Jump to content

Opération Barkhane au Sahel.


Recommended Posts

  • Staff

Bonnes nouvelles depuis le Sahel.

Retour en détail sur l’opération ayant conduit à la neutralisation d’Abou Walid Al Saharoui, émir de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS), dans le Liptako malien. 
Dans une seconde phase, du 20 au 22/08, un groupe commando a reconnu puis fouillé la forêt de Dangarous, avec l’appui de drones et de Mirage 2000D. Des frappes aériennes ont été effectuées sur des objectifs clairement identifiés comme appartenant à l’EIGS.
Bilan de l’opération : Plusieurs membres de l’EIGS ont été neutralisés, dont Abou Walid Al Saharoui, émir de l’EIGS. Des plots logistiques et de nombreuses ressources ont été également détruits.

E_Z3Wj8XMAgIFpF.thumb.jpg.49da5d18e42ce9dab6bbe0264afd7290.jpg

Source: EMA

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Administrateur

Le Premier ministre malien a accusé la France, ce samedi 25 septembre, d'un "abandon en plein vol" après sa décision de retrait de la force militaire française Barkhane.

safe_image.jpg

"La nouvelle situation née de la fin de Barkhane, plaçant le Mali devant le fait accompli (...), nous conduit à explorer les voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome avec d'autres partenaires", a déclaré Choguel Kokalla Maïga à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies. Il s'agit de "combler le vide que ne manquera pas de créer la fermeture de certaines emprises de Barkhane dans le nord du Mali", a-t-il précisé, déplorant une annonce "unilatérale" sans coordination tripartite avec l'ONU et le gouvernement malien.

Dans un contexte de menace jihadiste accrue, "l'opération française Barkhane annonce subitement son retrait en vue, dit-on, d'une transformation en coalition internationale dont tous les contours ne sont pas encore connus", a insisté Choguel Kokalla Maïga. Et d'ajouter : "En tout cas, pas de mon pays, pas de notre peuple". "Le Mali regrette que le principe de consultation et de concertation, qui doit être la règle entre partenaires privilégiés, n'ait pas été observé en amont de la décision", a poursuivi le Premier ministre malien.

Il a réclamé que la mission de paix Minusma de l'ONU et ses 15 000 casques bleus aient "une posture plus offensive sur le terrain", pour répondre au retrait de la force Barkhane. Cette prise de position intervient au lendemain de la mort du caporal-chef Maxime Blasco, tué par un tireur embusqué lors d'une opération contre des jihadistes au Mali, et alors qu'une coopération entre l'armée malienne et un groupe paramilitaire russe (Wagner) est évoquée ces dernières semaines.

(source franceinfoAfrique)

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 4 weeks later...



×
×
  • Create New...