Jump to content
Search In
  • More options...
Find results that contain...
Find results in...
Sign in to follow this  
berogeitabi

6 et 7 mai1954. Dien Bien Phu.

Recommended Posts

Admin

La chaine "histoire" diffuse le 6 mai une soirée spécial Dien Bien Phu.

Le lien ici: http://www.histoire.fr/histoire/programmes/histoire-cycles/0,,8411473-VU5WX0lEIDQ5Ng==,00-soiree-speciale-dien-bien-phu-.html

 

 

 

 

Dien Bien Phu le rapport secret" à 20h40
Documentaire Produit par POINT DU JOUR et France 3. Réalisé par Patrick Jeudy
La bataille de Dien Bien Phu soldait la présence française en Indochine. Des milliers de morts au fond d'une cuvette, le corps expéditionnaire battu par les forces Vietminh ! Quelques mois après la chute de Dien Bien Phu, deux généraux se déchirent... ils s'accusent l'un l'autre d'être le responsable de cette défaite... La presse s'empare de l'affaire et attise la querelle. Henri Navarre, commandant en chef  en Indochine, exige une commission d'enquête pour contrer René  Cogny, commandant des forces du Tonkin. La commission commence ses travaux en avril 1955 sous la présidence du Général Catroux. Les protagonistes de la bataille, à commencer par les généraux Navarre, Cogny et de Castries sont auditionnés ainsi que les colonels et commandants d'unité. Les coups volent bas. A l'issue des auditions, un report est établi... Ses conclusions accablent le Général Cogny, responsable  de la conduite de la bataille. Selon la commission, sa faute  serait principalement de ne pas avoir aveuglement obéi à son supérieur.  L'armée est très pointilleuse sur la question. Ce rapport de la commission d'enquête ne sera jamais divulgué. C'est donc ce rapport secret que le réalisateur a choisi de mettre en scène. Ce film retrace  la bataille à travers le prisme des reproches, des torts et des fautes établis par la commission d'enquête. Le rapport secret sert de trame aux témoignages de politiques, présents à Dien Bien Phu avant les combats, mais aussi aux soldats du corps expéditionnaire, premières victimes de cette rivalité entre deux hommes.

dien-bien-phu-le-rapport-secret-11149134

"Du D-Day à Dien Bien Phu" à 21h35
Documentaire produit par LA GAILLARDE PRODUCTIONS. Auteur : Georges GUILLOT, Pierre Thoumelin et Valentin SCHNEIDER. Réalisé par Georges GUILLOT
A partir du Jour J, plus de 200 000 soldats allemands sont capturés. Le film retrace et explique la détention de ces Allemands dans des camps, sur le sol français, puis, pour certains leur engagement dans la Légion Etrangère française pour aller combattre en Indochine et échapper à la captivité. Aujourd'hui, soixante ans après Dien Bien Phu, où un grand nombre de leurs camarades ont été tués, d'anciens légionnaires allemands témoignent. Beaucoup ont vécu une nouvelle captivité dans les camps Viet Minh. La sortie de la guerre avec la capitulation de l'Allemagne place de nombreux soldats allemands capturés devant l'incertitude d'un avenir immédiat. Très tôt, la Légion Etrangère française va s'employer à recruter et incorporer ces hommes pour leur expérience des combats. La raison d'être de ces engagements individuels, les choix politique du déclanchement des guerres coloniales dans l'immédiat après-guerre associés au mythe de la Légion étrangère peuvent surprendre encore aujourd'hui. C'est ce destin à la fois ignoré et tragique que Georges Guillot s'emploie à raconter dans ce film avec les témoignages de ces nouveaux légionnaires engagés pour des conflits qui ne sont pas les leurs. 

du-dday-a-dien-bien-phu-11149137cunay.jp

 

 

 

Et ce soir à 20h40 c'est Paris Première qui propose le film de Pierre Schoendorfer: Dien Bien Phu.

2192137-1.jpg

 

Suivi d'un doc d'une heure: Dien Bien Phu, chronique d'une bataille oubliée.

 

A vos K7, disait-on autrefois.  :vertsuper:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff

Ce document de Patrick Jeudi est remarquable et fut déjà diffusé à une heure tardive il y quelques années.

