Jump to content
koala2425

Médaille du travail civile

Recommended Posts

Pour clore ce débat sur les « opportunistes » il convient de revenir à un sujet important dans le milieu associatif en général. Le domaine de la citoyenneté actuelle, la valeur subjective des récompenses reçues pour bonne conduite ou comportement brillant dans la vie professionnelle restent une interrogation. Sur ce forum, nous avons exprimé nos points de vue sur les médailles d’honneur du travail, les ordres et des médailles plus prestigieuses, civiles ou militaires. Très peu d’intervenants ont pris part à la communication sur ce sujet.

Valeur du mot « Honneur » dans médaille d’honneur du travail, la récompense de l’emploi civil. Transposition du mot honneur dans le cadre de la vie en communauté. Vision du métier des armes à travers un passage obligatoire, celui d'un service de type militaire. Participation à la vie publique avec un esprit communautaire.

Hier matin j’ai participé à la cérémonie du 14 juillet, dans ma commune. La plupart des participants sont des personnes âgées, porte-drapeaux, présidents d’associations, anciens combattants et quelques élus. Ils ont tous plus de 60 ans, bien franchis. En dehors des pompiers volontaires, aucun jeune n’était présent, très peu de personnes d’âge intermédiaire participant à la vie professionnelle active n’ont fait l’effort de venir renforcer les rangs. Sauf sur ordre comme pour le défilé à Paris (cérémonie qui restera parmi leurs meilleurs souvenirs) ou dans les grandes villes, les jeunes militaires non conviés rechignent à participer à cette journée du commémorative.

Toujours dans le domaine de la participation des jeunes, au cours d'une compétition organisée par un ensemble de services publiques et sous contrôle de militaires, j'ai constaté que les jeunes ont concouru avec intérêt, avec discipline et avec succès. Un « Rallye lycéen de la citoyenneté partagée » qui regroupe chaque année 16 lycées du département était organisé. Après avoir obtenu des résultats brillants aux épreuves physiques et intellectuelles qui avaient durées toute une journée, les équipes gagnantes ont pu obtenir des récompenses intéressantes (baptêmes de l’air avec des militaires, visite guidée du musée de la Légion d’honneur, visite du musée le Wagon de l’armistice ou encore vols en planeur). Pour en bénéficier, quelques jours après, ils ne se sont déplacés que très modestement (de l’ordre de 2 lycéens sur 7 récompensés pour chaque prix) ! Visiblement, guidés par leur encadrement scolaire le jour du Rallye, ils ont tous apprécié la compétition, mais ensuite de retour dans leur milieu familial, ils n'ont pas conservé cet esprit d'action commune.

Malgré un regain de publicité pour le service civique, le service national et la réserve militaire, je constate un manque d'intérêt évident pour le sujet vie citoyenne, esprit patriotique et devoir de mémoire.

Que se passe-t-il, la participation individuelle ou physique aux événements mémoriels n'intéresse plus la nouvelle génération ? La population des plus jeunes se contenterait-t-elle de la communication et de l'information médiatique, télévisuelle, ou à travers leurs outils numériques et Internet ?

En ce qui concerne le domaine militaire, les jeunes surtout, mais aussi la population active en générale s’intéresse à l’attrait dynamique, à la stabilité de l’emploi militaire, à l’intérêt aventure et dépaysement lors des missions et à cet esprit guerrier du métier. Mais ils ne perçoivent pas ou s’efforcent d’oublier à priori cet aspect rigueur, discipline et règlement. Cette obligation de participer à la vie communautaire qu’avaient acquise leurs parents en passant par la case service militaire. Un exemple : le mot sanction lié à cette esprit militaire du respect et de l'obéissance n’est plus perçu dans le sens récompense mais dans le sens punition uniquement !

Les anciens ayant accédé au Service obligatoire (il y a + de 22 ans) sont en partie excusables. Leur problème prioritaire actuel reste de conserver leur emploi ou de progresser pour faire vivre leur famille. Ce n’est plus vraiment leur priorité d’honorer par une cérémonie leurs grands-parents et surtout arrières grands-parents, qu’ils n’ont pas forcément connus. C’est de servir en premier lieu de noyau familial intermédiaire entre leurs parents et leurs enfants de plus en plus difficiles à élever.

