Jump to content

La vie d'un élève-officier à Navale.


maxxxime

Recommended Posts

Salut à tous,

 

tout est dans le titre, j'aimerais savoir à quoi ressemble la vie étudiante d'un bordache, je n'ai pas réussi à trouver quoi que ce soi sur internet et sur le site de l'école à propos de cela...

 

En gros j'aimerais bien avoir des renseignements sur :

 

  - les dates d'intégration.

  - le nombre de jour de permission ( vacances ? ).

  - le déroulement des weekends.

  - la charge de travail à l'école ( si on peut se permettre de ne pas travailler le weekend et le soir, comme dans une bonne partie des           écoles d'ingénieur ? ).

  - les soirées, les sorties ( si elles sont acceptées en semaine ou non ? ). Brest est-elle une bonne ville étudiante ?

  - l'ambiance au sein de la promo ( que je pense excellente ).

  - le sport ( je suis passionné de surf, je m'essayerait avec plaisir à la voile ).

 

En bref tout ce qui fait partie des "à côtés" de l'école, la détente, le temps libre, etc ; tout ce qu'on avait laissé de côté durant la prépa et que je compte bien retrouver.

Bon bien-sûr je ne me fais pas d'idées, cela reste une école militaire, mais je souhaiterais connaître ce genre de détails que je trouve tout de même importants.

 

Voilà j'espère qu'un élève ou un ancien de l'école pourra m'éclairer sur ces différents points.

Merci d'avance pour vos futures réponses.

A+

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

@ maxiiime

- la charge de travail à l'école ( si on peut se permettre de ne pas travailler le weekend et le soir, comme dans une bonne partie des           écoles d'ingénieur ? ).

 

Vraiment ? En tant qu'ingénieur, je n’aie pas eu l'opportunité de connaitre vos affirmations. Je me souviens du  travail jusqu'à des heures avancées du soir et des "week-end"  dans la chambre !

 

@ maxiiime

- le nombre de jour de permission ( vacances ? ).

  - le déroulement des weekends.

 

> Recherchez vous la colonie de vacances touristique ou le travail à effectuer pour un devenir un futur officier ?

> Vous n'êtes pas sans ignorer que Navale, c'est aussi l'embarquement à bord (de l'ex-Jeanne d'Arc pour les nostalgiques) avec des période en mer ?

> Que nenni des week-end, des permissions. A bord, c'est travail, service, servitude et le cycle recommence.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Janmary,

 

Premièrement, j'aimerais simplement rendre certaines choses plus claires.

Je ne suis pas un touriste intéressé par Navale uniquement pour pouvoir faire de la voile gratuitement, me dorer au soleil en escale et sécher les cours.

Je suis ici pour poser des questions sérieuses, auxquelles on ne m'a pas encore apporté de réponse.

 

La charge de travail :

 

Si je pose cette question c'est simplement parce-que je sors ( enfin je l'espère ) de 2 années de travail assez intensives, durant lesquelles j'ai bouffé (c'est le mot) des sciences sans interruption et à haute dose. Comme vous le comprenez j'en ai marre, marre de ne plus avoir de vrai vie sociale, de ne plus pratiquer de réelle activité sportive et autres loisirs.

Vous me dîtes qu'en école d'ingénieur on travaille tout les soirs. Bizarrement j'étais à Supélec il y a même pas 1 semaines pour mes oraux et je ne compte plus les étudiants de 1 ère et 2 nde année qui m'ont affirmé ne plus être allé en cours depuis 5 mois et qui travaillant 2 semaines avant leurs partiels,les réussissent sans difficultés... Donc je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous sur le rythme en école d'ingénieur civile ( et j'ai bon nombre d'autres exemples d'étudiants à Centrale Paris, Lyon, Supaéro etc qui sont dans la même situation et qui s'en sortent très bien ).

