Jump to content
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

Les Mistral Russes (euh... Egyptiens!)


Recommended Posts

  • Staff

 

Voici ce qui circule sur Internet concernant les deux « Mistral » Russe.

Voici un scénario envisageable concernant le refus de livrer les deux bâtiments « Mistral » à la Russie :

ACTE 1 :

La France va rembourser à la Russie environ 1, 2 milliard d’euros.

ACTE 2 :

La France va trouver un acheteur, la Chine, et lui vendre, en l’état actuel, les 2 « Mistral » pour 500 millions d’euros.
Nous allons nous réjouir d’avoir revendu ces 2 bateaux alors que le contribuable français aura payé de sa poche 1.200 à 500 = 700 millions d’euros.

ACTE 3 :

La Chine va revendre immédiatement ces 2 bâtiments à la Russie pour 700 millions d’euros.

Bénéfice net pour la Chine : 200 millions d’euros !

Le Président Poutine va se réjouir d’avoir acheté ces 2 bâtiments pour beaucoup moins cher que ce qui était prévu s’il les avait achetés directement à la France.

CONCLUSION :

La Chine est gagnante !
La Russie est gagnante !
Les français n’ont pas vraiment le sens des affaires (la conclusion était plus dur) !
 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

 

Voici ce qui circule sur Internet concernant les deux « Mistral » Russe.

Voici un scénario envisageable concernant le refus de livrer les deux bâtiments « Mistral » à la Russie :

ACTE 1 :

La France va rembourser à la Russie environ 1, 2 milliard d’euros.

ACTE 2 :

La France va trouver un acheteur, la Chine, et lui vendre, en l’état actuel, les 2 « Mistral » pour 500 millions d’euros.
Nous allons nous réjouir d’avoir revendu ces 2 bateaux alors que le contribuable français aura payé de sa poche 1.200 à 500 = 700 millions d’euros.

ACTE 3 :

La Chine va revendre immédiatement ces 2 bâtiments à la Russie pour 700 millions d’euros.

Bénéfice net pour la Chine : 200 millions d’euros !

Le Président Poutine va se réjouir d’avoir acheté ces 2 bâtiments pour beaucoup moins cher que ce qui était prévu s’il les avait achetés directement à la France.

CONCLUSION :

La Chine est gagnante !
La Russie est gagnante !
Les français n’ont pas vraiment le sens des affaires (la conclusion était plus dur) !
 

 

 

​Scénario du plus grand comique s'il se réalise et si ceci n'était pas un comique à nos dépends... et de comique à ridicule, il n'y a qu'un pas.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Eh qui ferait la maintenance de ces beaux navires ( car je suppose que dans le contrat initiale, il y avait un transfert de connaissances ) ?

​Scénario du plus grand comique s'il se réalise et si ceci n'était pas un comique à nos dépends... et de comique à ridicule, il n'y a qu'un pas.

Ça parait un peu gros !

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

En effet, scénario vraiment particulier.

Maintenance certes; mais également navigation avec des systèmes en langue Russe et alphabet non latin.

Au vue des chiffres cités, c'est soit un "gag" anti-gouvernement, soit une option qui fut étudiée. Mais par qui ?

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Il faut avoir précaution avec les médias russes, ils sont restés blessés avec le contrat Mistral, une autre scénario (absolument folle) mentionnée par Sputnik news, ancien La voix de la Russie, a consisté en ce que la France ne remettrait pas les BPC et elle les plongerait au large des côtes de Brest, en utilisant partiellement une information sur Le Figaro :Gasp@2x:

http://fr.sputniknews.com/defense/20150507/1015980142.html

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Le Sujet est officiellement clos et la France devra rembourser intégralement les sommes avancées par la Russie et restituer les équipements Russes installés sur les bâtiments ....  

D'après Mr Jean-Yves le Drian, je cite,  "La France remboursera à la Russie l'ensemble des frais engagés pour l'acquisition de ces bateaux. Leur prix initial était de 1,2 milliard d'euros. Le prix de l'accord, qui est le meilleur possible, sera inférieur puisque la Russie sera remboursée des engagements financiers qu'elle a pu mobiliser." 

source: http://www.usinenouvelle.com/article/mistral-le-dossier-est-clos-annonce-l-elysee.N344071

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

A tout point de vue, nous aurions dû éviter de nous mettre dans une telle posture.

Cela rappelle l'interdiction par le Président de la République Charles de Gaulle - comme suite à la destruction d'avions Français retenus en otage au Liban - de   livrer des armements à l’État d'Israël.

La conclusion de nos relations très proche en matière de livraisons  de Mirage III, de chars de combats, etc. fut la fin de la coopération Franco-Israëlienne au profit des USA et ce malgré l'aide apportée a ce pays pour la bombe atomique par nos scientifiques et politiques..

Link to comment
Share on other sites

Le gouvernement sont tellement ..... de ne pas livrer les Mistrals à nos alliés Russes tout ça à cause des pressions de ces ........ d'USA !   

Maintenant on peut ce les mettre dans ......  les 126 Rafales pour l'Inde. Il s’agit là de la conséquence directe de la politique antirusse du gouvernement français, aligné sur Washington. Obéissant aux USA, le tandem Le Drian/Hollande avait décidé de ne pas livrer les navires Mistral à la Russie.

