HernanF

Géopolitique du Moyen-Orient: les nouveaux axes de conflit

Messages recommandés

Les événements dans Yémen méritent ouvrir un nouveau sujet, il a tous les condiments; la lutte par la suprématie régionale entre l'Iran et l'Arabie Saoudite; les guerres confessionnelles entre des chiites et sunnitas: le wahhabisme, les takfiris: la présence américaine comme juge et partie et le conflit sempiternel entre la Palestine et l'Israel. 

Tout cela mélangé au nucléaire iranien, Al-Qaïda et État Islamique/Daech... une bombe de temps toujours sur le point d'éclater.

 

J'ouvre le jeu avec ces trois cartes de Le Monde pour comprendre mieux le chaos au Yémen:

 

afxRfe4.jpg?1

 

tm4QfSk.jpg?1

 

lsGOCEH.jpg?1

 

http://www.lemonde.fr/proche-orient/visuel/2015/03/27/huit-cartes-pour-comprendre-les-origines-du-chaos-au-yemen_4602929_3218.html

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet HermanF. Je souscris. Cela mérite sujet.

 

Il se passe tant de choses au Moyen-Orient ces temps-ci, tel que le suivi des événements devient complexes et souvent éclipsé par des informations et événements tel les élections cantonales ou le tragique crash de l' A 320 de Germanwings.

 

Tes cartes sont bien utiles à la compréhension du sujet entrainant et mélangeant " la lutte par la suprématie régionale entre l'Iran et l'Arabie Saoudite; les guerres confessionnelles entre des chiites et sunnites: le wahhabisme, les takfiris: la présence américaine comme juge et partie et le conflit sempiternel entre la Palestine et Israël." (Ta citation).

 

Le Moyen-Orient depuis l'intervention "Faucon Noir" Américaine en Somalie ne cesse de se dégrader. Il faut reconnaitre que les puissances Britanniques et Françaises depuis 1920 ont modifiés de façon continuent et parfois aberrantes la situation des États dans la région.

 

Merci pour cet aperçu des événements au Yemen et dans la région.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Après avoir monté ce nouveau sujet j'ai commis une erreur dans les étiquettes, pour que le sujet soit joli et prolixe :vertrire:  @Bouchon-Gras 49 ou @berogeitabi pourrez-vous séparer l'étiquette de l'Arabie Saoudite avec l'Iran ?
Merci beaucoup  :vertsuper:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Demain (aujourd'hui en Europe, avec le changement d'horaire d'été) c'est le jour clé pour savoir s'il y a un accord ou non sur le programme nucléaire iranien, soupçonné d'avoir un composant militaire. Malgré les bâtons dans la roue qui a mis l'Israël sur l'accord, les chances de l'atteindre restent.

 

 

Les ministres du groupe P5+1 (États-Unis, Grande-Bretagne, Russie, Chine, France et Allemagne) à l'exception du Russe Serguei Lavrov, qui a quitté Lausanne dans la journée et pourrait revenir mardi, ont repris les discussions avec le négociateur iranien dans la soirée. 

« Il est vraiment temps maintenant de prendre des décisions » pour parvenir à une entente, a exhorté de son côté la porte-parole du Département d'État américain Marie Harf, estimant à« 50/50 » les chances d'un accord. 

Dans la journée, un diplomate occidental avait déclaré qu'il était « maintenant temps de dire oui ou de dire non », résumant la frustration grandissante des négociateurs devant des discussions qui s'éternisent. 

 

http://www.ouest-france.fr/nucleaire-iranien-incertitude-totale-sur-les-chances-dun-accord-3295921

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis curieux de connaitre les termes de ce futur accord, qui sera, de toute façon, positif pour la région et les rapports entre puissances et parties prenante !

 

Le rapprochement entre USA et Cuba est des plus important et s'il y avait un rapprochement USA et Iran après toutes les vicissitudes entre ces deux pays (prises d'otages de l'Ambassade  par les Iraniens, avion civil abattu par un croiseur américain) et d'autres, ce serait non moins important.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut voir a quel point les iraniens sont retors!!!

