Jump to content

Devenir réserviste à 51 ans


Recommended Posts

Bonjour,

Tout nouvellement inscrit sur ce forum, j'envisage de devenir réserviste opérationnel dans la Marine. J'ai obtenu la liste des emplois prévu pour 2017 pour l'APER de Paris, et il y a quelques emplois qui m'intéresseraient… J'ai déjà obtenu quelques infos de la part du Cirfa mais quelques détails me semblent encore nébuleux.

Tout d'abord, voici mon pedigree :

Je suis né en octobre 65, j'ai donc 51 ans et j'ai effectué mon service national dans la Marine en 1987/88 en tant que matelot sans spécialité (Hourtin > GSM Cherbourg > CC MILLE à Houilles) et j'ai débarqué comme matelot breveté (on fait ce qu'on peut ! :unsure:).

Aujourd'hui, je suis civil, après des études et l'obtention d'une Licence (bac +3), je suis devenu fonctionnaire territorial (cadre A) et j'occupe un emploi de chargé de communication depuis plus de 20 ans. En fait je suis à la fois photographe, graphiste et journaliste… Bref.

Voilà donc mes petites questions :

• J'ai donc achevé mon service national sous le grade de matelot breveté : si je devais intégrer la réserve opérationnelle, considérant mon universitaire et professionnel, à quel grade serai-je intégré ? Matelot ? QM ? EV1 ? LV ?

• Existe-t-il une limite d'âge pour intégrer la réserve opérationnelle ? J'ai vaguement compris qu'à partir d'un certain grade, on majorait de 5 ans la limite d'âge. Si je devais demeurer matelot je serais donc trop âgé, si par contre j'étais intégré comme EV1, a priori, la limite serait repoussée…

• J'ai donc effectué mon service national et donc une formation militaire à Hourtin (ordre serré, tir, sport…) mais y a  t il une formation spécifique destinée aux réservistes ?

• Au niveau de mon employeur, j'ai lu quelque part que mon contrat serait "suspendu". Que cela signifie t il précisément ? Est ce que, par exemple, les périodes de réserve me seraient déduites de mon salaire de fonctionnaire ? En clair, puis-je cumuler la solde de réserviste avec mon salaire de fonctionnaire ?

• Dernière question : si examen médical il y a, quel type de SIGYCOP me serait nécessaire ?

 

Voilà, j'espère que mes questions ne sont pas trop spécifiques.

Merci à vous.

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, il me semble que la limite d'âge pour devenir réserviste est de 50 ans pour soldat du rang dans l'armée de terre, mais en tant qu'officier réserviste dans la marine je n'en sais rien.

Par ailleurs je suis également fonctionnaire territorial (cadre b ) et je me suis donc pas mal renseigné sur la question, nous avons la chance d'avoir 30 jours de congés exceptionnel "En position d'accomplissement du service national et des activités dans la réserve opérationnelle" donc si votre employeur accepte vos périodes de réserve vous êtes rémunéré par la réserve et votre collectivité. Au delà de ces 30 jours vous êtes considérés en détachement donc vous n'êtes plus rémunéré par votre employeur, mais conservé votre emploi.

Pour la formation il existe une FMIR (Formation Militaire Initiale du Réserviste) mais je ne sais pas si les officiers de réserve doivent l'effectuer, bien que j'ai eu l'information que bientôt tout les réservistes devrait d'abord passer par une FMIR, peut importe le grade, je ne crois pas que ce soit encore le cas.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonsoir,

Tout d' abord je repends ce commentaire qui mérite explication :

Il y a 6 heures, Zimex a dit :

nous avons la chance d'avoir 30 jours de congés exceptionnel "En position d'accomplissement du service national et des activités dans la réserve opérationnelle" donc si votre employeur accepte vos périodes de réserve vous êtes rémunéré par la réserve et votre collectivité. Au delà de ces 30 jours vous êtes considérés en détachement donc vous n'êtes plus rémunéré par votre employeur, mais conservé votre emploi.

Comme je l' ai déjà expliqué ( voir aussi les textes ici : http://www.forum-militaire.fr/topic/7955-textes-sur-la-réserve-legislation/

Les trente jours ne sont aucunement un du !

l' employeur qu' il soit privé ou publique ne peut refuser de " lâcher " son employer pour cinq jours de réserve ( une semaine ) mais n' est pas obliger de maintenir son salaire )

Dans l' administration existe des textes voir plus haut qui enjoint l' administration à montrer l' exemple et autorise l' absence de l' agent pour une durée total de trente jours ouvrables, sans perte de salaire, rtt, primes, vacances... mais ( il y a toujours un mais ;) ) il faut toute fois obtenir l' accord de son chef de service ( eh là, de par mon expérience, ce n' est pas toujours gagné ! )

Il faut négocier et avoir les textes sous le coude et pas avoir peur d' utiliser des mots tel-que : honneur, défense de la patrie... ( perso j' ai obtenu la moitié de mon ESR, seize jours ).

