Aller au contenu
Bouchon-Gras 49

Portraits de gendarmes réservistes

Messages recommandés

Je vous propose quelques portraits de citoyens, réservistes dans la Gendarmerie Nationale :

Au service des autres et de la République, qui sont les réservistes ?

Publié le

PAR MATHILDE COUSIN

Ce sont des hommes de l’ombre, qui jouent un rôle essentiel dans la protection des citoyens. Les réservistes de l’armée et de la gendarmerie sont en première ligne suite aux attentats. Le président François Hollande propose d’augmenter leur nombre et de les transformer en garde nationale.

« Faire partie de la réserve, c’est porter les valeurs de la République », explique fièrement Jean-Christophe, réserviste dans la gendarmerie. Depuis près de douze ans, ce directeur général des services dans une mairie  dans le civil effectue de nombreuses missions au sein de ce corps : réinsertion des gendarmes en fin de carrière, contrôles routiers, transferts de prisonniers, encadrement du concours de gendarmerie… « On va renforcer les gendarmes sur le terrain », résume-t-il.

Jean-Christophe est un homme de l’ombre, qui donne de son temps pour ses concitoyens. Sur ses jours de repos, il endosse l’uniforme bleu. Pour le grand public, impossible de faire la différence entre un réserviste et un « gendarme d’active », c’est-à-dire un gendarme ayant passé les concours de ce corps de l’État. Les deux ont le même uniforme et portent une arme. « On reçoit une formation tir tous les ans », souligne le Nordiste. Chaque réserviste passe aussi des tests psychologiques.

 

Rendre service

Être réserviste, c’est aussi effectuer des missions de nuit. « J’ai effectué le contrôle des véhicules à la sortie des discothèques », confie Patrice (1), un enseignant dans le Pas-de-Calais et réserviste dans la gendarmerie. Mais qu’est-ce qui motive ce jeune père de famille à s’engager sur son temps libre ? « On le fait parce qu’on veut rendre service aux autres. Et, au sein de la réserve, on a un esprit de camaraderie qui est exceptionnel. » Patrice garde aussi un très bon souvenir de son service militaire. Il n’a pas de motivation financière : en tant que sous-officier et père de famille, il gagne 60 euros pour une journée d’intervention. Et la journée peut durer… « On sait quand on part, on ne sait jamais quand on va rentrer. »

Il vaut mieux que l’entourage soit prêt à accepter cet engagement : Jean-Christophe Diéval et Patrice témoignent d’employeurs compréhensifs. Quant aux conjointes et aux enfants, ils vivent avec.

Tous deux ont suivi les déclarations de François Hollande devant le Congrès, lundi 16 : « Je souhaite que l’on tire mieux parti des possibilités des réserves de défense, encore insuffisamment exploitées dans notre pays, alors que nous avons justement ce gisement, a déclaré le président de la République. Les réservistes (…) constituent les éléments qui peuvent demain former une garde nationale encadrée et disponible. »

« La garde nationale, c’est déjà ce que l’on fait, réagit Patrice. On est déjà sur un territoire, sur de la vigilance et de la citoyenneté. Après, plus on est, mieux ce sera. » Jean-Christophe Diéval souligne, lui, que « des volontaires, il y en a. Mais la question, c’est que, si on fait appel à plus de réservistes, il y aura des coûts. »

 

1. Il ne souhaite pas divulguer son identité complète.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parue dans la Dépêche :

L'impact des réservistes

Au bord des routes, dans les brigades, ce sont des renforts appréciés. Ils font même partie de la famille de la gendarmerie. Les 140 réservistes du groupement sont choyés : «c'est une priorité pour moi, indique le colonel Daniel. nous les sollicitions régulièrement et nous les formons. C'est une vraie force de frappe sur le terrain». Hier, Stéphanie, juriste de 28 ans dans le civil, a mis la tenue : «Mon père était gendarme et c'était naturel pour moi. Je suis réserviste depuis sept ans. C'est une belle façon de rendre service aux autres». Thierry travaille dans le secteur aéronautique, à Toulouse. Il est adjudant et réserviste depuis 2000 : «ça me fait sortir du quotidien. on fait de tout, on est là pour aider les gendarmes d'active. On essaie de se montrer disponible».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Bouchon-Gras 49
      02.12.2018
      Le 41e RT a déployé ses réservistes lors de l'exercice Maréchal Lannes

      Les réservistes de l'ECER (escadron de circulation et d'escorte de réserve) du 41e régiment de transmissions ont participé à la manœuvre "Maréchal Lannes" de la 2e brigade blindée, en cette fin de mois de novembre, en région nord-est, sur le camp de Mourmelon en Champagne (photos 41E RT).
      Aux côtés de la dizaine de militaires d'actives, près de 30 réservistes ont été engagés dans cet exercice qui a rassemblé 1 400 militaires qui ont été déployés pour un entraînement au combat de haute intensité, avec près de 200 véhicules dont des chars Leclerc, des VBCI, des canons AUF1.

