Jump to content

Bac ou sans bac pour la marine


Theoxy

Recommended Posts

Bonjour/bonsoir j'aimerai poser quelque question pour les gens qui connaisse l'école des mousse 

- 1) En eyant fait l'école des mousse jusqu'à quelle grade peut on allez pour le maximum en service

- 2) dès que l'on a fini l'école des mousse nous pouvons directement choisir la spécialité où il y a un délai ?

- 3) je suis né le en octobre donc à la rentré des mousse j'en aurai 15 et 16 en octobre peuvent t'il faire une exception ou pas du tout ?

merci pour vos réponse si il y en a..

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Salut,

Sur 29/07/2016 at 23:21 , Theoxy a déclaré:

- 1) En eyant fait l'école des mousse jusqu'à quelle grade peut on allez pour le maximum en service

Je connais quelqu' un qui est rentré dans la Marine en faisant l' école des mousses et qui a fini contre amiral.

( je te mets sa présentation )

Contre-amiral Hervé Vautier - Mousse 1965-66 2cie

Écrit par Alain - ADMINISTRATEUR de ce site.

amiral-vautierNé le 12 mai 1949 à l'ile de Bréhat, le contre-amiral Hervé Vautier est entré à l'école des mousses le 22 mars 1965. Après une année d'instruction au Groupe Armorique, il choisi la spécialité de manoeuvrier et suit le cours du brevet élémentaire de gabier à bord du bâtiment de ligne Richelieu.

En 1966, il embarque sur le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc où il est promu quartier-maitre de 2ème classe le 1er octobre puis quartier-maitre de 1ère classe le 1er avril 1968. A son débarquement, il est admis à suivre le cours de chef de quart à Lanvéoc-Poulmic.

Promu second-maitre le 1er octobre 1969, il sert successivement sur l'escorteur rapide Le Lorain puis sur le porte-avions Clémenceau avant d'être admis au cours supérieur de chef de quart le 1er février 1971.

À sa sortie du brevet supérieur, il rallie le transport ravitailleur Saintonge en Polynésie pour une affectation d'un an au cours de laquelle il est promu second-maitre de 1er classe, puis maître le 1er juillet 1972.

De retour du Pacifique, en novembre 1972, il prend les fonctions d'officier en second du bâtiment hydrographe Alidade à Toulon, fonctions qu'il exerce jusqu'en août 1973 où il est nommé instructeur au cours de brevet supérieur de navigateur. Le 1er janvier 1974 il est promu premier-maître.

En avril 1976, il quitte l'école de manoeuvre et de navigation pour la Nouvelle-Calédonie où il embarque , le 5 mai, sur le patouilleur La Dunkerquoise comme patron de pont.

Le 29 novembre 1977 il est reçu au concours d'admission à l'école militaire de la flotte, section officiers spécialisés de la marine et promu aspirant. Il rallie l'école le 5 janvier 1978. A sa sortie de l'EMF, le 1er décembre 1978, il est promu enseigne de vaisseau de 2ème classe et affecté au CFM Hourtin où il sert durant huit mois comme capitaine de compagnie et officier chargé des relation publiques.

Le 10 août 1979, il prend les fonctions d'officier en second du remorqueur de haute-mer Malabar, il est promu enseigne de vaisseau de 1ère classe le 1er décembre de la même année.

Nommé au commandemant de la gabare de mer Fourmi, il est reconnu à ce commandement à Toulon le 9 septembre 1981, et l'exerce jusqu'au 12 août 1983.

Le 1er septembre 1983, il prend le commandement du groupe des goélettes et de la goélette Belle Poule. Le 1er décembre de la même année il est promu lieutenant de vaisseau .

Quittant le commandemant des goélettes, il rallie la Polynésie où, le 2 décembre 1985, il devient le deuxième commandant du moderne et récent remorqueur ravitailleur Rari.

A son retour en métropole, il est affecté à l'école navale où il assure durant quatorze mois la double responsabilité de directeur des études adjoint de l'école de manoeuvre et de navigation, et de chef de cours du brevet supérieur.

En mai 1988, il quitte le goupe écoles du poulmic pour prendre la direction du groupement des services exploitations de la direction du port de Brest.
Au cours de cette affectation, il obtient les certificats de pilote de port de 1er et 2e degré et est promu capitaine de corvette le 1er septembre 1989.

