Aller au contenu

Bienvenue sur le Forum Militaire !

Ici, les proches de militaires pourront échanger leurs questions, leurs réponses.
Une communauté d'entraide pour ceux qui partagent la vie d'un militaire

S'inscrire

mafzst

Les pompiers de Marseille partent-ils en OPEX ?

Messages recommandés

Bonjour à tous,

Petite question de curiosité.

J’aurais voulu savoir (j'ai pas trouvé grand chose sur le net) si les pompiers de Marseille ou de Paris partent en opération extérieure vu leur statut de militaire.

Et s'ils partent, quelles sont leurs missions sur le terrain ?

 

Merci pour vos réponses,

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut !

Je sais que les marins-pompiers de Marseille furent envoyé en Inde et plus récemment à Haïti lors des catastrophes naturelles pour faire valoir la coopération internationale, un peu comme la Sécurité civile.

Quant aux pompiers de Paris, voici un exemple concret d'Opex :

http://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/liban-focus-sur-la-brigade-de-sapeurs-pompiers-de-paris-bspp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais que la BSPP disposait également d'un détachement au Kosovo, mais j'ignore si celui-ci est toujours d'actualité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Contenu similaire

    • Par Mig_59
      Bonjour à tous, 
      Je souhaiterais avoirs des renseignements, fin surtout si quelqu'un connais, ou à eu connaissant de quelque chose de similaire. Je m'explique. 

      J'ai passé en 2007 les tests pour la BSPP sur Nancy, et le médecin m'a mis inapte temporaire ce qui ma permis de finir les tests et de les réussir, mais au moment d'intégrer la BSPP il fallait que le médecin révise son compte rendu, et il a décidé de me mettre inapte BSPP et USIIC pour raison d'allergie au latex malgré un compte rendu du service d'allergologie du CHU Lille indiquant que j'étais pas allergique à un degrés suffisant pour déclenchant une réaction "grave", ma réaction se limitant a des éternuements (comme les allergiques au pollen quoi ..). 

      Concrètement, les tests des trois armées se passent au même endroit avec les mêmes médecins, pensez vous que pour une "allergie" au latex je serais mis également inapte pompier de l'air ? Ou cette inaptitude ne concerne que l'armée de terre ?
      Merci de votre aide  
    • Par Bouchon-Gras 49
      Musée national de la Marine

      Le musée national de la Marine est issu d'une collection offerte au roi Louis XV par Henri Louis Duhamel du Monceau installée au Louvre de 1752 à 1793, puis de 1827 à 1939. La collection permanente du musée est exposée depuis 1943 dans l'aile Passy du Palais de Chaillot à Paris. Le musée est un établissement public à caractère administratif depuis 1971 et possède des antennes à Brest, Rochefort, Toulon et Port-Louis. Il traite aujourd'hui de toutes les marines à travers ses collections et ses expositions temporaires
       
      Le musée de la Marine à Paris conserve 30 000 objets et œuvres d’art, dont l'essentiel de la série des Vues des ports de France de Joseph Vernet, des figures de proues, ainsi que 2 822 modèles de navires de toutes les époques, notamment de navires de guerre à voile des XVIIe siècle, XVIIIe siècle et XIXe siècle.
      On y trouve également deux pièces importantes :
      la poupe décorée de la galère extraordinaire la Réale de Louis XIV lancée en 1694. le canot impérial de Napoléon construit en 18101. En 2018, il retourne à Brest afin d'être exposé aux ateliers du Plateau des Capucins

      Origines et histoire du musée
      Le XVIIe siècle
      Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782), botaniste et ingénieur nommé au poste d'inspecteur des constructions navales en 1739, offre en 1748 à Louis XV sa collection de modèles de navires et de machines d'arsenaux mais il demande en contrepartie que cette collection soit installée au Louvre pour servir à l'instruction des élèves de l'école d'ingénieurs-constructeurs qu'il dirige. Installée en 1752 au premier étage de l'aile Lescot du Louvre, près de la salle de l'Académie des sciences, la collection prend le nom de "Salle de Marine". Elle est ouverte aussi aux amateurs d'objets techniques ou de beaux objets, à la manière d'un cabinet de curiosités.
      En 1793, la salle de marine au Louvre est fermée et une grande partie de la collection réunie par Duhamel du Monceau depuis 1748 rejoint un grand ensemble regroupant les anciennes collections du roi, celles du Ministère de la Marine et les saisies révolutionnaires avec notamment la collection du duc d'Orléans. L'existence d'un fonds patrimonial spécifique, à vocation nationale et placé sous la responsabilité de l'administration de la Marine, est reconnu. Mais cette reconnaissance, en partie théorique, ne débouche pas sur la création effective d'un musée.

