Jump to content
×
×
  • Create New...

Recommended Posts

  • Moderator

Le chant prend une place énorme dans la vie miliaire je vous invite donc à nous faire part de vos chants préférés, militaires bien entendu.

Petites règles, proposez les paroles, le chant en lien, et une petite explication aux lecteurs de ce chant son histoire et pourquoi vous l'aimez!

Je vous propose le chant des para et de l'EMIA, la Prière.

Mon Dieu, donne-moi la tourmente,

Donne-moi la souffrance,

Donne-moi l’ardeur au combat.

Mon Dieu, mon Dieu, donne-moi la tourmente,

Donne-moi la souffrance,

Et puis la gloire au combat, et puis la gloire au combat.

II

Ce dont les autres ne veulent pas,

Ce que l’on te refuse,

Donne-moi tout cela, oui, tout cela.

Je ne veux ni repos, ni même la santé

Tout ça, mon Dieu, t’est assez demandé.

III

Mais donnes-moi, mais donnes-moi,

Mais donnes-moi la foi

Donne-moi force et courage,

Mais donnes-moi la foi, donnes moi force et courage,

Mais donnes-moi la foi

Pour que je sois sur de moi !

Tiré d'un poème de l'Aspirant Zirnheld SAS français mort pour la France dans le désert libyen en 1942. Ce chant est tout simplement magnifique et nous offre bien l'esprit qu'incarnent les paras voilà pourquoi je l'adore.

La prière du para

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

Pour moi c'est ce chant: "Tofa Lavelua" qui était le chant de la batterie du Rimap/NC à l'époque où j'y étais.

Pas façile pour nous, métropolitains, zoreilles, d'apprendre les paroles en Wallis. Et pourtant, nous l'avons appris pour défiler en chantant. Voilà ce que ça donne.

Tofa Lavelua itou fenua, kae au alu solia mua

O lagai te lau niu ki oluga, ke tuu oluga mole toe lusa (bis)

Tamai mo fae tatau ai pe, sioku mauli mo toku mate

Kapau eau tau pea eau mate, au nofa noa au mate pe (bis)

Tupulaga talavou solia, tuuake pea tou hiki nima

Fakaapaapa fakafiafia, he ko sii loto mooni aia (bis)

Ka hoko siaku temi haele, mole kei galo siaku fae,

e hui age sioku vene moona lomilomi tooku vae(bis)

ka hoko siaku kake mouga, mole kei galo siaku matua

ke na hui age siaku fana, moona lomilomi ko oku tua (bis)

Ko te aluaga ote lau pisi, kae kua hula noa o ta hui

Ite fua fana ite aho fuli, mote vene e talu pe i muli (bis

ici, vous pouvez l'écouter : http://www.8rpima.fr....php?storyid=93

Mais l'autre très beau chant est le chant des volontaires du pacifique. Ceux qui, de tout le Pacifique répondirent présents pour venir combattre en France en formant le bataillon du Pacifique. Place aux paroles:

Le Chant des Volontaires

Juin 40, la France est à terre

Présent répondront les volontaires

De toutes les îles du Pacifique

Ils vont d’abord sauver l’Afrique

Puis ce fut dans toute l’Italie

En France puis en terre ennemie

Qu’ils connurent des jours héroïques

Les Volontaires du Pacifique

(Refrain)

Accepte que le régiment

Veuille honorer ton nom

Dont nous sommes si fiers

Toi vaillant volontaire

Et demain leur si grand courage

Nous rendra plus fort dans les orages

Portant la victoire par nos armes

Comme eux jadis sans une larme

Pour le drapeau que nous suivons

Pour le pays que nous aimons

Sans un seul mot tout notre sang

Nous le donnerons sans compter

pour l'écoute, c'est ici et c'est magnifique: http://www.8rpima.fr...php?storyid=106

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Un chant facile à apprendre:

La petite piste

Combien d’fois l’a t’on parcourue

Cette petite piste

Traversant la lande herbue

Lorsque le jour se lève.