 

Alors bien sûr c'est un extrême et c'est le civil. Mais c'est à cela que j'aimerais comparer le rythme à Navale. J'estime simplement avoir le droit de savoir à quoi je peux m'attendre, puisque j'y passerais peut-être les 3 prochaines années de ma vie.

Est ce que je pourrais par exemple, en étant attentif en cours, travailler peu le soir, ne pas travailler le weekend et tout donner 1 à 2 semaines avant les évaluations de compétences ?

Est ce que cette méthode de travail propre à un majorité des étudiant des écoles que j'ai cité ci-dessus peut fonctionner à Navale ?

 

Je ne parle donc pas d'un arrêt totale du travail, simplement d'un net relâchement comparé au classes prépa, relâchement correctement jaugé pour que les résultats suivent.

 

La vie étudiante :

 

De même par comparaison avec les écoles d'ingénieur, est-il possible de sortir 2 à 3 soirs par semaine ? Je parle des périodes de cours à l'école, à terre.

Ou sommes nous soumis à un couvre-feu ?

 

Les Weekends :

 

Bien-sûr que sur un bâtiment de la marine les weekends ne peuvent exister pour des raisons évidentes, je ne suis pas si naïf...

Ma question s'applique donc uniquement aux périodes de cours à l'école, à Lanvéoc !

Encore une fois, y avons-nous droit à des weekends ?

 

Bref merci beaucoup pour votre réponse mais pourriez-vous, s'il vous plaît, être un peu plus précis?

 

Avez vous fait cette école ?

Sinon un bordache pourrait-il m'éclairer de façon plus précise ?

 

Merci encore.

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

@ Maxxxime

 

Si je pose cette question c'est simplement parce-que je sors (enfin je l'espère) de 2 années de travail assez intensives, durant lesquelles j'ai bouffé (c'est le mot) des sciences sans interruption et à haute dose. Comme vous le comprenez j'en ai marre, marre de ne plus avoir de vrai vie sociale, de ne plus pratiquer de réelle activité sportive et autres loisirs.

 

Si ces « prépa » vous ont semblés difficile, il en sera de même – dans une moindre mesure - en école d’ingénieur, et dans le cas d’admission au sein de l’une de ces  écoles, vous aurez acquit le rythme nécessaire et les connaissances de bases voulues pour suivre l’enseignement qui est long, avec un effort constant et soutenu à fournir avec  en contrepartie, un faible taux d’échec.

 

@ Maxxxime

Comme vous le comprenez j'en ai marre, marre de ne plus avoir de vrai vie sociale, de ne plus pratiquer de réelle activité sportive et autres loisirs.

 

C’est un choix de vie ! On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la vendeuse ! En tant qu’ingénieur, vous ferez des heures pas possibles de travail – certainement pas les 35 heures – mais vous serez payé en conséquence sans parler des classifications dans la hiérarchie. Vote vie s’adaptera alors en fonction de ces impératifs et vous l’apprécierait.

 

Les activités sportives et autres loisirs vous seront inconnues pendant ces périodes sauf celle de votre école. Le but de ces « prépa » est de faire bachoter au maximum les élèves et d’éliminer les moins studieux permettant ainsi de poursuivre  sans trop de gros soucis en école d’ingénieur pour les heureux élus.

 

@ Maxxxime

Vous me dîtes qu'en école d'ingénieur on travaille tout les soirs. Bizarrement j'étais à Supélec il y a même pas 1 semaines pour mes oraux et je ne compte plus les étudiants de 1 ère et 2 nde année qui m'ont affirmé ne plus être allé en cours depuis 5 mois et qui travaillant 2 semaines avant leurs partiels, les réussissent sans difficultés... Donc je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous sur le rythme en école d'ingénieur civile (et j'ai bon nombre d'autres exemples d'étudiants à Centrale Paris, Lyon, Supaéro, etc. qui sont dans la même situation et qui s'en sortent très bien).

