Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

  • Administrateur

La Marine Nationale dispose de quatre Sous marin Nucléaire Lanceur d' Engins ( SNLE ) ;

- Le Triomphant

- Le Téméraire

- Le Vigilant

- Le Terrible

Ces bâtiments mesurent ; 138 m / 12,5 m, sont propulsés par un réacteur nucléaire, turbine à vapeur, un moteur électrique, soit 41 500 ch.

Pour une vitesse de 25 nœud en plongée. Ils emportent 16 missiles stratégiques M-45, 4 tubes lance - torpilles de 533 mm.

Ils sont armés par deux équipages ( bleu et rouge ), de 110 marins.

Les SNLE, composent la dissuasion nucléaire.

La Marine dispose aussi de six Sous marin Nucléaire d' Attaque ( SNA ) ;

- Rubis

- Saphir

- Casabianca

- Émeraude

- Améthyste

- Perle

Ces bâtiments mesurent ; 73,6 m / 7,6 m, sont propulsés par un réacteur nucléaire, un moteur électrique, soit 9 500 ch.

Vitesse 25 nœuds en plongée. Armés de 4 tube lance torpilles de 533 mm

Armés par deux équipages ( bleu et rouge ), de 70 marins.

Les SNA, composent la protection de force navale.

( Sources Marine Nationale )

Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...

Missiles balistiques car ils retombent par la force de la gravitée différents des missiles de croisières (ex :exocet) qui se déplacent eux à des vitesses subsonniques (de l'ordre de 0.9 mach) et prés du sol.

On estime la portée du M51 à 10 000 km (la portée maximale théorique étant classifiée). 60 ont été comandés, soit 15 par SNLE (contre 64 M45 auparanvant) à un rythme de 10 par ans de 2011 à 2015 puis les 5 derniers en 2016 pour un prix unitaire de 120 millions d'euros !

Link to post
Share on other sites
  • Staff

@ the0

Missiles balistiques car ils retombent par la force de la gravitée différents des missiles de croisières (ex exocet) qui se déplacent eux à des vitesses subsoniques (de l'ordre de 0.9 mach) et prés du sol.

L’exocet n’est pas un missile de croisière au sens du terme retenu.

C’est un missile antinavire, dont le lancé est géré par une électronique embarquée à bord d’un navire ou d’un aéronef.

Il se dirige donc vers une cible qu’il n’a pas encore détecté, à l’aide d’un radio altimètre (radio sonde) et d’un cap déterminé géré par le lanceur et donc préalablement programmé.

Des que la rotondité de la terre le permet ou lorsque son radar embarqué détecte le bâtiment à frapper, il devient autonome et s’auto dirige vers la cible.

Seul défense, les leurres et les canons rotatifs à six tubes de 6.000 coups par minute asservie au radar de détection anti-missiles.

Les Malouines ont démontrés que ce laps de temps était court et insuffisant.

Le missile de croisière est lancé presque de la même façon par un aéronef, un sous marin ou un navire, pour naviguer à la même vitesse subsonique et à la même basse altitude que le cas précédent, mais la s’arrête le coté commun.

La différence est que l’électronique du missile de croisière n’a pas enregistré les informations de but seulement.

L’ordinateur de bord a enregistré toute la cartographie du chemin allant à la cible qu’il devra suivre.

Le calculateur gère donc l’altitude, et fait prendre différents caps au missile en fonction de la programmation graphique qu’il a reçu, pour éviter les montagnes, les sites de défense anti-aérienne et à l’identification de la cible, explose.

Il est donc pourvu d’un équipement assez poussé en particulier avec des systèmes de programmation pratiquement automatique en fonction des observations reçus par les avions de reconnaissance et les satellites d’observation.

Il est aussi équipé d’une électronique de visualisation jour / nuit poussée pour visualiser le terrain afin de comparaison avec l’enregistrement réalisé au préalable.

Tout cela est réalisé au niveau des lanceurs ci-dessus indiqués.

Aujourd’hui, les systèmes sont doublés en plus de la cartographie intégrée, par les enregistrements par GPS de la route pour avoir une redondance à double système.

Si vous êtes intéressé, je puis vous donner les numéros des revues ou mon groupe américain (Litton Precision Product Inc.) à développé le fonctionnement de ces engins écrit par votre serviteur et mon directeur de département sous un pseudo évidemment.

Cordialement.

Janmary

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Je conseil à tout ceux qui souhaiterait découvrir un SNLE, de ce rendre à la Cité de la Mer à Cherbourg (50), pour y découvrir Le Redoutable ! :vertsuper:

Bien sur il n' est plus en activité mais ça permet de " s' immerger " de ce type de bateau, sachant que c' est très proche d' un SNLE NG !