En écoutant le rythme

De la chanson intime

Refrain

Oh ! oh ! oh ! porteurs

Et ascaris aïdo, aïdo aïe safari.

Oh porteurs, et ascaris aïdo, aïdo aïe safari

Et quand un jour nous partirons

Pour le dernier voyage

Chantez-nous cette chanson

Comme un dernier hommage.

Et s’il ne pleure personne

Que Dieu nous le pardonne

Pour l'écouter

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Je suis le maître à bord.

Chant de marin que chantais mon patron les soirs de services ou autour d'un bon feu sur le terrain. Des frissons je vous le dit!

Je suis le maitre à bord

Et oui les matelots vous avez tous la frousse

Mais oui je le sais bien qu'il est vieux mon trois mâts

Mais il faut douze hommes, un capitaine, un mousse

Qui le remonteront vers le Guatemala

Alors pendant huit jours il cherche un équipage

Contraint de le former de marins d'occasion

Vagabonds sans aveux dont certains tatouages

Affichent l'anarchie et la révolution

Mais lui le malabar au moment du départ

Leur dit je vous préviens

REFRAIN:

Je suis le maître à bord

Moi seul suis le maître

Bien des costauds, des forts

Ont dû le reconnaître

Je vous promets, moi commandant

Bonne ration, bon vent, bonne goutte

Je serai juste et indulgent

Mais il faudra que l'on m'écoute

Et maintenant le cap au nord

Je suis le maître à bord

Depuis quarante jours le navire est en route

Les vents sont contre lui, le mauvais temps aussi

S'avançant dans la nuit, quatre hommes fous de rage

Vent, l'insulte à la bouche, le couteau à la main

Parler au capitaine, au nom de l'équipage

Il faut que tu nous donnes des biscuits et du vin

Mais le malabar leur dit voyez là-bas

Voyez ce phare c'est le Guatemala

REFRAIN:

Je suis le maître à bord

Ce soir du moins je l'espère

Nous toucherons au port

Vous serez libre à terre

Oui mais ici mille sabords

Je n'admets pas la moindre riposte

Je materais tous les plus forts

Que chacun regagne son poste

Car j'ai sur vous droit de vie et de mort

Mais la brise ne fléchit, balancé par la houle

Le trois mâts va tanguant sous la force du vent

Bientôt c'est l'ouragan, on ne voit plus le phare

Les voiles se déchirent et les flots furieux

Emportent un marin, alors le malabar

Sent le trois mâts craquer et crie sauve qui peut

Les canots à la mer, que dieu veille sur vous

Mais ils ont répondu venez avec nous

Non je suis le maître à bord

Je dois le reconnaître

Les droits me rendent fort

Me font parler en maître

Mais le devoir commande encore

Demeure au pied du mât de misaine

Tu ne dois pas quitter ton bord

C'est le devoir du capitaine

Et maintenant face à la mort

Je suis le maître à bord

Pour l'écouter

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Tamarii volontaire

Matou teie Tamarii volontaire

O ta oe i titau mai nei

Te farii nei matou i te ture

No to tatau hau metua

Teie mai nei to mau Tamarii

O ta oe i titau mai nei

Tei nia roa tona tauraa

Te vahi o te pohe

Traduction:

Nous sommes les enfants volontaires

A qui tu as fait appel

Nous acceptons la loi

Celle de la Mère Patrie

Nous sommes les enfants volontaires

A qui tu as fait appel

Où se trouve sa renommée

C'est le champ de la mort

Pour l'écouter

Link to post
Share on other sites
  • Administrateur

"Tamarii volontaire" est le chant des volontaires du Pacifique, chanté habituellement au RIMAP/P.

Celui que j'ai présenté dans mon post et intitulé le "chant des volontaires" est habituellement chanté au RIMAP/NC.

les deux sont ma foi très beaux.

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Marie Dominique!

Beau chant nous venant d'Indochine! Cher aux para et coloniaux! Chant écrit par Pierre Mac Orlan.