Nommé au commandemant de la direction du port de Papeete, il retrouve, début août 1990, la Polynésie Française pour la 3ème fois.

Affecté à la direction du port de Brest à son retour de Tahiti, il exerce de nouveau les fonctions de chef de groupement des services exploitations à partir du 7 septembre 1992. Promu capitaine de frégate le 1er septembre 1993, il est ensuite prolongé dans cette affectation comme commandant en second, avant d'en exercer le commandement provisoire du 13 juillet 1995 au 22 février 1996.

Aprés un passage de quelques mois à l'état major du commandant de la région Atlantique, il est affecté à l'école navale où, durant trois années, il assume la double responsabilité de directeur de l'enseignement maritime de l'école navale et du groupe des écoles du Poulmic, et de directeur des études de l'école de manoeuvre et de navigation.

Nommé au commandement de la direction du port de Toulon , par arrêté du 1er mars 1999, il exerce cette fonction du 22 septembre 1999 au 1er juin 2001, aprés avoir été promu capitaine de vaisseau le 1er juillet 2000.

Commandant le Ciram Brest depuis le 5 juin 2001, le contre amiral Vautier quitte le service actif le 13 mai 2005. Marié et père de deux garçons, le CA Vautier est Officier de la légion d'honneur, officier de l'ordre nationale du mérite et officier du mérite maritime. Il est également titulaire de la médaille d'argent de la défense nationale.

 video Voir une vidéo de l'amiral Hervé VAUTIER racontant son histoire...

Sources : Site perso de René Casorla

Sur 29/07/2016 at 23:21 , Theoxy a déclaré:

- 2) dès que l'on a fini l'école des mousse nous pouvons directement choisir la spécialité où il y a un délai ?

Missions

Le passage par l'école des Mousses dure 10 mois (de septembre à fin juin), au Centre d’Instruction Naval de Brest ou sur le site de Querqueville à Cherbourg-en-COntentin. A la fin du deuxième trimestre, les élèves sont orientés vers un métier de marin. L’attribution du Brevet Elémentaire de Mousse vient clore l’année. Les mousses signent alors un premier contrat de 4 ans (qui pourra être prolongé au moins jusqu’à 9 ans) comme matelot de la Flotte. Avant de rejoindre leur affectation, ils reçoivent un complément pratique de formation lié au métier choisi.

Sur 29/07/2016 at 23:21 , Theoxy a déclaré:

- 3) je suis né le en octobre donc à la rentré des mousse j'en aurai 15 et 16 en octobre peuvent t'il faire une exception ou pas du tout ?

La réponse est là :

Informations
Durée :
10 mois
Statut :
Poste sous statut militaire
Conditions pour postuler :
Cette filière s'adresse à des élèves de niveau 3ème ou seconde. Etre de nationalité française / Savoir nager / Etre physiquement et médicalement apte. Avoir l'accord parental (sauf pour les mineurs émancipés). Etre âgé de 16 à moins de 18 ans au 1er septembre de l'année d'entrée. Date limite d'inscription auprès de votre CIRFA : 25 avril 2016.
Niveau d'études :
De la 3ème au bac

 

 

Link to comment
Share on other sites

Sur 31 juillet 2016 at 16:07 , Bouchon-Gras 49 a déclaré:

Salut,

Je connais quelqu' un qui est rentré dans la Marine en faisant l' école des mousses et qui a fini contre amiral.

( je te mets sa présentation )

Contre-amiral Hervé Vautier - Mousse 1965-66 2cie

Écrit par Alain - ADMINISTRATEUR de ce site.

amiral-vautierNé le 12 mai 1949 à l'ile de Bréhat, le contre-amiral Hervé Vautier est entré à l'école des mousses le 22 mars 1965. Après une année d'instruction au Groupe Armorique, il choisi la spécialité de manoeuvrier et suit le cours du brevet élémentaire de gabier à bord du bâtiment de ligne Richelieu.

En 1966, il embarque sur le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc où il est promu quartier-maitre de 2ème classe le 1er octobre puis quartier-maitre de 1ère classe le 1er avril 1968. A son débarquement, il est admis à suivre le cours de chef de quart à Lanvéoc-Poulmic.

Promu second-maitre le 1er octobre 1969, il sert successivement sur l'escorteur rapide Le Lorain puis sur le porte-avions Clémenceau avant d'être admis au cours supérieur de chef de quart le 1er février 1971.