Il y a 6 heures, Zimex a dit :

Pour la formation il existe une FMIR (Formation Militaire Initiale du Réserviste) mais je ne sais pas si les officiers de réserve doivent l'effectuer, bien que j'ai eu l'information que bientôt tout les réservistes devrait d'abord passer par une FMIR, peut importe le grade, je ne crois pas que ce soit encore le cas.

Dans la Marine la FMIR n' est pas obligatoire pour être réserviste et de toute façon Kormoran ayant déjà un passé de marin n' aurait pas à l' effectuer.

 

Il y a 7 heures, kormoran a dit :

J'ai donc achevé mon service national sous le grade de matelot breveté : si je devais intégrer la réserve opérationnelle, considérant mon universitaire et professionnel, à quel grade serai-je intégré ? Matelot ? QM ? EV1 ? LV ?

• Existe-t-il une limite d'âge pour intégrer la réserve opérationnelle ? J'ai vaguement compris qu'à partir d'un certain grade, on majorait de 5 ans la limite d'âge. Si je devais demeurer matelot je serais donc trop âgé, si par contre j'étais intégré comme EV1, a priori, la limite serait repoussée…

Soyons clair en tant qu' équipage tu as dépassé l' age limite ( age limite du grade d' active + 5 ans )

Mais j' ai peur que ton niveau d' étude ne te permette pas d' être officier :

Quelles sont les conditions d’admission ?

  • être de nationalité française ;
  • être âgé de 17 ans au moins ;
  • avoir satisfait aux obligations du service national ou pour les jeune gePour tns nés après le 31 décembre 1978, avoir participé aux journées d'appel de préparation à la défense (JAPD) ou à la journée défense citoyenneté ;
  • posséder l'ensemble des aptitudes physiques requises ;
  • ne pas avoir été condamné soit à la perte des droits civiques ou à l'interdiction d'exercer un emploi public, soit à une peine criminelle, soit à la destitution ou à la perte du grade dans les conditions prévues par le code de justice militaire.

Quel niveau d'études pour quel grade ?

  • Aspirant : titre ou diplôme de niveau II (20 ans minimum) ;
  • Second maître : titre ou diplôme de niveau III (19 ans minimum) ;
  • Matelot : titre ou diplôme de niveau V ou V bis minimum (17 ans minimum).

Donc vérifie bien ton niveau d' étude, qui si je ne me trompe pas correspond à niveau III, dans ce cas tu peux demander une intégration au grade de second maitre.

Malheureusement je ne trouve pas le tableau indiquant l' age limite dans un grade.

Je t' invite à contacter l' APER dont tu dépend ils doivent pouvoir te donner l' age limite par rapport aux grades.

Voir aussi avec eux pour ton niveau et ta possibilité d' intégration à un grade supérieur ( officier ).

Il y a 8 heures, kormoran a dit :

J'ai donc effectué mon service national et donc une formation militaire à Hourtin (ordre serré, tir, sport…) mais y a  t il une formation spécifique destinée aux réservistes ?

Pour toi, si tu intègre équipage ou officier marinier pas de formation mais pour officier il y a une petite formation à l' école navale :

Le stage de formation pour les officiers de réserve (FOR)

Le stage FOR est une formation initiale obligatoire pour les officiers qui intègrent directement la réserve opérationnelle ou citoyenne.Le but est de leur apporter une vision globale du fonctionnement de l'institution, une découverte du milieu maritime et militaire et sensibiliser les stagiaires aux problématiques de défense.

Cette formation ne s'adresse pas aux anciens officiers d'active de toutes armées et aux réservistes ayant déjà éffectués une préparation militaire supérieure mais aux réservistes issus directement de la société civile, ainsi que ceux nommés au premier grade d’officier selon les modalités fixées par la circulaire annuelle de la cellule PM3/RA.

But du stage : obtenir une vision globale du fonctionnement de l’institution et découverte du milieu maritime.

Durée : cinq jours à l’Ecole Navale à Lanvéoc Poulmic.

Titre attribué : mention « formation pour officier de réserve » (M FOR).

Les candidats souhaitant postuler à ce stage doivent se rapprocher de leur unité d'affectation afin de connaître les dates de sessions ainsi que les modalités d'inscription.

