Jump to content

Retour du Charles.


Bouchon-Gras 49

Recommended Posts

  • Administrateur

Comme certains ont pu s' en rendre compte le porte avions Charles de Gaulle vient de regagner son port d' attache ( Toulon ), accompagné des navires l' ayant accompagné lors de ce déploiement prolongé.

Quelques photos :

1979978_1264311360258726_2056367410278967741_o.jpg

15391477_1264311366925392_6979508848892051895_o.jpg

15403659_1264311286925400_5049791330964512277_o.jpg

15418586_1264311236925405_786237254897427541_o.jpg

15443009_1264311240258738_6055698207887520674_o.jpg

15443213_1264311306925398_7327831692358996864_o.jpg

15493237_1264311340258728_2721006906755295222_o.jpg

15492530_1264311406925388_1271066615675550199_n.jpg

15542342_1264311300258732_5869185194583675045_n.jpg

( Source : Marine Nationale )

Bon retour à la maison !

 

Le Président ayant fait un passage à bord vendredi :

scan105.jpgscan104.jpg

( Source : La Nouvelle République )

 

Suivis d' un arrêt technique de dix huit mois.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Un article de zone militaire :

Pour le commandant du groupe aéronaval français, « on ne fait pas la guerre avec une calculette »

 
 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/cdg-20161215.jpg

cdg-20161215

 

Avec 36 Rafale engagés dans l’opération Chammal, dont 24 embarqués du porte-avions Charles de Gaulle, l’aviation française a effectué, en moyenne, une dizaine de frappes par semaine contre les positions de l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie. Ce qui semble peu par rapport aux moyens engagés… Et des critiques n’ont pas manqué de se faire entendre.

Et visiblement, cela a agacé le contre-amiral Olivier Lebas, le commandant du groupe aéronaval français (Task Force 473). « Moi, je ne fais pas la guerre avec une calculette! », a-t-il lancé lors d’un point presse du ministère de la Défense, alors que le porte-avions a terminé sa mission en Méditerranée orientale depuis le 9 décembre. « Il n’y a pas un lien direct entre le nombre de frappes et l’efficacité sur le théâtre », a-t-il insisté.

Lors de la dernière semaine de présence du groupe aéronaval au sein de la force Chammal, les Rafale de la Marine et de l’armée de l’Air ont assuré 85 sorties de reconnaissance armée ainsi que 5 de renseignement (ISR) et détruit 24 objectifs de Daesh.

Et, entre le 7 et le 13 décembre, la force Chammal a effectué 71 sorties aériennes, dont 62 reconnaissances armées et 6 missions de renseignement. Les Rafale ont détruit 29 positions jihadistes.

« Après près de deux mois et demi de déploiement, les avions du Groupe aéronaval ont effectué leurs dernières frappes le 9 décembre. Le déploiement aura permis d’intensifier les frappes françaises de manière significative et de contribuer ainsi à l’effort de la coalition concentré sur l’offensive de Mossoul », a souligné l’État-major des armées, dans son compte-rendu hebdomadaire des opérations.

Cela étant, le contre-amiral Lebas, lui-même ancien pilote de l’aéronavale, a expliqué qu’une sortie aérienne ne se traduisait pas nécessaire par une frappe.

« Quand un pilote rentre de mission et qu’il n’a pas frappé, je ne lui dis pas : ‘tu as raté ta mission’. Je lui dis ‘tu as fait un très bon travail parce que quand tu étais sur place, tu as maintenu une pression permanente de la puissance aérienne sur l’ennemi’ », a-t-il dit. D’autant plus que les combats urbains, comme actuellement à Mossoul, limitent le recours aux frappes aériennes afin d’éviter les « dommages collatéraux. »

Et quand les chasseurs-bombardiers de la coalition survolent le théâtre des opérations, « l’ennemi sait qu’il ne peut pas sortir son mortier tranquillement, prendre le temps de le régler », a souligné le contre-amiral Lebas. « Il est vite acculé à devoir tirer de manière extrêmement fugace » puis « rapidement remballer son matériel pour se cacher de nouveau dans ses tunnels », a-t-il continué.

Et « les avions français engagés dans la coalition anti-EI dirigée par les Etats-Unis offrent un appui aux forces irakiennes au sol et collectent du renseignement sur l’ennemi », a-t-il encore fait valoir.

Aussi, entre le 30 septembre et le 9 décembre, les avions du groupe aérien embarqué (GAé) à bord du Charles-de-Gaulle (24 Rafale donc sans oublier les deux appareils de guet aérien E2C Hawkeye) ont asssuré 480 sorties aériennes au-dessus de l’Irak et de la Syrie. Ce qui a permis d’établir « près de 900 dossiers imagerie pour le renseignement ».


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2016/12/15/pour-le-commandant-du-groupe-aeronaval-francais-ne-fait-pas-la-guerre-avec-calculette/#BPyfMxGfVaD4ixTV.99
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Ozuron

    Posted

    Bonjour, J'ai découvert dans de vielles affaires de mon arrière grand-mère, cette médaille enfin cela ressemble plus à un porte clé mais bref. Je ne sais pas ce qu'il représente et ce qu'il signifie. J'ai chercher sur internet mais rien et ma famille ne sais pas d'où elle vient. J'espère savoir un jour ce que c'est. En attendant, je vous souhaite une bonne journée.

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    La rançon n'ayant pas été versé, nous voyons certains dossiers sortir...

    berogeitabi

    Posted

    Du coup si vous avez l’occasion de visionner le film Z de Costa Gavras (1969) je ne peux que vous inviter à le regarder. D’autant qu’il s’agit en filigrane d’une critique de la dictature des militaires en Grece. 

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, L'Indonésie 7e client export du Rafale. source.. http://www.paxaquitania.fr/2022/09/lindonesie-devient-officiellement-le.html

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Lu dans un livre sur les saboteurs de 39-45 cette phrase .... Hiver 1938 Hitler avait lancé son Plan Z annonçant le développement à court terme de la puissance maritime allemande. Décidément les dictateurs aiment beaucoup la lettre Z !  
×
×
  • Create New...