Jump to content

Hésitation gendarmerie / armée de terre


wotm

Recommended Posts

Bonjour, 

 

Je place ici conformément à ce que m'on dit les modérateurs du forum, les conversations qui ont lieu à un endroit inapproprié. 

 

Début

 

Bonsoir, 

 

Comme le MP n'est pas de rigeur sur ce forum afin de permettre à tout le monde d'échanger et de profiter du partage de l'information, je vais vous répondre ici. 

 

Tout d'abord, respect pour toutes ces années sous le drapeau français ! J'aimerais bien profiter de votre expérience afin que vous puissiez peut-être éclairer ma lanterne dans mon choix d'orientation. Je suis un jeune homme de 23 ans, de niveau bac +3, qui n'est pas vraiment sûr de lui au niveau du choix de démarrer une carrière dans l'armée de terre ou la gendarmerie. Je suis plutôt bien renseigné sur les deux corps mais je m'interroge entre autre sur les possibilités / difficultés de faire carrière dans l'armée de terre. Je suis avant tout intéressé par le renseignement humain et j'ai appris qu'on devait commencer en tant qu'EVAT (13RDP / 2RH) pour cette spécialité, d'ou mon doute. Je n'ai pas spécialement eu d'attirance pour d'autres spécialités au sein de l'armée de terre. J'ai conscience que j'ai la possibilité de tenter le grade de sous-officier voire officier mais c'est justement parce que j'avais trouvé un intérêt pour une spécialité que j'ai éloigné ce choix.

 

Par ailleurs, bien que le travail d'un gendarme soit bien différent, j'y trouve tout de même un intérêt même si j'ai le sentiment que je perdrais ce côté "baroudeur" si j'ose dire si propre à l'armée de terre. J'ai aussi conscience que l'on peut tout à fait faire quelques années dans l'armée de terre, et, basculé en gendarmerie mais j'ai l'impression que ça ferait de l'expérience perdue en gendarmerie pour le coup. Par ailleurs, j'ai lu plusieurs déconvenues sur le sujet des reconversions ou changements de corps. 

 

Je précise que je n'ai pas encore passé de tests de sélection au CSO, et, suis inscris au concours de sous-officier de la gendarmerie pour couvrir mes arrières. 

 

En vous remerciant.

Bonne soirée.

 

Suite

 

Bonjour,

 

Je vais essayer de vous renseigner mais cela fait 6 ans que j'ai quitter l'armée et j'espère que les infos que je vais vous donner sont toujours à jour. De toute façon, le mieux pour vous est de vous déplacer dans un CIRFA, toutes les armées y sont représenter ainsi que la gendarmerie. Ce sont eux qui vous donnerons les bonnes infos. Pour intégrer les unités spéciales comme le 13°RDP, ce sont les tests au CSO qui diront si vous êtes apte. Vous devez remplir des critères et des aptitudes bien particulières pour intégrer ce type de régiment. Pas seulement physiques mais surtout psychotechniques. Et c'est à partir de ces 3 jours de test que vous pourrez savoir si vous pouvez y prétendsre. Si vous avez les critères recherchés, vous pouvez y entrer comme militaire du rang et gravir les échelons ou alors passez par la voie sous-officier et choisir une spécialité du renseignement sans vous garantir que vous serez affecter dans ce type de régiment, tout dépend du classement à la sortie de l'école.

Pour ce qui est de la gendarmerie, je ne suis pas une spécialiste du recrutement dans ce domaine, déplacez vous, c'est le mieux pour vous mais sachez qu'il est difficile voire impossibile de passer de l'armée de terre à la gendarmerie, les critères de recrutement sont différents alors choisisser bien  au départ et foncer si vous avez la foie. C'est un métier à part où on rencontre des gens exceptionnels, une grande familleou les gens se serrent les coudes.

Franchisser le pas, allez en CIRFA vous renseigner.

Sandrine

 

Suite : 

 

Bonjour, 

 

Merci pour votre réponse. A vrai dire, j'ai déjà un dossier en transit dans l'armée de terre et suis déjà pas mal renseigné sur le circuit de recrutement. J'ai également mon inscription de réalisée pour le concours de sous-officier de la gendarmerie. 

 

Je cherche plus à recueillir l'expérience des anciens militaires, les choses qu'on ne sait pas vraiment de l'extérieur si vous préférez. C'est pas évident de faire un choix, il y a toujours une multitude de critères à prendre en compte comme les perspectives de carrière, la réalité du métier, etc. 