 

Il y a 8 heures, kormoran a dit :

• Au niveau de mon employeur, j'ai lu quelque part que mon contrat serait "suspendu". Que cela signifie t il précisément ? Est ce que, par exemple, les périodes de réserve me seraient déduites de mon salaire de fonctionnaire ? En clair, puis-je cumuler la solde de réserviste avec mon salaire de fonctionnaire ?

Comme répondu plus haut, en tant que fonctionnaire tu as le droit à cinq jours, au delà à négocier avec ton chef de service ( l' administration en elle meme est d' accord ) Durant ces absences autorisées tu ne perds ni salaire, ni rtt, ni vacances, ni primes... et la solde de la réserve n' est pas imposable.

 

Il y a 8 heures, kormoran a dit :

Dernière question : si examen médical il y a, quel type de SIGYCOP me serait nécessaire ?

Il y a effectivement une visite médicale périodique valable durant deux années.

Cette visite te rend apte à tenir un poste de réserviste opérationnel avec ou sans restrictions.

Il est clair que si ta visite comporte des restrictions au niveau sport et effort physique, tu ne pourras avoir qu' un emploi de bureau...

Pas de SIGYCOP donné.

 

Pour plus d' infos je te renvois sur le site de la réserve ( actuellement en travaux ) : https://www.reserve-operationnelle.ema.defense.gouv.fr/index.php/marine

En jouant avec les cartouches :

- Actu réserve

- La réserve

- Le réserviste

Tu pourras obtenir les divers renseignements.

 

Et je t' invite à prendre contacte avec l' APER le plus proche de chez toi ( voir dans " actu marine ", ils pourront te guider et répondre aux questions d' age et de grade...

En espérant que tu trouve une possibilité, tiens nous au courant.

 

Amitiés marine.

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous !

 

Merci pour toutes ces précisions !

Je vais effectivement faire les démarches pour intégrer la réserve opérationnelle. Mon niveau de diplôme est bien le niveau II (Licence - Bac +3) donc, a priori, je suis encore dans les clous jusqu'à mes 55 ans sur un grade d'officier.

J'ai juste une dernière question. J'envisage de postuler pour un emploi (chargé événementiel) dont la durée est fixée à 20 jours. Admettons que je sois accepté. Ces 20 jours: ils sont cumulés ou répartis toute au long d'une année ?

Et par ailleurs, une fois réserviste disons engagé sur un an, si j'ai effectué cette période de 20 jours en une seule fois cumulés, suis-je susceptible d'être rappelé pour d'autres périodes, sur des fonctions complètement différentes comme, par exemple, intervenant JDC à Dunkerque… pour 10 jours ?

 

Merci encore.

Kormoran

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Ces 20 jours sont bien souvent fractionnés sauf en cas de mission longue comme sentinelle par exemple.

Tant que le quota des 30 jours n'est pas atteint, l'armée peut t'appeler; après quid de l'employeur?

Link to comment
Share on other sites

Bouchon gras, je sais qu'on en a déjà parler sur un autre sujet, mais les 30 jours sont bien un dû, j'en ai eu la confirmation par un sergent-chef de mon régiment qui est au trésor public et agent territorial.

Mais attention il ne faut pas confondre ces 30 jours de congés pour servir dans la réserve avec les 5 jours que l'employeur ne peut refuser, en effet les 30 jours sont également rémunérés, mais ne sont en aucun cas imposés à l'employeur, cependant si votre employeur accepte vos activités de réserve que vous leur avez notifié en amont, ils doivent vous être décomptés de ces 30 jours. 

Bien préciser dans le code de la défense

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 1 heure, Zimex a dit :

Bouchon gras, je sais qu'on en a déjà parler sur un autre sujet, mais les 30 jours sont bien un dû, j'en ai eu la confirmation par un sergent-chef de mon régiment qui est au trésor public et agent territorial.

Mais attention il ne faut pas confondre ces 30 jours de congés pour servir dans la réserve avec les 5 jours que l'employeur ne peut refuser, en effet les 30 jours sont également rémunérés, mais ne sont en aucun cas imposés à l'employeur, cependant si votre employeur accepte vos activités de réserve que vous leur avez notifié en amont, ils doivent vous être décomptés de ces 30 jours. 

Bien préciser dans le code de la défense

Ce que tu dit n' est pas trés clair.

Il y a 1 heure, Zimex a dit :

les 30 jours sont bien un dû

 

Il y a 1 heure, Zimex a dit :

attention il ne faut pas confondre ces 30 jours de congés pour servir dans la réserve avec les 5 jours que l'employeur ne peut refuser

Donc il peut refuser !

Il y a 2 heures, Zimex a dit :

les 30 jours sont également rémunérés, mais ne sont en aucun cas imposés à l'employeur, cependant si votre employeur accepte vos activités de réserve que vous leur avez notifié en amont

Enfin pour ma pars j' ai quinze ans de réserve et treize ans d' administration et perso ce n' était pas du tout cuit.

