Jump to content

Procédures et indemnisations en cas de blessures/déces


legionnaire

Recommended Posts

Bonjour. Je trouve absolument aucune information sur les légionnaires blessés/morts en fonction et je m'interroge quant à leur sort post-service.

Il existe bien les invalides qui les accueillent et leur permet de vivre en communauté, cependant aucune information sur le montant d'argent qu'ils toucheront suite à leurs blessures à titre de dédommagement ou encore sur le suivi psychologique ou physiologique qu'ils devront suivre

Je m'interesse uniquement aux légionnaires puisque je suis convaincu que les Français intégrés à l'armée régulière sont très bien pris en charge.

Outre la nationalisation par le sang versé, quelles mesures la France leur réserve ?

 

Merci 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Salut,

La Légion gère en interne ces situations, par exemple elle possède une maisons de retraites où les anciens Légionnaires s' occupe des vignes du vin fait par la Légion, de l' édition de leur revue ( Képi Blanc )...

Les œuvres de l'Institution des invalides de la Légion étrangère à Puyloubier

Pourquoi une Boutique de la légion étrangère ?

pensionnaire à Puyloubier Depuis sa création, la Légion étrangère à toujours été préoccupée par le devenir des anciens légionnaires et par le sort douloureux de ses blessés, invalides ou malades. Parfois en délicatesse avec leurs pays d’origine ou leurs familles, le départ des légionnaires de la Légion étrangère « patrie » à laquelle ils avaient tant donné, leurs actes héroïques et leurs sacrifices en témoignent, était parfois vécu comme un véritable arrachement.

Respectant le principe immuable qu’elle s’est fixée « de ne jamais abandonner les siens, ni au combat, ni dans la vie », la Légion étrangère s’est dotée de dispositifs et de moyens qu’elle s’efforce de maintenir pour répondre à leurs sollicitations. L’Institution des Invalides de la Légion étrangère (IILE) en est un. L’accueil qui y est réservé, les soins qui y sont prodigués et les activités de réinsertion qui y sont dispensées préservent la dignité de ces vieux serviteurs retardant souvent la dépendance gériatrique. Cette « maison » unique en son genre constitue une réponse originale.

pensionnaire à Puyloubier Par les revenus qu’elle dégage, la boutique en ligne de la Légion étrangère est l’un des leviers qui permet d’apporter l’aide matérielle et morale aux anciens légionnaires, éprouvés par la vie. Elle est dédiée à la vente de produits manufacturés ou issus des ateliers de réinsertion dans lesquels travaillent les pensionnaires de l’Institution des invalides de la Légion étrangère.

Les bénéfices de la boutique de la Légion étrangère sont en effet exclusivement utilisées pour satisfaire aux capacités d’accueil, d’hébergement et de réinsertion de l’Institution, (des Invalides de la Légion étrangère), dont la mission est d’accueillir d’anciens légionnaires, le plus souvent en situation de précarité morale ou matérielle. La force du contrat signé « à titre étranger » est de reconnaître à celui qui a servi avec honneur et fidélité, le droit d’intégrer l’Institution à un moment quelconque de sa vie pour retrouver, selon sa volonté, une communauté de valeur et de partage.

Puyloubier Dans cette boutique, les produits des activités de réinsertion occupent une place centrale. Ils sont l’expression du travail des pensionnaires qui leur donne une place au sein de la « famille » en leur faisant mériter le respect de tous les autres membres. Ils conservent ainsi leur dignité. Et puis, pour certains pensionnaires ne goûtant pas spécialement aux loisirs, le travail a été et demeure leur seule façon d’exister dans la vie.

En achetant les produits de la boutique, vous montrez à ces « légionnaires » que le temps est sans effet sur la manière dont ils sont considérés, que les valeurs auxquelles ils croient et qui ont aidé à construire l’Histoire, continuent à renforcer la justice et la générosité nécessaires aux sentiments de fraternité, de camaraderie, d’entraide qui se fondent dans « l’esprit de corps ».

Puyloubier Votre geste de solidarité en achetant ces produits, donne un sens au « code d’honneur du légionnaire » qui intime de ne jamais laisser sur le bord du chemin un camarade, pour peu qu’il ait servi avec dévouement et sans jamais enfreindre les règles de l’honneur.