Pour les passionnés de sous marins, il y a ;

L' Argonaute à Paris

Le Flore à Lorient

L' Espadon à St Saint-Nazaire

Tout les trois sont des sous marins " classique ", il n' y en a plus en activité en France !

Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses Janmary c'est à chaque foi un plaisir :)

En effet je suis intéressé par le sujet et attend avec impatience les numéros de ces fameuses revues

Link to post
Share on other sites

@ Janmary (et les autres aussi ;-) )

La dernière version du MM40, le "block 3" avec une portée supérieure à 180 km, une trajectoire complexe rendue possible par l'adoption du GPS et même le tir sur coordonnées (toujours grâce au GPS) s'apparente plus maintenant à un missile de croisière qu'à un pur anti-navire.

Ceci dit, pour les versions précédentes (qui équipent les sous marins) ce qui a été écrit est tout à fait exact.

Je ne sais pas si il est prévu de faire une version sous-marine (SM39) dérivée du block3.

Link to post
Share on other sites
  • 8 years later...
  • Staff

Le SNLE Le Terrible, sous-marin nucléaire lanceur d’engins de deuxième génération, vient de rejoindre le bassin 8 de la base navale de Brest pour le début de son Indisponibilité périodique pour entretien et réparations (IPER). Le sous-marin va désormais bénéficier de travaux de refonte et de modernisation pendant 27 mois afin de préparer son cycle opérationnel pour les 10 prochaines années. 

ErJfPOoXUAMs2Dk.thumb.jpg.1240b98f9de39ef1512d93714f5ae193.jpg

ErJe8j8W8AUKkFK.thumb.jpg.29b623a3f3428c7d99339cc56121ebdd.jpg

Source: Naval Group

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Bonjour, je suis Eusebie, j'ai 30 ans. Je suis dans le domaine de la sécurité public et je voudrai vous demander en quoi consiste ce site Regroupement de prêt immo et est-ce vraiment fiable ? merci 
    • Bonjour. Ce n'est pas une nouveauté pour nous sur le forum. Mais nous avons régulièrement des jeunes ou moins jeunes femmes qui viennent pour nous demander si leur contact avec (souvent) un légionnaire en opex n'est pas une tromperie, du fait que ce dernier lui demande de l'argent.  Nous répondons toujours la même chose : "FUYEZ, ARNAQUE!"  Dans les faits une jeune femme débute une relation sur les réseaux sociaux bien connus avec une personne se disant militaire français en opex, et avec des photos volées de militaire en guise de profil. 2000 faux profils sur Instagram, 300 sur Facebook. En fait il s'agit de personnes mal intentionnées, se trouvant très souvent en Côte d'Ivoire et qui cherchent à arnaquer des jeunes femmes en France, en leur demandant de l'argent pour des soins, pouvoir téléphoner, améliorer leur repas etc etc.... Pour mieux comprendre ce phénomène bien connu des autorités militaires, voici deux liens vers des articles tirés du site francetvinfo.fr  Des arnaqueurs usurpent l'identité de militaires français sur les réseaux sociaux   la Côte d'Ivoire capitale de l'arnaque sur les réseaux   Alors bien sûr, cela me pousse à insister aussi, comme nous le faisons souvent ici sur le forum, sur la discrétion nécessaire sur le net. Pour les militaires, anciens militaires, nouveaux et jeunes candidats. Bien sûr nous laisserons toujours des traces, mais il est important, notamment pour vous les jeunes qui êtes des utilisateurs quotidiens des réseaux, de veiller à un maximum de discrétion, et ce particulièrement parce que vous serez amenés à évoluer en Opex dans des activités nécessitant beaucoup de discrétion.  Alors ayez déjà cela à l'esprit en tant que candidat. Et mettez le en pratique dès maintenant.   
    • La troisième tranche de trois Rafale du contrat indien a atterri sur une base de la Force aérienne indienne après plus de 7.000 km depuis la base aérienne d'Istres. Photo: IAF
    • Non j'essayerai de repondre a tes questions. Sauf si avec le covid cela change, les rentrées sont fevriers et octobre. Il y a entre 14 et 18 places pour chaque rentrée.  Il y a vraiment beaucoup de dossiers pour cette spécialité oui. Il y a environ 1 personne sur 4 de prise, environ.  Ce n'est pas aussi sélectif que pilote mais plus sélectif que les spécialités type SITEL, DETEC,... Il faut te préparer au maximum.
    • Merci à toi, félicitation pour ta sélection ! J'espère qu'ils ne se sont pas trompé et que la rentrée sera en Aout, je commence à me préparer aux épreuves actuellement, je reviendrais vers vous lorsque j'aurai plus de questions si cela ne vous dérange pas évidement. On m'a dit qu'il y avait 16 places PNTAC par rentrée, sais-tu si la spé est vraiment beaucoup demandé ? savoir à peu près à quel niveau d'exigence me préparer.