 

Merci Berogeitabi pour l'information et le commentaire !

Un complément de Torrens =

 

Janmary, (le) 03 Mai 2014 - 20:04, a écrit :snapback.png


 

Le 7 mai, est la date anniversaire de la chute de Diên-Biên-Phû.

 

@ Torrens

Une précision historique s'impose: si le camp retranché a cessé le combat le 7 mai, le point d'appui Isabelle, détaché du camp principal, a cessé le combat le lendemain.

 

Par ailleurs, concernant les sites internet =

 

Le site officiel =

http://www.dienbienphu.org/

 

A consulter =

http://dienbienphu.xooit.com/portal.php

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff

Il y a 60 ans, la bataille de Diên Biên Phu.

 

Infographie sur la défaite de la France en Indochine par l´AFP .

 

Dienbataiile1954_zps102f583c.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff

60 ans après. Les vietnamiens et la bataille de Dien Bien Phu.

 

momument-aux-morts-franccedilaises_zps14

 

Momument aux morts, à la mémoire des soldats de l'armée française

 

http://www.lemonde.fr/international/portfolio/2014/05/06/dien-bien-phu-60-ans-apres_4412162_3210.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Un de mes gars est allé à Dien Bien l'an dernier et a rapporté de la terre de là bas.

Il ne subsiste que le PC de De Castries, le reste... L'histoire appartient aux vainqueurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin
Author of the topic Posted

Un nouvel article, inattendu celui ci, sur une possible proposition par les Etats Unis à la France de fournir deux bombes nucléaires, afin d'en finir avec la bataille de Dien Bien Phu.

Alors vérité ou mensonge? 

 

L'article issu du site "Slate"

http://www.slate.fr/monde/86801/dien-bien-phu-etats-unis-bombes-atomiques-france

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff

Il s’agit de « l’opération  Vautour » ou l’attitude de l’Amérique devant Diên Biên Phû.

 

C’est l’Amiral Radford, chef d’État-major de la marine américaine, qui fut un inconditionnel de la lutte anti-communiste, qui assistait les Français par toute aide nécessaire en matériel et en assistance technique qui proposa cette opération.

 

Il soumit  devant le Pentagone le 23 avril 1954, un bombardement par  60  B-29 « Superfortress » partant de la base de Clarkfield aux Philippines pour écraser les lignes de communications d’investissement de Diên Biên Phû. L’aviation embarquée de la VII° flotte  devait escorter les bombardiers par 300 chasseurs et chasseurs-bombardiers qui exécuteraient des appuis feux sur le Tonkin en plus de leurs missions d’escortes. 

 

Radford fit savoir qu’une demande de la France devait être  proposée. Avis est demandé par le gouvernement Français auprès du général Ely, chef d’Etat-Major et du général Navarre, général en chef en Indochine.

 

Le secrétaire d’Etat américain (équivalent de ministre des Affaires Etrangères), Foster Dulles (dont le frère est à la tête des services secrets américains) à voulu préparer le public américain  par des entretiens avec la presse. L’opinion américain et même  le staff de l’Etat-Major de l’amiral Radford s’oppose au projet sachant qu’à terme ce soit  le GI’ (soldat US) qui aille  au final combattre dans les rizières....ce qui se fit des années plus tard.

 

N’oublions pas que la guerre de Corée (1950-1953) vient juste de se terminer et que l’Amérique n’est pas prête pour s’investir dans une nouvelle guerre.

 

La décision appartient au Président Américain, le général Dwight Eisenhower, qui vient de stopper la guerre de Corée, promesse de son élection, et qui ne voit pas l’intérêt d’en recommencer une autre guerre. Il s’oppose fermement à quelques opérations que ce soit. Les Britanniques s’opposent également à cette intrusion américaine dans ce conflit au vue de la réaction Chinoise qui assiste le Vietminh et qui pourrait intervenir massivement en Indochine.