Ce revirement progressif n’est pas une surprise. Le gouvernement socialiste paie là son alignement sur la diplomatie américaine face à la Russie autour de la livraison du navire de guerre Mistral.

Dans cette perspective nouvelle, commander des rafales français, c’est dépendre en partie de la livraison régulière de pièces détachées produites en France. Mais aussi des modernisations périodiques dont les chasseurs ont besoin, tant en armement qu’en matériel de navigation, etc.

Suite au refus de la France de livrer le Mistral à la Russie, l’Inde a craint de se retrouver face à une pression des USA sur la France pour ralentir de telles livraisons ou de n’en faire que de moindre qualité, en cas d’opposition géopolitique. En somme, le crédit de la France comme fabricant d’armes est largement entamé et le gouvernement indien ne veut prendre aucun risque quant à son indépendance stratégique.

Vive la Russie et Vive Poutine !

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

N'oublions pas =

> Que le Président Poutine est un ancien colonel du KGB et qu'il réalise une politique Nationaliste. Cela inclus la réalisation de la Grande Russie, ex Union Soviétique, c'est à dire la réunification des Slaves au sein de la Fédération Russe.

> Nous avons connu cela avec le nazisme et le problème des Sudètes en 1938 (Tchécoslovaquie) et le couloir de Dantzig en1939 (Pologne).

> L’économie s’effondre totalement au sein de la Fédération Russe avec une perte massive financière.

> Joint aux provocations envers les pays Baltes - particulièrement des violations aériennes des territoires de ces derniers -  dont la Russie n’a pas digéré leur indépendance (comme nous mêmes n'avons pas trop digéré l'indépendance de l'Algérie). Les occidentaux ont décidés un renforcement des défenses des Pays Baltes - membre de l'OTAN - avec menaces d'abattre les appareils si de nouvelles violations de l'espace aérien  se produisaient. Reçu 5 sur 5. Calme plat. Les tests des limites ont été comprise par le Kremlin.

> Il est malheureux qu'ils faillent agir comme du temps de la guerre froide alors que la Fédération Russe et l'Europe occidentale peuvent proposer un champs économique des plus développés. Par ailleurs, la propagande anti-occidentale à Moscou bat son plein d'une part, et d'autre part, avec les pays Baltes qui sont une vitrine de richesses aux yeux des Russes est un signe pour une opposition  - bien que muselée - qui commence à se manifester.

Il est vrai que les Occidentaux et l'Ukraine ont faits des fautes énormes provoquant la réaction Nationaliste de la Fédération Russe. Si la Crimée revient à la Fédération Russe - de façon autoritaire - après avoir été "donné" à l'Ukraine par le Président Khrouchtchev pour diverses raisons de compensations, il n'en est pas de même pour la zone  du Donetsk (parfois écrit Donetz)..

Qu'il y ait des pressions sur la Fédération Ruse ou d'autre pays (tel l'Iran), c'est de "bonne guerre". Dans le cas des "Mistral", ce sont d'autres arguments qui interviennent, tel la parole et les signatures de contrats à honorer. Or, un refus de livraison est un signe désastreux envers les autres commandes potentielles de pays désireux de passer des commandes aux Européens du fait de leurs indépendances envers les deux ex-blocs que sont les USA et la Fédération Russe.

Janmary

 

Note = Éviter les grossièretés de langages juwa. Cela n’apporte rien aux débats et vous risquait - de plus - l'exclusion. L'Amérique à des raisons historique - comme chaque pays - de réagir comme elle le fait. J'ai travaillé 12 ans au sein d'un groupe américain de la défense en qualité d'ingénieur avec de nombreux séjours en meeting (rencontre commerciale et technique) et training (formations aux produits technologiques, tel lasers, amplificateurs optique, etc.) au sein de mes usines et laboratoires. J'ai un peu visité le pays également.

Les Américains se souviennent de deux choses =

> Leur intervention dans la guerre de 1914-1918 a la demande des belligérants Français et Britannique.

> Leurs interventions dans la guerre de 1941 (pour eux) -1945 sans avoir le choix (déclaration de guerre par l'Allemagne et attaque Japonaise).

> Qu'ils ont été systématiquement sollicité par les occidentaux pour les mettre dans des situations pas possibles durant plusieurs décennies (cas des Balkans avec l'explosion de l'Ex-Yougoslavie) après le Plan Marshall de soutient de l'économe Européenne, la création de l'OTAN, le Pont aérien de Berlin, la force de protection nucléaire qui a quand même évitée une promenade militaire Soviétique jusqu'à Brest dans les années 50 et 60 (date de mon service militaire).

Ils n'oublient pas aussi que l'attaque Japonaise à Pearl Harbor les à surpris au lit (pour ne pas dire le pantalon baissé). Alors, la politique Américaine aujourd'hui - avec des tendances diverses suivant les Présidents - sont d'anticiper et de ne plus se laisse surprendre par les événements.

C'est ainsi et l'Histoire ne peut pas être changée.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Cela s'appelle la politique internationale avec un soupçon de raison d'état, les alliances se font et se défont au gré du temps, les cas sur le continent africain ne manquent pas, les rebelles d'hier sont les alliés d'aujourd'hui pour ,peut-être, être les futurs adversaires de demain, Cote d'ivoire, Tchad, Libye.

