Jump to content

"La guerre invisible": la difficile situation des femmes dans nos armées...


Torrens

Recommended Posts

  • Moderator

Cet ouvrage tout récent, "La guerre invisible", dénonce les humiliations et les violences dont sont victimes les femmes dans notre armée, féminisée à 15%. Une quarantaine de femmes ont témoigné dans ce livre, incitant le MinDef a déclencher une enquête hier.

 

Le ministre de la Défense évoque une tolérance zéro à l'égard des mis en cause, sur le plan disciplinaire et judiciaire.

 

Source: http://www.lemonde.fr/international/article/2014/02/27/violences-contre-les-femmes-dans-l-armee-la-defense-ouvre-une-enquete_4375214_3210.html

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Le problème est réel dans toutes les institutions qui mettent en avant l'esprit de corps: Que penser des us et coutumes dans les écoles d'ingénieurs, en médecine ou autre....

Ce qui est intéressant, c'est que la journaliste déplore le manque de solidarité féminine lorsqu'une femme met en cause sa hiérarchie.

Je remarque aussi que les armées ou les services dans lesquels le style de commandement est plus "détendu" sont plus enclins à développer ce type de comportement.

Enfin et surtout, si le ministre veut lutter contre ce type de comportement, ce sont les prépa militaires qu'il faut d'urgence mettre sous contrôle...

 

 

 

Quant à invoquer le grenelle, il faudrait peut être laisser Georges Pompidou dans sa tombe....

Link to comment
Share on other sites

Le problème est réel dans toutes les institutions qui mettent en avant l'esprit de corps: Que penser des us et coutumes dans les écoles d'ingénieurs, en médecine ou autre....

Ce qui est intéressant, c'est que la journaliste déplore le manque de solidarité féminine lorsqu'une femme met en cause sa hiérarchie.

Je remarque aussi que les armées ou les services dans lesquels le style de commandement est plus "détendu" sont plus enclins à développer ce type de comportement.

Enfin et surtout, si le ministre veut lutter contre ce type de comportement, ce sont les prépa militaires qu'il faut d'urgence mettre sous contrôle...

 

 

 

Quant à invoquer le grenelle, il faudrait peut être laisser Georges Pompidou dans sa tombe....

 

Je ne peux qu'acquiescer à ceci. Sans aller jusqu'à dire que c'est l'origine du problème, c'est quand même un lieu considérant cet "état d'esprit" comme faisant partie d'une "Tradition"...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Staff

Effectivement c'est un sujet très grave. Le magazine féminin "Causette" relaie dans son numéro de Mars le livre "La guerre invisible". Cet état de fait choque certaines lectrices qui n'imaginaient pas cela exister dans l'armée française. :(

Mais pourquoi s'illusionner sur des comportements mysogines qui s'illustrent bien au-delà des nationalités, des pays, des armées...

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Je vais peut-être encore être désagréable pour certains,mais halte aux discours de bon ton!!Je m'explique:

Je ne suis en aucun cas mysogine,pour moi les femmes peuvent accéder aux mêmes emplois que les hommes pour ce qui concerne l'aptitude intellectuelle.Lorsqu'on parle "commandement",il n'y a pas de problème à avoir si le cadre féminin montre l'exemple.

Là où il y a problème pour moi,c'est lorsque l'administration décide du jour au lendemain que l'on doit intégrer des personnels féminins dans telle ou telle  unité sans prendre en compte les "prérequis" pour intégrer ladite unité (=féminisation à obtenir sur les tableaux d'effectifs sans s'occuper des conséquences).

Si on se trouve dans une unité lambda qui n'a pas vocation "commando" (puisque le sujet vient de la Marine,il me semble),les problèmes peuvent se résoudre assez facilement parce que la pression psychologique,le stress,ne sont pas forcément omniprésents.

Par contre,à mon humble avis,pour ce qui concerne,les unités à vocation "commando",une femme ne peut pas prétendre à exercer un commandement si elle n'accepte pas les mêmes contraintes que ses subordonnés masculins,et c'est là qu'il peut y avoir l'apparition de graves problèmes au niveau ambiance en service...

