Pendemonium

La DPSD recrute (2012)

Messages recommandés

tout est dans le titre :

50849581.jpg

Source : magazine TIM avril 2012 P57, lecture en ligne http://www.calameo.com/read/000063302a8d6803bfc61

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout est dans le titre.

Le renseignement militaire a des difficultés pour recruter

 
 

 

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/geoint-20160620.jpg

geoint-20160620.jpg

 

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD, ex-DPSD) sont les trois services qui dépendent du ministère de la Défense. La Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 actualisée en juillet 2015 prévoit de renforer significativement leurs effectifs.

Ainsi, la DGSE devrait compter, en 2019, environ 6.000 agents (sans compter ceux du Service Action) tandis que les effectifs de la DRM seront portés à environ 2.000 personnels et ceux de la DRSD passeront de 1.190 (à la fin 2016) à 1.543. Au total, ces trois services devront recruter plus de 1.000 personnes de plus d’ici la fin de la LPM.

Le dernier rapport de la Délégation parlementaire au renseignement [.pdf] ne s’attarde pas sur le recrutement de la DGSE, si ce n’est pour souligner la nécessité d’une « évolution des infrastructures immobilières » pour accueillir le personnel supplémentaire. Au passage, les chiffres données par ce document permettent d’avoir une idée des effectifs du Service Action (ou du moins un ordre de grandeur).

S’agissant de la DRM, la hausse des effectifs se justifie par l’accumulation des données collectées par satellite (CERES, MUSIS) et les moyens numériques. Aussi, prévient le rapport, « l’enjeu dans le domaine des ressources humaines, pour les années à venir, sera donc de pouvoir disposer d’un vivier suffisamment large au sein des armées et d’une capacité de rémunération du personnel civil suffisamment compétitive pour recruter du personnel adapté aux défis du renseignement d’intérêt militaire. »

Quant à la DRSD, dont la mission est d’assurer la « sécurité du personnel, des informations, du matériel et des installations sensibles », l’enjeu est identique.

« La remontée des effectifs militaires de la DRSD, comme pour la DRM, est ardue du fait de sa dépendance à l’égard des directions des ressources humaines des armées, confrontées elles-mêmes à un besoin urgent de recrutement », explique la Délégation parlementaire au renseignement.

En outre, il lui est compliqué d’augmenter le ratio civils/militaires étant donné qu’elle se « heurte aux conditions financières de recrutement de spécialistes de haut niveau dans un contexte de forte concurrence concernant les spécialités considérées comme critiques. »

« Toutefois, lit-on dans le rapport, la DRSD s’est engagée dans une politique de rééquilibrage entre personnels militaires et personnels civils. La part de ces derniers devrait ainsi passer de 21 à 25 % de 2014 à 2019. »

Ces problèmes de recrutement, qui ne sont pas propres aux seules DRM et DRSD, ont plusieurs causes. Par exemple, il n’y a pas assez de linguistes et d’ingénieurs informatiques en France. Et les compétences de ces derniers sont recherchées à la fois par les autres administrations de l’État et surtout par le secteur privé, qui est en mesure de proposer des niveaux de rémunérations sur lesquelles il est difficile de s’aligner. Une autre raison à ces difficultés tient aux règles de la fonction publique « pour embaucher et fidéliser des contractuels. »

Pour remédier à ce problème de recrutement, le rapport propose de confier à l’Inspection des services de renseignement (ISR) le soin de réaliser une « analyse générale et exhaustive portant sur les questions de recrutement, de rémunération et de carrière au sein des services ».

Cette étude pourrait ainsi voir si « il ne serait pas possible de généraliser à l’ensemble de la communauté du renseignement certains types de contrats qui sont utilisés dans certains services ou de définir certaines règles particulières, éventuellement dérogatoires par rapport aux règles de la fonction publique » à titre exceptionnel.


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2017/04/08/le-renseignement-militaire-des-difficultes-pour-recruter/#CO195300j9i0SUyE.99

 

