Bienvenue sur le Forum Militaire

Inscrivez-vous pour avoir accès à l'ensemble des fonctionnalités du forum. Une fois enregistré et connecté, vous serez en mesure de contribuer en publiant vos propres questions ou en répondant à un sujet existant. Vous serez en mesure de personnaliser votre profil, recevoir des points de réputation, et bien plus encore !

capmat

( 07/01/2015 à 11h30 attentat meurtrier contre "Charlie Hebdo" ) Attentats sur notre territoire !

222 messages dans ce sujet

Un résumé de l'attentat à Nice et la manière d'agir de la mouvance djihadiste.

 

Attaque de Nice : une méthode prônée par Daech et Al-Qaïda

http://www.leparisien.fr/faits-divers/nice-une-methode-pronee-par-le-ministre-des-attentats-de-l-ei-15-07-2016-5967943.php#xtor=AD-1481423553&nli=r

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet Hernan. Le plus difficile à combattre, en temps dit "de guerre", c'est bien l'ennemi de l'intérieur, né en France ou bénéficiant d'un permis de séjour.

Pas vraiment identifié, c'est un travail épuisant et laborieux des "police" (au sens large), d'une part de police de proximité et des services de renseignements (avant attentats) et d'autre part de police criminelle et de la justice (après attentats).

La Police et l'Armée sont engagés à fond dans diverses  sécurisation du territoire engendrant un taux d'épuisement certain.

Notre gros probleme aux dire des spécialistes, c'est que nous n'avons pas de responsable unique de contre-terrorisme sur le territoire regroupant  tous les services (Police, Gendarmerie, Interpol, bref des dizaines de services aujourd'hui).

Aux USA, en Israël, ces hommes sont connus. (dixit Mr Bauer, professeur de criminologie au CNAM et à l'étranger et ex président de l'Observatoire de criminologie  et terrorisme en France).

Il semble, en effet que cet attentat porte la signature de DAESH sans savoir si l'auteur à agit en individuellement ou dans le cadre d'un réseau  L’enquête définira ces éléments.

Une minute de silence aura lieu lundi à midi. Nos pensées émues aux victimes et familles de victimes.

Janmary

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour 

Un décret paru le 13 juillet crée officiellement "la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme".

Voir l'article de www.lepoint.fr ici   médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme.

A noter que cet médaille se placera au 5ème rang protocolaire. Pour rappel:   LH, ordre de la libération, médaille militaire, ONM et donc cette nouvelle décoration viendra ensuite. 

Quel regard porteront les victimes sur cette décoration? Hochet, vraie reconnaissance, désintérêt? Je crois que les avis seront, selon la sensibilité des uns et des autres, très partagés.

Cet autre article issu du blogs.ouest-france.fr apporte un autre éclairage et pose aussi la question d'une récompense n'intervenant pas dans le cadre d'une action volontaire. Ici: médaille aux victimes du terrorisme

 

4757171lpw-4757247-jpg_3675920.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une médaille qui va faire couler de l' encre !!!

Effectivement très discutable, suivant comment on regarde la chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si le rapport publié dans un journal flamand est vrai il est lamentable.

 

Selon des extraits d'un rapport de la "police des polices" belge, publiés samedi dans un journal flamand, la police belge aurait raté pas moins de 13 occasions d'arrêter les tueurs des attentats du 13 novembre, à Paris.

C'est l'histoire d'un spectaculaire ratage de la part de la police belge. Selon un rapport confidentiel émanant de la "police des polices" belge, dont des extraits ont été publiés ce samedi par le journal flamand DeTidj, les autorités auraient manqué pas moins de treize occasions de démasquer les auteurs des attentats de Paris du 13 novembre. Avant, donc, qu'ils passent à l'acte.