Dans le même cas et dans le même établissement un collègue lieutenant colonel du service de santé et médecin légiste, criminologue en réserve pour la Gendarmerie, donc bien placé et il a le même discours.

Je connais également un garde champêtre, deux policiers municipaux, deux douaniers, un agent de la pénitentiaire... et tous on le même discours et certains obtienne moins !

Après j' ai aussi eu un collègue au trésor public, il effectuait 120 jours et plus, obtenait ses trente jours, travaillé durant les récupérations de l' Armée et consommé congés et RTT.

Chacun est à même de lire ces textes mais il n' est nullement marqué qu' il y avait OBLIGATION pour l' administration de libérer ses réservistes

Si ton administration te les offres sans problème et bien tant mieux pour toi.

 

Il y a 11 heures, kormoran a dit :

Et par ailleurs, une fois réserviste disons engagé sur un an, si j'ai effectué cette période de 20 jours en une seule fois cumulés, suis-je susceptible d'être rappelé pour d'autres périodes, sur des fonctions complètement différentes comme, par exemple, intervenant JDC à Dunkerque… pour 10 jours ?

 

Comme le précisé Fred ils peuvent être fractionnés ou non, tout dépend du programme.

Un exemple, un marin recevant un ESR de quinze jours pour accompagner les invités à Euronaval, fait ces quinze jours d' affilé.

Tu ne pourras être convoqué pour d' autres périodes que si ton autorité fait un avenant à ton ESR.

Si ton ESR dure vingt jours et qu' il est notifié dessus qu' il s' étant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2017, pour pouvoir avoir une autre activité une fois tes vingt jours effectués et non prolongés, il te faudra rompre cette ESR pour en obtenir un nouveau.

Si je ne suis pas clair dis le moi je ressaierai de te donner un autre exemple.

Link to comment
Share on other sites

En effet ils n'ont aucune obligation de te libérer, ce qui au final revient à poser sur tes congés perso... Mais dans le cas où ils acceptent de libérer leurs agents sur leur période de travail, ils sont censés décomptés tes journées de ce "compte" de 30 jours, mais en application on sait très bien que cela dépend, de ton administration et aussi de ton poste, en gros j'ai compris que la nécessite de service était régulièrement invoquée pour refuser les "congés de réserves".

Donc en effet sur ces fameux 30 jours ils n'ont aucune obligation de te libérer.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Zimex a dit :

Mais dans le cas où ils acceptent de libérer leurs agents sur leur période de travail, ils sont censés décomptés tes journées de ce "compte" de 30 jours"

Bonjour,

 

Je ne comprends pas ce que veux tu dire par là ?

Tu signifies que mon employeur peut puiser ces 30 jours de réserve dans mes jours de congés… ou bien qu'il peut décompter, dans ma rémunération, 30 jours de travail ?

 

Merci à toi.

Link to comment
Share on other sites

Exemple (je précise que cela reste de la théorie, en pratique cela est bien différent, comme l'a précisé bouchon-gras..) : Vous partez sur une mission de 15 jours, vous l'avez notifié à votre employeur, il ne vous à pas refuser cette période, vous n'avez pas à poser 15 jours sur vos congés payés, mais votre employeur doit déduire ces 15 jours de ce droit aux 30 jours spécifique à la fonction publique. Durant lesquelles vous gardez votre paye de fonctionnaire.

Dans le privée pour la même situation, il faudra soit poser des congés sans soldes, soit prendre sur ses congés payés.

En gros tu a par exemple 30 jours de congés payés + théoriquement 30 jours de congés pour servir dans la réserve, sous réserve que ton employeur accepte.

Dans la pratique il semblerait que cette loi ne soit pas vraiment appliquée partout. Donc cela reste à voir avec ton employeur/chef de service/responsable RH

Link to comment
Share on other sites

Merci pour cette réponse détaillée !

La semaine prochaine, je vais sans doute aller au Fort de Vincennes, à l' APER de Paris, car d'autres questions me viennent… par exemple, je ne comprends pas trop comment s'articule et se concrétise l'entrée dans la réserve…
En effet, je ne sais pas par exemple si on commence par signer son engagement et la Marine ensuite trouve le poste en adéquation avec mon profil. Ou bien, au contraire, si mon engagement n'est signé que si je trouve le poste qui me corresponde dans la Marine.
Bref, qui s'adapte : c'est moi ou c'est la Marine…?

