Jump to content

Désarmement et déconstruction des ex batiments de la Marine.


Recommended Posts

  • Administrateur

Depuis quelques années la Marine fait déconstruire ses ex bâtiments, autrefois ceux ci subissaient l' océanisation, c' est à dire coulé aux fond des océans.

Depuis comme partout la conscience de l' écologie et notamment la protection de nos mers et de leurs faunes.

L' un des premier qui fit grand bruit fut l' ex Clemenceau, depuis bon nombre de bâtiment furent déconstruit en France.

 

Aujourd'hui, l' un des plus emblématique de nos ex bâtiment, la Jeanne d' Arc fait route vers bordeaux afin d' être déconstruite :

 

 

jeanne-20100526.jpg

Pendant ses 46 ans de service, le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc aura effectué 800 escales dans 84 pays et parcour 3,25 millions de kilomètres, soit 79 tours du monde. Il faudra en ajouter quelques uns : ce 11 octobre, en effet, ce navire mythique de la Marine nationale va rejoindre Bassens, près de Bordeaux, pour y être démantelé.

 

Plus précisément, il sera remorqué de la base navale de Brest vers la Gironde. Le dernier voyage de la « Vieille Dame » devrait durer 48 heures. En fait, il serait impropre de parler encore de la Jeanne d’Arc, dans la mesure où, depuis qu’elle a été désarmée en 2010, elle n’est plus désignée que par l’immatriculation de sa coque (Q860).

 

Le chantier de sa déconstruction a été confié en juin dernier par la Marine nationale à Veolia Propreté, une filiale du groupe Veola. L’entreprise aura également à s’occuper du croiseur Colbert, transformé en musée après avoir été désarmé au début des années 1990 pour être ensuite transféré, en 2007, à Landévennec, près de Brest. Cet imposant navire de 10.600 tonnnes avait rapatrié les cendres du maréchal Lyautey en 1961 et transporté le général de Gaulle lors de son périple américain de 1964.

 

Quant à la Jeanne d’Arc, elle fut essentiellement utilisée pour accueillir les stages d’application des futurs officiers de marine (cette mission a depuis été reprise par les BPC de type Mistral). Elle prit part à de nombreuses opérations humanitaires (comme en 2004, après le Tsunami qui fit 200.000 morts en Indonésie). En 2008, elle fut même engagée dans la mission visant à libérer l’équipage du Ponant, un voilier capturé par les pirates somaliens.

 

Que restera-t-il de la Jeanne d’Arc, mis à part les souvenirs de ceux qui ont servi à son bord? Quelques unes de ses pièces ont été confiées à des musées et à des villes qui avaient un lien particulier avec elle, comme Brest (son port d’attache) ou Rouen (sa ville marraine). Cette dernière a ainsi reçu une ancre.

 

Certains pourraient s’offusquer du traitement réservé à un navire comme la Jeanne d’Arc et penser qu’il vaudrait mieux le couler avec les honneurs. Jusqu’au début des années 2000, c’est ce que faisait la Marine nationale. Enfin presque puisque les bâtiments désarmés servait de cibles pour les exercices ou la mise au point de nouveaux systèmes d’armes. Mais la réglementation internationale a évolué depuis… D’où le recours à des prestataires externes pour « déconstruire » les vaisseaux retirés du service.

( article Zone Militaire )

 

 

L' ex Jeanne au départ de Brest.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Et le 10 octobre, l'escorteur d'escadre Duperré partait du cimetière de Landévennec pour rejoindre la Belgique afin d'y être démantelé.

(source : http://www.photos-de-navires.fr/adieu-duperre-2/ )

 

On annonce 2015 pour le Colbert, qui devrait revenir à Bordeaux.

 

duperr10.jpg

(Copyright Yannick Le Bris)

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Il est bon de rappeler qu' a Brest une cellule de démantèlement ( composé de réservistes ) est chargé d' ôter les objets de traditions de veiller à la sécurité durant les premières phases où les matures, canons, tout ce qui est susceptible d' être réutilisé et tout ce qui est gênant et encombrant est démonté puis la coque est désamianté par des entreprises spécialisées, puis sécurisé ( les hublots et portes son obturés et soudé pour empêcher les " visites " ).

Puis après appel d' offre la coque part se faire déconstruire.