Six occasions ratées par manque de personnel

Selon le journal, qui cite le rapport, la police belge était en possession d'écoutes téléphoniques liant des personnes soupçonnées de terrorisme avec Salah Abdeslam, le seul membre encore vivant du commando, dès février 2015. Mais la police, en manque de personnel disponible, n'avait pas donné suite.
Sur ces treize occasions manquées, six sont dues à des manques de personnel, souligne le rapport. La police belge avait également ignoré une requête des autorités espagnoles concernant le frère aîné de Salah Abdeslam, Brahim Abdeslam, après qu'il se fut rendu dans la péninsule ibérique en mars 2015. Huit mois après ce voyage, Brahim Abdeslam s'était fait exploser dans un café parisien le soir du massacre. La réponse belge n'est parvenue qu'après les attentats.
Des informations sur le kamikaze Bilal Hadfi sont aussi restées inexploitées durant six mois, toujours en raison du manque d'enquêteurs. Enfin, des informations secrètes sur des attaques en Europe de l'Ouest sous la direction d'Abdelhamid Abaaoud ont aussi longtemps été conservées sans être exploitées par le parquet fédéral.
Ce rapport émanant "du Comité P", la police des polices, devrait être transmis à une commission spéciale du parlement belge, selon le quotidien flamand.

http://analisis-global.blogspot.com.ar/2016/10/cuando-la-policia-belga-podria-haber.html?spref=tw

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au 1er chef, on pointe du doigt le manque d'effectifs.

En fait et à mon avis, on en revient à une politique couramment appliquée depuis la fin de la guerre froide, qui consistait à dire que la menace n'existe plus ou presque. Et qu'il n'est plus nécessaire d'entretenir des forces de police ou des armées à hauteur de ce qu'elles étaient avant. 

S'en est suivi une baisse régulière des effectifs (police et armée), et des budgets alloués, variable d'ajustement d'un budget national de plus en plus contraint.

Cela s'est produit en France. Je pense qu'il en fût de même en Belgique.

Par la suite, si chacun a pu se rendre compte de la nécessité de regonfler les effectifs pour faire face aux nouvelles menaces (le terrorisme islamique, et aujourd'hui la politique poutinienne), aucun homme politique aux manettes n'a osé le faire.

Pour différentes raisons, électoralistes entre autres, alors qu'il était de bon ton de dire que tout allait bien, que l'on allait faire l'Europe de la Défense, et que la menace était de ce fait parfaitement maîtrisée. 

En France, il a fallu attendre les attentats de Charlie, Bataclan et Nice pour mesurer l'ampleur de cette nécessité. Et comme il faut du temps pour bien accueillir et former de nouveaux effectifs, ce n'est sans doute pas demain que nous aurons le potentiel humain nécessaire, pour être à la hauteur de la menace.

On découvre donc , un peu tard qu'il n'en est rien, et la vieille locution latine prend ici tout son sens: 'Si vis pacem, para bellum".

 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La menace plane toujours sur nous et les militaires sont en ligne de mire.

Menace terroriste : le général de Villiers s’interroge sur l’externalisation du gardiennage des sites militaires

 
 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/terrain-militaire-20150707.jpg

terrain-militaire-20150707

 

Fin septembre, le ministère belge de la Défense a confirmé la diffusion, via la messagerie Telegram, de photographies de militaires désignés comme étant des cibles par Rachid Kassim, une des figures francophones de l’État islamique.

L’affaire a donc été prise très au sérieux à Bruxelles, d’autant plus que l’on retrouve le nom de ce jihadiste dans plusieurs affaires de terrorisme en France. C’est en effet Rachid Kassim qui a inspiré l’assassinat d’un couple de policiers à Magnanville ainsi que celui d’un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray. Sans parler des arrestations récentes de jeunes radicalisés à qui il avait demandé de passer à l’action en France.

Pour le moment, rien n’indique que Rachid Kassim ait donné une liste aussi précise de soldats français à attaquer. Mais il n’en demeure pas moins que la menace reste très élevée. D’ailleurs, des projets d’attentats contre des sites du ministère de la Défense ont déjà été déjoués en France (sémaphore du cap Béar et base navale de Toulon en 2015) et des militaires engagés dans l’opération Sentinelle ont été attaqués (comme à Nice, en février 2015 ou à Valence, le 1er janvier 2016).

Aussi, cette menace terroriste contre les militaires (ainsi que leurs familles) est l’un des points de vigilance du général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA).

