Jump to content

Mais que fait la Russie


mafzst

Recommended Posts

  • Staff

En déplacement dans les pays baltes, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, l’ancien Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, a indiqué que 400 interceptions d’appareils russes ont été effectués par les avions de l’Otan depuis le début de cette année, soit 50% de plus par rapport à l’an passé.

 

« Dans la région balte, on en a vu plus de cent, soit trois fois plus que l’année dernière », a précisé M. Stoltenberg, lors d’un déplacement à Tallinn. L’espace aérien de la Lettonie, de l’Estonie et de la Lituanie est surveillé par la mission Air Baltic Policing, mise en place par l’Otan.

Depuis l’annexion de la Crimée (le groupe de Visegrad, avec la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque, parle « d’agression »), l’Otan a renforcé le dispositif d’Air Baltic Policing dans le cadre de ses mesures dites de « réassurance » à l’égard des pays baltes.

 

Les avions de l’Otan décollent systèmatiquement quand un appareil, quel qu’il soit, n’a pas préalablement déposé de plan de vol, ne maintient pas de contacts radio avec les autorités de contrôle du trafic aérien et coupé son transpondeur.

 

« Ils n’envoient pas de plan de vol. La plupart passent dans l’espace aérien international, mais ils sont proches de notre espace aérien et ils interfèrent avec des vols commerciaux », a commenté M. Stoltenberg.  « C’est un comportement que nous n’avons pas observé depuis de longues années, depuis l’époque de la guerre froide, a-t-il ajouté.

 

Il arrive aussi que l’aviation russe fasse une démonstration de force, comme à la fin du mois d’octobre. Là, une formation de bombardiers TU-95 « Bear » a mis en alerte l’aviation norvégienne, la Royal Air Force et les F-16 portugais, ces derniers étant intervenus non loin du Portugal.

Récemment, un responsable de l’Otan a estimé que « les Russes sont tout simplement en train de tester notre défense ». Voire même à l’user… Ainsi, l’aviation bulgare a multiplié les interventions cette année, alors que, avant les événéments en Ukraine, elle n’en faisant que 2 ou 3 par an. « La Russie provoque peut-être délibérément ces alertes afin d’épuiser le potentiel de nos avions et les capacités de l’armée bulgare », avait expliqué, en avril, le président bulgare.

Source : Opex360

 

 

Mais à quel jeu roue la Russie ? Essayer d'épuiser les défenses des pays vosins n'a pour moi q'un seul but, affaiblir les pays afin de réitérer le coup Ukrainien dans ces pays pour, finalement, les envahir tout simplment.

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Tour cela est parfaitement exact.

 

Poutine "joue" sur un échiquier Européen et mondial =

 

> Il ne reconnait plus le statut actuel des puissances internationales tel quelles sont. Il est appuyé par les "durs" du kremlin dans sa politique.

 

> Depuis de ce que devait être l'intervention des Américains avec Barack Obama et la France qui ne s'est pas faite, le Président Poutine considère ces deux pays comme incapable de s'opposer à ses volontés.

 

> Il veut recréer la Grande Russie Tsariste (la garde d'honneur est dans la tenue de cette époque) et l'Empire Soviétique.

 

> Donc sont visés l'Ukraine avec toutes les fautes qui ont été commises par Kiev et l'Union Européenne et qui sont considérables.

 

> Souci important avec les États Baltes qui sont membres de l'Union Européenne et membre de l' O.T.A.N.

 

> Les provocations ne visent qu'à démontrer que l'Union Européenne et  l' O.T.A.N.ne réagiront pas ses coups de force (une division parachutiste et des blindés dans la zone Russophone). Les morts s'accumulent rapidement y compris pour les forces Russes malgré que l'Armée Ukrainienne n'existe plus.

 

> Nous sommes dans une copie de ce que fut le nazisme avec les coups de forces avec la réoccupation militaire de la Rive Gauche du Rhin, du coup de Prague, de l'invasion de la Tchécoslovaquie, de l'annexion de l'Autriche et du coup de force contre la Pologne

 

> Les Occidentaux jouent sur la dégradation de l'économie de la Fédération Russe qui s'accentue et sur un retour de forces Ukrainienne ré-équipées et ré-entrainée comme ce fut le cas durant la guerre dans les Balkans avec la Serbie, le Monténégro, etc..Moscou appréhende cette situation et veut vite jouer son va tout, d’où le départ du G20 d'Australie pour bien démontrer qu'il entend faire ce qu'il veut.