Le PDF : http://www2.assemblee-nationale.fr/static/14/DPR/i4573.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par AMD
      Bonjour à tous,
      J'ai effectué des tests il y a un moi, en vu de pouvoir intégrer d'EDM pour la session Mars 2018 ( rentrée de 19 Fevrier 2018) pour ma spé GESTRH ( Ressources Humaines).
      Il n'y aurait que 15 places pour cette session.
      Y a t-il ici des personnes ayant fait les tests pour la même spé sur la session de Mars 2018 ?   
    • Par Niskop
      Bonjour à tous,
      Je suis journaliste indépendant et je travaille actuellement avec un collègue sur l'évolution du recrutement dans l'armée de terre depuis la remontée des effectifs de 2015. Cela fait déjà près de deux mois que nous prenons des renseignements et des notes, basées, entre autres, sur les rapports du HCECM. Nous avons rencontré également à Vincennes les officiers en charge du recrutement. Bien sûr, ils nous assurent que tout va bien, même si des rapports officiels font part d'inquiétudes. Notre interrogation est la suivante : la politique du chiffre, en termes de RH et pas de moyens matériels, peut-elle influer sur la qualité des effectifs formés ? Des hommes conservés dans le rang aujourd'hui auraient-ils pu l'être il y a de cela seulement quelques années ? Nous posons la question surtout lorsque l'on voit, après la dépyramidalisation voulue dans le Livre blanc de 2012, une montée des effectifs du rang couplée à une baisse des effectifs de sous-officiers censés les encadrer...
      Un de mes amis d'enfance, sous-officier dans l'armée de terre, m'a parlé d'une évolution au sein du rang. Il m'a assuré avoir été très surpris de voir le niveau de certaines recrues. Et, plus grave, s'être senti en danger lors d'une opération de sécurisation au Mali par la faiblesse physique de ce soldat. Il a ajouté beaucoup d'autres exemples, expliquant également "marcher sur des oeufs", au moment de faire remonter certains comportements répréhensibles, au point que, de dépit il est en passe de quitter l'armée. Sur ce forum, j'ai noté que beaucoup d'entre vous émettent des réserves sur le recrutement.
      Indépendants, nous souhaitons publier ce papier à un magazine sérieux d'investigation. Nous avons le temps et ne cherchons pas le "buzz", bien au contraire. Je connais vos contraintes liées au devoir de réserve, et les comprends tout à fait. C'est pourquoi l'anonymat des personnes qui acceptent de nous répondre est bien entendu garanti.
      J'espère que cette publication ne dérange pas. D'avance je vous remercie pour vos retours.
       
      NS
    • Par Bouchon-Gras 49
      Quelques informations qui pourrons intéresser d' éventuels candidats.
      Publié le 3 Novembre 2017 à 10:03 Chaque année, la Marine recrute des officiers sous contrat « opérations » Ce recrutement annuel est ouvert du 17 octobre 2017 au 8 janvier 2018, date de clôture des inscriptions. Selon leur spécialité et leur filière de recrutement, ces officiers sont rattachés au corps des officiers de marine (OM) ou à celui des officiers spécialisés de la marine (OSM). Dans les deux cas, ils s’engagent pour une durée initiale de 8 ans renouvelable. A l’instar des officiers de marine recrutés par le biais de l’Ecole navale externe, ces officiers sous contrat participent au commandement, à l’encadrement et au fonctionnement de l’ensemble des organismes relevant de la Marine, des autres armées ou des formations rattachées.
      Officiers de Marine sous contrat  (OM/SC):
      Les officiers de Marine sous contrat ont vocation à exercer leurs métiers dans tous les domaines d’activité de la Marine. Ils exercent immédiatement des responsabilités et peuvent, s’ils le souhaitent, suivre le même parcours professionnel que les officiers de marine de carrière. Les métiers qui leur sont ouverts sont les suivants :
      officier conduite des opérations > https://www.etremarin.fr/offres/graduate-program-officier-de-marine-dans-les-operations-filiere-responsable-de-la-navigation
      officier énergie – propulsion > https://www.etremarin.fr/offres/graduate-program-officier-de-marine-dans-les-operations-filiere-ingenieur-mecanicien-hf
      Une fois recrutés, les officiers de marine sous contrat suivent une scolarité de deux semestres : le premier à l’Ecole navale, le second au sein de l’Ecole d’application des officiers de marine (EAOM) à bord d’un bâtiment de la Marine pour la fameuse campagne Jeanne d’Arc. A l’issue, ils rejoignent leur affectation.