 

 

Le régime semble de plus en plus poussé vers une situation de siège.

 

Moscou, dans toute la mesure de ses intérêts, l'assiste probablement.

 

Quand aux Chinois, je les imagine bien en attente de la direction du vent. Ne pas oublier que les USA et l'Europe sont leurs plus importants clients.

 

Que les Iraniens finissent par disposer de la bombe me semble probable, mais probablement aussi pas sous ce régime.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le "Breakout Time"

 

pzwaTyS.jpg?1

 

Le terme clé de l'accord est "Breakout Time", l'intervalle de temps nécessaire pour que l'Iran puisse obtenir une bombe nucléaire avec les méthodes décrites dans l'article ci-dessous (en anglais)

 

Actuellement, il prendrait l'Iran deux à trois mois pour produire le combustible nucléaire pour une bombe d'uranium ou de plutonium, s'il a décidé de faire ainsi. L'administration Obama essaie d'augmenter ce “Breakout Time” à au moins un an.

 

http://www.nytimes.com/interactive/2015/03/31/world/middleeast/simple-guide-nuclear-talks-iran-us.html?smid=tw-share&_r=0

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Après avoir monté ce nouveau sujet j'ai commis une erreur dans les étiquettes, pour que le sujet soit joli et prolixe :vertrire:  @Bouchon-Gras 49 ou @berogeitabi pourrez-vous séparer l'étiquette de l'Arabie Saoudite avec l'Iran ?
Merci beaucoup  :vertsuper:

 

 

Fait.  :vertsuper:

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens également rajouter cet article.

 

Source: Slate.fr   http://www.slate.fr/story/99681/arabie-saoudite-yemen

 

Une fois n'est pas coutume, je vous invite à commencer par la conclusion de l'article que je vous livre ici, et où il transparait toute la complexité de cette opération, de ses éventuelles conséquences sur l'équilibre des forces au Moyen Orient:

 

 

L'une des caractéristiques surprenantes de «l'opération tempête décisive», nom de l'opération dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen, est le nombre et la taille des pays engagés dans la coalition.

Les Saoudiens contribuent à hauteur de 100 avions de chasse, 150.000 soldats et quelques unités navales, le Bahreïn déploie 15 avions de chasse, imité par le Koweït. Le Qatar engage quant à lui 10 avions de chasse et la Jordanie 6. Même le Soudan a promis d'envoyer trois avions. L'Egypte déploie un nombre non défini d'unités navales et aériennes, et annonce que des forces seront envoyées sur le terrain «si nécessaire». En comparaison, les contributions aux actions engagées contre l'Etat islamique en Syrie sont dérisoires.

 

Pour l'instant, aucun de ces Etats ne semble avoir de plan B au cas où Hadi ne pourrait être réinstallé dans son palais présidentiel. Un tel échec sera dans le meilleur des cas franchement embarrassant pour l'Arabie saoudite –et surtout pour son tout nouveau, et peut-être très éphémère ministre de la Défense. En revanche, cela pourrait offrir à Sissi une opportunité de réaffirmer le leadership de l'Egypte dans tout le Moyen-Orient.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens également rajouter cet article.

 

Source: Slate.fr   http://www.slate.fr/story/99681/arabie-saoudite-yemen

 

 

 

Certe !   l'article est en provenance de slate.fr mais il est une traduction d'un texte dont l'auteur est Simon Anderson du Washington Institute for Near East Policy.

 

L'information qui a le plus retenu mon attention concerne la position "à part" du Sultanat d'Oman.

 

L'article ne souligne pas que Oman est le vis à vis de l'Iran dans le détroit d'Ormuz. Ce qui a pour conséquence une forme de prudente neutralité d'Oman concernant 

le destin de la Bab El Mandeb au Sud de la Mer Rouge, sinon il y a risque de contagion de crise du Yemen vers Ormuz via Oman.