 

D’autant plus, que le Président Américain, le général Dwight Eisenhower s’était exprimé par devant l’Ambassadeur Français, Henri Bonnet, lors de la « création » de Diên Biên Phû., au sujet du ravitaillement aérien de la cuvette =

« You cannot do this » et il avait alerté Paris « In instructed both the State and Defense Department  to communicate to their French counterparts my concern”.

 

Des B-29 survolèrent discrètement  Diên Biên Phû., en vue de cette opération en prenant force photos. En fait Vautour, était un bombardement atomique par les USA de la cuvette avant ou sans évacuation des forces présentes  pour anéantir tout le dispositif Vietminh.

 

Cela n’avait pas été fait en Corée et le général Mac Arthur qui commandait en chef au Japon occupé et en Corée, qui avait proposé cette solution contre la Mandchourie d’où partait toute la logistique Chinoise et Nord-Coréenne,  avait été limogé par le Président américain Truman.

 

A la conférence de Genève - qui avait commencé depuis le 27 avril 1954 -  avec Soviétiques, Chinois communistes (la première conférence internationale pour eux), les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, dont l’un des points de discussion était l’Indochine - qui fut inscrit le 8 mai 1954 - avec Diên Biên Phû en filagramme, les Français – représentés par Bidault  du gouvernement Laniel - crurent jusqu’au dernier moment a l’exécution de l’opération Vautour.

 

Diên Biên Phû tomba avant et les alliés avaient décidés de la non exécution de l’opération Vautour !

Une page d’histoire était tournée pour la France

 

Janmary

Share this post


Link to post
Share on other sites
Admin

Fort intéressant !

Merci Janmary pour cette page d' Histoire oublié ou inconnu pour beaucoup.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Dans l'excellent ouvrage "Les hommes de Dien Bien Phu" de Roger Bruge (éditions Perrin), cet épisode est détaillé avec les expérimentations d'utilisation de sous-munitions.

 

Les Américains ont livré des bombes Hail contenant des milliers de fléchettes métalliques afin de les utiliser contre les batteries de DCA. Ces armes se sont révélées efficaces, mais très peu ont été livrées. Les Américains, frappés du "syndrome Hiroshima", ne voulaient pas qu'on les accuse d'avoir à nouveau utilisé des armes de destruction massive. S'étant refusés à déployer les bombes Hail en Corée, cette livraison aux Français n'avait pas d'autre but que d'expérimenter ces matériels en conditions réelles.

 

Il en va de même pour les bombardements au napalm des batteries de DCA. Ceux-ci se sont avérés trop tardifs, puisque les premiers ont débuté le 15 avril 1954.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff

J'ignorais ces faits Torrens Merci de les relater.

.

Par ailleurs,pour mémoire,  il y eu 10 788 tués et disparus, 5 244 blessés, et 3 920 prisonniers à Diên Biên Phû.

 

Je recherche toujours, concernant "l'opération Vautour", des informations Franco-américaine pour connaitre le malentendu politique qui à amené ces erreurs d'appréciations sur un largage éventuel d'un engin atomique (c'était le nom à l'époque) sur la cuvette.

 

Beaucoup de sources sont "déclassifiées" par les Américains dont les célèbres "Pentagon papers" sur les incidents du golfe du Tonkin (qui furent inventés de toutes pièces) et qui ont permis aux américains de s'engager dans le conflit Vietnamien et qui furent publiées en France par Lucien Bodard, né en Chine, grand journaliste et écrivain et qui à suivi - entre autre - le général de Lattre de Tassigny en Indochine durant son activité.

 

La guerre d'indochine

L'enlisement, l'humiliation, l'Aventure

(En 1 volume avec texte intégral regroupant tous les écrits antérieurs)

Par Lucien Bodard

Chez Grasset 1997.

 

J'ai omis d'indiquer mes sources sur le précédent post, qui furent les ouvrages de =

 

Histoire Mondiale de l’Après Guerre (en 2 volumes)

(Après l'histoire de la seconde guerre mondiale en 2 volumes de l'auteur)

Par Raymond Cartier

Aux Presses de la Cité - Paris Match

 

Raymond Cartier fut journaliste et historien. Il avait suivi le procès de Nuremberg concernant les jugements des criminels nazis.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Modérateur

Toujours d'après l’œuvre que j'ai précédemment citée, le général de Castries a avoué lors de la commission d'enquête de 1954 qu'il ignorait tout d'une éventuelle utilisation de l'arme nucléaire.

