Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...
Janmary

Des drones ont survolé les installations nucléaires françaises

Recommended Posts

Staff
Author of the topic Posted

On peut toujours installer un brouillage militaire multi bande pour brouiller les émissions de télécommande  et éventuellement de vidéo.Les militaires ont cela dans leurs bagages !

 

La réglementation actuelle repose sur un partage du spectre en bandes de  fréquences, attribuées par l' U.I.T (Union Internationale des Télécommunications)  Les bandes RADAR classiques (bandes L, S, C, X, Ku...) ont été réparties dans toute la gamme qui s'étend de 1 GHz à 40 GHz et qui sont réservés aux radiorepérages (radionavigations et radiolocalisation).

 

Les RADAR dans la bande des 2,4 GHz existent donc toujours en principe.

 

Je suis d'accord avec vous YankeeZulu, a savoir que ce sont les auteurs qui sont à retrouver.

 

Pour les petits drones télécommandés, les personnes ne doivent pas être très loin de leurs engins et peut-être même sont-ils dans la zone externe de sécurité des centrales.

 

Pour les drones automatiques avec correction de trajectoire par point GPS, c'est une autre affaire....à moins de les suivre jusqu'à leurs points de retour. L'utilisation de delta-pente serait une solution par des volontaires d'aéro-club suivi par radio. On demande bien - pendant l'été -aux avions de tourisme, de rendre compte d’incendies des  forêts !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout le monde semble s'accorder à dire qu'il n'est pas si facile d'abattre un drone en plein vol.

Je ne suis pas du tout spécialiste, mais je trouve ça tout de même un peu étonnant quand on sait qu'aux USA des citadins s'amusent à descendre tous les drones qu'ils voient. Est-ce que ça ne prouve pas que c'est possible ?

Si des amateurs y arrivent, pourquoi pas des militaires français ?

 

D'autre part, j'ai vu à la télé l'autre jour que des pilotes de drones se font régulièrement arrêter parce qu'ils survolent des villes françaises (pour prendre des panoramiques sous un nouvel angle).

Alors, bien sûr, je suppose que les pilotes des drones survolant les centrales sont mieux cachés et plus éloignés, et que certains drones sont pré-programmés (donc pas de signal à remonter), mais tout de même ça fait bizarre de savoir que plusieurs civils innocents (sans aucune intention de nuire à la société) se prennent de grosses amendes alors que rien ne semble être fait contre ces groupuscules (puisque les experts semblent dire que seule une organisation peut mettre en place un tel dispositif de surveillance) aux objectifs plus que suspects.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff
Author of the topic Posted

Abattre un drone est une chose, mais éviter que lesdits drones chutent et endommagent une"piscine" de retraitement des matériaux fissiles en est une autre ! Souvenez vous de Tchernobyl ! personne n'avait prévu ce scénario !

 

Par ailleurs, on peur détecter ces drones par R.A.D.A.R courte portée et à très haute fréquence mais fortement gêné par l'environnement nécessitant une longue mise au point (écho des obstacles du à la centrale comme les cheminées, etc.) de l'engin avec un nombre de R.A.D.A.R militaire limité en nombre (crise budgétaire oblige).

 

Reste le brouillage comme déjà indiqué compatible avec les fréquences utilisés par les centrale (autre soucis) elles même pour les visualisations, etc.

 

La solution simple est d'interdire la vente - en attendant des vrais contre-mesures - et de sanctionner très, très durement les délinquants avec force annonce dans les médias.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

 

La solution simple est d'interdire la vente - en attendant des vrais contre-mesures - et de sanctionner très, très durement les délinquants avec force annonce dans les médias.

 

Il me semble avoir vu un vendeur de drone à la télé nous expliquer que ce type de drone est interdit à la vente en France mais commercialisé dans d' autres pays, essentiellement à des but professionnel. ( surveillance de vaste étendus, survol et surveillance d' usine... )

Ces personnes les achèteraient à l' étranger pour les utiliser sur notre territoire.