Marie Dominique

I

J'étais un soldat de marine,

J'venais d'm'engager pour cinq ans,

J'avais vingt ans belle poitrine,

Comme dans l'refrain du régiment,

Dans les bistrots près de Lourcine,

Les anciens m'en faisaient un plat,

Tu verras c'que c'est qu'l'Indochine,

Écoute la chanson d'un soldat;

Refrain

Marie, Marie-Dominique

Que foutais-tu à Saïgon?

Ça ne pouvait rien faire de bon,

Marie-Dominique,

Je n'étais qu'un cabot clairon,

Mais je me rappelle ton nom,

Marie-Dominique;

Est-ce l'écho de tes prénoms,

Ou le triste appel du clairon?

Marie-Dominique.

II

Je ne savais pas que la chance,

Ne fréquentait point les Caynas,

Et qu'en dehors de la cuistance,

Tout le reste ne valait pas ça,

Tu m'as fait comprendre des choses,

Avec tes p'tits airs insolents,

Et j'n'sais quelles apothéoses,

C'était l'plus clair de mes tourments,

III

Ce fut Marie la Tonkinoise,

Qui voulut faire notre bonheur,

En m'faisant passer sous la toise,

Dans l'vieux Cholon ou bien ailleurs,

Tu était rusée comme un homme,

Mais ton but j'l'voyais pas bien,

Avec ta morale à la gomme,

Au cours de la piastra à Nankin.

IV

Tu m'as gâté mon paysage

Et l'avenir quand sur le transport

Je feuilletais de belles images

Peintes comme des bouddhas en or,

Où sont mes buffles dans la rizière,

Les sampans, l'arroyo brumeux,

Les congaï, leurs petites manières

Devant le pouvoir de tes yeux.

Le chant ici

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Interdit (d'après nos cadres) lorsque je faisait mon SN, un chant splendide !

http://www.youtube.com/watch?v=3R5jYXaIolo&feature=related

Précisions : Ce chant est beau tout simplement, au même titre que l’hymne Russe. Pas de message politique dans ce choix.

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
  • Moderator

Bientôt le niveau 2 pour certains et le 3 pour d'autres!

LA MARCHE DU BATAILLON DE CHOC

La route vers l'inconnu est toujours bien venue,

Le but est devant nous, braquons les armes,

La défaillance exclue, plus rien ne compte plus,

Pour nous c'est le devoir, pour vous les larmes,

L'heure a sonné, adieu belle fille,

Nous repartons vers notre destin.

Loin du pays, loin de la famille,

Nous nous en allons par les chemins.

Le cœur léger avec un sourire,

Les yeux fixés sur l'horizon,

Les compagnies en marche sans faiblir,

Chantons en cœur à pleins poumons,

« En pointe toujours », ce cri nous appelle,

Nous sommes ici taillés d'un bloc,

Tous en avant, adieu ah ma belle,

Adieu du bataillon de choc.

Debout les volontaires, chasseurs et légionnaires,

Les parachutes sont prêts pour l'aventure.

Debout para attend, ne perdons pas de temps,

Restons unis et la victoire est sûre.

Variante :

Debout les volontaires, paras et légionnaires,

Les parachutes sont prêts pour l'aventure.

Le Nord-Atlas attend, ne perdons pas de temps,

Restons unis et la victoire est sûre.

Link to post
Share on other sites

OPIUM

Dans le port de Saïgon

Il est un jonque chinoise

Mystérieuse et sournoise

Dont nul ne connait le nom.

Et le soir dans l'entrepont,

Quand la nuit se fait complice

Les Européens se glissent

Cherchant des coussins profonds.

Opium, poison de rêve

Fumée qui monte au ciel,

C'est toi qui nous élève

Au paradis artificiel.

Je vois le doux visage

Les yeux de mon aimée.

Parfois j'ai son image

Dans un nuage de fumée.

Et le soir au port falot

Les lanternes qui se voilent

Semblent de petites étoiles

Qui scintillent tour à tour.

Et parfois dans leur extase,

Au gré de la fumée grise,

Le fumeur se représente

Ses plus beaux rêves d'amour.