 

Cependant, plusieurs problèmes techniques et diplomatiques entraveraient l'action éventuelle des avions américains: (Ibid)

1- les Français ne disposaient sur place d'aucun moyen de guidage des bombardiers B29.

2- entre l'appel sollicitant le décollage des B29 stationnés à Manille et le largage des bombes, il s'écoulerait un délai minimum de 7 heures; un délai beaucoup trop long pendant lequel la météo pouvait évoluer de façon défavorable.

3- les bombardiers ne pourraient emporter que des bombes de 500 livres, et donc ne traiter qu'une petite surface, rendant impératif de multiplier les bombardements.

4- les USA ne voulaient en aucun cas risquer qu'un appareil en difficulté s'écrase au Vietnam, ou pire encore, en Chine.

5- dans l'hypothèse où un B29 en difficulté parvienne à se poser sur un aérodrome français, nos aviateurs n'avaient aucune compétence technique dans la maintenance de ces bombardiers.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Staff

Tous les points cités sont parfaitement exact Torrens.

 

Ces mêmes bombardiers B-29, lors des bombardements stratégiques américains (1945) sur le Japon, procédaient, pour la navigation et le largage sur l'objectif, de la façon suivante =

 

> Cap au compas (boussole) avec rectification par aide radioélectrique pendant un temps après le décollage de Guam, Saïpan ou Tinian dans les Mariannes.

 

> De jour, rectification de cap à l'aide de la position visuelle de l'ile d'Iwo-Jima d’où décollaient les chasseurs "Mustang" d'escortes avec bidon supplémentaire d'essence. Puis, en arrivant sur le Japon, visée a l'aide de la position du mont Fujiyama (très visible) et en visuel sur l'objectif.

 

> De nuit, cap défini  et point astronomique quand cela était possible.

Visée de bombardement à l'aide des radars cartographiques (basé sur le radar H2S Britannique) visualisant le terrain. Le général Curtiss Le May qui commandait ces bombardiers trouvait que la précision n'était pas de mise au départ de ces missions.

 

> Des bombardements conventionnels ou atomique ne pouvait se faire compte tenu de la précision  demandée au dessus de Diên Biên Phû, que par les systèmes utilisés pendant la seconde guerre mondiale en Europe, par la RAF (Royal Air Force) servant a la navigation et au bombardement sans visibilité.

 

> Le premier est le système OBOE, d'origine Britannique. Il consiste qu'une station "Chat" radar mesure de façon permanente la distance qui la sépare du  bombardier vers sa route vers l'objectif. Pour cela, cette station envoie des signaux radars que suit le bombardier. Une seconde station "Souris" donne le top de largage au dessus de l'objectif.

 

> Le second est le système SHORAN (SHOrt RAnge Navigation) d'origine américaine. L'avion émet un signal radar (impulsion) qui est repris et renvoyé par deux stations radars au sol. Le bombardier en déduit sa position. La portée est de l'ordre de 400 km. De nombreux systèmes d'aide a la navigation fonctionnement aujourd'hui sous cette forme dont le célèbre VOR-DME  avec le DME qui donne le cap et la distance d'une balise à terre et par ce fait la position de l'avion est connu de par sa navigation.

 

La précision de ces systèmes étaient bonnes et c'est un avion, comme le "de Havilland Mosquito" qui était pourvu de ces dispositifs et qui balisait avec une extrême précision les zones à bombarder - de nuit - comme les gares de triage, par exemple. Les escadres de bombardiers lourds (Lancasters) visaient alors les chandelles  vertes ou rouges larguées sur l'objectif par les Mosquitos. Utilisé en 1944 et 1945 au dessus de l'Europe à partir des bases Britanniques.