 

C'est jouer un jeu des plus dangereux.

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Pour tous !

 

Russie d'abord, puis  Ukraine qui à tout à perdre avec un face à face avec le Président Poutine et Européens qui font politiquement n’importe quoi en poussant l’Ukraine à faire le bras de fer sur un sujet qui  excitent la Fédération Russe au pus haut point.

 

Les Russes s'arment de plus en plus - tout comme la Chine - devant une Europe qui fait  le paon devant un crotale.

 

Résultat assuré ! Nous allons nous prendre une toise diplomatique et l'Ukraine va se prendre une toise militaire si Kiev persiste à vouloir entrer dans l' O.T.A.N.

 

L’intelligence - et nos intérêts -  consisterait à faire un compromis avec la Fédération Russe et en faire des partenaires  dans les conflits du Moyen-Orient avec Daesh !

 

Mais nous ne somme pas intelligents. Il suffit de constater la dérive économique et financière de notre pays et de l'Europe au nom de la "crise" pour s'en rendre compte.

 

Nous avons affaire à un ancien du K.G.B. au Kremlin et pas un petit copain de discussion et de distraction pour les rendez-vous Internationaux. A vrai dire, le Président Baroso fut une catastrophe pour l'Europe au point de n'avoir régler AUCUN PROBLÈMES posés à la commission sur les plans politiques, financiers et économiques comme il fut une catastrophe pour son pays, le Portugal quand il fut Premier Ministre.

 

Nous ne pouvons être que pessimiste sur ces sujets et leurs développements !

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

C'est justement pour ça que Barosso a été choisi (inactif-blabla)...

On embête les russes ils font pareil avec nous.(Réciprocité).

L'Ukraine c'est leur pré carré pas le notre!!!

Vu notre potentiel militaire il vaut mieux qu'ils se clashent avec la Turquie qu'avec nous..

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

D'autant qu'avec les contraintes économiques imposées contre la Fédération Russe, ce sont nos propres produits industriels et agricoles qui font d’objet de boycott Russe en retour autant Français qu'Européen.

 

C'est intelligent quand on sait que certaines firmes travaillant à 100% de leurs capacités - en fruits et légumes entre autre - avec la Fédération de Russie, se retrouve sur le carreau !! Et cela à une époque ou l'on "à les yeux fixés" sur la courbe du chômage...montante !!

 

L'Ukraine - et c'est dommage - a perdu tout crédit depuis l'interdiction de la pratique de la langue Russe dans le bassin sécessionniste du Donetsk par la Révolution Orange à Kiev. Le mal est fait malgré le retour de cette décision.

 

Nous avons d'autres combats à mener, en particulier nous, les Gaulois !

A moins que nous voulions mener une autre guerre, comme pour Dantzig et le corridor Polonais en 1939 ?!

 

Nous sommes vraiment des boutes-en-guerre !

Il n'y a pas si longtemps, les Présidents Américain et Français voulaient en découdre avec le régime Syrien ! Donc, livraison d'armes à l'opposition !

Et nous apprenons que l'opposition n'était autre que les djihadistes de Daesh !

 

Passons. La sottise devient incommensurable à ce stade de décision.

Link to comment
Share on other sites

et c'est le discours qu'on veut nous faire passer sur le grand méchant ennemi russe....

 

Entre nous soit dit, quel pays est le plus parti en guerre depuis la fin de la 2°gm un peu partout dans le monde, se passant parfois de l'avis du conseil de sécurité, en ayant son aval suite à manipulation etc.. les USA ou la Russie?

 

N'oublions pas tout ce qu'on nous a sorti sur l'Ukraine... quid de la réalité du "printemps ukrainien", quid de tous ces gentils petits représentants de XO et confrères... Ah ben non, on ne parle que de troupes russes massées à la frontière de l'Ukraine...

 

La question de base: qui a le plus à gagner, qui a le plus à perdre.... Vous comprendrez vite qui manipule qui!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Staff

En évoquant le conflit Ukrainien et les volontés du Président Poutine quand à la Grande Russie d’antan à recréer sur une partie de l’Ukraine - et des Etats Baltes – la guerre économique sous jacente entre l’Amérique et l’Europe d’un coté et la Fédération de Russie de l’autre avec les restrictions et les sanctions contre la Fédération – qui nous rend coup pour coup avec ses propres sanctions à notre égard - commence à tourner au désastre économique.