Puisqu'on dit que le bonheur

N'existe pas sur la terre

Puisse l'aile de nos chimères

Un jour nous porter ailleurs

Au paradis enchanteur

Plein de merveilleux mensonges

Où dans l'ivresse de mes songe

J'ai laissé prendre mon coeur.

Magnifique chant !

http://www.youtube.com/watch?v=hrfiwXQoe1A

CAPITAINE BIANCAMARIA

Vous naquîtes jadis sur le sol de Provence,

Votre père, officier, servait alors la France.

Sur les banc d'écolier d'une ville insulaire

Vous rêvez d'être un jour, comme lui, militaire.

De la flèche à Billom, vous aimez le labeur

Et seul, vous élevez vos frères et vos sœurs.

Prêt à servir votre Patrie par idéal,

Vous rejoignez l'infanterie coloniale.

REFRAIN

Magnifique officier, glorieux chef de guerre

Incarnant à jamais les pures traditions,

Vaillant parachutiste aux titres légendaires

Qui donnez votre nom à notre promotion,

Acceptez notre vœu guidez-nous sur vos pas.

Honneur au Capitaine Biancamaria !

Vous puisez à Cherchell cette science féconde

Afin de protéger le France dans le monde,

A la première armée, tout d'abord, outre-Rhin,

Et puis en Cochinchine et plus tard au Tonkin.

Le Viêt-minh à Hadong vous mène la vie dure ;

Il vous prend à partie mais vous n'en avez cure.

Bien que blessé par les éclats d'une grenade,

Vous portez au fourbe ennemi votre estocade.

Arborant fièrement une Légion d'honneur,

Vous arpentez Tunis avec vos tirailleurs.

En Extrême-Orient, les rizières s'enflamment ;

Impavide guerrier, dans le brasier d'Annam

Vous traquez sans répit tous ceux qui vous harcèlent

Réduisant à néant des hordes de rebelles.

Vous combattez jour après jour l'âpre Viêt-minh

Mais vous voilà soudain touché par une mine.

Coiffé de lauriers, un rêve idéaliste

Devient réalité chez les parachutistes.

Des Aurès à Dirkou, sous le soleil d'Afrique,

Vous guidez vos soldats aux vertus héroïques.

Les fellaghas nombreux rôdent dans le djebel

Une balle a sifflé ; son cantique est mortel,

Et vous tombez en contemplant votre victoire

Avant d'atteindre l'empyrée couvert de gloire.

Link to post
Share on other sites
  • Moderator

Pour Opium Patrick l'a déjà posté (faut suivre les gars!) mais merci bien pour les paroles!

Je crois qu'on peut lui pardonner ce petit loupé, ces deux chants sont très beaux !

De plus ils sont "Coloniaux". ;)

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

[media=]

Après avoir regardé énormément de vidéos de chants militaires francais, lorsque je suis tombé sur celle-ci, je me suis senti obligé de la partager tellement je l'ai trouvé magnifiques de par le chant qui n'est pas cette fois-ci en "version originale" mais en version "plus parlée" et par les images qui vont avec.

Link to post
Share on other sites
  • Spécialiste

Pour ma part ça sera le chant des partisans :

http://www.youtube.com/watch?v=vAUwU_QGNKg

Ici pour les paroles.

Et une musique militaire que je trouve sublime, sans paroles (mais je pense qu'il n'y a pas besoin de paroles avec cet air là...)

La marche des Soldats de Robert Bruce :

http://www.youtube.com/watch?v=GNUwc01dypU

En espérant pouvoir l'entendre lors d'un grand évènement en tenue de cérémonie, ça m'en tirera les larmes soyez en sur ! :mobile:

Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
  • 8 years later...
Le 18/05/2012 à 14:28, marsouin-para a dit :

Loin de chez nous, musique que j'ai connu grâce à mon père qui l'a chanté avec son escadron lors de leurs départ au Liban en Gie Mobile.

Magnifique chant

Loin de chez nous en Afrique, combattait les commandos ....