 

Pendant la seconde guerre mondiale (1941 à 1945 pour les américains) , les américains ont couvert l'atlantique et le pacifique du système hyperbolique de navigation LORAN (LOng RAnge Navigation ou grande navigation) puis L.F. Loran (Low Frequency Loran). Les portées étaient de 1300 km sur mer de jour et de nuit de 900km. La précision est de 2 et 12 km, inepte pour un bombardement de précision mais suffisant pour de la navigation. L'inconvénient de ce système était de posséder des récepteurs de bord couplés à un tube cathodique et un opérateur sachant interpréter et assumer la navigation de l'appareil.

 

La Navy aurait certainement pu (?), a partir du golfe du Tonkin, avec les précisions nécessaires, assurer les bombardement de Diên Biên Phû par ses bombardiers B-29 comme ils le firent en Corée (1950-1953), deux à trois ans plus tôt avec les systèmes dérivés du SHORAN.

 

Mais les objections politiques, militaires furent prépondérantes. Avec le recul du temps, ce fut heureux.

 

Note sur le dernier ouvrage consacré au B-29 =

"B-29 Missions de combat"

"Témoignages uniques d'équipages de superfortress au dessus du pacifique et de la Corée".

Éditions E.T.A.I 2013

Par Donald Nijboer - Strve Pace

Préface Walter J.Boyne

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Viens de sortir un hors série de Paris Match, photos/reportages sur l'Indochine ( mais aussi sur l'Algérie) dont Diên Biên Phû. Il y est dit que 15 000 soldats français reposent encore dans les terres du nord Vietnam.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

  • Recent Status Updates

  • Posts

    • Bonjour, J'aurais quelques questions par rapport à la réserve opérationnelle de la Marine nationale. Est-il possible pour un réserviste de partir en OPEX sur la base du volontariat étant donné que généralement les déplacements de ce type durent au moins 4 mois ? Pour un réserviste (officier subalterne), quel type d'affectation peut-il avoir (bureau, combattant, sur un navire, à terre) ? Est-il possible de servir au-delà de la limite de 30 jours par an ? De même est-il possible de servir dans la réserve plus de 10 ans pour un civil ? Cela varie-t-il pour un militaire d'active qui passe dans la réserve ? Merci d'avance. Cordialement,
    • Bonjour à toutes et à tous,  Je souhaiterais devenir plongeur démineur mais il n’y a pas d’articles, d’émissions ou autre qui parle clairement du sujet. Je ne sais pas trop comment m’y prendre pour poser mes questions alors je vais les mettre les unes à la suite et vous pourrez répondre à l’une d’elle ou à toutes 😉 J’aimerais connaître la journée type d’un plongeur démineur ? Les horaires et jours ou nuits et combien d’heure de travail par semaine ? Si je veux rentrer dans la marine c’est notamment pour voyager, mais est ce que les plongeurs démineurs partent sur de longues durées (6mois) etc si oui où ? Est-ce qu’il est possible de faire une campagne en outre mer pendant plus d’un an ? ou même y habiter en étant plongeur démineur ? Même si le salaire n’est pas ce qui me pousse à faire ce métier j’aimerais savoir les différentes primes que peut toucher un plongeur démineur et son salaire approximatif par mois ? Je voudrais savoir comment se passe le recrutement pour intégrer Maistrance, les différentes étapes après le bac. Etce qu’il faut absolument savoir pour le fameux « entretien » ? Pour finir j’aimerais savoir si à la sortie de Maistrance nous choisissons notre garnison ou elle nous est attribuée ? Merci pour votre temps et excusez moi pour ces questions un peu vague et sur plusieurs sujets mais je ne sais pas où les poser.  Bonne soirée   
    • Merci beaucoup @ Heïdi
    • Merci, en effet je n'ai pas fait attention à la personne a qui je m'adressais, a vrai dire j'ai changer au dernier moment en haut et j'ai oublier de changer sur le reste de la lettre. Pour ce qui est du reste, merci du conseil je vais voir ca. Je me suis basé sur celle de mon frère déjà engagé et actuellement officier et sur mes lettres précédentes pour la PMM puis pour la Réserve. Et enfin pour le directeur de l'école il me semble que c'est le Capitaine de frégate Stanislas-Xavier Azzis mais je me trompe peut-être.  Je vais tacher de la perfectionnée du mieux possible.
    • Super merci beaucoup
×
×
  • Create New...