 

Inutile d’épiloguer. Vous serez à même de constater de vous même ledit niveau. Vous allez tirer la langue le deux premières années. Peut-être qu’après, cela vous semblera plus simple et surtout vous pourrez affirmer aux « novices » des « prépa » que c’est simple et que l’on ne travaille pas trop. N’oubliez pas que vous êtres loin d’avoir le niveau de ces élèves d'écoles d'ingénieurs malgré ce que vous avez suivi jusqu’à présent. Pour être franc, c’est l’attitude des « anciens » envers les « nouveaux » ou les jeunes de « prépas ».

 

@ Maxxxime

Alors bien sûr c'est un extrême et c'est le civil. Mais c'est à cela que j'aimerais comparer le rythme à Navale. J'estime simplement avoir le droit de savoir à quoi je peux m'attendre, puisque j'y passerais peut-être les 3 prochaines années de ma vie.

Est ce que je pourrais par exemple, en étant attentif en cours, travailler peu le soir, ne pas travailler le weekend et tout donner 1 à 2 semaines avant les évaluations de compétences ?

Est ce que cette méthode de travail propre à une majorité des étudiants des écoles que j'ai cité ci-dessus peut fonctionner à Navale ?

 

La seule solution pour avoir de nombreuses informations sur une école ou une formation est d’aller visiter et de prendre des contacts avec les anciens élèves. L’évolution des cours est différente en fonction des années, suivant les cycles de formation, les professeurs et dans les écoles militaires avec les impératifs de base définit par  l’autorité et le commandement de l’école qui reste assez immuable sous le vocable de « traditions ».

 

http://www.ecole-navale.fr/

 

Prenez contact et partez voir sur place. Prenez contact avec les anciens élèves également. Prenez des décisions puisque cette école forme des officiers à prise de responsabilité.

 

Juste une dernière information finale. N'y voyait pas malice ou critique. Votre questionnement – et j’ai volontairement répondu et mis l’accent sur le coté « relax » qui semble émaner de vos questions - d’autres (recruteurs) auront le même sentiment et vous considéreront comme un « gentil garçon » qui ne veut pas trop s’en faire. J’insiste sur ce coté des présentations et des CV, car il est primordial au même titre que les fautes d’orthographes dans ces mêmes présentations.

 

Imaginez vous recruteur et vous saurait répondre et présenter  des documents soignés. C’est peut-être malheureux, mais c’est ainsi. Vous avez renouvelé vos explications, raison pour laquelle j’ai répondu. Vous avez sauté un niveau du baccalauréat à la « prépa » et vous sautez un nouveau niveau de la « prépa » à l’école d’ingénieur.

 

Cordialement.

Janmary

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Bonjour, j'ai modifié le titre de votre post.

 

En effet, on n'est pas étudiant à l’École navale, ou y est élève-officier. On n'y aspire pas à devenir ingénieur, on y aspire à devenir officier de Marine pour servir la France.

Ensuite, comme dans toutes les écoles de formation d'officiers, le temps dévolu à la détente est loin d'être le plus important. Il y a des épreuves à passer régulièrement, qui permettent ou non de poursuivre la formation, puis de décrocher (ou non) le poste convoité en fin de scolarité.

 

Le régime de l’École est l'internat, ce qui exclut donc les sorties en ville hors les weekend.

Link to comment
Share on other sites

Merci pour votre réponse Janmary.

 

Si ma question laissait ressortir un côté "Relax" comme vous le dîtes, c'est bien pour cette raison que je l'ai posée sur ce forum et non au président du jury lors de mes oraux. C'est juste que témoin de la réalité d'une majorité des écoles d'ingénieur civiles concernant le rythme du travail, je me demandais si celle-ci était aussi d'actualité à Navale.

 

Donc si j'ai bien compris, il n'y a pas d'élèves de l'école présents sur ce forum ?

 

 

Bonjour Torrens,

 

J'ai utilisé le mot "étudiant" justement pour insister sur la vie étudiante de l'école, expression d'ailleurs présente dans l'une des sous catégories du site de l'école.