C'était le chant que nous avions appris au CPER fin 65, début 66.

je dois avoir les paroles quelque part ... je cherche

Loin de chez nous

Loin de chez nous en Afrique
Combattait les commandos
Pour refaire à la Patrie
Sa splendeur, sa gloire et son renom

La bataille faisait rage
Lorsque l'un de nous tomba
Et mon meilleur camarade
Gisait là blessé auprès de moi

Et ses lèvres murmurèrent
Si tu retournes au pays
A la maison de ma mère
Parle-lui à mots très doux

Dis-lui qu'un soir en Afrique
Je suis parti pour toujours
Dis-lui qu'elle me pardonne
Car nous nous retrouverons un jour

 

Les commandos - Ecrit en 1948 par le 11ème Choc sur un air oublié.

Les commandos partent pour l'aventure, soleil couchant les salue.

Chez l'ennemi la vie plus dure, pour ceux qui pillent et qui tuent.
France, ô ma France très belle, pour toi je ferai bataille,
Je quitterai père et mère, sans espoir de les revoir jamais.
La la la la la la la......

En pagayant sur la mer toujours belle, ils songeront à leur vie.
Demain, peut être elle sera éternelle, ils tomberont dans l'oubli.
France, ô ma France très belle, pour toi je ferai bataille,
Je quitterai père et mère, sans espoir de les revoir jamais.
La la la la la la la......

Loin du biffin qui toujours les envie, un Dakota les dépose.
Loin de la fille qui pour eux toujours prie, dans leur pépin ils reposent.
France, ô ma France très belle, pour toi je ferai bataille,
Je quitterai père et mère, sans espoir de les revoir jamais.
La la la la la la la......

Si d'aventure la mort les refuse, ils reviendront vers le port.
Ils sabreront le champagne qui fuse, à la santé de leurs morts.

France, ô ma France très belle, pour toi je ferai bataille,
Je quitterai père et mère, sans espoir de les revoir jamais.
La la la la la la la......