Link to comment
Share on other sites

Tout à fait d'accord avec toi loop09, même soldes mêmes barèmes de sélection, sinon on tire le niveau vers le bas, par exemple, chez les pompiers tout le monde passe

 

la planche pour être apte.

 

Je suis (très) déçu par la politique de féminisation.je l'ai vue arriver, les copinages des filles qui tutoient les jeunes officiers, les épreuves physiques revues à la baisse,..

 

La féminisation ok, mais je ne porte pas le bloc d'une plongeuse... :marinlol:

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Soyons clair, c'est l'entrainement une fois incorporé qui doit amener à une exigence physique mesurable mais pas à l'entrée.

A partir du moment où une femme a été recrutée, ces aptitudes ne sont plus contestables...c'est l'instructeur qui doit faire son travail.

 

La question ne serait elle pas plutôt de revoir les épreuves de sélection physique et de concevoir un cycle d'épreuves communs qui permet d'évaluer les capacités physiques et psychotechniques.

 

On parle des femmes et des problèmes physiques dans les unités mais personne ne parle des NG-12 avec 2 cerveaux au niveau des bras qu'il faut constamment requalifier, surveiller, discipliner pour qu'il soit apte à partir en mission.

Quant aux comportements entre hommes et femmes, cela s'appelle l'éducation et l'entretien des canaux auditifs:

- "non" est une négation et pas une invitation;

- si on met des portes ou des rideaux aux douches, c'est pour éviter de voir à travers;

- si on ne peut se retenir lorsqu'on est un homme, la physiologie humaine est faite de telle façon qu'un homme est parfaitement autonome pour se satisfaire....

 

 

 

 

 

.

Link to comment
Share on other sites

Quant aux comportements entre hommes et femmes, cela s'appelle l'éducation et l'entretien des canaux auditifs:

- "non" est une négation et pas une invitation;

- si on met des portes ou des rideaux aux douches, c'est pour éviter de voir à travers;

- si on ne peut se retenir lorsqu'on est un homme, la physiologie humaine est faite de telle façon qu'un homme est parfaitement autonome pour se satisfaire....

 

 

 

 

 

.

Bonjour sns,

Sur ce point je suis parfaitement d'accord.Mais ce problème n'existe pas qu'à l'armée:il suffit pour s'en convaincre de lire les déboires actuels d'un député.

Pour le reste,il faut parler en connaissance de cause.En clair,seuls ceux qui ont travaillé avec des personnels féminins peuvent donner un avis éclairé sur la question,parce que la théorie...

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Sur ce coup là, j'ai eu une petite expérience en la matière dans différentes unités, différents endroits dans le monde, dans différentes conditions de confort.

 

Mon analyse personnelle est que l'environnement n'est qu'une excuse pour les personnes qui ont été prises la main de le sac.

 

Je me rappelle d'un commandant de forces  au Liban qui voulait ordonner par note de service que le short ne soit plus portée par le personnel féminin. Il nous expliquait que c'était pour éviter des frictions...Un certain nombre d'entre nous lui ont indiqué que si on avait des gars incontrôlables alors il fallait arrêter de suite le welfare...

Il y a aussi l'attitude de certains au Tchad...qu'on retrouve dans les relations avec la gent féminine locale.

Et c'était à chaque fois dans l'armée la plus jeune...

 

Dans l'armée de Terre, les problèmes sont plutôt au niveau militaires du rang et notamment après les heures de services: Merci le plan Vivien...les engagés ne font que vivre qu'en fonction de ce qu'ils ont appris.

Link to comment
Share on other sites

Avant on demandait un minimum de 50 pompes 120 abdos et 6 mètres de corde bras uniquement, avec l'arrivée des filles on tombe à 50 abdos et la corde avec bras et pieds ce qui ne demande aucune condition physique particulière, on a donc une armée moins sportive à l'entrée.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Si les formats physiques changent ce n'est en rien en cause avec l'entrée des femmes dans les armées qui date des années 70 (il faut le noter) mais des personnels incapables de rentrer dans les minimas et qu'il faudrait mettre au placard (et donc nous couter de l'argent car invirables)

 

Donc des femmes ont réussie et réussissent encore ces fameux "tests d'entrée" et je n'ai jamais eu vent de tests officiels dont tu parles. Même à Lorient.