 

Est-ce si difficile que ça de passer de l'armée de terre à la gendarmerie ? Il me semble que certains le font et arrivent en école de sous-officier de gendarmerie. J'imagine qu'on peut dénoncer son contrat ou attendre la fin de celui-ci pour faire le changement ? 

 

Suite : 

 

J'en ai parlé à un ami gendarme. Ce dernier m'a expliqué que pour passer de l'Armée de Terre à la Gendarmerie, il fallait quitter l'Armée de Terre dans un premier temps, et passer par la voie concours. L'un des avantages est qu'il est tout à fait possible de récupérer un grade équivalent à celui de l'armée quittée, en sortie d'école.

 

Suite : 

 

Esukian : En effet, j'avais aussi entendu la même version. Après, reste à choisir, là est le plus difficile ! 

 

Suite : 

 

Hé bien je remarque que certains hésitent entre l'AT et la GN... Ayant fait les deux, et n'en regrettant aucune, tout dépend de ce que l'on veut...

 

Une idée fausse reçue sur la GN, c'est pas moins baroudeur que l'AT ! J'ai d'ailleurs risqué plus de fois ma vie en GD (oui vous avez bien vu, en gendarmerie départementale) que dans l'AT...

 

7 ans dans la verte, 13  dans la bleue quand même !

 

Si le gendarme du CIR avait été meilleur j'aurais peut-être débuté par la GN en prenant la mobile avant de basculer en GD... Mais le Major de l'AT au CIR de Limoges était bien meilleur, j'ai donc opté pour l'ENSOA au moment où mon report de SN étant annulé, j'ai été appelé sous les drapeaux au 126°RI...  :D

 

7 mois de St maixe puis 4 mois à Saumur, poum Cul de plomb à Beynes, Mayotte, dissolution, direction l'Allemagne, 16° chasseurs (tiens du bleu comme uniforme et du blanc sur le galon : prémonitoire pour la GD ?  :) )... puis la GIE.

 

Aucun regret, et faut pas en avoir... Si tu veux bouger, en GIE tu peux mais le taf est ingrat et encore moins reconnu que les "vrais" milis comme on aime souvent à nous le dire, nous les pandores.

 

J'ai des amis dans quasiment toutes les armes et armées, et quelques uns dans des armées étrangères... la famille est grande  ;)

 

Passe dans une brigade ou un EGM, essaie de rencontrer un GM ou un GD, va voir les bidasses, bref, discute avec tout ce qui porte l'uniforme, ça ouvre les horizons et l'esprit aussi, n'en déplaise à certains...

 

Bref, choisis après avoir murement réfléchi, ce n'est pas si dur de choisir après tout mais sache que  "servir" n'est pas facile, et rester ou partir l'est encore moins !

 