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



  • Posts

    • Bonjour, Merci de te présentée dans le sujet dédié à celle-ci, en attendant je verrouille ce sujet.
    • Bonjour, merci d'effectuer une brève présentation dans le sujet dédié, en attendant je verrouille ce sujet.
    • Objet : Candidature au Prytanée National Militaire.                                                                                                                        Monsieur le colonel, ( si tu es certain que c'est un colonel et dans ce cas ne pas oublier de reciter le grade dans la phrase de politesse finale, sinon Madame, Monsieur est passe partout.)                               J'ai l'honneur de vous faire parvenir ma candidature en Classe Préparatoire scientifique MPSI au Prytanée National Militaire. Élève de terminale au lycée jules verne à Nantes et ayant pour objectif de passer les concours de l'école militaire de saint Cyr ou encore l’école Navale.  pour devenir ingénieur militaire ou encore l’école Navale. (peut être développer le coté militaire autre que le fait de devenir ingénieur...) J' aimerai intégrer votre établissement car je souhaite étudier les mathématiques et la physique dans un cadre militaire. (pas top comme tournure et ça n'apporte rien) J’ai toujours aimé les mathématiques et la physique-chimie c’est pourquoi j’ai suivi l’option math experte en plus des deux enseignements de spécialités en première et terminale. J’aime également beaucoup la philosophie car la manière de penser est la même que celle des mathématiques. Mes 8  huit années de scoutisme dans l’association  chez les scouts de Doran m’ont beaucoup appris, notamment le sens des responsabilités, des priorités et le travail d’équipe et la cohésion, notamment par le fait que j’ai été second pendant 4 quatre ans et chef de patrouille pendant un an. Sportif(ve), Je pratique également l'escalade et l'athlétisme ce qui m’a permis de me forger une volonté de fer.
    • Bonjour,     Objet : Candidature lycée naval de Brest.                                                              Madame, Monsieur,                                    J’ai l’honneur de me porter candidat afin d’intégrer le Lycée Naval de Brest au sein de sa classe préparatoire aux grandes écoles filière PCSI.       Veuillez agréer, Madame, Monsieur,  mes respectueuses salutations .   Je me suis permis de rajouter l'objet, qui permet au dépouilleur, puis au lecteur de savoir immédiatement ce en quoi ça concerne et j'ai repris la fin, pour le reste Alouette a fait du bon travail.
    • Bonjour,   Je me permets de reprendre point par point pour la forme :     « Madame, Monsieur,   J’ai l’honneur de me porter candidat afin d’intégrer le Lycée Naval de Brest au sein de sa classe préparatoire aux grandes écoles filière PCSI.   >Animé par une volonté forte de servir mon pays, et de mettre à profit mes compétences et savoirs à disposition de ce dernier, ma détermination dans votre filière est sans faille. => Je pense que tu peux utiliser un adjectif possessif (sa disposition) plutôt que (ce dernier). La phrase est à reformuler également en entier car le sujet principal doit être le même que celui du participe passé (animé) sans quoi il y erreur de syntaxe. Enfin, « ma détermination dans votre filière » ne veut pas dire grand-chose : il doit manquer un verbe.   >Dans ce sens, je souhaite à terme intégrer l’École Navale dans sa filière « Opérations » afin d’évoluer dans la Marine de demain. => C’est « en » et non « dans » ce sens. Ceci dit, l’expression signifie « pour cette raison ». Or, je ne comprends pas la cohérence de ton propos.   >Conduit par mes recherches d’orientation, la Marine Nationale s’est imposée à l’issue d’une mûre réflexion. => Erreur de syntaxe comme dans la première phrase. A réécrire pour que le sujet de la principale et celui du participe passé soit le même. Je dirais aussi « s’est imposée à moi ».   >Les valeurs, les principes, l’histoire portés par cette force armée représentent une entité concrète auquel je m’identifie. => Je mettrais « histoire » avant « principes » pour que le participe passé, « portés », nécessairement accordé au masculin pluriel, ne soit pas à côté d’un mot féminin singulier. C’est une tradition syntaxique courante. Il faut remplacer « auquel » par « à laquelle » puisque tu parles d’ « identité ».     Cultivant le goût des sciences et des lettres depuis plusieurs années via ma scolarité et les différents concours réalisés tel que le Concours départemental de la résistance et les Olympiades de Mathématiques, votre CPGE serait un moyen de poursuivre mon parcours et de répondre à ses ambitions. => même erreur de syntaxe qu’en phrase 1. Comment peut-on cultiver le goût des lettres et des science via la scolarité ? Ce n’est pas clair pour moi.   Créant un premier contact avec le milieu des classes préparatoires via des témoignages et discussions avec des élèves et enseignants, je connais ses difficultés, les concessions qu’elle impose ; mais j’y vois aussi un environnement de travail privilégié et sain, et plus particulièrement solidaire et motivant au Lycée Naval plus particulièrement grâce à son internat imposé. => Oh-là-là ! A restructurer totalement en plusieurs phrases simples. Même erreur qu’en phrase 1 ; mauvaise utilisation de « via » à nouveau ; ses difficultés à quoi ? Que remplace « elle » ? Répétition de « plus particulièrement »...     >Veuillez croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma parfaite considération. » => c’est « EN l’assurance » et je trouve que la salutation tombe comme un cheveu sur la soupe : on dirait que ta lettre n’est pas terminée. Mais c’est un point de vue personnel. « Parfaite considération » n’est pas l’expression appropriée.   Concernant le fond, et là encore ce n’est qu’un point de vue personnel et non un jugement, je le trouve un peu banal. Je dirais aussi, pour caricaturer et être méchante, que tu n’envisages la prépa que pour le concours de l’EN. C’est un beau projet et tu as raison de le mettre en avant, mais je pense qu’il faudrait que tu montres que tu t’es bien renseigné sur la prépa et que tu soulignes davantage ses qualités, ce qu’elle va t’apporter (pas juste une porte vers l’EN même si c’est un peu le cas !) et comment tu comptes t’y investir. En espérant que ces remarques sont utiles et pas trop vexantes. Bonne continuation.