 

Là où le soucis est révélateur d'un problème est la différence de barèmes. Tests TAP différents par exemple, alors que la gaine sera du même poids de même que la gaine collective ou la MAG 58. Cela est mal perçu par certains. Au CNEC les tests sont les mêmes pour tous et cela se voit. Les femmes sont qualifiées aussi et pas mal de gars font demi tour dés les premiers jours, voire heures...

 

De plus à l'heure du sport démocratisé dans le civil, l'ensemble de la jeunesse est sportive, le niveau d'entrée est même bon.

 

Merci d'éviter les raccourcis.

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Aucune censure! Juste des avis contradictoires.

 

Les filles qui grimpent deux cordes avec les bras seuls, je n'en ai pas vu beaucoup...

 

Encore faut-il que l'on leur laisse l’opportunité de le faire. Mais c'est vrai qu'elles n'ont pas l'avantage du nombre!

Link to comment
Share on other sites

  • Moderator

Je ne sais d'où vient ce mythe de la baisse perpétuelle du niveau des candidats?

 

Il y a 10 ans un jeune para n'avais qu'a apprendre à se servir d'un FAMAS (méthode Montauban), l'armement collectif de son groupe de combat, ses missions de grenadier-voltigeur et l'utilisation de son parachute.

 

Maintenant le jeune maîtrise l'ISTC avec au minimum le module B pour le FAMAS, puis le module C au FELIN, PAMAS, et l'armement collectif de son groupe. Il maîtrise l'ensemble des technologies du système FELIN (et ce n'est pas du gâteau!), ses missions de GV, et l'utilisation de deux parachutes. Loin d'être des crétins nos jeunes.

 

Rien que le poids du système FELIN complet (gilet avec batteries, sac ops avec les lunettes Felin, et de quoi vivre quand même!) impose un entrainement et une condition physique de grande qualité si l'on y ajoute le poids du parachute au sol... Je peux assurer que le dos en prend un coups (160kg équipé "théorique" max pour l'EPC). En gros on a pris un soldats d'avant et on y a ajouté ce qui fait une armée moderne.

 

C'est pareil pour la gent féminine!

 

Merci encore une foi d'éviter les raccourcis.

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais d'où vient ce mythe de la baisse perpétuelle du niveau des candidats?

 

Tout à fait d'accord... "à mon époque", pour avoir 20 au cooper, il fallait faire 3200m. Maintenant c'est 3300...

 

Les "femmes à l'armée" ne sont un problème que pour les mecs qui veulent que ce soit un problème... Chez nous pas mal de féminines et ça se passe bien.

 

"Etonnant" en tout cas de voir la typologie des unités où se sont (seraient) produits ces faits.....

 

Quoi qu'il en soit ce bouquin part sur de mauvaises bases. Combien de femmes passées dans les forces armées? Combien de cas recensés?

 

Et si on faisait un parallèle dans les autres professions, tiens toubibs pas exemple??

 

Ah ben non, ce n'est pas aussi vendeur....

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste

Attention, il y a confusion entre le niveau demandé à l'incorporation qui dépend largement de la conjoncture et le niveau constaté en fonction des unités.

A cela, il faut prendre en compte la répartition en fonction des unités et les types d'unités.

 

Pour le personnel féminin, la politique est celle d'un volontariat plus ou moins déguisé pour les unités exigeantes physiquement. La jeune femme y a réfléchi et y est prête physiquement.

 

Comme je l'ai écrit, c'est l'instruction qui doit amener au niveau physique et technique voulu.

 

La remarque sur le grimpée de cordes bras seuls est symptomatique: Eriger en dogme, cette épreuve est devenue une sorte de saint graal de la sélection de l'élite... mais personne ne se pose vraiment la question de ce qu'elle évalue réellement et pourquoi.

