Aller au contenu
HernanF

Des nouveaux équipements pour les forces navales du XXIe siècle

Messages recommandés

Le Mozambique sera celui qui présente pour la premiere fois les trimarans Ocean Eagle 43 de CMN

 

fY1zLRe.jpg?1

 

Conçus pour des missions de surveillance maritime par Constructions Mécaniques de Normandie (CMN), les patrouilleurs du type Ocean Eagle 43 ont une longueur de 43.6 mètres et une largeur de 15.7 mètres. Elles sont équipées pour réaliser des missions de protection de zones littorales ou d'infrastructures offshore, en pouvant réaliser des missions de guerre électronique et de renseignement.

Le trimaran Ocean Eagle 43 dispose d'une plate-forme qui permet de porter un drone aérien de la classe 300 kgs, similaire au Camcopter S-100 de la entreprise Schiebel. Avec une autonomie de 3.000 milles à 20 noeuds il est capable de débarrasser plus de 1.000 milles à pleine vitesse. Le bateau porte un équipage de sept personnes et un logement pour autres huit, par exemple une unité de commandos. Il a aussi envers une embarcation rapide semi-rigide de sept mètres située dans une rampe dans la poupe du casque central.

 

 

Le jeudi dernier a été mis à l'eau le premier d'une série de trois trimarans d esurveillance maritime destinés à la marine du Mozambique

 

hxqHlqc.jpg?1

 

Okw3kmP.jpg?1

 

 

http://cmn-group.com/products-and-services/military-vessels/tsm/ocean-eagle-43/

 

http://www.ouest-france.fr/cmn-un-bateau-leau-trois-nouvelles-commandes-3136879

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ghost, une vedette furtive qui pourrait être l'avenir de la marine Américaine

Une entreprise américaine a créé une vedette qui combine les technologies d'un chasseur furtif et d'un hélicoptère d'attaque.
La vedette Ghost (fantôme) a été conçu par Juliet Marine Systems comme un véhicule capable de faire face aux attaques de type "essaim", contre des vedettes rapides hostiles et contre la piraterie.
La vedette a été construit par des matériels pas magnétiques, d'une basse signature radar et il est peu accessible aux sonars, une caractéristique idéale pour infiltration et surveillance dans des zones hostiles.

 

 

http://www.julietmarine.com/news.htm

PS: vedette ou plutôt canot ? Merci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le chantier naval CMN vient de libérer une vidéo en montrant son trimaran Ocean Eagle 43 pendant les essais de mer en conditions météorologiques extrêmes.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ECUME, l'Embarcation commando à usage multiple et embarquable pour les commandos Marine

h0VqHMB.jpg

La DGA et la Marine ont réalisé avec succès le premier aérolargage d’une ECUME au large de Brest avec un C-130 de l'armée de l'Air.

 

 

http://www.opex360.com/2016/01/22/premier-largage-en-mer-de-lecume-la-nouvelle-embarcation-des-commandos-marine/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+ZoneMilitaire+%28Zone+Militaire%29

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Shortfin Barracuda Block 1A de DCNS , le proche sous-marin conventionnel de la marine australienne.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Armement : un drone marin d'attaque mis au point par l'armée américaine.

Après les drones aériens et leur lot de polémiques, voici le drone marin. Cet engin invraisemblable a effectué un essai grandeur nature. Long de 40 mètres, il a été conçu par l'armée des États-Unis.

Ce trimaran futuriste est doté de radars "pour lui permettre d'éviter les collisions" et de sonars "pour détecter ses ennemis" sous l'eau comme les sous-marins, explique Nicolas Chateauneuf. "Le tout est contrôlé par une intelligence artificielle, un superordinateur, sans qu'aucune personne ne soit présente à bord", ajoute le journaliste de France 2.

Fabriqué en série ?

Ce drone marin présente bien des avantages : il peut patrouiller pendant des mois et en dépit de toutes les conditions météorologiques. Il n'a pas d'équipage à relever ou à ravitailler. De plus, il peut être fabriqué en série "à l'heure où les marines chinoises et russes montent en puissance", rappelle Nicolas Chateauneuf. Enfin, l'ordre de tirer peut être donné à distance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'USV Seagull

Des opérations de guerre anti-sous-marine (ASW) et de contre-mesures pour des mines (MCM) sont deux des missions envisagées pour le nouveau bateau sans pilote (USV Unmanned surface Vessel) d'Elbit Systems.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le concept l'Europe de la défense fleurit, la France et l'Italie s'embarquent sur un projet de coopération dans le naval.

 

La France et l'Italie "avancent" dans leur projet de constituer un champion européen dans le domaine des bâtiments de surface civils et militaires, selon la ministre des Armées, Florence Parly.  Ce projet permet à la fois au gouvernement français de démontrer sa volonté de privilégier l'Europe de la défense dans le domaine industriel et également de rattraper les effets désastreux de l'annonce de la nationalisation de STX auprès de Rome. Ce dossier sera au centre du prochain sommet italien prévu le 27 septembre prochain. L'industrie de défense "est un des catalyseurs de l'Europe de la défense", a d'ailleurs rappelé la ministre des armées.
Début août, les gouvernements français et italien avaient déjà exprimé leur intention commune de "dépasser leurs différences sur l'équilibre de la structure du capital de STX". Paris et Rome avaient ainsi exprimé leur souhait de faciliter la "création d'une industrie navale européenne plus efficace et plus compétitive" dans le domaine civil et militaire. Comment? En rapprochant "les forces de Fincantieri, de STX et de Naval Group" ce qui "permettrait de créer un leader européen global qui aura pour objectif d'être le plus grand exportateur sur les marchés civils et militaires, avec une activité significative dans les systèmes et les services", avait expliqué un communiqué commun de la France et de l'Italie...