Donc infractions, à l' utilisation de matériel non autorisé en France et survol de zones interdites !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Quelques infos :

 

 

« Le SGDSN a également pour mandat de réfléchir à l’évaluation des vulnérabilités face aux récents survols de drones au-dessus des centrales nucléaires. Face à la multiplication des intrusions, il est en train d’élaborer une réponse, tant juridique que capacitaire », avait affirmé Louis Gautier, le nouveau secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, lors d’une audition récente au Sénat.

 

Ce dernier faisant référence aux survols, par des drones de petite taille, des installations nucléaires françaises. L’on ignore encore qui est derrière cette opération… Et sa finalité reste aussi un mystère. Au chapitre des hypothèses, l’on peut redouter une possible action contre les transformateurs des centrales, ce qui est susceptible de perturber, voire d’empêcher, la distribution d’électricité.

 

Étant donné que ces vols ont généralement eu lieu pendant la nuit, l’on peut imaginer que ceux qui sont derrière tentent de repérer les points chauds grâce à une caméra infrarouge. Et les transformateurs ont font partie. Mais il ne s’agit que d’une hypothèse…

 

Quoi qu’il en soit, ces survols des centrales posent problème. Et le SGDSN a l’intention d’y apporter une réponse. Ainsi, lors d’une audition devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), le 24 novembre,  il a été annoncé la « la mise en œuvre et le développement des moyens techniques de détection et d’interception de ces aéronefs de petite taille » ainsi que la conduite de travaux sur « l’évolution de la réglementation portant sur ces matériels et sur l’adaptation du cadre juridique relatif à la protection des installations nucléaires ».

 

« Bien que les survols actuellement répertoriés ne présentent pas une menace remettant en cause le bon fonctionnement et la sécurité des installations nucléaires, ils constituent néanmoins une alerte sur les risques potentiels induits par un emploi inapproprié ou malveillant », a expliqué le SGDSN dans un communiqué.

Un programme de recherche et de développement a été confié à l’Agence nationale de la recherche (ANR). Doté d’un budget d’un million d’euros, il doit permettre de trouver une parade contre les petits drones, notamment en améliorant leur détection et en permettant de les intercepter.

 

« La France partagera les conclusions de ses travaux et recherches avec ses partenaires européens, également confrontés aux risques que représentent les usages illicites des drones », a indiqué le SGDSN.

 

Au début de ce mois, l’agence de presse Xinhua a révélé que l’Académie chinoise de génie physique (CAEP) avait mis au point un laser de haute précision capable justement d’abattre des engins de petite taille évoluant à basse altitude.

( Zone militaire )

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Bonjour,

 

Tout dépend du message que l'Etat veut faire passer sur ce sujet

Le guignol qui se fera prendre en train de faire survoler son appareil au-dessus d'une centrale risque quelle sanction?

Rien que le fait de voir les écolos atterrir ici et là avec leurs ULM ( voir ICI) au vu et au su de tout le monde est déjà une chose inadmissible et pourtant la réponse de l'Etat et de la Justice n'a pas été sévère, alors un petit drone...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Prenons les choses dans l'ordre:

1- ces survols sont une nuisance et pas une menace. Les structures critiques d'une centrale sont très bien protégées sous plusieurs dizaines de cm de béton. La taille des drones ne peut pas faire grand chose sur les cheminées de refroidissement.  On peut aussi bien cartographier une centrale par google map et en la visitant (oui, il y a des visites organisées de centrales). 

Et pour faire quoi: Pas grand chose.

2- la détection est assez simple: il s'agit de coupler une tourelle avec un système de détection de mouvement et une caméra avec un zoom numérique tout temps. Le système analyse en temps réel l'environnement et propose à l'opérateur les images de la cible. 

A court terme, il est possible de l'abattre par gerbe de projectile encartouché (en gros c'est comme pour un fusil de chasse).

A moyen terme, il s'agira de brouiller la liaison du drone pour en prendre le contrôle et identifier les contrevenants. Cela est relativement simple parce que l'usage des fréquences est normée.