 

Une information apparemment inocente de l'article indique que le Sultan Qabus (d'Oman) revient de huit mois de traitements médicaux en Allemagne sans préciser dans quelle ville

ni dans quel établissement le traitement a été dispensé.

Mais l'allusion peut se décoder si on prend en considération que des "traitements médicaux" en Allemagne ont pour fidèles abonnés toute l'intelligentsia fortunée de Moscou,

ce qui est bien connu à Washington puisque la carte "vitale" du club des abonnés est l'AMEX platinum.

 

Téhéran et Moscou sont pour l'instant situés du même côté de l'échiquier.

 

Moscou est le dénominateur commun désignant l'URSS et la Fédération de Russie.

Les projets et les espoirs de l'URSS concernant le Yemen sont biens connus.

L'URSS avait prévu de développer une base pour sa marine de Guerre dans l'Ile Yéménite de Socotra, la Fédération de Russie a conservé "sous le coude" ce projet.

 

Pendant que l'URSS finançait et aidait à la construction du barrage d'Assouan, c'était l'Egypte qui appuyait militairement le Yémen du Sud contre le Yemen du Nord.

Après la "Guerre des six jours" (1967) l'Egypte n'a plus eu les moyens de continuer ses interventions militaires au Yémen.

 

Ce petit commentaire et ces rappels pour préciser que le feuilleton du jour n'est que la suite d'une histoire dont les acteurs se connaissent bien.

 

Dans le club des intervenants contre les Houthis (au Yemen), l'Algérie est absente.

 

 

 

La Chine a anticipé les conséquences de ce mic-mac en introduisant dans ses plans l'aide au développement d'un pipe-line reliant les puis de pétrole du Soudan

du Sud au port Kenyan de Jamu afin de s'affranchir de la dépendance de Port-Soudan situé dans la Mer Rouge.

 

Un autre projet de tracé de pipe-line entre le Soudan du Sud et la Mer, traverserait l'Ethiopie et aboutirait à Djibouti. Ce n'est pas le choix des Chinois.

 

Une autre solution, jamais ouvertement évoquée, concernerait un débouché du pipe-line en provenance du Soudan du Sud vers le Golfe de Guinée.

Ce pipe-line traverserait donc la Centre-Afrique et le Cameroun. Bien sûr cette solution favoriserait les approvisionnements "occidentaux".

Cette dernière solution suggère un éclairage supplémentaire sur les récents troubles dans les zones concernées...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

article posté aussi dans le sujet sur l'EI

Les Etats-Unis ont tort d’utiliser l’Iran pour combattre l’État islamique et pour contribuer à faire la police au Moyen-Orient, a averti le ministre des Affaires stratégiques israélien Yuval Steinitz dimanche dans une interview donnée à Tovah Lazaroff du Jérusalem Post.

« L’Iran est déjà un califat stable et cela va lui permettre d’être une superpuissance, c’est une terrible erreur historique. »

Il a averti que les Etats-Unis « obtiendrons un empire chiite iranienne avec de vastes ressources et un vaste territoire et que le problème de l’Etat islamique ne représentera que 1% de ce nouveau problème.

Il ne faut pas résoudre le problème [avec l’État islamique] en créant un plus gros problème. «

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malgré la assurance que les États-Unis feignent, l'Israël se méfie toujours du contrôle sur le programme nucléaire (militaire?) iranien.

L'accord-cadre sur le nucléaire iranien expliqué par une vidéo de l'AFP.

 

http://dai.ly/x2lo1o5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Certes. Je me souviens quand l’Inde et le Pakistan eurent la bombe atomique.

La guerre était inévitable !

La sagesse à prédominé au même titre qu’avec les Américains, puis des Soviétiques et enfin de la Chine.

 

Il suffit de regarder une carte de la région pour s’apercevoir que l’Iran est « enveloppé » de bases américaines d’une part et d’autre part que l’intrusion des Américains dans les affaires Iraniennes dâte dès la fin de la seconde guerre mondiale avec le pétrole ou ils s’installèrent en lieu et place du gouvernement légal en remplacement des Britanniques incapable à la suite du conflit mondial d’être présent partout, et cela à eu quand même quelques répercussions par la suite.