 

En effet, comme du temps du Président Reagan qui avait mis l’Union Soviétique à genoux par l’augmentation des prix du pétrole que ne pouvait plus supporter la patrie de Lénine et de Staline par manque de moyens de payement – dollars ou or -  le Président Obama avec les productions du schiste aux U.S.A. et du pétrole de l’Arabie Saoudite, vient de provoquer la chute de la monnaie Russe, à savoir le rouble.

 

En baissant les couts du pétrole et du schiste qui sont au plus bas depuis plusieurs années, la Fédération de Russie voit l’attrait exportateur de ses productions pétrolières en forte baisse avec le dollar – et l’or – qui rentre plus difficilement dans les caisses de l’Etat. La situation économique commence à devenir sérieuse pour le Président Poutine qui à toujours l’appui de l’armée et du pays pour le moment au nom de la politique Nationaliste du Président de la Fédération

 

Pour combien de temps encore ?

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Comme tout dirigeant, Vladimir Poutine doit se maintenir au pouvoir pour mener à bien ses objectifs.

Il a fondé son pouvoir sur un échange entre un renouveau de la Russie et une perte relative de liberté individuelle (encore faudrait il savoir ce que représente la liberté individuelle pour un Russe). Il doit donc en permanence démontrer à sa population que la Russie est grande: pour l'instant, cela fonctionne surtout à cause des maladresses occidentales ou des dirigeants des anciens états satellites.

Cependant, la crise de l'Etat islamique démonétise l'influence russe dans le proche orient, la crise économique rend moins prégnant le rôle des hydrocarbures russes, la tentative d'alliance chinoise ne peut pas durer ( la Russie se retrouverait de fait en orbite de la Chine)

D'un autre côté, nous ne pouvons pas nous permettre un second effondrement russe.

Il faut considérer les actions russes pour ce qu'elles sont ses gesticulations à usage intérieur mais avec les risques qu'elles comportent c'est à dire le risque d'engrenage non désiré : en cette époque de commémoration de la 1ère guerre mondiale, je pense ( et pas que moi) que la première mondialisation est morte en 1914 avec des signaux dès les premières crises dans les Balkans.

L'histoire ne bégaie pas mais à vouloir éviter de la répéter on peut avoir des résultats encore pire.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Staff
Et pendant ce temps, le BPC Vladivostok (et aussi le Sébastopol) reste tranquille dans le port de Saint-Nazaire.
Cette photo parle, elle n'a pas besoin d'être expliquée...
 
TJMTM60.jpg
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

On en parle peu mais la Russie essaye d' intimider notre pays, des bâtiments de guerre ont fait relâche au large de Cherbourg, même si officiellement...

 

 

  Vendredi 28 novembre 2014 11:32 Marine : Des navires de guerre russes croisent dans la Manche ...
P1D2668314G_px_640_.jpg

Le navire anti-sous-marins russe Severomorsk mène l'escadre qui croise ce vendredi dans la Manche© Archives AFP

Des bâtiments de la marine de guerre russe sont entrés ce vendredi dans la Manche. Les autorités françaises assurent qu'ils ne se livreront pas à des exercices, contrairement à ce qu'a indiqué une agence de presse russe.

« Au large du Cotentin, hors des eaux territoriales, il y a plusieurs bâtiments au mouillage », confirme le service d'informations de la Marine nationale. L'agence de presse officielle russe Ria-Novosti affirmait un peu plus tôt qu'une escadre de la flotte nord, dirigée par le navire anti-sous-marins Severomorsk, se trouvait dans les eaux neutres de la Baie de Seine, attendant qu'une tempête passe.

Rien à voir avec les Mistral

Elle ajoutait toutefois que les navires russes préparaient des manoeuvres dans la Manche, ce que la Marine française adémenti, soulignant que la présence de bâtiments étrangers, y compris russes, n'était pas rare dans le secteur.

« C'est un endroit de passage quasi obligé, assure Alexis Edme, porte-parole de la préfecture maritime France-Mer du Nord. Ils viennent au-delà des eaux territoriales, c'est un point de passage. Le terme de manoeuvres est inapproprié » a-t-il ajouté, invitant à ne pas lier leur présence dans la Manche au dossier des porte-hélicoptères Mistral dont la livraison à la Russie a été suspendue jusqu'à nouvel ordre.