Fin

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Janmary

    Posted

    L’actualité est au ballon Chinois traversant haut dans le ciel l’Alaska, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a pas de surprise. Un peu d’Histoire sur les ballons. Quelques idées sur les projets et les réalités.   Un Français, Camille Rougeron, polytechnicien et ingénieur naval, ayant participé aux conceptions de notre flotte de guerre entre les deux conflits mondiaux fut par la suite nommé au Ministère de l’Air toujours avant le second conflit mondial. Il fut un théoricien avertit de nombres de conceptions d’armes par la suite et auteur de nombreux ouvrages avant et après guerre (1939-1945). Par exemple on lui doit, la formulation du chasseur-bombardier qui affiche un poids de bombe équivalent à un bombardier lourds à puissance égale rapportée au cheval avec la vitesse d’un chasseur après lancement. Les bombes, bombes planantes pour l’attaque à grande distance et torpilles assistés par fusées qui donnèrent la roquette anti-char par la suite durant le second conflit mondial. Les obus d’artillerie avec une puissance additionnelle après le tir qu’il appelé obus –fusée et qui donna lieu au mortier de 120 mm de l’Armée par la suite. Etc.Etc.   Un ouvrage doit être retenu pour une innovation entre autre, à savoir = La guerre nucléaire. Armes et parades. – 1962 – Chez Calmann-Levy   Le but proposé par l’auteur étant l’attaque par ballon de sites agricoles et industriels. Il s’agissait d’un ballon d’un diamètre de 30 mètres, possible de fabrication à l’époque puisque utilisé par des ballons du type « Echo 1 » pesant moins d’une centaine de kilos. Il aurait eu un volume de 10.000 mètres cubes (pi.R au cube) avec un mélange gazeux Sachant qu’un kilo d’explosif TNT dégage 10 Kilocalories et un hydrocarbure 10.000 à 11.500 Kilocalories par kg, et qu’un kg de gaz représente 1 mètre cube, c’est environ 10 tonnes de gaz  qu’aurait comporté ce ballon.  Or, le gaz est énergiquement plus puissant qu’un explosif puisque le rapport calorifique des gaz est supérieur à la tolite par exemple dans le rapport précité soit  10 tonnes de gaz représente 100 tonnes de tolite.     Nous pouvons donc voir qu’un « ballon inoffensif  de 30 mètres de diamètre » peut provoquer des dégâts non négligeables si l’on peut l’amener sur un objectif. Certains ballons ont pu être contrôlés par radio pour acquérir des vents favorable à des altitudes assez élevés (Test d’un ballon en 1954, lâché de Vernalis en Californie, il monta à 11300 mètres. Il fut contrôlé pendant 52 heures pendant un trajet de 10.080 km. Il atterrit à Badajoz en Estrémadure, Espagne).   En 1955, Explorer II, avec un poids de 2950 kg pour 105.000  mètres cubes améliora encore les caractéristiques et purent avoir épaisseurs d’enveloppe de 0,01 à 0,06 mm.   La détection de ces ballons peut poser des problèmes. Pourquoi ce Ballon Chinois a-t-il pu survoler l’Alaska puis le Canada avant le survol des USA ? Ballons (gonflé à l’hélium) météo ou de surveillance avec transmission d’informations électroniques (fréquences RADAR, photos aérienne de sites sensibles, etc.).   C’était l’objet des réflexions de ce sujet. Mais un innocent ballon peut-être éventuellement une arme.   Notes = L’aviation de bombardement – 1936 - en deux volumes – Chez Lavauzelle Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne – 1940 – Chez Lavauzelle Les enseignements de la guerre de Corée – 1952 – Chez Berger-Levrault Les applications de l’explosion thermonucléaire – 1956 – Chez Berger-Levrault Le pétrole thermonucléaire - 1959 -  Chez Berger-Levrault Ainsi que de très nombreux écrits dans plusieurs ouvrages scientifiques et militaires.  

    Fred689

    Posted

    Tireur d'élite ou de précision? https://www.defense.gouv.fr/terre/actualites/etre-tireur-delite-tireur-precision

    HernanF

    Posted

    Un Rafale monoplace de la Force aérienne de l'Émir du Qatar (QEAF). 📷 Dassault Aviation

    berogeitabi

    Posted

    N’oublions pas que les renseignements américains avaient averti l’Europe de la menace russe aux frontières de l’Ukraine et que l’Europe n’ya pas cru.  Donc, sur ce que prévoit les américains sur la non reprise par l’Ukraine des territoires occupés, nous avons peut-être intérêt à les écouter.    D’autant que dans le même temps, ces américains viennent de signer un accord de coopération militaire avec les Philippines (jusque-là plutôt tournée vers la chine)  justifiant d’une présence militaire accrue sur des bases philippines, ceci pour contrecarrer la volonté Chinoise de contrôler la majeure partie des eaux asiatiques tout en étant plus à même d’intervenir en cas de conflit chinois avec Taiwan. 

    Janmary

    Posted

    Il semble qu'il y a des soucis pour l'administration Américaine. Ces derniers en effet n'envisage vraiment pas la reprise des territoires occupés par la Russie du fait de l'augmentation en ligne des Forces de la Fédération Russe dû a la mobilisation de l'ordre de 500.000 hommes, de changement de tactique, de la prise en compte de leurs échecs passés, de la suppression des relais de télécommunications pour éviter le réparage des téléphones portable des appelés, Etc.Eetc. En effet l'Administration Américaine voudrait régler le problème Russo-Ukrainiens dans les 6 mois. En effet, les USA pensent que le conflit Chine Continentale et Taïwan sera à l'ordre du jour. Depuis 1949 ou les Nationalistes Chinois du général Tchang Kai-Chek ayant perdu la guerre contre les Forces Communistes de Mao Tsé Toung en Chine Continentale, se sont réfugiés à Formose, appelé Taïwan désormais. Décidemment, notre planète est bien malade.
×
×
  • Create New...