3- L'idée qu'un "expert" puisse mener une étude à partir de l'étranger sans avoir accès ni aux plans, ni aux schémas d'intrusion, me laisse perplexe sur la notion d'expertise.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par ailleurs, on peur détecter ces drones par R.A.D.A.R courte portée et à très haute fréquence mais fortement gêné par l'environnement nécessitant une longue mise au point (écho des obstacles du à la centrale comme les cheminées, etc.) de l'engin avec un nombre de R.A.D.A.R militaire limité en nombre (crise budgétaire oblige)

C'est très théorique effectivement. Dans la pratique ces drones sont indétectables sur les écrans radars.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff
Author of the topic Posted

@ Esukian

C'est très théorique effectivement. Dans la pratique ces drones sont indétectables sur les écrans radars.

 

C'est exact sur les R.A.D.A.R utilisés actuellement dans la bande de fréquences qui est la leurs.

 

Il existe des fréquences plus élevés qui permettent la détection des drones. Ce sont ces types de R.A.D.A.R qui sont et seront montés sur les drones anti-drones américains en expérimentation en Afghanistan.

 

La position de l'Anti-drone est connu par GPS (puisque commandée à distance ou exécutant un vol automatique préenregistré par logiciel) et le drone "ennemie" doit être détecté. Des tests ont été effectuées par A.W.A.C.S (R.A.D.A.R à effet Doppler-Fizeau ) et ont donnés - semble t-il - des résultats satisfaisants.

 

La question est de savoir qui ou quels sont les services officiels qui font ces survols de centrales pour raison de sécurité et d'expérimentation, juste pour la démonstration.

 

Ce n'est pas la première fois que ce genre de choses se présente aux décideurs en France et ailleurs du reste. Une petite démonstration pour mettre en échec un plan d'action...ce qui le cas dans le présent pour donner des sueurs froides aux responsables et remettre en cause les systèmes en cours actuellment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Prenons les choses dans l'ordre:

1- ces survols sont une nuisance et pas une menace. Les structures critiques d'une centrale sont très bien protégées sous plusieurs dizaines de cm de béton. La taille des drones ne peut pas faire grand chose sur les cheminées de refroidissement.  On peut aussi bien cartographier une centrale par google map et en la visitant (oui, il y a des visites organisées de centrales). 

Et pour faire quoi: Pas grand chose.

 

Les zones les plus sensibles ne sont pas, à mon sens, les tours aéroréfrigérantes ou les bâtiments réacteur, mais plutôt les piscines où sont stockées le combustible usagé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour l'intéressante explication Janmary, mais je ne pense pas que de tels moyens soient employés pour une si faible menace.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff
Author of the topic Posted

@ Torrens

Les zones les plus sensibles ne sont pas, à mon sens, les tours aéroréfrigérantes ou les bâtiments réacteur, mais plutôt les piscines où sont stockées le combustible usagé.

 

C'est le problème que j'ai déjà souligné dans ce sujet.

Les piscines de refroidissement du combustible sont une simple tôle renforcée pouvant être partiellement endommagée par un drone de par l'effet masse X vitesse de percussion.

 

L'eau de refroidissement s'évacuant, le combustible s'emballe thermiquement (emballement thermique des combustibles) et le résultat - comme déjà indiqué dans mes posts précédents concernant les expérimentations nucléaires du Pacifique ou j'avais en charge entre autre, de transmettre par télétransmission numérique les températures du cœur de l'engin à expérimenter - revient  à ce qui s'est passé à  Fukushima avec les piscines.

 

L'explosion thermique qui s'en dégage est de l'ordre de 1 à 2 % en puissance par rapport a celle d'une explosion voulue pour la masse d'uranium ou de plutonium mise en cause. Le grave effet est celui de radioactivité dégagé et "ventilé" aux grès des vents - comme à Tchernobyl ou récemment à Fukushima - avec des taux très important de radioactivité incompatible avec une présence humaine.

