Jump to content

2017 : Féminisation des équipages de sous-marins français


retex

Féminisation des équipages  

10 members have voted

  1. 1. Une femme dans un sous-marin ? Vous dites

    • Oui, aux journées du patrimoine uniquement
      4
    • Oui, quand il y en a une, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes...
      1
    • Oui, un équipage mixte c'est bien
      5


Recommended Posts

Question écrite n° 00951 de Mme Maryvonne Blondin (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 19/07/2012 - page 1619

Mme Maryvonne Blondin attire l'attention de M. le ministre de la défense sur l'emploi des femmes à bord des sous-marins français.

En 1995, la marine royale norvégienne devient la première marine au monde à intégrer une femme commandant de sous-marins. Après la marine américaine, la Royal Navy britannique a décidé d'ouvrir ses submersibles au recrutement féminin. Ainsi fin 2013, une première femme sera intégrée à l'équipage d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins. Les bâtiments seront ainsi modifiés pour disposer de locaux de vie (postes et sanitaires) réservés aux femmes. Une cohabitation avec des hommes, dans ces espaces très restreints, pour des missions de plusieurs mois est donc possible. Un progrès notable dans l'égalité des sexes.

Le coût d'aménagement des bâtiments était jusqu'ici évoqué pour justifier l'interdiction des femmes ainsi que des raisons médicales comme les dangers pour les femmes de la forte présence de dioxyde de carbone dans l'atmosphère des sous-marins. Mais aujourd'hui les navires submersibles les plus importants ont déjà plusieurs salles de bain, permettant un usage non mixte, et des dortoirs qui peuvent être isolés. De plus, la raison médicale a été écartée par de récentes études.

Le caractère strictement masculin des équipages est donc remis en cause chez nos partenaires. Or, le seul corps de l'armée française qui n'accepte toujours pas les femmes est celui des sous-mariniers. Si la Marine nationale travaille sur le sujet, ses sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) du type Barracuda, dont la livraison interviendra à partir de 2017, étant conçus pour embarquer du personnel féminin, le recrutement de femmes sous-mariniers n'est pas à l'ordre du jour.

Elle lui demande donc de bien vouloir lui indiquer, avec plus de précisions quant au calendrier adopté et à la campagne de recrutement envisagée, les ambitions de la France dans ce mouvement de féminisation des équipages des sous-marins et de l'égalité professionnelle des hommes et des femmes.

Réponse du Ministère de la défense

publiée dans le JO Sénat du 23/08/2012 - page 1877

La marine nationale a poursuivi, depuis 1993, une politique d'ouverture au personnel féminin qui porte aujourd'hui ses fruits. En effet, avec 46 bâtiments de surface à équipage mixte, les femmes sont présentes dans tous les grades, de matelot à officiers supérieurs, et y occupent des postes variés, y compris celui de commandant de bâtiment de combat ou de flottille d'hélicoptères. La marine leur offre des perspectives de carrières identiques aux hommes dans la plupart des filières et cette année, une femme va être nommée contre-amirale à compter du 1er septembre, après une carrière opérationnelle notamment marquée par deux commandements à la mer. À bord des sous-marins, la question de la mixité soulève en revanche quelques interrogations liées aux conditions de promiscuité particulières à ce type de bâtiment, pendant des patrouilles longues. Par ailleurs, les générations actuelles de sous-marins n'ont pas été conçues et aménagées pour accueillir dans un espace très restreint un équipage mixte dans des conditions décentes. Pour autant, consciente des évolutions ultérieures possibles, la marine nationale a souhaité que la possibilité d'introduire la mixité soit prévue dans la conception de ses futurs sous-marins. Ainsi, la nouvelle génération de sous-marins nucléaires d'attaque de la classe Barracuda, dont les premiers bâtiments seront livrés à partir de 2017, disposera d'infrastructures adaptées à l'embarquement de femmes. En attendant, la marine nationale française poursuit ses travaux d'analyse et de faisabilité en prenant en compte la mise en œuvre des politiques conduites par certaines autres marines en matière d'accueil du personnel féminin à bord des sous-marins, notamment celle du Royaume-Uni.

Source : http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ120700951

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

J'aime bien les réponses qui reprennent les arguments des questions posées...trop fort ces politiciens!

Les Sous Marins ne sont pas les seuls dans ce cas: la Légion n'intègre toujours pas de femmes non plus.