Il y a même des effets pervers...Un camarade de l'EAI, lui-même ancien du CNEC, m'expliquait avoir participé à une revue complète des disciplines d'entrainement afin de permettre de développer des qualités de résistance plutôt que d'endurance, d'apprendre les bonnes postures de levage et surtout de réapprendre la ruse et l'adaptation.

Son commentaire était: "il faut arrêter de penser l'entrainement physique selon les références de Bigeard en Algérie".

 

Sur le bouquin, ce que les auteurs n'ont pas compris et ne pouvaient comprendre, c'est qu'un défaut de résultat au sport est un moyen simple et "objectif" pour refuser le renouvellement ou l'avancement d'un subordonné qu'on ne veut simplement plus dans l'institution! Et que ce dernier le prend comme une injustice...Alors que l'honnêteté intellectuelle devrait permettre de lui indiquer: désolé pour toi... c'est la porte ou pour toi, ton avancement même pas en rêve.

Un peu ce qu'on vit en ce moment chez les officiers et sous-officiers de carrière...

 

Cela me rappelle cette blague belge: "Pour faire fortune, il faut acheter un Français au prix qu'il vaut sur le marché, e le revendre au prix qu'il pense valoir!"

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Je pense que mes propos sont mal interprétés:je ne me suis pas fixé que sur le problème d'aptitude physique au niveau des personnels féminins mais sur ce qu'il engendrait comme comportement.Je m'explique:

Lorsqu'en tant que chef vous signifiez à un subalterne masculin sa mauvaise adéquation avec le poste,la notation ou la mutation envisagé,il va peut-être ne pas apprécier mais comme on dit "fin de l'histoire".

Lorsque vous effectuez la même démarche vis-à-vis d'un personnel féminin,vous avez un risque de la voir "louvoyer" pour arriver à ses fins et çà,dans un milieu militaire,çà passe assez difficilement!

Alors effectivement,il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier...

Quant à la blague,je crois qu'elle s'applique plus ou moins à tout être humain.Ou alors on va tous commencer à faire notre auto critique selon les préceptes de l'Oncle Hô!!!

Link to comment
Share on other sites

  • Spécialiste
"Lorsqu'en tant que chef vous signifiez à un subalterne masculin sa mauvaise adéquation avec le poste,la notation ou la mutation envisagé,il va peut-être ne pas apprécier mais comme on dit "fin de l'histoire".

Lorsque vous effectuez la même démarche vis-à-vis d'un personnel féminin,vous avez un risque de la voir "louvoyer" pour arriver à ses fins et çà,dans un milieu militaire,çà passe assez difficilement!"

La distinction entre hommes/femmes sur ce point est en passe de s'homogénéiser vu que les présidents de catégories se comportent de plus en plus comme des représentants du personnel. Quant au "louvoiement", je fais le même constat...Le point où je suis d'accord est qu'une minorité de personnes ont compris qu'en jouant sur l'aspect minorité opprimée, il est parfois possible d'obtenir gain de cause si le commandement pétoche...

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Tout à fait d'accord... "à mon époque", pour avoir 20 au cooper, il fallait faire 3200m. Maintenant c'est 3300...

 

Les "femmes à l'armée" ne sont un problème que pour les mecs qui veulent que ce soit un problème... Chez nous pas mal de féminines et ça se passe bien.

 

"Etonnant" en tout cas de voir la typologie des unités où se sont (seraient) produits ces faits.....

 

Quoi qu'il en soit ce bouquin part sur de mauvaises bases. Combien de femmes passées dans les forces armées? Combien de cas recensés?

 

Et si on faisait un parallèle dans les autres professions, tiens toubibs pas exemple??

 

Ah ben non, ce n'est pas aussi vendeur....

 

Pourquoi étonnant? Il y aurait des unités propices et d'autres non? :arfarf:

Les exemples cités concernent une GAV, une EVAT d'un régiment du Train...

La question là n'est pas celle de la féminisation des armées qui est acquise, mais  celle de la protection d'un personnel féminin militaire en cas d'abus sanctionnable par la loi.

Les situations décrites par les plaignantes sont relatives à des brimades sexuelles, des viols...