      Officiers spécialisés de la marine sous contrat (OSM/SC) :
      Les officiers spécialisés de la marine sous contrat ont vocation à exercer leurs responsabilités dans leur domaine d’expertise et de formation, à commander les unités spécialisées et éventuellement des unités de combat.
      Les métiers accessibles à sont les suivants :
      officier contrôleur d’opérations aériennes > https://www.etremarin.fr/offres/responsable-de-la-preparation-des-missions-aeriennes-hf
      officier contrôleur de circulation aérienne > https://www.etremarin.fr/offres/responsable-du-controle-de-la-navigation-aerienne-cca-hf
      officier informatique générale > https://www.etremarin.fr/offres/charge-de-projets-informatiques-hf
      officier tactique aéronautique > https://www.etremarin.fr/offres/responsable-de-la-conduite-tactique-des-missions-aeriennes-tacae-hf
      officier sécurité
      Les officiers spécialisés de la marine sous contrat suivent ensuite une scolarité de quatre à cinq mois à l’Ecole navale. Puis, selon le métier pour lequel ils ont été recrutés, ils rejoignent directement leur unité ou suivent une formation de spécialité.

      Pour candidater ou pour toute information complémentaire, rendez-vous sur le site de recrutement de la Marine www.etremarin.fr.
       
      ( Source : Cols Bleus )
    • Par Nets
      Bonjour,
      Voila ma lettre de motivation soyez sans pitié le but et de rendre un travail correct donc j'attend votre avis le plus sincère je suis prêt à prendre les critiques.
       
      Monsieur le Directeur des Ressources Humaines de l’Armée de l’Air,
       
      J'ai l'honneur de vous adresser ma candidature afin d'intégrer les fusiliers parachutiste de l’air en qualité de sous-officier, afin d’assurer la protection de la force aérienne sur le territoire national ainsi qu’en opérations extérieures.
       
      Peu après l’obtention du baccalauréat j’ai commencé à travailler afin de me laisser du temps pour savoir ce que je voulais faire de ma vie, ayant toujours été attiré par l’armée j’ai très vite pensé à m’engager cependant il m’a fallu plusieurs mois pour obtenir les conditions physiques et psychologiques nécessaire à l’exercice de ce métier.
       
      D’un naturel sportif je cherche toujours à repousser mes limites après tout « il n'y a de limites que celles que l'on s'impose » le dépassement de soi et le goût pour l’effort font partie intégrante de mon état d’esprit, j’estime que l’ont peut toujours faire mieux, qu’un entraînement n’est terminé que lorsque l’on a tout donné, néanmoins dans l’armée de l’air les capacités physiques ne suffisent pas, mais quelques mois dans la vie active mon rendu plus responsable, mon appris la patience et la maîtrise de soi et surtout l’importance du travail d’équipe qui est pour moi la pierre angulaire de toute bonne armée.
       
      Si aujourd’hui j’ai décidé de m’engager dans l’armée de l’air c’est que je suis prêt, et que ma décision est mûrement réfléchie, j’estime être le candidat adéquat pour ce poste et j’espère avoir un jour l’honneur de défendre notre pays à mon tour.
       
      Veuillez agréer, Monsieur, l' expression de mes sentiments respectueux.
       
       
      « signature »
       
    • Par Cyrilsalvetat
      bonjour, bonsoir, 
      je vous explique rapidement, en fait je suis en train de remplis mon dossier, pour intégrer la marine nationale, et je viens de finir ma lettre de motivation, et je suis un peu inquiet à ce niveau la, je suis pas très doué pour rédiger ce genre de lettres, j'aimerais donc avoir un avis critique sur ma lettre, car je n'ai pas envie de d'échouer a cause de ça... !! 
      merci d'avance a tout le monde !! 

                                                                                                                            A Brest le XX/XX/XX
       
                  Madame, Monsieur,
              Par la présente, j’ai l’honneur de vous proposer ma candidature pour intégrer  l'école de maistrance  spécialité SITEL. 
          Titulaire d’un Baccalauréat Sciences et Technologie de la Gestion, j'ai effectuer 3 années d'études supérieures. Aucun diplomes d'écroché durant celles ci, car mon seul désir était de quitter le cursus scolaire afin d'intégrer la marine nationale.
          je souhaite intégrer la Marine Nationale afin de mettre mes capacités à son service. La Marine est un milieu de vie où cohésion , respect, responsabilité, engagement et rigueur sont des principes fondamentaux.
          Ces vertus me sont grandement familières. Je pense pouvoir apporter beaucoup à la Marine, mais également apprendre beaucoup d'elle. Mon engagement dans l'institution me permettrait à la fois de rentrer dès maintenant dans une vie active et responsable et de réaliser un projet, un rêve personnel.
          J'aspire à donner le meilleur de moi-même et à montrer ce dont je suis capable aussi bien mentalement, physiquement qu'humainement. J'espère avoir l'opportunité d'exposer de vive voix mes motivations lors de l'entretien que la Marine voudra bien m'accorder.
          Dans l'attente de votre réponse que j'espère positive,
          je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.