      Parmi les réservistes, le lieutenant de réserve Ludivine a exercé les fonctions de DL (détachement liaison) et a apporté son expertise en tant que spécialiste circulation au PC (poste de commandement) de la 2e brigade blindée.
      Le lieutenant de réserve Maxime a assuré quant à lui les fonctions de chef de peloton de circulation.
      Son peloton a dû "reconnaître" les itinéraires de nuit, assurer l’escorte des rames de véhicules blindés, déterminer des itinéraires "viables" en termes de tonnage et de gabarit et, en outre, déterminer avec les éléments de l’Arme du Génie, la zone d’emplacement d’installation d’un SPRAT (Système de Pose Rapide de Travures), permettant de déployer un pont modulaire d'assaut pour le franchissement d’un cours d’eau par des chars Leclerc.
       
      ( Source : Ligne de Défense )
    • Par MsMaverick34
      Bonjour, 
      Actuellement militaire du rang (QM2) dans la Marine et pacsée à un Second-Maître affectée au Bataillon des Marins Pompiers de Marseille, je souhaiterais passer le concours SOG afin d'intégrer la Gendarmerie. 
      Je sais qu'en "inter-armée" le rapprochement de conjoint est possible même si extrêmement compliqué à faire valoir auprès de la hiérarchie, mais effectivement tout de même possible. 
      J'ai contacté un recruteur du CIR afin de savoir si ce même rapprochement était possible ou non entre un gendarme et un marin… Tout en sachant que mon conjoint ne peut pas être muté, puisqu'un marin pompier de Marseille… Ca bosse forcément à Marseille. Ce dernier m'a expliqué qu'il ne fallait compter là dessus, puisque cette mesure semble déjà compliquée à mettre en place entre deux gendarmes, "alors imaginez entre un gendarme et un militaire d'une autre arme, n'y pensez même pas !"
      Est-ce le cas ? 
      Et si ce n'est pas le cas, quelles peuvent être les démarches que je serais amenée à entamer afin de parvenir à me faire affecter dans une brigade pas trop loin de notre domicile ? Quel serait le délai d'attente ? 
      Il y a bien-sûr le facteur "chance" en sortie d'école et une place tout prête pour moi dans le 13. Mais on ne peut pas faire une vie sur des "peut-être que"... 
      Merci par avance pour vos réponses qui je l'espère, pourront m'éclairer  
    • Par Ahrtok
      bonjour a tous!
      je  suis dans la procédure d’engagement pour la réserve opérationnelle et j'avais quelques petites questions
      tout d'abord,a quel moment envoyer sa lettre de  motivation? dois-je attendre que cela me soit demandé ou puis-je l'envoyer directement à la cellule de recrutement?
      doit t'elle être manuscrite ou informatique?
      Et sinon voici  ma lettre! je serais heureux d'avoir votre avis et vos suggestions pour l’améliorer!
       
       
      Objet : Candidature pour engagement en tant que réserviste opérationnel
      Mon colonel
      J’ai l’honneur de vous adresser ma candidature pour intégrer la réserve opérationnelle de l’armée de terre
        Âgé de 19 ans et actuellement  en deuxième années  de CAP ébénisterie  à l’école  d’ameublement  de Paris, étant extrêmement motivé, cultivant un esprit de rigueur et de dépassement de soi,  je pratique de façon régulière la cours à pied, la natation et commence le krav maga très prochainement
       Ma motivation d’intégrer la réserve est portée par l’envie   d’être utile  à la population et à mon pays en toutes circonstances et en tous lieux,  de partager et de découvrir  des valeurs  d’entre aide, de camaraderie  de loyauté et d’honneur commune à l’armée, de me surpasser et d’apprendre sans cesse de nouvelles choses qui me seront utiles pour moi et pour les autres tout au long de ma vie
      Cela  serait également pour moi un privilège de pouvoir intégrer un de plus ancien et prestigieux  régiment de France de par son histoire et c’est nombreux exploits passer et actuel.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   De plus cela me permettra d’acquérir une première expérience militaire tout en améliorant et en apportant mes capacités à notre armée  en vue d’un possible futur engament    
       
      Je vous prie, Monsieur le colonel, de bien vouloir agréer l’expression de mes sentiments respectueux.
       
      merci  d'avance pour votre aide !
       
    • Par Rodd
      Bonjour,
      J'ai postulé il y a un certain temps à la réserve de la Gendarmerie Nationale mais pour le moment je n'ai pas eu de PMG ou de FORT. Le problème est que j'atteindrais bientôt la limite de validité de mes tests psychotechniques. Ma question est donc, que faire si jamais je n'ai toujours pas de stage après la date anniversaire de mes tests et comment les refaire pour accéder à un stage ?
      Merci 🙂
    • Par saganthegoat
      Bonjour à tous, 
      J'ai 17 ans et souhaiterais intégrer la réserve opérationnelle de l'armée de terre. 
      Ayant un emploi du temps chargé (passionné de musique et de cyclisme, étudiant en prépa l'année prochaine) j'aimerais avoir des renseignements sur la vie de réserviste (nombre moyen de jours de missions, types de missions à 17 ans,...) 
      Même si ce n'est bien sûr pas la raison de ma volonté de m'engager, participer à l'opération Sentinelle est une motivation et j'ai lu quelque part qu'on ne peut y participer à 17 ans, vous confirmez ? 
      Je compte me rendre au CIRFA de La Défense dans la semaine, faut-il prendre rendez-vous ou peut on directement aller poses ses questions ? 
      Enfin, pour la formation initiale, si elle tombe en période scolaire, l'armée peut elle délivrer un justificatif d'absence à mon établissement scolaire ? 
      Merci d'avoir pris le temps de lire ! 
×