Personnellement, ça m'est indifférent (y a pas ce type de réponse dans le sondage ) tant que chacun fasse son travail.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Oui, il faut juste imaginer une mission de 70 jours, un équipage d' une centaine d' homme, avec quelques femmes au milieu !

Ça me rappelle : ( je ne voudrais pas jouer Higgins, dans le célèbre Magnum ) un collègue partit pour plus de six mois aux Kerguelen.

A l' appareillage, il y avait une femme à bord, la réflexion générale était ; " Pas terrible, quelle b....... ", au bout de trois mois ; " Elle a maigrit... ", au bout de cinq mois ; " Elle est pas si mal que ça... " et arrivé à six mois ; tout les gars étaient amoureux ! :wub:

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Oui, il faut juste imaginer une mission de 70 jours, un équipage d' une centaine d' homme, avec quelques femmes au milieu !

ben wi, 70 jours c'est un plus de 2 mois! ^_^

pensées aux épouses de militaires qui se demandent comment leurs maris gèrent le quotidien!

et d'autres métiers sont bien concernés pareillement dans ces contingences! :)

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Question écrite n° 00951 de Mme Maryvonne Blondin (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 19/07/2012 - page 1619

Mme Maryvonne Blondin attire l'attention de M. le ministre de la défense sur l'emploi des femmes à bord des sous-marins français.

En 1995, la marine royale norvégienne devient la première marine au monde à intégrer une femme commandant de sous-marins. Après la marine américaine, la Royal Navy britannique a décidé d'ouvrir ses submersibles au recrutement féminin. Ainsi fin 2013, une première femme sera intégrée à l'équipage d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins. Les bâtiments seront ainsi modifiés pour disposer de locaux de vie (postes et sanitaires) réservés aux femmes. Une cohabitation avec des hommes, dans ces espaces très restreints, pour des missions de plusieurs mois est donc possible. Un progrès notable dans l'égalité des sexes.

Le coût d'aménagement des bâtiments était jusqu'ici évoqué pour justifier l'interdiction des femmes ainsi que des raisons médicales comme les dangers pour les femmes de la forte présence de dioxyde de carbone dans l'atmosphère des sous-marins. Mais aujourd'hui les navires submersibles les plus importants ont déjà plusieurs salles de bain, permettant un usage non mixte, et des dortoirs qui peuvent être isolés. De plus, la raison médicale a été écartée par de récentes études.

Le caractère strictement masculin des équipages est donc remis en cause chez nos partenaires. Or, le seul corps de l'armée française qui n'accepte toujours pas les femmes est celui des sous-mariniers. Si la Marine nationale travaille sur le sujet, ses sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) du type Barracuda, dont la livraison interviendra à partir de 2017, étant conçus pour embarquer du personnel féminin, le recrutement de femmes sous-mariniers n'est pas à l'ordre du jour.

Elle lui demande donc de bien vouloir lui indiquer, avec plus de précisions quant au calendrier adopté et à la campagne de recrutement envisagée, les ambitions de la France dans ce mouvement de féminisation des équipages des sous-marins et de l'égalité professionnelle des hommes et des femmes.

Réponse du Ministère de la défense

publiée dans le JO Sénat du 23/08/2012 - page 1877

La marine nationale a poursuivi, depuis 1993, une politique d'ouverture au personnel féminin qui porte aujourd'hui ses fruits. En effet, avec 46 bâtiments de surface à équipage mixte, les femmes sont présentes dans tous les grades, de matelot à officiers supérieurs, et y occupent des postes variés, y compris celui de commandant de bâtiment de combat ou de flottille d'hélicoptères. La marine leur offre des perspectives de carrières identiques aux hommes dans la plupart des filières et cette année, une femme va être nommée contre-amirale à compter du 1er septembre, après une carrière opérationnelle notamment marquée par deux commandements à la mer. À bord des sous-marins, la question de la mixité soulève en revanche quelques interrogations liées aux conditions de promiscuité particulières à ce type de bâtiment, pendant des patrouilles longues. Par ailleurs, les générations actuelles de sous-marins n'ont pas été conçues et aménagées pour accueillir dans un espace très restreint un équipage mixte dans des conditions décentes. Pour autant, consciente des évolutions ultérieures possibles, la marine nationale a souhaité que la possibilité d'introduire la mixité soit prévue dans la conception de ses futurs sous-marins. Ainsi, la nouvelle génération de sous-marins nucléaires d'attaque de la classe Barracuda, dont les premiers bâtiments seront livrés à partir de 2017, disposera d'infrastructures adaptées à l'embarquement de femmes. En attendant, la marine nationale française poursuit ses travaux d'analyse et de faisabilité en prenant en compte la mise en œuvre des politiques conduites par certaines autres marines en matière d'accueil du personnel féminin à bord des sous-marins, notamment celle du Royaume-Uni.

