Jump to content

Formules militaires d'adresse et de politesse


Heresy

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Je souhaite remercier par écrit une femme militaire de l'armée de terre et j'aimerais vérifier avec vous la formule :

  - d'adresse : est-ce "Madame X" ou "Major X" ?

  - de politesse : est-ce que "Je vous prie d'agréer, Madame/Major X, l’expression de mes respectueuses salutations." convient ?

 

D'autre part, la phrase "Je me suis entretenu avec le Capitaine Y." est-elle correcte ?

 

Étant civil, je ne suis pas familier avec ces formes d'adresse.

 

Je vous remercie d'avance pour votre avis.

 

Bien cordialement.

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Bonjour.

Etant civil, vous n'êtes pas contraint à utiliser le grade. Maintenant, si cette personne vous a reçu dans le cadre de ses activités militaires, il peut être de bon ton d'utiliser la formule avec "Major X".

La formule de politesse est tout à fait satisfaisante, en utilisant là aussi "Major X"

Quant à "je me suis entretenu avec la Capitaine Y" rien à redire non plus.

 

Il n'y a plus qu'à. :vertsuper:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Je vous remercie infiniment pour votre réponse, berogeitabi. Elle m'aide beaucoup.

 

La personne en question était effectivement en uniforme et nous avons parlé de recrutement au sein de l'armée. Utiliser les formes d'adresse ad hoc peut ainsi faire une bonne impression !

 

Bien cordialement.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à toutes et tous !!!

En effet, même en tant que civil, il est préférable d'avoir quelques notions de base avant de s'adresser à un militaire en uniforme,

ne serait-ce que pour démontrer qu'au moins à priori on s'intéresse un peu aux  Armées :

1/Connaître les Grades et savoir les "reconnaître" sur la Tenue ou l'Uniforme.

2/Savoir que, par exemple, c'est Mon Adjudant pour un Personnel Masculin et Adjudant pour un Personnel Féminin.

  (Mon est l'abréviation de Monsieur); ...Mon Capitaine et Capitaine...Mon Général et Général(e).

Cela pour l'Armée de l'Air, celle que je connais le plus car les grades sont  souvent différents dans l'Armée de Terre

et totalement  dans la Marine Nationale; et là, je ne "maîtrise" pas.

En espérant "avoir juste" je me permet de vous souhaiter un très bon après-midi.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Bonjour à tous,

 

Je me permets d'échanger de nouveau sur ce sujet. Si "X" est une femme, laquelle de ces deux formes est correcte : "sur le conseil du Major X" ou "sur le conseil de la Major X" ? Je n'ai rien contre la forme au féminin, mais je préfère lever ce doute.

 

Je vous remercie par avance de votre aide.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Aujourd'hui, les termes ont été féminisés.

On parle de La Capitaine, la Lieutenante, la Commandante, l'Adjudante.  Mais je ne saurai dire si, au quotidien cela est effectif, à l'oral en tout cas.

A l'écrit, on pourra donc dire La Major.

Je ne pense pas qu'il faille pour autant mettre un "e" à la fin de Major, mais cela reste à confirmer par un militaire en activité (ou de réserve! :vertsiffle:  je ne les oublie pas).

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Personnellement je mettrai : " sur le conseil du major féminin X " ou plus solennellement et passe partout " sur le conseil du major X ".

 

Tout dépend si il y a une importance que ton interlocuteur sache que le major qui ta conseillé est une femme.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Aujourd'hui, les termes ont été féminisés.

On parle de La Capitaine, la Lieutenante, la Commandante, l'Adjudante.  Mais je ne saurai dire si, au quotidien cela est effectif, à l'oral en tout cas.

A l'écrit, on pourra donc dire La Major.

Je ne pense pas qu'il faille pour autant mettre un "e" à la fin de Major, mais cela reste à confirmer par un militaire en activité (ou de réserve! :vertsiffle:  je ne les oublie pas).

On trouve effectivement dans les écrits officiels (notes de service ou autre) "la lieutenante", "l'adjudante"...

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    ArmandT

    Posted

    Bonjour, La semaine prochaine je me rends au CSO de Lyon dans la spécialité Officier Sous-Contrat Pilote et je suis en train de réfléchir si je reporterai où non la date des sélections  en raison de mon niveau physique. En effet je réalise 14 tractions complète et 54 squats en 60 secondes, le bémol est pour le luc-leger où je n'arrive pas à dépasser le palier 8. Je me dis que sur le moment ma motivation et mon dépassement de soi sera extrême donc je pourrai surement arriver au palier 9. Que pensez-vous de mes statistiques sachant je me présente en tant que futur OSC-P. Cordialement.

    Thierry7402

    Posted

    Un officier du 91e RI de Charleville   Un autre des troupes coloniales Bonne soirée et encore merci pour votre aide       

    Thierry7402

    Posted

    Merci beaucoup pour ces premières identifications. Pour le soldat allemand ça confirme mon appréciation. Il s'agit pourtant de la photo utilisée et communément admise pour illustrer le père d'Arthur Rimbaud, Frédéric Rimbaud dont j'ai écris justement la biographie (l'Honneur du Capitaine Rimbaud). Les raisons du choix de cette photo sont toujours un mystère même si ce personnage a un visage très particulier.  Bonne soirée 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Je lis Rimbaud père sur le descriptif de la photo. Hors : Frédéric Rimbaud entre dans l'infanterie, comme simple recrue, en 1832. Il est alors âgé de 18 ans. Doté d'une bonne instruction et d'une intelligence certaine, il est presque aussitôt promu sergent-major. En 1841, il obtient le grade de lieutenant et est envoyé à Oran, en Algérie, où il participe à la conquête du pays, ainsi qu'à l'expédition du Maroc, en 1844, contre les troupes d'Abd el-Kader, soutenant les Algériens dans leur lutte contre la domination française. En 1850, Frédéric Rimbaud est rapatrié, promu capitaine en 1852, et affecté à la garnison de Mézières, dans les Ardennes. En 1854, il reçoit, pour les postes occupés en Algérie, la distinction de Chevalier de la Légion d'honneur. Jusqu'en 1856, il participe épisodiquement à la guerre de Crimée, opposant le Royaume-Uni et la France à la Russie, et pour laquelle il reçoit la médaille de Crimée. De retour de Crimée, le capitaine est affecté à Grenoble. En 1859, il participe à la campagne d'Italie, guerre d'indépendance opposant la France et le royaume de Piémont-Sardaigne à l'empire d'Autriche, pour laquelle il reçoit la médaille de la valeur militaire sarde. En 1864, Frédéric Rimbaud quitte l'armée pour se retirer près des racines paternelles, à Dijon, en Côte-d'Or. (Source : Wikipédia) Le personnage en photo porte un uniforme de style allemand, en tout cas pas français. Sergent chef (à l'époque ; un chevron = sergent, deux chevrons = sergent chef, trois chevrons = sergent major) du 91ème régiment d'infanterie dans les années 1880 (entre 1870 et 1910) Ce militaire du 71 -ème régiment d'infanterie (empreinte de la grenade sur les bouton en laiton) porte une épaulette à franges et contre épaulette en canetille (broderie d'or) qui nous indique un lieutenant ou sous-lieutenant, malheureusement les galons en bas de ses manches ne sont pas visible. Période 1870-1890. Cavalier du 15ème régiment de Hussards, reconnaissable à son dolman bleu azur.   Sur la photo on aperçoit également sur la gauche de la photo, les plumes de casoar que l'on voit en entier ci dessus. Photo de conscription IIIème République (1870-1910).   Pour les autres, je regarderai demain.  
×
×
  • Create New...