« La menace terroriste qui pèse sur notre pays vise aussi – et peut-être en priorité – les militaires pour ce qu’ils représentent. Nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer la sécurité de nos installations, de nos militaires et de leurs familles », a en effet affirmé le général de Villiers, lors de son audition à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2017.

Le CEMA ne s’est pas trop attardé sur les pistes envisagées pour renforcer cette sécurité, si ce n’est qu’il s’agit « de se protéger sans se retrancher ». Toutefois, selon lui, la politique d’externalisation du ministère de la Défense dans certains domaines est un point à examiner de près.

« Nous devons notamment nous interroger sur la pertinence de l’externalisation de certaines fonctions, comme celle du gardiennage », a en effet estimé le CEMA.

Or, ces dernières années, la surveillance de sites militaires a été confiée à des entreprises privées. Des appels d’offres allant dans ce sens ont en effet régulièrement été lancés, comme pour la base navale de Toulon, en 2015 ou encore la base aérienne de Salon de Provence et le Centre national d’entraînement Commando (Cnec) sur les sites de Collioure et de Mont Louis (66), en 2013.

« Le personnel affecté sur chaque emprise doit rester le premier acteur d’une défense collective, cohérente et coordonnée », a estimé le général de Villiers. « Un effort doit également être produit en termes de durcissement des installations. Ce sera le cas en 2017 et 2018 grâce à la priorité définie en programmation. Il faudra poursuivre les opérations engagées au-delà de 2018. Cela passera nécessairement par des dépenses d’infrastructures et de personnel supplémentaires », a-t-il continué.

Mais tout cela ne servirait à rien dans le cas d’une attaque de l’intérieur, c’est à dire commise par un soldat « radicalisé ». Un point sur lequel le CEMA est tout aussi vigilant.

« Nous incarnons la France dans sa diversité, sa globalité et son hétérogénéité. De fait, certains jeunes Français sont radicalisés, et nous veillons à ne pas les recruter. Tel est l’objet du contrôle préalable au recrutement effectué par la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD) », a-t-il expliqué.

Cependant, a continué le général de Villiers, « un être humain peut évoluer et le processus de radicalisation est parfois très rapide. » Aussi, le « commandement se doit donc d’être très vigilant », a-t-il dit. Et pour empêcher un tel phénomène, la solution, pour le CEMA, passe par « l’humanité », le « meilleur contrepoison contre la radicalité. »

« En effet, les jeunes qui sont susceptibles de se radicaliser ou qui le sont déjà ont lâché prise humainement ; ils sont désespérés car ils ne croient plus en l’humanité. Un chef doit connaître ses hommes et doit déceler les évolutions », a fait valoir le général de Villiers.

« Face à ce phénomène, j’ai donc donné pour consigne de maintenir ce sens de l’humanité dans le commandement et d’observer quotidiennement le comportement des intéressés. Dans les armées, nous avons en effet l’avantage d’être ensemble 24 heures sur 24, et parler à un militaire de sa vie privée n’est pas considéré comme une intrusion; cela fait partie de notre culture car lorsqu’un soldat part au combat, nous avons besoin de savoir quelle est sa situation personnelle, ce qui peut le déstabiliser ou le préoccuper », a expliqué le CEMA.

Aussi, il faut « remobiliser sans cesse le commandement pour qu’il n’oublie pas de faire preuve d’humanité et qu’il ait le souci de connaître ses personnels. C’est finalement la seule mesure véritablement efficace, une fois le contrôle élémentaire effectué », a insisté le général de Villiers.


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2016/10/24/menace-terroriste-le-general-de-villiers-sinterroge-sur-lexternalisation-du-gardiennage-des-sites-militaires/#z6phCCIDW4eX7vgc.99

 

Effectivement pour des raisons économiques certaines enceintes militaires ont été confiés à la " bonne garde " de vigiles, ces contrats sont passés par marchés ( offres publiques ).