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonsoir,

Zimex, un jour tu dis une chose :

Le 08/02/2017 à 18:21, Zimex a dit :

je sais qu'on en a déjà parler sur un autre sujet, mais les 30 jours sont bien un dû, j'en ai eu la confirmation par un sergent-chef de mon régiment qui est au trésor public et agent territorial.

Et le lendemain le contraire :

Il y a 20 heures, Zimex a dit :

En effet ils n'ont aucune obligation de te libérer, ce qui au final revient à poser sur tes congés perso... Mais dans le cas où ils acceptent de libérer leurs agents sur leur période de travail, ils sont censés décomptés tes journées de ce "compte" de 30 jours, mais en application on sait très bien que cela dépend, de ton administration et aussi de ton poste

 

La réalité, je la répète : pour le secteur publique l' État a établis un décret permettant aux  administrations de libérer leurs agents réservistes en les mettant en position de congé exceptionnel. Ce congé pouvant être de 30 jours maximum sans perte de salaire, de rtt, de primes et autres avantages.

Pour ceci, il suffit de remplir une demande de congé exceptionnel en précisant la nature et en y joignant ( la copie ) de la convocation, deux mois ( réglementairement ) avant la dite période.

Cette demande remontera la hiérarchie jusqu' au chef de service qui donnera ou non son accord. Si il y a refus, il a quinze jours pour le faire, par écrit en donnant les raisons.

Dans la pratique tu iras voir tes responsables et ton chef de service ou son adjoint bien avant ( par correction ) pour expliquer ta démarche et négocier avec lui. Suivant ce qu' il t' accordera tu établira un plan de ces dites période avec ton chef direct et tu n' auras plus qu' à faire les demandes avec la convoc.

C' est comme ça que j' ai fait maintenant tout les ans je pose mes seize jours accordés et mes congés.

Ensuite l' administration peut accorder plus de trente jours d' absence mais tu n' auras pas la garantie de retrouver ton poste au retour ( c' est surtout valable pour les réservistes qui partent en OPEX )

( je te laisse lire et décortiquer le décret ;) )

 

Il y a 5 heures, kormoran a dit :

je ne comprends pas trop comment s'articule et se concrétise l'entrée dans la réserve…
En effet, je ne sais pas par exemple si on commence par signer son engagement et la Marine ensuite trouve le poste en adéquation avec mon profil. Ou bien, au contraire, si mon engagement n'est signé que si je trouve le poste qui me corresponde dans la Marine.
Bref, qui s'adapte : c'est moi ou c'est la Marine…?

Tu dois tout d' abord formuler ta candidature à l' APER.

Tu auras certainement un entretien, puis une visite médicale ( si tu es accepter ) puis tu signeras un ESR pour effectuer la formation officier.

A l' issus tu devras attendre que ta nomination au premier grade d' officier paraisse au bulletin officiel, pour pouvoir ensuite postuler à un poste.

( L' APER sera plus à mee de te donner la ligne à suivre mais en gros c' est ça ).

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
il y a 13 minutes, kormoran a dit :

Allez dernière question et après je vous embête plus !

On partage avec plaisir. :)

il y a 14 minutes, kormoran a dit :

Je suis civil mais j'ai effectué mon service national alors Je m'adresse à l'APER  ou au CIRFA ?

A l' APER, tu as un passé marine, tu as un matricule marine, tu es connu de la Marine.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Re bonjour à tous,

Je reviens vers vous pour donner des nouvelles…

Bah, en l'occurrence, pour l'instant : mer d'huile, calme plat : aucune réponse de la part de l'autorité militaire si ce n'est le "on vous rappelera…" d'usage en réponse automatique…

En effet, après deux tentatives, sur deux postes différents proposés par l'APER Paris, je n'ai eu aucune réponse quelle qu'elle soit. Cela m'étonne un chouillat. Je dois être trop vieux sans doute. M'enfin, une réponse, même négative, c'est la moindre des choses je trouve.

Enfin bref, je ferai sans doute une dernière tentative le mois prochain. Et si la Royale ne veut toujours pas de moi. Je lui fouterai la paix. Je vous tiendrai au courant.

@+

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 2 heures, kormoran a dit :

M'enfin, une réponse, même négative, c'est la moindre des choses je trouve.

Oui c'est le mal de notre époque. Nous sommes capables d'éditer des réponses automatiques type "on vous rappellera". 

il serait facilement envisageable de faire de même pour une réponse négative. 

je pense en effet que les armées encaissent une grosse déperdition de volontaires et de talents, par cette attitude. C'est désolant.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

C'est vrai que les armées se privent de personnels qualifiés déjà formés.

Je prends mon cas, début de retraite en décembre 12, janvier 13 je prends contact avec la cellule réserve de la place de Toulouse en leur laissant toutes mes coordonnées, à ce jour aucun appel.

