Jump to content
×
×
  • Create New...

Selection chef de char


Recommended Posts

Bonjour à tous! 

J'ai 28 ans. En pleine reconversion professionnel, je pense m'engager pour tenter de devenir chef de char (Il faut que je me dépêche!)

J'ai mon premier rendez-vous avec le recruteur au Cirfa mercredi et j'ai dors et déjà commencer à me préparer physiquement (footing, pompe, abdo, burpee)

Mais j'ai une petite question. 

A quel point les tractions sont importantes?

Parce que pour le moment, j'en passe zéro. 

Je ne suis pas maigre. J'ai quelques petits kilos en trop mais rien d'insurmontable.  

Je vais tout faire pour fondre un peu et me muscler les bras pour en passer quelques une (en deux ou trois mois c'est jouable). 

J'ai lu quelque part que pour faire Para il fallait aligner 10 tractions le jours de la sélection. Du coup je me demande si c'est la meme chose pour intégrer la cavalerie? 

Par ailleurs, je suis très très légèrement daltonien. Est-ce éliminatoire? 

Merci !!!

PS : Si vous avez une petite méthode ou un programme de tractions pour les nazes, je le très preneur. :P 

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Plus tu passes de traction mieux c'est pour le choix des régiments.

Pour ton daltonisme, seul le médecin militaire pourra statuer.

Commence par des pompes et une montée de corde si tu as un gymnase à dispo.

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • C'est avec tristesse que nous apprenons le décès de Murray Shapiro, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il a été déployé dans 18 batailles majeures au sein de la 28th Infantry Division : Normandie, France, Allemagne, Bataille des Ardennes ou encore en Alsace. Pour sa bravoure au combat, il avait notamment reçu deux Bronze Star ainsi que la Légion d'honneur française. Il avait 97 ans    Né à Los Angeles, le jeune Shapiro connait une enfance difficile, ponctuée par la pauvreté. Lorsqu'il entre au lycée, il décide de rejoindre le Reserve Officers’ Training Corps de l'établissement, afin de posséder un uniforme et d'être convenablement nourri. Alors qu'il est élève à l'Université, la guerre le rattrape et il décide, en septembre 1941, de rejoindre l'US Army pour combattre contre l'ennemi allemand. Comme il est l'un des rares soldats instruits du camp d'entrainement dans lequel il est envoyé, un officier décide de faire de lui le professeur de sa promotion !    Après un entrainement intense, Murray rejoint le 112th Infantry Regiment de la 28th Infantry Division, commandée à l'époque par le célèbre Major General Omar N. Bradley, futur chef du Twelfth United States Army Group, la plus grande et plus puissante formation terrestre militaire de l'histoire américaine. Shapiro et son unité arrive en Grande-Bretagne en octobre 1943, dans la prévision d'un futur débarquement en Normandie. Mais l'unité est finalement non-retenue pour le D-DAY    Le 22 juillet 1944, le 112th Infantry Regiment débarque sur Omaha Beach et est immédiatement engagé dans l'Operation Cobra, dans le bocage normand. Par la suite, l'unité est déployée en Normandie, dans la remontée vers Paris (où elle défile sur les Champs-Élysées le 29 aout 1944), en direction de l'Allemagne, où la division est la première des formations alliées à mettre un pied ! Elle combat également dans la terrible Bataille de la forêt de Hürtgen, durant laquelle l'unité est éprouvée. Finalement, en décembre 1944, elle est confrontée à l'offensive allemande dans les Ardennes. La 28th Infantry Division se bat sur place, au nord-est de Bastogne, dans de terribles combats. Pendant la bataille, Shapiro se perd même dans les lignes ennemies, mettant plusieurs jours à revenir au sein des forces alliées !   En janvier 1945, après un très court repos, la division est envoyée au soutien des forces franco-américaines engagées autour de la Poche de Colmar : elle est positionnée au niveau de la vallée de Kaysersberg et se borne à des actions défensives, ayant été durement éprouvée par les combats des derniers mois. Mais elle est finalement engagée et mi-janvier et ouvre la route de Colmar à la fin du mois ! Ces difficiles derniers jours sonnent la fin des combats pour la division et Shapiro : si elle est envoyée au-delà du Rhin en février, elle se positionne comme rempart sur le sud de la Poche de la Ruhr, faisant prisonniers les soldats qui cherchent à fuir l'encerclement.   Shapiro, engagé dans 18 batailles principales, va recevoir des dizaines de médailles et de citations, et notamment deux Bronze Star (dont l'une pour ses faits héroïques dans les Ardennes) et la Légion d'honneur française. Après la guerre, Shapiro décidera de revenir à ses premiers amours et deviendra ... éducateur ! Source : Daily News
    • Cela tombe bien,je maîtrise très bien l'anglais. J'ai vu sur internet que l'armée recharchait des gens qui parlent russe, mandarin et arabe. J'aimerais bien apprendre le russe mais j'ai aucune base. 
    • Bonne Fête aux Paras ...  !    
    • Il faut déjà essayer de cerner quelles langues seront susceptibles d'intéresser l'armée de terre. Déjà il faut maitriser l'anglais, c'est un pré-requis puis opter pour une langue "rare" , il y a encore quelques années en arrière, le farsi ou l'ourdou étaient recherchés car le théâtre afghan était une OPEX importante; De nos jours, le théâtre sahélien, donc langue arabisante, est le plus important au niveau de l'engagement en hommes pour l'AdT, mais qu'en sera-t-il dans 5/10 ans?  
    • Bonjour, Merci d'avoir identifié ce petit locotracteur pour voie étroite 60 cm ; je vais rechercher le modèle précis. Cordialement.