Là où autrefois œuvraient  les Gendarmes maritimes ( les ex Arsenaux, devenues Bases Navales ), Gendarmes qui effectués et le contrôle et la sureté des portes et de l' enceinte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Bouchon-Gras 49 a dit :

« Face à ce phénomène, j’ai donc donné pour consigne de maintenir ce sens de l’humanité dans le commandement et d’observer quotidiennement le comportement des intéressés. Dans les armées, nous avons en effet l’avantage d’être ensemble 24 heures sur 24, et parler à un militaire de sa vie privée n’est pas considéré comme une intrusion; cela fait partie de notre culture car lorsqu’un soldat part au combat, nous avons besoin de savoir quelle est sa situation personnelle, ce qui peut le déstabiliser ou le préoccuper », a expliqué le CEMA.

Aussi, il faut « remobiliser sans cesse le commandement pour qu’il n’oublie pas de faire preuve d’humanité et qu’il ait le souci de connaître ses personnels. C’est finalement la seule mesure véritablement efficace, une fois le contrôle élémentaire effectué », a insisté le général de Villiers.

Ah que j'aime lire cela. L'humanité. C'est bien le maitre mot. Moi j'y rajouterais l'exemplarité.

Ce qui me plait dans ce commentaire c'est aussi l'idée de remobiliser le commandement  pour qu'il fasse preuve d'humanité. J'ai rencontré tellement d'officiers subalternes, jeunes lieutenants ou capitaines pour qui ce mot n'avait aucun sens, et qui par voie de conséquence se plantaient admirablement dans leur commandement. 

Mais j'ai rencontré aussi des chefs de corps (j'en ai au moins trois en mémoire) qui étaient vraiment dans cette mouvance là et je vous avoue qu'on avait un grand plaisir à travailler pour eux et avec eux. 

Je vous rajouterai cette phrase d'une journaliste française et que j'ai noté dans mes carnets: "Il y a chez les soldats une forme de don de soi, un état d'esprit très positif, un concentré d'humanité que je n'ai jamais vu ailleurs".

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'Espagne augmente la surveillance sur les réseaux clandestins d'immigration pour éviter l'infiltration de terroristes présumés, il y a quatre détenus soupçonnés d'être en lien avec l'un des membres des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

 

Quatre hommes ont été arrêtés lundi en Espagne, soupçonnés de liens avec un des membres des commandos envoyés en Europe pour commettre en 2015 les attentats de Paris, selon le ministère de l'Intérieur. La garde civile a procédé à l'arrestation de «deux personnes à Arteixo et Tufions-Vimianzo (nord) et de deux autres à Almería (sud) pour leur implication dans un réseau d'immigration irrégulière en lien avec Daech» (acronyme arabe de l'EI), indique le ministère dans un communiqué. Selon l'enquête dirigée par une juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme et appelée «Audience nationale», les détenus «ont été en contact avant et après les attentats de Paris avec au moins un des terroristes arrêtés à Salzbourg», en Autriche, ajoute ce communiqué. Le 10 décembre 2015, l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts) par trois commandos avait débouché sur l'arrestation à Salzbourg d'un Algérien, Adel Haddadi, et d'un Pakistanais, Mohamed Usman...

http://analisis-global.blogspot.com.ar/2016/11/espana-aumenta-la-vigilancia-sobre.html

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J' apprend cette nouvelle :

Un homme a été abattu après avoir tenté de voler l’arme d’un militaire à l’aéroport d’Orly (MàJ)

 
 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/orly-20170318.jpg

orly-20170318.jpg

 

Vers 8H30, ce 18 mars, à l’aéroport d’Orly-Sud, un homme a agressé une patrouille de l’opération Sentinelle composée de trois militaires de l’armée de l’Air afin de s’emparer de l’arme de l’un d’entre eux. Dans un premier temps, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre Henry-Brandet, a déclaré que l’agresseur s’était « réfugié dans un commerce […] avant d’être abattu par les forces de sécurité. Et d’assurer que la fusillade n’avait pas fait de blessés.

Mais, après la confusion inhérente à ce genre de situation, les faits ont pu être formellement établis. Ainsi, d’après les explications données par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l’individu en question a agressé une aviatrice de la patrouille Sentinelle en la plaquant au sol, dans le but de lui voler son arme. Ses deux camarades, dont un réserviste, ont alors ouvert le feu sur l’agresseur afin de la protéger.