Source : http://www.senat.fr/...d=qSEQ120700951

ça c'est la classe! :D

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

@ Bouchon-Gras 49

Ça me rappelle : ( je ne voudrais pas jouer Higgins, dans le célèbre Magnum ) un collègue partit pour plus de six mois aux Kerguelen.

A l' appareillage, il y avait une femme à bord, la réflexion générale était ; " Pas terrible, quelle b....... ", au bout de trois mois ; " Elle a maigrit... ", au bout de cinq mois ; " Elle est pas si mal que ça... " et arrivé à six mois ; tout les gars étaient amoureux !

Cela me rappelle Mururoa !

Séjour Pacifique normalement de 4 mois mais en tant que responsable, je faisais 6 mois, avec détente à Papeete (pour moi) au bout de 4 mois au lieu de 2 mois (pour moins de longueur pour le restant à terminer) !

La pauvre hôtesse de l'Air du DC6 (Papeete - Faaa / Mururoa) n'aurait pas casser 3 pattes à un canard ! (J'ai honte de ce que j'écris !)

Au bout de 4 mois d'atoll sans femmes, elle était une déesse (tout le monde avait cette opinion !).

Alors, la descente à Tahiti avec le parfum enivrant des fleurs et les minijupes des petites Chinoises, c'était l'ivresse !

Le célèbre Quins avec ses bières Hinano et Manouia faisait le plein !

Janmary

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

(...)

La pauvre hôtesse de l'Air du DC6 (Papeete - Faaa / Mururoa) n'aurait pas casser 3 pattes à un canard ! (J'ai honte de ce que j'écris !)

(...)

Pendemonium, sort de ce corps !!!!!!

The%2BRite.jpg

Link to comment
Share on other sites

:vertrire: Les anecdotes à Papeete, les iles Kerguelen... décors de rêve... personne ne veut parler de Djibouti ?

Parce que justement dans son livre Lieutenante : Etre femme dans l'armée française, Marine Baron dresse un tableau noir de marins lubriques amoureux basé sur son expérience à Djibouti...

Perso je pense que c'est le propre des milieux "homogènes", quand il n'y a que des garçons ou que des filles... et qu'un peu plus de mixité pourrait être une solution (s'habituer à l'autre)

J'aime bien les réponses qui reprennent les arguments des questions posées...trop fort ces politiciens!

Oui radoter pour épaissir la réponse. C'est une constante en politique.

Link to comment
Share on other sites

:vertrire: Les anecdotes à Papeete, les iles Kerguelen... décors de rêve... personne ne veut parler de Djibouti ?

Pourtant il y a possibilité de changer d'air, parce que tout ces exemples sont à l'air libre...

Qu'en pense les biochimistes...

Je souhaiterai également bon courage aux RH qui ont déjà du mal à gérer les spé deficitaires dans des micro-flux et qui en plus devront gérer le plan de couchage (qui sait peut-être qu'il y aura un afflux de sang neuf)

Link to comment
Share on other sites

Belle , par courtoisie pour vous même, je viens de ne pas publier un commentaire très très marrant mais pas vraiment élégant.

Je voulais que vous le sachiez.

(par contre j'ai répondu au sondage! Je suis pas parfait)

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Belle , par courtoisie pour vous même, je viens de ne pas publier un commentaire très très marrant mais pas vraiment élégant.

Je voulais que vous le sachiez.

(par contre j'ai répondu au sondage! Je suis pas parfait)

ah mais allez y, publiez, Magellan, sans égard particulier! :qu'est ce qu'on se marre:

tant pi pour l'élégance, vive l'humour!

suis trop impatiente maintenant de lire ce commentaire très très marrant!

Link to comment
Share on other sites

L'année dernière, j'ai assisté à une conférence sur le SNLE FMOD (futur moyen océanique de dissuasion) par les ingénieurs de conception, la question a bien évidemment était posée.

Réponse: Pas de demande particulière concernant l'évolution societale (très politiquement correct) dans le cahier des charges. A priori, cela n'est même pas à l'ordre du jour des futurs SNLE (2025)

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Toujours la même question, oui !

La même réponse, c' est pas sur, car si le MINDEF, prévoit des aménagement mixte sur les futurs sous marins, c' est qu' ils ont déjà réfléchie, voir pris une décision !