Alors quelle est la conduite à tenir pour permettre une meilleure harmonisation de la société ? Comment l'orientée vers un avenir respectueux des traditions, de l’esprit de la mémoire et du souvenir patriotique ? Au sens participation à la vie de chaque jour, avec cet action de citoyenneté Française, comment faire participer de manière plus affirmée les jeunes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Votre dernière remarque est vaste, dans le sens où l'on peut en discuter des heures.

Tout d'abord pour parler " honneur " dans la médaille d'honneur du travail,  le mot honneur me semble ambiguë,  honneur de récompenser quelqu'un qui bosse 20, 25, 30, 40 ans par obligation du système, sachant que bon nombre de salariés,  ouvriers, employés...travail pour vivre ( manger, payer les factures, les taxes et impôts de toutes sortes... ) sachant que les qualifications " basses " ne sont peu reconnus et peu valorisante et peu valoriser.

" Honneur " d'avoir travailler,  d'avoir passer une partie de sa vie à accomplir des tâches...

Soyons bien conscient que dans le monde civil beaucoup de personnes travaillent  sans "passion " ( Pas dévolution de carrière,  emplois sans responsabilité... )

Pour les militaires,  c'est différent,  peu de militaires ont cet "emplois " sans conviction,  passion. Le militaire sert avec honneur et fierté son Pays, défend de grande valeurs dans un esprit d'entraide sans ce soucier des aléas " de tout les jours " laissé à son conjointe / conjoint qui gère pour deux.

L'honneur à encore un sens dans le monde militaire, que l'on trouve plus difficilement dans le monde civil où la priorité est " sa petite personne " l'individualisme ( je doute qu'il y est de l'honneur à écrasé son collègue pour être mieux vu... ). Quand aux grands patrons, aus hommes de pouvoir, nous n'en pouvons plus des révélations de profits personnels, de corruptions et de profits personnels,  l'honneur,  vous avez dit honneur. Je pense que beaucoup de gens ont oublié ce mot.

 

Pour les cérémonies, tout dépend où vous les faites. Dans les villes, il y a bien souvent présence de troupes, les divers associations patriotique ( voilà aussi un mot dont nous pourrions discuter ) les anciens combattants,  les portes drapeau et bien souvent les écoles avec leurs professeurs ainsi que quelques jeunes qui lisent des textes ( lettres de poilus... )

Pour la majorité des civil qui bossent ces journées,  sont des jours de repos, rien de plus, d'ailleurs nous pourrions faire la comparaison avec les fériés religieux. 

 

L'entraîn patriotique vient à la suite d'événements douloureux ; guerres, attentas, menaces... lorsque tout va bien, les gens oublient.

Dans anciens combattants il y a le mot ancien qui ramène la chose à des événements passé,  des fois sans sens pour des gens n'ayant pas eu d'éducation sur ce sujet.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop de questions, de réflexion à mener, trop de débats intellectuels ou philosophiques, sans intérêt majeur sur le site et en particulier dans la rubrique médaille d'honneur du travail.

Je me suis laissé emporter par une vision rétrograde ou nostalgique de la société et de la relation entre le monde civil, la vision relationnelle avec la vie militaire de mon époque et l'aspect ressenti actuel.

J'arrête d'émettre sur le site, jusqu'à nouvel intérêt ou question posée sur un sujet connu.

Bonne continuation,

bmrz60

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, bmrz60 a dit :

Après avoir obtenu des résultats brillants aux épreuves physiques et intellectuelles qui avaient durées toute une journée, les équipes gagnantes ont pu obtenir des récompenses intéressantes (baptêmes de l’air avec des militaires, visite guidée du musée de la Légion d’honneur, visite du musée le Wagon de l’armistice ou encore vols en planeur). Pour en bénéficier, quelques jours après, ils ne se sont déplacés que très modestement (de l’ordre de 2 lycéens sur 7 récompensés pour chaque prix) ! Visiblement, guidés par leur encadrement scolaire le jour du Rallye, ils ont tous apprécié la compétition, mais ensuite de retour dans leur milieu familial, ils n'ont pas conservé cet esprit d'action commune.