 

Le terme de Satan envers les Etats-Unis est venu de cette époque ou les Américains firent « déboulonner » le Premier Ministre du Shah (qu’ils imposerent), Mossadegh, qui avait osé nationaliser la société « Anglo-Iranienne Pétroleum », ex-« Anglo-Persian » afin de créer une compagnie Nationale. Ce sont les  « Fadayin Islam »   qui accusent Mossadegh d’être un faux patriote qui vont le réduire à la misère et a la mort.

 

C’est vrai que les propos de certains dirigeants Iranien sont pour le moins discutable en particulier avec Israël qui n’à rien respecté des accords lui donnant naissance comme un Etat palestinien et ont même assassiné le comte Bernadotte chargé de faire appliquer cette mesure décidé par l’ONU par le biais de leurs deux réseaux terroristes, l’Irgoun et la Haganah !

 

Curieux l’Histoire quand même !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien ! puisqu'il nous faut patienter pour connaitre les résultats sur les négociations concernant le nucléaire Iranien, en espérant que la montagne n'accouche pas d'une souris, rien ne nous empêche de bavarder un peu sur la géopolitique du Moyen Orient et de ses environs.

 

- Les Chinois sont très intéressés par le développement des infrastructures logistiques terrestres entre la Chine et l'Europe.

 

- L'intérêt des Européens n'est pas moins vif car la Chine est un fournisseur mais aussi un client dont le marché interne sera de plus en plus demandeur.

 

- Le choix des Chinois est de raviver "la route de la soie" par le développement de voies ferrées et de réseaux routiers à jour des standards du vingt-et-unième siècle.

 

- Cette "route de la soie" traverse les républiques d'Asie centrale pour passer au Sud de la Mer Caspienne par l'Iran, la Turquie (au Sud de la mer Noire) et l'Europe.

 

- Il est intéressant de remarquer que cette "route de la soie" ne concerne pas le territoire de la Fédération de Russie.

 

- Il est encore plus intéressant de remarquer qu'elle évite le territoire de la Fédération de Russie puisqu'elle double par le Sud le Trans-Sibérien qui est le trajet au Nord

de la Mer Caspienne et de la Mer Noire et ne concerne pas l'Iran....et la Turquie. 

 

- Si nous étions des esprits chagrins, nous pourrions en déduire qu'en ce qui concerne le Moyen Orient, La Chine et la Fédération de Russie ne jouent pas dans la même coure.

 

- Comme nous sommes peut être un peu des esprits chagrins, nous ne pouvons pas nous empêcher de remarquer que l'Asie et l'Europe sont en continuité terrestre puisque aucune mer ne les sépare.

 

- Et comme nous sommes certainement des esprits chagrins nous nous étonnons que l'entité en première ligne dans les négociations sur le nucléaire Iranien sont les USA qui viennent d'un autre bloc continental.

 

- Les négociations sur le nucléaire Iranien ont pour objectif d'ouvrir l'Iran au reste du monde, ce qui ouvrira les voies de "la route de la soie" reliant la Chine à l'Europe et réciproquement.

 

- Moscou, occupé à trop jouer les conquistadors, pourrait bien éprouver un sentiment de solitude si les négociations sur le nucléaire Iranien aboutissait à la fin de l'embargo.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+ 1 capmat.

Passionnant votre post.

Géopolitique - presque rationnelle - des plus passionnantes que vous nous dites là. Je n'avais jamais envisagé les choses pouvant évoluer de cette façon là !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+ 1 capmat.

Passionnant votre post.

Géopolitique - presque rationnelle - des plus passionnantes que vous nous dites là. Je n'avais jamais envisagé les choses pouvant évoluer de cette façon là !

 

Merci Janmary,

 

Je vais me donner un peu de temps de réflexion avant d'envisager les intérêts et les réactions de l'Inde dans le contexte évolutif des relations Asie-Europe.