Ceci dit, je ne pense pas que l'histoire des Mistral soit intimement liée à celle des Rafale indiens, d'autant que les Mig et Sukkhoi ne présentent pas une fiabilité totale. Les tergiversations indiennes ont commencé il y a quelques années déjà, avant l'histoire des Mistral.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Janmary, je ne vois pas en quoi faire une politique nationaliste est un problème, au contraire je trouve que c'est très important et les USA eux font une politique ULTRA-Nationnaliste.

Sinon je crois que l'on a pas les mêmes livres d'histoires !

On est vraiment nul en France, on sait pas reconnaitre la Russie comme notre allié et on se fait donner des ordres par ces bouffeurs d'hamburgers, ils nous disent de pas livrer les mistral, nous foute un mega crise en Europe, nous foutes une amende de 9 milliards a BNP, nous on paye leur mega crise des subprimes du à leur produits financiers toxiques.... et j'en passe et je m arrête car ils me donnent envie de vomir ces USA et surtout ces imbécile d'européens qui cèdent à leur pression...

en tout cas vive la Russie, Vive Poutine qui ont toujours été nos alliés et nous ont toujours libéré dans la 1ere et 2eme guerre mondiale... mais c'est vrai ça on le dit pas dans les livres d'histoire à l'école... on préfère nous faire croire que ce sont les USA qui nous ont libéré ... et non FAUX ce sont les Russes ! L’Europe  aime les Russes, mais pas la Russie, en raison de la propagande américaine, des médias et de deux grands mensonges historiques. Ce n’est pas l’Amérique, mais la Russie qui a joué le rôle décisif pendant les deux dernières guerres mondiales contre l’Allemagne impériale et le nazisme. Le débarquement allié a eu pour seul et principal  effet d’éviter que l’Europe entière devienne soviétique. Il y avait 26 divisions allemandes sur le front occidental contre 170 divisions sur le front de l’Est. Les pertes de l’Amérique en Europe  ont été de 182 070  tués pour l’ensemble des campagnes de 1941 à 1945, alors que pour la seule prise de la ville de Berlin, l’Amérique ayant préféré laisser faire et agir seule l’armée soviétique, les Russes ont perdu  300 000 hommes du 25 avril au 3 mai 1945

Bon allez vite je vais vomir et je vais remercier mes matriochka : )

До свидания

Link to comment
Share on other sites

 

en tout cas vive la Russie, Vive Poutine qui ont toujours été nos alliés et nous ont toujours libéré dans la 1ere et 2eme guerre mondiale... mais c'est vrai ça on le dit pas dans les livres d'histoire à l'école...

La Russie dont vous parlez n'existe pas. Ce qui existe c'est la Fédération de Russie : 24 états et 60 oblaste.

D'autre part, la Fédération de Russie, l'Europe et les USA jouent chacune leur partie avec les moyens et les intérêts associés , il n'y a pas d'alliance de deux contre une ou l'inverse.

 

"Les états n'ont pas d'amis, il ont des intérêts".

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Fred689 il faut lire la presse et tu verras que l'annulation des 126 rafales par l'inde est bien liée à la non livraison des mistrals du aux pressions américaines.

Imagine tu as 126 rafales et tu as besoin de pièces de rechange mais les américains te disent de ne pas livrer ?!

Les américains nous mettent des amendes pourquoi nous on leur met pas une amende pour Goldman Sachs qui a trafiqué les comptes de la Grèce ?

J aurais jamais compris comment on peut aimer ce pays !

Video récente qui explique bien la pression des USA sur l'Europe : http://www.rts.ch/play/tv/videos-en-bref/video/darius-rochebin-interviewe-vladimir-poutine?id=6967471

C'est vrai, si la Russie pour discuter avec la France doit passer par Washington vous trouvez pas qu'il y a quelque chose qui cloche ?

Link to comment
Share on other sites

Fred689 il faut lire la presse et tu verras que l'annulation des 126 rafales par l'inde est bien liée à la non livraison des mistrals du aux pressions américaines.

Imagine tu as 126 rafales et tu as besoin de pièces de rechange mais les américains te disent de ne pas livrer ?!

Juwa, nous lisons la presse, mais pas seulement : nous sommes également des acteurs de l'actualité. Sous les pseudonymes des forum il y a des personnes de tous âges avec des compétences et des vies bien remplies. Ne vous positionnez pas en donneur de leçon en actualité et en histoire quand il est très probable que cette actualité et cette histoire concernent des participants du forum.

La presse et les video ne valent que par la crédibilité et la pertinence de leurs auteurs. 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

@ Capmat

Juwa, nous lisons la presse, mais pas seulement : nous sommes également des acteurs de l'actualité. Sous les pseudonymes des forum il y a des personnes de tous âges avec des compétences et des vies bien remplies. Ne vous positionnez pas en donneur de leçon en actualité et en histoire quand il est très probable que cette actualité et cette histoire concernent des participants du forum.

La presse et les vidéo ne valent que par la crédibilité et la pertinence de leurs auteurs.

 

Vous devriez méditer ces propos plein de bon sens juwa au lieu d'être d'un antiaméricanisme assez  primaire et nostalgique des actions de l'ex-Union Soviétique.

> Effectivement, de nombreuses personne possèdent une expérience et une connaissance des événements de par leurs professions qu'à l’évidence vous ne  possédez pas (ce n'est pas un reproche).