« Elle a réussi à résister, mais les deux militaires ont trouvé utile – et ils ont eu raison – d’ouvrir le feu pour venir en aide à l’aviatrice et protéger les voyageurs qui se trouvaient aux alentours », a précisé M. Le Drian.

Suite à cela, un important dispositif de sécurité, avec le déploiement du RAID, a été mis en place au sein de l’aéroport, qui a été évacué et fermé au public. Des démineurs sont intervenus pour vérifier si l’homme abattu ne portait pas d’explosifs. Ce qui n’était pas le cas.


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/03/18/homme-ete-abattu-apres-avoir-vole-larme-dun-militaire-laeroport-dorly/#whuevO9muJ9POcDq.99

 

On peut remarquer que le ministre de la Défense soutient ses hommes. Dans ce genre de situation et dans le feu de l' action il est difficile  de réagir en respectant la légitime défense au pied de la lettre.

Belle réactivité de ses camarades qui ont certainement évité le pire.

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En cette période électorale, moment fort pour notre Pays et notre République, la France est de nouveau frappée sur sa plus belle avenue, un policier y a laissé la vie et plusieurs de ses collègues ont été blessés.

Un article de Ligne de Défense résume bien des différents attentats contre des policiers et des militaires  :

21.04.2017

Terrorisme: militaires et policiers français régulièrement ciblés

A lire sur le web d'Ouest-France un récapitulatif des récentes agressions à caractère terroriste visant des membres des forces de sécurité (9 policiers et militaires en sont morts depuis 2012):

attaques.jpg

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet il semble que les militaires soient toujours des cibles privilégiées.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un ancien militaire converti à l'Islam radical a été arrêté aux abords d eta BA 105 d'Evreux. Il avait été signalé à la police par les hommes de garde de la BA. Dans un fourré ont été découverts des armes et dans la voiture du suspect, des autocollants et des éléments prouvant le ralliement de l'interpellé à Daesh.

source : opex360.    http://www.opex360.com/2017/05/05/un-individu-radicalise-ete-interpelle-pres-de-la-base-aerienne-devreux/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans parler de cet officier Allemand intégré à St Cyr et qui avait pour projet maléfique de ce faire passer pour un migrant pour faire un attentat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A titre d' information :

 

Une patrouille de l’opération Sentinelle caillassée à Corbeil-Essonnes

 
 

En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/05/27/une-patrouille-de-loperation-sentinelle-caillassee-corbeil-essonnes/#7ct0sTK1lf1MVHQ3.99

sentinelle-20160210.jpg

Les patrouilles dynamiques de l’opération Sentinelle ne sont pas exemptes de risques, même quand elles sont effectuées à bord d’un véhicule. Ainsi, d’après des informations du Parisien, l’une d’elles a été caillassée, le 26 mai, vers 20h00, à Corbeil-Essonnes, par 10 individus encagoulés.

Les faits se sont produits sur la Nationale 7, non loin du quartier des Tarterêts, au même endroit où, rappelle le quotidien, une patrouille de police, se rendant à l’hôpital Sud-Francilien, avait subi le même traitement, le 22 mai.

Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer parmi les militaires. Mais trois impacts ont été relevés sur la carrosserie et le toit de leur véhicule.

Ce n’est pas le premier incident de ce type. En juin 2016, un pavé avait été lancé sur un véhicule de Sentinelle à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) et un militaire avait été blessé à la tête. Au moments des faits, des policiers de la BAC faisait face à un groupe d’une vingtaine de personnes, suspectées d’être en possession de drogue.

Maintenant que les patrouilles dynamiques ont été généralisées, depuis septembre dernier, les incidents de ce type sont, semble-t-il, moins fréquents (ou ils ne font pas l’objet d’une couverture médiatique).

Dans un Focus stratégique publié par l’IFRI, l’an passé, l’on peut lire que, « de janvier à septembre 2015, le ministère de la Défense avait recensé 1.300 incidents pour la seule région Île-de-France, dont 70% d’actes malveillants (provocations, insultes, menaces, voire, dans certains cas isolés, agression). En janvier 2016, l’état-major de la zone de défense de Paris (EMZDP) en décomptait encore 3 à 6 par semaine. »

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est honteux ce genre de chose... ça devrait être prison ferme direct sans réfléchir !