Résultat des courses, des femmes prêtes à servir pour leur pays seraient maintenant mutilées physiquement et psychologiquement. Si c'est pas du gachis!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

 

La question là n'est pas celle de la féminisation des armées qui est acquise, mais  celle de la protection d'un personnel féminin militaire en cas d'abus sanctionnable par la loi.

 

Effectivement, je pense que l' on s' écarte un peu du sujet.

 

Une agression, quelque soit sa nature, physique, moral ou sexuelle est inexcusable !

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Je remarque aussi que les armées ou les services dans lesquels le style de commandement est plus "détendu" sont plus enclins à développer ce type de comportement.

 

Pourquoi étonnant? Il y aurait des unités propices et d'autres non?

 

 

Perso, oui je pense....

 

1/ pour les motifs invoqués par SNS

 

2/ lié au type de recrutement de certaines unités "peu vendeuses" qui attirent peu et que les CIRFA remplissent "avec ce qu'ils peuvent".....

 

Maintenant, je ne veux pas être méchant ni excuser qyuoi que ce soit mais une féminine qui va boire un coup avec des taipouet et qui se prend une charge.........99% de chance qu'elle "passe à la casserole"...

Donc oui, on parle d'éducation et de clairvoyance avant même de parler d'encadrement et de vie mili...

 

Ce qui me sort par les yeux dans cette histoire c'est cette manière de masquer les faits et cette hiérachie qui fait mine de rien savoir....

 

Un C1 qui prend un mec qui fait une "boulette", qui l'affiche devant tout le régiment aux couleurs... je pense que ça fera réfléchir....

Et ensuite of course mutation de la féminine pour la "protéger" et plainte à la gendarmerie contre le gus!

Link to comment
Share on other sites

  • Staff

Perso, oui je pense....

 

1/ pour les motifs invoqués par SNS

 

2/ lié au type de recrutement de certaines unités "peu vendeuses" qui attirent peu et que les CIRFA remplissent "avec ce qu'ils peuvent".....

 

Maintenant, je ne veux pas être méchant ni excuser qyuoi que ce soit mais une féminine qui va boire un coup avec des taipouet et qui se prend une charge.........99% de chance qu'elle "passe à la casserole"...

Donc oui, on parle d'éducation et de clairvoyance avant même de parler d'encadrement et de vie mili...

 

Ce qui me sort par les yeux dans cette histoire c'est cette manière de masquer les faits et cette hiérachie qui fait mine de rien savoir....

 

Un C1 qui prend un mec qui fait une "boulette", qui l'affiche devant tout le régiment aux couleurs... je pense que ça fera réfléchir....

Et ensuite of course mutation de la féminine pour la "protéger" et plainte à la gendarmerie contre le gus!

 

Il me semble que les faits ne sont plus masqués maintenant, et qu'une page se tourne, face à des comportements du passé.

 

Au passage dans ton post, je note que pour une partie non négligeable, le recrutement féminin pemet à certaines unités d'obtenir des effectifs: merci à ces féminines donc d'y servir!

 

Evidemment je passe sur la notion de "remplir avec ce qu'ils peuvent"...qui est discriminante au possible! :arfarf:

Concernant l'alcool, il est particulier d'imputer aux femmes la responsabilité d'actes contraires à leur volonté du fait d'une ingurgitation massive d'alcool consentie ou pas! Dans le rapport, il est bien souligné la présence de drogue dans la boisson! La méfiance féminine doit rester un réflexe de base. Savoir si un jour, les hommes devront acquérir ce réflexe face à leurs collègues ou supérieures féminines...

Link to comment
Share on other sites

Ne te méprends pas, quand je parle de "remplir avec ce qu'ils peuvent", je parle de toutes les recrues quel que soit leur sexe!

 

Il ne faut pas se voiler la face, le 3°RPIMa fera toujours beaucoup plus rêver que le 2°RDNBC (ce n'est qu'un exemple et je ne remets pas en cause l'utilité ou l'existence de cette unité). Les recruteurs auront toujours plus de mal à remplir les cases d'un côté que de l'autre, donc le profil s'en fera fortement ressentir...