> A titre personnel, je fus marié avec une Russe. Je suis allé à Moscou à titre professionnel, alors Union Soviétique. Je suis allé plusieurs fois aux États-Unis. De plus, vous crachez sur votre pays qui à de nombreux atouts dans de nombreux domaines par ailleurs, même si, politiquement, depuis quelques années, nous avons des élus incompétents.

> Vous devriez bouger, vous déplacer sur cette planète devenue petite, et vous devriez arrêter de penser l'emporte pièce suivant des convictions erronées et n'étant plus du moment présent.

> Que vous soyez un admirateur du Président Poutine, ex membre du KGB, ayant défendu la politique sur les Goulags, laissant faire l'assassinat des journalistes désignant sa politique du doigt, limitant totalement la liberté d'expression, intervenant militairement là ou il l'entend, c'est votre droit.

Mais cet homme là n'est pas un démocrate, ce n'est pas un ami, ce n'est pas un pays ami. Au lieu de se lancer dans une politique d'armement, il serait souhaitable qu'il se préoccupe d'économie et de gestion de ses ressources des sous-sols.

> Même la Chancelière Allemande, qui à les yeux - économique - dirigés à l'Est et qui n'intervient dans aucune action en Afrique et au Moyen-Orient, commence à se lasser et commence à avoir des mots avec le Président Poutine sur la conduite des affaires extérieures de son pays. C'est une femme issue de l'Allemagne de l'Est, qui - comme d'autres - ont le courage de leurs opinions et se rappelle ce que fut l'Union Soviétique.

> Ce Nationalisme là est condamnable car allant dans un mur. La Fédération Russe est en Europe et le Président Poutine l'avait compris pendant un temps pour en revenir à une politique du calqué sur les valeurs de l'ex-Union Soviétique avec la prédominance du Slave qui n'est pas majoritaire dans la Fédération Russe. S'il persiste - et il commence à voir le problème en prenant des contre-assurance bien tardives -  l'Empire va éclater avec les problèmes financiers, économique (nous avons tous besoin mutuellement de nous) et les états à caractères musulmans de la Fédération qui commencent à être contaminés par DAESH et d'autres mouvements.

En effet, nous n'avons pas les mêmes valeurs juwa

Janmary.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Le contrat indien MMRCA par 126 appareils était déjà mort avant le dénouement des Mistral. L'un des coupables a été HAL, une entreprise étatique indienne qu'il ne garantissait pas que les Rafale construits à Bangalore avaient la même qualité et la garantie que les Rafale de Mérignac.  Par ailleurs, les avions russes n'ont même pas été dans le short list, c'est pourquoi ils désirent la reprise d'un MMRCA II, au-delà de l'annulation du contrat Mistral. Il reste à savoir qu'il passera avec les 36 Rafale convenus entre Hollande et Modi en avril à Paris, mais les russes, sauf utiliser ses médias pour empoisonner des relations bilatérales, ils n'ont pas beaucoup de compétence dans ce contrat.

Pendant ce temps il faut trouver des acheteurs pour les BPC :super:

SXCFuwM.jpg?1

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le contrat indien MMRCA par 126 appareils était déjà mort avant le dénouement des Mistral. L'un des coupables a été HAL, une entreprise étatique indienne qu'il ne garantissait pas que les Rafale construits à Bangalore avaient la même qualité et la garantie que les Rafale de Mérignac.  Par ailleurs, les avions russes n'ont même pas été dans le short list, c'est pourquoi ils désirent la reprise d'un MMRCA II, au-delà de l'annulation du contrat Mistral. Il reste à savoir qu'il passera avec les 36 Rafale convenus entre Hollande et Modi en avril à Paris, mais les russes, sauf utiliser ses médias pour empoisonner des relations bilatérales, ils n'ont pas beaucoup de compétence dans ce contrat.

Pendant ce temps il faut trouver des acheteurs pour les BPC :super:

SXCFuwM.jpg?1

Bonjour HernanF et merci de ces précisions.

 

Il ne faut pas oublier la situation politique et stratégique de l'Inde. Cette dernière est prise en tenaille entre le Pakistan et la Chine, ses grands ennemis (et puissances nucléaires). Pakistan qui finance le terrorisme islamiste essentiellement dans l'Ouest Indien (ainsi que d'autres mouvements déstabilisant le pays) alors que la Chine finance des mouvements communiste dans le Nord / Nord-Est.

Le réchauffement des relations Chine / Russie va certainement pousser l'Inde à s'éloigner de cette dernière. Par ailleurs, la crainte grandissante des pays du Sud-Est Asiatique et même des grandes nations d'Océanie rapproche ces pays de l'Occident. Il y a deux bloques qui se dessinent aujourd'hui et l'histoire semble vouloir se répéter un sicèle plus tard...

 

Espérons que j'ai tord!

 

Bien à vous,

 

Khaarl

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Bonjour Khaarl, je suis d'accord avec tes propos. Effectivement, l'Inde doit s'armer en tenant en compte ses deux voisines nucléaires. Mais qui contradictoire est l'Inde, une dépense exorbitant en défense et au même temps une pauvreté qu'accable... peut-on la nommer puissance avec un inégalité semblable ?