À sa sortie du brevet supérieur, il rallie le transport ravitailleur Saintonge en Polynésie pour une affectation d'un an au cours de laquelle il est promu second-maitre de 1er classe, puis maître le 1er juillet 1972.

De retour du Pacifique, en novembre 1972, il prend les fonctions d'officier en second du bâtiment hydrographe Alidade à Toulon, fonctions qu'il exerce jusqu'en août 1973 où il est nommé instructeur au cours de brevet supérieur de navigateur. Le 1er janvier 1974 il est promu premier-maître.

En avril 1976, il quitte l'école de manoeuvre et de navigation pour la Nouvelle-Calédonie où il embarque , le 5 mai, sur le patouilleur La Dunkerquoise comme patron de pont.

Le 29 novembre 1977 il est reçu au concours d'admission à l'école militaire de la flotte, section officiers spécialisés de la marine et promu aspirant. Il rallie l'école le 5 janvier 1978. A sa sortie de l'EMF, le 1er décembre 1978, il est promu enseigne de vaisseau de 2ème classe et affecté au CFM Hourtin où il sert durant huit mois comme capitaine de compagnie et officier chargé des relation publiques.

Le 10 août 1979, il prend les fonctions d'officier en second du remorqueur de haute-mer Malabar, il est promu enseigne de vaisseau de 1ère classe le 1er décembre de la même année.

Nommé au commandemant de la gabare de mer Fourmi, il est reconnu à ce commandement à Toulon le 9 septembre 1981, et l'exerce jusqu'au 12 août 1983.

Le 1er septembre 1983, il prend le commandement du groupe des goélettes et de la goélette Belle Poule. Le 1er décembre de la même année il est promu lieutenant de vaisseau .

Quittant le commandemant des goélettes, il rallie la Polynésie où, le 2 décembre 1985, il devient le deuxième commandant du moderne et récent remorqueur ravitailleur Rari.

A son retour en métropole, il est affecté à l'école navale où il assure durant quatorze mois la double responsabilité de directeur des études adjoint de l'école de manoeuvre et de navigation, et de chef de cours du brevet supérieur.

En mai 1988, il quitte le goupe écoles du poulmic pour prendre la direction du groupement des services exploitations de la direction du port de Brest.
Au cours de cette affectation, il obtient les certificats de pilote de port de 1er et 2e degré et est promu capitaine de corvette le 1er septembre 1989.

Nommé au commandemant de la direction du port de Papeete, il retrouve, début août 1990, la Polynésie Française pour la 3ème fois.

Affecté à la direction du port de Brest à son retour de Tahiti, il exerce de nouveau les fonctions de chef de groupement des services exploitations à partir du 7 septembre 1992. Promu capitaine de frégate le 1er septembre 1993, il est ensuite prolongé dans cette affectation comme commandant en second, avant d'en exercer le commandement provisoire du 13 juillet 1995 au 22 février 1996.

Aprés un passage de quelques mois à l'état major du commandant de la région Atlantique, il est affecté à l'école navale où, durant trois années, il assume la double responsabilité de directeur de l'enseignement maritime de l'école navale et du groupe des écoles du Poulmic, et de directeur des études de l'école de manoeuvre et de navigation.

Nommé au commandement de la direction du port de Toulon , par arrêté du 1er mars 1999, il exerce cette fonction du 22 septembre 1999 au 1er juin 2001, aprés avoir été promu capitaine de vaisseau le 1er juillet 2000.

Commandant le Ciram Brest depuis le 5 juin 2001, le contre amiral Vautier quitte le service actif le 13 mai 2005. Marié et père de deux garçons, le CA Vautier est Officier de la légion d'honneur, officier de l'ordre nationale du mérite et officier du mérite maritime. Il est également titulaire de la médaille d'argent de la défense nationale.

 video Voir une vidéo de l'amiral Hervé VAUTIER racontant son histoire...

Sources : Site perso de René Casorla

Missions

Le passage par l'école des Mousses dure 10 mois (de septembre à fin juin), au Centre d’Instruction Naval de Brest ou sur le site de Querqueville à Cherbourg-en-COntentin. A la fin du deuxième trimestre, les élèves sont orientés vers un métier de marin. L’attribution du Brevet Elémentaire de Mousse vient clore l’année. Les mousses signent alors un premier contrat de 4 ans (qui pourra être prolongé au moins jusqu’à 9 ans) comme matelot de la Flotte. Avant de rejoindre leur affectation, ils reçoivent un complément pratique de formation lié au métier choisi.