 

Encore une petite de l' ex Jeanne d' Arc :

 

 

( Ouest France )

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Administrateur

L' ex Jeanne est arrivée à Bordeaux :

 

 

Le démantèlement de l’ex-« Jeanne d’Arc » a débuté à Bordeaux le 23/10/2014ALLFaJeanne-7b8e382e.jpg Amarrée au quai 429, à Bassens, la coque Q 860 va d’abord être dépolluée et désamiantée avant d’entrer dans la forme de radoub de Bassens pour y être découpée en tronçons. (Photo : Loïc fabrègues)

Dans 18 mois, l’ex-Jeanne d’Arc sera à ranger définitivement au rayon des souvenirs. L’arrivée à Bordeaux, le mardi 14 octobre, du porte-hélicoptères a donné le top départ à son démantèlement qui doit s’achever en avril 2016. Les opérations, confiées par la Marine nationale à Bartin Recycling Group et Pétrofer société nouvelle, deux filiales de Veolia, vont se dérouler en deux temps.

Jusqu’en septembre 2015, le navire va être dépollué et désamianté. Le chantier se fera à flot, à Bassens, où la désormais coque Q 860 est amarrée. Il resterait notamment « dix tonnes d’amiante dans le navire », estime Pascal Tissot. Le directeur général de Bartin, a souhaité, en plus du « passeport vert » de la Marine, faire effectuer un point zéro du bâtiment pour quantifier et localiser les matières dangereuses.

L’opération suivante consistera à découper en tronçons, dans la forme de radoub de Bassens, les 9 000 tonnes d’acier du navire. Son démarrage est prévu en octobre 2015. La date coïncidera avec l’arrivée de l’ex-Colbert à Bordeaux. Son démantèlement fait partie du même contrat de 11,5 millions d’euros signé, en juin, par la Marine nationale avec les deux filiales de Veolia.

Une cinquantaine de personnes travailleront alors sur le site bordelais à la déconstruction des deux navires. Des navires dont la valorisation des matériaux, « à hauteur de plus de 90 % », souligne Pascal Tissot, sera une source de trafic pour le grand port maritime de Bordeaux (GPMB). La totalité des 17 500 tonnes de ferraille, principal matériau valorisable, sera transportée vers les aciéries de Bayonne et de La Corogne.

Le montant des prestations effectuées par le port pour les deux navires se chiffrera, lui, « à 1 million d’euros », indique Christophe Masson.

( source : Le Marin )

Link to comment
Share on other sites

Ma chambre au lycée naval donnait directement sur la Jeanne... Étant montée à bord de nombreuses fois, mon parrain étant embarqué, j'avais fini par tisser un certain lien affectif avec elle... Voir sa coque rouiller un peu plus chaque jour était déprimant mais elle restait debout, vaillamment et des vagues lors d'une tempête le 13 février passaient au dessus d'elle, la Jeanne restait un repère pour nous... Ça me fait quelque chose de savoir quelle va être découpée en morceau. C'est un symbole français qui se meurt, elle représentait la France aux yeux de nombreux étrangers.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Ma chambre au lycée naval donnait directement sur la Jeanne... Étant montée à bord de nombreuses fois, mon parrain étant embarqué, j'avais fini par tisser un certain lien affectif avec elle... Voir sa coque rouiller un peu plus chaque jour était déprimant mais elle restait debout, vaillamment et des vagues lors d'une tempête le 13 février passaient au dessus d'elle, la Jeanne restait un repère pour nous... Ça me fait quelque chose de savoir quelle va être découpée en morceau. C'est un symbole français qui se meurt, elle représentait la France aux yeux de nombreux étrangers.

 

Et un symbole fort pour un bon nombre de marins et anciens marins.

( Je n' ai jamais eu l' occasion de monter à bord, même si je l' ai approché un bon nombre de fois à quai à Brest ).

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Bien que civil, ce qui me chagrine, c'est qu'il n'y a pas de bâtiment véritablement dédié à l’École Navale avec le nom de "Jeanne d'Arc" en souvenir du croiseur, puis du porte-hélicoptère au nom de la tradition et effectivement de la référence donnée à l'étranger.

