chauffe au mazout alimentant des alternateurs électriques qui alimentaient des moteurs électriques donnant une grande souplesse  de navigation et de manœuvrabilité. Il filait 32 nœuds (1 nœud = 1,852 km/h soit prés de 60 km/h).

Janmary

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Janmary a dit :

les deux précédents P.A de la Marine Nationale, les "Clemenceau" et "Foch" jaugeaient 23.000 tonnes au lancement puis sont arrivés à des déplacements de 35.000 tonnes au fur et à mesure des carénages et travaux.

Pour info et comparaison,

Service machine à bord du Foch :

- deux groupes turbo propulseur s comprenant chacun quatre turbines deux marcha avant et deux marche arrière, développant au total une puissance de 126 000 chevaux.

- Chaudières.

- Consommation en manœuvre aviation ( catapultage ) 300 tonnes de mazout par jour.

(Sources : Marine et Force Navale, Le Clémenceau et le Foch. Addim 1993)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un petit complément sur le Clemenceau et le Foch.

Les navires sont habituellement pourvus d'un blindage tel les cuirassés (avant et pendant le second conflit mondial).

Certains Porte-avions tel le classe "Illustrious" Britannique était fortement protégés (pont blindés, cuirasse de ceinture et même les flancs)  et d'autre pas du tout (P.A d'escortes ou P.A de tonnage léger ou P.A Japonais) et les P.A de l'US Navy tel les "Essex' de 27000 tonnes avaient une cuirasse de ceinture mais un pont non protégés donc en bois ce qui permettait d'avoir prés de 80 appareils.

Nos deux P.A furent construit avec une innovation, c'est à dire un caisson blindé pour protéger la machinerie et les soutes à munitions. Le reste du batiment était très cloisonné pour limiter les destructions éventuelles.

Le pont d'envol était également blindé et le bloc-passerelle (ilot) en tôles renforcées.

Nous pouvons ouvrir un topic  complet sur ces sujets car il est inépuisable et combien passionnant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Donc ça y est, c'est fini et il est opérationnel ? On aura plus de problèmes pendant 30 du coup :D ?!

 

C'est un bonne nouvelle, à quand son successeur ;) ?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Archerlite a dit :

Donc ça y est, c'est fini et il est opérationnel ? On aura plus de problèmes pendant 30 du coup :D ?

Non, il me semble avoir lu qu'il partait seulement pour des essais en mer, puis il rentrera dans le bassin Vauban où il a passé ces derniers mois à côté du Mistral. La vraie remise en service est prévue pour cet été.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Bouchon-Gras 49
      RMC Découverte a diffusé un très intéressant reportage/documentaire sur l' histoire des portes avions dans la marine française, de l' Arromanche, en passant par le Bois Belleau, Le Clémenceau, Le Foch et bien sur Le Charles de Gaulle.
      Ces bateaux ont changés la donne et fait de la Marine Nationale, l' une des plus puissante marine, capable d' intervenir partout dans le monde.
       
    • Par Bouchon-Gras 49
      Le Chef d' Etat Major de la Marine ( CEMM ) souhaiterai un second porte avion.
      Avec les derniers conflits preuve en est faite, si preuve il y avait besoin qu' un porte avion est indispensable mais ce type de navire demande de l' entretien et des arrêts techniques, un second porte avion permettrait d' être pleinement opérationnel... mais nos politiques en veulent ils ?
      Sachant aussi qu' entre la réflexion, le temps de décision et de réalisation suivie des essais et l' admission au service actif par la Marine, ça demande du temps.
      Les futures élections présidentielles arrivent à grand pas, ce projet sera t' il à l' ordre des propositions ?
×