La réponse est là :

Informations
Durée :
10 mois
Statut :
Poste sous statut militaire
Conditions pour postuler :
Cette filière s'adresse à des élèves de niveau 3ème ou seconde. Etre de nationalité française / Savoir nager / Etre physiquement et médicalement apte. Avoir l'accord parental (sauf pour les mineurs émancipés). Etre âgé de 16 à moins de 18 ans au 1er septembre de l'année d'entrée. Date limite d'inscription auprès de votre CIRFA : 25 avril 2016.
Niveau d'études :
De la 3ème au bac

 

 

Donc si j'ai bien compris pour l'âge je peut rentre dès que j'ai 16 ans ces possible de rentré en début d'année 1 mois après la rentré des mousse ou sauf si je fait une lettre au dirigeant pour lui demander de m'accepter merci de m'aider ^^

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Salut,

Le texte dit : qu' il faut avoir au moins 16 ans au 1er septembre de l' année d' incorporation et moins de 18 ans.

Donc tu peux faire ton dossier à 15 ans mais il te faudra en avoir 16 pour la rentrer ou sinon attendre l' année d' après.

Link to comment
Share on other sites

Sur 2 août 2016 at 18:30 , Bouchon-Gras 49 a déclaré:

Salut,

Le texte dit : qu' il faut avoir au moins 16 ans au 1er septembre de l' année d' incorporation et moins de 18 ans.

Donc tu peux faire ton dossier à 15 ans mais il te faudra en avoir 16 pour la rentrer ou sinon attendre l' année d' après.

D'accord merci, mon  mais ce n'est pas possible de rentré 1 mois après la rentrée donc à mes 16 ans ?

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 11 heures , Theoxy a déclaré:

mais ce n'est pas possible de rentré 1 mois après la rentrée donc à mes 16 ans ?

D' après les textes, non !

Il te faut avoir tes 16 ans accomplis au 1er septembre de l' année d' entrée à l' école.

Dans tout les cas, je t' invite à aller voir un CIRFA, ils pourront te conseiller et au mieux des cas t' aider à faire ton dossier.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Bonjour, je vais rentré en école des mousse mais je me demande pas si je devrais passer mon bac et non faire l'école des mousse car plus tard après avoir fini ma carrière de marin j'aurai rien pas de retraite j'imagine merci de votre réponse avec ou sans bac pour entre dans la marine ou l'école des mousse sans bac

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
Il y a 2 heures , Theoxy a déclaré:

Bonjour, je vais rentré en école des mousse mais je me demande pas si je devrais passer mon bac et non faire l'école des mousse car plus tard après avoir fini ma carrière de marin j'aurai rien pas de retraite j'imagine merci de votre réponse avec ou sans bac pour entre dans la marine ou l'école des mousse sans bac

Salut,

Je crois que c' est un peu flou dans tes projets.

Tu n' es pas en age pour la prochaine session de l' école des mousses, donc déjà tu as un an d' attente.

Il y a 2 heures , Theoxy a déclaré:

car plus tard après avoir fini ma carrière de marin j'aurai rien pas de retraite j'imagine

Si tu as une carrière de marin ( de militaire ) tu auras une retraite comme toute personne qui cotise.

Il y a 2 heures , Theoxy a déclaré:

si je devrais passer mon bac

Le BAC est juste une clé pour continuer des études, le bac général dans la vie ne donne rien ou alors il faut passer un bac technique ou professionnel qui dans ce cas t' ouvriras des portes dans le monde du travail.

Passer le BAC juste pour avoir le bac, j' en vois pas l' intérêt, sauf si tu as des projets.

Il y a 2 heures , Theoxy a déclaré:

avec ou sans bac pour entre dans la marine ou l'école des mousse sans bac

Tout est possible !

Sans bac tu peux rentrer à l' école des mousses puis intégrer la flotte...

Sans bac, tu peux faire QMF, la voix classique matelot, quartier maitre...

Avec le bac +++ postuler à maistrance...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure , Bouchon-Gras 49 a déclaré:

Salut,

Je crois que c' est un peu flou dans tes projets.