Pendant ce temps la Russie essaie de faire ses "bussiness", commerciales et géopolitiques, tant en la Chine comme dans l'Inde.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Janmary, on vit dans une démocratie (c'est vrai que c'est un très mauvais système mais on a rien trouvé de mieux) donc on peut encore débattre (bien que je préférerais une limite de la liberté d'expression)  alors je vous pris de ne pas devenir arrogant, surtout vu votre age et respectez s'il vous plait tout les Russes mort pour la France (http://info-resistance.org/guerres/liberation-1944-russe-et-non-les-etat-unis/)

Que vous souteniez le peuple Allemand qui a tué nos familles, c'est votre droit.

Je vous pris de passer une bonne retraite et ne vous inquiétez pas, la relève des jeunes est excellente, ils sont bien formés et ont d'excellents profs d'histoire, pas besoin de vos expériences et sachez que vous n'êtes pas le seule à voyager, à cause de la démocratie malheureusement maintenant même le gueux peux voyager !

Pour finir

Je souhaite la supression totale de mon compte ainsi que toute les données relatives à ce compte.

Avec mes remerciements et mes meilleures salutations,

Juwa

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Khaarl, je suis d'accord avec tes propos. Effectivement, l'Inde doit s'armer en tenant en compte ses deux voisines nucléaires. Mais qui contradictoire est l'Inde, une dépense exorbitant en défense et au même temps une pauvreté qu'accable... peut-on la nommer puissance avec un inégalité semblable ?

Pendant ce temps la Russie essaie de faire ses "bussiness", commerciales et géopolitiques, tant en la Chine comme dans l'Inde.

Bonjour HernanF,

 

La Chine n'est pas moins contrastée que l'Inde. Il y a simplement une culture de la face qui fait que les autorités chinoises sont devenues expertes lorsqu'il s'agit de cacher la misère!

 

Ne parlons même pas du Pakistan...

 

Bien à vous,

 

Khaarl

 

Link to comment
Share on other sites

D'après le Monde, l'Arabie saoudite et l'Egypte seraient sur les rangs pour les racheter.