 

Le danger est la. Il n'est pas nouveau, car dans mes cours d’énergie atomique de 1974, ces problèmes étaient déjà posés avec les "piles" atomiques et des chutes de petits avions. Il en fut tenu compte pour la réalisation des centrales qu'aujourd'hui avec des failles de sécurité élevés dans TOUTES les centrales, USA, Japon, ex URSS ou moins élevés (France, Grande-Bretagne).

 

Pour information, l'institut Technique Professionnel (École des Cadres de l'Industrie) fut créé pour un groupe de scientifique dès la fin de la guerre et ils assurèrent la formation des ingénieurs du Commissariat à l’Énergie Atomique (Polytechniciens, centraliens, physiciens, etc.) en Électronique et Énergie Atomique. Elle proposa par la suite de nombreux cours de tous niveaux ouverts à toutes et à tous dont informatique que j'ai suivi avec un stage sur les "gros systèmes" de l'époque (Univac et IBM). Cette école ferma ses portes en 1997.

 

Janmary

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plusieurs précisions: Pour les centrales françaises, la piscine de refroidissement est enterrée et se trouve dans la zone de confinement du bâtiment combustible.

Concernant la vitesse à l'impact de ces drones, soit il s'agit de la gamme inférieur a 50kg. Leur charge utile est limitée par la partie propulsion. Cette dernière ne permet pas d'atteindre des altitudes permettant de dégager une énergie à l'impact significative pour atteindre les zones enterrées de la centrale.

Sur la gamme au dessus, il sont détectables par radar.

Comparaison n'est pas raison: ERDF ouvre régulièrement ses centrales lors des journées du patrimoine. Allez y à l'occasion, le discours y est honnête et équilibré sur les risques.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff
Author of the topic Posted

Hors Sujet

 

Chaque piscine de réacteur a deux fonctions principales :

  1. Recevoir l’ensemble des assemblages du cœur du réacteur pendant les arrêts pour rechargement (Dans chaque réacteur de centrale nucléaire, un quart à un tiers du contenu en combustible doit être retiré tous les 12 à 18 mois et remplacé par du combustible neuf).
  2. Entreposer des assemblages usés, en attendant leur refroidissement et envoi vers une usine de traitement. En effet, les barres de combustible irradié génèrent une chaleur intense, assez élevée pour faire fondre les assemblages si on ne les refroidissait pas, et elles émettent des radiations dangereuses desquelles il faut se protéger. Le transfert des crayons de combustible du réacteur à la piscine se fait en général par des systèmes de manutention automatisés et contrôlés à distance, bien que des systèmes plus « manuels » soient encore en usage.
  3. Les grappes de combustible sorties du réacteur doivent être isolées dans de l’eau durant plusieurs mois pour un refroidissement initial avant de pouvoir être triées dans d'autres parties de la piscine, puis retraitées ou disposées dans une autre piscine en attente d’un retraitement ou d’une l'élimination finale sous forme de déchet radioactif à température maximale des grappes de crayons d’uranium ou de MOX usagés décroît de manière significative dans les 2 à 4 premières années, puis moindrement dans les 4 à 6 ans qui suivent.

http://fr.wikipedia.or/wiki/Piscine_de_stockage_du_combustible

 

 

Localisation

 

Dans les réacteurs à eau bouillante (REB), ces « piscines » sont construites de manière à ce que leur ouverture soit située à côté et à la même hauteur que celle de l'ouverture supérieure de la cuve du réacteur (couvercle ôté), dans le bâtiment-même, de manière à minimiser le temps de transfert du combustible du réacteur à la piscine au moyen d’une « navette » ou d’un tube. Dans d’autres centrales un « bâtiment combustible » peut être séparé et abriter la piscine de désactivation.

 

 

Approche personnel

 

Les piscines ne sont donc pas enterrées mais plutôt situé près du réacteur avec la protection du sarcophage pour la piscine primaire utilisé pour le rechargement de matière fissile neuve et dans les phases d’arrêt du réacteur.