 

 

 

http://www.legion-boutique.com/index.php

 

 

La Maison du Légionnaire accueille depuis 1934 à Auriol les anciens légionnaires qui le souhaitent. Elle a été créée sur ordre du général ROLLET, père de la Légion et fondateur de la solidarité légionnaire.

 

Conditions d'admission

Cher ancien, quel que soit ton âge ou la durée de tes services à la Légion étrangère, tu es le bienvenu dans notre belle et paisible Maison pour le temps que tu voudras.


Son caractère familial, le soutien moral, administratif, social et matériel de ses membres doivent te permettre de vivre ici heureux et dans une grande liberté limitée uniquement par le respect de l'environnement, des autres et de toi même.
 

Conditions d'admission :
 
  • être ancien légionnaire
  • vivre en célibataire
  • être autonome physiquement
  • pouvoir payer la pension (à partir de 740 € par mois - pension complète)
  • être titulaire du certificat de bonne conduite

 

Documents
à apporter

 

  • Pièce d'identité (CIN, titre de séjour)
  • Justificatif de l'assurance sociale
  • Mutuelle

La Maison du légionnaire
  


68, chemin des Estiennes
13 390 AURIOL
Tél : call_skype_logo.png04.42.04.70.07
legion.maison@orange.fr

 

 

 

 

Puyloubier: le repos du légionnaire

 
Dominique CHABROL
29 avril 2013
 
 
 
Deux anciens de la Légion, pensionnaires de l'institution des invalides de la Légion étrangère (IILE), cueillent le raisin, le 23 septembre 2011 à Puyloubier, lors des vendanges dans les vignes de l'institution
Voir les photos
 
Photo Par Anne-Christine Poujoulat - Puyloubier, Bouches-du-Rhône, fin de parcours des combattants. Ils sont une centaine d'anciens légionnaires à finir leur vie dans ce vaste domaine provençal, calé au pied de la montagne de la Sainte-Victoire, devenu le centre d'accueil des invalides et la maison de retraite de la Légion étrangère

Puyloubier, Bouches-du-Rhône, fin de parcours des combattants. Ils sont une centaine d'anciens légionnaires à finir leur vie dans ce vaste domaine provençal, calé au pied de la montagne de la Sainte-Victoire, devenu le centre d'accueil des invalides et la maison de retraite de la Légion étrangère.

Le plus jeune a 46 ans, le plus vieux 92. Ils sont âgés ou simplement perdus, seuls, parfois gravement malades, et n'ont trouvé qu'une seule porte à laquelle frapper, celle de la Légion, dans laquelle ils ont servi parfois 60 ans plus tôt.

"Ici, la plupart des pensionnaires n'ont pas droit aux aides qu'apporte la France, parce qu'ils n'ont pas les cotisations retraites ou une durée de résidence suffisantes", explique le colonel Thierry Jullien, qui dirige le Foyer d'entraide de la Légion étrangère. Aujourd'hui les jeunes légionnaires sont plus en règle, ils ont des titres de séjour et les droits qui vont avec.

Dans les années 1950, les 240 hectares du domaine accueillaient les très nombreux blessés des guerres d'Indochine et d'Algérie. L'établissement leur donnait une formation et les aidait à se réinsérer dans la vie civile. Aujourd'hui, les pensionnaires viennent pour la plupart à Puyloubier pour y passer leurs dernières années.

Seule condition : avoir servi une fois dans la Légion et l'avoir quittée avec le certificat de bonne conduite, qu'obtiennent 99% des légionnaires.

La seule famille

"Vous avez des Hongrois, des Tchèques, des Italiens ou des Espagnols. Demain, il y aura des Ukrainiens et des Asiatiques", énumère le colonel Jullien. Certains sont sans ressources, d'autres payent leur séjour moins de mille euros par mois. Et une quarantaine de personnes, militaires et employés civils, font tourner la maison.

Les plus vaillants, barbes grises et treillis militaires, travaillent dans les 40 hectares de vigne dont la production finance l'accueil des pensionnaires. 200.000 bouteilles par an. Surtout du rouge, "parce que dans la Légion on boit du rouge", explique l'un d'entre eux. Une vingtaine d'anciens fabriquent des objets en céramique et le domaine produit aussi un peu d'huile d'olive. Les donations d'entreprises, de fondations ou d'amis de la Légion complètent le budget.