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une fois de plus les forces de l' ordre et plus particulièrement la Gendarmerie a été visé :

Un fourgon de gendarmerie attaqué sur les Champs-Élysées; La section antiterroriste a été saisie

 
 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/gendarmes-20170619.jpg

gendarmes-20170619.jpg

 

Il était près de 16 heures, ce 19 juin, quand un véhicule gris a percuté un fourgon de la gendarmerie mobile (escadron 32/7) à hauteur du commissariat central du 8e arrondissement de Paris, près de la station Champs-Élysées-Clemenceau. Aucun militaire n’a été blessé.

Selon plusieurs sources, la voiture en question a pris feu après l’impact contre le fourgon. L’automobiliste, gravement blessé, a rapidement été extrait de son véhicule par les gendarmes, lesquels ont découvert qu’il portait une arme de poing sur lui.

« Il semble que ce soit une démarche volontaire de la part de l’individu », a commenté, peu après les faits, Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

La porte-parole de la préfecture de police de Paris, la commissaire divisionnaire Johanna Primevert, a précisé que cet homme, au volant d’une Renault Megane, « doublé par la droite percuté le véhicule de tête d’un escadron de gendarmerie. »

Des démineurs ont été envoyés afin de vérifier si le véhicule impliqué ne transporte pas d’engins explosifs.

D’après certains médias, le propriétaire du véhicule serait un trentenaire connu des services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et ferait l’objet d’une fiche S.

En tout cas, la section antiterroriste du parquet de Paris a, dans l’heure, ouvert une enquête de flagrance.

Il s’agit de la seconde attaque commise contre les forces de l’ordre sur les Champs-Élysées en deux mois. Le 20 avril dernier, Karim Cheurfi avait ouvert le feu sur des policiers et tué le brigadier Xavier Jugelé, avant d’être abattu par des tirs de riposte. Cet attentat avait été revendiqué par l’État islamique.

Photo :  Gendarmes sur les Champs-Élysées


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/06/19/un-fourgon-de-gendarmerie-attaque-sur-les-champs-elysees-la-section-antiterroriste-ete-saisie/#6S8RuySq51Tsh2p0.99
2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai habité les Ulis (Essonne) très longtemps (Près d’Évry, de  Corbeil-Essonnes, Plessis-Paté, etc.) et déjà la région était infesté de jeunes issus de l'immigration  qui  crachaient et détérioraient les véhicules et ceci soutenu par les familles.

Rien n'était fait pour les contrer ! Il fallait discuter avec eux alors que les pompiers se faisaient caillasser ! La préfecture d’Évry, la Grande Borne devenaient des endroits invivables.

Dire que tout cela était des champs a mon arrivée. Aujourd'hui ce sont les force de l'ordre qui son  visés ! Lâchetés, excuses systématiques ont fait devenir cette région invivable !

Et en plus, le suspect avec une fiche S à son encontre a obtenu un permis de port d'arme !!! Il n'y a plus de République dans ces endroits.

Que l'on ne s'étonne pas des agressions et des attentats dans ces conditions devant aucune opposition de la Justice d'abord et indirectement de la Police soumise à l'Autorité Judiciaire !

La prison ne saurait donc pas - à ce niveau de défiance Républicaine - une solution réel, mais il s'agit désormais de remettre en cause l'afflux même de ces populations immigrées et leurs refus de s'intégrer dans la Loi de la République  et de vouloir vivre au nom de la Loi Islamique et d'imposer cette dernière au sein de notre pays !

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et c'est Londres et c'est Paris et c'est Bruxelles !

Félicitations aux militaires qui réagissent fort bien et mettent en échec des attentats pouvant être meurtriers.

On voit que DAESH est acculé militairement et que cela se passe mal pour lui. Il "fait feu de tout bois" pour tenter de démontrer son niveau de nocivité !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une fois encore des militaires ont été la cible d' une attaque...

