Jump to content
×
×
  • Create New...

Nouvelle campagne de recrutement 2015.


Recommended Posts

  • Administrateur

Suite aux évènements récents http://www.opex360.com/2015/04/18/selon-son-nouveau-modele-larmee-de-terre-comptera-2-divisions-11-000-soldats-de-plus/ et aux besoins de l' Armée de terre, une nouvelle campagne de recrutement viens d' être lancée :

http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/contactez-votre-cirfa

Avec en plus un forum pour répondre aux divers questions y a été joint : http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/forum

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Merci Janmary, bizzar ???

Bon voici un extrait de l' article de Zone Militaire :

Le général Jean-Pierre Bosser présentera, le 28 mai prochain, le plan « Au Contact! », c’est à dire le nouveau modèle de l’armée de Terre dont il est le chef d’état-major (CEMA). Lors d’une récente audition devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, il en cependant dévoilé les grandes lignes.

Suite aux attentats commis les 7 et 9 janvier à Paris et au lancement de l’opération Sentinelle, il est donc apparu nécessaire pour l’armée de Terre de pouvoir mener à la fois des opérations extérieures et intérieures.

« L’armée de Terre marchait jusqu’à maintenant sur deux pieds : l’intervention d’une part et la préparation opérationnelle  et la remise en condition d’autre part. Depuis janvier dernier, la protection s’est ajoutée à l’intervention », a souligné le général Bosser. Il s’agit, pour ce dernier, de mettre en place une « armée homogène, qui couvre l’ensemble du spectre opérationnel, qu’il s’agisse de l’intervention, de la protection ou de la prévention » car « son ennemi étant le même à Gao et à Paris, ses soldats sont les mêmes à Gao et à Paris ».

Aussi, selon le CEMAT, l’actualisation de la Loi de programmation militaire (LPM), qui sera examiné en juin par l’Assemblée nationale, doit « rechercher un nouveau point d’équilibre entre le contrat opérationnel, redimensionné par l’engagement durable sur le territoire national, et les moyens nécessaires pour disposer d’une force terrestre en nombre suffisant, bien préparée et correctement équipée ».

Selon le général Bosser, pour qu’elle puisse assurer les missions qui lui sont confiées, l’armée de Terre a besoin d’une force opérationnelle terrestre de 77.000 hommes alors qu’elle n’en compte que 66.000 actuellement. « Cette nouvelle trajectoire d’effectifs ne remet pas en cause l’optimisation et la modernisation que l’armée de Terre conduit dans le cadre du projet des armées ‘Cap 2020′ : comme le modèle futur de l’armée de terre le prévoit, elle s’y intègre », a-t-il précisé.


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2015/04/18/selon-son-nouveau-modele-larmee-de-terre-comptera-2-divisions-11-000-soldats-de-plus/#IsDWtzbg4uKo6ecE.99

Et le site de recrutement de l' Armée de terre : http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/

Le forum : http://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/forum

En espérant que cela soit bon cette fois.

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Ah, j' ai un problème :uglymarteau:, bon je vous invite à taper sur votre moteur de recherche : " recrutement de l' armée de terre " pour le premier et cliquer sur forum pour le second. :sorry:

Link to post
Share on other sites


  • Posts

    • Longue vidéo sur un exercice majeur de projection de force, l'exercice Skyros 2021    
    • Encore une autre capacité validée pour l'A 400M Source  actu aéro https://actu-aero.fr/2021/04/19/video-la400m-poursuit-ses-essais-de-ravitaillement-dhelicopteres/
    • Avec le nouveau service du SCA qui est censé améliorer la distribution, j'ai commandé des effets et demandé qu'ils me soient livrés sur Toulouse , comme les fois d'avant, eh bien ils sont dispos à l'Ecole militaire et à retirer avant fin avril. Comment faire? Cela va toujours aussi "bien".... Pour enfoncer le clou: source opex 360 http://www.opex360.com/2021/04/18/la-crise-de-lhabillement-au-sein-des-armees-est-en-train-de-se-resorber-selon-le-sca/
    • Rien ne change depuis des.... siècles !  car si j’évoque pelé mêle les rangers, les duvets, les sacs à dos, les bottes «grands froids», les moufles «grands froids», les parkas etc etc, on sait très bien que depuis des décennies nous sommes équipés par des administratifs ronds de cuir qui n’ont jamais mis un pied sur le terrain. Ah j’oublie dans ma liste le super poncho.  mais tout ça, ce n’est que du bonheur, n’est ce pas ? 
    • Souvent inconnu du grand publique et même de certains militaires, des militaires de toutes armées et toutes armes sont intégré à la Présidence de la République mais également aux service de certains anciens Président, aux service de ministère et ministres... Le médecin chef Jean Christophe Perrochon est de ceux là, portrait :   Ancien urgentiste dans l'armée, le médecin-chef de la présidence de la République est à la tête de l'équipe médicale chargée du suivi de la santé d'Emmanuel Macron. © Fournis par Franceinfo Son visage est inconnu du grand public mais c'est pourtant lui qui veille au quotidien sur la santé d'Emmanuel Macron. Ancien urgentiste de l'armée, le colonel Jean-Christophe Perrochon est à la tête de la petite équipe qui assure le suivi médical du président de la République, alors que ce dernier a été testé positif au Covid-19, jeudi 17 décembre. Dans un communiqué publié par l'Elysée samedi 19 décembre, le médecin-chef a indiqué que le président, confiné au pavillon de La Lanterne à Versailles (Yvelines), était dans un état "stable". "Des examens cliniques et paracliniques sont réalisés régulièrement par le service médical de la présidence. Leurs résultats se sont révélés rassurants", écrit Jean-Christophe Perrochon. Une situation exceptionnelle, qui fait sortir de l'ombre ce discret médecin. En poste depuis 2014 Ancien médecin urgentiste au service de santé des armées, Jean-Christophe Perrochon a passé vingt ans sur le terrain. "Il a notamment eu à sa charge les militaires blessés sur des théâtres de guerre", rapporte Le Parisien (article payant). En 2014, François Hollande le nomme médecin-chef de la présidence de la République. Trois ans plus tard, Emmanuel Macron choisit de garder le médecin, qui "lui inspire confiance", selon le quotidien francilien. La protection médicale du président est confiée au service de santé des armées depuis 1983. Placés sous l'autorité du chef d'état-major particulier, le médecin-chef et quatre médecins adjoints veillent sur le locataire de l'Elysée au quotidien. "Cette équipe de médecins suit le président de la République de manière permanente, soit au palais, soit dans les déplacements", détaille auprès de France 2 Pierre-René Lemas, ancien secrétaire général de l'Elysée. C'est par exemple Jean-Christophe Perrochon qui a réalisé le test PCR d'Emmanuel Macron, jeudi, après l'apparition des premiers symptômes, rapporte Le Parisien. Dans les couloirs de l'Elysée, il se distingue par son "énorme sac à dos qu'il se trimballe en permanence", rempli du nécessaire pour prodiguer les premiers soins, ajoute le quotidien. Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, la place occupée par le colonel auprès d'Emmanuel Macron s'est renforcée. En mars dernier, le Journal du dimanche (abonnés) rapportait que Jean-Christophe Perrochon était désormais présent lors des réunions de cabinet, au côté du président. "Un homme d'une grande discrétion, une tombe" Malgré l'ampleur de la tâche qui lui incombe, le médecin-chef préfère rester à l'abri des projecteurs. C'est "un homme d'une grande discrétion, il est même comme une tombe comme on dit dans l'expression", se souvient auprès de France 2 Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande. "[C'est] quelqu'un de discret, fiable, qui sait conserver des informations, qu'on entend peu, mais qui agit plutôt qu'il ne commente."   L'équipe médicale a également la charge de préparer "le soutien logistique-santé des déplacements officiels du président de la République" et de "l'accompagne[r] lors de ses voyages", peut-on lire sur le site de l'Elysée. Le médecin a notamment préparé la visite d'Emmanuel Macron à Didier Raoult en avril, rappelle ainsi Le Parisien. Jean-Christophe Perrochon s'était alors rendu à l'IHU de Marseille (Bouches-du-Rhône) en amont. Le jour du déplacement, le médecin-chef n'avait pas hésité à demander au professeur marseillais de se tenir à bonne distance du chef de l'Etat. (Source : France info)