Oui c'étais le jeudi 6 août durant l'ouverture du second canal de Suez, mais franchement j'aurais préféré La Russie à l'Arabie Saudite et l'Egypte ... après tout ils ont impliqués dans bien plus pire conflits que celui de l'Ukraine.
J'espère que la France n'aurait pas fait un sacrifice en faveur d'autres états, car elle en assumera les conséquences toute seule ... 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    "vœux aux Armées 2022" Emmanuel Macron s'est rendu, mercredi en fin d'après-midi, à Haguenau pour ses "voeux aux Armées". Cette ville accueille trois régiments : le 2e régiment de hussards, le 54e régiment de transmissions et le 28e groupe géographique qui a rendu les honneurs au président de la République (photo Reuters). Ces trois régiments appartiennent au commandement du renseignement basé à Strasbourg. Le discours du président de la République, où il a rappelé "l'immense respect à l'égard des forces armées", a comporté deux axes principaux : - un axe national, où il a été question des moyens développés pour contrer les nouvelles menaces - et un autre qui a traité de la question de la souveraineté militaire européenne (dans le droit fil des déclarations présidentielles du matin à Strasbourg). Ces deux axes ont été développés sur fond d'un satisfecit évident à l'égard de l'action du gouvernement depuis 2019. Le Président, qui a rendu un hommage appuyé à Florence Parly,  a ainsi rappelé que 198 milliards d'euros seront engagés entre 2019 et 2023 pour réduire les "sur-engagements, fragilisation et lacunes" qui pénalisent les armées. Il a énuméré les efforts industriels et les livraisons de nouveaux matériels (dont le Griffon dont deux exemplaires flanquaient la tribune présidentielle). Il a vanté l'approche "ouverte, lucide et créative" qui a permis de mieux préparer les forces à leurs missions qui s'inscrivent "dans une accélération de l'Histoire". Par ailleurs, Emmanuel Macron a spécialement indiqué que la France était "disponible pour aller plus loin dans le cadre de l'Otan (...), en particulier en Roumanie". Verra-ton un SGTIA du type estonien déployé en Roumanie? Le PR n'a rien précisé. Mais l'ambition est clairement exprimée, s'inscrivant dans cette "vision du long terme" et ce "devoir de lucidité" malgré le "brouillard" qui doit caractériser la vision stratégique française "et celle de l'Europe" face à des puissance tierces. Des puissances qu'Emmanuel Macron n'a pas citées mais qui vont des "acteurs non étatiques" à la Russie (que le chef de l'Etat a citée une fois mais qui a été omniprésente entre les lignes), une des puissances qui "remettent en cause le multilatéralisme" et dont les actions hostiles ont été clairement dénoncées mercredi par le Président qui craint "une escalade".  "La grammaire change" a résumé le Président. Il va falloir différemment conjuguer le verbe "faire face". D'où "l'effort urgent et indispensable (...) à poursuivre et intensifier dans la durée". " "C'est là l'objectif que je vous assigne demain comme aujourd'hui", a conclu le Président.  (Source : Ligne de Défense)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    le chef de la Marine allemande démissionne (© Tobias Schwarz, AFP Le chef de la Marine allemande Kay-Achim Schönbach, le 18 décembre 2019 à Limassol à Chypre.) Le chef de la Marine allemande Kay-Achim Schönbach avait qualifié "d'inepties" les intentions prêtées par les alliés de l'Otan à la Russie d'envahir l'Ukraine. Sommé de s'expliquer auprès du chef d'État-Major des armées, le haut-gradé a rendu sa démission a indiqué samedi le ministère de la Défense. Le chef de la Marine allemande Kay-Achim Schönbach a démissionné de ses fonctions après des propos controversés sur la crise en Ukraine, a annoncé samedi 22 janvier un porte-parole du ministère de la Défense. Le vice-amiral, qui avait entre autres qualifié d'ineptie l'idée que la Russie veuille envahir l'Ukraine, va quitter ses fonctions "avec effet immédiat", a précisé le porte-parole à l'AFP.  Ce que Vladimir Poutine veut, "c'est être respecté", a déclaré ce militaire selon une vidéo circulant sur internet, filmée lors d'une réunion d'un groupe de réflexion qui s'est tenue vendredi à New Delhi. "Il est facile de lui accorder le respect qu'il veut, et qu'il mérite aussi probablement", a-t-il ajouté. L'idée que la Russie veuille envahir une partie de l'Ukraine serait selon lui "une ineptie". Il avait par ailleurs estimé que la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014, était "partie, et ne reviendrait pas" dans le giron de l'Ukraine. L'ambassadeur allemand convoqué en Ukraine Ce haut gradé avait fait son mea culpa dans l'après-midi, qualifiant ses déclarations "d'irréfléchies". "Il n'y a pas à ergoter : c'était clairement une faute", a-t-il écrit dans un tweet. Mais dans un communiqué diffusé dans la soirée, il explique avoir remis sa démission afin "d'éviter des dommages supplémentaires à la Marine allemande et surtout à la République fédérale allemande". Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a convoqué dans l'après-midi l'ambassadeur allemand Anka Feldhusen après ces propos jugés "absolument inacceptables" par Kiev. Les déclarations du vice-amiral sont intervenues en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine.  D'intenses efforts diplomatiques sont actuellement déployés de part et d'autre pour éviter que la situation ne dégénère, alors que des dizaines de milliers de soldats russes sont toujours massés à la frontière ukrainienne.  Le Kremlin lie toutefois un apaisement de la situation à des garanties notamment sur le non-élargissement de l'Otan, en particulier à l'Ukraine.  Une condition jugée inacceptable par les Occidentaux, qui menacent la Russie de très fortes sanctions en cas d'opération militaire. Livraison d'armes Vendredi, la cheffe de la diplomatie du Royaume-Uni, Liz Truss, a de son côté prévenu qu'une invasion russe ne mènerait qu'à un "terrible bourbier et à des pertes humaines", comme pendant la guerre du temps de l'URSS en Afghanistan et les conflits en Tchétchénie, le Kremlin n'ayant selon elle "pas tiré les leçons de l'histoire". Moscou fait pression sur l'Ukraine depuis qu'un soulèvement, il y a près de dix ans, a renversé un gouvernement qui avait résisté aux appels à se rapprocher des Occidentaux.  La Russie s'est emparée de la péninsule méridionale de Crimée en 2014 et une insurrection prorusse, qui a depuis fit plus de 13 000 morts, a la même année éclaté dans l'est de l'Ukraine. Donnant suite aux appels de ce pays à renforcer ses capacités de défense, les États-Unis, le Royaume-Uni et les trois États baltes ont accepté de lui livrer des équipements militaires, notamment des missiles antichars et antiaériens.  L'Allemagne a en revanche refusé de leur emboîter le pas car cela ne contribuerait "pas actuellement" à désamorcer la crise, a estimé samedi sa ministre de la Défense Christine Lambrecht. Elle s'est bornée à annoncer la fourniture en février d'un "hôpital de campagne".  Une prise de position qui a suscité l'irritation de Kiev. "Aujourd'hui, l'unité de l'Occident à l'égard de la Russie est plus importante que jamais" et "les partenaires allemands doivent cesser de miner l'unité avec de telles paroles et de telles actions et d'encourager Vladimir Poutine à déclencher une nouvelle attaque contre l'Ukraine", a réagi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba. Malgré ce contexte de tensions extrêmes, les États-Unis ont quant à eux fait savoir samedi qu'ils ne prévoyaient pas pour le moment d'organiser une évacuation de leurs ressortissants présents en Ukraine, leur laissant le choix d'en partir par des vols commerciaux. (Source : France 24 - AFP)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    «Aucune option n’est exclue» pour répondre à une attaque russe en Ukraine, annonce la Maison-Blanche. © SERGEY PIVOVAROV De nombreux moyens armés russes sont postés non loin des frontières ukrainienne (illustration). REUTERS/Sergey Pivovarov La tension semble monter encore d’un cran dans cette guerre de déclarations entre la Russie et les États-Unis. « Nous sommes à un stade où la Russie peut lancer à tout moment une attaque en Ukraine », a estimé mardi la porte-parole de la Maison Blanche, en parlant d’une « situation extrêmement dangereuse ». « Aucune option n’est exclue » côté américain pour répondre à une telle attaque, a indiqué Jen