L’agresseur présumé des militaires à Levallois-Perret a été interpellé

 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/collomb-20170809.jpg

collomb-20170809.jpg

 

Quelques heures après que 6 militaires du 35e Régiment d’Infanterie de Belfort engagés dans l’opération Sentinelle ont été renversés à Levallois-Perret, un suspect a été interpellé alors qu’il circulait sur l’autoroute A16, entre Boulogne-sur-Mer et Calais.

C’est grâce aux indications obtenues par les caméras de surveillance ainsi que par les données de géolocalisation que la berline impliqué, une BMW noire qui aurait été louée, a pu être repérée vers 13 heures.

L’interpellation du suspect, âgé de 37 ans, a été mouvementée : ce dernier ayant tenté de fuir avant de percuté un véhicule de police, les policiers des BRI de Lille et de Rouen ont été contraints d’ouvrir le feu pour l’immobiliser.

Le suspect, a priori inconnu des services de renseignement, a été touché à 5 reprises. Il a été évacué, dans un état jugé sérieux, vers un hôpital. Un policier a également été blessé par une balle perdue.

L’arrestation du suspect a ensuite été confirmée par Édouard Philippe, le Premier ministre.  »

À l’heure où je parle, un suspect, qui était au volant du véhicule incriminé, a été interpellé sur l’autoroute qui relie Paris à Boulogne-sur-Mer », a-t-il déclaré, lors de la séance des questions au gouvernement, à l’Assemblée nationale, avant de féliciter « l’ensemble des forces de sécurité » pour cette interpellation réalisée « dans un délai très court ».

« L’état de santé des militaires blessés n’inspire plus d’inquiétude », a aussi indiqué le chef du gouvernement. « Je voudrais indiquer combien cette nouvelle attaque doit nous rappeler deux choses. D’abord que les forces de l’ordre sont à la fois les chevilles ouvrières de notre sécurité, mais aussi des cibles. La deuxième chose, c’est que notre pays est confronté à un niveau de menace élevé et que cela reste d’actualité », a-t-il ajouté.

S’agissant des faits, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb a livré quelques précisions. « Une voiture qui était dans le quartier est arrivée vers le dispositif, elle roulait doucement, à 5 mètres à peu près des militaires, elle a accéléré de manière à pouvoir les percuter. (…) Nous savons que c’est un acte délibéré, ce n’est pas un acte accidentel », a-t-il dit, après avoir rendu visite, avec la ministre des Armées, Florence Parly, à trois des militaires blessés admis à l’hôpital d’instruction des armées de Bégin de Saint-Mandé.

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête de flagrance pour « tentatives d’assassinats sur personne dépositaire de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroristes et criminelle. » Les investigations sont conduites par la section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris, la sous-direction antiterroriste et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

 


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/08/09/lagresseur-presume-des-militaires-levallois-perret-ete-interpelle/#mChUK8FWh2sgmtkD.99

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hier soir, sur la chaine "5"; à l'émission de "C dans l'air", relatif aux événements décrit ci-dessus par Bouchon-Gras, une invitée de l'émission, journaliste à 'L'usine Nouvelle" et épouse d'un militaire, à donné le sentiment des militaires de l'opération "Sentinelle" qui sont insultés, subissent des crachats et sont la cible - désormais - des attentats

Ils sont sensibles au soutien de la population, mais regrette que cette mission que devait être relativement brève perdure avec des conséquences importantes =.

1° - En effet, ces longues heures de garde statique et maintenant dynamique épuise et ne sont pas des missions propres aux opérations militaire et d'OPEX .Les 7000 militaires ont été engagés en complément de la Gendarmerie et de la police qui étaient en effectif insuffisant pour cette mission..

2° - Les engagement de jeunes gens dans l'armée diminuent car "Sentinelle" ne correspond pas à leurs désirs qui est celui de s'instruire et de combattre. Plus grave, des militaires en activité donnent leurs démissions par lassitude !

2° - En effet, les diminutions du budget ont eu un effet dévastateur sur le moral de beaucoup et le sentiment que l'armée - avec le départ du général de Villiers -  n'est plus considérée.