 

( source : Ouest-France )

 

Comme par hasard, déjà en juillet au large de Toulon...

 

 

La Marine française a été mise en état de vigilance. Deux navires militaires russes ont mouillé pendant dix jours à quelques miles à peine des eaux territoriales.

Deux navires de guerre russes qui mouillaient dans les eaux internationales au large des côtes varoises ont suscité la vigilance de la Marine Française pendant une dizaine de jours. Il s’agissait du destroyer anti-sous-marins Admiral Levchenko et du bateau d’écoutes électromagnétiques Liman. Tous deux ont quitté leur position en début de semaine (1er juillet) pour partir voguer ailleurs.

 

L’apparition des deux navires sur les radars français est survenue quasiment au moment même où quatre cents marins russes débutaient une formation sur la base de Saint-Nazaire pour apprendre le maniement du Vladivostok, l’un des deux bâtiments de projection de commandement commandés en 2011 par l’armée russeà l’industrie navale française. C’était la première fois qu’un membre de l’OTAN passait un contrat d’armement avec la Russie.

 

Les armées occidentales connaissent bien le Liman. Il avait déjà été envoyé en 1999 en mer Adriatique pour écouter les transmissions de l’OTAN, très certainement au profit du commandement serbe. Ce bâtiment, mis en service à la fin des années 1960, dispose d’une capacité à acquérir des renseignements de qualité toutefois inconnue. Ce sera très certainement une question à laquelle les services français s’empresseront de rapidement trouver une réponse. La Marine Nationale dit s’être tenue en état de « vigilance constante » durant toute la durée des opérations. Une surveillance maritime, aérienne et par sémaphore depuis les côtes a été mise en place dans ce but.

Un message clair

L’envoi d’un destroyer anti-sous-marins n’a pas surpris l’état-major français, la base de Toulon étant le port d’attache de certains des six sous-marins nucléaires français. Sa mission aurait pu être d’empêcher tout submersible français de s’approcher du navire espion d’un peu trop près.

 

Le motif de la présence des deux navires militaires de la flotte russe n’était pas de manifester des signes d’hostilité, mais bien de lancer un message clair aux forces françaises, ce qu’on appelle une posture en langage militaire. Le Liman ne représentait d’ailleurs aucune menace critique, au vu de sa vétusté (près d’un demi siècle). Ce jeu de chat et souris entre armées du monde n’a rien d’anecdotique. En ce sens, il est utile de rappeler queles forces françaises ont envoyé le Dupuy de Lôme, navire d’écoute, en mer Noire en avril dernier pour mener des opérations de surveillance lors la crise ukrainienne. L’état-major russe a donc sans doute voulu faire une  « réponse du berger à la bergère » à la France et lui démontrer sa capacité à mener des opérations de surveillance au large des côtes nationales.

( source : Les Échos / Benoit Theunissen )

 

Ne soyons pas aveugle, un bras de fer se joue entre Paris et Moscou !

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Si la France remet les Mistral à la Russie ou non, c'est le même, je crois que des deux manières son image reste mal, tant comme fournisseur d'armes comme d'indépendance politique vers l'Europe et vers tout le monde.

Je pense que la France doit jouer la carte de la "correction politique", dont un contrat de vente n'est pas au-dessus de l'intégrité territoriale d'un pays (l´Ukraine) et ne pas remettre les BPC Mistral a la Russie.

 

 

PS. Je suis déjà en campagne pour que mon pays les achète, ce sont des bateaux très bienvenus par ces mers  :vertrire:

 

QR6kbAu.jpg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • Staff

Pour en revenir aux événements, les Ukrainiens pensaient qu'ils pourraient intégrer l'OTAN d'une part et l'Union Européenne  d'autre part.

 

En cela, l'ex-Président Américain Bush à fait son possible pour l’entrée de l'Ukraine dans l'Otan qui fut refusée par l'Allemagne et la France...avec justesse au vue des positions respectives de la Fédération Russe et de l'Ukraine.

 

L'Ukraine à fait par ailleurs avec le soutien de l'Union Européenne derrière elle, des faute énormes qu'elle paye aujourd'hui.