 

- On peut déjà souligner qu'entre l'Inde et l'Iran, sur la route vers l'Europe, il y a le Pakistan. Bien sûr cela concerne la route exclusivement terrestre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Jordanie commence à jouer plus fort à la région. Depuis plusiers mois Il continue, maintenant ouvertement, la formation de combattants syriens en Jordanie, les États-Unis financent la mission sur le terrain. Et la Turquie, comme toujours, est pas d'accord...

Les Etats-Unis ont commencé l'entraînement de rebelles syriens 

bc0c8dn.jpg?1

Les Etats-Unis ont commencé l'entraînement de rebelles syriens modérés en Jordanie pour lutter contre le groupe Etat islamique (EI), a indiqué jeudi à Washington un responsable américain.

"C'est parti", a indiqué ce responsable sous couvert d'anonymat, précisant que cette formation aux compétences militaires de base sera étendue ensuite en Turquie, en Arabie saoudite et au Qatar.

En Jordanie, le porte-parole du gouvernement Mohamed al-Momani a confirmé que l'entraînement des rebelles syriens "a bien commencé depuis plusieurs jours" dans le cadre des "efforts de la Jordanie en complémentarité avec les pays frères et amis, membres de la coalition".

"La Jordanie souligne que la guerre contre le terrorisme est notre guerre, et c'est la guerre des Arabes et des musulmans en premier lieu pour protéger nos intérêt et la sécurité de nos pays et peuples...", a-t-il dit.

En annonçant ce programme de formation, les Etats-Unis avaient évoqué l'objectif de former 5.000 combattants par an. Mais les militaires américains se heurtent notamment aux difficultés de sélection des candidats, les Etats-Unis voulant limiter les risques que ces combattants ne se retournent contre eux.

Selon les plus récents chiffres communiqués par le Pentagone, 3.750 Syriens s'étaient portés candidats, dont 400 avaient subi avec succès une présélection. Cette première étape devait être complétée ensuite par d'autres vérifications.

Le Congrès américain, qui a fortement poussé l'administration Obama à entreprendre ce programme, a voté 500 millions de dollars pour le financer.

Les Etats-Unis avaient annoncé que près de 1.000 militaires américains seraient déployés pour ce programme. Pour l'instant, 450 sont arrivés sur place, selon les responsables américains.

Certains partenaires de Washington comme la Turquie reprochent aux Etats-Unis de vouloir diriger l'action des rebelles uniquement contre le groupe Etat islamique, au détriment du combat contre le régime du président syrien Bachar el-Assad.

La Jordanie avait déjà annoncé en mars qu'elle allait former des combattants de "tribus syriennes" pour combattre l'EI.

 http://analisis-global.blogspot.com.ar/2015/05/continua-ahora-abiertamente-la.html?spref=tw

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une surprise pour tous, la proposition que la France présenterait dans le Conseil de sécurité de l'ONU sur la Palestine, selon le président de l'Autorité palestinienne Abbas.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé mardi soir à Tunis que les Français voulaient présenter au nom des Palestiniens une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU, sans préciser le contenu de l'initiative française.

"Il y a des idées chez les Français sur la nécessité de présenter en notre nom une résolution relative à la cause palestinienne au Conseil de la sécurité", a-t-il dit dans une brève déclaration à la presse au Palais présidentiel de Carthage. "Nous accueillons bien ces efforts mais il y a un comité de pays arabes chargé de cette affaire", a ajouté M. Abbas, en visite officielle de trois jours à Tunis.

Le président palestinien a en outre fait part de sa détermination "à unir nos terres et notre peuple et à continuer les efforts de réconciliation piétinés par le Hamas" qui contrôle la bande de Gaza.