Tu n' es pas en age pour la prochaine session de l' école des mousses, donc déjà tu as un an d' attente.

Si tu as une carrière de marin ( de militaire ) tu auras une retraite comme toute personne qui cotise.

Le BAC est juste une clé pour continuer des études, le bac général dans la vie ne donne rien ou alors il faut passer un bac technique ou professionnel qui dans ce cas t' ouvriras des portes dans le monde du travail.

Passer le BAC juste pour avoir le bac, j' en vois pas l' intérêt, sauf si tu as des projets.

Tout est possible !

Sans bac tu peux rentrer à l' école des mousses puis intégrer la flotte...

Sans bac, tu peux faire QMF, la voix classique matelot, quartier maitre...

Avec le bac +++ postuler à maistrance...

D'accord si je comprend bien avec ou sans bac cela reviens à la même chose sauf le grade qui change

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur
il y a 2 minutes, Theoxy a déclaré:

si je comprend bien avec ou sans bac cela reviens à la même chose sauf le grade qui change

Pas tout à fait,

Quelqu' un qui a le bac +++ ( sur le papier il faut le bac mais la concurrence est dur avec des gens qui ont un BTS ou autres ) et qui arrive à intégrer maistrance commence sa carrière avec un contrat de dix ans et intégré le corps des officiers mariniers mais rien n' est gagné si il ne travail pas ( B... ) il verra l' issus de sortie se profiler.

Quelqu' un qui prend la voix QMF débutera en bas de l' échelle mais avec beaucoup de travail, il peut obtenir son BAT et devenir officier marinier et envisager le BS...

 

Quand à dire que avoir le BAC te permettras de te reconvertir après l' Armée, il faut bien te mettre dans la tete qu' un bac général ne " vaut rien " ( Le bac te permets de postuler au BTS, à l' université... c' est une " clé " qui ouvre des portes ) dans le monde du travail.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures , Bouchon-Gras 49 a déclaré:

Pas tout à fait,

Quelqu' un qui a le bac +++ ( sur le papier il faut le bac mais la concurrence est dur avec des gens qui ont un BTS ou autres ) et qui arrive à intégrer maistrance commence sa carrière avec un contrat de dix ans et intégré le corps des officiers mariniers mais rien n' est gagné si il ne travail pas ( B... ) il verra l' issus de sortie se profiler.

Quelqu' un qui prend la voix QMF débutera en bas de l' échelle mais avec beaucoup de travail, il peut obtenir son BAT et devenir officier marinier et envisager le BS...

 

Quand à dire que avoir le BAC te permettras de te reconvertir après l' Armée, il faut bien te mettre dans la tete qu' un bac général ne " vaut rien " ( Le bac te permets de postuler au BTS, à l' université... c' est une " clé " qui ouvre des portes ) dans le monde du travail.

 

D'accord merci pour vos réponses 

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    berogeitabi

    Posted

    Bonjour.  Une amélioration et une confirmation de l’existant. Je note qu’il est bien d’anticiper l’ouverture à la concurrence du réseau ferroviaire pour que les réductions s’appliquent également sur les lignes nouvelles gérées par d’autres entreprises que la SNCF.  il est à souhaiter que tout cela ne traîne pas dans les cartons et soit effectif au plus vite et au plus bas niveau. 

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Le ministre dévoile le " Plan Famille 2 ". source.. https://www.defense.gouv.fr/actualites/ministre-devoile-plan-famille-2  

    berogeitabi

    Posted

    Oui c’est un sujet préoccupant. Les chinois sont assez provocateurs et jouent les étonnés lorsqu’on décide d’être ferme vis à vis de leurs provocations.  moi je pense que les américains ont eu raison de descendre l’un des deux ballons qui était au dessus de l’eau à ce moment là.  je pense que la Chine a clairement une ambition d’hégémonie mondiale en vue d’imposer au monde sa doctrine de contrôle permanent des populations. et d’imposer son modèle économique bâti sur une exploitation sans limites des ouvriers, des petites gens et cela sans aucun respect de normes environnementales. C’est très insidieux et nous devons, nous les occidentaux être très très vigilants vis à vis de ce que fait et décide Xi Jinping. Notamment par rapport à sa façon de pénétrer l’économie des pays se situant sur le trajet ou au terminus des nouvelles routes de la soie. Je pense au Sri Lanka, à la Grèce, à l’Afrique mais aussi chez nous. Il n’y a qu’à voir les prises de participation, voire l’achat total de ports, d’aéroports, de territoires, autant de sites où les chinois s’installent et «  virent » les habitants du lieu pour s’approprier le tout (Sri Lanka).  Bref, bravo aux américains d’avoir «  descendu » ce ballon.   