On peut citer la fin de la langue Russe dans le Donetz (revue et corrigée) et les "appuis sans faille" et les "rodomontades" de l'Europe.

 

Devant le fait des combats, il n'y à plus personne pour poursuivre ces deux demandes.

Le mal est fait !. Et pour le Président Vladimir Poutine (autiste effectivement quand il le veut), il n'en reste pas moins que l'Amérique s'en prend  militairement à la Fédération Russe (sic, on oublie la Crimée) avec l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN (il insiste) et que les Européens veulent détruire son économie et sa monnaie ( il persiste).

 

Son grand rêve de refaire et de recréer une grande Fédération Slave ne pas pas s’arrêter pour le "problème Ukrainien"

Nul doute qu'il va falloir donner de sérieux gages, atouts et avantages au Président Russe dans le cadre des négociations actuelles pour "contenir" un réduit en partie - probablement - autonome.

 

Sinon, sinon...

Reste la poursuite, d'une part,  des contraintes économiques et monétaire qui va affaiblir la Fédération Russe. Or nous avons besoin de l'aide de cette dernière pour le combat anti-djihadiste dans lequel les Russes sont eux mêmes engagés, et, d'autre part, des marchés économiques de ce "continent".

 

C'est en ce moment là que les Athéniens s'atteignirent !

Avec une dette qui ne se comble pas vraiment pour nous, Français, et pour l'Europe en général, et des Grecs qui agitent les pieds dans la soupière, l'avenir est assez morose. Rassuront nous, dans notre Histoire nous avons connu pire !

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

bonjour, 

j'ai lu la nouvelle doctrine de l'armée russe de décembre dernier, je n'ai pas vu de grand changement par rapport à celle de 2010. En revanche, la doctrine de 2010 est très différente de celle de 2000 : la volonté de modernisation/transformation de l'armée russe est plus qu'évidente en 2010. 

Auriez-vous des clefs de lecture pour comprendre les subtilités de la dernière édition (en dehors du contexte géopolitique) ? j'ai déjà tenté de réaliser une analyse structurelle comparative des trois doctrines mais la dernière ne semble pas différer de la deuxième. (je travaille sur les traductions en anglais, mon niveau de russe n'est pas encore suffisant...mais j'y travaille). J'envisage d'utiliser l'analyse lexicologique mais s’agissant de traduction, je doute que cela soit pertinent. 

merci beaucoup pour vos éclaicissements

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Bonjour Leffes,

J'ai lu très brièvement l'article que vous citez.

C'est une présentation très orientée de la situation.

Ce que je trouve "frappant" dans cet article, c'est l'allusion à la possibilité dont dispose la Fédération de Russie de frappe nucléaire.

J'en déduis que les étages intermédiaires de puissance ne sont pas à la hauteur des prétentions : géographiquement, c'est l'Europe qui est immédiatement à l'Ouest

de la Fédération de Russie et il est flagrant que l'Europe n'est pas militairement menaçante pour la Fédération de Russie. D'autre part les USA ont fortement diminué

leur présence militaire en Europe.

L'article présente la Fédération de Russie comme l'éternelle Agressée et toujours en situation de défense. Ce qui est sûr, hélas, c'est que la "fédération" est sur plusieurs 

plans en situation de faiblesse. Une Russie puissante ne serait pas menaçante.

Il faut bien comprendre que la puissance d'une "nation" repose d'abord sur ses équilibres internes : l'homogénéité de son développement social, une bonne répartition

du niveau de ses infrastructures, un lien fort perceptible par tous de ce qui rassemble sur "l'identité" de la "nation".

La Fédération de Russie est encore très éloignée de ces équilibres internes, et le nombre de chars, de bombardiers et de bombes nucléaire ne peuvent pas se substituer

à ces équilibres.

Le chantier principal de l'Europe consiste a élaborer au mieux ces équilibres dans et entre les nations qui la composent et comme par hasard, cela rend l'Europe très attractive

et c'est en cela qu'elle est perçue comme une menace par tous ceux qui ne sont pas en mesure de rivaliser l'Europe sur le plan de ces équilibres.

 

Je dispose de très peu de temps en ce moment pour être présent sur les forum, je serais peut être de retour vers la fin Juin.