Le Fatah du président Abbas et son rival, le mouvement Hamas, ont signé un accord de réconciliation au printemps 2014 qui devait marquer le retour de l'Autorité palestinienne à Gaza, après les combats fratricides de 2007 qui l'en ont évincé. Mais l'union sacrée a fait long feu et le Hamas tient toujours de fait les rênes du pouvoir, tandis que les membres du gouvernement d'union ont récemment dû couper court à une visite dans la bande de Gaza et retourner à Ramallah en Cisjordanie après avoir été empêchés de quitter l'hôtel.

 http://analisis-global.blogspot.com.ar/2015/05/genera-sorpresa-la-proposicion-que.html?spref=tw

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une nouvelle étonnante, mise en rapport à la précédente, le Vatican reconnaît la Palestine comme État
Par volonté du papa Francisco, le Vatican adhère officiellement à la politique des deux États, l'Israël et la Palestine qui doivent coexister en la paix et la sécurité au Moyen-Orient. Il s'est uni ainsi à la grande majorité des pays membres des Nations Unies.

http://www.20minutes.fr/monde/1607827-20150513-vatican-reconnait-etat-palestine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

HernanF, les informations contenues dans vos trois derniers post sont en cohérence :

Pendant que le régime Iranien est aux prise avec Daesh, dans ses intrigues au Yemen et avec probablement une poussée de plus en plus forte des mécontentements du peuple Iranien qui le pousse dans le sens de l'avancée vers "les conditions de l'Ouest" dans ses négociations sur le nucléaire militaire, nous assistons a une dé-construction méthodique de toutes ses manoeuvres de prise d'influence en Syrie, au Liban et à Gaza.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

HernanF, les informations contenues dans vos trois derniers post sont en cohérence :

Pendant que le régime Iranien est aux prise avec Daesh, dans ses intrigues au Yemen et avec probablement une poussée de plus en plus forte des mécontentements du peuple Iranien qui le pousse dans le sens de l'avancée vers "les conditions de l'Ouest" dans ses négociations sur le nucléaire militaire, nous assistons a une dé-construction méthodique de toutes ses manoeuvres de prise d'influence en Syrie, au Liban et à Gaza.

Je concorde avec toi capmat, et je l'ajouterait la guerre de pouvoir régional (ouverte et cachée) entre l'Iran et l'Arabie Saoudite avec un bilan incertain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pendant ce temps, la guerre médiatique contre Daech/EI est arrivée plus fort au royaume hachémite, le plus occidental des royaumes, avec publicité au style américain, la Jordanie lui donne une impulsion à ses centres d'entraînement anti-terrorisme.

PyOBvxL.jpg?1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par lafsupport
      Très intéressant et inattendu


    • Par Pendemonium
      La déstabilisation (accrue) du moyen orient aura au moins l'avantage de redonner le sourire aux industriels de l'armement :
       
       
      Fort à parier que c'est pas finit !!
    • Par Pendemonium


      le 9 aout :

      Article et 2 vidéos : http://www.maritima.info/actualites/societe/istres/3263/l-aide-medicale-aux-refugies-syriens-s-est-envolee-d-istres-ce-matin.html
    • Par Pendemonium
      Pushing the limits !





      L'article ici: lemonde.fr

      Après tout, les terroristes ont leur camps d'entrainement jihadiste non ?
    • Par Pendemonium
      Salut

      Je fais pas un résumé sur la série IRAN qui tente de tenir tête aux occidentaux sur son programme nucléaire: la saga se poursuit!


      Source et article : http://www.lemonde.f...l#xtor=RSS-3208

      L'Iran se trouvant dans un bras de fer avec Israel qui souhaite frapper préventivement, les USA qui tentent de les retenir, l'Europe, qui ne souhaite déjà pas s'impliquer en Syrie militairement, encourage les solutions diplomatiques envers l'IRAN tel l'embargo


      Nul doute que les prix des carburants vont encore grimper, que la rue occidentale va encore gronder contre la vie chère, l'économie s'en ressentir. Israel risque de faire cavalier seul au risque de perturber l'équilibre régional déjà instable, les USA entament les éléctions présidentielles ce qui peut entraîner une certaine inertie par les lobbying...
      Et pendant ce temps, l'IRAN reste plutôt tranquillement dans son coin soufflant le chaud et le froid.

      Comment va se terminer ce bras de fer ?