 

Jusqu’en 2010 du moins dans au moins quelques centrales, il y avait une piscine secondaire extérieure pour donner le temps d’une désactivation radioactive de la matière fissile en attente de retraitement et élimination vers la Hague pour la France pour retraiter ces déchets et les reconditionner. C’est de celles-ci dont nous évoquons le manque de sécurité. J

 

J'ignore si depuis les années 2010, elles existent toujours. Je pense que Fukushima à du donner des migraines à bien des responsables techniques en charge de la sécurité des centrales. Qui qu'il en soit, Greenpeace s'est exprimé récemment lors d'une émission de télévision (C dans l'Air) en montrant du doigt les piscines extérieures à l'ouvrage principal du réacteur et du dôme de protection en assurant que le survol par des drones n'étaient pas de leurs faits.

 

.

http://energie-climat.greenpeace.fr/drones-et-securite-des-installations-nucleaires-francaises

 

Citation =

Concernant les piscines de désactivation, qui peuvent contenir plusieurs centaines de tonnes de combustible, l’ébullition de l’eau pourrait démarrer, dans certaines circonstances, dans un délai de six heures, entraînant une réaction puissante entre les gaines combustible et la vapeur, l’accumulation d’hydrogène et un risque élevé d’explosion dans un délai d’environ 10 à 12 heures.

Les programmes de renforcement ont pris du retard, si bien que le programme “noyau dur” ne sera certainement pas achevé en 2018, comme prévu initialement par l’ASN, mais dans le meilleur des cas quatre ans plus tard, c’est-à-dire en 2022.

 

 

Quand aux accidents et surtout les incidents nucléaires, EDF et le CEA sont plus que faire des cacheries. Je ne dirais rien de ces incidents qui sont réguliers par des rejets de radioactivité en Gironde pour une centrale et dans certaines autres centrales par échappées de radioactivités aériennes, volontaire ou involontaire. Nous avions reçus dans mon groupe – et par erreur de numéros de fax – des informations en direct de la centrale en question. Cela à fait l’objet d’un article dans la revue Science-et-Vie, pas du tout apprécié par EDF et le CEA.

 

> Par exemple, dernièrement, le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim s'est arrêté automatiquement mardi en raison d'un "dysfonctionnement". L'incident serait toutefois sans conséquence "sur la sûreté des installations", a indiqué la direction du site. Les sécurités ont bien fonctionnées, signe d’une maitrise de la part des exploitants et d'un bon fonctionnement matériel..

 

Le risque nucléaire en France et dans le monde

 

 http://www.risquesmajeurs.fr/le-risque-nucleaire

 

La sécurité est toujours relative que ce soit pour les aéronefs, pour les centrales nucléaires ou autres. Mon opinion personnelle est en faveur du nucléaire comme source primaire par défaut d’autres sources importantes de substitution. Malgré de nombreux incidents , "l'accident" n'a pas eu lieu fort heureusement. Les procédures retenues et la qualité du personnel en sont la cause.

 

Je parle d'EDF et non de ERDF pour des raisons historiques.

 

Cordialement

Janmary

 

Fin du Hors Sujet

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff
Author of the topic Posted

Les drones commencent à apparaitre comme autant de solutions à divers problèmes avec une seule réserve cependant, a savoir le survol de zones habitées.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Drone

 

Les soucis mis en évidence par le survol des centrales nucléaires Française est leurs éventuelles fragilités dû aux nocivités par des attaques du type aéronautique.

 

Leur faible poids et leur faible charge utile est un handicap certain, d’autant qu’ils doivent transporter le système propulsif, la télécommande ainsi qu’un guidage sommaire par une caméra pour « voir » l’objectif. Leur faible poids et leur faible vitesse donne un impact (vitesse X poids) nul ou limité sur un objectif tant soit peu protégé, mais reste dangereux pour des personnes et certains biens (toits d’habitation, piscines secondaire des centrales nucléaires ou il n’avait pas été pensé pareille scénario, même si la réparation dû à l’impact d’un drone serait réparable dans les 5 à 6 heures suivant la perte d’eau du refroidissement des matières fissiles entreposés avant « « emballement thermique » desdits matériaux.