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

bonjour, 

j'aimerai attirer l'attention sur les multiples facettes du terme "puissance" en RI qui fait l'objet, encore aujourd'hui de nombreux débats. La Chine, ne semble pas totalement répondre aux critère que tu cites, pourtant il s'agit bien là d'une puissance incontestée, de même, les Etats-Unis n'ont pas une bonne répartition de ses infrastructures sur tout le territoire. 

Ce que tu énumères, n'est-ce pas les facteurs de la puissance qui ne sont finalement que des indicateurs non-exhaustifs. Cet article analyse la nouvelle doctrine russe, la paraphrase et nous retransmets les perceptions russe d'où cette "victimisation" de la Russie.

je citerai ici la définition de la puissance d’un Etat qui est proposée aux lycéens français en classe de terminale : « Une puissance mondiale, c’est un Etat dans le monde qui se distingue non seulement par son poids territorial, démographique et économique mais aussi par les moyens dont il dispose pour s’assurer une influence durable sur la planète en termes économiques, culturels et diplomatiques. Celle ci suppose une capacité à innover en permanence, à dominer les marchés en s’appuyant sur des firmes multinationales et une monnaie universellement acceptée, à diffuser ses propres valeurs et à disposer de moyens militaires, diplomatiques et financiers pour imposer son arbitrage dans les conflits régionaux. »

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

La Chine se développe par les besoins de ses principaux clients qui se situent en Amérique du Nord et en "Europe".

La Fédération de Russie n'a que cent-quarante millions d'habitants et leur revenu annuel moyens est encore bien bas.

Donc...

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

@ Leffes 

Ce que tu énumères, n'est-ce pas les facteurs de la puissance qui ne sont finalement que des indicateurs non-exhaustifs. Cet article analyse la nouvelle doctrine russe, la paraphrase et nous retransmets les perceptions russe d'où cette "victimisation" de la Russie.

L'ex Union Soviétique ou la Fédération de Russie d'aujourd'hui ont toujours eu la notion de "victimisation" culturel et politique, voir sur d'autres segments..

Mon ex-épouse étant d'origine Russe, nous avons longuement fréquentés la "colonie" Russe de Paris à l'époque ou nous étions près de la capitale.

Au même titre que la France vis à vis de sa grandeur passée avec son Empire colonial, puis son implication dans l'Europe, nos deux pays souffrent de ne plus être les puissances qu'elles furent.

Le Président Poutine entend refaire du Nationalisme à peu de frais avec la Geogie d'abord, la Crimée ensuite et désormais l'Est de l'Ukraine. C'est parfaitement bien entendu à Moscou et dans le pays avec la propagande d’État d'une part et des budgets militaires en augmentation avec le summum du défilé de la victoire su 8 (en fait 9) mai.

Faute lourde des Présidents Américain et Français de ne pas avoir assister à cette manifestation à Moscou qui rend encore plus crédible la notion de "victimisation" que ressentent les Russes en général, chauffés par une propagande qui définit les puissances des USA et Européenne comme dangereuses et agressives.

La Chancelière allemande n’a pas commise cette erreur et faute et s'est rendue au défilé de la Victoire à Moscou en fustigeant le Président Russe pour ses attitudes et sa politique.

Les soucis des deux bâtiments construit par nos chantiers navals et devant être livrés à la Fédération n'a pas amélioré les sentiments anti-occidentaux des Russes.

Sans compter les relations nouvelles entre les USA et Cuba qui exacerbent le Kremlin et désormais les retombées des problèmes de la FIFA qui "pourrait" une conséquence en Russie.

Des problèmes énormes sont en train d'apparaitre dans la Fédération Russe avec les soucis précités comme la tenue de la monnaie et l'économie dont la tendance est à la baisse de tous les paramètres qui sont aux clignotants rouge.

Le Président Poutine signe et persiste et voie dans la reconstitution d'une armée forte et technologiquement moderne, la réponse aux problèmes qu'il a lui même créé en partie.

Janmary

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Vive Poutine !!!