C' est certainement une question de temps ! ;)

Link to comment
Share on other sites

Comme m'a toujours dit mon vieux : rien ne vaut l'expérience !

Alors allons-y ! Expérimentons ! Il n'y a qu'après cela que nous pourrons juger. Personnelement, ça m'est indifférent mais que le boulot soit fait correctement et que le sous-marin atteigne bon port !

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

bouchon gras, vu le temps entren le cahier des charges et la fin de vie, mieux vaut anticiper toute possibilité. Ce n'est pas car c'est féminisable que ce sera féminisé ;). Et inversement, on a vu des navires non féminisable féminisé un peu "à l'arrache".

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Oui mais féminiser un sous marin, qui n' est pas prévue à la base, il y aura du boulot !

Ce n' est pas la même conception que les bateaux gris et c' est plus dure exclure un quartier, dit féminin.

Pour Titan, ce n' est pas le travail en lui même le problème, une fille est aussi compétence qu' un gars, c' est l' ambiance qui découle de leurs présences !

Mettre des femmes, quelque soit le nombre, dans un milieu d' homme et en plus dans un lieu clos et pour des durées relativement longue, cela fait " pot de miel ", pour imager la situation et c' est là, qu' il y a risque pour le sérieux du travail et l' accomplissement de la mission !

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Oui mais féminiser un sous marin, qui n' est pas prévue à la base, il y aura du boulot !

Ce n' est pas la même conception que les bateaux gris et c' est plus dure exclure un quartier, dit féminin.

Pour Titan, ce n' est pas le travail en lui même le problème, une fille est aussi compétence qu' un gars, c' est l' ambiance qui découle de leurs présences !

Mettre des femmes, quelque soit le nombre, dans un milieu d' homme et en plus dans un lieu clos et pour des durées relativement longue, cela fait " pot de miel ", pour imager la situation et c' est là, qu' il y a risque pour le sérieux du travail et l' accomplissement de la mission !

j'adooore .... :air_kiss::man_in_love:

à croire qu'une femme dans un mileu masculin :slip: et que c'est :smiley_193:

:smiley_200:

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Oui, Belle, c' est du vécu !!!

Tout d' abord, je tiens à affirmer ou à confirmer, que je n' ai riens contre les femmes dans la Marine et l' Armée en général ( Ma mère était dans le génie dans les années 60 et ma compagne dans la Marine, c' était une " marinette ". )

Lorsque je suis rentré dans la Marine ( dans les années 90 ), il y avait quelques spécimens féminin, que l' on appelait familièrement ; " marinettes ", ce personnel était exclusivement affecté à terre, principalement dans des secrétariats divers, des centres de restaurations et de détentes...

Au sous marin, nous en avions une, à terre, secrétaire du commandant et à l' occasion vaguemestre. On l' apercevait, trottinant sur ses petits talons, guindé dans sa jupe, tricorne retenu sur son chignon, quand elle sortait de son bureau du 2eme étage, pour une quelconque course.

( Elle s' est mariée avec un second maitre du bord, puis à quittée la Marine. )

Puis j' ai étais affecté dans une unité composé de remorqueurs avec commandement, administratif, logistique basé à terre. Une " Miss " arriva, affectée comme secrétaire, seule, la première dans cette unité crée sous Louis XIV. Elle était ni belle, ni moche, ni agréable, ni désagréable ; " passe partout ", pour elle c' était le pantalon et chaussures basses. Elle était mariée avec un marin.

Elle avait pour habitude de faire des pauses cigarettes. Très rapidement, les OMS ( officiers mariniers supérieurs ), des bureaux même très éloignés se mirent tour à tour à venir faire des pauses avec elle !

l' ambiance à rapidement changé, il était difficile de pouvoir obtenir un renseignement, ou alors il fallait choisir le moment ( c' est à dire quand elle était pas là ! ). Puis des rumeurs on débutés, elle invitait des gradés et des collègues, quand son mari était de service. Sur base les réflexions dérapaient et un premier maitre est passait au rapport, avec rappel à l' ordre du commandant. La Miss a changé d' affectation et de région, suivant son mari !

Aujourd'hui, c' est un peu différent, les femmes naviguent et ne sont plus cantonnées à des spécialités " de bureaux ", ce ne sont plus des " marinettes " mais un matelot féminin, ou un maitre féminin. j' en côtoie dans tout mes postes de réserve et à tous les niveaux de la hiérarchie. La plus part d' entre elles sont en couple avec un collègue d' affectation !

Donc non, une femme parmi des hommes, dans un milieu restreint ce n' est pas " la fête du slip ", simplement tout le monde tourne autour, la drague de manière détourné et l' ambiance et le travail fini par s'en ressentir !

Imagine dans lieu clos, comme un sous marin, une mission ( SNLE ; 70 jours ) et une ou plusieurs femmes au milieu !

Et les rondes a effectuer, ou les vannes à actionner, qui ce trouvent dans leurs quartiers ! ( Bien sur sur les bâtiments de la flotte c' est comme ça ! mais l' équipage n' est pas enfermé autant de temps ! )

Voila, tu comprendra peut être mieux mon ressenti, pour cette affectation là ! :copine:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

l' ambiance à rapidement changé, il était difficile de pouvoir obtenir un renseignement, ou alors il fallait choisir le moment ( c' est à dire quand elle était pas là ! ). Puis des rumeurs on débutés, elle invitait des gradés et des collègues, quand son mari était de service. Sur base les réflexions dérapaient et un premier maitre est passait au rapport, avec rappel à l' ordre du commandant. La Miss a changé d' affectation et de région, suivant son mari !

Qu'est ce que tu veux dire "il était difficile de pouvoir obtenir un renseignement" ? quels genre de renseignement ? et je n'ai pas trop compris qu'est-ce que ça veut dire "inviter ses collègues" sur un bateau ? elle avait sa propre chambre ou bien inviter=fumer ensemble? donc à la fin c'est la miss qui a eut un rapport à l'ordre c'est ça ?

Plus généralement quel attitude adopter avec ses collègues de l'autre sexe pour éviter les rumeurs ? Quels genre de comportements peuvent être mal interprétés ?

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

retex,

Comme tu peux le voir sa dates de quelques dizaines d' années, " il était difficile d' obtenir un renseignement ", j' entend par le fait qu' elle était secrétaire au bureaux du personnel, dirigé par un maitre principal, subjugué par cette miss, donc très difficile en sa présence de pouvoir demander un renseignement sur les carrières, un certificat, etc ...( C' est difficile à expliquer, ce genre de tension, désolé ! )

Elle invitait certains de ses collègues chez elle ( bien sur c' est privé mais lorsque ça ce sait, ça devient un peu un combat de coqs ! ), elle était hors service ( elle ne faisait pas de service ). Elle fumait avec les OMS pendant ses pauses, au travail, au bout de la coursive ( comme un pot de miel attirerait des guêpes ), ceux qu' elle invitait, c' était pas pour fumer, suis je clair !

Elle n' a pas eu de rapport, elle c' est plainte auprès du commandant des remarques des certains OMS et plus particulièrement d' un PM, qui lui est passait au rapport ! ( Il avait était un peu plus loin que les autres sur des réflexions tendancieuses )

Elle a changé d" affectation, pour stopper les problèmes, à la suite du rapport fait au PM !

Pour répondre à ta question ; d' abord ça à changé, il n' y a plus d' unité avec une mentalité " 1870 ", ensuite des filles il y en a mais elles ne sont plus isolées !

Donc peu de risque de retrouver ce genre de situation, sauf le cas de longue mission, dans un lieu clos, type SNLE !

Link to comment
Share on other sites

Ca m'a l'air d'être un cas cette fille, je comprends que tu sois reticent à la présence de greluches dans un SNLE. Déjà une femme qui fume, il y a "quelques dizaines d'années" c'était super mal vu donc oser la cigarette ça donne une idée de la personnalité de la fille déjà ^^ Mais peut être que les choses seront différentes aujourd'hui.

Merci pour ta réponse, c'est rassurant pour moi que les mentalités aient évolué :vertsuper:

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

J' ai raconté cette histoire dans le seul but d' expliquer, le risque encouru par la mixité des équipages de SNLE !

Et surtout pas comme de la " presse people " . ( les histoires à sensations, c' est pas mon truc ! )

Les sous mariniers, sont bien conscient du problème et sont réticent aussi bien à la mixité d' un équipage, qu' à un équipage entièrement féminin.

Mais bien sur, le MINDEF et les politiques restent les décideurs !

Ce n' était pas que le problème de la Miss mais aussi la mentalités des hommes ! :vertnon:

Par la suite et depuis j' effectue des périodes de réserves dans différents types d' unités, où des femmes sont membres ; frégates,( officiers, officiers mariniers, équipages. )

En Compagnie de fusiliers marins, où les filles sont surtout cyno ( maitre chien ), Base Navale etc ...