Psaki, interrogée en particulier sur une exclusion de la Russie de « Swift », un circuit sécurisé de virements bancaires internationaux. Largement inconnu du grand public, Swift est un rouage clé de la finance mondiale : cette société, sans réel concurrent, fournit aux banques un langage standardisé pour communiquer, mais également un réseau sécurisé, automatisé et rapide pour faire circuler ces messages. Une responsable du département d’État américain a alerté sur des mouvements de troupes russes mardi au Bélarus, voisin de l’Ukraine. « Le fait que nous observions ces mouvements au Bélarus donne clairement aux Russes une nouvelle approche, s’ils décidaient d’entreprendre des actions militaires plus poussées contre l’Ukraine », a-t-elle détaillé. Les Etats-Unis s’inquiètent ainsi d’un projet de réforme constitutionnelle au Bélarus qui permettrait un déploiement d’armes nucléaires russes dans ce pays frontalier de l’Ukraine et de la Pologne. Les exercices militaires russo-bélarusses annoncés mardi par le Bélarus « vont bien au delà du normal » et pourraient annoncer une présence militaire permanente de la Russie dans cet ancienne république soviétique restée un des alliés les plus proches de Moscou, a précisé à la presse cette responsable ayant requis l’anonymat. En fin de semaine dernière, Washington avait déjà accusé Moscou d’avoir dépêché en Ukraine des agents chargés de mener des opérations de « sabotage » afin de créer un « prétexte » pour une invasion. « De graves conséquences » en cas d’invasion de l’Ukraine Ce ton toujours plus alarmiste de la part des États-Unis coïncide avec le lancement d’une nouvelle tentative de dialogue avec la Russie. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken rencontrera son homologue russe, Sergueï Lavrov, vendredi à Genève, pour tenter malgré tout de chercher « une porte de sortie ». Avant cela, Antony Blinken est attendu mercredi à Kiev dans un contexte explosif, la Russie ayant déployé des dizaines de milliers de militaires à la frontière ukrainienne. Le secrétaire d’État américain se rendra ensuite à Berlin pour des discussions avec le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne sur l’Ukraine, les Occidentaux ayant prévenu la Russie qu’elle s’exposerait à de graves conséquences en cas d’invasion du territoire ukrainien. Une autre sanction régulièrement évoquée contre la Russie serait de frapper le gazoduc Nord Stream 2, qui débouche en Allemagne. Jen Psaki a répété mardi que viser cette infrastructure, qui ne fonctionne pas encore, constituerait un levier « crédible » contre la Russie, alors que Berlin a exprimé des réticences à cette idée. Alors que l’Ukraine et ses alliés craignent une invasion russe, des négociations la semaine passée à Genève, Bruxelles et Vienne n’ont jusque-là permis que de constater le fossé séparant Moscou et les Occidentaux. (Source :  Le Parisien avec AFP)  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Doit on y voir un hasard des programmes ou la Mer Noire serait elle l'enjeux politique actuelle. La prochaine mission du porte-avions Charles de Gaulle se concentrera sur la Méditerranée et la mer Noire. La mission Clemenceau 2022 que s’apprête à mener le groupe aéronaval français [GAN, encore appelé Task Force 473 ou bien encore, et c’est nouveau, « French Carrier Strike Group »] aura un profil particulier par rapport à celles qui ont été conduites durent ces dernières années. En effet, le porte-avions Charles de Gaulle n’aura pas à traverser le Canal de Suez pour naviguer, avec son escorte, dans l’océan Indien ou dans le golfe Persique… Pas plus qu’il ne se rendra dans l’Atlantique Nord, comme en 2020. Et pour cause : il ne quittera pas la Méditerranée. Et ce n’est pas une surprise, quand on se souvient des propos tenus par le président Macron, le 13 juillet 2020. « La zone Méditerranée sera le défi des prochaines années tant les facteurs de crise qui s’y conjuguent sont nombreux : contestation des zones maritimes, affrontements entre pays riverains, déstabilisation de la Libye, migrations, trafics, accès aux ressources », avait résumé le locataire de l’Élysée, avant d’en appeler à une « véritable politique européenne pour la Méditerranée ». Et d’insister : « La Méditerranée ne peut construire une paix durable sans nous, nous ne pouvons accepter que notre avenir soit construit par d’autres puissances ». Lors du point presse du minsitère des Armées, le 20 janvier, l’amiral Gilles Boidevezi, commandant de la zone maritime Méditerranée [CECMED], a rappelé que, au-delà des conflits et des tensions, cette mer, qui ne représente que 1% de la surface des océans, est le lieu de transit de « nombreux flux, tant licites [25% du trafic mondial et 65% de flux énergétiques des pays de l’Union européenne] qu’illicites [migrations, stupéfiants, armes, traite d’êtres humains], ce qui n’est pas sans conséquence(s) sur la sécurité du Vieux Continent. « La présence française dans la zone s’avère donc nécessaire pour défendre nos intérêts économiques et sécuritaires » ainsi que pour « réaffirmer notre attachement à la liberté de circulation aérienne et maritime comme au respect du droit international », a expliqué l’amiral Boidevezi. Le porte-avions Charles de Gaulle appareillera de Toulon au début du mois de février, avec, à son bord, un groupe aérien embarqué [GAé] composé d’une vingtaine de Rafale M F3R des Flotilles 12F et 17F, de deux E-2C Hawkeye de la Flottille 4F et de plusieurs hélicoptères [Dauphin de la 35F et Panther de la 36F]. L’un des quatre NH-90 NFH belges devrait le rejoindre en cours de mission. D’ailleurs, la composition de son escorte n’est pas figée. Au départ, celle-ci réunira la Frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM DA] « Alsace », récemment admise en service, ainsi que la Frégate de défense aérienne [FDA] « Forbin », la FREMM « Normandie », le pétrolier-ravitailleur « Marne » [avec un hélicoptère Alouette III de la 34F] et un sous-marin nucléaire d’attaque [SNA]. La présence de ce dernier devant être intermittente, il sera suppléé par un avion de patrouille maritime Atlantique 2 basé à Chypre ou en Crète et un sous-marin grec, dont le type n’a pas été précisé. Au fil de sa mission, le porte-avions Charles de Gaulle sera aussi rejoint par le « destroyer » américain USS Ross et par la frégate espagnol SPS Juan de Borbon [classe F-100] et une frégate grecque. En outre, des officiers allemands, italiens et canadiens seront insérés au sein de l’état-major du GAN. Le programme de la mission Clemenceau 2022 sera assez copieux. Il se résume en cinq points : lutter contre le terrorisme, renforcer la capacité autonome française d’appréciation de la situation, affirmer la liberté de navigation, tant maritime qu’aérienne, appuyer l’effort de défense européen, coopérer avec les alliés et partenaires de la France. Ainsi; le groupe aéronaval sera engagé dans l’opération Chammal [nom de la participation française à l’opération Inherent Resolve dirigée, au Levant, par les États-Unis contre l’État islamique]. Puis, il prendra part à la mission européenne Irini, laquelle consiste à faire appliquer l’embargo sur les armes décidé par les Nations unies à l’égard de la Libye. Il se rendra en mer Adriatique, où des actions de coopération avec des pays de la région, notamment la Croatie, sont prévues. Toujours au chapitre des coopérations, le GAN se rendra en Grèce puis à Chypre. Et le Charles de Gaulle aura à manoeuvrer avec le porte-aéronefs italien Cavour [désormais en mesure d’accueillir des avions F-35B] et un porte-avions américain. Mais l’une des parties de ce déploiement qui sera sans doute la plus délicate, au regard des tensions avec la Russie, sera la « coopération en mer Noire », où certains « moyens navals et aériens » du GAN se déploieront au début du mois d’avril, pour des exercices avec les forces roumaines. Pour rappel, lors de son premier déploiement, l’an passé, le groupe aéronaval britannique formé autour du porte-avions HMS Queen Elizabeth avait fait la même chose. Et cela avait donné lieu à un incident ayant opposé le « destroyer » HMS Defender à la marine russe. À noter, d’ailleurs, que le début de la mission Clemenceau 2022 coïncidera avec des exercices navals russes de grande ampleur, lesquels se tiendront dans toutes les zones d’intêret de Moscou. La Méditerranée et la mer Noire en font partie. (Source : Opex 360)