    OLIDEC

    Posted

    Salut Je pense que je vais galérer à trouver la fourragère et rajouter des olives.... J'ai bien envie de la laisser comme cela. Merci pour ton aide   Olivier  

    Janmary

    Posted

    C'est très précis B.G. Depuis de longues années, les budgets militaires furent limités pour diverses raisons, tel le rectificatif du budget, la fin du mur de Berlin et de l'URSS, etc. etc. Pourtant "Quand on baisse l'échine, on trouve toujours quelqu'un pour monter sur son dos". Jamais les effectifs de nos armées furent si bas en niveau. Voila longtemps que nous des défaillances dans le renseignement satellitaire.  La encore ce furent les USA qui nous assistent en ce domaine dans le manque criant de drones (appelés en France "Avions sans pilote" et conçu en carton et plastique dans les premiers projets) en Afrique. L'exemple le plus caractéristique de manque de logistique fut l'intervention en Libye. Apres avoir tiré une salve de Missiles de croisière, plus de stock. Obligé de faire appel aux USA. Nous avons un vaste territoire marin (eaux territoriale)  de par nos Départements et territoires d'Outre -Mer et cela nécessite de gros moyens pour en assumer la sécurité. Nous avons fermés des bases aériennes et limités le nombre d'appareils de combat, limité aussi la Marine dans ses effectifs et bâtiments et l'Armée de Terre se trouve démunie de nombres de ses moyens. La guerre électronique est très largement en dessous des capacités nécessaire à un pays comme le notre. Bref, le réveil est brutal de par le conflit en Ukraine, ou, du reste ,nous n'avons rien vu venir. Nous avons vendu nos usines d'armement et achetons notre matériel en tout azimut ou confions des éléments de fabrication de notre char Leclerc à la Chine (les "rotary ou systèmes de moteurs tournant par incrémentations).  Une question me chagrine en temps que passionné d'économie ! Ou sont passées les sommes dédiés à nos Armées puisque ces derniers furent mises à la portion congrue ? Enfin, dernier élément "voyant" à savoir le manque de coopération de nos voisins Allemands dans des projets communs comme jadis l'Alpha Jet, le Transall. Aujourd'hui le futur avion de combat Franco-Allemand qui intéresse aussi l'Espagne est un compromis qui ne tient peu compte du coté aéronavale. DE plus les Allemands veulent connaitre la partie électronique et Informatique des systèmes et la firme Dassault s'y oppose. Le Président à tranché et nous allons renouvelle l'expérience ou nous avons mis en commun l'Aérospatiale qui allait devenir AIRBUS Industrie (Européen) en fournissant 50%des actions aux seuls Allemands. Pour nous remercier, ils ont construit SEUL l'avion de transport ATLAS développé par nos deux pays. Le futur char de combat Franco-Allemand est géré exclusivement par les Allemands qui impose leurs désirata et décisions. Reste le drone dont on ne connait pas les détails sur l'avancement. Quand à l'Armée Européenne, une politique commun européenne, une économie Européenne, il est trop tôt pour en parler. Quand aux propos du Président concernant  d'avoir une guerre en avance, je me suis pris de rire quand même. En 1870 si il ne manquait pas un bouton de guêtre, le reste des équipements étaient obsolète à commencer par le fusil. En 1914, il semble que personne n'avait étudié la guerre de sécession aux USA avec l'utilisation de tranchées couvertes  de barbelés (Imprenable autre que par la surprise), les ballons d'observations, le transport ferroviaire, etc. En 1939, la tactique de la Guerre des blindés développé par Liddell Hart et le général Fuller en Grande Bretagne (dans les années 1933) et développé en Allemagne par le colonel puis général Guderian qui furent entendues et furent superbement ignorée malgré un certain colonel de Gaulle. La seule réalisation fut la Force de Dissuasion mis en œuvre par le Président Charles de Gaulle. Espérons la réalisation de ce budget avant d'autre conflits à venir ou celui de l'Ukraine pouvant dégénérer par "accident".
×
×
  • Create New...