On est vraiment nul en France, on sait pas reconnaitre la Russie comme notre allié et on se fait donner des ordres par ces bouffeurs d'hamburger, ils nous disent de pas livrer les mistral, nous foute un mega crise en Europe, nous foutes une amende de 9 milliards a BNP, nous on paye leur mega crise des subprimes du à leur produits financiers toxiques.... et j'en passe et je m arrete car ils me donnent envie de vomir ces USA et surtout ces imbécile d'européens qui leur lechent le cul...

en tout cas vive la Russie, Vive Poutine qui ont toujours été nos alliés et nous ont toujours libéré dans la 1ere et 2eme guerre mondiale... mais c'est vrai ça on le dit pas dans les livres d'histoire à l'école... on préfère nous faire croire que ce sont les USA qui nous ont libéré ... et non FAUX ce sont les Russes ! L’Europe  aime les Russes, mais pas la Russie, en raison de la propagande américaine, des médias et de deux grands mensonges historiques. Ce n’est pas l’Amérique, mais la Russie qui a joué le rôle décisif pendant les deux dernières guerres mondiales contre l’Allemagne impériale et le nazisme. Le débarquement allié a eu pour seul et principal  effet d’éviter que l’Europe entière devienne soviétique. Il y avait 26 divisions allemandes sur le front occidental contre 170 divisions sur le front de l’Est. Les pertes de l’Amérique en Europe  ont été de 182 070  tués pour l’ensemble des campagnes de 1941 à 1945, alors que pour la seule prise de la ville de Berlin, l’Amérique ayant préféré laisser faire et agir seule l’armée soviétique, les Russes ont perdu  300 000 hommes du 25 avril au 3 mai 1945

Bon allez vite je vais vomir et je vais remercier mes matriochka : )

До свидания

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    nonorex

    Posted

    Bonsoir, Je suis un homme de 36 ans, vivant à Nantes et qui souhaite s'engager dans la réserve, servir son pays et protéger ses citoyens. Fils de militaire et frère de militaire, j'ai toujours eu un très fort intérêt pour l'armée, sans jamais sauter le pas, ayant choisi une carrière dans le civil. Aujourd'hui une évolution professionnelle me laisse le temps de m'engager comme réserviste et l'envie est toujours bien présente, me voilà donc inscrit sur le site dédié. J'ai candidaté auprès du 6ème RG (il n'y a rien à Nantes) suite à la lecture sur de quelques info ici. Malheureusement, j'ai été informé ce jour, sans avoir pu passer d'entretien, que je ne correspond pas au profil recherché par ce régiment : "des étudiants de 20 ans pour monter la garde" pour citer la personne que j'ai eu au téléphone. Je n'ai pas vraiment pu défendre ma candidature, et c'est une vraie déception pour moi. Du coup je m'interroge : est-ce que j'ai mes chances auprès d'autres régiments, ou est-ce que je suis simplement trop vieux pour m'engager dans la réserve ? Je suis plutôt sportif, j'ai l'esprit d'équipe, les valeurs, l'envie, le temps... Mais j'ai peur qu'il soit trop tard pour moi. Autour de Nantes, il reste : l'école du Génie à Angers, le 2ème RMAT de Bruz, le 3ème RIMa à Vannes, et un peu plus loin le 2ème RD. Je peux même éventuellement pousser jusqu'à Paris en prenant le train (2h30 depuis Nantes), si ça peut me permettre de me former et de m'engager, j'ai un ami au 24ème RI qui s'éclate dans la réserve. Si vous savez me recommander une affection en fonction de ma situation, ou si vous avec un quelconque conseil, je suis preneur de toute info. Merci par avance !

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Dans le droit international le statut de " co-belligérant " n'existe pas et nous ne sommes pas non plus des belligérants. Pour l'être, il faut que par exemple des militaires français en uniforme français soient sur le sol ukrainien avec blindés, chars, avions ...etc !! D'ailleurs dés le début de la guerre, Joe Biden a dit qu'il n'y aurait aucun soldat US en Ukraine. Par contre la livraison d'armes est légale. L'ONU a reconnu que l'Ukraine est un pays souverain. Il est agressé et a le droit de se défendre. Il a le droit d'acheter des armes ou d'en recevoir. Pour rappel, le droit international de reconnaît pas l'annexion de la Crimée. C'est la Russie qui n'arrête pas d'utiliser les mots " belligérant and Co ", c'est politique et en direction du peuple russe et des " amis " de la Russie en France et dans le monde !  

    Heïdi

    Posted

    Bonjour, Airbus va fournir à la Défense Belge des communications par satellite. source... https://defencebelgium.com/2023/01/25/airbus-fournira-des-communications-par-satellite-a-la-defense-belge/
×
×
  • Create New...