 

Ensuite, je ne dis pas que c'est de la faute à une féminine si elle tombe dans une "embuscade", je dis juste que celles ci se doivent malheureusement d'être beaucoup plus vigilantes qu'elles ne pourraient l'être dans d'autres circonstances. Pour ce qui est de la drogue dans la boisson, je ne pense vraiment pas que l'on puisse en faire une généralité...

 

Perso, je n'ai aucune mauvaise vision sur les femmes dans le milieu militaire qui y ont selon moi toute leur place sans problème...et là où je sers, quand bien même l'ancre se voudrait macho, les femmes ont toujours été respectées... même en OPEX avec une féminine sur 150 mecs durant 4 mois dans le désert....

 

Pour ce qui est de leur attitude, cela est aussi une responsabilité de commandement. Je me suis attaché à chaque formation initiale à prendre les petites pépettes à part pour les alerter sur le sujet, faire partager l'expérience et l'attitude à avoir de la part d'anciennes CCH etc...

Tout le monde sait que la situation peut prendre des travers.. autant les anticiper et prévenir.

Après, n'étant pas dans la tête des gens...

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites



  • Posts

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonsoir, J'ai vu un collègue, lieutenant colonel de réserve de la Gendarmerie hier soir et je lui ai posé la question, une PMG c'est 15 jours. Une PMGA, ça ne lui parle pas, peut être le rajout de l'APJA, ce qui expliquerai ce rallongement de temps. 

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Une journée type "bureau" où tu arrive le matin et repart le soir, ça peut être une mise en place pour un événement type fête du village, où tu patrouilleras toute la journée, la fête terminée, tu rentre chez toi. 

    berogeitabi

    Posted

    Bonjour.  Connaissez vous l'opération "FRANKTON"?  Cette opération a eu lieu pendant la seconde guerre mondiale. Elle est plutôt méconnue. Des kayakistes d'un commando anglais, emmenés par un sous marin à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde on remonté cet estuaire pour aller miner et couler des bateaux allemands dans le port de Bordeaux, ceci entre le 7 et le 11  décembre 1942. Pour commémorer les 80 ans de cette formidable et périlleuse opération des kayakistes du club de Mérignac vont refaire l'itinéraire parcouru par ces commandos. 5 équipages de kayakistes du SAM (sport athlétique mérignacais) dont un équipage féminin tenteront cette folle aventure. Demain 8 décembre, ils partiront depuis l'océan pour quatre jours en autonomie, en bivouaquant aux mêmes endroits où les anglais ont bivouaqués.  Ils prévoient d'arriver à Bordeaux ce dimanche 11 décembre où une cérémonie commémorative sera organisée. Voici un lien à consulter pour comprendre cette tentative réalisée par ces kayakistes en mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour que l'on vive libre aujourd'hui. Des kayakistes refont le parcours de l'opération Frankton en Gironde.  Source: 20minutes.fr Puis un autre lien vers le récit de cette opération et le sacrifice des commandos anglais. L'opération Frankton.    Source: 20minutes.fr Ici la carte de l'opération.  Source: 20minutes.fr         A l'occasion d'un passage au Verdon, j'avais publié les photos du monument du souvenir lié à cette opération. Je vous les remets ici.  

    Bouchon-Gras 49

    Posted

    Bonjour, Pour la plaque dans certain surplus, le bon coin, eBay... 05 pour le centre de recrutement de Toulon (seul et unique pour nous) les deux chiffres suivant correspondent à ton année d'incorporation puis les chiffres suivant aux nombre où tu te trouver dans la file. Ex : 05 92 48521 donc 05 pour Toulon, 92 pour incorporation à Hourtin ou Querqueville en 1992 et l'incorporé était le 48 521 -ème à passé.  

    Milites

    Posted

    Merci beaucoup bouchon gras, J’ai eu la chance de croiser une personne qui a travailler à saint mandrier, et qui a pus me préciser les périodes,  La semaine d’evaluation et soi en juin soi en septembre, pour septembre ont enchaîné directement le Plg de bord en temp Qmf jusqu’au début de l’année suivante pour faire maistrance en janvier/février et faire l’école de spécialisation derrière Merci à toi et bonne continuation   
×
×
  • Create New...