      Le XIXe siècle
      En 1801, une galerie navale ouvre ses portes dans les locaux du Ministère de la Marine, aujourd'hui connu comme Hôtel de la Marine. Des œuvres d'art telles que la série des Vues des ports de France de Joseph Vernet complètent la collection de maquettes et d'objets techniques. Cette galerie n'aura qu'une brève existence puisqu'elle ferme dès 1803.
      En 1810, Napoléon demande à l'ingénieur Jacques-Noël Sané de réunir des modèles de navires pour orner la galerie des Cotelle au Grand Trianon (Versailles). Cet ensemble est connu sous le nom de « collection Trianon ».
      En raison des vicissitudes politiques et administratives, les collections de marine sont à plusieurs reprises regroupées puis dispersées jusqu'à la création, par Charles X, d'un musée naval installé au Louvre en 1827. Celui-ci prend le nom de « Musée Dauphin » en l'honneur du Duc d'Angoulême, grand amiral de France. Son premier conservateur, Pierre-Amédée Zédé, rassemble les collections navales se trouvant à Paris, au Grand Trianon et dans les salles de sculpture et de modèles des arsenaux. Pierre Zédée fait aussi aménager un atelier de construction et de restauration de modèles au sein du musée. Les salles de modèles et des salles de sculptures des arsenaux de Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon demeurent sous l'autorité directe de la Marine. À la suite de la Révolution de Juillet, le musée prend le nom de musée naval ou de musée de marine. Il est alors placé sous l'autorité des Beaux-Arts.

      À l'origine, le musée naval est conçu comme un musée de modèles de navires, d'objets scientifiques et de sculptures présentant la marine de guerre sous ses aspects techniques et historiques. Léon Morel-Fatio, peintre de la Marine et conservateur au musée naval de 1849 à sa mort en 1871, publie pour la première fois le catalogue du musée en 1853. Il rassemble et inventorie un fonds d'objets ethnographiques et il fait entrer dans les collections de nouveaux modèles de navires militaires, fabriqués par les ateliers de modèles des arsenaux et par l'atelier du musée.
      Poursuivant la même politique d'acquisition, l'amiral François-Edmond Pâris, conservateur du musée de 1871 à 1893, explorateur considéré comme le fondateur de l'ethnographie nautique, fait construire par l'atelier du musée près de deux cents modèles d'embarcations traditionnelles d'Océanie, d'Asie mais aussi d'Europe, à partir de plans relevés par lui-même ou par son fils Armand lors de leurs navigations. Il diversifie la collection du musée et l'enrichit peu à peu de tableaux et d'œuvres d'art. C'est ainsi qu'en 1875, il commande aux peintres François Geoffroi Roux et Édouard Adam la réalisation pour le musée de portraits de navires de guerre, de commerce ou de pêche.