http://analisis-global.blogspot.com.ar/2017/09/el-acercamiento-de-importantes-empresas.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

´Plus de 20 heures d'autonomie, et il peut être embarqué sur patrouilleurs ou frégates.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, ils cherchent à travers de ces achats de se maintenir comme référence régional pour les occidentaux face à l'Iran, même s'ils n'aient pas de quais où amarrer les corvettes espagnoles :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

il y a 5 minutes, HernanF a dit :

Bonsoir, ils cherchent à travers de ces achats de se maintenir comme référence régional pour les occidentaux face à l'Iran, même s'ils n'aient pas de quais où amarrer les corvettes espagnoles 

Ben oui, ils n'ont quasiment pas de côtés et possèdent déjà trois FLF !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Archerlite a dit :

Bonjour,

Ben oui, ils n'ont quasiment pas de côtés et possèdent déjà trois FLF !

Désolé, je ne connais pas l'orbat de la marine saoudienne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Des frégates comme le La Fayette :

 

Il y a 9 heures, HernanF a dit :

Désolé, je ne connais pas l'orbat de la marine saoudienne.

Et moi je ne connais pas «l'orbat»:Laugh@2x:.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Archerlite a dit :

Bonjour,

Des frégates comme le La Fayette :

 

Et moi je ne connais pas «l'orbat»:Laugh@2x:.

Ordre de bataille 

Et au contraire les saoudiens on autant de côte que les espagnols ! 

(Bon c'est du sable et une grande partie donne sur la mer rouge ... C'est à dire un canal mais bon ) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par HernanF
      Nexter et KMW rêvent d’un char lourd franco-allemand
       
      C’est ce qu’on déclaré Philippe Burtin et Frank Haun, les PDG des deux industriels de l’armement terrestre, devant les députés français.
       

       
      Pour Nexter et Krauss-Maffei Wegmann, engagés dans un rapprochement historique, les projets de développements communs des deux champions de l’armement terrestre passent d’abord par les chars lourds. C’est ce qui ressort d’une audition commune de leurs PDG respectifs, Philippe Burtin et Frank Haun, devant la commission de la défense de l’assemblée nationale et dont le compte rendu vient d’être mis en ligne.
      «Le plus important, c’est la prochaine génération de chars lourds. Dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d’un nouveau char lourd – qu’il s’appelle Léopard 3, Leléo ou Léoclerc, peu importe: il sera développé en commun, et pourra commencer à équiper nos forces à l’horizon 2025-2030 pour remplacer les chars Leclerc et Léopard 2 dont la base technologique commence à dater», a déclaré Frank Haun. Avant de faire un parallèle avec ce qui se passe à Moscou: «Renouveler ces matériels est indispensable: d’ailleurs, les Russes ne s’y trompent pas, et leurs travaux de développement en la matière avancent à plein régime»…
       

      Vers un accord sur les exportations
       
      Deux points notamment doivent encore être résolus pour pouvoir baptiser KANT officiellement. Il y a d’abord celui de la valorisation respective des deux entreprises avec versement d’une soulte pour régler la différence. A ce sujet, Philippe Burtin a démenti le chiffre qui a circulé de 500 millions en faveur de Nexter. «Cette rumeur ne se fonde sur rien de concret», a-t-il assuré. «Dans les semaines et les mois qui viennent, il y aura probablement de nouvelles rumeurs du même type. En effet, le projet KANT est critiqué par certains acteurs du secteur, qui s’attachent à créer des inquiétudes au sein de la partie française en vue de bloquer notre projet», a ajouté son alter ego.
      L’autre point important concerne le régime d’autorisation d’exportation qui encadrera les armements conçus en commun. Paris et Berlin travaillent à une actualisation des accords Schmidt-Debré, du nom des deux anciens premiers ministres et qui date des années 70. C’est un sujet sensible car le gouvernement Allemand est divisé sur cette question au point d’avoir bloqué la vente de missiles de MBDA ou de blindés de RTD comportant des composants fabriqués outre-Rhin.
      Mais les choses semblent bouger à Berlin, selon Frank Haun: « En ce qui concerne la réglementation applicable aux exportations d’armements, je suis confiant dans nos chances d’aboutir à un accord, même si le compromis qui sera trouvé ne sera pas nécessairement à la hauteur de nos espérances de départ. Mais si, dans le futur, l’on arrive à une solution aux termes de laquelle le contrôle de l’exportation d’un matériel conçu en commun relèvera du Gouvernement français dès lors que la part allemande dans leur développement n’excédera pas 20 %, cela signifie que la probabilité est forte que nous développions nos produits à 80 % en France, alors que je souhaite rester à parité. Si je suis confiant, c’est parce qu’en Allemagne, le débat sur les exportations d’armement fait beaucoup de bruit, mais qu’in fine et concrètement, il n’en demeure pas moins que par exemple le Qatar et Singapour sont aujourd’hui mes principaux clients export».
       
      http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0204105437676-nexter-et-kmw-revent-dun-char-lourd-franco-allemand-1086390.php#gauche_article
       
×