Ne vous inquiétez pas, je suis totalement conscient que l'école forme des futurs Marins-Ingénieurs-Officiers.

 

Voilà, A+

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

A titre privé, deux informations.

 

Le premier point, c’est que mon petit neveu à été admis – avec mon assistance au départ - à l’Ecole National des Ingénieurs des Arts et Métiers d’Angers comme mon père en...1939.

 

En quatrième année, départ en Chine (avec apprentissage du Chinois « Mandarin » pendant une année à l’université), puisqu’il est impératif pour ces écoles d’avoir une expérience à l’étranger ou dans le cadre Européen.

 

Aujourd’hui, contrat chez la firme Renault, d’une part pour passer un doctorat spécialisé (payé par Renault), avec un véhicule de fonction et d’autre part, une obligation de contrat de plusieurs années.

 

Si cette entreprise l’à « repéré » et offert un tel contrat, c’est qu’il s’est donné à fond dans ses études et sans beaucoup de loisirs. Il désirait s’orienter vers l’aéronautique, mais changement de cap en cours après la Chine.

 

Mes visite furent peu nombreuses à Angers pour le voir tant il s’est investi dans ses études rythmés par des contrôles permanents.

 

Le second point, c’est le DESS (Master) d’informatique que j’ai réalisé à l’âge de 57/58 ans en 1999/2000 à l’université François Rabelais de Tours.

Cette formation  fut ouverte en 1999 pour la première fois au monde du travail pour 10 personnes sur 40 – sous réserve d’être ingénieur et avoir programmé avec des langages de programmation (j’avais commencé l’informatique en 1968 et j’étais paris au Pacifique pour les expérimentations nucléaires comme logicien de 1968 à 1972) -   les autres étant les étudiants issus de la licence et d’une première année de master ou la maitrise.

 

Cela à bien fonctionné et la règle, lors de nos présentations de la soutenance de mémoire (en septembre), après les 4 mois de stage en entreprise, fut que la nouvelle promotion soit présente. Bien qu’ils fusent informaticiens, l’inquiétude se lisaient sur leurs visages au fur et à mesure des présentations de nos mémoires.

 

Nous les avons rassurés en disant que c’était fastoche et que si des gens comme nous avaient réussis, il n’y avait aucuns problèmes pour eux ! Heureuse ignorance de ce qu’ils allaient entreprendre.

 

L’Ecole Navale assume non seulement une formation d’ingénieur et de Master (reconnu à l’international), mais militaire, puisque c’est la formation première. En général, avec la vie militaire et l’apprentissage de cette dernière en plus, vous n’aurez pas loisir à rester inactif ou de quelques loisirs avec la gestion de tout ce que comporte la vie militaire, comme la tenue de l’uniforme, des armes, les cours de formations en tout genre, etc. bref une double activité.  Mais il faut être dans le système pour comprendre.

 

Pour le moment, nous n’avons plus d’anciens de Navale sur le forum.

Je stoppe là mes explications. Attendez vous quand même à une somme de travail des plus importantes.

Link to comment
Share on other sites

Très bien je prends note,

 

je suis effectivement d'accord avec vous sur le fait que les étudiants d'école d'ingénieur dont je vous avais parlé au-dessus n'auront pas les meilleurs jobs de leur promotion, mais en France le diplôme étant généralement très valorisé à l'embauche ( si un bon stage vient le renforcer ) ils réussiront malgré tout à s'en sortir en se remettant à travailler en entreprise... ( Bien sûr je n'ai pas l'expérience du monde du travail ni de l'école d'ingénieur d'ailleurs, mais tout les élève de la promo qui m'a précédée affirment qu'à centrale, aux ponts et aux mines,à supélec, à supaéro etc, ils ne travaillent pas le weekend, sortent le soir en semaine et rattrapent leur retard 3 semaines avant les examens. Cela ne peut-être tout de même un mensonge généralisé...)