      Le XXe siècle
      Jean Destrem, écrivain et journaliste, effectue à la tête du musée un travail scientifique d'inventaire, de récolement et d'identification des collections qui donne lieu à la publication d'un catalogue raisonné en 1909 . Le développement et l'organisation de la bibliothèque du musée sont pour lui des préoccupations constantes. À partir de 1905, le musée cesse de gérer les collections ethnographiques qui sont réparties entre plusieurs établissements. Un décret du 28 avril 1919 signé du président de la République rattache le musée naval du Louvre au Ministère de la Marine. À partir de ce moment, le musée naval prend le nom de musée de la Marine.
      Il bénéficie du programme architectural de l'exposition internationale de 1937 qui prévoit la construction des palais de Chaillot, Tokyo et d'Iéna destinés à accueillir plusieurs musées. Le Musée de la Marine doit ainsi partager l'aile de Passy du palais de Chaillot avec le tout nouveau Musée de l'Homme. Les collections de la Marine rejoignent progressivement le palais de Chaillot à partir de 1939 et le musée ouvre ses portes en août 1943. Il est chargé d'assurer la conservation, la présentation et l'enrichissement de ses collections dans tous les domaines de la marine. Pour la première fois depuis le début de son histoire, il dispose d'espaces et de moyens propres ce qui lui permet notamment d'organiser des expositions temporaires d'envergure; la première d'entre elles, La Marine au combat est inaugurée en décembre 1944.
      C'est à cette époque que le capitaine de Vaisseau Jacques Vichot, directeur du musée de 1943 à 1971, décide de créer un grand centre de documentation accessible au public. À cet effet il lance une campagne photographique dans plusieurs institutions liées à la marine. Un laboratoire photographique est associé au musée pour la réalisation de prises de vues et de tirages.
      À partir de 1947, les musées de Brest, Toulon et Rochefort et Port-Louis sont officiellement rattachés au musée de Paris créant ainsi un véritable réseau national. On comptera ainsi jusqu'à onze antennes avec les musées du Pouldu, de Bordeaux, Lorient, Saint-Martin de Ré, Camaret, Le Croisic, Antibes, La Seyne-sur-Mer, Nice, Saint-Tropez et la Tour Royale à Toulon. Ces petits musées navals ont été fermés successivement entre 1977 et 2003.
      En 1971, le musée devient établissement public à caractère administratif. Luc-Marie Bayle, directeur de 1972 à 1980 et peintre de la Marine, organise les premières grandes expositions consacrées aux beaux-arts comme l'exposition Joseph Vernet . Il met aussi sur pied une exposition intitulée Loisirs sur l'eau  qui fera date sur l'histoire de la plaisance en France.
      Dans les années 1980-1990, le musée se professionnalise avec la formation de nouveaux services. C'est sous François Bellec, peintre officiel de la Marine, directeur de 1980 à 1997, que sont créés le Service des collections et un service d'accueil du public. François Bellec ouvre le musée au monde universitaire, au grand public et aux gens de mer. Parmi les expositions proposées, on peut citer : A la rencontre de Sindbad, la route maritime de la soie ou encore La généreuse et tragique expédition de Lapérouse.


       
      Le XXIe siècle
      Les réserves quittent en 2000 les espaces restreints de Chaillot. De grandes expositions comme Les Trésors du Musée national de la Marine qui circule à partir de 2000 entre le Québec et les États-Unis ou Les Génies de la mer exposition réalisée en 2001 en partenariat avec le Musée national des Beaux-Arts du Québec et présentée en 2003 au musée maritime de Sydney.
      Le musée de la Marine, qui ferme en 2017 pour être entièrement rénové jusqu'en 2020 sous la direction de Vincent Campredon et du conservateur général Denis-Michel Boëll est appelé à devenir le musée « du fait maritime ». Il abordera les thématiques suivantes : la conquête des mers, la liberté des mers, la richesse des mers, l'aventure du siècle, la fragilité du monde et l'avenir de la Terre. Les réserves, situées depuis 2000 au fort de Romainville, déménagent en 2016 vers un nouveau site à Dugny, où seront également transférées les collections exposées le temps des travaux, l'ensemble faisant l'objet d'un chantier des collections.
      ( Source : Wikipédia )



       
       
