Jump to content
Liotax

Idées de prix équipements FAMAS

Recommended Posts

Bonjour,

Je vous poste ce message car j'aimerais vendre de l'équipement FAMAS qu'a collègue à moi m'avais vendu, maintenant je souhaite m'en séparer.

Je voudrais donc savoir un peu près à quelle prix je pourrais revendre mes équipements, j'ai fait des petites recherche sur internet mais j'aimerais avoir d'autres avis.

 

Je dispose donc :

- Une PGM réglementaire pour FAMAS (Camouflage fait par mes soins)

- Une raill pour PGM FAMAS (Camouflage fait par mes soins)

- Une crosse pour FAMAS (Camouflage fait par mes soins)

Je vous remercie d'avance.

 

Cordialement,

LIotax

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Alors je ne suis pas sur que tu puisses vendre sur le forum ou même faire de la pub pour un produit externe au forum après si c'est pour avoir une idée des prix cela doit être différent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

si tes articles sont destinés au Famas en dotation dans les armées, ils,sont considérés comme de la même catégorie, 1 me semble-t-il , à l'époque c'était la 1ère catégorie, donc pas de "publicité" sur ce forum.

Par contre si c'est pour de l'airsoft, je demanderai l'avis des admins.

j'attends ta réponse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Similar Content

    • By Delta29
      Salut a tous, je ne sais pas trop si je suis dans le bon topic ou pas.
      Je me lance quand même.
      Au début de mon incorporation j'ai pu constaté que au salon d'habillement de la base navale de brest ils étaient à chaque fois en rupture de stock pour des paires de manchon,des bachis voir même des éléments de tenue de service courent ou des tenue de protection pour le personnel embarqué.
      Pour ma part il me manquait le Bachi(problème réglé depuis).
      Mais je prends l exemple d une de mes camarades de mon groupement il n'avaient carrément plus de tricorne et de ceinture or la ceinture est me semble s'il obligatoire dans le port de la TSC.
      Ou alors un jeune engagé comme moi qui n'a pas tout simplement pas pu se faire habillé alors qu'il commençait dans 3 jours.
      Un patron avec qui je parlais me parlait que a Querqueville les jeunes engagés en temps que matelot faisant leurs classes en treillis et baskets.
      Et de manière générale il est difficile de trouver un créneau horaire afin d'aller au salon d'habillement car il est ouvert de 9h a 11h45 si ce n'est moins et reouvre de 14 à 15h45 il est difficile pour une bonne partie des marins qui sont affecté sur la presqu'île ou même plus loin de venir chercher une paire de manchon ou une ceinture etc...
      Personnellement je vois souvent des marins qui après le degage vont se fournir dans un surplus militaire non loin de l'arsenal afin de compléter ce qu'il leur manque.
      Enfin je souhaiterai souligner un défaut sur les chaussures de service courent qui ont un défaut sur les fermeture éclaire, elles lâchent au bout de quelques temps pour ce qui est de mon cas je suis obligé de travailler avec les chaussures de sorties en attendant de faire changer les fermeture éclaires chez un cordonnier.
      J'ai énuméré un certains nombre de problème en lien avec l'habillement et je souhaiterai savoir si quelqu'un aurai une idée de la base de ce problème.
      Enfin j'ai une dernière question ce problème est il généralisé a toute la marine voir aux autres armes?
      Je vous remercie d'avoir lu ce "petit pavé interrogatif"
      Cordialement 
    • By Bouchon-Gras 49
      La Marine Nationale perd l' Adroit ( qui ne lui appartenait pas ).
      06.04.2018
      L'Adroit et trois OPV de Kership vendus à l'Argentine

      Kership, la co-entreprise entre Piriou et Naval Group, vient d’enrichir son carnet de commandes.
      Comme l’a confirmé à Ouest-France Jean-Yves Le Drian, toujours fidèle à son poste de VIP de l’industrie militaire tricolore, le gouvernement argentin a négocié un quadruple achat au profit de sa marine dont les moyens vieillissent et s’avèrent très insuffisants pour assurer la surveillance de la ZEE nationale.
      Avant-hier soir, les ministres français et argentin des Affaires étrangères se sont entendus sur une prochaine vente par la France de quatre bâtiments militaires.
      Cet accord était dans les tuyaux depuis une bonne année. La valeur de ce marché est d’environ 300 millions d’euros.
      Trois de ces bâtiments seront construits à Lorient ; il s’agit d’OPV (Offshore Patrol Vessel) Gowind, des patrouilleurs de 90 m de long. Ils seront chargés de missions de sauvegarde maritime (secours en mer, immigration clandestine, police des pêches, lutte contre les pollutions, lutte contre le narcotrafic, surveillance maritime).
      La quatrième unité est L’Adroit, un OPV construit par DCNS sur fonds propres et mis à disposition de la Marine nationale depuis 2011.
       