 

En tout cas si j'ai bien compris, à Navale on travaille intensément. 

 

Je m'en vais donc essayer de contacter les anciens de ma classe qui y poursuivent leurs études pour avoir d'autres précisions.

 

Bonne soirée.

Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    ArmandT

    Posted

    Bonjour, La semaine prochaine je me rends au CSO de Lyon dans la spécialité Officier Sous-Contrat Pilote et je suis en train de réfléchir si je reporterai où non la date des sélections  en raison de mon niveau physique. En effet je réalise 14 tractions complète et 54 squats en 60 secondes, le bémol est pour le luc-leger où je n'arrive pas à dépasser le palier 8. Je me dis que sur le moment ma motivation et mon dépassement de soi sera extrême donc je pourrai surement arriver au palier 9. Que pensez-vous de mes statistiques sachant je me présente en tant que futur OSC-P. Cordialement.

    Thierry7402

    Posted

    Un officier du 91e RI de Charleville   Un autre des troupes coloniales Bonne soirée et encore merci pour votre aide       

    Thierry7402

    Posted

    Merci beaucoup pour ces premières identifications. Pour le soldat allemand ça confirme mon appréciation. Il s'agit pourtant de la photo utilisée et communément admise pour illustrer le père d'Arthur Rimbaud, Frédéric Rimbaud dont j'ai écris justement la biographie (l'Honneur du Capitaine Rimbaud). Les raisons du choix de cette photo sont toujours un mystère même si ce personnage a un visage très particulier.  Bonne soirée 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Je lis Rimbaud père sur le descriptif de la photo. Hors : Frédéric Rimbaud entre dans l'infanterie, comme simple recrue, en 1832. Il est alors âgé de 18 ans. Doté d'une bonne instruction et d'une intelligence certaine, il est presque aussitôt promu sergent-major. En 1841, il obtient le grade de lieutenant et est envoyé à Oran, en Algérie, où il participe à la conquête du pays, ainsi qu'à l'expédition du Maroc, en 1844, contre les troupes d'Abd el-Kader, soutenant les Algériens dans leur lutte contre la domination française. En 1850, Frédéric Rimbaud est rapatrié, promu capitaine en 1852, et affecté à la garnison de Mézières, dans les Ardennes. En 1854, il reçoit, pour les postes occupés en Algérie, la distinction de Chevalier de la Légion d'honneur. Jusqu'en 1856, il participe épisodiquement à la guerre de Crimée, opposant le Royaume-Uni et la France à la Russie, et pour laquelle il reçoit la médaille de Crimée. De retour de Crimée, le capitaine est affecté à Grenoble. En 1859, il participe à la campagne d'Italie, guerre d'indépendance opposant la France et le royaume de Piémont-Sardaigne à l'empire d'Autriche, pour laquelle il reçoit la médaille de la valeur militaire sarde. En 1864, Frédéric Rimbaud quitte l'armée pour se retirer près des racines paternelles, à Dijon, en Côte-d'Or. (Source : Wikipédia) Le personnage en photo porte un uniforme de style allemand, en tout cas pas français. Sergent chef (à l'époque ; un chevron = sergent, deux chevrons = sergent chef, trois chevrons = sergent major) du 91ème régiment d'infanterie dans les années 1880 (entre 1870 et 1910) Ce militaire du 71 -ème régiment d'infanterie (empreinte de la grenade sur les bouton en laiton) porte une épaulette à franges et contre épaulette en canetille (broderie d'or) qui nous indique un lieutenant ou sous-lieutenant, malheureusement les galons en bas de ses manches ne sont pas visible. Période 1870-1890. Cavalier du 15ème régiment de Hussards, reconnaissable à son dolman bleu azur.   Sur la photo on aperçoit également sur la gauche de la photo, les plumes de casoar que l'on voit en entier ci dessus. Photo de conscription IIIème République (1870-1910).   Pour les autres, je regarderai demain.  
×
×
  • Create New...