Il a fallu qu'une connaissance à Paris me contacte pour savoir si j'étais disponible cet été pour tout le mois d'aout ...

Ou est l'erreur?

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Je pense que le problème est que depuis les appels de notre Présidents à la mobilisation des réservistes, beaucoup de monde ce sont présenté par élan patriotique ( eh oui ça existe encore et c' est tant mieux ), au point que CIRFA, APER, les régiments et les unités sont submergés.

D' abord parce-que aucun moyen supplémentaire n' a été mis en place pour gérer cette situation qui d' ailleurs est bien supérieur à ce que s' imaginaient certainement ceux qui ont lancé ce projet.

On peut reprocher le fait que contrairement à la logique, le projet n' a pas été étudié, ni préparé, ce qui aurait permis de mettre des moyens à disposition de ces organismes, unités... afin de gérer, accueillir, répartir ce vivier, cette magne, cette force et surtout savoir le répartir rapidement.

Au contraire, au mieux ça traine, au pire il n' y a pas de réponse, le volontaire est abandonné et fini par laissé tomber !

Ensuite il aurait fallu attribuer du budget supplémentaire aux unités employeuses, car avoir cent volontaires si il n' y a que six postes, ça ne sert pas à grand chose.

Il faut aussi être réaliste, même si ça ne fait pas plaisir. Le profil recherché serait plutôt des " jeunes ", des hommes du rang, des équipages, des jeunes sous officiers ou officiers mariniers. Car les Armées ont besoins de patrouilleurs, de factionnaires...( Vigipirate, Sentinelle, Cuirasse ). Il suffit d' ailleurs de regarder les tranches d' ages visées par la Garde Nationale.

Les cadres ( sous officiers et officiers mariniers supérieurs ) ils les ont déjà, soit des personnels qui quittent l' active en étant déjà recrutésB), soit des réservistes qui ont progressé au fil du temps et des années, qui connaissent bien l' emploi.

Pour les officiers subalternes le cas est un peu différent suivant les Armées, dans l' Armée de terre un lieutenant et ou un capitaine commande une compagnie ( après il n' y en a pas plus de deux par compagnie, le chef et l' adjoint ). Dans la Marine, que fait un jeune enseigne de vaisseau ou un lieutenant de vaisseau issu de la réserve ( grâce à ses diplômes civils ), chef ou adjoint de PMM, quelques postes de communication, de traducteur... ( ce que l' APER dénomme de l' INDIF ( spécialité indifférente ). Après si on tape sur de la spé, fusilier, ingénieur machine, navigateur... ça ne s' adresse qu' à des officiers issus de l' active, avec un " vrai " passé de marin.

Le " problème " ( si on peut dire ça comme ça ) actuel est que nombre de jeunes arrivant en réserve font valider leurs diplômes ( je ne suis aucunement contre mais... ), donc on se retrouve avec un certain nombre de jeunes second maitre totalement inadaptés ( tout comme les jeunes enseignes ), car contrairement à l' Armée de terre où pour être sergent il faut obligatoirement valider une formation à St maixent, dans la Marine certains jeunes intègrent en direct ( sans aucune formation, même de base, sauf les officiers qui ont un stage à l' école navale. ) Et comme on est à une époque où les jeunes font des études...

La réserve a évoluée, elle est passée ( en 2000 ) d' une réserve obligatoire suite à la conscription à une réserve ( professionnelle ) de volontaire suite à la professionnalisation de l' Armée d' active, les réservistes étant issu de l' active puis du milieu civil. Mais nos dirigeant ont juste oubliés que les réservistes issus du civil n' étaient pas directement employable mais qu' ils fallait les former.

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bonjour,

 

De retour pour donner des nouvelles…

Bon ben, manifestement, je n'intéresse pas la réserve Marine. J'ai postulé sur différents postes sur l'APER de Paris depuis le mois de février, sans résultat. Ma dernière tentative date de la semaine dernière, mais j'ai peu d'espoir.

Manifestement, mon profil ne correspond pas ou plus aux besoins de la réserve : je pense que je dois être "trop vieux" (52 ans) même si j'y ai théoriquement accès jusqu'à mes 55 ans sur un grade d'officier. Bref, je vais arrêter de m'échiner. Pour ce qui me concerne, la réserve ne me sera pas indispensable, même si j'aurai pu lui être utile !

Bon vent, bonne mer !:matelot:

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour Kormoran,

Merci de nous donner de tes nouvelles.

Petite question, as tu appelé l' APER ?

Un contact téléphonique ( ou une rencontre physique pour celui qui peut ) est souvent mieux que de postuler directement via le site.