Bonjour.

Cet état de fait est récurrent. Dans mon second métier, après l'armée, plutôt orienté vers le social, il nous fallait convoquer 30 jeunes pour avoir entre 5 et 10 présents. Et ce quelle que soit l'action menée. Qu'elle ait pour but, la santé, la citoyenneté, la connaissance des institutions, l'accès à l'emploi.... etc etc. Pour beaucoup, nos jeunes vivent dans un monde d'instant présent, d'immédiateté. Que leur importe le futur au delà du week end prochain, que leur importe le passé pourtant formateur et éducateur pour comprendre le présent dans lequel ils vivent. 

Pour comprendre leur fonctionnement, il faut chercher ce que nous appelions le bénéfice secondaire. Venir à la rencontre prévue de longue date pour être récompensé est le bénéfice principal. Mais quelque peu éloigné dans le temps. Si il est plus interessant de rester coucher pour dormir parce qu'il y a eu bringue la veille, la facilité et l'immédiateté commande de rester coucher. C'est le bénéfice secondaire et son caractère simple, facile et immédiat a prévalu sur l'effort demandé pour accomplir le second. 

Voilà notre monde comme il fonctionne.

Il y a 15 heures, bmrz60 a dit :

La population des plus jeunes se contenterait-t-elle de la communication et de l'information médiatique, télévisuelle, ou à travers leurs outils numériques et Internet ?

Oui. Bien qu'il faille rester prudent sur ce constat, car bien des jeunes se détachent de plus en plus du monde télévisé. Il faut aussi mettre en parallèle le fait qu'ils sont énormément sollicités dans un monde de communication à outrance, et qu'ils sont amenés à faire des choix. Malheureusement, ce sont souvent des choix de facilité, conduisant à l'utilisation forcenée des réseaux dits sociaux, et du numérique. Il est bien plus ardu de se lever et d'aller participer à une action citoyenne quelle qu'elle soit que de rester au lit smartphone en main.

Il y a 16 heures, bmrz60 a dit :

Alors quelle est la conduite à tenir pour permettre une meilleure harmonisation de la société ? Comment l'orientée vers un avenir respectueux des traditions, de l’esprit de la mémoire et du souvenir patriotique ? Au sens participation à la vie de chaque jour, avec cet action de citoyenneté Française, comment faire participer de manière plus affirmée les jeunes ?

C'est sans doute un des objectifs du SNU. Mais comme vous l'avez constaté plus haut, il est fort probable que 12 jours passés ensemble, aussi prenants soient ils, seront loin d'être suffisant pour faire changer les choses.Certains, à la marge, prendront conscience de cette nécessité de vie collective, aidante et solidaire. Mais cet aspect des choses ne se retrouve bien souvent que dans la difficulté. Or malgré le monde troublé qui est le nôtre, les difficultés ne sont pas suffisamment fortes et longues pour que la solidarité et  la participation citoyenne s'installent durablement.

On est forcé de constater, et je ne sors pas des sentiers battus en disant cela, que notre monde est individualiste, numérique, virtuel et qu'il en sera maintenant ainsi de plus en plus et en permanence. Avec sans doute des réminiscences de solidarité à l'occasion d'évènement dramatiques touchant la société dans son ensemble, sans distinction d'origines ou de milieu. 

Cette solidarité citoyenne s'exerce aujourd'hui au sein de groupes de personnes, rassemblés autour d'un projet commun. Que ce soit le club de sport, l'association d'anciens combattants, le conseil municipal, les resto du coeur, d'autres associations caritatives etc etc... 

Mais tous ces groupes ne sont pas en situation de s'agréger les uns avec les autres, chacun exerçant sa solidarité citoyenne de son côté, avec les moyens du bord.... et des bénévoles dont on ne parle jamais, mais qui dans notre monde permettent partout en France de faire tourner la boutique.

Je me suis éloigné dans mes propos du constat de base relatif à l'esprit patriotique, mais il n'empêche que c'est quand même de cela dont il s'agit quand tous les bénévoles oeuvrent silencieusement dans leur coin, sans autre récompense que la satisfaction du devoir accompli dans tous les domaines au profit de leur concitoyens.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...

Important Information