 

* Les piscines secondaires des centrales sont constituées d’une tôle d’après les documents de Greenpeace, donc sensible à des chutes de drones dirigés.

 

http://www.levif.be/actualite/belgique/nucleaire-doit-on-craindre-l-attaque-des-drones/article-normal-358541.html

 

D’autant que ce genre de drone – pas capable d’emporter une charge explosive conséquente – peut emporter un « nez » capable de percer de la tôlerie renforcée ou des installations visible peu protégés comme les installations secondaires, pompes, installations électriques, etc.

Le dôme de protection de la centrale elle même avec sa piscine de stockage d’entrée-sortie de matériaux fissiles vis-à-vis du réacteur.

 

Or, l’adaptation d’une « charge creuse » pouvant être fabriqué par un bricoleur est possible et  se trouve réalisé dans le pays en guerre comme en Afghanistan, etc.

Les charges creuses disposés sur des canons de 120 mm (et les obus flèches) désormais percent le cuirasses des chars actuels. L’obus reste lourd pour ce type de combat.

 

Pour un drone, c’est inutile et la charge –creuse (sans propulsion a partir de son porteur) de l’ordre d’un demi-kilo par exemple pourrait faire de gros dégâts dans le domaine de la perforation d’une tôle de plusieurs millimètres d’épaisseur et d’un diamètre égale au diamètre de la charge creuse.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Charge_creuse

 

Voici donc quelques craintes qui apparaissent comme vraisembalable.et du domaine du possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Le sujet est toujours d' actualité, dans la nuit du 15 au 16 janvier l' Élysée a subit le survol d' un drone :

 

 

Le palais de l'Elysée survolé par un drone

Le Monde |

20.01.2015 à 12h06 • Mis à jour le 20.01.2015 à 12h43

image: '>

4559615_3_610f_la-gendarmerie-des-transp Un drone a survolé l'Elysée « pendant quelques secondes » dans la nuit de jeudi 15 à vendredi 16 janvier, a rapporté mardi la présidence de la République, confirmant un information d'i-Télé.

Selon la chaîne d'information, le « petit appareil d'aéromodélisme ressemblant à un petit hélicoptère avec quatre hélices a survolé le palais (…) vers 2 heures du matin ».

Il a été aperçu par les policiers postés avenue de Marigny, venant de la place Beauvau, survolant l'Elysée sur le côté de la rue Miromesnil, avant de prendre la direction de la place de la Concorde.

 

 

UNE ENQUÊTE JUDICIAIRE OUVERTE

 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « conduite d'un aéronef non conforme avec les règles de sécurité ». Les investigations ont été confiées à la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens, qui a créé une cellule d'enquête sur les drones.

 

I-Télé explique que « l'hypothèse d'un acte terroriste est écartée. Il s'agirait d'un engin de faible portée, téléguidée à distance réduite, trop léger pour transporter la moindre charge explosive mais pouvant être doté d'une caméra ».


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/20/le-palais-de-l-elysee-survole-par-un-drone_4559597_3224.html#KPw9QMDwA1JQdlL7.99

(  Le Monde )

 

Puis mardi 27 janvier, c' est au tour d' un site très protégé, l' Ile Longue ( face à Brest ) base de nos SNLE, d' être survolé :

 

 

Des drones ont été détectés au cours des derniers jours à proximité du site militaire nucléaire de l'Ile Longue, dans la rade de Brest, a annoncé aujourd'hui la préfecture maritime de l'Atlantique, précisant que ces vols n'ont pas présenté de menace à la sûreté de la base.  "Au cours de ces derniers jours, des drones ont été détectés à proximité du site de l'Ile Longue", indique la préfecture maritime dans un communiqué. "Ces vols de drones n'ont pas présenté de menace caractérisée sur la sûreté des installations", ajoute-t-elle.