Elles font du service, comme les hommes, il n' y a pas plus de problèmes que dans n' importe quel boulot !

Après, c' est du bon sens ; une femme est une femme et un homme reste un homme et les situation font que ... :wub:

C' est aussi à toi de ne pas laissé planer d' ambiguïté et te faire respecter. ( des imbéciles et des imbécile-es il y en a partout et à toutes les époques ! ) ;)

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Après, c' est du bon sens ; une femme est une femme et un homme reste un homme et les situation font que ... :wub:

Pour progresser sur le sujet, j'ajouterai qu'un homme est un homme et qu'un homme reste un homme quand les situations font que deux hommes se plaisent... ;)

C'est pour ça qu'il faut déconnecter la question de tout arrière-plan privé, et chaque professionnel embarqué se soit de garder l'attitude professionnelle qui sied à la mission.

Quand on ne s'en sent pas capable, il ne faut pas exercer le métier. Tout le monde n'est pas prêt à l'isolement, les résistances et les adaptations à l'environnement sont différentes pour chacun de nous! ^_^

Link to comment
Share on other sites

J'ai navigué 3 ans en "surface" dans des équipages mixtes, avec plus de 6 mois d'absence par an à chaque fois.

Je toruve que refuser les femmes dans les sous-marins sous les raisons de comportement des hommes à cause d'elles est réducteur et un peu facile, et rejette quasi dogmatiquement les expériences actuelles, où tous ou presques les bateaux de surface sont féminisés sans soucis.

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    nonorex

    Posted

    Bonsoir, Je suis un homme de 36 ans, vivant à Nantes et qui souhaite s'engager dans la réserve, servir son pays et protéger ses citoyens. Fils de militaire et frère de militaire, j'ai toujours eu un très fort intérêt pour l'armée, sans jamais sauter le pas, ayant choisi une carrière dans le civil. Aujourd'hui une évolution professionnelle me laisse le temps de m'engager comme réserviste et l'envie est toujours bien présente, me voilà donc inscrit sur le site dédié. J'ai candidaté auprès du 6ème RG (il n'y a rien à Nantes) suite à la lecture sur de quelques info ici. Malheureusement, j'ai été informé ce jour, sans avoir pu passer d'entretien, que je ne correspond pas au profil recherché par ce régiment : "des étudiants de 20 ans pour monter la garde" pour citer la personne que j'ai eu au téléphone. Je n'ai pas vraiment pu défendre ma candidature, et c'est une vraie déception pour moi. Du coup je m'interroge : est-ce que j'ai mes chances auprès d'autres régiments, ou est-ce que je suis simplement trop vieux pour m'engager dans la réserve ? Je suis plutôt sportif, j'ai l'esprit d'équipe, les valeurs, l'envie, le temps... Mais j'ai peur qu'il soit trop tard pour moi. Autour de Nantes, il reste : l'école du Génie à Angers, le 2ème RMAT de Bruz, le 3ème RIMa à Vannes, et un peu plus loin le 2ème RD. Je peux même éventuellement pousser jusqu'à Paris en prenant le train (2h30 depuis Nantes), si ça peut me permettre de me former et de m'engager, j'ai un ami au 24ème RI qui s'éclate dans la réserve. Si vous savez me recommander une affection en fonction de ma situation, ou si vous avec un quelconque conseil, je suis preneur de toute info. Merci par avance !

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Dans le droit international le statut de " co-belligérant " n'existe pas et nous ne sommes pas non plus des belligérants. Pour l'être, il faut que par exemple des militaires français en uniforme français soient sur le sol ukrainien avec blindés, chars, avions ...etc !! D'ailleurs dés le début de la guerre, Joe Biden a dit qu'il n'y aurait aucun soldat US en Ukraine. Par contre la livraison d'armes est légale. L'ONU a reconnu que l'Ukraine est un pays souverain. Il est agressé et a le droit de se défendre. Il a le droit d'acheter des armes ou d'en recevoir. Pour rappel, le droit international de reconnaît pas l'annexion de la Crimée. C'est la Russie qui n'arrête pas d'utiliser les mots " belligérant and Co ", c'est politique et en direction du peuple russe et des " amis " de la Russie en France et dans le monde !  

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Airbus va fournir à la Défense Belge des communications par satellite. source... https://defencebelgium.com/2023/01/25/airbus-fournira-des-communications-par-satellite-a-la-defense-belge/
×
×
  • Create New...