      ( Source : Ligne de Défense )
    • By Pendemonium
      Le Général Ract-Madoux , lors de son audition au Sénat en octobre 2011 (http://www.senat.fr/...4/etr.html#toc9)
      Dans les concurrents officiels, nous trouvons ce jeune entrepreneur français:
      source :http://infos.fncv.com/post/2012/01/14/armement-FAMAS-fabrication-française-fusil-assaut
      image : http://www.opex360.c...sseur-au-famas/
      Depuis l'évaluation par le STAT, on n'en sait pas plus sur ce produit. Des infos ?
    • By Archerlite
      Bonjour, 
      petite mise au point des sujets concernant le remplacement du FAMAS dans nos armées.
      Il y a quelques années le FAMAS a été "déclaré" obsolète. En effet n'oublions pas que sa conception date de 1970. La Manufacture d'Arme de Saint-Etienne ayant fermé il est désormais très compliqué de remplacer les pièces usagées ou les FAMAS "morts". De plus le FAMAS (selon le ministère de La Défense) s'abimait plus rapidement lors de l'utilisation de cartouches (balles) en laiton, métal utilisé dans la fabrication des cartouches de l'OTAN. Le ministère devait donc commander un surplus de cartouches en acier pour les opérations dans lesquelles le laiton n'était pas obligatoire. Pour ces raisons (et d'autres) le ministère de La Défense a lancé un appel d'offre en vue de remplacer le FAMAS : le nouveaux fusil devait être compatible avec le système Fantassin à Equipement et Liaisons INtégrées (voir topic spécialisé) equipant nos FAMAS et FRF-2, pouvoir porter un lance-grenade sous le fusil, etre de calibre 5,56 OTAN, pouvoir transpercer un casque de nouvelle génération à 200m... 
      Cinq entreprise ont proposé un remplaçant : la FN Herstal a proposé le SCAR, Beretta a proposé ses fusils ARX, Heckler&Koch a proposé la HK416, Swiss Arms a proposé le SIG516 et HS Produkt son VHS2 (ressemblant énormément au FAMAS).
      Et c'est la firme allemande Heckler&Koch et sa 416 qui remporte le contrat. Selon le ministre Jean Yves le Drian l'armée française sera désormais  équipée de "la Rolls des fusils d'assaut". Ce fusil d'architecture Carabine a, selon la DGA "remporté les tests haut la main, sans faiblir". Ce fusil présente de plus des caractéristiques logistiques plus pratiques que le FAMAS : crosse déployable s'adaptant à la morphologie du tireur, moins lourde bien que légèrement plus grande... De plus l'entreprise allemande Heckler&Koch aurait fair un effort sur le prix, contrairement à ses concurrents, le ravaissant autour de 4 000€ l'unité.
       
      Pas d'affolement toutefois la commande portant sur 100 000 fusils 416 en 15ans. Notre armée comptant presque 300 000 soldats le FAMAS ne part pas tout de suite !!!
      Il est à noté que de nombreuses unités d'assaut étaient déjà équipées de HK416 (GIGN, RAID...) 
      Des rumeurs courent sur l'achat de fusils d'assaut HK417 pour compléter les 416, le 417 possédant un calibre 7,62 OTAN et non 5,56 OTAN.
    • By Bouchon-Gras 49
      Tous ceux qui touchent une solde de l' Armée, d' active ou de réserve, ont du recevoir avec leurs feuille de solde, la lettre d' information de la création de la prestation SPEC ( Service de Proximité pour les Equipements du Commissariat ), groupe ABILIS.
      Je viens finalement de découvrir le site : http://www.groupe-abilis.fr/groupe-abilis.html
       Ayant posé la question du fonctionnement de ce service au salon d' habilement de Toulon, lors de ma dernière période, on m' a regardé avec des yeux exorbités, personne n' était au courant. ( J' ai cru même avoir rêvé  )
       A voir...
  • Sujets