"C'est ici que meurent les héros. Quand il y en a un très médaillé qui meurt, à la chapelle on refuse du monde", explique le colonel Jullien : "Ils meurent au milieu des leurs, pour certains c'est la seule famille qu'ils ont connue".

Ancien légionnaire et infirmier diplômé, Jean Roynel s'occupe de l'encadrement médical. "Il faut réagir vite avant l'arrivée des secours. En cas d'urgence, l'évacuation se fait par hélicoptère sur l'hôpital d'Aix-en-Provence", confie-t-il, appuyé sur sa canne.

Une vie de baroud n'assouplit pas les caractères. "Puyloubier, c'est pas un havre de paix, glisse un jeune commandant. A 75 ans, ils peuvent se reprocher des choses qui datent de plus de 50 ans".

De la France, beaucoup d'anciens légionnaires ne connaissent que la Légion et s'adressent à elle en dernier recours. Comme ce Chilien qui a envoyé une lettre au lendemain du violent tremblement de terre en 2010 dans son pays: "Voila, ma maison est détruite, qu'est ce que vous pouvez faire pour moi ?" L'entraide de la Légion lui a envoyé de l'argent.

 

 

Sinon je pense qu' ayant servi la France, ils touchent une pension.

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonsoir, J'ai vu un collègue, lieutenant colonel de réserve de la Gendarmerie hier soir et je lui ai posé la question, une PMG c'est 15 jours. Une PMGA, ça ne lui parle pas, peut être le rajout de l'APJA, ce qui expliquerai ce rallongement de temps. 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Une journée type "bureau" où tu arrive le matin et repart le soir, ça peut être une mise en place pour un événement type fête du village, où tu patrouilleras toute la journée, la fête terminée, tu rentre chez toi. 

    berogeitabi

    Posted

    Bonjour.  Connaissez vous l'opération "FRANKTON"?  Cette opération a eu lieu pendant la seconde guerre mondiale. Elle est plutôt méconnue. Des kayakistes d'un commando anglais, emmenés par un sous marin à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde on remonté cet estuaire pour aller miner et couler des bateaux allemands dans le port de Bordeaux, ceci entre le 7 et le 11  décembre 1942. Pour commémorer les 80 ans de cette formidable et périlleuse opération des kayakistes du club de Mérignac vont refaire l'itinéraire parcouru par ces commandos. 5 équipages de kayakistes du SAM (sport athlétique mérignacais) dont un équipage féminin tenteront cette folle aventure. Demain 8 décembre, ils partiront depuis l'océan pour quatre jours en autonomie, en bivouaquant aux mêmes endroits où les anglais ont bivouaqués.  Ils prévoient d'arriver à Bordeaux ce dimanche 11 décembre où une cérémonie commémorative sera organisée. Voici un lien à consulter pour comprendre cette tentative réalisée par ces kayakistes en mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour que l'on vive libre aujourd'hui. Des kayakistes refont le parcours de l'opération Frankton en Gironde.  Source: 20minutes.fr Puis un autre lien vers le récit de cette opération et le sacrifice des commandos anglais. L'opération Frankton.    Source: 20minutes.fr Ici la carte de l'opération.  Source: 20minutes.fr         A l'occasion d'un passage au Verdon, j'avais publié les photos du monument du souvenir lié à cette opération. Je vous les remets ici.  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Pour la plaque dans certain surplus, le bon coin, eBay... 05 pour le centre de recrutement de Toulon (seul et unique pour nous) les deux chiffres suivant correspondent à ton année d'incorporation puis les chiffres suivant aux nombre où tu te trouver dans la file. Ex : 05 92 48521 donc 05 pour Toulon, 92 pour incorporation à Hourtin ou Querqueville en 1992 et l'incorporé était le 48 521 -ème à passé.  

    Milites

    Posted

    Merci beaucoup bouchon gras, J’ai eu la chance de croiser une personne qui a travailler à saint mandrier, et qui a pus me préciser les périodes,  La semaine d’evaluation et soi en juin soi en septembre, pour septembre ont enchaîné directement le Plg de bord en temp Qmf jusqu’au début de l’année suivante pour faire maistrance en janvier/février et faire l’école de spécialisation derrière Merci à toi et bonne continuation   
×
×
  • Create New...