Il y a 10 heures, kormoran a dit :

Pour ce qui me concerne, la réserve ne me sera pas indispensable, même si j'aurai pu lui être utile !

C' est toujours un peu dommage, après il faut être réaliste entre ce qui est " vendu " et la réalité il y a bien souvent une large différence.

La réserve cherche surtout des " jeunes " des matelots, quartiers maitres...seconds maitres ( maintenant les jeunes sont vite second maitre vu leurs parcours scolaire ).

Il y a 10 heures, kormoran a dit :

Bon vent, bonne mer !:matelot:

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Bouchon Gras,

Oui, initialement, j'ai appelé l'APER.
Je suis tombé d'ailleurs sur une jeune fille très agréable qui m'a donné toutes les infos. Cela dit, elle ne m'a pas dit autre chose que de consulter les lettres d'infos des différentes APER et de postuler directement par mail. Ce que j'ai fait.

Un poste au CESM m'intéressait beaucoup et pour lequel j'étais parfaitement calibré. Il est resté "dispo" deux mois, mais au final cela n'a pas fonctionné.

Tant pis, je vais navigué sous d'autres latitudes ;-)

 

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Notre nouveau ministre des Armées Sébastien Lecornu il est lieutenant de réserve à la gendarmerie nationale... Formation universitaire : Etudes de droit à l’Université Paris 2 Panthéon Assas Mandats électoraux : Elu en 2014 maire de Vernon (Eure) Elu en 2015 président du Conseil départemental de l’Eure. Fonctions gouvernementales : Conseiller du Secrétaire d’État aux Affaires européennes puis du ministre de l’Agriculture (2008-2012) Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire (21 juin 2017-16 octobre 2018) Sébastien Lecornu est lieutenant de réserve dans la Gendarmerie nationale. (Source : Militaires'Actu)

    Pascalou69

    Posted

    Bonjour   un grand merci pour cette  réponse si précise et documentée. je vais continuer mes recherches dans les archives militaires et vous tiens au courant des résultats à venir. Cordialement  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Dans la Marine nous utilisons le fusil à pompe (fap) Valtro, avec comme munitions de la gomme cogne (non létal au delà de 5 m) le plomb et la breneck (utiliser pour la chasse aux sangliers).