L'Ile-Longue, sur la presqu'île de Crozon, abrite les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de la force de dissuasion française.  C'est le dispositif et les équipes de protection du site qui ont fait état de la présence de ces drones dans une vaste zone autour de la base interdite de survol. "Ces détections ont été immédiatement traitées en mobilisant les moyens et les équipes de réaction prévus dans ce cas de figure", précise la préfecture maritime.

Tout survol avéré de drone au-dessus d'installations militaires fait l'objet d'une procédure judiciaire pour déterminer la nature et l'origine du survol et poursuivre leurs auteurs, compte tenu de la nature illégale de ces activités, souligne la préfecture, qui assure que le "dispositif de surveillance et de protection des sites de la Marine permet de garantir leur sécurité et prend bien en compte les potentialités ouvertes par les nouvelles technologies". Une vingtaine de vols de drones ont été observés ces derniers mois en France aux abords de sites nucléaires, dont les auteurs n'ont pas été identifiés.

( Le Figaro )

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/ile-longue-vaste-chasse-au-drone-mardi-29-01-2015-10508263.php

 

 

Ile Longue. La Marine nationale a détecté des drones à proximité

 
 
  • la-marine-nationale-detecte-des-drones-p La Marine nationale reconnaît dans un communiqué «"qu’au cours de ces derniers jours, des drones ont été détectés à proximité du site de l’Île Longue". | Archives
  •  
  •  
La Marine nationale a reconnu ce mercredi dans un communiqué «"qu’au cours de ces derniers jours, des drones ont été détectés à proximité du site de l’Île Longue".

L'Île Longue est située en rade de Brest. Site sensible, elle sert de base sous-marine à la Marine nationale pour les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de la force de dissuasion française.

Le capitaine de corvette, Lionel Delort, chargé de la communication à la préfecture maritime, a confirmé mercredi qu'une détection de drones a eu lieu entre lundi soir et mardi. "Notre réaction a été immédiate. Nous avons déployé des moyens qui ont été visibles aux alentours".

 Il assure qu'à aucun moment, "ni la sûreté de l'Île Longue, ni la mission des sous-marins nucléaires n'a été remise en cause." Il confirme par ailleurs qu'un sous-marin a bien effectué un mouvement ce mercredi sans aucune difficulté, mais qu'aucun SNLE n'était en sortie au moment des survols.

Auteurs non identifiés

La préfecture maritime rappelle que l'Île Longue est dans la zone P112, interdite de survol sans autorisation. "Tout survol avéré de drone au-dessus d’installations militaires fait l’objet d’une procédure judiciaire pour déterminer la nature et l’origine du survol et poursuivre leurs auteurs, compte tenu de la nature illégale de ces activités", indique la Marine nationale dans son communiqué.

Ces survols de drones à proximité de l'Île Longue interviennent après ceux de plusieurs centrales nucléaires cet automne, dont les auteurs n'ont pas été identifiés.

Flamanville, La Hague, Fessenheim...

Le 5 octobre, un premier survol avait été détecté au-dessus de la centrale en déconstruction de Creys-Malville (Isère). Puis, EDF avait reconnu des survols au-dessus des centrales de Gravelines (Nord), Cattenom (Moselle), du Blayais (Gironde), du Bugey (Ain), de Chooz (Ardennes) et de Nogent-sur-Seine (Aube) dans la semaine du 13 au 20 octobre.

Le 31 octobre, la centrale nucléaire de Flamanville avait également été survolée ainsi que les centrales de Penly (Seine-Maritime), Saint-Laurent-des-eaux (Loir-et-Cher), Dampierre-en-Burly (Loiret) et Fessenheim (Haut-Rhin) avaient chacune été survolées. Le 14 novembre, c'était au tour du site de retraitement nucléaire de la Hague d'être survolé par des drones

( Ouest - France )

 

Cette nouvelle forme de menace est prise très au sérieux, ce qui m' inquiète c' est la recrudescence de ces survols et les lieux visés ( sans compté ceux qui ne nous sont pas révélés ).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff
Author of the topic Posted

Merci HermanF.