      Pour toutes informations : http://www.musee-marine.fr/paris
       
       
      J'ai découvert ce musée lors d'une visite ( ma première ) de la capitale avec mes grands parents ( Arcs de Triomphe, Moulin Rouge, le métro, la tour Eiffel... ), j'avais alors dix ans et je fut fasciné par ces immenses maquettes, ces canons de marine en bronze, les casques de scaphandriers...
      Depuis le musée fut à plusieurs reprises remanié et je n'y suis pas retourné mais je pense que pour les amoureux de la mer et de la marine, c'est un lieu incontournable.
    • Par MsMaverick34
      Bonjour à tous, 
      Actuellement QM2 MONAV, je suis pacsée à un SM du BMPM et affectée à 700km de notre domicile.
      Ma fin d'affectation est en septembre 2020, ce qui coïncide avec ma fin de contrat dans l'institution. N'ayant pas l'intention de renouveler, j'ai fait une demande de réduction d'affectation avec affectation préférentielle à la clé, histoire de choisir le poste le plus près de chez nous et ainsi être au PAM 2019. 
      Lors d'un entretien récemment avec ma GEST RH, celle-ci m'a informé que les réductions d'affectation ne se faisaient désormais plus chez nous. 
      Pas grave ! J'ai cherché par mes propres moyens une permutation et après quelques mois de recherches, 4 pistes sont venues à moi. Mais encore une fois impossible de permuter, car je l'ai déjà fait une fois et semble-t-il que nous ne pouvons le faire qu'à une seule reprise. Ravie de l'apprendre ! 
      Quelqu'un aurait-il une solution à m'apporter afin de m'aider à palier à ce soucis ? Par avance merci !
    • Par Margouchka
      Bonjour à toutes et tous, 
       
      j'ai envoyé un colis à mon chéri il y a pile 9 jours, il aurait dû donc arriver hier car normalement ça met 8 jours (d'après certains et d'après mon expérience de 1er colis envoyé à la rentrée qui a mis pile 8 jrs). Le soucis est que , selon mon chéri, j'ai pas bien écris l'adresse... J'ai seulement mis la SPXXXX/X et XXXX HUB ARMEES en ajoutant simplement son grade et son nom de famille... A la poste, ils m'en ont fait voir de toutes les couleurs, j'ai failli être "obligée " de payer 50 €, j'ai donc bataillé et j'ai obtenu ce que je voulais : envoi pour 15 €! Par contre, ils m'ont dit que c'était obligatoire d'écire mon nom et prénom et adresses perso. Ce qui m'avait aussi été fortement déconseillé par mon chérI... Donc j'ai écrit une adresse factice. Ayant le numéro de reçu du colis, j'ai pu le suivre sur internet jusqu'à ce qu'il quitte le territoire français...
      Sauf que je flippe qu'il ne l'ai pas reçu... et je ne pourrai pas l'avoir en retour car ce n'est pas mon adresse ni mon nom... 
       Il y avait pas mal de choses sympas dedans pour le ravitailler et lui faire plaisir (le but du colis quoi)... Donc s'il n'arrive pas, je suis VERTE !
      Est-ce que c'est déjà arrivé que les colis aient du retard ???
      Merci pour votre aide, 
      M.
    • Par Bouchon-Gras 49
      On en parle peu mais le militaire de l' opération Sentinelle qui a neutralisé le terroriste qui à poignardé une jeune femme et égorger une autre jeune femme est un réserviste du 1er Régiment Étranger de Génie :

      Qui est  le jeune militaire qui a abattu l'assaillant de la gare Saint-Charles après qu'il a attaqué au couteau deux jeunes femmes dimanche en début d'après-midi à Marseille ? 
      Par Annie Vergnenegre Publié le 02/10/2017 à 09:05Mis à jour le 04/10/2017 à 11:57
      Le jeune militaire qui a abattu l'assaillant de la gare Saint-Charles dimanche après-midi est un réserviste de 24 ans. 

      Le jeune homme est cadre dans le civil. Il est caporal au 1er Régiment Etranger de Génie de Laudun dans le Gard. Il fait partie des 350 militaires de l'opération Sentinelle déployés à Marseille, il était affecté à la surveillance de la gare Saint-Charles.   Il était en patrouille de cinq militaires sur le parvis de la gare quand l'agresseur, qui venait d'assèner plusieurs coups de couteau aux deux jeunes filles, s'est dirigé vers eux en courant.

      Les militaires ont fait les sommations d'usage mais l'individu ne s'est pas arrêté. Le jeune réserviste a alors épaulé son Famas et tiré à deux reprises avec son fusil d'assaut pour l'abattre.

      La réserve opérationnelle de l'armée compte 28 000 réservistes en France, mobilisés pour sécuriser les sites sensibles comme les gares.    http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/qui-est-reserviste-qui-abattu-tueur-au-couteau-gare-saint-charles-marseille-1338539.html   ( Source : France 3, Provence - Alpes Cotes d' Azur / Bouches du Rhône / Marseille )
×
×
  • Créer...

Information importante