Les promesses concernant à la fois le budget militaire en augmentation de 1,5 milliards d'Euros pour 2018 et que "Sentinelle " allait être profondément modifié d'ici septembre / octobre ont été tenus par les politiques et décisionnaires.

Pour ma part =

1° - je considère que la réponse de "Sentinelle" est une solution pragmatique mais limité. Si nos militaires ont démontrés leur savoir faire en maitrisant par le feu les agressions dont ils ont été la cible, ils ne sont pas officier de Police Judiciaire et ne peuvent  pas poursuivent les auteurs d'insultes et de crachats en les déférents à la justice.

2° - La réponse de l’État , n'est pas circonstanciée aux problèmes posées. Si nous sommes en guerre, alors que les Lois en pareilles circonstances s'appliquent =

> En désignant nommément l'agresseur.

> En revenant à la Nationalité par le Droit du Sang (parents Français) et non plus par le Droit du sol.(seulement par naissance sur le sol Français) avec la demande et un casier judiciaire vierge pour les demandeurs de la Nationalité Française lors de la Majorité (le cas échéant).

> Lors des mariages de Nationalités différentes, que la personne non Française ne puisse pas être Français immédiatement (c'est la cas aujourd'hui pour les mariages dit de complaisance qui sont Français qu'au bout de 5 ans) mais que cette mesure soit généralisée.

> Enfin, solution choc qui fut annulée à une certaine époque et qui fit partie de notre arsenal juridique, le bannissement pour toutes personnes dans le contexte défini plus haut, à savoir, toutes agressions propres aux règles et représentations de l'Identité Nationale et Républicaines et de ses Représentants.tel, bruler drapeau National,le racisme affiché contre des citoyens Français, contre la Police, la Gendarmerie, les Militaires, refus caractéristique de respect de la minute de silence par le chahut volontaire, d'insultes de notre hymne National, etc,etc.

> Ces personnes (avec leurs familles pour les adultes) ou les mineurs qui ne sont plus scolarisé pour raisons de formations à l'Islamisme Radical et qui s’aggrave actuellement dans notre pays, devront alors quitter le territoire National (avec leurs nationalités en propre ou la nationalité Française) et ne plus y revenir ou s'exposeront à être détenus dans un centre et camp pénitentiaire en Guyane durant des décennies.

Conclusion.= J'ai été en Algérie peu de temps. J'ai habité durant longtemps une résidence - les Ulis dans l'Essonne - ou se côtoyaient 37 nationalités différentes.

> Dans les établissements scolaires, les petites Portugais, les immigrés de la guerre de l’ex-Yougoslavie (Serbes, Monténégrins, etc.) et nos anciens administrés Vietnamiens étaient toujours en tête des classements scolaires car conscient que la France leur donnait une chance à saisir pour leurs futurs (discussions personnels).

> Malheureusement, pour les petits Magrébins (mon fils fut un temps en nourrice chez un couple charment d'Algérien), la délinquance était en majorité de leur fait, les grands frères ou parents s'en prenant aux professeurs et les familles exigeaient les cours en Arabe et pas de professeurs féminins !

Le pire c'est que ces immigrés exigent dans note pays, un mode de vie qui est la leur, veulent l'imposer absolument, mais veulent rester en France ! Ils ne supportent pas du tout d'être expulser. Et c'est cela notre force. Tout action terroriste de surcroit doit voir la famille (qui soutienne leur "frère" ou "sœur") immédiatement expulsé en tant que bannissement. Sur ce sujet, voir les suites familiales des familles de terroristes (tel que  El Merah par exemple).

Janmary

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis tout a fait d'accord avec tes propos Janmary mais les politiques ne s'impliqueront pas à ce point car trop occupés à ne pas "froisser" une certaine population d'électeurs donc pourvoyeurs de voix aux élections.

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 23 heures, Fred689 a dit :

Je suis tout a fait d'accord avec tes propos Janmary mais les politiques ne s'impliqueront pas à ce point car trop occupés à ne pas "froisser" une certaine population d'électeurs donc pourvoyeurs de voix aux élections.

Et puis il ne faut pas faire d' amalgame... ne froisser personne... et puis ces terroristes " autoproclamés " sont tous de braves fils...

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites