Jump to content

Création d'un... septième commando marine.


Recommended Posts

  • Administrateur

J' ai appris dernièrement, par des bruit de coursives mais surtout par des articles de presse, que la Marine, plus précisément ALFUSCO envisagerai la création d' un septième commando marine.

Défense. Une nouvelle unité commando marine à Lorient

Une septième unité de 150 soldats va être mise sur pied à Lorient pour assurer le soutien logistique des forces spéciales de la Marine. Son n'est pas encore arrêté.

 

Après la création du commando Kieffer en 2008, la force des commandos marine, dont l'état-major est à Lorient, va constituer une nouvelle unité.

Le contre-amiral Olivier Coupry, actuel patron des commandos marine, l'a annoncé il y a quelques jours. 

Entre Toulon et Lorient

Actuellement, les 700 marins de la force sont répartis entre Toulon, où est basé le commando Hubert, et Lorient.

La ville morbihannaise accueille les commandos Jaubert, de Montfort, de Penfentenyo, Trépel et Kieffer, ainsi que l'état-major et la base arrière.

Base arrière remodelée

C'est cette base arrière qui va être remodelée. Elle assure le soutien logistique des unités lorientaises déployées hors du territoire national, en opérations extérieures.

La nouvelle unité devrait recruter des spécialistes puis les former dans la spécialité « commando marine ».

Quel sera son nom ? 

Le nom de ce septième commando n'est pas encore arrêté.

Selon l'hebdomadaire le marin, ce pourrait être François, "une unité qui fut exterminée en Indochine" ou Ponchardier, qui regroupa "des volontaires de l'aéronavale et de la marine embarqués pour opérer en Indochine".

( source Ouest France 21 mai 2015 )

Bientôt un 7e commando marine pour assurer le soutien logistique

insigne.jpgSelon mes excellents camarades du marin, et aussi selon Theatrum Belli, relayant une (relative) indiscrétion de l'amiral Coupry, la marine devrait créer un 7e commando marine qui sera basé à Lorient.

L'EM de la Marine confirme cette information.

Le niveau des effectifs n'est pas encore défini, contrairement à ce qui disent mes collègues, mais ils proviendront majoritairement de la base des fusiliers marins et des commandos (BASEFUSCO). En revanche, cette nouvelle unité sera bien chargée du soutien logistique (maintenance par exemple) des autres unités lors de leurs déploiements extérieurs.

Quant à son nom, "François" ou "Ponchardier", il semblerait que le premier nom puisse l'emporter. Né à Nogent le Rotrou en 1913, le lieutenant de vaisseau Jacques François commandait une flottille amphibie. Il a été tué au combat le 6 janvier 1947 à de Nam Dinh. La Marine a ensuite donné son nom à l'un des six commandos alors en formation.

Le texte du marin:
"la Marine va créer une septième unité de commando marine, la plus volumineuse en effectifs avec, probablement, entre 140 et 200 personnels. Ce septième commando marine sera installé à Lorient et reprendra une partie de l’actuelle base commando morbihannaise, qui aligne environ 250 marins dans le soutien direct des unités opérationnelles. On y trouve entre autres une armurerie, un garage pour véhicules terrestres, une station de maintenance d’embarcations, un groupe d’entretien de parachutes… Le nom de ce septième commando n’est pas encore arrêté. Il pourrait néanmoins être choisi entre celui de François, une unité qui fut exterminée en Indochine (moins d’une dizaine de survivants ont traversé les années jusqu’à nos jours) et Ponchardier, qui fut formé à partir de volontaires de l’aéronavale et de la marine embarquée, pour opérer en Indochine, en 1944-1945. C’est vraisemblablement le chef d’état-major de la Marine qui tranchera, après consultation du service historique de la Défense. La création effective devrait intervenir fin 2015. Depuis la fin 2014, la Marine avait déjà intégré cette base commando dans les effectifs de ses forces spéciales, ainsi passés de 500 à 750."

( source Ligne de Défense 21 mai 2015 )

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

Le texte du marin:

 

"la Marine va créer une septième unité de commando marine, la plus volumineuse en effectifs avec, probablement, entre 140 et 200 personnels. Ce septième commando marine sera installé à Lorient et reprendra une partie de l’actuelle base commando morbihannaise, qui aligne environ 250 marins dans le soutien direct des unités opérationnelles. On y trouve entre autres une armurerie, un garage pour véhicules terrestres, une station de maintenance d’embarcations, un groupe d’entretien de parachutes… Le nom de ce septième commando n’est pas encore arrêté. Il pourrait néanmoins être choisi entre celui de François, une unité qui fut exterminée en Indochine (moins d’une dizaine de survivants ont traversé les années jusqu’à nos jours) et Ponchardier, qui fut formé à partir de volontaires de l’aéronavale et de la marine embarquée, pour opérer en Indochine, en 1944-1945. C’est vraisemblablement le chef d’état-major de la Marine qui tranchera, après consultation du service historique de la Défense. La création effective devrait intervenir fin 2015. Depuis la fin 2014, la Marine avait déjà intégré cette base commando dans les effectifs de ses forces spéciales, ainsi passés de 500 à 750."

( source RP Défense / Le Marin )

 

Petit aparté historique :

Le commando François en Indochine :

559ab662a4c03_Insigne_Cdo_Franois_1.thum

HISTOIRE :le commando des fusiliers-marins François 28 au 29 mai la bataille de Ninh Binh !

3837.jpg

Créé en mai 1947 le commando des fusiliers-marins " François " porte le nom du lieutenant de vaisseau François Jacques, mort pour la France, à la tête d’une flottille amphibie, en Indochine, le 6 janvier 1947.

Engagé en Indochine, le commando François, commandé par le lieutenant de vaisseau Labbens, est basé dans la province de Ninh Binh en mai 1951.

 

Avant de rejoindre l'Indochine, le commando François, à cause des troubles qui venaient d'éclater à Madagascar au printemps 1947, prit passage à Toulon sur le Duguay-Trouin qui le débarqua à Diego-Suarez le 28 Mai. Il participa pendant 5 mois aux opérations de pacification de la grande île, oprérant successivement au mois de Juillet avec la compagnie de débarquement du Duguay-Trouin dans le secteur de Maroansetra, puis à Andevorante au Sud de Tamatave, au mois d'Août avec les compagnies de débarquement du Duguay-Trouin, de l' Ajaccienne et du Tunisien dans le secteur de Fénerive. Du 1er au 16 10 il procède à la pacification du secteur côtier au Sud de Tamatave, le long du canal de Pangalanes. Au cours d'un séjour de 140 jours à Madagascar, le Cdo François a passé 101 jours dans la brousse, parcouru 2500 Kms à pied et mérité les félicitations du haut commissaire.

Fin mai 1951 le commando se positionne dans l’église abandonnée du village de Ninh Binh.la guerre d’Indochine fait rage. Deux fois vaincu par de Lattre aux portes de Hanoi, Giap a décidé de conquérir coûte que coûte le delta tonkinois. Aux lisières de la jungle, il a posté ses trois meilleures divisions. Au soir du 28 mai, elles se ruent à l’assaut des rizières.

Pour leur barrer la route, un fortin dérisoire, l’église de Ninh-Binh tenue par le "commando François",

une poignée de marins aux ordres du lieutenant de vaisseau Labbens. 76 gamins, dix-neuf ans en moyenne, contre lesquels se brisent les vagues viêts. Encerclé dans la nuit par deux bataillon Viêt-minh, ils soutiennent jusqu’à l’épuisement, une lutte prodigieusement inégale et après avoir tenté et réussi une sortie en force et s’être regroupé à mi-chemin du DAY, ils doivent finalement succomber à bout de munitions.

En un combat digne des meilleures traditions militaires, ils ont tenu en échec presqu’un régiment entier et fait perdre à l’ennemi 24 heures de son attaque. Grâce à leur courage, Giap, qui comptait sur l’effet de surprise pour gagner la bataille du Day, devra admettre son échec : l’héroïsme des commandos a permis à de Lattre d’organiser sa riposte. Les commandos-Marine de Ninh-Binh avaient de qui tenir : sept ans plus tôt, leurs anciens, les 177 volontaires de Kieffer, avaient, le 6 juin 1944, représenté la France sur les plages de Normandie.
Le commando François restera comme un exemple des plus belles qualités militaires poussées jusqu’au sacrifice total.

Les 76 hommes (74 européens et 2 supplétifs vietnamiens) du commando ne se doutent pas que le général Giap a programmé une troisième et vaste offensive dans le sud du delta tonkinois avec  trois divisions d’élite et des bataillons régionaux.Le commando se trouve dans l’axe de progression de la division 308 du général, composée de 8000 hommes et dotée de canons sans recul.

Dans la nuit du 28 au 29 mai, à 4 heures du matin, alors que l’aube va bientôt se  lever, le commando est encerclé.Nos fusiliers-marins cherchent à briser l’encerclement par une résistance acharnée mais ils finiront par succomber sous le poids du nombre et par manque de munitions.

Le bilan est lourd : on dénombre 40 morts et 9 disparus (dont 5 « présumés fusillés »).

Des 29 rescapés, 5 seront placés en captivité.

Le commando François sera cité à l’ordre de l’armée de mer le 12 décembre 1951 avec la citation suivante : « Ayant en un combat digne des meilleurs traditions miliaires tenu en échec presque un régiment a fait perdre à l’ennemi 24 heures de son attaque.
Par sa témérité, par son ardeur au combat le commando François restera comme un exemple des plus belles qualités militaires poussées jusqu’au sacrifice total 
».

Le commando François a été dissous en mai 1953." En Indochine, de 1946 à 1954, en 8 années de guerre, les commandos marine (Jaubert, François, de Montfort) ont eu environ 104 tués sur un effectif de 1200 hommes. 61 de ces morts pour la France appartenaient au commando François (49 morts ou disparus à Ninh Binh le 30 mai 1951, fusillés par le Viêt-Minh pour la plupart et 7 morts à Anh-Thoi le 23 avril 1949), dissous en 1953. Ces faits d'armes ont valu à ce commando l'attribution de quatre citations à l'ordre de l'armée de mer (1948, 1950 et deux fois en 1951) et l'attribution de la fourragère aux couleurs de la médaille militaire avec l'olive croix de guerre TOE (1952) et la fourragère aux couleurs de la croix de guerre TOE (1951), qui s'ajoute à la fourragère de la Légion d'Honneur attribuée à tous les commandos marine, pour la participation des Commandos au débarquement du 6 juin 1944 et leurs faits d'armes postérieurs.François Jacques, Henri, Georges né à Nogent le Rotrou ( Eure et Loir) le 11 11 1913. Le 05 01 1947 le LV François assure le commandement d'une flottille amphibie ( 2 LCT, 2 LCI, 4 LCM et des LCA) et remonte le fleuve rouge jusqu'en amont de Nam Dinh. Le 06 01 à 5h25 la flottille appareille et pénètre dans la canal vers la ville assiégée. Dès l'entrée de ce canal dont les berges les dominent, les bâtiments sont pris à partie par des armes automatiques. Le LV François est tué, la marine donnera son nom à l'un des six commandos en formation.

( source, article : Veterans Jobs Center du 28 05 2013 )

ninh_binh-2000_cle82a391.thumb.jpg.b9101

http://cdojaubert.canalblog.com/archives/2007/09/21/9388633.html

Le commando Ponchardier :

 

ponchardier_fnfl.JPG

( source école navale et traditions )

offici9551.thumb.jpg.4493f59060983ef9629

Le commando Ponchardier est une unité dissoute de l'armée française constituée par l'amiral Henri Nomy à la fin de la Seconde Guerre mondiale sur le modèle des SAS britanniques. Le bataillon, initialement destiné à intervenir en Indochine au sein du CLI (5e RIC) contre les Japonais, est engagé contre le Viet Minh dans la région de Saigon de fin 45 à mi 46.

Création et différentes dénominations

  •  : création du commando parachutiste de l'aéronautique navale.
  •  : création du SAS Bataillon.
  •  : le SAS B devient Groupement autonome et dépend directement du général Leclerc.

Historique des garnisons, campagnes et batailles

Historique et combats

Le , le commando parachutiste de l'aéronautique navale s'installe à la BAN Hyères Le Palyvestre. Il rejoint le le camp de Peterborough afin de recevoir son instruction commando et d'obtenir le brevet parachutiste. Le 29 juin, un détachement de 73 hommes embarque à Toulon et rejoint le 2 aout le camp de Kurunegala à Ceylan.

Le commando est intégré au CLI1-5e RIC du commandant Huard le et devient le SAS Bataillon. Il ne comporte alors que les 3 commandos B1, B2 et B3.

Le Japon ayant capitulé, l'unité est désignée pour combattre le Viet Minh en Indochine et embarque sur le Princess Beatrix et le cuirassé Richelieu pour Saigon où il débarque les 3 et 4 octobre 1945.

À partir du 12 octobre, le SAS B intervient dans la libération du nord de Saigon puis du 25 octobre au 27 décembre il libère la ville de Mytho et la zone Vĩnh Long - Cantho - Tra Cu situées au sud-ouest de la capitale de la Cochinchine.

De retour à Saigon, Ponchardier constitue le 22 janvier un quatrième commando, le B4, à partir d'effectifs du commando léger no 2 (CL 2)2 qui vient d'arriver en Indochine.

Du 25 au 30 janvier les quatre commandos, aidés du 1er RFM et du RBFM3, interviennent dans la région de Bien Hoa au nord-est de Saigon.

Le 16 février 1946, en vue d'être parachuté sur Hanoi lors de l'opération Bir Hakeim, le commando devient groupement autonome et dépend directement de Leclerc. L'opération est annulée au dernier moment4.

Le 3 avril 1946, le groupement procède au premier largage d'une antenne chirurgicale parachutiste, constituée des médecins Dumetz, Salinesi et Huc, et destinée à secourir deux blessés graves du III/43e RIC dans la région de Camau au sud-est de Cantho5.

Du 14 avril au 1er mai, le commando continue les opérations au nord de Saigon - An Loc Dong (14/4), Tan Uyen (17/4), An Son (1/5) - puis au nord-ouest, du 22 mai au 1er juin, autour de Tay Ninh à proximité de la frontière cambodgienne. Il est aidé dans ses opérations par des détachements de la 13eDBLE.

Le 28 août 1946, le SAS B embarque sur le paquebot Île-de-France et est dissous à son arrivée à Toulon le 17 septembre6. En décembre 1947 la Marine Nationale met sur pied un autre commando parachutiste qui prend le nom de « Commando Hubert ». Le commando Hubert deviendra une unité des nageurs de combat en 1953 par Claude Riffaud du Cdo François qui a intégré le Cdo Hubert en 1951.

Composition et encadrement

À sa création le SAS B comprend : un état major, des services et 3 commandos (B1, B2 et B3) constitués chacun de 2 sections de 4 sticks7. Un quatrième commando, le B4, sera créé en janvier 1946. Le commando B1 est principalement constitué de marins et les trois autres de marsouins.

  • Commando B1 : lieutenant de vaisseau Georges
    • Section Duray, puis Schultz
    • Section Lavigne
  • Commando B2 : capitaine Lataste puis Rouanet
    • Section Demonet
    • Section Boby
  • Commando B3 : capitaine Orsini puis Keser (par intérim)
    • Section Barthélémy et Keser (par intérim)
    • Section Saindrenan
  • Commando B48 : capitaine Trinquier
    • Section Darchy
    • Section Baudemon

Traditions

Devise

La devise de l'unité, à la vie, à la mort, est inscrite sur l'insigne et sur le fanion. Elle sera reprise par le 5e BCCP puis par le 2e BCCP commandés par le chef de bataillon Dupuis ancien chef d'état major du groupement.

Insigne

Insigne du SAS B - Ponchardier.jpg

L'insigne du SAS B a été dessiné en Angleterre au début de l'année 1945 par Serges Pâris. La géométrie d l'insigne est un cerf-volant de couleur bleu foncé, comportant en son centre une main ouverte et un poignard, symbole des commandos, pointant vers le bas. La devise de l'unité est inscrite de part et d'autre de la lame.

Fanion

Le fanion de l'unité comprend :

  • d'un côté, le brevet parachutiste de l'aéronavale avec les inscriptions SAS, en dessous, et Groupement autonome Ponchardier au-dessus.
  • de l'autre côté, la devise de l'unité à la vie à la mort et le dessin de l'insigne : une main ouverte traversée par un poignard pointant vers le bas.

Décorations

Le fanion est décoré de la Croix de guerre 1939-1945 avec deux palmes pour ses deux citations à l'ordre de l'Armée :

Le fanion et les anciens du SAS B portent la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1939-45.

( source : Wikipédia )

http://cdojaubert.canalblog.com/archives/2007/06/20/30780049.html

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

 

Merci Bouchon-Gras.

Absolument passionnant.

En ce qui concerne le brevet parachutiste de l'aéronavale avec les inscriptions SAS,  et l’historique du Groupement autonome Ponchardier, lire les ouvrages =

39-45 Magazine, Hors Série, en photographie et texte, Aux Éditions Heimdal.

N° 2, Indochine 1945-1954,  La reconquête

N° 5, Indochine 1945-1954, Haiphong-Hanoi...

N°8, .Indochine 1945-1954, La guerre

N° 10, .Indochine 1945-1954, le Tournant

Suivi par deux numéros sur Diên Biên Phû.

Par René Bail et Jean-Pierre Bernier

D'autres ouvrages existent sur Ponchardier et son action durant la 2° guerre mondiale, en Indochine et en Afrique du Nord par la suite.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

merci Bouchon de cette info très importante.

Il semble ces derniers temps que l'idée de renforcer nos armées en hommes et en moyens fasse enfin son chemin dans l'esprit de nos politiques.

Bien sûr cela reste à confirmer sur la durée, quand la menace sera moins importante.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

 

Merci Bouchon-Gras.

Absolument passionnant.

En ce qui concerne le brevet parachutiste de l'aéronavale avec les inscriptions SAS,  et l’historique du Groupement autonome Ponchardier, lire les ouvrages =

39-45 Magazine, Hors Série, en photographie et texte, Aux Éditions Heimdal.

N° 2, Indochine 1945-1954,  La reconquête

N° 5, Indochine 1945-1954, Haiphong-Hanoi...

N°8, .Indochine 1945-1954, La guerre

N° 10, .Indochine 1945-1954, le Tournant

Suivi par deux numéros sur Diên Biên Phû.

Par René Bail et Jean-Pierre Bernier

D'autres ouvrages existent sur Ponchardier et son action durant la 2° guerre mondiale, en Indochine et en Afrique du Nord par la suite.

 

a_3ren10.thumb.jpg.47dbdd989291e64e26189

René BAIL, né en 1931 à BAR sur AUBE, a passé toute sa jeunesse à Dunkerque où il va connaître et subir certains évènements de la seconde guerre mondiale. Elève indiscipliné d'une institution religieuse, il juge les voies du Seigneur par trop impénétrables et entre dans la marine à 17 ans.
Devenu photographe, une autre vocation à laquelle il a beaucoup sacrifié, il va suivre durant 7 ans, les opérations d'Algérie, sortant souvent du cadre de la Marine pour suivre la Légion étrangère, les parachutistes, les commandos, etc. Resté très attaché à l'Algérie, une " erreur de jeunesse " pensent les autres, il a produit différents ouvrages sur ce sujet

Disparu en octobre 2007.

René BAIL  a écris pas mal de livres :

41LvsZey9EL._UY250_.thumb.jpg.3ed704dc9f5370_497902.thumb.jpeg.e41591ed3fe8c02a7559c13a0eda05_(KGrHqEOKikE3y01MNVmBN-fBW__00001_helicopteres-commandos-marine-al340-384-thickbox.thumb.jpg.b3740db010064rene-bail--commandos-marine-au-combat.th

merci Bouchon de cette info très importante.

Il semble ces derniers temps que l'idée de renforcer nos armées en hommes et en moyens fasse enfin son chemin dans l'esprit de nos politiques.

Bien sûr cela reste à confirmer sur la durée, quand la menace sera moins importante.

 

Les commandos marine sont de petites entités, avec des spécialités bien spécifiques à chaque commando, ils ne rentre pas en compétition mais peuvent se compléter ou remplir des actions individuels.

La menace est toujours là, plus ou moins démonstrative mais là quand même !

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • Administrateur
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Administrateur

Le 11 septembre 2015, le ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian, présida sur la base des fusiliers marins et des commandos à Lorient/Lanester, la cérémonie de remise de fanion au commando Ponchardier, la 7e unité de commandos marine créé le 1er septembre 2015.

11947757_1199769070039586_32999836279260

Voici sont insigne,
L'insigne du commando Ponchardier reprend l'insigne parachutiste qui ornait le fanion du groupement autonome Ponchardier avec une dague commando marine en son travers et le nom de l'unité.

Museea358.thumb.jpg.d419b1507b29f6163151

Le commando Ponchardier s'est vu accordé la transmission des héritages par filiation directe du groupement autonome Ponchardier qui était engagé en Indochine en 1945-1946.

 

Museea361.thumb.jpg.02029618258c90770463

Monsieur le ministre de la défense, monsieur Le Drian remettant la fourragère de la croix de guerre 39/45 ( avec olive ) au fanion du commando Ponchardier.

 

( source, photos : musée des fusiliers marins et commandos / Marine Nationale )

Museea357.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...


×
×
  • Create New...