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Le Pentagone annonce un exercice naval de l'Otan en Méditerranée   L'Otan va mener dès lundi un exercice naval à grande échelle en Méditerranée avec la participation du porte-avions américain USS Harry Truman. Ces manœuvres ont lieu en pleines tensions avec la Russie qui a elle-même annoncé des manœuvres navales au même moment. 'Neptune Strike 22 va durer jusqu'au 4 février, et est destiné à démontrer la capacité de l'Otan à intégrer la force de frappe maritime sophistiquée d'un groupe aéroporté en soutien aux efforts de dissuasion et de défense de l'Alliance', a annoncé vendredi le porte-parole du Pentagone, John Kirby. M. Kirby a assuré que cet exercice était en préparation depuis 2020 et qu'il n'avait rien à voir avec les tensions actuelles autour de l'Ukraine, bien que 'Neptune Strike 2022' ne figure pas sur la liste des exercices prévus en 2022 publiée le 14 décembre par l'Otan sur son site. 'L'exercice lui-même n'est pas conçu pour contrer le genre de scénarios qui pourraient se produire autour de l'Ukraine', a-t-il affirmé. 'C'est vraiment un exercice naval de l'Otan (...) destiné à tester un vaste éventail de capacités navales que nous voulons être sûrs de continuer à renforcer'. La Russie aussi : La Russie a annoncé jeudi des exercices navals tous azimuts. Plus de 140 navires de guerre et environ 10'000 militaires prendront part en janvier et février à ces exercices menés dans l'Atlantique, l'Arctique, le Pacifique ou encore la Méditerranée. M. Kirby a reconnu que la situation tendue avec la Russie avait suscité des débats avec les alliés sur la tenue de cet exercice naval. 'Après discussions avec nos alliés de l'Otan, il a été décidé d'aller de l'avant', a-t-il précisé. L'USS Harry Truman et son groupe aéroporté sont en Méditerranée depuis la mi-décembre. (Photo: KEYSTONE/AP) Le porte-avions devait rejoindre la zone d'opérations du commandement central (Centcom) mais le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a décidé fin décembre de le maintenir en Méditerranée pour 'rassurer' les Européens face aux frictions avec la Russie. Sans mentionner les tensions autour de l'Ukraine, où Kiev et ses alliés occidentaux accusent Moscou d'avoir massé 100'000 soldats aux frontières du pays en prévision d'une possible invasion, le Pentagone avait souligné que ce changement d'itinéraire 'reflétait le besoin d'une présence continue en Europe'. (Source : RTN)
×
×
  • Create New...