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Nous apprenons avec tristesse la disparition d'Ernest J. "Ernie" Lamson, parachutiste américain du 508th Infantry Regiment. Gravement blessé pendant un saut d'entraînement, il avait loupé le D-DAY et avait été déployé tardivement sur le front. Il venait d'avoir 100 ans. Né le 28 mars 1922, et ayant grandi dans la région de St. Paul, Ernie s'est engagé après le lycée dans le 508th Infantry Regiment, une unité qui appartient alors à la 82nd Airborne Division, l'une des deux divisions américaines parachutées au-dessus de la Normandie en juin 1944. Ernie achève sa formation de parachutiste en 1943 mais en aout de la même année, lors d'un saut d'entrainement, il loupe son atterrissage et se casse les deux jambes lors de l'impact. Sa blessure est grave mais elle va l'être encore plus : au moment de le charger sur la civière, l'une des poignées casse et va lui transpercer l'un de ses poumons. Il est envoyé dans un hôpital militaire en urgence, où il va rester de longs mois. En raison de cette blessure, il va manquer le D-DAY et les opérations de parachutage. S'il reconnait que cette blessure lui a sûrement sauvé la vie au final, Ernie s'en voudra de ne pas avoir sauté avec ses camarades. Il va rester dans l'armée jusqu'en 1946, avant de finalement quitter l'uniforme. Ernie est par la suite devenu comptable et a travaillé pour la firme Blue Cross/Blue Shield. Il attribue à sa pratique hebdomadaire du golf et à ses autres habitudes de vie saines le fait d'être en forme, en bonne santé et d'avoir des contacts sociaux. En 1984, Lamson a assisté aux réunions d'anciens combattants du 508th Infantry Regiment Omaha, Nebraska. Par la suite, il a servi en tant que président et trésorier pendant plusieurs années pour honorer la mémoire de la 82e Airborne. Et en 2014, Ernie Lamson est retourné aux Pays-Bas, dans la forêt de Hürtgen et dans la forêt des Ardennes avec la fondation The Greatest Generations (Source : The Greatest Generations Foundation / Passionmilitaria)     Une grande résistante vient de nous quitter jeudi matin, Madame Colette Lacroix, à l’âge de 98 ans à son domicile de La Garde. Née le 17 février 1924 à Bourg-en-Bresse, Colette Lacroix est lycéenne en 1940 quand son père, mobilisé, est fait prisonnier. Ne supportant pas l’occupation qui commence et ayant entendu l’appel général de Gaulle à la radio, Colette qui n’a alors que 16 ans, décide aussitôt de rallier Londres. Avec quatre camarades, elle tente en avril 1941 de s’embarquer à Collioure dans un navire à destination de l’Angleterre mais, les cinq étudiants sont dénoncés et arrêtés. En raison de son jeune âge, Colette est rapidement relâchée. Elle intègre alors le mouvement « Libération » à Bourg-en-Bresse aux côtés de Paul Pioda, grande figure de la résistance à Bourg et voisin de sa famille, et forme son propre groupe de résistance au sein de son lycée, distribuant des tracts, des journaux clandestins ou des photos du général de Gaulle. Elle intègre également le groupe « Combat » à Lyon pour lequel elle réalise de faux papiers en imitant la signature d’un commissaire de police. En avril 1942, elle s’installe à Nantua dans l’Ain. Elle y rencontre son futur mari Henri Gauthier alias Jag, membre du réseau Pimento du SOE britannique et dirigé par le major Anthony Brooks dit Alphonse. Colette Lacroix rejoint le réseau et effectue des missions de repérage de terrains de parachutages ou de futurs maquis, réception de parachutages ou d’instructeurs alliés, transport de matériels (explosifs, postes émetteurs…) sur Grenoble, Toulouse, Montauban, missions d’espionnage à Lyon etc. Parmi ses contacts figure André Moch, membre comme elle du réseau Pimento à Grenoble et fils de Jules Moch (futur ministre de l’Intérieur en novembre 1947) qui sera tué par la Milice en avril 1944. En 1943, elle est agent de liaison et de renseignement pour les maquis de l’Ain. Colette Lacroix accouche un an plus tard à Montauban mais repart ensuite rapidement en mission, cachant ses messages ou un poste émetteur sous les langes du bébé et participant à des sabotages comme des ponts sur le Suran. Elle manque de peu d’être arrêté lorsque, interpellée à la gare Montauban par des soldats de la division SS Das Reich, on fouille sa valise et le berceau de son bébé, heureusement sans trouver le poste. Un autre jour, sa poupée noire qui lui sert à dissimuler des messages est saisie par un officier allemand mais la laideur de la poupée ne l’incite pas à des recherches plus approfondies. Quelques jours avant le débarquement de Provence du 15 août 1944, elle est chargée d’occuper Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon et assassin de Jean Moulin, dans un train entre Lyon et Sète où les Allemands soupçonnent l’imminence d’un débarquement allié. La voie ferrée devait être sabotée par les résistants afin de l’arrêter. Le sabotage est finalement annulé au dernier moment et Colette fait tout le voyage en compagnie de Klaus Barbie. Arrivés à Sète, le train s'arrête six heures puis repart à Lyon où ce dernier l’invite au restaurant. Prétextant d’aller aux toilettes, Colette se sauve à toutes jambes. Après la libération, alors qu’elle est lieutenant des Forces Féminines, elle est démobilisée en septembre 1944, épuisée par plus de quatre ans de combat clandestin, après avoir refusée la citoyenneté anglaise que lui proposait le gouvernement britannique. En 2014, elle participe à un colloque au Sénat sur les femmes dans la Résistance, témoignant ainsi sur son engagement. (Source : Mémorial du débarquement et de la libération de Provence)       Le Musée du Débarquement d'Arromanches vient d'annoncer la disparition de Lewis Trinder, vétéran de la Royal Navy, décédé aujourd’hui à l’âge de 98 ans. Il s'était rendu en France à plusieurs reprises pour les commémorations du D-DAY, notamment lors du 75e anniversaire. Adieu Lewis Lewis rejoint la Royal Navy à l'âge de 18 ans. Il sert sur le HMS Magpie, un sloop britannique qui escorte le débarquement amphibie des alliés en Normandie le 6 juin 1944. Il participe également lors de l’Opération Pluto, comme escorte aux remorqueurs chargés de déployer l’oléoduc entre l’Île de Wight et les côtes françaises (afin d'approvisionner en carburant le front en France). Lewis Trinder venait plusieurs fois par an à Arromanches. La dernière fois, ce fut au moment des commémorations du 75ème anniversaire du débarquement. Il disait : « Arromanches est comme une seconde maison pour moi. J’ai plus d’amis ici que n’importe où ailleurs dans le monde ».

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, A la rencontre du Lieutenant Bradley pilote. source ... https://rh-terre.defense.gouv.fr/actualites/item/986-alarencontre-du-lieutenant-bradley-pilote-gazelle-au-4e-regiment-d-helicopteres-de-forces-speciales-4e-rhfs
×
×
  • Create New...