 

Un "Mistral" conviendrait bien - comme actuellement - et s'intégrerait dans les dispositifs de manœuvres et d'interventions en tant qu'applications pour les jeunes Midships.

 

Il pourrait être équipés de drones au vue de la nécessité moderne de ces applications démontrés par Israël au Liban, dans la bande de Gaza, par la coalition en Afghanistan; en Somalie, etc.

 

Pour rappel, nos centrales nucléaires viennent d'être survolés par des drones de façon "étudié" et "systématique". Aucune réaction aérienne.

Tests ? Vérification des menaces ? Ce n'est   pas Grenpeace !

 

Rien de plus pénible de voir un illustre bâtiment se mourir, le Clemenceau, la Jeanne d'arc, etc. ou un avion comme les 707 ou 747 d'Air France avec des millions de kilomètres parcourus en particulier quand on est monté a bord dudit appareil (le Château de Sully) , ou même des locomotives ayant des millions de kilomètres à leurs actifs, en fonction de nos passions.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

 

Rien de plus pénible de voir un illustre bâtiment se mourir, le Clemenceau, la Jeanne d'arc, etc. ou un avion comme les 707 ou 747 d'Air France avec des millions de kilomètres parcourus en particulier quand on est monté a bord dudit appareil (le Château de Sully) , ou même des locomotives ayant des millions de kilomètres à leurs actifs, en fonction de nos passions.

 

Effectivement, malheureusement il est plus difficile de conserver un bateau qu' une voiture ou une locomotive car le bateau à l' eau, immobile s' abime encore plus vite et comme ce fut le cas pour le Colbert ( à Bordeaux ) ou la Dive ( à Toulon ) mit pour prêt en musée, lorsque les associations ne peuvent plus gérer l' entretien, c' est l' image de la Marine qui en pâtit.

 

Pour rappel les " bateau " militaire musée qui fonctionnent : 

- Le Maillé Brézé ( escorteur d' escadre ) à Nantes

- L' Espadon ( sous marin ) à St Nazaire

- Le Flore ( sous marin ) à Lorient

- Le Redoutable ( SNLE ) à Cherbourg

- L' Argonaute ( sous marin ) à Paris

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    HernanF

    Posted

    Le trois-mâts ARA Libertad, navire-école de la Marine argentine, dans la rade du Toulon , troisième escale européenne dans son 50e Voyage de formation.   Ici hier au large de Bormes-Les-Mimosas, dans le Var, lieu de naissance du marin argentine Hippolyte Bouchard.  

    frmepervine

    Posted

    Hello !  J'ai une petite question à poser à une féminine qui aurait passé les examens au cso dernièrement  Merci ! 

    Mysteriosa

    Posted

    Bonsoir à toutes et à tous, Tour d'abord j'espère poster sur le bon forum, je m'en excuse par avance si ce n'est pas le cas. Je voulais savoir s'il était possible de retrouver un légionnaire en ayant que peu de renseignements.  Je n'ai pour informations utiles qu'une date, un lieu (dans lequel il travaillait ), son âge, ainsi que sa nationalité. Je connais aussi la ville où il a passé une bonne partie de sa vie. Ne me jugez pas j'ai complétement oublié son prénom. J'avoue que ce qui m'a interpellé lors de la rencontre c'est qu'il me disait être légionnaire mais travaillait (ou n'était-il qu'en mission?) dans un musée privé, enfin plutôt à l'entrée de celui-ci. Avait-il terminé ses classes ? Était-il un jeune légionnaire à la retraite ? Je n'en sais rien. Toujours est-il que j'aimerai le retrouver, mais je ne sais pas de quelle manière. Si quelqu'un a une idée je suis preneuse ! Merci                

    Yoan

    Posted

    C'est exactement ça, j'ai cherché à joindre la BA de Creil aujourd'hui demandant le service de recrutement de la réserve : sans succès. Sûrement réessayer plus tard... Mais oui je craint bien que les CIRFA, dans ce cas précis, ne soient pas de la plus grande efficacité. Aussi, je pense que plus vite c'est fait, mieux c'est ! Merci de porter attention à ma question en tout cas, c'est sympa ! 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Je n'oser pas le dire, sinon le mieux est d'avoir un contact sur la base ou tenter de joindre un officier s'occupant de la réserve.
×
×
  • Create New...