J'avais posté , ici même, que les américains expérimentaient des chasseurs de drones en Afghanistan, sans plus de précision.

Mais cette annonce avec un sigle d’appellation et une photo de ce nouvel engin est un plus et une nouvelle tentative de lutte anti-drones pour des survols intempestifs de ces derniers.

A suivre avec intérêt.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Il semble que l' Armée de l' air est trouvé une parade...

012 (3).jpg

( Source : Courrier de l' Ouest )

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recent Status Updates

    • Tmapc  »  berogeitabi

      Bonjour j'aimerais échanger avec vous sur les tmapc. Je recherche des infos photo etc pour un panneaux explicatif. Merci
      · 1 reply
    • Nenette

      Bonjour ,
      incorporé le 25 mai à Brest après avoir fait QMF à Lorient, je voulais savoir comment se passe la demande de stage de plongeur du bort, auprès de qui faut il faire la demande et surtout si c’était possible avec la formation FUS.
      Merci de votre réponse 
      Bonne journée 
      · 0 replies
    • Issam13  »  Heïdi

      Bonjour Heidi J'ai une question à vous poser 
      · 3 replies
    • NINO62  »  Fred689

      Bonjour
      pour revenir sur l'envoi des colis pour le Mali, auriez vous le texte à opposer au personnel de la poste qui ne sont pas au courant de cet accord avec les armées ?
      Merci de votre retour
      Bien cordialement
      · 3 replies
    • Clnbds  »  15mael

      Salut, j’ai vu que tu devais intégrer Rochefort le 30 mars, moi également c’est à priori reporté au 11 Mai (toujours dans l’attente de la convocation officiel pour être sûr) si c’est le cas pour toi aussi j’ai vu que tu avait créer un groupe whatsapp, si possible de l’intégrer histoire de discuter un peu si on rentre en même temps ça peut être sympa ! Merci bonne soirée 😊
      · 1 reply
  • Posts

    • ah merci beaucoup pour les précision que vous m'apportez pour un néophyte j’avoue que c'est un peux compliqué,je ne sais pas ce que sont les régiments TAP et L'EVAT je vais me renseigner. Auriez vous des orientations de poste  a me donnez pour le parcours que je souhaite réaliser,je me doute que c'est un peux compliqué au vu du peux d'informations que je laisse
    • Je suppose que tu as finalement choisi le PNM alors ! Hate de débuter cette aventure avec toi ! Tu ne laisses aucune chance à l'ESM de ton côté ? Et j'espère de tout cœur qu'on aura une rentrée digne de ce nom même avec la situation actuelle... Je suis peut-être idéaliste 
    • bonsoir tout le monde je voulais savoir si pour être pilote de chasse il fallait une excellente vue ou une opération des yeux serai possible merci de vos réponses  
    • https://youtu.be/ZlBswiCsT00   PROGRAMME 30J GRATUIT Je vous crée un plan d'entraînement sur-mesure en fonction des tests que vous souhaitez passer. Questionnaire condition physique : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdX6a_913XYuFmAo-KuvaROOY9TRkM6hT5Af7qcAJ78meqyWQ/viewform?usp=sf_link
    • Bonjour à vous, j'ai passé le CSO cette semaine au début le médecin militaire m'a dit que ce serait bon pour mes spécialités qui sont soit dans la mécanique soit dans les infrastructures ou dans la logistique de l'armée de l'air cependant aujourd'hui il m'a appelé en disant que il y avait un problème car il a été remarqué à la visite médicale que que je voyais très mal les relief et que ça pourrait bloquer pour certains métiers il y a 4 niveaux très bon satisfaisant médiocre est nul ils m'ont classé pour l'instant en médiocre j'ai donc été chez un orthoptiste sous sa demande est-ce que ça peut bloquer pour certains métiers ou absolument tous les métiers de l'armée que ce soit de l'air ou de terre me concernant de l'air merci à vous
×
×
  • Create New...