  • Messages

    • Bonjour Ludo, soit le bienvenu parmi nous. Je te souhaite bonne chance pour tes projets. Au plaisir.
    • Bonjour à toutes et à tous! Je me présente, je m'appelle Ludo , j'ai 22 ans , je suis actuellement étudiant en L3 Sciences de la vie et de la Terre .  J'ai pour projet de passer le concours SOG, dès la fin de mon diplôme.  Au plaisir de discuter!
    • As durant la Grande Guerre, général est collaborateur durant la seconde, Armand PINSARD. ( Pour info :Il est ici nullement le fait de faire l’apologie d'acte de collaboration, mais le récit de la vie d'un AS de la 1er guerre, de plus je rappel que cet homme a été jugé et puni pour ces faits ) Armand Pinsard, né le 29 mai 1887 à Nercillac (Charente) et décédé le 10 mai 1953 à Ceyzériat (Ain) Né dans une famille d'agriculteurs, Armand Pinsard s'engage dans l'armée en 1906 et sert au 2e régiment de Spahis au Maroc jusqu'en 1908 où il est affecté au 1er régiment de chasseurs à cheval en France. Il se porte alors volontaire pour servir dans l'aviation militaire, et, obtenant son brevet de pilote le 15 février 1913, est l'un des rares pilotes militaires d'avant-guerre. Il sert dans l'Escadrille MS23 (en) en août 1914. Envoyé au front dès le début des hostilités, avec l'escadrille SPA 23, créée à Saint-Cyr-l'École, où il croise Roland Garros, il est fait prisonnier le 8 février 1915, après que son appareil ait effectué un atterrissage forcé derrière les lignes allemandes. Il entreprend plusieurs tentatives d'évasion ; après plusieurs échecs et une année de captivité, il réussit à s'évader en compagnie d'un camarade en creusant un tunnel sous le mur de leur prison. Après avoir rejoint les lignes alliées, il est promu lieutenant et reprend l'entraînement pour prendre en mains les nouveaux avions de chasse mis en service pendant sa captivité. Il est alors versé dans l'Escadrille N 26 où il pilote le tout premier chasseur SPAD S.VII envoyé au front, puis la N78 dont il prend le commandement, et finit la guerre à son ancienne escadrille, la SPA 23. , remportant un total de 27 victoires aériennes confirmées entre le 1er novembre 1916 et le 22 août 1918, dont 9 sur des ballons d'observation ennemis. Il a été l'un des premiers pilotes à combattre avec le SPAD S.VII, son appareil étant peint en noir. En 1916, il est décoré de la Légion d'honneur, puis est élevé au titre d'officier en 1917. Il est 8e dans la "liste des as" pour le nombre d'avions abattus confirmés. Resté dans l'armée en tant que militaire d'active, il va progressivement monter en grade et accéder à diverses postes à responsabilité dans l'aviation de chasse durant l'entre-deux-guerres. En 1929, il est impliqué dans une affaire de corruption en ayant accepté une rétribution d'une société aéronautique en échange de son appui pour une commande - l'affaire sera étouffée par le ministre de l'air Laurent-Eynac. En 1932, il crée et commande la 7e escadre de chasse, sur le terrain de Dijon. En novembre 1936, il commande la 11e Brigade de Chasse, affectée à la base aérienne 122 Chartres-Champhol. En 1940, avec le grade de général il commande le groupe de chasse 21, à Gouvieux-Chantilly.     Armand Pinsard sert toujours dans l'Armée de l'Air française pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que commandant du Groupe de Chasse 21. Il a à sa dispostion un Morane Saulnier 406 qu'il a fait peindre en noir, marqué de la cigogne de l'ex-SPA 26, qu'il baptise "Le Pirate". Il sera blessé, au sol, le 6 juin 1940 lors du bombardement de l'aérodrome des Aigles, à Gouvieux-Chantilly (Oise), où il sera très grièvement blessé. Hospitalisé à Paris et soigné par le docteur Thierry de Martel, il évacue la capitale dans une ambulance juste avant l'arrivée des troupes allemandes. Réfugié en Zone Libre où il passe sa convalescence au Canet, il y rumine contre les causes de la défaite en écrivant une lettre au maréchal Pétain dans laquelle il plaide pour une dictature militaire implacable pour redresser le pays : "Le français ne demande qu'à être dirigé, il suffit donc de lui donner les chefs qui en sont aptes". Guéri de ses blessures, Pinsard va s'installer à Vichy et va y militer pour l'acquittement d'Emile Dewoitine, incarcéré par le régime de Vichy. Il est en fait rétribué par le gouvernement japonais qui souhaite embaucher l'industriel français. Le général Jean Bergeret fait alors expulser le général Pinsard de Vichy. Ce dernier s'installe alors à Paris au début de l'année 1942 où il va se rapprocher des cercles collaborationnistes et soutenir le gouvernement de Pierre Laval lors de réunions politiques. Au mois d'août 1943, il accepte la responsabilité d'inspecteur général des œuvres sociales de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme LVF. Il est arrêté par la police à la libération le 1er septembre 1944 et interné à la prison de Fresnes, d'où il sera jugé pour faits de collaboration et condamné le 6 novembre 1944 aux travaux forcés à perpétuité et confiscation des biens par la Cour de justice de la Seine. Il va cependant bénéficier des mesures de clémence et voir sa peine commuée en 1946 à 10 ans de prison, puis libéré en 1947 et rétabli dans ses droits à pension de général en 1948. Son fils Jacques, qu'il a fait inscrire à la Milice en 1944, est condamné à l'indignité nationale et part pour l'Argentine où il va décéder d'un accident de la route en 1947. Armand Pinsard décède le 10 mai 1953, âgé de 65 ans à Ceyzériat (Ain), lors d'un dîner d'anciens pilotes, les "Vieilles Tiges". Le corps du général Pinsard a été inhumé une première fois à Bourg-en-Bresse puis transféré ultérieurement au cimetière d'Arcachon (carré 15).   ( Source : Wikipédia   https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Pinsard  )  
  • Popular Contributors

×
×
  • Create New...

Important Information